Navigation – Plan du site
Au Musée
Réseau

Migrations : Clermontois venus d’ailleurs

Une exposition pour rendre compte des apports migratoires dans la construction d’une capitale régionale
Jacques Barou
p. 145-152

Résumé

La municipalité de Clermont-Ferrand a lancé en 2016 un appel à proposition pour la réalisation d’une exposition rendant compte du rôle des migrations, aussi bien internes qu’internationales, dans le développement de la ville, que ce soit sur le plan démographique, économique ou culturel. Dans le souci de s’appuyer sur une approche scientifique, la municipalité a d’abord demandé la réalisation d’un rapport de recherche présentant toutes les garanties de sérieux et a constitué un comité scientifique pour superviser l’ensemble de la démarche. Composé de spécialistes reconnus il a été placé sous la présidence de Benjamin Stora, président du conseil d’orientation de l’Établissement public du Palais de la Porte Dorée. Le rapport a été remis et discuté devant le comité scientifique le 14 novembre 2017 et l’exposition intitulée Clermontois venus d’ailleurs a été inaugurée le 20 juin 2018 dans la salle Gilbert Gaillard située dans le cœur historique de la ville. L’enjeu était à la fois d’illustrer les informations apportées par le rapport scientifique et de donner à voir de façon ludique et plaisante le rôle des migrations dans l’évolution de la ville. Pour cela l’exposition alterne la présentation de cartes indiquant les origines des différentes vagues migratoires aux différentes époques et la présentation d’objets, de photographies, de peintures et de portraits de Clermontois issus des diverses immigrations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une volonté de rendre compte de l’ensemble des flux migratoires sur une longue période
La vigne à l’origine des premières migrations paysannes vers la ville
L’aneth, un symbole d’hospitalité
L’hévéa ou la mobilité vers les horizons lointains
Le chou cavalier, lien entre monde industriel et monde rural
Le figuier ou l’enracinement
L’angélique et l’ouverture au monde
L’histoire continue

Aperçu du début du texte

Une volonté de rendre compte de l’ensemble des flux migratoires sur une longue période

Dans un souci de rendre compte de l’originalité du cas clermontois, l’exposition remonte loin dans le temps. Sa chronologie commence avec les chasseurs de l’époque paléolithique qui ont laissé des traces dans la région puis enchaîne avec les Celtes, plus immigrés qu’envahisseurs ; ils sont les premiers à s’installer et à urbaniser les buttes qui constituent aujourd’hui le cœur historique de la cité. Dès la période gallo-romaine, les campagnes alentour sont extrêmement peuplées et l’on voit ainsi se constituer un réservoir de main-d’œuvre prête à se mouvoir vers les horizons qui lui sembleront susceptibles de lui offrir des opportunités de vie meilleure. Cela se traduit dès le Moyen Âge par des flux qui se dirigent vers l’Espagne et qui iront en s’amplifiant jusqu’au XIXe siècle, époque à laquelle Paris devient la première ville auvergnate. La capitale française accueille des paysans qui se font por...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Barou, « Migrations : Clermontois venus d’ailleurs », Hommes & migrations, 1325 | 2019, 145-152.

Référence électronique

Jacques Barou, « Migrations : Clermontois venus d’ailleurs », Hommes & migrations [En ligne], 1325 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/9234

Haut de page

Auteur

Jacques Barou

Directeur de recherche émérite au CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals