Navigation – Plan du site
Dossier

Habiter en exil

Marianne Amar
p. 55-66

Résumé

Habiter en situation migratoire pourrait passer pour un quasi oxymore, tant le sentiment de déracinement ou la précarité matérielle semblent contredire les notions de permanence et de sûreté attachées aux représentations et à la pratique d’un chez-soi. L’historiographie des migrations permet d’identifier différentes stratégies qui relèvent de cet art paradoxal de l’habiter en exil. Car les exilés parviennent à ménager un lieu où trouver refuge à partir de l’absence même du pays quitté. L’analyse de leurs témoignages découvre leur capacité à bâtir cet habitat, si temporaire soit-il, où l’autre, enfin, peut devenir un hôte.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les déracinés 
L’installation empêchée
Les liens maintenus
Dépasser la nostalgie
Rituels et symboles 
Réinventer des lieux
Habiter en mouvement
L’archipel de l’exil

Aperçu du début du texte

En quel lieu habiter quand on est en exil ? Ou plutôt : comment, et où, être chez soi lorsque l’on a quitté, par choix ou contraint, sa terre natale, celle qui nous a construit, celle dont on parle la langue ? Question centrale, si intimement mêlée aux migrations et à leur historiographie qu’elle permet d’en scander les interprétations et la chronologie.

Pour entrer dans l’analyse, on voudrait s’arrêter aux images de notre temps. Personne n’a pu échapper aux photographies de migrants échoués à Calais, à Lampedusa, sur l’île de Lesbos, dans la vallée de la Roya ou Porte de la Chapelle à Paris. Les files jetées sur les routes, butant sur les barbelés ou les frontières infranchissables, noyées de boue et de pluie, accablées de chaleur et de poussière, sont devenus un topos visuel des représentations de l’exil, faisant lien avec le vocabulaire iconographique fixé par les photographes de la Retirada espagnole de 1939.

Mais aussi sidérantes soient-elles, ces images compassionnelles ne disen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Amar, « Habiter en exil », Hommes & migrations, 1323 | 2018, 55-66.

Référence électronique

Marianne Amar, « Habiter en exil », Hommes & migrations [En ligne], 1323 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/7275 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.7275

Haut de page

Auteur

Marianne Amar

Historienne, cheffe du département Recherche au Musée national de l’histoire de l’immigration.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals