Navigation – Plan du site

AccueilAcceptés pour publicationArticles en pré-publicationUne socio-histoire d’un laboratoi...

Une socio-histoire d’un laboratoire de sciences sociales français. Le cas du Clersé, unité mixte de recherche 8019

A sociohistory of a French social science laboratory. The case of Clersé, unité mixte de recherche 8019
Anne-Sophie Flouret, Florence Jany-Catrice et Clotilde Lemarchant

Résumés

Cet article propose une socio-histoire d’une unité mixte de recherche (UMR) de sciences sociales. Il s’appuie sur une méthodologie multiple : un travail sur archives, notamment les rapports d’activité du Clersé depuis sa création en 1982 ; une base de données quantitatives présentant les membres permanents du laboratoire depuis sa création ; des entretiens semi-directifs auprès de vingt-deux personnes qui sont ou ont été à la direction du Clersé. La monographie qui est produite est à verser au corpus des institutions de la recherche ayant joué un rôle structurant dans la recherche locale et régionale. Son histoire est elle-même traversée par les grandes transformations de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR). A ces transformations, le Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé-UMR8019) a répondu par l’interdisciplinarité et par un dialogue de plus en plus structuré entre sciences sociales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Ce travail de recherche a pu être réalisé grâce à un financement du Clersé et a été présenté à l’oc (...)

1L’histoire de la recherche française est la plupart du temps abordée par la science dure, et par les alliances entre science et industrie. Proposer une socio-histoire d’un laboratoire de sciences sociales est assez unique dans le paysage scientifique. Jusqu’ici, les travaux ont plutôt porté sur la genèse des institutions (Guthleben, 2009 ; Ouvrier-Bonnaz, 2010), et sur le fonctionnement des grands organismes de recherche (Picard, 1999), sur les laboratoires de sciences « dures » (Darmon, 1991) ou encore sur des dispositifs de financements de recherches (Aust et Picard, 2014). D’autres dessinent les contours d’une institution par le prisme de biographies (Charle et Telkes, 1988). D’autres encore proposent une analyse de l’évolution du gouvernement de la science (Bidault, 2006 ; Duclert, 2006 ; Masson, 2006 ; Laillier et Topalov, 2022), questionnent l’usage et le sens de la doxa sur la recherche qui s’est imposée depuis vingt ans (Bruno, 2008) et s’inquiètent de la transformation de la connaissance en « marchandise fictive » au sein de « l’économie du savoir » (Insel, 2009). La recherche scientifique s’élaborant aussi dans le creuset des universités, l’analyse de l’engagement social et politique des scientifiques et celle du rôle de la science dans un État moderne mouvementé se retrouvent dans plusieurs histoires d’universités et d’universitaires (Charle, 1994 ; Abélard, 2003, Quellien et Toulorge, 2012 ; Christelle Dormoy-Rajramanan, 2014 ; Bidois, Feiertag et Marec, 2016 ; Genèses, 2020/2).

  • 2 Florence Jany-Catrice, professeure d’économie, est membre du laboratoire depuis le début de son fin (...)
  • 3 Nous remercions chaleureusement Lucy Marquet, démographe et membre du Clersé, pour son aide et ses (...)

2Mais rares sont les travaux français qui proposent de se centrer sur la socio-histoire d’une unité mixte de recherche (UMR) particulière, a fortiori une UMR de sciences sociales. C’est ce que nous tentons ici, même si nous n’échappons pas au fait que nous sommes aussi actrices de ce laboratoire2, et en ce sens, doublement « peintres du tableau », pour reprendre la jolie expression de Joël Laillier et Christian Topalov (2022). Pour objectiver ce tableau, nous nous appuyons sur une méthodologie multiple : un travail sur archives avec notamment la lecture des rapports d’activité du Clersé depuis sa création en 1982 ; une base de données quantitatives présentant les membres permanents du laboratoire depuis sa création (personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur, personnels d’appui technique à la recherche, doctorant.e.s3) ; des entretiens semi-directifs auprès de vingt-deux personnes qui sont ou ont été à la direction du Clersé (citées en italiques); et des entretiens informels avec les membres du Clersé qui ont bien voulu apporter des précisions.

3Cette monographie est à verser au corpus des institutions de la recherche ayant joué un rôle structurant dans la recherche locale et régionale ; mais elle est elle-même traversée par les grandes transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). A ces transformations, le Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé) répond par l’interdisciplinarité et par un dialogue de plus en plus structuré entre sciences sociales.

Le Clersé : 40 années d’activité de recherche en sciences sociales

  • 4 Le CNRS est créé en 1939, avec une certaine « continuité entre le Front populaire, le régime de Vic (...)

4Le Clersé est né le 1er janvier 1982 en tant que laboratoire de l'université des sciences et des technologie de Lille 1, associé au CNRS4. Il a endossé tous les acronymes possibles conférés par la tutelle aux laboratoires : d’abord institué « LA 345 » (laboratoire associé) par le CNRS, le Clersé a pris la forme d’une « URA 345 » (unité de recherche associée) autour de 1985, puis d’un « ESA 8019 » (établissement supérieur associé) autour de 2002. C’est en 2008 que le statut d’UMR 8019 (unité mixte de recherche) est conféré au laboratoire, statut qu’il n’a plus quitté depuis.

  • 5 La durée d’un mandat de direction d’unité est calée sur les contrats quinquennaux de l’unité, soit (...)

5Sur ces quatre décennies, le Clersé a connu sept directeurs et deux directrices : son fondateur, Michel Simon (1982-1992), puis Lise Demailly (1992-1994), Bruno Duriez (1994-2001), Dominique Duprez (2002-2007), Nicolas Vaneecloo (2008-2010), Abdelhafid Hammouche (2011-2014), Sébastien Fleuriel (2014-2018), Bernadette Tillard (2018-2022), et Richard Sobel (depuis 2022). Les durées de ces directions ont été variées, expressions de la formation progressivHe de règles internes5 mais aussi de vicissitudes internes. Loin de n’être qu’honorifique, ce titre confère à son titulaire un certain volume de capital académico-bureaucratique, pour développer des dialogues pro-actifs avec les tutelles (DR CNRS, CNRS, Université) et avec les différentes agences qui ont structuré petit à petit le paysage de la recherche en France (INSHS, HCERES, etc.).

Les directions successives du Clersé

Michel Simon, normalien (Ulm) et agrégé de philosophie, était chercheur au CNRS (1963) avant d’entrer dans le professorat (1982). Il a soutenu une thèse sur travaux sous la direction de Raymond Aron pour devenir professeur de sociologie. Membre du comité de rédaction de La Nouvelle Critique depuis 1960, il était spécialiste de la social-démocratie, du monde ouvrier et de sociologie politique (comportements de vote). Il était aussi membre du SNES et du Parti Communiste Français. Il fait partie des bâtisseurs du laboratoire.

Lise Demailly, agrégée de philosophie, a fait une thèse de sociologie sous la direction de Pierre Bourdieu. Elle a été maîtresse de conférences en sociologie des organisations à l’IUT carrières sociales de Lille 3, puis directrice adjointe de l’IUFM en 1991 après avoir obtenu l’HDR en 1990, avec Claude Dubar comme garant. Sociologue de l’éducation, elle est arrivée au Clersé d’abord en tant que membre du LASTREE, alors dirigé par Claude Dubar. Michel Simon lui a proposé de prendre sa succession à la direction du Clersé. Son appartenance au Parti Communiste a, selon elle, influencé ce choix.

Bruno Duriez a rédigé une thèse sur le Comité Interprofessionnel du Logement (CIL) de Roubaix – premier CIL de France- avec Didier Cornuel, économiste, sous la direction de François d’Arcy (université de Grenoble). Il est sociologue des engagements politiques et était directeur de recherches CNRS lors de son accession à la direction du laboratoire. Il était membre du Clersé dès sa création.

Dominique Duprez, sociologue, est spécialiste de sociologie de la déviance. Il a rédigé sa thèse sous la direction de Michel Simon. D’abord rattaché au laboratoire CREGE de « la catho », il rejoint le Clersé nouvellement créé. Il était directeur de recherches CNRS lors de son accession à la direction du laboratoire.

Nicolas Vaneecloo est économiste du travail, après une thèse réalisée sous la direction de François Stankiewicz. Il est agrégé de l’enseignement supérieur et membre du Clersé depuis sa création. Il quitte Lille après son accession au poste de professeur par la voie agrégative et reviendra cinq ans plus tard à Lille.

Ancien travailleur social, Abdelhafid Hammouche est devenu maitre de conférences en sociologie d’abord à l’université de Lyon 2. Il avait réalisé une thèse en sociologie sous la direction de Philippe Fritsch. Il a été recruté en tant que professeur de sociologie à Lille, en 2009.

Sébastien Fleuriel, d’abord maitre de conférences en sociologie du sport (STAPS) à l’université de Lille 2, a été recruté comme professeur des universités à l’université de Lille 1 en 2009.

Bernadette Tillard est d’abord médecin épidémiologiste en poste à l’Observatoire régional de la santé (ORS). Après une thèse en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS, à Paris, sous la direction de Camille Lacoste-Dujardin, elle sera maître de conférences en sciences de l’éducation à Nanterre puis sera recrutée comme professeur de sociologie à l’université de Lille en 2011.

Richard Sobel a une double formation d’économie et de philosophie, après une prépa khâgne-hypokhâgne. Il a rédigé une thèse en économie sous la direction de Philippe Rollet et a été recruté à l’université de Lille en 2000.

Un laboratoire enchâssé dans une histoire locale et nationale

6Si l’on donne une épaisseur historico-institutionnelle comme autant de conditions de possibilité de création d’une telle entité, alors on commencera par rappeler que le Clersé s’inscrit dans un lieu. D’abord celui de la cité scientifique6. Celle-ci a été voulue par le politique en 1957, où est décidée la construction de ce campus universitaire sur le territoire d’Annappes (qui deviendra, avec deux autres communes situées à l’est de Lille, la ville de Villeneuve d’Ascq en 1970). Les anciennes facultés implantées à Lille étaient devenues exiguës et vétustes. Du stade de projet (1957), aux premières acquisitions des terrains agricoles de la commune d’Annappes (1962) puis aux premiers travaux de construction (1964) s’écouleront sept années marquées par diverses difficultés (oppositions politiques, résistances des propriétaires du fonciers, erreurs techniques dans les marchés publics, etc.).7 Le chantier prendra du retard alors que la rentrée universitaire était initialement programmée en 1963. C’est donc une pression des étudiant.e.s, allant jusqu’à construire un mur de briques sur la Grand place de Lille pour contester l’indigence des locaux et la lenteur de la construction de l’université nouvelle (voir illustrations n°1), dans un contexte où « les étudiants débordent de partout »8 qui conduit à ce que le 2 mars 1964, des bâtiments provisoires9 soient créés pour que débute l’activité d’enseignement et de recherche à la rentrée universitaire de 1964.

  • 10 Photos issues des archives de Jean Bourgain, tirées d’un écrit, en date du 2 septembre 2022 intitul (...)

Illustration n°110

Illustration n°110

©Source archives Jean Bourgain

  • 11 La loi Faure recompose en profondeur la répartition des pouvoirs par la mise en place de conseils : (...)

7Au niveau national, la loi Edgar Faure11 de 1968 crée la fonction de président d’université (Fridenson, 2010) et vise à fournir une autonomie plus forte aux universités en dessinant les prémices d’institutions de la démocratie universitaire, confortées par la loi Savary de 1984 (Laillier et Topalov, 2022 : 47). Elle supprime les « facultés » en créant des universités fonctionnant en fédérations d’unités d’enseignements et de recherches (UER), et qui deviendront des UFR. Comme souvent, une réforme antérieure avait préparé le terrain (ici la réforme Fouchet) : Faure supprime les propédeutiques, institue des diplômes à bac plus 2, les DUEL et les DUES qui deviendront DEUG ensuite…

  • 12 Les témoins de cette époque nous évoquent que l’économie et la sociologie étaient dans l’ombre du d (...)
  • 13 L’institut de sociologie est créé au début des années 1960. Alors rattaché à la faculté des lettres (...)
  • 14 Christian Baudelot témoigne : « Avantages ? Des locaux plus spacieux sur le site d’Annappes, des cr (...)

8La création de la cité scientifique nait aussi dans un contexte où se déploient les disciplines de l’économie et de la sociologie12. Des positionnements théoriques, stratégiques et politiques conduisent des sociologues à se séparer des lettres et de la philosophie13 (alors implantés à la faculté de la rue Angellier à Lille), pour s’installer sur le nouveau campus de la cité scientifique14. De même, les économistes quittent les juristes de la faculté de droit à Lille : ils s’installent eux aussi sur le nouveau campus, attirés également par les moyens bien plus conséquents de ce campus et la possibilité d’accéder au statut d’UER indépendante. Dans cette dynamique, « des mandarins partent sur Paris » nous dit un ancien directeur du Clersé.

  • 15 L’université des sciences et techniques Lille 1 est créée en novembre 1970. René Defretin, doyen d (...)
  • 16 Après création d’un conseil provisoire en 1969.
  • 17 D’abord présidente du conseil provisoire de gestion de sciences économiques en 1969. Elle a été ens (...)
  • 18 dans le cadre de la loi Savary

9En 1970, à Lille, l’université se scinde en trois universités15, Lille 1, Lille 2 et Lille 3 (l’idée avait germé d’un « Lille 4 » avec les sociologues et les historiens), et en 1971, l’UER de sciences économiques et sociales est créée16 : elle est dirigée pendant les quatre premières années par une doyenne, l’économiste Françoise Renversez17. L’UER fait place en 198418 à l’unité de formation et de recherche (UFR) de sciences économiques et sociales, mais sera rebaptisée faculté des sciences économiques et sociales (FSES) par le nouveau directeur Nicolas Vaneecloo devenu doyen.

  • 19 Les fusions d’universités émergent en France dès 2006, et les regroupements d’universités sont facu (...)
  • 20 Il faut souligner aussi le rôle de l’impulsion européenne avec l’inauguration de l’Espace européen (...)

10La FSES laisse place en 2021 à la faculté des sciences économiques, sociales et des territoires (FaSEST), après la fusion des trois universités en 201819, et la fusion de différents départements de sciences sociales menée par le doyen Laurent Cordonnier. Elle est désormais dirigée par le géographe François-Olivier Seys. Ce qui frappe sur cette longue période, c’est l’identification d’un environnement socio-institutionnel marqué par une instabilité permanente, par des institutions tricotées et détricotées, prévisibles et imprévisibles. C’est dans cet environnement que peut se déployer « un esprit de réforme », comme état permanent du système (Laillier et Topalov, 2022 : 45). Dans un véritable désordre chronologique (op. cit. : 324) et sous l’impulsion du Conseil européen20 (Insel, 2009, p.112), cet esprit finira par défendre un projet pour l’ESR : celui de la contractualisation, du management par projet, de la sélection de quelques pôles d’excellence et d’une recherche orientée sur la quête de croissance économique.

Un conglomérat d’individus et de recherches

11Le monde des années 1960 est en tout cas un monde de petites équipes de recherche. Et parmi elles, des proto-entités augureront de la double dynamique du Clersé.

  • 21 André Nicolaï était alors professeur de sciences économiques à la faculté de droit.
  • 22 CIRST : Comité interministériel de la recherche scientifique et technique, CCRST : Comité consultat (...)

12En premier lieu, le centre d’analyse du développement (CAD), est créé en 1966 et déjà y cohabitent des économistes et des sociologues, avec comme premier directeur André Nicolaï (1966-1967)21. Cette structure associative se donne pour objet de « promouvoir les études interdisciplinaires concernant les transformations inhérentes à la croissance ». La recherche s’y faisait sur contrats ponctuels et les chercheur.es devaient s’autofinancer. Certes, à partir des années 1950, se développent au niveau national une politique et une organisation de financement de la recherche avec la création de nouvelles structures : CIRST, CCRST, DGRST22 (Barrier, 2011 ; Masson, 2006 ; Bidault, 2006). Mais la création du fonds de développement de la recherche scientifique (1961) qui se caractérise par un financement sur projet et par contrat, marque une rupture. Aussi, s’il est vrai que « l’organisation de la recherche française a été caractérisée après la Seconde Guerre mondiale par la coexistence d’universités et d’organismes de recherche financés par des crédits récurrents alloués par l’État sans être soumis à la réalisation d’opérations de recherche particulières » (Aust et Picard, 2014), la précarité des organismes ayant précédé la création du Clersé était très nette, tant au sein des universités qu’au sein des associations de recherches bénéficiant uniquement de financement sur contrats.

  • 23 En 1969, Michel Beaud succèdera à Jean-René Tréanton.
  • 24 École d’ingénieur.e.s qui deviendra ensuite Polytech.
  • 25 L’historique du groupe mémoire de l’université souligne que Françoise Renversez avait été contacté (...)

13Le CAD a été créé par des économistes issus de la faculté de droit, des sociologues issus de la faculté des lettres et des hauts fonctionnaires. Parmi eux on comptait André Nicolaï et Michel Beaud, Jean-Jacques Freyss, mais aussi Nicolas Vaneecloo, Jacques-Yves Eloi, Monique Wallon, pour n’en citer que quelques-un.e.s. Jean-René Tréanton, acteur important au niveau local dans le développement de la sociologie lilloise, en a été le président en 196823. Ce centre de recherche repose principalement sur des emplois précaires à l’époque. Par la suite, la doyenne Françoise Renversez, alors à la présidence du CAD, a ramené le CAD dans l’université : « le CAD » s’installe dans les locaux de l’EUDIL24 et rejoint l’UER. Ses activités s’arrêtent en 1981, année où le Clersé adresse une demande de reconnaissance au CNRS25.

14De son côté, le CART (Centre d’analyse des revenus du travail) voit également le jour. Il est fondé par quelques économistes du travail, en particulier par François Stankiewicz. Ce dernier est accompagné par Bernard Delmas, puis plus tard rejoint par Rachid Foudi.

  • 26 Jean-René Tréanton (1925-2015) avait débuté ses travaux en amont, notamment au centre d’étude socio (...)

15Au même moment est fondée une équipe de recherche associée au CNRS, intitulée « ERA 503 ». De premières traces de cette ERA datent de 1974 ; elle est créée par Jean-René Tréanton, spécialiste de sociologie du travail26.

  • 27 Gabriel Gosselin quitte Lille en 1977 pour un poste à Matignon.

16Et puis d’autres équipes de recherches se montent, côté sociologie, notamment celle à l’issue du séminaire de Gabriel Gosselin27 de 1975 qui deviendra, en 1981, le Centre régional d’analyse des modes de vie (CRAM), ainsi que le Centre lillois d’étude des comportements sociaux (CLECS) : autour de Michel Simon, rejoint plus tard par Jean-Paul Gremy, futur professeur de sociologie, Catherine Béchaire et Bénédicte Lefebvre, ingénieures d’études au CNRS, y mèneront leurs travaux. Enfin, une équipe de recherche, le CEDES, autour du développement et du tiers-monde, s’organise autour de Jacques Lombard dès 1978.

  • 28 Comme le rappelle Christian Baudelot dans son hommage à Jean-René Tréanton, publié dans le bulletin (...)

17Dans ce contexte des années 1970, de nombreux membres fondateurs du Clersé étaient mus par la pensée structuraliste et marxiste, dominante à l’époque. Certains des fondateurs, Michel Simon en particulier, étaient aussi membres actifs du Parti Communiste ; d’autres sympathisants, comme Claude Dubar. Bien entendu ce n’était pas le cas de tous : François Stankiewicz avait pris ses distances depuis longtemps vis-à-vis du marxisme, et Jean-René Tréanton était peu féru de structuralisme, marxisme ou fonctionnalisme28, ce qui provoquait des joutes régulières avec notamment Michel Simon au sein de l’institut de sociologie.

18En contrepoint, depuis la fin du XIXè siècle, s’impose dans le quartier Vauban de Lille une puissante faculté catholique par laquelle certains protagonistes de notre histoire sont passés. Puissante en particulier du fait de la force du patronat catholique métropolitain qui la finance généreusement ; puissante aussi par les effets de structuration de l’enseignement et de la recherche qu’elle suscite, qu’on songe à la ségrégation des étudiant.e.s, comme s’en inquiétait déjà Léon Gambetta dès 1876, ou au partage imposé des financements.

Une colonne vertébrale : la recherche sur le travail, l’emploi et la formation

  • 29 Claude Dubar était issu des classes préparatoires, agrégé de philosophie et docteur en sociologie. (...)

19Dès 1978 se structure une équipe, le LASTREE, Laboratoire de sociologie du travail, de l’éducation et de l’emploi, initiée là encore par Jean-René Tréanton et dont la première direction sera assurée par le sociologue Claude Dubar29. Elle comporte des équipes déjà citées, notamment celle de Tréanton (l’ERA 503), mais aussi une équipe autour de la sociologie de la formation permanente sous la responsabilité de Claude Dubar ; une autre autour de la sociologie de l’éducation sous la direction des sociologues Christian Baudelot et Hubert Cuckrowicz ; enfin, une autre autour du travail et de l’emploi, animée par les sociologues Jean-Claude Rabier et Hubert Cuckrowicz.

  • 30 Source : rapport d’activité du Clersé, 1985-1989, p.3.

20De leur côté, les économistes se regroupent tous dans le Laboratoire d’analyse des systèmes et du travail (LAST) qui s’établit dès 1979 sous la direction de l’économiste François Stankiewicz. Se côtoieront dans des équipes différentes (i) les historiens de la pensée économique Serge Latouche, puis Henri Philipson ou encore Franck Vandevelde, (ii) les économistes appliqués autour des transformations des systèmes de production vers les activités de services, et les mutations du capitalisme : Patrice Grevet, Jean Gadrey ou encore Jean-Claude Delaunay, (iii) les économistes du travail qui regrouperont d’ailleurs certains chercheurs issus du CAD et du CART. La création du Clersé s’est donc opérée par fédération de plusieurs centres ou laboratoires, « dotés chacun d’une large autonomie »30.

  • 31 Puis par Jean-Michel Stiévenard, Henri Lasserre et, en 1981, Bernard Delmas.

21Dès 1974, un centre inter-régional associé (CIA) au Cereq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) est créé autour de Jean-René Tréanton31, puis au début des années 1980 autour de François Stankiewicz. Ce sont des économistes et des sociologues qui rejoindront ensuite le Clersé et qui y conduisent des recherches sur le lien formation/emploi. Le maillage national du Cereq en centres associés régionaux n’aura lieu que dans les années 1980. Précurseure, l’antenne lilloise a le plus souvent été portée par un binôme économie/sociologie du Clersé. Se succéderont ainsi à la tête de l’antenne lilloise du Cereq les binômes : François Stankiewicz et Claude Dubar, puis François Stankiewicz et Jean-René Tréanton, puis François Stankiewicz et Jean-Claude Rabier, puis autour des années 2000 François Stankiewicz et Nicole Gadrey, en 2004, François Stankiewicz et Bernard Convert, puis Bernard Convert et Martine Pernod-Lemattre et depuis 2009, Martine Pernod-Lemattre.

  • 32 Revue Espaces Marx, n°36-37, 2017, p. 117.

22La décision de créer un laboratoire unique est donc le fruit d’un long processus d’émergence de la sociologie à Lille et de l’économie hétérodoxe autour d’une pluralité de personnalités de gauche critique, que Françoise Renversez et Michel Simon en particulier jugèrent utile et cohérent de rassembler en centre de recherche de sciences sociales avec les économistes critiques. Michel Simon, tout premier directeur du Clersé, confira : « j’ai milité très fermement pour le côté œcuménique avec le souci de ne laisser personne à la porte »32. Michel Simon bataillera ferme, comme d’ailleurs Jean-René Tréanton et d’autres avec eux, pour intégrer les hors-statuts, c’est-à-dire les précaires, en contrat vacation, de l’ESR, et en particulier pour fonctionnariser les assistant.e.s et chercheur.e.s.

23Cette première phase de construction du laboratoire fait l’effet d’un « conglomérat de personnes ou d’équipes », comme nous l’ont soufflé certains des protagonistes de l’époque, tant du côté des économistes que du côté des sociologues. Et comme le souligne avec force l’un d’entre eux, les sociologues sont quantitativement et structurellement dominant.es. D’emblée, la reconnaissance principale du laboratoire se fait en section de sociologie- démographie (alors section 34 du comité national du CNRS). Cette prégnance de la sociologie sur le laboratoire s’incarne également dans le choix des directions successives.

24Mais la naissance du Clersé doit aussi à l’arrivée de la gauche au pouvoir. Lors d’un déplacement à Lille (Pierre Mauroy, maire de Lille est nommé Premier Ministre), le président Mitterrand exhorte l’engagement de toutes les énergies : Michel Simon, normalien, philosophe et communiste, le prend au mot en cette courte période de grâce autour du programme commun. L’avènement d’un président socialiste constitue ainsi un moment de rupture pour les politiques de recherche, et un moment d’effervescence institutionnelle : création d’un ministère de plein exercice, assises régionales, colloque national, préparation de la loi d’orientation et de programme de 1982 (Crespy, 2022).

25Les effectifs d’enseignants chercheurs et de chercheurs membres du laboratoire Clersé vont plus que doubler sur la période 1982-2001 : ils sont multipliés par 2,4 chez les économistes et par 2,1 chez les sociologues (Graphique 1). En 2001, le laboratoire compte 81 chercheurs et enseignants-chercheurs.

Graphique n°1

Graphique n°1

Effectifs : archives administratives. EC = enseignant-chercheur. C = chercheur.

©Les autrices

Une dynamique d’institutionnalisation et de professionnalisation du laboratoire

26Dès la fin du mandat de Michel Simon, au début des années 1990, le CNRS invite de plus en plus à l’interdisciplinarité, même si les injonctions sont contradictoires avec des formes de reconnaissance professionnelles qui restent totalement régulées par discipline. Lise Demailly, directrice du laboratoire de 1992 à 1994 propose une nouvelle organisation rendant visible l’interdisciplinarité du laboratoire et s’entoure, de manière inédite et formelle, d’une équipe de direction. Travaillent à ses côtés les sociologues Bruno Duriez, Hubert Cukrowicz et Marie-Christine Vermelle, et du côté de l’économie, Jean Gadrey. Par la suite, le directeur du Clersé Bruno Duriez sera accompagné dans sa direction par les sociologues Jean-Marie Dupré et Sylvie Engrand et par l’économiste Florence Jany-Catrice. Le directeur suivant Dominique Duprez fera appel à l’économiste Laurent Cordonnier qui initiera le statut de « directeur adjoint » (DA). Lorsqu’un premier économiste, Nicolas Vaneecloo, deviendra directeur du laboratoire, il s’entourera du sociologue Bernard Convert, directeur de recherche comme DA. Abdelafid Hammouche fera équipe avec l’économiste François-Xavier Devetter et le sociologue Kristoff Talin. Ensuite, le sociologue Sébastien Fleuriel choisira l’économiste François-Xavier Devetter comme DA, Bernadette Tillard choisira Richard Sobel, et enfin, Richard Sobel, le sociologue Gilles Chantraine.

27On le constate, le pli est pris : les binômes sociologue/économiste sont inscrits dans les pratiques conventionnelles du laboratoire, œuvrant comme une quasi-règle. Et si les directions adjointes sont plus souvent des économistes, c’est que les directeurs et directrices de l’UMR sont plus souvent sociologues.

  • 33 La convention entre la Région, l’État et le CNRS sur la création de l’IFRESI, est signée le 09/05/1 (...)
  • 34 L’IFRESI est plus précisément à l’initiative CNRS et le projet est imposé au Clersé au moment de sa (...)

28La croissance quantitative du laboratoire s’accompagne sur cette période d’une structuration régionale, et, du laboratoire, et, d’instituts fédératifs. Dès 1986, Jack Lang, à l’époque vice-président de Région, est à la manœuvre pour la mise en place d’un institut fédératif de recherche sur les économies et sociétés industrielles (IFRESI)33, proto-organisation de type « Maison des sciences de l’homme »34. Et en effet, on est en pleine période où les collectivités territoriales s’emparent de la compétence de la recherche et visent à la mettre en résonance avec le développement de leur territoire. Côté universitaire, les maîtres d’œuvre de l’IFRESI comprennent des géographes, des historiens (Jean-Pierre Hirsch et Gérard Gayot), des économistes (Patrice Grevet, du Clersé) et le directeur du Clersé de l’époque, Michel Simon. Ce dernier est le premier directeur de l’IFRESI (de 1986 à 1992, année de son départ en retraite) et Patrice Grevet assure la seconde direction pendant de nombreuses années. Certains membres du Clersé en font leur résidence principale, à l’instar du sociologue Didier Demazière et l’IFRESI héberge de nombreux thésards du laboratoire. Les collègues seront ici et là témoins de conflits, par exemple autour du papier à en-tête Clersé/IFRESI opposant, parfois violemment, Patrice Grevet (directeur de l’IFRESI) à Bruno Duriez (directeur du Clersé). Loin de n’être qu’un aparté anecdotique, ce conflit de papier à en-tête peut être lu comme l’expression d’une hiérarchie, en permanence négociée voire contestée, entre ces espaces institutionnels « polycentriques » de la recherche : équipes de recherche, laboratoires, instituts fédératifs.

  • 35 Il deviendra MEDEE à la fin des années 1990, puis EQUIPPE, puis UMR LEM en 2013.

29Entre 1990 et 1991, les économistes et les sociologues de l’université de Lille 1 quittent leurs bureaux transitoires et déménagent au bâtiment « SH2 » : c’est la fin de la « période transitoire » qui aura duré plus de vingt-cinq ans. L’installation se fait dans d’anciens bureaux de chimie, plus centraux sur le campus, plus cossus. De la même manière que la vétusté des locaux peut témoigner d’une relégation d’un service public dans le champ bureaucratique (Spire, 2007), cette accession à des locaux agrandis, marque un certain rehaussement symbolique des sciences sociales sur le campus au début des années 1990. Notons enfin que, sur le campus de la cité scientifique, si le Clersé réunit l’ensemble des sociologues, les économistes sont déjà éclatés, les économistes orthodoxes étant regroupés autour de l’économiste Pierre Maillet, puis de Philippe Rollet dans le laboratoire CEPE35.

  • 36 Catherine Baichère, Sylvie Engrand, Bénédicte Lefebvre, Michel Sueur, Jules Thibault (1981), Ghisla (...)

30La solidité du laboratoire tient aussi grâce à la quantité et la qualité de son personnel BIATSS (bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, personnels sociaux et de santé) qui permet son habitabilité au quotidien. Ce personnel s’est transformé dans le temps. Les recrutements qui se sont égrenés au fil des ans donnent à lire l’évolution des besoins et des mutations de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), mais aussi les rapports de force pour définir les priorités, car souvent les recrutements sont enregistrés au moment de l’arrivée d’un nouveau directeur de laboratoire. Alors que, sur la décennie 1990, les BIATSS36 étaient principalement secrétaires ou ingénieur.e.s de recherche, de nouveaux besoins professionnels se profilent : besoins de compétences en comptabilité avec l’arrivée de Sophie Goyat en 1994 tandis que jusque-là, la comptabilité du laboratoire était prise en charge par l’UFR ; nouveaux besoins liés à la montée de l’informatique et l’arrivée d’une première informaticienne (Marie-Catherine Malaquin) en 1995 ; transformations dans la morphologie des financements de la recherche (progression du financement contractuel et sur projets), et arrivée d’une chargée de mission en appui aux réponses aux appels d’offre (Marie-Pierre Coquard) à partir de 2005.

Une construction commune malgré de l’adversité multi-niveaux

L’avancée du néo-libéralisme

  • 37 Pour licence/master/doctorat
  • 38 La LRU diminue la représentativité de la communauté universitaire et favorise la venue du monde soc (...)

31Des mouvements néolibéraux de grande ampleur, déjà visibles antérieurement par l’injonction de plus en plus forte à la publication et à la recherche industrialisée, viennent percuter les équilibres instables du laboratoire, durant les premières années de la décennie 2000. Ainsi dès 2003 se diffuse, dans la contestation, le classement de Shangaï, et avec lui la répétition ad nauseam du déclassement des universités françaises. Deux ans après est créée l’Agence nationale de la recherche (ANR), mise en place par le ministère de l’Éducation nationale et de l’ESR de François Fillon. Cette agence est rapidement devenue « ordonnatrice de la recherche » (Laillier J. & Topalov C., 2022 : 162). En 2007, la loi Libertés et responsabilités des universités (LRU), dite encore « loi d’autonomie des universités », vient instaurer un système « LMD37 », et une semestrialisation qui vont favoriser la professionnalisation des diplômes universitaires (Fridenson, 2010 : 57). La LRU va aussi et surtout redéfinir les modalités d’élection et va conférer des prérogatives élargies au président de l’université (Laillier J. & Topalov C., 2022 : 25) en l’entourant d’un conseil d’administration (CA) très resserré, et composé de façon croissante de personnalités extérieures à l’université38. Les membres du Clersé vont être très concerné.es par les transformations de l’enseignement supérieur, et pas seulement par celles de la recherche, car la plupart sont enseignant.es-chercheur.es : en 2007, les chercheur.es ne représentent que 14,7 % des membres permanents du Clersé (voir Graphique 2).

Graphique 2

Graphique 2

Effectifs : archives administratives. EC = enseignant-chercheur. C = chercheur.

©Les autrices

Un big bang de réformes et ses conséquences sur le Clersé

32La deuxième partie des années 2000 n’est pas plus paisible et sera même qualifiée de « big bang des réformes » par Joël Laillier et Christian Topalov (2022 : 24), ce que le Clersé va également expérimenter sous plusieurs aspects.

  • 39 L’agence fera place au Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (...)
  • 40 L’idée d’évaluation des établissements émerge depuis les assises de la recherche de 1981-1982 et la (...)

33D’abord, en 2007, l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) est mise en place39 et avec elle s’institutionnalise l’idée que la coordination entre les entités de recherche et les tutelles ne se suffit plus d’une confiance réciproque : dorénavant le Clersé va devoir faire la preuve de son talent40.

  • 41 et donc de l’évaluer : « l’évaluation de la recherche en SHS doit être attentive au sens des travau (...)

34Cette politique évaluative, inspirée des sciences « dures » et menée depuis longtemps au niveau international, entre autres dans le cadre de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS) (Abélard, 2003, p.186), transforme la gestion des universités qui ont désormais en charge une partie de la politique salariale. Elle justifie les stratégies de classement des universités entre elles, en imposant une culture de la concurrence comme « premier principe de la recherche » (Insel, 2009, p.113), sur la base d’évaluations standardisées et quantifiées que la stratégie de Lisbonne a consolidées en 2000 au niveau européen (Bruno, 2008). Cette manière de procéder nie la spécificité de faire de la recherche des sciences humaines et sociales41 dans lesquelles s’inscrivent les disciplines du Clersé.

35En 2005, la création de l’ANR (Agence nationale de la recherche) est concomitante d’une réduction des dotations en crédits propres des laboratoires (Orain, 2020) : au niveau national « Les crédits récurrents aux unités du CNRS se réduisaient de l’indice 100 en 2010 à l’indice 81 en 2019 » (Laillier et Topalov, 2022 : 48), et d’ailleurs, au niveau national, l’académie des sciences s’inquiètera, dès 2012, au niveau national, de la réduction massive des dotations de base (Laillier et Topalov, 2022 : 75). Les injonctions à développer un management, une culture et un financement par projets se sont à cette période très nettement accentuées.

  • 42 Les données en francs sur la période pré-2000, ont été converties en euros pour reconstituer cette (...)

36Pourtant, lorsqu’on étudie l’évolution des dotations CNRS au Clersé en euros constants, rapportées aux effectifs d’enseignants-chercheurs et chercheurs ce que l’on trouve, c’est en effet une très forte réduction des dotations de base du CNRS. Mais cette réduction apparait nettement plus tôt que les estimations nationales. Les données que nous avons reconstituées sont sans appel : après une forte hausse annuelle en euros constants42 entre 1994 et 2001 (+7,5 % par an de croissance), la période 2001-2011 est marquée par une réduction drastique des dotations CNRS rapportées aux membres permanents du laboratoire : -8,2 % par an.

37Cette cure d’austérité, qui débutera donc, pour le Clersé, avant la mise en place de l’ANR, sera infléchie à partir de 2011, la dotation progressant en euros constants de 2,6 % par an, ramenant la dotation par membre en 2022 au niveau… de 1999 environ.

Graphique n°3

Graphique n°3

Dotations CNRS : archives comptables du laboratoire ; effectifs : archives administratives. Avant 1994, la comptabilité était gérée par le département d’économie et non le laboratoire. Il n’a pas été possible, de trouver la trace des dotations de la première décennie de fonctionnement du laboratoire. Mais on sait, au niveau national que « l’effort de recherche décroit durant les années 1970, avant de connaître une nouvelle hausse à partir de 1981 » (Crespy, 2022). EC = enseignant-chercheur. C = chercheur.

©Les autrices

38Pour autant, dans cette adversité économique et symbolique, et alors que chacun aurait pu vaquer à ses occupations individuelles, le Clersé, par le biais de ses membres, va, en pratique, faire preuve de créativité et de projets communs, même si cela peut aussi être interprété comme une forme de réponse à l’injonction à l’adaptation (Stiegler, 2019). La résistance va s’opérer dans la mise en place de dispositifs qui permettront aux membres du Clersé de continuer à faire la science comme ils l’entendent : ces membres vont tout d’abord mettre en place des revues qui compteront petit à petit dans le paysage académique national, expression de la reprise en main du destin du champ disciplinaire dans lequel celles-ci s’inscrivent.

39Ainsi, dès 1983 est née la revue Cahiers lillois d’économie et de sociologie (CLÉS), une revue de la faculté comprenant notamment des contributions d’économistes d’autres laboratoires. Elle est parue de 1983 à 1997 et permettait de donner à lire les travaux des collègues et d’initier des dialogues interdisciplinaires. Elle a été animée par les économistes Jean Gadrey et Jean-Claude Delaunay et par le sociologue Bruno Duriez. En 1998, Frédéric Héran a assuré, en duo avec le sociologue Bernard Convert, la direction de la revue. Pendant dix ans, ils en ont fait une véritable revue nationale à comité de lecture, avec de nombreux numéros thématiques et une révision des articles en double aveugle. Quelques mauvaises langues de la section 37 du CNRS (section économie-gestion) l’ont qualifié cependant, dans les années 1990, de « revue paroissiale », ce qui ne présageait rien de bon quant à de futurs soutiens financiers du CNRS. Elle était en réalité une véritable revue académique locale, mais l’adversité était là, avec tout le cynisme dont certains sont capables. Dans le même temps, le numérique s’étendait de toutes parts, interrogeant le bon format d’une revue au XXIè siècle.

40La revue Développement Durable et Territoires (DDT), a été initiée, d’emblée par des économistes et sociologues de l’environnement et des questions écologiques, notamment du Clersé. Cette revue voit le jour en 2002. Elle est d’abord dirigée par l’économiste Bertrand Zuindeau (entré au Clersé, en 2002) et le politiste Bruno Villalba (de l’IEP de Lille à cette période), puis ensuite par la sociologue Hélène Melin et l’économiste écologique Olivier Petit (tous deux du Clersé), puis par Hélène Melin et Arnaud Buchs (économiste de Grenoble).

41La Revue française de socio-économie (RFSE) a quant à elle été fondée par Florence Jany-Catrice avec Richard Sobel et Bernard Convert (tous trois du Clersé) et a bénéficié d’un financement de l’Institut universitaire de France (IUF). Une fois installée dans le champ, et au bout de dix ans de fonctionnement, la fondatrice et les fondateurs ont passé la main au sociologue de l’économie Fabien Eloire et à l’économiste Anne Fretel (Paris 8).

  • 43 On pourrait ajouter les créations de collectifs d’écriture qui ont rayonné ces dernières années : l (...)

42La European Review of Service Economics, enfin, est issue des séries d’Économie et société de la Revue ISMÉA (fondée par l’économiste François Perroux) qui s’est transformée et qui est, depuis sa création en 2015, dirigée par Faïz Gallouj et hébergée au Clersé43.

Des réformes à la crise financière de 2008

43Avec la LRU et l’AERES se succèdent des réformes à un rythme très accéléré sous la mandature ministérielle de Valérie Pécresse (2007-2011). Concomitamment, une crise financière d’ampleur mondiale marque durablement le monde économique et social. Considérant que cette crise est aussi une crise de la pensée économique, les économistes hétérodoxes français s’organisent en association professionnelle qui voit le jour à Lille, au Clersé, en 2009. De nombreux autres laboratoires français rejoindront l’initiative bien-sûr. Ces économistes tentent de créer une nouvelle section du CNU qu’ils souhaitent intituler « Économie & Société » afin d’assurer le retour au pluralisme de la pensée en économie, en infléchissant les institutions. Ils sont plus de trois cent cinquante enseignants-chercheurs à s’engager à la rejoindre si elle était créée. Le prix de la Banque de Suède Jean Tirole usera de sa position dominante dans le champ pour s’opposer au retour au pluralisme par un simple courrier à Geneviève Fioraso, alors ministre de l’ESR. Si cette restructuration n’a pas eu lieu, cette proposition a eu comme effet de regrouper les économistes institutionnalistes d’une part, et d’assurer, par effet rebond, l’installation de l’Association française d’économie politique (AFEP) dans le paysage national et international.

  • 44 Cette offensive s’arrête en 2010 avec l’arrivée de Alain Fuchs à la tête du CNRS.
  • 45 Michel Autès est alors chercheur en sociologie au Clersé, mais aussi, entre 2004 et 2010, vice-prés (...)

44Au même moment, le CNRS envisage d’abandonner la tutelle de certaines UMR en France avec l’idée de transférer la gestion d’une partie de la recherche aux universités (Laillier et Topalov, 2022 : 28)44. Le Clersé se trouve alors menacé de « dés-UMRisation ». Cette offensive, portée par « quelques économistes » du CNRS, va conduire à une mobilisation générale grâce à une alerte précoce de Christian Topalov qui écrit à son collègue, le sociologue Dominique Duprez, permettant l’organisation d’une défense organisée au niveau régional par Michel Autès45 et par Jack Lang, alors député du Nord. Ce dernier rédigera un courrier à la ministre de l’ESR de l’époque, Valérie Pécresse, qui, dans sa réponse, suggérera que le Clersé sera « sauvé ». Parallèlement, une pétition nationale est lancée par le sociologue Sébastien Fleuriel, récemment recruté comme professeur de sociologie à Lille1 et membre du Clersé, largement relayée par des associations professionnelles : l’Association française de sociologie (AFS) dont Philippe Cibois est alors président, et l’Association des sociologues enseignants du supérieur (ASES) dont Frédéric Neyrat est alors président. De son côté, l’Université de Lille marquera son soutien inconditionnel au Clersé.

L’injonction à l’excellence

  • 46 Il a été précédé d’un rapport que le même économiste accompagné d’Elie Cohen a copublié en 2004 (Ag (...)
  • 47 Les deux rapports de Jacques Attali ont été remis sous un gouvernement de gauche : rapport de 1998 (...)
  • 48 Candidature à l’IDEX, aux LABEX, et finalement accessit au label « I-SITE » pour l’Université de Li (...)

45L’excellence fait également sur cette période son entrée dans la novlangue universitaire à la faveur d’un rapport produit par l’économiste Philippe Aghion en 201046 et intitulé « L’Excellence universitaire : leçons des expériences internationales ». Remis à Valérie Pécresse, alors ministre de l’ESR, ce rapport d’étape, comme avant lui le rapport Attali47, est dopé à l’idéologie mainstream, mixant de manière opportuniste croissance endogène (faisant l’apologie de l’excellence universitaire comme facteur de croissance) et théorie de l’agence (faisant des incitations le dispositif-clef de l’excellence). Ce rapport entérine la création des initiatives d’excellence (IDEX) et laboratoires d’excellence (LABEX), etc. derrière lesquels courra, en vain, l’université de Lille. Celle-ci n’a jamais fait partie du groupe des dix pôles d’excellence identifiés par les tutelles et les instances d’évaluation dont elles s’étaient équipées, malgré les multiples transformations internes menées à marche forcée et guidées par l’horizon de l’atteinte du statut de l’excellence48. Malgré le poids de l’université ainsi fusionnée (près de 80 000 étudiant.e.s) et en dépit du désert d’universités d’excellence au Nord de Paris orchestré nationalement, Lille reste une université « ordinaire ».

46Le Clersé en sort fragilisé. Les économistes ébranlent-ils le bateau Clersé ? se demandent certain.es en interne. Ces multiples transformations institutionnelles auront des effets notables, notamment en matière de recrutements : ceux-ci vont, dès le début des années 2000 se raréfier : on passe d’un accroissement des effectifs de +4,2 % par an entre 1982 et 2001 à +0,7 % par an depuis 2001 (voir Graphique 4). Les places seront de plus en plus bataillées, et entraineront tensions et conflits, difficilement évitables en périodes de disette.

Graphique n°4

Graphique n°4

Effectifs : archives administratives. EC = enseignant-chercheur. C = chercheur.

©Les autrices

47Mais le Clersé en sortira ragaillardi : certain.e.s décident de faire face à cette multitude d’adversités en inventant de nouveaux collectifs de travail. D’autres (sans qu’on puisse en fournir une proportion) joueront la carte de la docilité face aux nouvelles injonctions ; d’autres encore se tiendront à l’écart des conflits et de ses conséquences.

48En signe de renouveau, sous la direction du sociologue Sébastien Fleuriel, est mise en place une salle de convivialité. Cette salle constitue un autre niveau possible d’interdisciplinarité, en tout cas un espace où se bricolent les futures collaborations entre économistes et sociologues et où s’opèrent les régulations de proximité.

Conclusion

49L’histoire du Clersé est donc celle d’un glissement d’une politique autonome, par le fait de « mandarins » et de leurs équipes, à une politique plus hétéronome, partiellement guidée par le CNRS, les tutelles et les nouvelles agences de l’État. La maison Clersé est toujours fièrement debout, et l’histoire est aussi celle de la construction permanente, souvent implicite, d’une « culture commune » de sciences sociales, qui ne renie rien des disciplines d’appartenance, pour le Clersé : l’économie politique, la sociologie, la démographie et l’anthropologie.

50La succession et la coexistence de crises multiples depuis le début des années 2020 (covid, confinements, les difficultés liées à la distanciation pour les collectifs, mais aussi les catastrophes climatiques de l’été 2022) ont invité les chercheur.e.s du laboratoire Clersé à reformuler certaines hypothèses de travail, à s’ouvrir sur de nouveaux objets et problématiques et à réinterroger les pratiques individuelles et collectives de recherche.

51La réforme des retraites de 2023, conduisant à des mobilisations inédites sur le campus de la cité scientifique (voir illustrations n°2) a été un moment fédérateur dans la vie du laboratoire et dans sa dynamique, renforçant des liens entre certains collègues des différentes disciplines et jouant des complémentarités d’expertise critique sur la période.

Illustrations n°2

Illustrations n°2

Photos prises par Judith Hayem, anthropologue, Photos prises par Judith Hayem, anthropologue, professeure à l’université de Lille, membre du Clersé.

©Judith Hayem

52En attendant la salle de convivialité a fait place à la salle de mobilisation, présageant peut-être d’une capacité collective pour que perdure l’aventure de cette maison commune, tantôt choyée, tantôt chahutée.

Haut de page

Bibliographie

Aghion Philippe, et Cohen, Elie, 2004, Education et croissance, Rapport pour le CAE.

Aust, Jérôme, Picard, Emmanuelle, 2014, « Gouverner par la proximité. Allouer des fonds à des projets de recherche dans les années 1960 », Genèses 2014/1 (n° 94), p.7-31

Barrier Julien, 2011, « la science en projets : financement sur projet, autonomie professionnelle et transformation du travail des chercheurs académiques », Sociologie du travail, n°53(4), p. 515-536.

Baudelot Christian, 2016, « Jean-René Tréanton en 1968 », Bulletin de l’ASA. https://asap.univ-lille.fr/fileadmin/user_upload/asap/images_et_pdf/03_Histoire_et_Memoire/05_figures_et_acteurs/Treanton.pdf

Bidault Ghislaine, 2006, « un paysage institutionnel transformé : Planification, régionalisation et organismes (1958-1985), in Le Gouvernement de la recherche, pp. 150 à 162.

Bidois Anne, Feiertag Olivier, Marek Yannick, L’université de Rouen, 1966-2016, Histoire d’une université nouvelle, Rouen, PURH, 2016.

Bruno Isabelle, A vos marques, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Editions du Croquant, 2008.

Charle Christophe, Telkes Eva, Les professeurs du Collège de France, Dictionnaire biographique (1901-1939), Paris, CNRS-INRP, 1988.

Charle Christophe, La République des universitaires, Paris, Le Seuil, 1994.

Condette Jean-François, 2005, « Autour de mai 1968 : de la faculté des lettres à l’université de Lille 3 : une mutation accélérée (1968-1970), Revue du Nord n°359, p. 139 à 176.

Crespy Cécile, 2022, « Produire un savoir sur les politiques scientifiques, (re)présenter l’institution. La DGRST, l’international et le Progrès Scientifique (1965-1981) », Histoire de la recherche contemporaine, Tome XI, n°2.

Darmond Gérard, 1991, « La mise en place des instituts nationaux : la difficile naissance de l’IN2P3 », Cahiers pour l’histoire du CNRS (1939-1989), Paris, Éditions du CNRS.

Demazière Didier, 2016, « Claude Dubar (1945-2015). In Memoriam », Sociologie du travail, vol. 58, n°1, janvier-mars, p. 1-7.

Dormoy-Rajramanan Christelle, « Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le Centre Universitaire Expérimental de Vincennes », thèse soutenue à l’Université Paris 10, 2014, https://www.theses.fr/183357175.

Espaces Marx, 2017, « Hommage à Michel Simon », n°36-37.

Fridenson, Patrick, 2010, « La politique universitaire depuis 1968 », Le Mouvement Social, 2010/4 (n°233), p.47-67.

Galvez-Behar, Gabriel, 2010, « Les revues de sciences humaines et sociales face à l'évaluation », Le Mouvement Social 2010/4 (n° 233), p 159-164.

Genèses, n°119, 2020 /2, « Pour l’université, pour la recherche ».

Insel Ahmet, 2009, « Publish or Perish ! La soumission formelle de la connaissance au capital », Revue du MAUSS, « L’Université en crise. Mort ou résurrection ? », n°33, p.109-121.

Laillier, Joël, Christian Topalov, 2022, Gouverner la science. Anatomie d’une réforme (2004-2020), ed. Agone, l’ordre des choses.

Lebrun André, 2018, « La Cité Scientifique de Villeneuve d’Ascq », pp. 201 à 218, in Vanderbusshe Robert, 2018, Cent ans d’université lilloise. Ed. IRHS, coll. IRHiS. URL : https://books.openedition.org/irhis/1602?lang=fr.

Orain, Olivier, 2020, « Grandes étapes des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche en France, 1968-2020 », Revue d’Histoire des sciences humaines, 36/2020, p. 201-204. https://journals.openedition.org/rhsh/4884.

Ouvrier-Bonnaz Régis, « L’histoire des chaires du CNAM concernant l’Homme au travail (1900-1945) entre production de savoirs et engagement politique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°111, 2010, p.99-122.

Picard, Jean-François, 1991, « L'Organisation de la science en France depuis 1870 : Un Tour des recherches actuelles », French Historical Studies, Spring, 1991, Vol. 17, No. 1 (Spring, 1991), p. 249- 268.

Quellien Jean, Toulorge Dominique, 2012, Histoire de l’université de Caen, 1432-2012, Caen, PUC.

Spire Alexis, 2007, « L’asile au guichet. La dépolitisation du droit des étrangers par le travail bureaucratique », Actes de la recherche en sciences sociales, 169.

Stiegler, Barbara, 2019, Il faut s’adapter. Sur un nouvel impératif politique. Ed. Gallimard.

Tréanton, Jean-René, « Les débuts du Centre d'études sociologiques, 1946-1955 », Revue Française de sociologie, 1992, p.487-495.

Sites

https://webtv.univ-lille.fr/video/4636/quelle-economie-voulions-nous-enseigner

Haut de page

Notes

1 Ce travail de recherche a pu être réalisé grâce à un financement du Clersé et a été présenté à l’occasion des 40 ans du Clersé, les 22 et 23 juin 2023.

2 Florence Jany-Catrice, professeure d’économie, est membre du laboratoire depuis le début de son financement de thèse en 1987, grâce à une bourse de doctorat pour ingénieur.e.s (BDI) du CNRS. Elle appartient à l’axe 3 du Clersé intitulé « Économie & Société ». Clotilde Lemarchant est professeure de sociologie au Clersé depuis 2018 après quinze ans passés au LASMAS puis au Centre Maurice Halbwachs (CMH). Elle appartient à l’axe 2 du Clersé intitulé « Mondes du travail et mondes privés ». Anne-Sophie Flouret a rejoint le Clersé en tant qu’ingénieure d’études en sciences sociales pour mener cette enquête. Elle est diplômée, en 2020, du master de sociologie, parcours villes et nouvelles questions sociales, à l’université de Lille.

3 Nous remercions chaleureusement Lucy Marquet, démographe et membre du Clersé, pour son aide et ses conseils.

4 Le CNRS est créé en 1939, avec une certaine « continuité entre le Front populaire, le régime de Vichy et la planification de la Libération » (Picard, 1991 : 263). Par ailleurs, sur son site, le CNRS signale que sa création vient couronner « une vaste campagne de mobilisation en faveur de la recherche, portée par le prix Nobel de physique Jean Perrin et qui a atteint son apogée sous le Front populaire avec le soutien du ministre de l’Éducation nationale Jean Zay » https://www.cnrs.fr/sites/default/files/page/2021-11/JNE_TriptyqueHistoire_web.pdf. Les personnels du CNRS deviennent titulaires de la fonction publique en 1982.

5 La durée d’un mandat de direction d’unité est calée sur les contrats quinquennaux de l’unité, soit cinq ans, autrefois quatre ans et ne peut dépasser deux mandats consécutifs Décret n°2021-1170 du 22 décembre 2021 modifiant le décret n°28-993 du 24 novembre 1982 – article 18.

6 Qui hébergera l’université de Lille 1 ensuite.

7 André Lebrun, « La cité scientifique de Villeneuve d’Ascq », https://books.openedition.org/irhis/1602?lang=fr

Jean-François Condette, 2005, « Autour de mai 1968 » : de la faculté des Lettres à l'université de Lille 3 : une mutation accélérée (1968-1970). Revue du Nord, 359, 139-176. https://doi.org/10.3917/rdn.359.0139

8 https://asap.univ-lille.fr/histoire-et-memoire/ecrits-apres-2015/la-memoire

9 Le ministre Christian Fouchet lance le 2 mars 1964, un plan d’urgence pour la rentrée universitaire 1964. C’est ainsi que sur des terrains acquis dans le cadre du projet de l’université nouvelle, des bâtiments dits d’urgence, donc des bâtiments préfabriqués démontables, sont ouverts aux étudiants fin octobre 1964. Ils ont connu une fréquentation importante entre 1964 et 1970 au gré de la mise en service progressive des bâtiments définitifs de la cité scientifique (jusque 1966-1967) puis de l’accueil des étudiants de la faculté des lettres de l’autre campus, pendant un temps, dans l’attente de la mise en service de l’université de Lille 3. Entre ces années, des bâtiments provisoires verront le jour, notamment, dès 1965, les B5 et B6 (Lebrun, 2018 ; Condette, 2005).

10 Photos issues des archives de Jean Bourgain, tirées d’un écrit, en date du 2 septembre 2022 intitulé : Petite histoire du « mur de la honte », adressé au groupe mémoire de l’ASAP. Voir : https://asap.univ-lille.fr/fileadmin/user_upload/asap/images_et_pdf/03_Histoire_et_Memoire/La_manif_des_briques__par_Jean_Bourgain.pdf

11 La loi Faure recompose en profondeur la répartition des pouvoirs par la mise en place de conseils : conseils d’UER qui élisent un conseil d’université, qui lui-même élit un président d’université. La loi Faure repose sur les principes d’autonomie, de participation et de pluridisciplinarité. L’UER devient une cellule indépendante tant sur le plan pédagogique que sur le plan recherche. La composition de ses conseils est alors profondément modifiée : ils sont ouverts non seulement aux professeurs, aux maîtres de conférences, mais aussi aux autres catégories d’enseignants (assistants et maîtres assistants), aux personnels administratifs et de service, aux étudiant.e.s et aux personnalités extérieures. Sur le plan pédagogique, les unités de valeurs remplacent les programmes prescrits, préfigurant des offres de formation « à la carte » ; les relations entre enseignant.es et étudiant.e.s changent en profondeur, les travaux en petits groupes se développent, le contrôle continue se met en place.

12 Les témoins de cette époque nous évoquent que l’économie et la sociologie étaient dans l’ombre du droit et de la philosophie. Ils disposaient de peu de moyens, voire de peu d’espaces pour développer des recherches. La création de la cité scientifique apportait la possibilité de construire un lieu et une culture de laboratoire.

13 L’institut de sociologie est créé au début des années 1960. Alors rattaché à la faculté des lettres, il s’individualise en 1966 avant d’être rattaché à l’UER de sciences économiques et sociales où il conservera son autonomie. Jean-René Tréanton sera un acteur majeur de la création de l’Institut de sociologie et de son développement dans le cadre de la création de la cité scientifique (Lille 1). Il arrive à Lille en 1959 attiré par Raymond Aron qui l’informa de la création du premier cursus de licence de sociologie à la faculté de lettres et sciences humaines de Lille.

14 Christian Baudelot témoigne : « Avantages ? Des locaux plus spacieux sur le site d’Annappes, des crédits supérieurs, la valeur de l’étudiant scientifique attribuant des crédits meilleurs (on n’en profita jamais !) et une reconnaissance de fait des dimensions scientifiques de la sociologie, par cette alliance avec des économistes sur un campus scientifique… » (source : https://asap.univ-lille.fr/histoire-et-memoire/ecrits-apres-2015/la-memoire).

15 L’université des sciences et techniques Lille 1 est créée en novembre 1970. René Defretin, doyen de la faculté des sciences depuis 1967, sera le premier président de cette université.

16 Après création d’un conseil provisoire en 1969.

17 D’abord présidente du conseil provisoire de gestion de sciences économiques en 1969. Elle a été ensuite élue en 1971, directrice de l’UER des sciences économiques et sociales jusqu’à son départ en retraite en 1973. Source : https://webtv.univ-lille.fr/video/4636/quelle-economie-voulions-nous-enseigner

18 dans le cadre de la loi Savary

19 Les fusions d’universités émergent en France dès 2006, et les regroupements d’universités sont facultatifs jusque 2013. La création de l’université de Lille qui a fusionné trois grosses universités (Lille1, 2 et 3, situées sur des campus différents, deux sur des sites de Villeneuve d’Ascq, une sur un site de Lille) a été justifiée par ses architectes par la candidature à l’Idex, puis l’I-SITE.

20 Il faut souligner aussi le rôle de l’impulsion européenne avec l’inauguration de l’Espace européen de recherche par le Conseil européen extraordinaire réuni à Lisbonne en 2000 (Insel, 2009, p.112).

21 André Nicolaï était alors professeur de sciences économiques à la faculté de droit.

22 CIRST : Comité interministériel de la recherche scientifique et technique, CCRST : Comité consultatif de la recherche scientifique et technique et CSRSPT : Conseil supérieur de la recherche scientifique et du progrès technique, créés par décret en 1954 ; la DGRST : Délégation générale à la recherche scientifique et technique, créée en 1961 (mais initiée dès 1958).

23 En 1969, Michel Beaud succèdera à Jean-René Tréanton.

24 École d’ingénieur.e.s qui deviendra ensuite Polytech.

25 L’historique du groupe mémoire de l’université souligne que Françoise Renversez avait été contacté par quelques sociologues pour qu’ils arrivent simultanément sur le campus. Extrait d’entretien mené par le groupe mémoire orale de la faculté des sciences à Lille, disponible à l’URL suivante : https://asap.univ-lille.fr/histoire-et-memoire/ecrits-apres-2015/la-memoire.

26 Jean-René Tréanton (1925-2015) avait débuté ses travaux en amont, notamment au centre d’étude sociologique. Il a notamment travaillé en sociologie du travail, sur l’automatisation dans l’industrie. Il a été membre de la rédaction de la Revue française de sociologie de 1971 à 1989.

27 Gabriel Gosselin quitte Lille en 1977 pour un poste à Matignon.

28 Comme le rappelle Christian Baudelot dans son hommage à Jean-René Tréanton, publié dans le bulletin de l’Association de solidarités des anciens de l’université de Lille 1 : « Marxisme, structuralisme, fonctionnalisme, bref l’esprit de système, étaient les bêtes noires (ou rouges !) de Jean-René dont la sensibilité politique adhérait peu par ailleurs au bien-fondé des travaux de Karl Marx » (Baudelot, 2016 : 6). voir : https://asap.univ-lille.fr/fileadmin/user_upload/asap/images_et_pdf/03_Histoire_et_Memoire/05_figures_et_acteurs/Treanton.pdf

29 Claude Dubar était issu des classes préparatoires, agrégé de philosophie et docteur en sociologie. Il a été membre du parti communiste pendant une dizaine d’années.

30 Source : rapport d’activité du Clersé, 1985-1989, p.3.

31 Puis par Jean-Michel Stiévenard, Henri Lasserre et, en 1981, Bernard Delmas.

32 Revue Espaces Marx, n°36-37, 2017, p. 117.

33 La convention entre la Région, l’État et le CNRS sur la création de l’IFRESI, est signée le 09/05/1985. L’article 2 précise la mission de l’Institut : « L’objet de cet Institut est de fédérer des équipes relevant du CNRS et des établissements d’enseignement supérieur du Nord-Pas-de-Calais autour de la problématique générale posée par la mutation des structures industrielles et économiques, l’introduction des technologies nouvelles et leur impact sur l’appareil de production, l’emploi, les conditions de travail et la société. L’Article 6, à propos de la localisation, précise : « En accord avec la mission et la vocation de l’Institut, pour faciliter son ouverture vers les milieux économiques et favoriser l’épanouissement de ses dimensions régionale, nationale et internationale, une localisation dans le centre de Lille sera, par exemple, recherchée. La Région et le CNRS envisagent en outre de regrouper autour de cet Institut toutes structures susceptibles de conforter les missions de l’Institut telles qu’elles sont définies à l’article 2 ». La convention de création de l’IFRESI entre le CNRS et les universités Lille I, II, III, Valenciennes, La Fédération universitaire et polytechnique de Lille, est signée, quant à elle, le 25/03/1986.

34 L’IFRESI est plus précisément à l’initiative CNRS et le projet est imposé au Clersé au moment de sa création.

35 Il deviendra MEDEE à la fin des années 1990, puis EQUIPPE, puis UMR LEM en 2013.

36 Catherine Baichère, Sylvie Engrand, Bénédicte Lefebvre, Michel Sueur, Jules Thibault (1981), Ghislaine Defossez, Francine Denimal (arrivés en 1981), Roland Delacroix (1983), Véronique Testelin (1993), Sophie Goyat (1994), Marie-Catherine Malaquin (1995), Frédéric Chavy (2000), Dominique Mosbah (2002), Guillaume Yvan (2005), Marie-Pierre Coquard (2005), Mathieu Genete (2010), Marie-Aude Depuiset (2016), Jean Andrianavaly (2017), Angélique Richard (2018).

37 Pour licence/master/doctorat

38 La LRU diminue la représentativité de la communauté universitaire et favorise la venue du monde socio-économique, de dirigeant.e.s d’entreprise et de représentant.e.s de collectivités territoriales (notamment la Région).

39 L’agence fera place au Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES) en 2014.

40 L’idée d’évaluation des établissements émerge depuis les assises de la recherche de 1981-1982 et la loi de 1984 instaure le premier Conseil national de l’évaluation (Fridenson, 2010, p. 52). Cependant, comme le rappelle Patrick Fridenson, les évaluations sont sans effet jusque-là mise en place de l’AERES qui se substitue au CNE (op. cit.)

41 et donc de l’évaluer : « l’évaluation de la recherche en SHS doit être attentive au sens des travaux entrepris, ce qui suppose de les lire et non pas seulement de les compter » (Galves-Behar, 2010).

42 Les données en francs sur la période pré-2000, ont été converties en euros pour reconstituer cette série.

43 On pourrait ajouter les créations de collectifs d’écriture qui ont rayonné ces dernières années : le collectif Degeyter et le collectif Rosa Bonheur composés majoritairement par des sociologues du Clersé mais aussi de de politistes du CERAPS.

44 Cette offensive s’arrête en 2010 avec l’arrivée de Alain Fuchs à la tête du CNRS.

45 Michel Autès est alors chercheur en sociologie au Clersé, mais aussi, entre 2004 et 2010, vice-président de la région Nord-Pas-de-Calais (affilié au parti Les Verts).

46 Il a été précédé d’un rapport que le même économiste accompagné d’Elie Cohen a copublié en 2004 (Aghion, Cohen, 2004).

47 Les deux rapports de Jacques Attali ont été remis sous un gouvernement de gauche : rapport de 1998 de Jacques Attali « Pour un modèle européen d’enseignement supérieur » remis au ministre de l’Éducation nationale ; et le très médiatique « Rapport de la commission pour la libération de la croissance française » remis en 2008 au premier ministre et président de la République.

48 Candidature à l’IDEX, aux LABEX, et finalement accessit au label « I-SITE » pour l’Université de Lille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n°110
Crédits ©Source archives Jean Bourgain
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/10026/img-1.png
Fichier image/png, 787k
Titre Graphique n°1
Légende Effectifs : archives administratives. EC = enseignant-chercheur. C = chercheur.
Crédits ©Les autrices
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/10026/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Graphique 2
Légende Effectifs : archives administratives. EC = enseignant-chercheur. C = chercheur.
Crédits ©Les autrices
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/10026/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Graphique n°3
Légende Dotations CNRS : archives comptables du laboratoire ; effectifs : archives administratives. Avant 1994, la comptabilité était gérée par le département d’économie et non le laboratoire. Il n’a pas été possible, de trouver la trace des dotations de la première décennie de fonctionnement du laboratoire. Mais on sait, au niveau national que « l’effort de recherche décroit durant les années 1970, avant de connaître une nouvelle hausse à partir de 1981 » (Crespy, 2022). EC = enseignant-chercheur. C = chercheur.
Crédits ©Les autrices
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/10026/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Titre Graphique n°4
Légende Effectifs : archives administratives. EC = enseignant-chercheur. C = chercheur.
Crédits ©Les autrices
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/10026/img-5.png
Fichier image/png, 59k
Titre Illustrations n°2
Légende Photos prises par Judith Hayem, anthropologue, Photos prises par Judith Hayem, anthropologue, professeure à l’université de Lille, membre du Clersé.
Crédits ©Judith Hayem
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/10026/img-6.png
Fichier image/png, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Flouret, Florence Jany-Catrice et Clotilde Lemarchant, « Une socio-histoire d’un laboratoire de sciences sociales français. Le cas du Clersé, unité mixte de recherche 8019 »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Articles en pré-publication, mis en ligne le 11 décembre 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/hrc/10026

Haut de page

Auteurs

Anne-Sophie Flouret

Ingénieure d’études en sciences sociales pour mener cette enquête. Elle est diplômée, en 2020, du master de sociologie, Parcours villes et nouvelles questions sociales, à l’université de Lille.

Florence Jany-Catrice

Professeure d’économie, est membre du laboratoire depuis le début de son financement de thèse en 1987, grâce à une bourse de doctorat pour ingénieur.e.s (BDI) du CNRS. Elle appartient à l’axe 3 du Clersé intitulé « Économie & Société ».

Clotilde Lemarchant

Professeure de sociologie au Clersé depuis 2018 après quinze ans passés au LASMAS puis au Centre Maurice Halbwachs (CMH). Elle appartient à l’axe 2 du Clersé intitulé « Mondes du travail et mondes privés ».

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search