Navigation – Plan du site
Au Musée
Repérage

Gérald Bloncourt par lui-même. Hommage

Entretien avec Gérald Bloncourt réalisé en avril 2013
Marie Poinsot et Anne Volery
p. 136-144

Notes de la rédaction

Nous avons appris avec regret et beaucoup d’émotions le décès de Gérald Bloncourt le 29 octobre 2018. Photographe important dans les collections du Musée1, nous l’avions rencontré en avril 2013 à l’occasion de l’exposition qu’il présentait au Musée, Pour une vie meilleure, photographies de Gérald Bloncourt, qui abordait l’immigration portugaise à travers cinquante de ses photographies prises en France et au Portugal entre 1954 et 1974. Nous avions réalisé à l’époque un long entretien avec lui et nous avions publié la partie en lien avec l’immigration portugaise et l’exposition. Nous publions aujourd’hui, en forme d’hommage, les parties de l’entretien où il est revenu sur sa vie, sa propre émigration, ses engagements et sa conception de la photographie et de son métier de photo-journaliste.

Quand nous l’avions interrogé sur ses photos, Gérald Bloncourt ne nous avait pas répondu directement. Pour lui, ses photos parlent d’elles-mêmes si on fait l’effort de les regarder. Plutôt que de parler de ses photos donc, il nous a expliqué, patiemment, ce qui l’avait amené à les prendre. Et c’est son parcours qu’il nous a retracé avec beaucoup d’honnêteté à travers une série d’anecdotes toutes en images, presque une série d’instantanés : Haïti d’abord. Les conditions de vie, la dictature. La prise de conscience très tôt des inégalités sociales et de l’exploitation qui le pousse à s’engager politiquement. Viennent ensuite l’exil, les petits boulots, la rencontre avec la photographie, puis l’engagement toujours, cette fois à travers son objectif de photographe.

Gérald Bloncourt naît en 1926 en Haïti. C’est le contexte, économique, politique et social d’Haïti, presque autant que son milieu familial, qui le marque et qui lui font prendre conscience, très jeune, des inégalités sociales et de l’exploitation. Il décidera de les combattre en s’engageant dans la révolution de janvier 1946.

Après l’échec de la révolution, Gérald Bloncourt est expulsé. Vers la Martinique d’abord. De là, il gagnera la France métropolitaine. Il débarque au Havre, dans une ville en ruine, le 15 mai 1946. Parcours presque « banal » d’un émigré qui croise en chemin André Breton, Aimé Césaire, les derniers bagnards de Cayenne, et qui « débarque » dans un monde dont il ne connaît pas les codes et qui s’attelle à plusieurs petits boulots jusqu’à trouver « sa » voie presque par hasard.

Bloncourt devient, presque par hasard, photographe à L’Humanité (à la rubrique « le Front du travail »). Un jour, il croise Robert Capa. Cette rencontre furtive fut décisive pour lui. Capa allait sur les terrains d’opérations pour mieux combattre la guerre. Il décide d’aller dans les usines et les bidonvilles pour mieux dénoncer la misère. Ce faisant, il rompt alors avec les habitudes de la presse de l’époque qui publie des clichés anonymes de « travailleurs en rang d’oignons ». Il impose à la rédaction de nouvelles prises de vues montrant des visages, des mains, des hommes en train de travailler, des conditions de vies. Il regarde, observe, se rend sur place, prend des risques et témoigne, dénonce par l’image.

Pour lui, tout ne se photographie pas. Il y a des choses dont il ne peut rendre compte par l’image : la mort, que ce soit dans la guerre du Front Polisario ou lors du tremblement de terre de 1982 dans la région de Naples, ou, plus intimement, Haïti. Le travail de Gérald Bloncourt relève d’une certaine culture de l’image dans la lignée des grands photographes humanistes dont il fait partie.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Gérald Bloncourt : Je dois dire d’abord que je suis haïtien. Cela me tient à cœur. Quand on vous fout dehors, on n’a qu’une idée, c’est de revenir. J’avais 19 ans quand j’ai été expulsé de mon pays manu militari à la suite des fameuses Cinq Glorieuses, quand nous avions renversé le gouvernement Lescot à l’époque.

Je suis né dans le Sud d’Haïti, d’un père guadeloupéen et d’une mère française, dont les parents étaient d’ailleurs italiens, c’était aussi une immigrée. Je suis né le 4 novembre 1926, dans un petit village au sud de Jacmel. J’y ai grandi jusqu’à l’âge de 10 ans. J’ai vécu au milieu de toutes ces inégalités sociales et du racisme. Mes parents étaient assez démocrates et progressistes. Ma mère était très en avance, une « MLF » de l’époque. J’ai vécu la lutte contre l’occupation américaine. Mon père a d’ailleurs été emprisonné. Toute ma jeunesse s’est passée dans cette espèce de violence : les manifestations, les têtes coupées…, mais aussi la violence des cyclones, du temps. Q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Poinsot et Anne Volery, « Gérald Bloncourt par lui-même. Hommage », Hommes & migrations, 1325 | 2019, 136-144.

Référence électronique

Marie Poinsot et Anne Volery, « Gérald Bloncourt par lui-même. Hommage », Hommes & migrations [En ligne], 1325 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/9210

Haut de page

Auteurs

Marie Poinsot

Rédactrice en chef.

Articles du même auteur

Anne Volery

Editrice multimédia.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals