Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1322DossierLa « fabrique » des expositions s...

Dossier

La « fabrique » des expositions sur les migrations

Un nouvel objet d’étude
Helene Bertheleu, Piero Galloro et Mikaël Petitjean
p. 9–16

Résumé

Porté par des initiatives pionnières dès les années 1980, le traitement muséographique des questions migratoires révèle une dimension collaborative croissante dans la conception des expositions. Ces projets d’expositions ont ainsi élaboré leur propre méthodologie permettant de réunir des chercheurs, des institutions patrimoniales et des associations. En recueillant les témoignages et les traces des parcours migratoires, il s’agit à la fois de faire connaître et reconnaître des histoires de vie à l’échelle locale et de verser ces mémoires au patrimoine commun. Une double tâche sur laquelle repose une véritable démocratie patrimoniale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Expositions : une contribution historique à la reconnaissance ?
Le temps de la structuration : les années 2000
Exposition, participation et performativité
Les défis des expériences collaboratives
Exposer, rendre visible, montrer

Aperçu du texte

Toute exposition est à considérer comme un dispositif communicationnel indissociable de son contexte de production. Support autant qu’intermédiaire entre ce qui est donné à voir et ce qui est vu, elle est aussi un révélateur de l’espace et du temps de sa création. Depuis les années 1980, l’exposition autour du thème des migrations, constitue une véritable mise en scène objectivée des subjectivités et des affects, faisant émerger une lecture tant de l’objet lui-même que de la société qui l’appréhende. Les dispositifs de création des expositions sur les migrations deviennent alors un nouvel objet d’étude que nous proposons d’appréhender à travers trois entrées : la reconnaissance, la performativité et la dimension artistique. Il convient de les comprendre à partir de situations diverses et en confrontant les points de vue des différents acteurs engagés dans ces expositions : les professionnels du patrimoine, les associations, les chercheurs, les artistes et scénographes et souvent aus...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Helene Bertheleu, Piero Galloro et Mikaël Petitjean, « La « fabrique » des expositions sur les migrations »Hommes & migrations, 1322 | 2018, 9–16.

Référence électronique

Helene Bertheleu, Piero Galloro et Mikaël Petitjean, « La « fabrique » des expositions sur les migrations »Hommes & migrations [En ligne], 1322 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/6589 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.6589

Haut de page

Auteurs

Helene Bertheleu

Sociologue, université de Tours, Laboratoire CNRS-Citeres,

Articles du même auteur

Piero Galloro

Maître de conférences HDR de sociologie, université de Lorraine.

Articles du même auteur

Mikaël Petitjean

Chargé de projet au Musée national de l’histoire de l’immigration.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search