Navigation – Plan du site
Dossier

De l’exilé honorable au criminel potentiel ?

Éléments pour une conclusion
Jeanne Moisand
p. 101-104

Résumé

Les articles rassemblés dans ce dossier permettent de mesurer l’ampleur des différences dans le traitement, la dénomination et la représentation des exilés au sein de l’Europe du XIXe siècle. Derrière la diversité des cas, des chronologies, des espaces et des sources évoqués, voit-on se dessiner une évolution commune du vocabulaire et de l’imaginaire social de l’exil ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Évolutions et connexions
Des pays voués à l’accueil ?
Des pays exclusivement producteurs d’exilés ?

Aperçu du début du texte

Les articles de ce dossier font surgir des évolutions communes et des divergences au sein du vocabulaire et des représentations de l’exil dans différents pays d’Europe. Alors que certains mots de l’exil n’apparaissent que dans un seul contexte linguistique, comme par exemple le « destierro » espagnol (Romy Sánchez et Juan Luis Simal), d’autres semblent en revanche circuler plus facilement d’un pays à l’autre : le mot « réfugié », repéré par Delphine Diaz dans les écrits administratifs français, existe aussi en Grande-Bretagne, en Belgique ou en Suisse.

Évolutions et connexions

De grands moments de rupture semblent favoriser la circulation des lexiques. L’onde révolutionnaire de 1830 s’accompagne d’intenses mouvements d’exil et de débats sur les statuts des migrants politiques dans toute l’Europe. Les révolutions de 1848 mettent en circulation le terme de « proscrits » dans le vocabulaire des pays francophones, bientôt utilisé par les radicaux en Belgique pour contrer les usages plus ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne Moisand, « De l’exilé honorable au criminel potentiel ? », Hommes & migrations, 1321 | 2018, 101-104.

Référence électronique

Jeanne Moisand, « De l’exilé honorable au criminel potentiel ? », Hommes & migrations [En ligne], 1321 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4350 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4350

Haut de page

Auteur

Jeanne Moisand

Maîtresse de conférences, Centre d’histoire du XIXe siècle, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals