Navigation – Plan du site
Champs libres
Initiatives muséales

Trois musées face à leur passé colonial : Bruxelles, Amsterdam et Paris

Hélène Bocard
p. 174-181

Résumé

La réouverture en décembre 2018 du musée de Tervuren à Bruxelles, rebaptisé Africa Museum, contribue à questionner la mise en scène de l’histoire coloniale dans l’espace public des anciennes métropoles coloniales. À l’instar de la Belgique, aux Pays-Bas comme en France, d’anciens musées coloniaux, qui ont fait peau neuve à une date plus ou moins récente, affichent une nouvelle identité tout en évoquant leur passé colonial. Inscrites dans l’architecture des bâtiments et les parcours de visites, ces traces coloniales deviennent l’enjeu de nouveaux dispositifs muséographiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Tervuren : un musée multiple et haut en couleur très imprégné de son passé
Entre mise en scène et mise à distance du passé colonial
Amsterdam : un musée des cultures du monde qui questionne un passé qui dérange
Un musée des cultures du monde
Paris : un musée toujours en mutation
Un lien avec le passé à repenser
Conclusion

Aperçu du début du texte

Nés d’une même volonté de faire connaître l’empire colonial de leur pays à des fins de propagande et d’investissement économique, les anciens musées coloniaux de Bruxelles, Amsterdam et Paris sont également liés par les choix qui ont présidé à la présentation de leurs collections lors de leur ouverture : en effet, le musée de Tervuren (1910) et celui d’Amsterdam (1926) ont inspiré la commission chargée d’organiser le Musée des colonies de Paris après l’Exposition coloniale de 1931. Nous retracerons rapidement l’histoire de chacune de ces trois institutions avant d’en venir à leur physionomie actuelle.

Tervuren : un musée multiple et haut en couleur très imprégné de son passé

En Belgique, l’idée d’un musée colonial se fait jour en 1894 à l’occasion de l’Exposition internationale d’Anvers. Le projet fut réalisé trois ans plus tard, à l’issue de l’Exposition internationale de 1897, dont le volet colonial se tenait à Tervuren, site d’une ancienne résidence royale dans la campagne bruxello...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Bocard, « Trois musées face à leur passé colonial : Bruxelles, Amsterdam et Paris », Hommes & migrations, 1326 | 2019, 174-181.

Référence électronique

Hélène Bocard, « Trois musées face à leur passé colonial : Bruxelles, Amsterdam et Paris », Hommes & migrations [En ligne], 1326 | 2019, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/9877

Haut de page

Auteur

Hélène Bocard

Conservatrice en chef du patrimoine au service de la conservation architecturale, Palais de la Porte Dorée.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals