Navigation – Plan du site
Dossier

Une exposition sur les mémoires des migrations peut-elle faire « basculer » les pratiques des institutions ?

Retour sur la fabrique d’une exposition et ses effets sur le territoire
Julie Garnier
p. 43-53

Résumé

Inaugurée en 2011 au Château des Ducs de Bretagne-Musée d’histoire de Nantes, l’exposition Nantais venus d’ailleurs s’est fondée sur une démarche de collecte d’objets et de souvenirs auprès des Nantais pilotée en partenariat avec des associations locales. Cette exposition historique offre une large place au temps présent, à la vie vécue par les habitants de tous horizons migratoires, à leur insertion économique ou culturelle dans le tissu local, et également aux phénomènes de rejet qui freinent leurs parcours. Cette mise en récit plurielle qui n’élude aucune question épineuse du champ migratoire permet à une exposition patrimoniale de contribuer au changement des regards sur les réalités des migratoires.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie tout particulièrement l’équipe du Musée d’histoire de Nantes, en particulier Laurence d’Haene pour ses échanges avisés sur les pratiques patrimoniales.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Retour sur la fabrique de l’exposition
Les migrations comme enjeu muséal et citoyen
Mettre en scène la diversité culturelle ou la croyance en les bienfaits de la mise en récit publique du passé
Exposer les migrations : un travail coopératif
Le musée comme espace de débat
Un basculement des pratiques

Aperçu du début du texte

Depuis la fin des années 1980, les actions visant à valoriser les mémoires des migrations se multiplient en France, portées le plus souvent par des associations locales en lien avec des politiques publiques de rénovation urbaine et de nouvelles dynamiques sociales et économiques. Ces actions sont encouragées alors par le ministère de la Culture et de la Communication qui soutient une définition élargie du patrimoine ainsi que par des chercheurs, des associations et des collectifs qui se mobilisent pour faire reconnaitre l’étude des groupes dominés et faire changer les regards sur l’histoire de l’immigration. Sur le plan institutionnel, les années 2000 marquent un tournant avec la diffusion par les instances culturelles internationales d’un principe de sauvegarde du « patrimoine culturel immatériel », qui se traduit par un appel à la création de musées de migrations et l’apparition d’une nouvelle catégorie patrimoniale, celle de « patrimoine de l’immigration ». La création en 2007 d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Garnier, « Une exposition sur les mémoires des migrations peut-elle faire « basculer » les pratiques des institutions ? », Hommes & migrations, 1322 | 2018, 43-53.

Référence électronique

Julie Garnier, « Une exposition sur les mémoires des migrations peut-elle faire « basculer » les pratiques des institutions ? », Hommes & migrations [En ligne], 1322 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/6621 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.6621

Haut de page

Auteur

Julie Garnier

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours/CNRS CITERES.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals