Navigation – Plan du site
Le Point Sur

Un allié précieux : l’art dans les mouvements immigrés à Paris et à Londres (1958-1978)

Maître de conférences en science politique à l’université Lyon 2
Angéline Escafré-Dublet
p. 47-55

Résumé

Un carnaval reggae dans les rues de Londres, un festival de théâtre en région parisienne, des concerts rock entre Paris et Londres contre le racisme et les violences policières dont sont victimes les populations immigrées… Au tournant des années 1960, les militants et les créateurs font de leur art l’instrument d’une vive dénonciation des conditions de vie déplorables que subissent les immigrés caribéens et maghrébins à Londres et à Paris. De Notting Hill à Ménilmontant, les immigrés affirment sans détour leur présence culturelle et leur visibilité dans l’espace public, bien avant que les autorités des deux pays se soient saisies de la diversité de leur population comme d’un atout.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Appropriation et contestation à Londres : le carnaval de Notting Hill
Donner une voix aux Noirs britanniques
Expressions et revendications d’autonomie à Paris : le théâtre des travailleurs immigrés
Autonomie culturelle et politique
L’essor d’un théâtre immigré militant
Conclusion : des convergences dans le rapport aux institutions

Aperçu du début du texte

Les formes artistiques comme la musique, mais aussi le théâtre, la danse ou les arts graphiques, apparaissent comme des moyens privilégiés d’expression des populations issues des migrations, quand les autres canaux traditionnels de la participation politique – comme le vote et l’accession à des fonctions électives – leur sont difficilement accessibles. À Paris comme à Londres, l’organisation de carnavals, de festivals, de concerts et de spectacles est venue accompagner les mobilisations des immigrés des années 1960 aux années 1980, au-delà du simple divertissement. À Londres, les militants de la communauté caribéenne de Londres choisissent de répondre aux tensions racistes qui ont lieu dans le quartier de Notting Hill en organisant un carnaval où se produisent groupes de musique et de danse des Caraïbes, dès 1959. À Paris, le mouvement de défense des travailleurs immigrés fait du théâtre un outil privilégié de son militantisme. Comment expliquer ces choix ? Quels en ont été les moda...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angéline Escafré-Dublet, « Un allié précieux : l’art dans les mouvements immigrés à Paris et à Londres (1958-1978) », Hommes & migrations, 1325 | 2019, 47-55.

Référence électronique

Angéline Escafré-Dublet, « Un allié précieux : l’art dans les mouvements immigrés à Paris et à Londres (1958-1978) », Hommes & migrations [En ligne], 1325 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/9141 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.9141

Haut de page

Auteur

Angéline Escafré-Dublet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals