Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1323MuséeLittératureLa haine du migrant

Musée
Littérature

La haine du migrant

Alexis Nuselovici (Nouss)
p. 139-145

Résumé

La haine innerve et corrode les représentations contemporaines de l’exil. Elle est partout dans l’actualité des sociétés européennes confrontées à l’arrivée de ces autres dont l’altérité même est construite pour susciter la défiance des populations. Cette haine qui modifie les visages de l’accueil en masque de rejet constitue un thème majeur de la littérature contemporaine. Son traitement littéraire, de Mohammed Mbougar Sarr à Gaël Faye, en passant par Gwenapelle Aubry ou Nathacha Appanah permet d’appréhender la formation d’une poétique de l’exil qui questionne les fondements éthiques de l’humanité.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une épopée du drame migratoire contemporain
L’expérience exilique : du territoire à l’identité
Le devenir fou des exilés
La triste passion de la haine des autres… et de soi

Aperçu du texte

La haine du migrant et non des migrants, la haine et non la peur, pour insister sur ce qui échappe à l’explication sociopolitique ou psychologique dans une tentative de compréhension des opinions publiques réticentes à l’accueil des migrants et des directives migratoires en Europe, largement fondées sur le rejet, l’enfermement et la répression. La peur désigne un objet plus ou moins identifié, la haine un support ou un cadre pour un objet inconnu. Le singulier à « migrant » pour en faire une figure de fantasme, une image floue, propre à satisfaire l’impulsion haineuse. Antérieurement, les migrants faisaient peur : violence des Polonais, saleté des Italiens, rapacité des Albanais, « travail d’Arabe », hypersexualité des Africains… Aujourd’hui, ils font masse, « les-migrants » (à prononcer comme un seul mot, comme « l’émigrant »), sans catégorisation nationale, et cette indistinction gomme toute qualité, positive ou négative, à louer ou à condamner. Ne reste que la haine. Comme les Ju...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Nuselovici (Nouss), « La haine du migrant »Hommes & migrations, 1323 | 2018, 139-145.

Référence électronique

Alexis Nuselovici (Nouss), « La haine du migrant »Hommes & migrations [En ligne], 1323 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 06 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/7422 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.7422

Haut de page

Auteur

Alexis Nuselovici (Nouss)

Professeur de littérature, université d’Aix-Marseille, chaire « Exil et migrations », Collège d’études mondiales (FMSH, Paris).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search