Navigation – Plan du site
Le Point Sur

Géographie et intersectionnalité des actes antimusulmans en région parisienne

Kawtar Najib
p. 19-26

Résumé

L’analyse socio-spatiale des discriminations touchant les populations musulmanes ou présumées comme telles dans la région parisienne se fonde sur deux perspectives complémentaires : la géographie et les discriminations croisées. Ainsi, les femmes voilées apparaissent comme les victimes majoritaires de l’islamophobie, selon les données du Collectif contre l’islamophobie en France. Or les violences physiques et symboliques que subissent les Musulmans bénéficient également d’une distribution spatiale inattendue : Paris est le département d’Île-de-France le plus touché par les actes antimusulmans. Ces derniers ont lieu au cœur de la ville, pas forcément dans les quartiers de résidence des populations qui en sont la cible.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche financé par la Commission européenne portant sur les espaces des actes antimusulmans dans les régions parisienne et londonienne (SAMA Project : Spaces of Anti-Muslim Acts in the Greater Paris and Greater London Regions). Je tiens à remercier mon superviseur Peter Hopkins pour son constant soutien ainsi que la géographe Claire Hancock pour ses premiers conseils.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Contribution géographique aux recherches sur l’islamophobie
Les espaces et les lieux de l’islamophobie dans la région parisienne
La perspective intersectionnelle de l’islamophobie
Les femmes, premières victimes des actes antimusulmans
Un profil type de la victime discriminée
Conclusion

Aperçu du début du texte

La question de la visibilité des populations musulmanes dans l’espace public a pris une grande ampleur dans les débats sociétaux contemporains. Ces débats remontent à plusieurs dizaines d’années et ont conduit à la mise en place de lois qui interdisent la visibilité des signes religieux dans l’espace public. Bien que la critique des pratiques religieuses et culturelles se doive de rester possible, cette entreprise politique a entraîné des dérives importantes telles que la stigmatisation grandissante des populations musulmanes, une stigmatisation qui a favorisé l’émergence d’un rejet antimusulman et des actes de discrimination de plus en plus nombreux. En effet, la hausse des actes antimusulmans est attestée par les rapports de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) et ceux du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), tandis que la stigmatisation et les discriminations des Musulmans apparaissent plus fréquentes que celles des autres groupes religie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kawtar Najib, « Géographie et intersectionnalité des actes antimusulmans en région parisienne », Hommes & migrations, 1324 | 2019, 19-26.

Référence électronique

Kawtar Najib, « Géographie et intersectionnalité des actes antimusulmans en région parisienne », Hommes & migrations [En ligne], 1324 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/8224 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.8224

Haut de page

Auteur

Kawtar Najib

Postdoctorante Marie-Curie en géographie, université de Newcastle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals