Navigation – Plan du site
Champs libres
Initiatives

« Une autre culture antillaise existe ici »

Entretien avec Alain Agat, scénariste, réalisateur de documentaires et écrivain
Lucile Humbert - Wozniak
p. 191-198

Notes de la rédaction

Alain Agat est martiniquais de la seconde génération, il est né le 15 août 1964 à Paris. Il est le scénariste du long-métrage Nèg Maron (2005) ; le co-créateur d’une série TV (Villa Karayib) en 2014, diffusée sur Canal Plus Antilles, et co-réalisateur des documentaires suivants avec Christian Foret : Traces et tracées, ou nouvelles de l’esprit Lasotè (2008), Conversation à une voix… avec Max Cilla (2008), Paroles d’intérieur (2009), 1, 2, toits, Solidaridad (2011), Alberto Lescay (2012). Son premier roman, Négropolis (La manufacture des livres, 2012), traite de la jeunesse urbaine antillaise de part et d’autre de l’océan.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Hommes & Migrations : Pouvez-vous nous parler de votre arrivée dans le monde du cinéma ?

Alain Agat : Elle est quasi accidentelle. C’est avant tout une histoire de rencontres, d’affinités intellectuelles avec des personnes avec qui je m’accordais sur la nécessité de rendre le cinéma à ceux à qui il était aussi destiné. Cela a débouché sur la création d’un festival de cinéma en Guadeloupe en 1996, puis sur la participation à différents concours de scénario.

H&M : Quel rapport personnel entretenez-vous avec la Martinique ?

A. A. : Un rapport intime, et comme tel, contradictoire. Je considère n’être né ni à Paris, ni à Fort-de-France, mais dans Le discours antillais d’Édouard Glissant. C’est cet ouvrage qui m’a permis de comprendre les contradictions que j’avais perçues, enfant, chez mes parents, et de voir en la Martinique une société si complexe. De manière plus générale, mon rapport n’est pas différent de celui que j’ai vu chez beaucoup d’autres Martiniquais, avec à l’esprit cet écho l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucile Humbert - Wozniak, « « Une autre culture antillaise existe ici » », Hommes & migrations, 1325 | 2019, 191-198.

Référence électronique

Lucile Humbert - Wozniak, « « Une autre culture antillaise existe ici » », Hommes & migrations [En ligne], 1325 | 2019, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/9384

Haut de page

Auteur

Lucile Humbert - Wozniak

Documentaliste audiovisuelle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals