Navigation – Plan du site
Le Point Sur

Londres : un refuge pour les exilés du Bahreïn

Claire Beaugrand
p. 69-75

Résumé

Les relations entre le Bahreïn, centre névralgique de l’Empire britannique dans la région du Golfe, et le Royaume-Uni sont marquées par leur héritage colonial. Londres a longtemps interféré dans les affaires politiques de l’île et introduit des pratiques de bannissement et d’exil forcé des individus s’opposant à ses intérêts. Ironiquement, la capitale britannique est devenue, un demi-siècle plus tard, un refuge privilégié pour les exilés bahreïniens en proie à la répression politique dans leur pays d’origine. Les générations de leaders politiques bahreïniens s’y succèdent ainsi, donnant lieu, paradoxalement, à la structuration d’une opposition en exil dans le pays comptant parmi les plus solides alliés de la dynastie en place.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Londres, Bahrein, exil, accueil
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les trajectoires d’exil jusqu’à l’amnistie de 2001
Une politique d’accueil des exilés islamistes
Le retour des exilés et le soulèvement de 2011
L’émergence d’une nouvelle génération d’exilés politiques

Aperçu du début du texte

Contrairement aux autres monarchies du Golfe, plus enclines à la cooptation ou à la négociation avec les opposants au régime, le Bahreïn a une longue tradition d’exil forcé de son opposition politique. Cette singularité s’explique pour une part par l’héritage colonial britannique. En effet, l’Empire britannique avait fait de ce petit archipel sa principale base dans le Golfe : dès 1900, les Britanniques y postèrent un agent politique avant que Manama ne devienne, en 1947 lors de l’indépendance de l’Inde, le siège de l’administration coloniale pour l’ensemble de la région du Golfe, en remplacement de Bushehr, en Iran. Pour les Britanniques, il était primordial d’éviter toute forme de contestation sur ce petit archipel, de sorte que les leaders des mouvements de protestation furent condamnés à l’exil et déportés vers d’autres territoires de l’empire, qu’il s’agisse de Bombay, lors d’un soulèvement au début des années 1920, ou de l’île de Sainte-Hélène, après les événements de 1956, lo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Beaugrand, « Londres : un refuge pour les exilés du Bahreïn », Hommes & migrations, 1326 | 2019, 69-75.

Référence électronique

Claire Beaugrand, « Londres : un refuge pour les exilés du Bahreïn », Hommes & migrations [En ligne], 1326 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/9689 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.9689

Haut de page

Auteur

Claire Beaugrand

Lecturer, institute of Arab and Islamic Studies, university of Exeter.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals