Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1326Le Point SurLondres 1962-1989 : histoires de ...

Le Point Sur

Londres 1962-1989 : histoires de médias par et pour les immigrés>

Nina Lostis
p. 77-82

Résumé

Londres, ancienne capitale coloniale et métropole multiculturelle aujourd’hui, voit naître, depuis les années 1950-1960, un grand nombre de journaux et de radios créés par des immigrés qui s’adressent principalement à leur communauté. Insatisfaits des informations diffusées dans les médias de masse, ils sont nombreux à répondre aux attentes des différentes communautés et à maintenir le lien avec les pays d’origine. L’histoire de ces médias n’est pas vraiment écrite et reste encore mal connue.>

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En français : médias ethniques, médias communautaires, médias des minorités ethniques. Le terme plu (...)
  • 2 Claire Frachon, Virginie Sassoon (dir.), Médias et diversité. De la visibilité aux contenus. État d (...)

1À ce jour, les études sur les médias et les populations immigrées, appelées le plus souvent « ethnic media », « community media » ou encore « ethnic minority media1 », constituent un domaine de recherche peu exploré en histoire. Les sociologues s’y sont récemment intéressés, mais leurs études se concentrent principalement sur les médias du XXIe siècle. C’est ce que constatait déjà en 2008 l’ouvrage collectif Médias et diversité, qui avait intitulé une partie : « Les médias des minorités ethniques, des diversités… : un champ à explorer2 ». Les études sociologiques analysent comment les migrants peuvent encore utiliser les médias pour faire entendre leur voix, leurs revendications et affirmer leur place dans la société d’accueil. Leurs travaux portant sur les corpus de contenus diffusés, et la réception et les publics touchés ne retracent que partiellement l’histoire des médias ethniques créés entre 1960 et 1990. La plupart des études concernent en effet les médias en ligne.>

Une histoire méconnue>

  • 3 Paul Foot, Immigration and Race in British Politics, Londres, Penguin, 1965.
  • 4 Colin Holmes (dir.), Immigrants and Minorities in British Society, Londres/Boston, Allen & Unwin, 1 (...)
  • 5 Raphael Samuel (dir.), Patriotism: The Making and Unmaking of British National Identity. Volume I e (...)
  • 6 Panikos Panayi, The Impact of Immigration: A Documentary History of the Effects and Experiences of (...)

2L’histoire des communautés immigrées au Royaume-Uni et, en particulier, à Londres fait l’objet de travaux multiples : Immigration and Race in British Politics de Paul Foot en 19653, Immigrants and Minorities in British Society de Colin Holmes en 19794, les deux volumes édités par Raphael Samuel en 1989 sur la fabrication des identités5 ou encore The Impact of Immigration de Panikos Panayi en 19996. De même, l’histoire et les évolutions de la presse britannique des XIXe et XXe siècles sont également bien couvertes, comme celles de la radio bien que plus récentes. Est également bien étudiée la politique d’intégration des immigrés dans les médias britanniques. Pourtant, si l’on croise les domaines de recherche sur les médias et les migrations à Londres et si l’on s’intéresse à l’histoire des médias réalisée par et pour les immigrés, on peut identifier un angle mort des travaux académiques.>

  • 7 A Century of Black Journalism in Britain de Lionel Morrison n’est pas disponible en France et n’a d (...)
  • 8 Reynald Blion, Isabelle Rigoni, D’un voyage à l’autre : des voix de l’immigration pour un développe (...)

3<À travers l’histoire des communautés et de leurs grandes figures, certains historiens comme Winston James (américain) et Clive Harris (britannique) ont pu traiter de ces médias, notamment dans leur ouvrage Inside Babylon : The Caribbean Diaspora in Britain (Verso, 1993). Certains journalistes ont tenté d’écrire l’histoire des médias pour les communautés noires, comme l’américain Lionel Morrison : A Century of Black Journalism in Britain : A Kaleidoscopic View of Race and the Media (1893-2003) (Truebay Limited, 2007)7. En outre, beaucoup ont constaté une corrélation entre l’élargissement du spectre des sujets traités dans les médias de masse et les vagues d’immigration en Angleterre. En effet, après l’arrivée d’une importante communauté au Royaume-Uni, la presse ou la radio proposent des contenus orientés vers l’actualité de leur pays d’origine. Cependant, l’histoire des médias s’est largement concentrée sur les grands journaux sans s’intéresser aux médias ethniques. À Londres, les journaux et les kiosques mettaient en avant The London Times ou The Guardian, alors que les journaux ethniques comme The Voice ou l’Eastern Eye étaient moins visibles8. Pourtant, le début des années 1960 voit une multitude de journaux et de radios créés pour des migrants après l’arrivée des immigrés caribéens issus de la « Windrush Generation ».

L’émergence des médias ethniques>

4De nombreux journaux souhaitaient, à l’origine de leur projet de création, informer leurs compatriotes sur l’actualité de leurs îles natales. Capitale du Royaume-Uni et une des principales villes d’accueil de l’immigration, Londres constitue la localisation privilégiée de la majorité des médias ethniques. Si Londres compte un média pour toutes les populations, ainsi que pour presque toutes les religions, seuls certains d’entre eux ont été fondés par des immigrés eux-mêmes. Les contextes économiques et politiques du Royaume-Uni ont certainement été moins favorables aux entreprises médiatiques créées par les immigrés. Bien que leurs histoires soient connues pour la plupart, leurs sources s’avèrent souvent éclatées et inaccessibles depuis la France.>

  • 9 Isabelle Rigoni, « Éditorial. Les médias des minorités ethniques. Représenter l’identité collective (...)
  • 10 Claire Frachon, Virginie Sassoon (dir.), op. cit., p. 120.

5La sociologie définit les ethnic media comme, à la fois, des supports médiatiques et comme des facteurs de production d’identités ethniques. Ces médias se déclinent dans toutes les formes d’expression, écrites, orales et visuelles, et regroupent ainsi la presse écrite, la radio ainsi que les webzines et les réseaux sociaux. Issus des rapports postcoloniaux, de la migration mondialisée et d’une volonté d’affirmation des cultures minoritaires, les ethnic media en Angleterre se développent principalement dans le contexte de la fin des années 19709. Inventé par des chercheurs anglo-saxons, le terme « ethnic media » n’apparaît cependant pas avant les années 1990. Les biographies sur des figures immigrées du monde médiatique comme Val Irvine McCalla ou Claudia Jones – fondateurs de deux grands journaux ethniques – permettent de retracer l’histoire de cette presse particulière. Ces médias ethniques sont restés longtemps dans l’ombre « des grands médias », tels que The Guardian, The Mirror ou la BBC, mais, depuis une dizaine d’années, ils sont considérés « comme de réels concurrents10 ».

  • 11 Alison Donnell (dir.), Companion to Contemporary Black British Culture, Londres, Routledge, 2001 (r (...)

6Cet article n’ambitionne pas de retracer l’histoire des médias créés par et pour les migrants à Londres sur trois décennies, mais de présenter des travaux sur certains médias ethniques comme des illustrations de cette histoire plus globale. Il est important d’évoquer l’ouvrage publié en 2001 par une professeure de lettres, Alison Donnell : Companion to Contemporary Black British Culture11. Cet ouvrage, qui apparaît comme la première référence sur ce thème, analyse dans une approche multidisciplinaire la production culturelle des populations noires en Grande-Bretagne des années 1970 à 2000. Rééditée en 2016, sa nouvelle version s’étend de 1945 à 2010. Dans cet ouvrage, le terme « black » est à prendre au sens large et politique défini dans les années 1980, regroupant les populations africaines, antillaises et sud-asiatiques. L’ouvrage traite des productions culturelles au sens large, et comporte un riche chapitre sur le domaine de l’édition et de la presse qui restent encore invisibles en Grande-Bretagne avant les années 1970. Cependant, ces recherches ne traitent pas des radios créées par les minorités immigrées en Grande-Bretagne. Ce champ semble difficile à explorer par manque de sources et d’accès à des archives trop récentes.

L’immigration postcoloniale à Londres>

  • 12 Angéline Escafré-Dublet dans « 1948-1975 : London Caraïbes », Juke-Box par Amaury Chardeau, France (...)
  • 13 Angéline Escafré-Dublet, Martin Evans, Stéphane Malfettes (dir.), Paris-Londres, Music Migrations, (...)
  • 14 John Mullen, « Du Notting Hill Carnival aux Mêlas : festivals de musique, identité immigrée et inté (...)

7Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Londres doit être reconstruite. En 1948, un navire britannique revenant d’Australie, l’Empire Windrush, fit escale au port de Kingston en Jamaïque où embarquèrent de nombreux Jamaïcains, Trinidadiens et habitants de la Barbade. Tous répondaient à l’appel lancé par le gouvernement britannique qui avait besoin de cette main-d’œuvre extérieure pour reconstruire sa capitale. Cette immigration fut autorisée par une loi leur permettant une libre circulation au sein du Royaume-Uni, ainsi que par un changement de leur statut leur accordant la citoyenneté britannique. En réalité cette nouvelle politique coloniale visait à conserver l’Empire britannique en l’état : « Si la libre circulation est accordée, ce n’est pas qu’on veut les faire venir pour travailler, non. Elle est accordée parce qu’on a peur qu’ils demandent leur indépendance », rappelait l’historienne Angéline Escafré-Dublet lors d’une interview12. En devenant indépendante en août 1947, l’Inde ouvre la voie à de nombreux mouvements d’indépendance dans les colonies, fragilisant l’emprise de l’Empire britannique. Entre 1948 et 1958, près de 125 000 personnes débarquèrent au port de Londres. Pour la plupart, elles souhaitaient s’installer définitivement dans la capitale13. Les Caribéens, qui appréciaient la culture anglaise, furent rapidement confrontés au racisme ambiant dans la ville14. Ils se regroupèrent par communautés pour se loger, compte tenu des difficultés que représentait l’accès à un logement. C’est ainsi que les Jamaïcains s’installèrent à Clapham et Brixton, alors que les Trinidadiens se rassemblèrent à Notting Hill. Sur le marché du travail, ils étaient embauchés pour des emplois en dessous de leur niveau de qualification. En 1958, le quartier de Notting Hill fut l’objet d’attaques de groupes racistes formés par des jeunes blancs, à l’encontre des Trinidadiens qui y vivaient. La police du quartier ne s’interposa que très peu contre ces groupes violents et elle fut accusée de racisme par la communauté noire. >

La presse écrite, moyen d’expression par excellence>

8L’année 1958 marque un tournant pour les populations afro-caribéennes. C’est dans ce contexte que Claudia Jones crée le journal The West Indian Gazette and Afro-Asian Caribbean News, plus connu comme The West Indian Gazette. Née dans la pauvreté à Trinidad, Claudia Jones avait immigré à New York à l’âge de huit ans où elle s’engagea plus tard dans la lutte pour les droits des Afro-Américains au côté du Parti communiste américain pour lequel elle fut élue en 1948. Emprisonnée à plusieurs reprises, elle fut finalement déportée en Angleterre en 1955. Déçue par l’hostilité des communistes britanniques à son égard en tant que femme noire, elle se dirigea vers les communautés caribéennes pour poursuivre sa lutte. C’est donc peu après son arrivée qu’elle décida de créer le premier journal des minorités noires : The West Indian Gazette. Pour elle, ce journal permettait de donner une voix à la communauté noire de Londres, élément essentiel pour accéder à l’égalité15. Fondé dans le quartier de Brixton, il regroupait un grand nombre de personnalités britanniques et caribéennes actives dans la vie politique londonienne. Un lien fort s’établit rapidement avec le Fenner Brockway Movement for Colonial Freedom, principal groupe britannique anticolonialiste, défenseur des droits civiques pour tous.>

  • 16 John Mullen, op. cit.
  • 17 Ibid.

9Mais Claudia Jones n’était pas seulement journaliste et militante, elle a également eu un rôle important dans le milieu culturel en tant que fondatrice principale du carnaval de Notting Hill. Bien que le carnaval ait été initié en 1959, il fallut attendre sept ans la première édition. Il avait été pensé « comme un symbole d’unité de la population du quartier (…) après ces émeutes », expliquait l’historien John Mullen lors d’un colloque en 200616. Née de la volonté de créer une cohésion sociale dans le quartier de Notting Hill, la place dominante de la culture et de la musique caribéennes dans le carnaval fit rapidement débat, surtout dans les années 1970. Les responsables présentèrent le carnaval comme une contribution positive des Caribéens à la vie culturelle de l’Angleterre, et moins comme un moment de lutte et de protestation. Étroitement lié au journal The West Indian Gazette, le carnaval cherchait à faire passer deux messages : d’un côté, une revendication de résistance antiraciste ; de l’autre, une réaction défensive et pacifiste face au racisme. John Mullen simplifiait ces messages de la manière suivante : « Vous voyez, nous avons quand même quelque chose à apporter » et « Nous voulons apparaître nombreux et bruyants en public, antillais et fiers de l’être17. »

  • 18 Alison Donnell, op. cit., p. 152.

10Dans le contexte des années 1970-1980, Claudia Jones a permis à des éditeurs de créer des journaux destinés à des minorités. Par exemple, Arif Ali, né en Guyane britannique, a joué un rôle majeur pour rendre visible des maisons d’édition noires et asiatiques sur le plan national. La fondation d’Hansib Publishing en 1970 était, en effet, une des premières maisons d’édition nées de l’immigration. Elle publia des journaux comme West Indian Digest à partir de mai 1971, West Indian World en mai 1973, Caribbean Times et Asian Times en 1981 et, enfin, African Times au milieu des années 1980. Avec cette variété de titres, Hansib répondait aux attentes des principales communautés de Londres comme de l’ensemble du pays. Alors que la presse généraliste était assez hostile à la formation et au recrutement de journalistes noirs, Ali Arif fut le premier éditeur à prendre l’initiative de former ses collègues noirs qui avaient été refusés dans la presse généraliste. « Hansib a fourni aux communautés noires la voix médiatique la plus puissante à ce jour, forçant ainsi la presse généraliste à inclure davantage de contenu britannique noir » écrivait Alison Donnell dans son ouvrage Companion to Contemporary Black British Culture18. En rassemblant plusieurs titres de presse, cette maison d’édition pouvait leur donner une forte visibilité et changer, entre autres, les représentations de la société sur les minorités ethniques.

Répondre aux attentes diversifiées d’un lectorat communautaire>

11Aujourd’hui, The Voice est un des journaux ethniques les plus connus du Royaume-Uni. Fondé à Londres en 1982 par un entrepreneur médiatique jamaïcain, Val Irvine McCalla, l’opération, qui semblait pourtant risquée, bénéficia de conditions relativement favorables. Val McCalla, lui-même issu de l’immigration et installé en Grande-Bretagne depuis 1959, voulait créer, avec The Voice, un journal pour les immigrés de la seconde génération dont le contenu ne soit pas limité à l’actualité des îles des Caraïbes. En lançant le numéro zéro le jour de l’ouverture du carnaval de Notting Hill en 1985, la direction affirmait son lien avec la communauté afro-caribéenne et son ambition de répondre à ses préoccupations particulières.>

  • 19 Andy Beckett, « The Voice in the Wilderness », The Independent, 11 février 1996 : https://www.indep (...)

12Ce journal a pris de rapidement l’importance suite à sa naissance dans un contexte économique et social particulier. En effet, des émeutes ont éclaté en 1981 dans le quartier de Brixton pour dénoncer l’incroyable violence de la police londonienne envers les communautés afro-caribéennes. Après ces événements, le gouvernement britannique, soucieux de ne pas être accusé de racisme, encouragea les initiatives portées par les communautés noires. Les entreprises ayant un personnel principalement afro-caribéen étaient valorisées par les conseils londoniens. Le gouvernement n’était pas le seul acteur à vouloir améliorer son image. La Barclays Bank offrit rapidement un prêt de 62 000 livres sterling à The Voice, espérant ainsi faire oublier ses investissements en Afrique du Sud19. Ces prêts furent favorisés par la mise en place du Loan Guarantee Scheme – système de garantie des prêts – par le gouvernement de Margaret Thatcher qui, par une politique d’encouragement au développement des petites entreprises, apportait une garantie pour les banques du fait des risques que représentait ce type d’investissement.

  • 20 Reynald Blion, Isabelle Rigoni, op. cit., p. 193.

13De la fin des années 1970 aux années 1990, se sont développés à peu près autant de journaux qu’il existait de communautés issues de l’immigration à Londres. Bien que tous n’aient pas été fondés par des immigrés, ces journaux poursuivent des objectifs similaires, comme celui de répondre aux attentes particulières d’un public trop souvent délaissé par la presse nationale. Dans l’ouvrage collectif D’un voyage à l’autre, Jean-Paul Marthoz montre que ces attentes pouvaient varier en fonction des communautés20. Depuis le milieu des années 1970, la presse destinée aux minorités ethniques entendait informer ses lecteurs sur l’actualité de leurs pays d’origine et de leur pays d’accueil. Elle leur offrait également des informations pratiques (offres d’emploi, de formation, cours de langue, offres de logement) sur le pays d’accueil.

Les radios élargissent leur audience >

  • 21 Traduction de « Reading, we must remember, is a fairly new skill for most of the people on this ear (...)

14« Nous devons nous souvenir, souligne Hugh P. Morrison, que lire est une capacité relativement nouvelle pour beaucoup. Pendant des siècles, les humains ont conservé leurs grandes histoires et leurs contes seulement grâce à la parole et à l’écoute ; pendant des siècles, l’apprentissage n’était qu’une question de communication orale21. »>

  • 22 Kevin Williams, Read All About It! A History of the British Newspaper, Londres, Routledge 2009, p.  (...)

15La radio, parce qu’elle sollicite l’écoute, peut ainsi atteindre un public non lettré. Après la Seconde Guerre mondiale, elle devient un média de masse et, dans les années 1970-1980, non seulement un média d’informations, mais aussi de divertissement et un canal de diffusion d’idées et de réflexions. Les protestations, les conflits et les « révolutions idéologiques » qui ont marqué les années 1970-1980 ont occupé une large part du paysage radiophonique tout en bouleversant les pratiques médiatiques. Cette démocratisation des médias toucha aussi bien la presse écrite que la radio. À partir des années 1970, la presse tabloïd poussa certains journaux à changer leur format, à revoir la hiérarchisation des informations et à baisser leur prix de vente pour faire face à la concurrence. D’autres médias ont préféré s’adresser à des lecteurs issus de classes relativement aisées, financièrement et culturellement22.

16Sur les ondes, la concurrence s’est faite entre les « commercial radios », les radios pirates et la British Broadcasting Corporation (BBC). Créée en 1922, la BBC a détenu le monopole des ondes britanniques jusqu’à 1973 et est restée la radio de qualité de référence malgré la concurrence. En outre, elle s’est adaptée aux évolutions de la société britannique et aux attentes de son audience, et elle a su développer des radios, des plateformes et des émissions adaptées aux différentes communautés britanniques. Cependant, cette diversification de la BBC ne répondait pas à toutes les attentes des communautés immigrées de Londres parce qu’elle ne leur donnait pas toujours directement la parole. En outre, les antennes de la BBC à destination des minorités immigrées dont les pays étaient devenus indépendants étaient localisées à l’étranger ou bien elles se contentaient de diffuser les musiques de certaines communautés.

  • 23 Pete Sipple, « Spectrum Radio 558 Remembered », in RadioandTally.co.uk, octobre 2003 : https://www. (...)

17Ce besoin de faire entendre des voix et des revendications, à partir des années 1980 et 1990, donne naissance à des radios locales comme Spectrum Radio. Le 25 juin 1990, Spectrum Radio émet pour la première fois depuis les studios de Endeavour House dans le nord-ouest de Londres. Elle avait pour ambition de fournir une radio dédiée aux communautés multiculturelles de Londres en s’adressant aussi bien aux populations afro-antillaises, asiatiques, aux Juifs, aux Arabes, aux Grecs, aux Italiens jusqu’aux Hispaniques. Mais sa véritable originalité était de proposer des programmes en langues étrangères23. Au fur et à mesure des années, elle a élargi sa programmation, touchant ainsi de nouveaux auditoires, comme les populations persane et irlandaise. Aujourd’hui, Spectrum Radio est le principal réseau de radios multilingues dont la plupart des programmes sont uniquement accessibles sur internet. Cet élargissement de la radio par le web reflète une évolution mondiale des médias qui est relativement bien étudiée par la sociologie de l’immigration en Grande-Bretagne. Le développement d’Internet dans les années 2000 a permis, en effet, la création de nombreuses webradios, des médias peu chers, faciles à installer et techniquement accessibles à tous.

  • 24 Claire Cossée, Laura Navarro, Isabelle Rigoni, Eugénie Saitta, « Des médias par et pour les minorit (...)

18<« Les producteurs “des médias des minorités ethniques” revendiquent souvent leur positionnement comme allant à l’encontre de la représentation que font les médias de masse de l’immigration, des rapports sociaux dans les quartiers paupérisés et des pays du Sud24 », écrivaient en 2013 des chercheurs dans la revue e-Migrinter. Cette remarque s’applique tout à fait aux médias ethniques nés à Londres dans les années 1960-1980 qui cherchaient eux aussi à revendiquer leur légitimité et à contribuer à l’espace médiatique national. Il s’agissait pour ces médias de faire entendre leurs voix, leurs idées au sein de leurs communautés, comme au-delà dans la société britannique.

Haut de page

Notes

1 En français : médias ethniques, médias communautaires, médias des minorités ethniques. Le terme plus employé semblant être « médias ethniques », c’est celui-ci que nous utiliserons dans cet article.

2 Claire Frachon, Virginie Sassoon (dir.), Médias et diversité. De la visibilité aux contenus. État des lieux en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis, Paris, Karthala/Institut Panos, 2008, p. 120.

3 Paul Foot, Immigration and Race in British Politics, Londres, Penguin, 1965.

4 Colin Holmes (dir.), Immigrants and Minorities in British Society, Londres/Boston, Allen & Unwin, 1978.

5 Raphael Samuel (dir.), Patriotism: The Making and Unmaking of British National Identity. Volume I et Patriotism: Minorities and Outsiders. Volume II, New York, Routledge/Chapman and Hall, 1989.

6 Panikos Panayi, The Impact of Immigration: A Documentary History of the Effects and Experiences of Immigrants in Britain since 1945, Manchester, Manchester University Press, 1999.

7 A Century of Black Journalism in Britain de Lionel Morrison n’est pas disponible en France et n’a donc pas pu être consulté pour cet article.

8 Reynald Blion, Isabelle Rigoni, D’un voyage à l’autre : des voix de l’immigration pour un développement pluriel, Paris, Institut Panos/Karthala, 2001, p. 190

9 Isabelle Rigoni, « Éditorial. Les médias des minorités ethniques. Représenter l’identité collective sur la scène publique », in Revue européenne des migrations internationales, vol. 26, n° 1, 2010, p. 7.

10 Claire Frachon, Virginie Sassoon (dir.), op. cit., p. 120.

11 Alison Donnell (dir.), Companion to Contemporary Black British Culture, Londres, Routledge, 2001 (réédité en 2002).

12 Angéline Escafré-Dublet dans « 1948-1975 : London Caraïbes », Juke-Box par Amaury Chardeau, France culture, le 30/03/2019 : https://www.franceculture.fr/emissions/juke-box/1948-1975-london-caraibes.

13 Angéline Escafré-Dublet, Martin Evans, Stéphane Malfettes (dir.), Paris-Londres, Music Migrations, 1962-1989, Paris, Musée national de l’histoire de l’immigration/RMN, 2019, p. 9.

14 John Mullen, « Du Notting Hill Carnival aux Mêlas : festivals de musique, identité immigrée et intégration », Intervention au colloque Imager « Exils et création », Université Paris 12, avril 2006, http://john.mullen.pagesperso-orange.fr/2006nottinghill.html.

15 « Claudia Jones », Women’s Hour, Radio 4, BBC : https://www.bbc.co.uk/radio4/womanshour/timeline/claudia_jones.shtml

16 John Mullen, op. cit.

17 Ibid.

18 Alison Donnell, op. cit., p. 152.

19 Andy Beckett, « The Voice in the Wilderness », The Independent, 11 février 1996 : https://www.independent.co.uk/arts-entertainment/the-voice-in-the-wilderness-1318359.html

20 Reynald Blion, Isabelle Rigoni, op. cit., p. 193.

21 Traduction de « Reading, we must remember, is a fairly new skill for most of the people on this earth. Throughout the centuries the human race conserved its great stories and tales solely through speaking and listening; throughout centuries teaching was basically a matter of oral communication. », Hugh P. Morrison, « Radio for the Community », in Caribbean Quarterly, vol. 14, n° 3, 1968, p. 42.

22 Kevin Williams, Read All About It! A History of the British Newspaper, Londres, Routledge 2009, p. 197.

23 Pete Sipple, « Spectrum Radio 558 Remembered », in RadioandTally.co.uk, octobre 2003 : https://www.radioandtelly.co.uk/spectrumradio.html.

24 Claire Cossée, Laura Navarro, Isabelle Rigoni, Eugénie Saitta, « Des médias par et pour les minoritaires ? (Re)production du genre et imbrication des rapports de domination », e-Migrinter, n° 10, 2013, pp. 3-4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nina Lostis, « Londres 1962-1989 : histoires de médias par et pour les immigrés> »Hommes & migrations, 1326 | 2019, 77-82.

Référence électronique

Nina Lostis, « Londres 1962-1989 : histoires de médias par et pour les immigrés> »Hommes & migrations [En ligne], 1326 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/9702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.9702

Haut de page

Auteur

Nina Lostis

Master 2 d’histoire publique à l’université Paris-Est Créteil (Upec).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search