Navigation – Plan du site
Musée
Littérature

Poétique de l’impasse. Découverte de la ville et écriture de soi

Nicolas Treiber
p. 146-155

Résumé

Les représentations négatives de la ville occidentale traversent l’histoire de la littérature. La découverte de l’hostilité du monde urbain constitue ainsi un motif récurrent de l’expérience migratoire. Un commun effroi devant l’indifférence et la solitude semble relier les voyageurs européens du tournant du XXe siècle aux migrants afro-antillais venus achever leurs études à Paris durant les années 1950. Des témoignages des auteurs aux trajectoires de leurs personnages, le traitement littéraire de la ville s’appuie sur les impasses qu’il érige en mobilisant les ressources poétiques de leur franchissement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le pouvoir d’arraisonnement du monde urbain
La découverte de la ville-jungle
Une expérience mortifère
Les ressources de l’écriture de soi
Des procédés de sauvetage

Aperçu du début du texte

Cela peut survenir partout. Sur un trottoir parmi la foule, comme dans la solitude d’une chambre de meublé : un silence assourdissant dans le bruit qui oppresse, un accablement soudain, les membres qui flanchent, la conscience embrouillée qui perd ses repères, et tout l’être conduit à expérimenter le face-à-face brutal avec la grande ville occidentale. Cette expérience du choc au contact d’un univers hostile constitue un thème récurrent des représentations littéraires de l’arrivée dans la ville. Or la généalogie de l’imaginaire de la ville-jungle révèle dans ses taillis une parenté possible entre des écrivains européens et afro-antillais qui représentent dans leurs œuvres une expérience commune du monde urbain chez ceux qui le découvrent : l’épreuve de son écrasante étrangeté.

Dans son essai, Les villes imaginaires dans la littérature française, Jean Roudaut considère que l’image de la « ville maléfique est liée au transfert de population qui s’opère dès le XVIIIe siècle de la campag...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Treiber, « Poétique de l’impasse. Découverte de la ville et écriture de soi », Hommes & migrations, 1323 | 2018, 146-155.

Référence électronique

Nicolas Treiber, « Poétique de l’impasse. Découverte de la ville et écriture de soi », Hommes & migrations [En ligne], 1323 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/7431

Haut de page

Auteur

Nicolas Treiber

Docteur en littérature, Cielam, université Aix-Marseille.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals