Navigation – Plan du site
Le Point Sur

« Londres ou rien » : rites de passage chez les jeunes Australiens de Londres

Erica Consterdine et Michael Collyer
p. 59-67

Résumé

Londres constitue une destination de choix pour la jeunesse australienne, première bénéficiaire du Youth Mobility Scheme (YMS). Ce programme de mobilité destiné aux ressortissants du Commonwealth permet aux jeunes migrants de certaines nations de travailler et de résider au Royaume-Uni pendant deux ans au maximum. Les jeunes Australiens sont nombreux à se retrouver dans cette capitale cosmopolite, concevant leur séjour londonien comme un véritable rite collectif de passage. Ce faisant, ils endossent le statut paradoxal de migrants temporaires qui se comportent dans leur ville d’accueil comme s’ils étaient chez eux.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La migration australienne à Londres
Le Commonwealth et la mobilité des jeunes
La migration comme rite de passage
Capital culturel et « super-diversité »
L’intégration des migrants temporaires
Conclusion

Aperçu du début du texte

Alors que le Royaume-Uni cherche à se détacher de l’Union européenne (UE), les questions sur l’avenir de Londres en tant que grand centre financier et urbain de l’Europe sont nombreuses. Londres a longtemps été considérée comme une « ville de grande diversité », très différente – tant sur le plan politique que démographique – du pays bien réel qu’elle représente. Londres est indéniablement une ville d’immigration : selon une étude réalisée par l’Observatoire des migrations en 2018, environ 41 % de sa population est née hors du Royaume-Uni. Les migrants qui sont attirés par Londres contribuent à perpétuer ce cosmopolitisme si essentiel à son caractère. Ils sont attirés par le dynamisme urbain et les opportunités qu’offre cette ville en termes d’emploi. Plus que partout ailleurs au Royaume-Uni, la migration influence et nourrit tous les aspects de la vie à Londres.

Avec l’arrivée imminente du Brexit, le projet visant à mettre fin à la libre circulation soulève des questions majeures su...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erica Consterdine et Michael Collyer, « « Londres ou rien » : rites de passage chez les jeunes Australiens de Londres », Hommes & migrations, 1326 | 2019, 59-67.

Référence électronique

Erica Consterdine et Michael Collyer, « « Londres ou rien » : rites de passage chez les jeunes Australiens de Londres », Hommes & migrations [En ligne], 1326 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/9665 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.9665

Haut de page

Auteurs

Erica Consterdine

Chercheure associée au Sussex Centre for Migration Research (SCMR) et au départements de sciences politiques, université du Sussex.

Michael Collyer

Professeur de géographie, université du Sussex.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals