Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome IV-N°2Dossier : La recherche scientifiq...Les transformations de la contrib...

Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

Les transformations de la contribution scientifique

Parallèlement aux transformations politiques contemporaines qui façonnent le monde de la recherche, cet article examine les petits déplacements qui redéfinissent sensiblement la teneur des contributions et les qualités des contributeurs.
The transformations of scientific contribution
David Pontille
p. 152-162

Résumés

Cet article examine les transformations récentes de la contribution en science. Il se concentre sur des technologies qui assurent l’existence et l’accessibilité des productions scientifiques, qui permettent l’évaluation de leur qualité, et qui garantissent les bonnes attributions à chaque participant. En explorant les petits déplacements à l’œuvre dans les infrastructures informationnelles qui façonnent ce qu’est une contribution scientifique digne de ce nom, il montre comment s’y joue simultanément une redéfinition des qualités mêmes des contributeurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Merton Robert K., The sociology of science: theoretical and empirical investigations, The Universit (...)
  • 2 Price Derek de Solla, Little science, big science, Columbia University Press, New York, 1963, 119 p
  • 3 Latour Bruno, Woolgar Steve, Laboratory life: the social construction of scientific facts, Sage, Be (...)

1La publication est une opération centrale de l’activité scientifique. Elle sert simultanément à annoncer des résultats originaux préalablement validés par les pairs et à attribuer la priorité des découvertes aux chercheurs. Chaque nouveau texte publié se présente comme une contribution à l’avancement collectif des connaissances. Dans les années cinquante, les premiers travaux sociologiques consacrés aux sciences ont étudié les publications pour documenter le système d’attribution des récompenses et les différentiels de productivité au sein du monde scientifique1. Ces analyses ont également accompagné le développement d’outils quantitatifs voués à dégager des tendances générales et à mesurer l’impact des productions scientifiques2. En entrant dans les laboratoires à partir des années soixante-dix, les ethnographes du travail scientifique ont, quant à eux, examiné la fabrique quotidienne des articles scientifiques, en insistant notamment sur la place cruciale qu’y occupent les instruments et une myriade d’inscriptions3.

  • 4 Reif Fred, «The Competitive World of the Pure Scientist», Science, vol. 134, n°3494, 1961, p.1957-1 (...)
  • 5 Wilson Logan, The academic man: a study in the sociology of a profession, Oxford University Press, (...)
  • 6 Si un tel périmètre exclut des formes de production distinctes des articles et néglige des conventi (...)

2Bien qu’elles renseignent sur divers aspects de la publication, ces approches négligent certaines opérations essentielles à la définition des contributions scientifiques. Or, dans un contexte où la « pression à la publication4 » est croissante depuis les années soixante et stigmatisée par les réitérations de l’adage « publier or périr5 », ce qui est considérée comme une contribution scientifique légitime se modifie sensiblement. Non seulement la forme et le contenu des textes font l’objet d’un fin calibrage, mais les modes d’attribution et de hiérarchie des productions sont au cœur d’intenses réflexions, assorties d’une batterie de technologies d’évaluation grandissante. Je souhaite mettre ici l’accent sur quelques transformations récentes de la contribution scientifique, notamment dans le domaine des sciences biomédicales, mais aussi revenir sur d’autres plus générales6.

  • 7 Price Derek de Solla, Little science, big science, op. cit.

3Les tendances initialement repérées par Derek de Solla Price et confirmées par de nombreux travaux ultérieurs, comme la massification des chercheurs, la prolifération des textes, et l’augmentation du nombre de signataires par article, génèrent de l’opacité7. Il devient en effet de plus en plus difficile d’identifier les contributions majeures noyées dans un océan de publications (e.g. articles de revues, articles de travail pas encore certifiés et déposés sur un serveur dédié (working papers), ou billets de blogs), d’apprécier la valeur différentielle des productions les unes par rapport aux autres, et de garantir les bonnes attributions à chaque participant individuel.

  • 8 Broad William, Wade Nicholas, Betrayers of the truth. Fraud and deceit in the hall of science, Simo (...)
  • 9 Auranen Otto, Nieminen Mika, «University research funding and publication performance – An internat (...)

4Parmi les propositions destinées à pallier ces différents problèmes, je retiendrai ici celles qui touchent plus particulièrement trois aspects différents de la contribution scientifique. Tout d’abord, les indices de mesure, issus d’une longue tradition en sciences de la documentation, qui ont radicalement modifié la manière d’estimer la qualité des productions scientifiques dès le milieu des années cinquante. Ensuite, le contenu des textes qui, au-delà d’une standardisation progressive, est soumis à des techniques de détection minutieuse afin d’endiguer la montée des fraudes depuis les années quatre-vingt8. Enfin, l’attribution individuelle des actes de travail, qui est favorisée par la transparence accrue du processus de recherche, et la place grandissante de la performance dans les politiques d’évaluation au plan international9.

  • 10 Star Susan Leigh, Ruhleder Karen, «Steps toward an ecology of infrastructure: design and access for (...)

5L’enjeu est d’ouvrir l’analyse à des aspects de la contribution scientifique trop souvent considérés comme allant de soi : les diverses technologies d’enregistrement, d’indexation et de classement des productions. Ces technologies constituent autant d’infrastructures de l’information scientifique qui, au même titre que d’autres infrastructures (e.g. électricité, eau potable…), demeurent largement évidentes, voire invisibles, en fonctionnement normal, et s’avèrent complexes dès qu’une panne survient10. En science, elles garantissent l’existence, l’accessibilité, l’évaluation et la hiérarchisation des contributions selon des critères de jugement et des échelles de valeur. Explorer les petits déplacements au sein de ces infrastructures, c’est appréhender des transformations, plus ou moins importantes, dans le façonnage de ce qu’est une contribution digne de ce nom. Mais c’est simultanément repérer comment elles s’articulent, explicitement ou incidemment, à une redéfinition des qualités mêmes des contributeurs.

Au plus près des articles11

  • 11 Cette partie synthétise des arguments développés dans Pontille David, Torny Didier, « La manufactur (...)
  • 12 Garfield Eugene, «Citation indexes for science. A new dimension in documentation through associatio (...)
  • 13 Wouters Paul, The citation culture, Université d’Amsterdam, Amsterdam, Thèse de doctorat, 1999, 278 (...)
  • 14 Son calcul résulte du rapport entre le nombre total de citations reçu par une revue pendant une pér (...)

6L’estimation de la valeur des productions scientifiques, avant et après leur publication a, pendant de nombreuses années, pris une forme majeure et quasi exclusive : la lecture des textes. Le développement de différents outils bibliométriques (Current Contents, Science Citation Index, Journal of Citation Reports…) destinés au repérage et au tri des informations scientifiques a progressivement changé la donne12. À partir du milieu des années soixante, une nouvelle vision de la littérature scientifique a émergé : les citations ont peu à peu été élevées au rang d’un indicateur quantitatif fiable de la qualité et de l’influence13. Partant, l’évaluation des productions scientifiques a pu s’appuyer sur des métriques faisant de la revue un bon proxy, qui complète ou remplace le jugement par les pairs. La qualité d’une contribution était ainsi rendue objectivable par le comptage de ses citations dans d’autres revues, elles-mêmes étalonnées sur une échelle de valeurs exprimée par leur facteur d’impact14.

  • 15 Hicks Diana, «The difficulty of achieving full coverage of international social science literature (...)
  • 16 Pontille David, Torny Didier, « La manufacture de l’évaluation scientifique…», op. cit.
  • 17 Lozano George A., Larivière Vincent, Gingras Yves, «The weakening relationship between the Impact F (...)

7Critiqué dès ses débuts, l’usage de tels outils bibliométriques pour évaluer les universités et les chercheurs a été croissant et a atteint son apogée, au moins en sciences biomédicales, au cours des années quatre-vingt-dix. Des critiques récurrentes ont ensuite pointé le caractère lacunaire des bases de données qui privilégient les revues anglo-saxonnes, et épinglé les défauts algorithmiques du facteur d’impact des revues15. Au cours des années 2000, des producteurs de bases de données concurrentes sont entrés en scène (e.g. Scopus d’Elsevier et Google Scholar), diversifiant alors considérablement les outils bibliométriques disponibles16. Si les données et les modes de calcul sont dorénavant plus ouverts et accessibles, un autre aspect a également changé : les revues ne sont plus le seul et unique étalon de mesure. Des algorithmes portent aussi sur les auteurs ou les working papers. La valeur d’une contribution n’est donc pas nécessairement dérivée de celle attribuée à la revue dans laquelle elle paraît17.

  • 18 Priem Jason, Taraborelli Dario, Groth Paul, Neylon Cameron, «Altmetrics: a Manifesto – Altmetrics.o (...)

8Prolongeant cette logique, d’autres acteurs ont récemment plaidé, sous forme d’un manifeste, pour l’adoption de métriques alternatives, nommées « Alt metrics18 ». Fervents défenseurs de l’accès ouvert et misant sur les technologies du web, ces acteurs prônent notamment deux principes : garantir la transparence des jeux de données et des calculs algorithmiques, approcher la valeur intrinsèque de chaque texte. Une telle position ne se limite pas aux seules mesures de citation, mais compose au contraire avec une variété de filtres de l’information scientifique. Parmi ce vaste ensemble, des mesures spécifiquement centrées sur les articles ont vu le jour sous le label « Article-Level Metrics » (ALM).

9Depuis mars 2009, chaque article publié dans une des revues en ligne de l’organisation Public Library of Science est accompagné d’une palette d’indices mis à jour en temps réel.On y trouve le nombre de vues de la version HTML ; le nombre de téléchargements du fichier PDF ; le nombre de citations dans Scopus, Web of Science, PubMed Central, et le nombre d’occurrences sur CiteUlike, Mendeley, Twitter et Facebook. On peut également noter de une à cinq étoiles la pertinence d’un article, sa fiabilité et son style. On peut enfin suivre la trajectoire des discussions portant sur le contenu de l’article à travers ses différentes mentions dans les réseaux sociaux et divers blogs. Ces différentes mesures sont à la fois publiques et disponibles sous la forme d’un fichier XML dont l’usage est à la discrétion de ceux qui le téléchargent. Les ALM ont été adoptés en 2012 par d’autres éditeurs, dont une vingtaine de revues du Nature Publishing Group et certaines du BMJ Publishing Group Ltd, ainsi que par la base de données Scopus de l’éditeur Elsevier.

  • 19 Wouters Paul, The citation culture, op. cit.

10Ce panier d’indices déborde les limites de « la culture de la citation19 » instaurée par les outils bibliométriques focalisés sur l’impact, puisqu’il intègre des comptages bruts d’usages variés et privilégie des mesures d’audience. L’objectif affiché est double. D’une part, il s’agit d’associer ces différentes mesures à chaque article, au nom de la transparence et de la diffusion qui sont érigées en valeurs cardinales de la production scientifique :

11« Article-Level Metrics inscrit des informations transparentes et exhaustives sur l’usage et la portée des articles publiés sur les articles eux-mêmes, afin que l’ensemble de la communauté académique puisse juger de leur valeur »20.

12D’autre part, toute action relative à l’article est prise en compte afin d’appréhender sa circulation sur diverses scènes, académiques ou non. Les mesures sont constituées comme des représentations d’usages (lire, citer, commenter, télécharger, regarder, recommander…) et de publics très contrastés (chercheurs, éditeurs, financeurs, administrateurs d’institutions de recherche, journalistes, bloggers…) non hiérarchisés entre eux. Tous sont volontairement mis sur le même plan car l’enjeu principal est ailleurs : une fois agrégés, les différents indices sont destinés à apprécier le « total impact » de chaque article, considéré comme la véritable mesure de sa valeur.

13Agrégeant des mesures d’impact (citations) et d’attention (usages), les ALM sont porteurs de plusieurs transformations de la contribution scientifique. La valeur de chaque article ne réside, ni dans un processus de validation très sélectif par un groupe restreint de pairs en amont de la publication, ni dans le statut plus ou moins prestigieux de la revue où il est publié. Elle est ici placée dans les mains d’une multitude d’usagers, constituant un cercle des pairs considérablement élargi qui intervient après la publication des articles. Les lecteurs sont ainsi promus en une instance qui valorise l’article de différentes manières, mais qui peut aussi le soumettre publiquement à des épreuves de jugement tout au long de sa trajectoire.

14Quel que soit l’avenir de ces mesures alternatives, en cours de standardisation21, elles inaugurent simultanément une autre figure du contributeur. Alors que, dans un monde dominé par les mesures de citation, la qualité des auteurs est indexée sur celle des revues listées dans leur curriculum vitae, dans un monde privilégiant les mesures d’attention et d’audience, l’autopromotion est une pratique attendue. Il devient par exemple légitime pour chacun(e) de promouvoir ses propres travaux sur des blogs scientifiques et des réseaux sociaux. Cette naissance du « publiant marketeur » installe à la fois une autre économie du crédit scientifique, fondée sur la distribution de l’expertise entre divers publics, et une vision politique de la science et de l’évaluation bien différente de celle initialement instituée.

Le calibrage des textes scientifiques

  • 22 Shapin Steven, Schaffer Simon, Leviathan and the air-pump: Hobbes, Boyle, and the experimental life(...)
  • 23 Bazerman Charles, Shaping written knowledge: the genre and activity of the experimental article in (...)

15La publication dans des revues savantes s’est instituée dès le XVIIe siècle autour de conventions sociales, techniques et littéraires particulières22. Ces conventions visaient à garantir l’objectivité des jugements en réservant les capacités d’expertise légitime à un groupe de pairs triés sur le volet. L’établissement des faits, la reproductibilité des expériences et la certification des connaissances étaient le fruit d’une harmonisation progressive des pratiques autour d’un format commun de participation, où l’écriture des comptes rendus d’expériences tenait une place centrale23. L’adoption d’une certaine forme littéraire s’est peu à peu imposée, et notamment une trame argumentative singulière découpant la pratique expérimentale en étapes successives : état de l’art, méthodes et matériaux utilisés, exposition des faits et interprétation de leur portée. Au-delà des variations plus ou moins importantes de cette trame, selon les époques et les disciplines, elle homogénéise en partie les textes et permet ainsi une convergence de vues au moment de leur expertise. Ce fin calibrage des textes scientifiques, opéré au fil des siècles, a donné forme à un véritable genre, largement relayé aujourd’hui encore par les manuels de style édités par différentes associations professionnelles et les « instructions aux auteurs » de nombreuses revues.

  • 24 Vasconcelos Sonia, Leta Jacqueline, Costa Lídia, Pinto André, Sorenson Martha, «Discussing Plagiari (...)

16L’élaboration d’un genre textuel n’assure pas pour autant qu’auteurs et lecteurs envisagent chaque article comme un tout uniforme. Certains accordent une valeur différentielle à l’état de l’art et aux méthodes par rapport aux résultats24. Ils considèrent ainsi que les différentes sections d’un article scientifique n’ont pas le même intérêt. Une telle position renseigne sur un autre calibrage des contributions scientifiques, élaborée à l’origine en recherche biomédicale. Au lieu de se rapporter à la trame argumentative des articles, c’est leur contenu informationnel qui était directement visé.

  • 25 Ingelfinger Franz J., «Definition of “sole contribution”», New England Journal of Medicine, vol. 28 (...)

17À la fin des années soixante, Franz J. Ingelfinger, alors rédacteur en chef du New England Journal of Medicine, a en effet instauré une nouvelle politique éditoriale limitant fortement le nombre d’occurrences d’une information biomédicale : le principe de la « contribution unique25 ». Selon ce principe, tout article soumis à la revue serait systématiquement rejeté si la majeure partie de sa « substance essentielle » avait fait préalablement l’objet d’une soumission ou d’une parution sous quelle que forme que ce soit (livre, article de revue ou de presse). Seuls faisaient exception les résumés publiés dans des actes de conférences. La publication préalable (ou simultanée) de résultats dans un journal médical grand public qui était communément envisagée jusque-là comme une pratique de vulgarisation était ainsi redéfinie au nom de la nécessaire validation de tout résultat préliminaire. De la sorte, Ingelfinger proposait une définition singulière de la contribution scientifique. En insistant sur la nécessité de publier des contributions uniques, il indiquait en creux le genre particulier auquel appartiennent les revues scientifiques. Destinées à rendre compte de faits dont la qualité a préalablement été contrôlée, elles visent à annoncer des découvertes nouvelles, innovantes, qui marquent la recherche scientifique. C’est cette exigence d’actualité (newsworthiness) qu’Ingelfinger a affirmé avec force dans son éditorial.

  • 26 Relman Arnold S., «The Ingelfinger rule», New England Journal of Medicine, vol. 305, n°14, 1981, p. (...)

18Érigeant l’originalité en un critère de publication et réaffirmant le statut des revues scientifiques comme instance de validation, cette proposition a fait date de plusieurs manières. Tout d’abord, de nombreuses revues ont adopté cette exigence et pas seulement dans le domaine biomédical. La plupart d’entre elles précisent dans leurs « instructions aux auteurs » que les manuscrits soumis pour évaluation ne doivent pas faire l’objet d’une publication antérieure ou d’une proposition simultanée à une autre revue. Ensuite, le principe de « contribution unique » a acquis une forme éponyme sous l’influence d’Arnold S. Relman, successeur d’Ingelfinger au New England Journal of Medicine26. Ce que l’on nomme la « règle Ingelfinger » (Ingelfinger rule) indique la volonté affichée d’une revue scientifique de protéger l’originalité des informations qu’elle publie en revendiquant leur primeur, notamment vis-à-vis de la presse grand public.

  • 27 Susser Mervyn, Yankauer Alfred, «Prior, duplicate, repetitive, fragmented, and redundant publicatio (...)

19Mais un tel calibrage n’a pas uniquement établi une ligne de conduite pour les revues. Ce principe de la « contribution unique » a parallèlement inauguré un important travail de différenciation et de définition. Ce qui était fustigé dans les années quatre-vingt sous des dénominations partagées comme « least publishable unit », désignant la plus petite quantité d’informations publiable, ou « salami slicing », référant au découpage des résultats d’une même recherche dans des publications successives, s’est vu complété par une fine catégorisation des manières de publier des éléments déjà parus. Il est devenu en effet possible de distinguer une publication antérieure (prior publication) d’autres formes de réitération d’une même information : « repetitive », « duplicate » et « redundant publication » sont les principales catégories habituellement employées par les rédacteurs en chef de revues biomédicales27. Ce répertoire partagé de la contribution est aujourd’hui principalement convoqué et développé par des revues et des instances de régulation (e.g. Office of Research Integrity, International Committee of Medical Journal Editors…). Il vise à qualifier, voire stigmatiser, des formes de production jugées déviantes de la part des auteurs vis-à-vis de leurs publications antérieures (cf. encadré ).

À la recherche d’un auto-plagiat

Source : https://docs.google.com/​spreadsheets/​d/​1E4BPsmKs4NXZR0ujwT1yCiOwIZWzBNokot5L6prc5hI/​pub ?hl =de&hl =de&gid =1

Ce tableau présente une comparaison systématique du contenu de deux articles parus dans des revues différentes sous le nom des mêmes auteurs, en reproduisant les passages manifestement similaires.

  • 28 Samuelson Pamela, «Self-Plagiarism or Fair Use?», Communications of the ACM, vol.37, n°8, 1994, p.2 (...)
  • 29 Biagioli Mario, «Recycling texts or stealing time?: plagiarism, authorship, and credit in science», (...)

20La vigilance exacerbée envers la répétition plus ou moins étendue d’un même contenu informationnel focalise désormais une grande partie de l’attention sur les pratiques d’auto-plagiat28. Au-delà des débats éthiques et juridiques sur les possibilités pour un auteur scientifique de se voler soi-même, une telle requalification est significative d’une autre logique : elle résulte de l’émergence d’un domaine de recherche consacré aux misconduct studies, adossé à ses propres technologies d’investigation et leur marché en plein essor des logiciels de reconnaissance de similarités textuelles29. En prolongeant les préoccupations d’Ingelfinger ou de Relman pour l’inédit, ce mouvement ne fait pas que circonscrire plus précisément le périmètre des contributions scientifiques. La détection des unités textuelles déjà publiées au sein d’un même article promeut conjointement une conception singulière des contributeurs : chacun est mis en garde contre la tendance à être un potentiel plagiaire de ses propres travaux.

Fraudes et individualisation des contributions

21La fraude scientifique ne se limite pas aux questions de plagiat ou d’auto-plagiat : les exactions vont de l’amélioration bénigne des résultats, au trucage ou au vol des données, jusqu’à l’invention pure et simple de l’ensemble des faits expérimentaux. Bien qu’elle jalonne l’histoire des sciences, la fraude est devenue manifeste au début des années quatre-vingt aux États-Unis, avec une succession d’affaires publiques engageant de prestigieuses universités, suscitant des enquêtes des National Institutes of Health et des auditions du Congrès. Les cas devenus célèbres de J.R. Darsee, R.A. Slutsky ou D. Baltimore n’ont pas uniquement alimenté des doutes sur l’intégrité des chercheurs. À la manière des cas plus récents qui surgissent régulièrement (e.g. le vétérinaire Hwang Woo-Suk en 2005 ; le médecin Jon Sudbø en 2006, le psychologue Diederik Stapel en 2011, l’anesthésiologiste Yoshitaka Fujii en 2012), ils ont durablement jeté un trouble sur les conditions d’enregistrement de la priorité des découvertes. Alors que l’authorship est censé régler les questions d’attribution, ces affaires ont révélé des pratiques de signature pour le moins inattendues. Non seulement, les articles mis en doute portaient le nom de personnes dont la contribution était jugée minime, voire nulle, mais certains signataires ignoraient même que leur nom figurait dans la liste. Les ressorts de l’attribution des contributions étaient alors profondément ébranlés.

22Une telle situation a engendré deux phénomènes concomitants. D’un côté, un nouveau vocabulaire de l’authorship destiné à stigmatiser des pratiques jugées inacceptables. L’appellation générale « signature honorifique » (honorary authorship) s’est peu à peu déclinée en trois catégories principales. « L’invité » (guest authorship) dont le nom déjà reconnu augmente les chances de publication de l’article. « Le donateur » (gift authorship) qui met en œuvre un principe d’échange réciproque entre collègues. Enfin, « le fantôme » (ghost authorship) désigne des situations où, à la manière des écrits littéraires, les véritables rédacteurs ne signent pas. Une telle pratique vise, soit à soutenir des étudiants moins chevronnés, soit à laisser dans l’ombre des membres de firmes pharmaceutiques.

23De l’autre, des enquêtes sur les pratiques d’attribution ont testé leur conformité aux recommandations en vigueur, notamment celles érigées par l’International Committee of Medical Journal Editors (ICMJE). Outre la révélation d’importants écarts, ces enquêtes ont documenté deux aspects supplémentaires entravant la juste attribution des productions : l’inflation croissante du nombre de signatures par article depuis les années cinquante, et le télescopage d’une pluralité de conventions pour ordonner les noms. Avec des articles en recherche clinique ou en génomique affichant parfois une cinquantaine de noms, l’identification des contributions respectives et l’évaluation des performances individuelles devenaient de plus en plus difficile.

  • 30 Pour une analyse détaillée de ce corpus, voir Pontille David, Le vocabulaire de la contribution : a (...)
  • 31 Rennie Drummond, Yank Veronica, Emanuel Linda, «When authorship fails: a proposal to make contribut (...)
  • 32 Cette proposition prenait explicitement la suite de suggestions similaires depuis l’article de Moul (...)

24Entre le début des années quatre-vingt et le milieu des années quatre-vingt-dix, la parution de nombreux éditoriaux et de numéros spéciaux de revues, l’organisation de conférences, et la mise en place d’un groupe de travail spécialement consacré à l’authorship, témoignent de l’intensité des débats qui ont animé les sciences biomédicales sur cette période30. L’enjeu majeur était de réhabiliter la responsabilité des auteurs en explorant des technologies d’attribution plus fiables que l’authorship, dont les dérives étaient régulièrement commentées par divers chercheurs et responsables de revues. Au cours de ces réflexions, le rédacteur en chef du New England Journal of Medicine et deux collègues ont suggéré d’identifier systématiquement les contributions de chacun31. Leur proposition : inclure, au sein même des articles, une section dans laquelle chaque participant décrit sa contribution spécifique à la recherche32. Baptisée « contributorship », cette procédure a d’abord reçu un accueil perplexe, puis elle a fait l’objet d’expérimentations répétées, pour être finalement incluse en 2003 dans les recommandations de l’ICMJE et les « instructions aux auteurs » de plusieurs revues biomédicales.

25Sur le plan pratique, tout contributeur est invité, avant la publication de l’article, à décrire son propre rôle soit de manière libre, soit à l’aide d’un formulaire fourni par la revue qui codifie les types de contribution. Par exemple : (a) concept et conception ; (b) analyse et interprétation des données ; (c) écriture de la première version de l’article ;(d) révision critique du contenu intellectuel de l’article ; (e) approbation finale de l’article ; (f) apport des matériaux ou des patients de l’étude ; (g) expertise statistique ; (h) obtention de financements ; (i) support administratif, technique, ou logistique ; (j) recueil et mise en forme des données. Ces déclarations écrites doivent être impérativement datées et signées. Elles sont archivées par les revues et les informations qu’elles contiennent sont publiées dans le corps des articles. De la sorte, tout lecteur est en mesure d’attribuer à chaque participant sa part respective du travail collectif. Avec cette procédure, les doutes récurrents sur les conventions d’agencement des noms, sur la pondération des places respectives, et sur la présence de « signatures honorifiques » semblent minimisés.

  • 33 Foucault Michel, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, vol (...)

26La procédure « contributorship » revisite toutefois les fondements de la notion d’auteur. En misant sur la traçabilité des performances individuelles, elle convoite moins l’attribution du crédit que l’imputation de responsabilité. L’accent mis sur la signature manuscrite des formulaires vise certes à réhabiliter la responsabilité épistémique des chercheurs, de telle sorte qu’ils prennent en charge individuellement leur contribution. Mais elle consiste aussi à faire de chaque contributeur un sujet juridique qui assume publiquement la responsabilité morale de ses actes33.

27Ce mouvement vers les enjeux d’identification est particulièrement sensible dans les débats contemporains sur l’attribution scientifique, à l’instar de la conférence organisée à Harvard en mai 201234. Car, malgré le déploiement de la procédure « contributorship », de nombreuses ambiguïtés demeurent. Le nombre et l’intitulé des types de contribution varient notamment d’une revue à l’autre. Pour contourner ce problème, une taxinomie standardisée des rôles possibles, qui serait valable pour toutes les disciplines et articulée à des plateformes de soumission électronique des manuscrits aux revues, est en cours d’élaboration35. Parallèlement, l’intégration de bases de données interopérables aux procédures d’attribution est en plein essor, à l’image d’ORCID (http://orcid.org) qui délivre un numéro d’identifiant numérique permanent

28Vouées à attacher des données toujours plus précises aux noms propres des chercheurs et à leurs actes de travail, ces propositions ne font pas que résoudre des problèmes d’homonymie, minimiser les querelles d’attribution, et favoriser la circulation et la transparence des informations. En proposant des agencements sociotechniques inédits, elles concourent au renouvellement des propriétés mêmes des contributeurs : futurs bénéficiaires des nombreuses données disponibles et combinables, mais victimes potentielles de technologies qui facilitent le contrôle et la surveillance au cœur de l’activité scientifique.

Un horizon contrasté

  • 36 Galison Peter, «The collective author», in Mario Biagioli et Peter Galison (eds.), Scientific Autho (...)

29L’exploration de ces petits déplacements au sein des infrastructures informationnelles qui soutiennent la publication, l’archivage et l’évaluation des productions en science permet de saisir différentes façons de définir ce qu’est une contribution scientifique. Multiples, émergents, concomitants, parfois articulés les uns aux autres, ces déplacements semblent dessiner une tendance vers un calibrage et une traçabilité des actes de recherche de plus en plus précis. Pour autant, certains milieux scientifiques développent des technologies alternatives qui envisagent les contours de la contribution sur de toutes autres bases. C’est notamment le cas en physique des hautes énergies et dans certains projets collaboratifs en mathématiques36, où l’usage d’instances collectives d’attribution gomme volontairement toute distinction entre les contributeurs individuels. Loin d’être toujours plus étriqué, l’horizon demeure largement ouvert à d’incessants réagencements d’anciennes technologies et de constantes petites innovations qui transforment les manières de produire, d’indexer et d’évaluer les contributions scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Allen Liz, Scott Jo, Brand Amy, Hlava Marjorie, Altman Micah, « Publishing: credit where credit is due », Nature, vol. 508, n° 7496, 2014, p. 312-313.

Archambault Éric, Larivière Vincent, « History of the journal impact factor: Contingencies and consequences », Scientometrics, vol. 79, n° 3, 2009, p. 635-649.

Auranen Otto, Nieminen Mika, « University research funding and publication performance – An international comparison », Research Policy, vol. 39, n° 6, 2010, p. 822-834.

Bazerman Charles, Shaping written knowledge: the genre and activity of the experimental article in science, The University of Wisconsin Press, Madison, Wisconsin, 1988, 400 p.

Biagioli Mario, « Recycling texts or stealing time?: plagiarism, authorship, and credit in science », International Journal of Cultural Property, vol. 19, n° 3, 2012, p. 453–476.

Broad William, Wade Nicholas, Betrayers of the truth. Fraud and deceit in the hall of science, Simon & Schuster, New York, 1982, 256 p.

Foucault Michel, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, vol. 63, n° 3, 1969, p. 73-104.

Galison Peter, « The collective author », in Mario Biagioli et Peter Galison (eds.), Scientific Authorship. Credit and Intellectual Property in Science, Routledge, New York, 2003, p. 325-355.

Garfield Eugene, « Citation indexes for science. A new dimension in documentation through association of ideas », Science, vol. 122, n° 3159, 1955, p. 108-111.

Hicks Diana, « The difficulty of achieving full coverage of international social science literature and the bibliometric consequences », Scientometrics, vol. 44, n° 2, 1999, p. 193-215.

Ingelfinger Franz J., « Definition of “sole contribution” », New England Journal of Medicine, vol. 281, n° 12, 1969, p. 676-677.

Latour Bruno, Woolgar Steve, Laboratory life: the social construction of scientific facts, Sage, Beverly Hills, 1979, 296 p.

Lozano George A., Larivière Vincent, Gingras Yves, « The weakening relationship between the Impact Factor and papers’ citations in the digital age », Journal of the Association for Information Science and Technology, vol. 63, n° 11, 2012, p. 2140-2145.

Merton Robert K., The sociology of science: theoretical and empirical investigations, The University of Chicago Press, Chicago, 1973, 636 p.

Moulopoulos S.D., Sideras D.A. Georgilis K.A., « Individual contributions to multiauthor papers », British Medical Journal, vol. 287, n° 6405, 1983, p. 1608-1610.

Pontille David, La signature scientifique : une sociologie pragmatique de l’attribution, CNRS Éditions, Paris, 2004, 200 p.

Pontille David, Le vocabulaire de la contribution : attribution et évaluation en science, Économica, Paris, (à paraître).

Pontille David, Torny Didier, « La manufacture de l’évaluation scientifique : algorithmes, jeux de données, outils bibliométriques », Réseaux, n° 177, 2013, p. 25-61.

Price Alan R., « Cases of plagiarism handled by the United States Office of Research Integrity 1992-2005 », Plagiary: Cross-Disciplinary Studies in Plagiarism, Fabrication, and Falsification, vol. 1, 2006, p. 46-56.

Price Derek de Solla, Little science, big science, Columbia University Press, New York, 1963, 119 p.

Priem Jason, Taraborelli Dario, Groth Paul, Neylon Cameron, « Altmetrics : a Manifesto – Altmetrics.org », 2010, http://altmetrics.org/manifesto/ (consultée le 22.07.2014).

Reif Fred, « The Competitive World of the Pure Scientist », Science, vol. 134, n° 3494, 1961, p. 1957-1962.

Relman Arnold S., « The Ingelfinger rule », New England Journal of Medicine, vol. 305, n° 14, 1981, p. 824-826.

Rennie Drummond, Yank Veronica, Emanuel Linda, « When authorship fails: a proposal to make contributors accountable », Journal of the American Medical Association, vol. 278, n° 7, 1997, p. 579-585.

Samuelson Pamela, « Self-Plagiarism or Fair Use? », Communications of the ACM, vol. 37, n° 8, 1994, p. 21-25.

Shapin Steven, Schaffer Simon, Leviathan and the air-pump: Hobbes, Boyle, and the experimental life, Princeton University Press, Princeton, 1985, 448 p.

Star Susan Leigh, Ruhleder Karen, « Steps toward an ecology of infrastructure: design and access for large information spaces », Information Systems Research, vol. 7, n° 1, 1996, p. 111–134.

Susser Mervyn, Yankauer Alfred, « Prior, duplicate, repetitive, fragmented, and redundant publication and editorial decisions », American Journal of Public Health, vol. 83, n° 6, 1993, p. 792-793.

Vasconcelos Sonia, Leta Jacqueline, Costa Lídia, Pinto André, Sorenson Martha, « Discussing Plagiarism in Latin American science: Brazilian Researchers Begin to Address an Ethical Issue », EMBO Reports, vol. 10, n° 7, 2009, p. 677-682.

Wilson Logan, The academic man: a study in the sociology of a profession, Oxford University Press, New York, 1942, 260 p.

Wouters Paul, The citation culture, Université d’Amsterdam, Amsterdam, Thèse de doctorat, 1999, 278 p.

Haut de page

Notes

1 Merton Robert K., The sociology of science: theoretical and empirical investigations, The University of Chicago Press, Chicago, 1973, 636 p.

2 Price Derek de Solla, Little science, big science, Columbia University Press, New York, 1963, 119 p.

3 Latour Bruno, Woolgar Steve, Laboratory life: the social construction of scientific facts, Sage, Beverly Hills, 1979, 296 p.

4 Reif Fred, «The Competitive World of the Pure Scientist», Science, vol. 134, n°3494, 1961, p.1957-1962.

5 Wilson Logan, The academic man: a study in the sociology of a profession, Oxford University Press, New York, 1942, 260 p.

6 Si un tel périmètre exclut des formes de production distinctes des articles et néglige des conventions d’attribution spécifiques à d’autres milieux scientifiques, il demeure néanmoins révélateur d’enjeux génériques de la contribution scientifique. Voir Pontille David, La signature scientifique : une sociologie pragmatique de l’attribution, CNRS Éditions, Paris, 2004, 200 p.

7 Price Derek de Solla, Little science, big science, op. cit.

8 Broad William, Wade Nicholas, Betrayers of the truth. Fraud and deceit in the hall of science, Simon & Schuster, New York, 1982, 256 p. ; Price Alan R., «Cases of plagiarism handled by the United States Office of Research Integrity 1992-2005 », Plagiary: Cross-Disciplinary Studies in Plagiarism, Fabrication, and Falsification, vol. 1, 2006, p. 46-56.

9 Auranen Otto, Nieminen Mika, «University research funding and publication performance – An international comparison», Research Policy, vol. 39, n°6, 2010, p. 822-834.

10 Star Susan Leigh, Ruhleder Karen, «Steps toward an ecology of infrastructure: design and access for large information spaces», Information Systems Research, vol. 7, n°1, 1996, p. 111–134.

11 Cette partie synthétise des arguments développés dans Pontille David, Torny Didier, « La manufacture de l’évaluation scientifique : algorithmes, jeux de données, outils bibliométriques », Réseaux, n°177, 2013, p. 25-61.

12 Garfield Eugene, «Citation indexes for science. A new dimension in documentation through association of ideas», Science, vol. 122, n°3159, 1955, p.108-111.

13 Wouters Paul, The citation culture, Université d’Amsterdam, Amsterdam, Thèse de doctorat, 1999, 278 p.

14 Son calcul résulte du rapport entre le nombre total de citations reçu par une revue pendant une période de référence de deux ans et le nombre total d’articles publiés dans cette revue sur la même période.

15 Hicks Diana, «The difficulty of achieving full coverage of international social science literature and the bibliometric consequences», Scientometrics, vol. 44, n°2, 1999, p. 193-215 ; Archambault Éric, Larivière Vincent, «History of the journal impact factor: Contingencies and consequences», Scientometrics, vol. 79, n°3, 2009, p. 635-649.

16 Pontille David, Torny Didier, « La manufacture de l’évaluation scientifique…», op. cit.

17 Lozano George A., Larivière Vincent, Gingras Yves, «The weakening relationship between the Impact Factor and papers’ citations in the digital age», Journal of the Association for Information Science and Technology, vol. 63, n°11, 2012, p. 2140-2145.

18 Priem Jason, Taraborelli Dario, Groth Paul, Neylon Cameron, «Altmetrics: a Manifesto – Altmetrics.org», 2010, http://altmetrics.org/manifesto/ (consultée le 22.07.2014).

19 Wouters Paul, The citation culture, op. cit.

20 http://blogs.plos.org/mfenner/2012/04/23/plos-article-level-metrics-interview-with-martin-fenner/ (consultée le 03.06.2012).

21 http://www.niso.org/apps/group_public/download.php/13295/niso_altmetrics_white_paper_draft_v4.pdf (consultée le 22.07.2014).

22 Shapin Steven, Schaffer Simon, Leviathan and the air-pump: Hobbes, Boyle, and the experimental life, Princeton University Press, Princeton, 1985, 448 p.

23 Bazerman Charles, Shaping written knowledge: the genre and activity of the experimental article in science, The University of Wisconsin Press, Madison, Wisconsin, 1988, 400 p.

24 Vasconcelos Sonia, Leta Jacqueline, Costa Lídia, Pinto André, Sorenson Martha, «Discussing Plagiarism in Latin American science: Brazilian Researchers Begin to Address an Ethical Issue», EMBO Reports, vol. 10, n°7, 2009, p. 677-682.

25 Ingelfinger Franz J., «Definition of “sole contribution”», New England Journal of Medicine, vol. 281, n°12, 1969, p. 676-677.

26 Relman Arnold S., «The Ingelfinger rule», New England Journal of Medicine, vol. 305, n°14, 1981, p. 824-826.

27 Susser Mervyn, Yankauer Alfred, «Prior, duplicate, repetitive, fragmented, and redundant publication and editorial decisions», American Journal of Public Health, vol. 83, n°6, 1993, p. 792-793.

28 Samuelson Pamela, «Self-Plagiarism or Fair Use?», Communications of the ACM, vol.37, n°8, 1994, p.21-25.

29 Biagioli Mario, «Recycling texts or stealing time?: plagiarism, authorship, and credit in science», International Journal of Cultural Property, vol. 19, n°3, 2012, p. 453–476.

30 Pour une analyse détaillée de ce corpus, voir Pontille David, Le vocabulaire de la contribution : attribution et évaluation en science, Économica, Paris, (à paraître).

31 Rennie Drummond, Yank Veronica, Emanuel Linda, «When authorship fails: a proposal to make contributors accountable», Journal of the American Medical Association, vol. 278, n°7, 1997, p.579-585.

32 Cette proposition prenait explicitement la suite de suggestions similaires depuis l’article de Moulopoulos S.D., Sideras D.A. Georgilis K.A., «Individual contributions to multiauthor papers», British Medical Journal, vol. 287, n°6405, 1983, p. 1608-1610.

33 Foucault Michel, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la Société française de philosophie, vol. 63, n°3, 1969, p. 73-104.

34 http://projects.iq.harvard.edu/attribution_workshop/ (consultée le 03.06.2012).

35 Allen Liz, Scott Jo, Brand Amy, Hlava Marjorie, Altman Micah, «Publishing: credit where credit is due», Nature, vol. 508, n°7496, 2014, p. 312-313.

36 Galison Peter, «The collective author», in Mario Biagioli et Peter Galison (eds.), Scientific Authorship. Credit and Intellectual Property in Science, Routledge, New York, 2003, p. 325-355 ; Pontille David, Le vocabulaire de la contribution, op.cit. Voir la section « Publishing policy » dans les règles de participation aux projets polymath : http://polymathprojects.org/general-polymath-rules/ (consultée le 22.07.2014).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/1117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Pontille, « Les transformations de la contribution scientifique »Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 152-162.

Référence électronique

David Pontille, « Les transformations de la contribution scientifique »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1117

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search