Navigation – Plan du site
Dossier : La recherche scientifique : objet d'étude et enjeu social

Les activités spatiales, objet sociologique

Comment définir les grandes lignes d’une « sociologie des activités spatiales » ? Cet article s’appuie sur un inventaire des éléments empiriques et des propositions théoriques qui pourraient en constituer les fondements.
Space research and its sociological dimension
Morgan Jouvenet, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin
p. 171-179

Résumés

Cet article propose une synthèse de la sociologie des activités spatiales, en cours de formation. Présentant les études les plus significatives déjà publiées sur le sujet, les auteurs identifient les lignes de force d’une analyse des interactions (compétitives et coopératives) associant acteurs, politiques, et organisations. Ils montrent également comment le territoire de l’enquête est marqué par des démarcations importantes et des distinctions motrices, entre secteurs public et privé, identités nationales et projets internationaux, culture spatiale et spécialités professionnelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mitroff Ian, Subjective Side of Science: Philosophical Inquiry into the Psychology of the Apollo Mo (...)
  • 2 Global Positioning System.
  • 3 National Aeronautics and Space Administration.

1Depuis les prouesses de la course à l’espace et de la conquête de la Lune, dans les années soixante, l’intérêt public pour le spatial ne se dément pas. Il n’est qu’à relater l’histoire des grands programmes, comme Apollo1, ou présenter le fonctionnement d’une fusée Ariane 5 ou d’une sonde extra-planétaire comme Rosetta pour susciter un effet de sidération. Pourtant, des décennies après la mise en orbite des premiers satellites, au cœur de la guerre froide, malgré la banalisation des usages des techniques spatiales (GPS2, télévision et téléphone par satellite, télédétection…), l’astronautique reste, sinon mystérieuse, du moins ésotérique pour le grand public. C’est dire aussi que les activités de ses professionnels ne sont que faiblement éclairées lors des spectaculaires opérations orchestrées par les organisations-phares du spatial (la plus connue étant bien sûr la Nasa3).

2Si le fonctionnement d’un satellite ou le design d’un lanceur relèvent d’une technologie compréhensible par les seuls ingénieurs et scientifiques, il n’en demeure pas moins que ces techniques constituent un moteur du changement social – dans une mesure et jusqu’à un point qu’il revient aux sciences humaines et sociales d’apprécier. Cet impact a en effet des dimensions symboliques, économiques et sociales que l’on peut évaluer au-delà des évidentes retombées techno-scientifiques. Les enjeux géopolitiques du spatial ont été particulièrement visibles à l’occasion de la conquête de l’espace durant la guerre froide. Son poids économique peut également attirer l’attention sur les conditions de possibilité et l’organisation de l’investissement d’un pays. Et là aussi, les sciences humaines et sociales apportent un éclairage précieux. C’est pourquoi le spatial constitue un objet d’étude particulièrement stimulant, non seulement pour la sociologie des sciences et techniques, mais pour la sociologie tout court.

  • 4 Sur l’exemple du programme satellitaire américain Corona, voir Cloud John, «Imaging the World in a (...)

3L’objectif de cet article de synthèse est de présenter les grandes lignes d’une « sociologie des activités spatiales » en cours de formation. Il s’agira de procéder à un inventaire (non exhaustif) des diverses monographies et propositions théoriques qui en constituent les fondements. Le spatial est déjà fort bien quadrillé par l’histoire et la géographie (et la géopolitique), mais aussi la science politique, l’économie ou les sciences de gestion. Fabrique de héros de la civilisation, le spatial se prête aisément à un traitement biographique : les multiples tentatives pour cerner Wernher von Braun, inventeur des V2 allemands, puis héros du programme Apollo et administrateur adjoint de la Nasa, en fournissent une bonne illustration. Source de mythologies contemporaines, le spatial constitue aussi un terrain prometteur pour les explorateurs des archives, propice à son renouvellement permanent : ce versant de la littérature est fondé sur la mise à jour régulière de l’histoire de ses programmes-phares, au fil des déclassifications des documents officiels qui leur sont attachés4. La littérature est abondante, et il ne s’agit pas de l’ignorer. Qui plus est, les frontières sont souvent poreuses avec l’histoire, l’anthropologie, la science politique ou les science and technology studies (voire avec la « littérature grise » des rapports d’expertises), si bien que notre inventaire inclura des monographies qui relèvent de ces disciplines mais n’en sont pas moins de nature à enrichir la sociologie des activités spatiales.

4Par-delà l’identification des aspects et des problèmes étudiés ou susceptibles de l’être, le but est aussi d’identifier « ce que le spatial fait à la sociologie » : la formule, désormais rituelle lorsqu’on identifie un nouveau champ d’enquête, vaut pour le meilleur comme pour le plus délicat. L’étude du spatial ouvre en effet certainement aux sociologues une manière de renouveler des interrogations anciennes (sur les rapports entre sciences, techniques et sociétés, notamment), laissant augurer des innovations théoriques et méthodologiques aux retombées potentiellement vastes. Mais il convient également de mentionner les obstacles et risques de la pratique de la sociologie du (et dans le) domaine spatial.

5Il existe déjà quelques propositions fortes. Il faut par exemple mentionner l’ouvrage de Dickens et Ormrod, Cosmic Society. Towards a Sociology of the Universe (2007), qui présente une tentative audacieuse d’explication de toutes les dimensions socio-éco-politico-culturelles de l’espace. De telles généralisations paraissent encore prématurées. Il est important, à ce stade, de poursuivre le travail d’enquête afin d’enrichir la connaissance sociologique de l’objet « spatial ».

6Nous dégagerons, dans la première partie du texte, les grandes lignes de structuration du spatial, sur le plan des organisations et des processus qui constituent cet objet. On verra que ce terme peu dynamique d’« objet » spatial ne rend en réalité pas justice aux objectifs de la sociologie que nous proposons de déployer, et, dans la deuxième partie, nous aborderons plus directement la question des activités spatiales. Nous parlons ainsi plutôt d’« activités » que de « technologies » ou de « sciences » spatiales, parce que le terme est plus englobant et attire d’emblée l’attention sur la dimension du « faire », celle du travail et des pratiques. Il renvoie en outre plus clairement à la pluralité des dimensions constitutives de la réalité empirique du spatial : les organisations, les politiques spatiales, les concurrences industrielles, les rivalités géostratégiques, etc. Le plan de notre exposé, articulant ces aspects, reflète ce parti pris.

Structuration des activités spatiales : organisations et frontières territoriales

  • 5 Centre national d’études spatiales.
  • 6 Agence spatiale européenne.
  • 7 Abbott Andrew, The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Knowledge, Chicago, Un (...)
  • 8 Sur l’implantation du Cnes à Toulouse, voir Lamy Jérôme, « Grandeur scientifique et politiques de l (...)
  • 9 Sur le Centre spatial guyanais, voir Redfield Peter, Space in the Tropics: From Convicts to Rockets (...)

7Les agences spatiales, telles la Nasa, le Cnes5 en France ou l’Esa pour l’Europe6, sont évidemment des points d’entrée incontournables pour la sociologie des activités spatiales. Les monographies qui leur ont été consacrées ont montré combien ces organisations technico-scientifiques bureaucratisées, emblèmes de la big science et pour la plupart fondées pendant la guerre froide, ont généré des cultures organisationnelles et professionnelles relativement homogènes. Pour ces agences chargées de mettre en œuvre la « politique spatiale » d’un État (lequel entend ainsi s’imposer comme « puissance spatiale »), l’enjeu et le souci demeurent la maîtrise de l’ensemble du territoire – de l’écologie, au sens d’Abbott7 – des activités spatiales, c’est-à-dire l’exercice d’un contrôle légitime sur ce qu’il vaut la peine de développer et de prioriser. Les plus puissantes emploient des milliers de personnes ; elles intègrent des divisions et des sous-divisions en concurrence pour l’accès aux ressources (exploration, vols habités, lanceurs, satellites, applications opérationnelles, etc.) et la définition des situations de travail. Elles s’enracinent dans des territoires bien délimités, à proximité des grandes capitales – le siège de la Nasa est à Washington D.C., celui du Cnes à Paris – dans des espaces d’activité concentrés8 et, plus récemment, des clusters (par exemple l’Aerospace Valley dans le Sud-Ouest de la France). Enfin, pour les lancements, dans le désert du Kazakhstan ou en bordure de forêt amazonienne9. Tous ces territoires sont étroitement contrôlés par les États, qui disposent toujours d’un monopole sur leur organisation, via les agences spatiales. Celles-ci sont donc directement financées par les pouvoirs publics, le montant de leurs budgets constituant un indice des rapports de force qui dessinent la hiérarchie des puissances spatiales (largement dominée par les États-Unis).

