Navigation – Plan du site
Musée
Images

Asiatiques, la communauté invisible ?

Deux personnalités médiatiques livrent leur réflexion
Lucile Humbert Wozniak
p. 187-191

Résumé

Née en 1979 à Grenoble, Grace Ly est une activiste féministe, figure désormais incontournable de l’asiomilitantisme. En 2012, alors qu’elle est agacée d’entendre des horreurs sur la nourriture chinoise, elle crée son blog food, La petite banane, au titre ironique lié à sa double identité franco-chinoise, « jaune dehors mais blanche dedans », en 2012. Avec le climat de crispations identitaires, son blog devient de plus en plus politique. Elle crée également Ça reste entre nous, websérie documentaire qui donne la parole aux Asiatiques en France. Des hommes et des femmes asiatiques de milieux et professions différents contribuent à chaque épisode et échangent, autour d’une table, à propos d’un thème particulier. Réalisatrice, blogueuse, journaliste, elle vient récemment d’ajouter une nouvelle corde à son arc en publiant un premier roman au titre auto-provocateur, Jeune fille modèle, aux éditions Fayard. Aujourd’hui, avec le développement d’une sphère essentiellement culturelle impliquée dans la lutte contre le racisme anti-asiatique portée, par exemple, par le jeune Collectif asiatique décolonial et le magazine Koï fondé par Julie Hamaïde, Grace Ly a accepté de répondre à aux questions de la revue Hommes & Migrations.

Artiste protéiforme, inclassable, comédien, rappeur, photographe. De mère française et de père vietnamien qui ont fui le chaos d’après-guerre et s’exilent en France, il passe son enfance dans le Val-de-Marne où il est MC sur la scène hip-hop et réalisateur de clips. Attiré par la comédie, il étudie l’art dramatique. Après avoir débuté sa carrière à la télévision, il participe à des courts-métrages de cinéma d’auteur et investit le théâtre. On l’a d’ailleurs vu cet été au Festival d’Avignon dans la pièce Certaines n’avaient jamais vu la mer, adaptée du roman de Julie Otsuka, qui fait parler des oubliées de l’histoire : les migrantes japonaises aux États-Unis. Sa passion pour l’image le mène également à la photographie. Il partage sa vie entre Paris et Marseille.

Haut de page

Notes de la rédaction

Entretien réalisé par Lucile Humbert Wozniak.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Hommes & Migrations : Diriez-vous qu’aujourd’hui vous êtes la porte-parole de cette deuxième génération qui a souffert d’une forme d’invisibilité et du stéréotype de l’intégration « modèle » ?

Grace Ly : Ce que je fais aujourd’hui, je le fais d’abord pour moi. Je me réjouis si d’autres s’y retrouvent, mais ce n’est pas mon but. J’ai écrit Jeune fille modèle car je rêvais, enfant, de le lire. J’ai créé la websérie Ça reste entre nous parce que j’avais envie de voir des personnes qui me ressemblent à l’écran en train de discuter de thématiques tout à fait universelles, comme l’amour, le couple, la famille, les attentes sociales. J’ai ouvert mon blog La petite banane pour partager les bonnes adresses de cantines asiatiques où mes parents m’emmenaient manger pour retrouver les saveurs de leur enfance. Je suis mal à l’aise avec le concept de « porte-parole d’une génération » : je n’ai de mandat que pour parler en mon nom.

Les Asiatiques de France sont souvent désignés comme des immigrés « ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Humbert Wozniak, « Asiatiques, la communauté invisible ? », Hommes & migrations, 1324 | 2019, 187-191.

Référence électronique

Lucile Humbert Wozniak, « Asiatiques, la communauté invisible ? », Hommes & migrations [En ligne], 1324 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/8973

Haut de page

Auteur

Lucile Humbert Wozniak

Documentaliste responsable du pôle audiovisuel au MNHI.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals