Navigation – Plan du site
Dossier

Photographier l’immigration : entre formalisme sémiologique et engagement social

Retour sur l’exposition itinérante Migrants en Guyane (2011-2012)
Frédéric Piantoni et Katia Kukawka
p. 101-111

Résumé

La compréhension et l’exposition des réalités migratoires en Guyane par le prisme de la photographie constitue la force et l’originalité de Chercher la vie. Migrants en Guyane, une exposition itinérante créée par le Musée des cultures guyanaises de Cayenne en 2011. Cette démarche photographique visait à représenter le quotidien vécu par les migrants en Guyane. Il s’agissait donc de trouver la juste distance pour donner à voir leurs parcours de vie dans leur environnement. Ce questionnement sur l’instant de la prise de vue et l’espace de représentation des sujets conduit à envisager la photographie à l’aune d’une sémiologie globale nourrie à la fois d’histoire de l’art et de géographie sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Penser l’exposition
La photographie dans le corpus de recherche en géographie sociale
La construction de l’image : entre formalisme sémiologique et engagement social
La formalisation de l’esthétisme géo-photographique au début du XXe siècle
Les portraits sociaux de l’exposition : entre photojournalisme et rencontre de l’autre
De la représentation à l’abstraction
Conclusion : photographier n’est pas assez

Aperçu du début du texte

En 2011, le Musée des cultures guyanaises saisissait l’opportunité d’une Année des Outre-mer français pour présenter, dans trois villes de l’Hexagone, l’exposition Chercher la vie. Migrants en Guyane. Le projet, conçu à partir de la sélection d’une cinquantaine de photographies de Frédéric Piantoni, répondait aux ambitions de cette Année : « Donner de la lisibilité aux cultures ultramarines, dans toute leur diversité et leur richesse. » Il visait aussi à donner à voir les plus « invisibles » de la société guyanaise : des hommes et des femmes en migration, venus chercher la vie sur ce territoire français d’Amérique du Sud où, aujourd’hui encore, un habitant sur deux n’y est pas né.

La Région Guyane, collectivité de tutelle du Musée des cultures guyanaises, avait en 2009 validé les grandes orientations d’un nouveau projet scientifique et culturel (PSC) pour son musée, implanté depuis les années 1990 dans une petite maison créole du centre de Cayenne. Ce PSC dessinait une nouvelle inst...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Piantoni et Katia Kukawka, « Photographier l’immigration : entre formalisme sémiologique et engagement social », Hommes & migrations, 1322 | 2018, 101-111.

Référence électronique

Frédéric Piantoni et Katia Kukawka, « Photographier l’immigration : entre formalisme sémiologique et engagement social », Hommes & migrations [En ligne], 1322 | 2018, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/6678 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.6678

Haut de page

Auteurs

Frédéric Piantoni

Maître de conférences en Géographie, université de Reims, UMR 196 CePeD (université Paris-Descartes, IRD).

Articles du même auteur

Katia Kukawka

Conservatrice en chef du patrimoine, directrice adjointe du musée d’Aquitaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals