Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1323Champs libresLivresGeorges Didi-Huberman, Niki Giann...

Champs libres
Livres

Georges Didi-Huberman, Niki Giannari, Passer, quoi qu’il en coûte

Paris, éd. de Minuit, 2017, 98 pages, 11,5 €
Monika Marczuk
p. 218
Référence(s) :

Georges Didi-Huberman, Niki Giannari, Passer, quoi qu’il en coûte, Paris, éd. de Minuit, 2017, 98 pages, 11,5 €.

Texte intégral

1L’ouvrage s’ouvre sur un poème de Niki Giannari, Des spectres hantent l’Europe, que Georges Didi-Huberman commente et éclaire. Poétesse vivant à Thessalonique, « la plus clandestine des écrivaines grecques aujourd’hui », comme la qualifie l’auteur, Niki Giannari a écrit ces vers en 2016 pour accompagner le film éponyme de Maria Kourkouta, témoignage de la vie des habitants du camp de réfugiés à Indomeni, ville grecque proche de la frontière macédonienne. Ainsi l’auteur se sert des vers du poème pour en faire des titres de chapitres ou les parsème dans le texte avec les images en noir et blanc tirées du film. Il s’y arrête, les sonde et les approfondit. De nombreux excursus philosophiques évoquent les thèses d’Hannah Arendt, de Sigmund Freud, de Heinrich Heine et d’autres, mais n’alourdissent aucunement son propos qui, tout au contraire, reste fidèle à l’esprit du poème. Deux idées sont centrales dans le texte de Didi-Huberman, de même que dans le poème de Niki Giannari. D’abord, l’idée du désir : les réfugiés, les migrants, les apatrides et tous ceux qui partent de chez eux – peu importent les raisons du départ – incarnent le désir « très humain » et « que rien ne peut vaincre » de passer, d’être en mouvement. Ce désir se présente aux auteurs comme la plus spontanée des affirmations de la vie humaine : plus originelle que le besoin de s’établir, plus vitale que la peur de la mort, plus irrésistible que les obstacles, même les plus redoutables, qui empêchent le passage. Pour les penseurs présocratiques, le mouvement était le principe même de la vie : est vivant ce qui se meut. Aujourd’hui, ce principe – en ce qui concerne l’homme – peut être nommé le désir. Les réfugiés du camps d’Indomeni n’expriment que « le simple désir de passer ». « Passer. Passer quoi qu’il en coûte. Plutôt crever que ne pas passer. Passer pour ne pas mourir… » Les frontières sont toutefois fermées devant eux, réprimant leur désir de passer. Désir qui s’avère aussi frustré – tous les jours, ils voient passer à toute vitesse les trains de marchandises avançant vers le nord de l’Europe. Le droit de passer ne devrait-il pas être universellement et indiscutablement accordé à tous du simple fait que la vie humaine a pour principe même le mouvement ? Les spectres – ceux qui ont vécu une expérience limite, celle entre la vie et la mort (réduction à l’esclavage, traversée de la mer, dénouement, etc.) – sont devenus des fantômes, des humains à qui la mort n’est plus fondamentalement étrangère. Didi-Huberman perçoit dans les êtres spectraux qui affluent en Europe, dans ces « passants », la résurgence du passé ancestral que les habitants de l’Europe ont refoulé. Le spectre, dit-il, n’est qu’un « étranger familial » qui fait peur car il semble en mesure d’ouvrir une ancienne blessure qui ne laisserait plus vivre comme avant. L’auteur s’interroge sur l’impensé auquel ces spectres renvoient le vieux continent ou à quelle histoire ils le ramènent. Question à laquelle on laisse le lecteur découvrir la réponse.

2L’ouvrage déploie en termes clairs et intelligibles une autre vision, que celle à laquelle ramènent souvent les lieux communs, au sujet de ce qu’on a déjà l’habitude appeler « la crise des réfugiés ». À la fois poétique et politique, il donne de nouveaux outils pour penser, sensiblement et rigoureusement, l’actualité. Cependant, l’usage persistant de la particule « nous » semble, d’un côté, atténuer la dimension critique du propos, pourtant pertinent, et son ambition d’impartialité, et, de l’autre, trahir un sentiment – vide et exagéré – de solidarité, voire de pitié, envers les réfugiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monika Marczuk, « Georges Didi-Huberman, Niki Giannari, Passer, quoi qu’il en coûte »Hommes & migrations, 1323 | 2018, 218.

Référence électronique

Monika Marczuk, « Georges Didi-Huberman, Niki Giannari, Passer, quoi qu’il en coûte »Hommes & migrations [En ligne], 1323 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2018, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/7961 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.7961

Haut de page

Auteur

Monika Marczuk

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search