  • 10 Kay W.D., Defining NASA: The Historical Debate over the Agency’s Mission, Albany, State University (...)
  • 11 McCurdy Howard, The Space Station Decision: Incremental Politics and Technological Choice, Baltimor (...)
  • 12 Johnson Stephen, The Secret of Apollo. Systems Management in American and European Space Programs, (...)
  • 13 Krige John, Russo Arturo, Sebesta Lorenza, A history of the European space agency, 1958-1987. Volum (...)

8Les missions de ces grosses structures ne sont toutefois pas figées. C’est vrai pour les agences civiles, typiquement la Nasa, dont les orientations et les programmes font chaque année l’objet d’intenses négociations budgétaires à Washington10. Le changement organisationnel et l’adaptation des agences à leur environnement politique constituent un autre thème de la littérature spécialisée, dans une perspective marquée par un questionnement plus général sur la bureaucratie11. Le spatial a constitué, depuis ses débuts, un laboratoire de l’organisation des activités à grande échelle : le management y a puisé certaines de ses stylisations à partir du programme Apollo12. Les enquêtes sont ainsi entreprises à des moments où le rôle et le statut des agences posent problème et parfois même suscitent l’inquiétude. Commémorations et autres anniversaires de création fournissent en outre des occasions (et des financements) propices aux tentatives de reconstitution de l’histoire des agences spatiales, accroissant encore leur poids dans l’historiographie. La volumineuse histoire de l’Esa en est l’illustration13.

  • 14 Krige John, Long Callahan Angelina, Maharaj Ashok, NASA in the world: fifty years of international (...)

9Les définitions des missions des agences spatiales diffèrent aussi selon les pays. Il est possible, dès lors, d’observer (et de comparer) des spécificités organisationnelles nationales et des manières de structurer les activités : ainsi la Nasa est une agence de recherche et de développement, tandis que le Cnes (qui s’en voulait une réplique française au moment de sa création au début des années soixante), n’a en principe pas vocation à engager des recherches. De même, les tutelles gouvernementales varient d’un pays à l’autre, et il est toujours instructif de mesurer la distance qui sépare les domaines civils et militaires. Malgré ces différences, les agences nationales entrent toutes dans un commerce internationalisé du spatial, au fil de collaborations bi- ou multilatérales plus ou moins symétriques. L’étude de ce domaine doit donc conjuguer l’analyse des spécificités nationales et la saisie des stratégies globales14.

  • 15 Vaughan Diane, The Challenger Launch Decision: Risky Technology, Culture, and Deviance at NASA, Chi (...)
  • 16 Et cette analyse n’a pas été sans effets sur le management du risque dans l’organisation des progra (...)

10« Calculés » et « gérés » selon des seuils d’« acceptabilité », les risques et les erreurs sont partie intégrante de la conduite des missions et des programmes. Cette culture du risque constitue à coup sûr une particularité sociologique saillante. Aussi rares que marquants, les accidents (crashs de navettes et de fusées, échecs de lancement ou collisions entre satellites) en constituent des révélateurs par défaut. C’est ce que montre Diane Vaughan dans sa magistrale étude de l’accident de la navette Challenger15. Lorsque les responsables de la Nasa décidèrent de la lancer, le 28 juillet 1986, on aurait pu pointer des signes patents d’une très probable défaillance de joints d’étanchéité de l’un des éléments du lanceur. Certains ingénieurs avaient certes identifié leur sensibilité aux basses températures, mais Vaughan montre pourquoi la connaissance de ce paramètre ne parvint pas à remonter la chaîne décisionnelle de manière efficace, en déployant une analyse minutieuse de la culture organisationnelle de la Nasa. La nuit du jour J à Cap Canaveral, la température avoisinait les 0°C et cela fragilisa les composants, entraînant finalement l’explosion de la navette et la mort de l’ensemble de l’équipage. Retransmis en direct à la télévision, cet accident a constitué un drame national à la hauteur des enjeux sociaux attachés à « la conquête spatiale » nord-américaine. Touchant le cœur de la mission confiée à la Nasa, il a fortement déstabilisé le programme et, du même coup, l’ensemble de l’organisation dans ses rapports avec le pouvoir politique et le grand public. Le grand mérite du livre de Vaughan est de présenter ce désastre comme le résultat une série de dysfonctionnements internes aux protocoles et aux systèmes de contrôle de l’agence, dans le cadre d’une « normalisation de la déviance » caractérisant une évolution aussi sourde que dramatique de la culture professionnelle des ingénieurs au service de la Nasa. À partir d’un événement clé de l’histoire du spatial, ultra-commenté, Vaughan a produit une sociologie empirique des organisations contemporaines et des professionnels du risque dépassant largement les frontières de son champ initial16.

  • 17 Sur Argos, voir Benson Étienne, «One Infrastructure, Many Global Visions: The Commercialization and (...)
  • 18 Rosental Claude, Les capitalistes de la science. Enquête sur les démonstrateurs de la Silicon Valle (...)
  • 19 Turcat Nicolas, «The link between aerospace industry and NASA during the Apollo years», Acta Astron (...)
  • 20 Von der Dunk Frans, Private Enterprise and Public Interest in the European «Spacescape», Leiden, Le (...)
  • 21 Sur ce point, mais dans un autre domaine voir Jouvenet Morgan, « Nanosciences et nanotechnologies : (...)

11Les diverses organisations du domaine spatial (agences, entreprises, laboratoires, structures militaires, universités, associations professionnelles, think tanks, etc.) appuient leurs activités sur des oppositions structurantes, avec lesquelles le-la sociologue doit composer, dans ses déplacements et réflexions : militaire/civil, privé/public, science fondamentale/ingénierie, amont/aval… Si les acteurs font donc la part entre ce qui relève, par exemple, de l’opérationnel militaire et du service civil, les partages n’en sont pas moins des accomplissements pratiques et, comme tels, peuvent se transformer, être réalignés ou ré-agencés. Plusieurs exemples peuvent être cités ici pour ce qui touche aux relations changeantes entre le public et le privé : la privatisation de services satellitaires auparavant publics17, ou celle de la fabrication des lanceurs (voir la montée en puissance de la compagnie privée Space X aux États-Unis). Territoire de conquête, l’espace est aussi un lieu pour les échanges commerciaux. La dimension capitalistique du spatial, notamment soulignée par Claude Rosental dans son étude comparée des laboratoires californiens de la Nasa et des entreprises de la Silicon Valley18, est à mettre en relation avec les infrastructures industrielles très spécifiques qui soutiennent l’économie du spatial. Les liens contractuels entre la Nasa et le secteur militaire nord-américain ont par exemple dessiné un espace marchand relativement clos19. De façon générale, même en Europe, les démarcations public/privé sont parfois difficiles à opérer20. Là encore, les inévitables jeux des acteurs du spatial autour et avec ces frontières constituent un objet sociologique saillant, susceptible de tempérer la perception du monde des techno-sciences contemporaines comme un « tissu sans couture »21.

Activités : disciplines, pratiques, coopération, politiques spatiales

  • 22 Zabusky Stacia, Launching Europe: An Ethnography of European Cooperation in Space Science, Princeto (...)
  • 23 Lamy Jérôme, « La mesure de toute chose. La mission Topex/Poseidon et l’océanographie spatiale dans (...)
  • 24 Sur la domestication des Meteosat par les météorologues, voir Krige John, «Crossing the Interface f (...)

12Les activités spatiales sont façonnées par la forme « discipline ». Mais l’inverse peut aussi être vrai. Il est ainsi évident que toutes les disciplines de l’ingénierie se retrouvent dans la chaîne de production du spatial, de l’hydrodynamique à l’étude de la résistance des matériaux, des techniques de propulsion aux études aérostatiques, jusqu’au design industriel. De la même façon, la plupart des spécialités scientifiques relevant des sciences de la nature sont présentes dans le domaine spatial. Qu’il s’agisse de l’astrophysique, de la biologie, des sciences médicales ou des sciences de l’environnement, de nombreuses communautés scientifiques qui ne sont pas directement constituées autour du spatial ont trouvé en lui des points d’appui, et se trouvent réarticulées dans la configuration interdisciplinaire résumée par l’expression « space sciences »22. L’une des spécificités du spatial réside dans la forte contrainte technologique qu’il fait peser sur les pratiques scientifiques qui s’y déploient. Certaines communautés de chercheurs se sont ainsi structurées autour d’un instrument : l’océanographie spatiale est, par exemple, apparue avec les premiers satellites Geosat, puis surtout Topex/Poseidon23. Le cas de la météorologie spatiale est voisin quoiqu’un peu différent puisque, dans ce cas, on a pu observer une reconfiguration de la discipline à partir d’une nouvelle instrumentation satellitaire opérationnelle, offrant des données et des images permettant de nourrir les modèles de prévision24. À chaque fois, néanmoins, la « spatialisation » (même relative) d’un domaine scientifique, et la confrontation de ses acteurs avec les organisations contrôlant la mise en orbite de leurs « manips » ou/et instruments introduit une rupture.

  • 25 Pour un premier repérage, voir Lamy Jérôme, Saint-Martin Arnaud, « Faire politique d’un système d’o (...)
  • 26 Lamy Jérôme, «What management do to space projects? The ARCAD 3 project at the end of the 1970’s», (...)
  • 27 Zabusky Stacia, Launching Europe: An Ethnography of European Cooperation in Space Science, Princeto (...)
  • 28 Sebesta Lorenza, «The politics of technological cooperation in space: US-European negotiations on t (...)

13La possibilité d’esquisser une « topographie » des activités spatiales a pour principal intérêt de signaler les rapports de force, les dynamiques de délimitation ainsi que les allocations différentielles des ressources25. De façon générale, les processus de mobilisation s’organisent selon des schémas qui sont historiquement et sociologiquement cadrés. Favorisés par le crédo gaullien de l’indépendance nationale, les projets spatiaux franco-soviétiques qui se sont généralisés après les accords signés en 1966 entre Paris et Moscou en fournissent une illustration26. L’histoire de ces coopérations – et des compétitions simultanées – entre agences représentant les États et/ou entre entreprises est l’objet de très nombreuses monographies. Et on voit par exemple qu’au sein de l’Esa27 comme dans les relations entre les États-Unis et l’Europe28, la rareté du marché concerné, le nombre limité d’acteurs en présence, ainsi que les sommes souvent énormes à engager expliquent la prégnance de cette tension entre coopération et concurrence dans les activités spatiales.

  • 29 Lamy Jérôme, «What management do to space projects? The ARCAD 3 project at the end of the 1970’s», (...)
  • 30 Mindell David, Digital Apollo: Human and Machines in Spaceflight, Cambridge, MIT Press, 2008, 367 p
  • 31 Sur les sondes envoyées dans le système solaire, cf. Launius Roger (ed.), Exploring the Solar Syste (...)
  • 32 MacKenzie Donald, Inventing Accuracy: A Historical Sociology of Nuclear Missile Guidance, Cambridge (...)
  • 33 Vertesi Janet, «Seeing like a Rover: Visualization, embodiment, and interaction on the Mars Explora (...)

14L’intérêt d’une sociologie des activités spatiales réside aussi dans la capacité à relier ces explications à une étude de la mise en œuvre des programmes, dans la saisie du continuum qui associe les décisions politiques interétatiques aux espaces de travail et dispositifs scientifiques partagés. Une fois mis au point, comment les systèmes techniques sont-ils pilotés ? Dans le cas des missions franco-soviétiques, on voit se dessiner une certaine forme de partage des tâches : lors de la mission ARCAD 3, par exemple, visant à examiner les phénomènes physiques dans la haute atmosphère, les chercheurs français monopolisent quasiment l’ensemble des instruments, les soviétiques s’occupant principalement du lancement et des liaisons29. Dans Digital Apollo, David Mindell reconstitue les interactions complexes entre, d’un côté les ingénieurs et les pilotes embarqués et, de l’autre, les machines automatisées et robots à opérer depuis le Mission Control Center, à Houston30. Sur la base de descriptions fines du pilotage du module lunaire, l’auteur montre dans quelle mesure l’expérience des vols vers la Lune, via le programme Apollo, ont (re)configuré les rapports homme-machine. Dès leur décollage, les lanceurs, satellites, sondes et autres robots sont commandés à distance31, actualisant des principes de guidage des missiles balistiques32 dont les fusées spatiales sont des prolongements. Menée au plus proche des espaces de travail et des interactions qui animent ces dispositifs, l’ethnographie constitue une méthode de recueil empirique irremplaçable pour rendre compte des spécificités expérimentales des laboratoires du spatial, qui concernent notamment cette distribution des tâches entre hommes et machines « à la pointe de la technologie ». L’enquête de Janet Vertesi dans les centres de contrôle de la mission Mars Exploration Rover en offre une belle illustration, qui restitue le « travail représentationnel » nécessaire au pilotage du robot-prothèse oculaire33.

  • 34 Notamment Kurgan Laura, Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, Cambridge, MIT P (...)
  • 35 Chateauraynaud Francis, Debaz Josquin, Saint-Martin Arnaud, Les données satellitaires au cœur des a (...)
  • 36 Edwards Paul, A Vast Machine: Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Ca (...)

15La distribution des tâches est toujours spectaculaire quand elle concerne le « travail visuel ». À l’autre bout de la chaîne des utilisateurs, les adeptes de Google Earth l’expérimentent également en appuyant (« augmentant ») leur navigation sur leurs ordinateurs ou leurs smartphones. Les « études visuelles »34 ont souligné plus généralement les effets qu’a engendrés le point de vue de surplomb offert par les satellites. Ces images satellites sont les fruits de « pratiques représentationnelles » dont il est possible d’étudier la genèse et les modes de circulation, de l’acquisition des données par les satellites aux transformations sémiotiques opérées au sol, jusqu’à leurs usages par diverses communautés de pratiques35. Il est clair que les données d’observation de la Terre générées au moyen des infrastructures satellites intéressent de plus en plus d’acteurs, a fortiori celles qui sont utilisées pour surveiller les paramètres physiques et les ressources énergétiques du système-Terre ou, avec les enjeux que l’on sait, le changement climatique global36.

  • 37 Hacker Barton, «The Gemini Paraglider: A Failure of Scheduled Innovation. 1961-64», Social Studies (...)
  • 38 Galden Gloria, «On the way to Jupiter: Psychological Dimensions of the Galileo Mission», Social Stu (...)
  • 39 Moltz James Clay, Crowded Orbits: Conflict and Cooperation in Space, New York, Columbia University (...)

16Enfin, une autre façon d’aborder les activités spatiales est de s’intéresser aux erreurs et aux échecs : qu’il s’agisse des innovations planifiées mais jamais mises en place, comme le « parapente » de Gemini dans les années soixante37, ou des conséquences de l’explosion de Challenger sur la programmation des missions spatiales suivantes38, l’astronautique constitue un terrain particulièrement fécond pour l’étude de ce qui, malgré tout, ne fonctionne pas. Cette thématique s’est récemment enrichie d’une nouvelle problématique, liée à la gestion des débris et de la pollution spatiale, laquelle confronte la communauté spatiale à son passé39.

  • 40 Pasco Xavier, La politique spatiale des États-Unis, 1958-1995. Technologie, intérêt national et déb (...)
  • 41 Suzuki Kazuto, Policy Logics and Institutions of European Space Collaboration, Aldershot, Ashgate, (...)

17Du côté des décideurs, des policy advisers et des juristes, les « politiques spatiales » constituent une autre activité à part entière, et c’est l’intérêt d’une sociologie (politique) des sciences que d’en étudier les conditions d’exercice. Qui élabore et est en capacité de mettre en œuvre ces orientations politiques de la technique ? Comment les décisions sur tel ou tel programme sont-elles prises ? Quels sont les intérêts en jeu et les groupes qui les portent ? L’expression indigène récurrente de « politique spatiale » recouvre une multiplicité de réalités, et il est de bonne méthode d’en cerner les contours sur le terrain. C’est ce qu’a proposé Xavier Pasco dans sa thèse d’histoire sur l’organisation et les enjeux de la politique spatiale américaine depuis la fin des années cinquante40. Si elle constitue un lieu stratégique des discours normatifs sur les rapports entre science, technique et société, la politique spatiale n’en demeure pas moins façonnée dans des contextes historiques spécifiques. Kazuto Suzuki se livre ainsi à une comparaison internationale qui souligne combien les logiques politiques orientant les activités spatiales en Europe peuvent être différentes – et par moments contradictoires, voire conflictuelles41.

  • 42 McCurdy Howard, Inside NASA: High Technology and organizational Change in the U.S. Space Program, B (...)
  • 43 Kay W.D., «Democracy and Super Technologies: The Politics of the Space Shuttle and Space Station Fr (...)
  • 44 Mack Pamela, Viewing the Earth: The Social. Construction of the Landsat Satellite System, Cambridge (...)
  • 45 Lamy, Saint-Martin, 2013 ??? Idem). Lamy Jérôme, Saint-Martin Arnaud, « Faire politique d’un systèm (...)

18L’étroite relation entretenue par les acteurs du spatial avec les pouvoirs politiques constitue le lieu particulièrement sensible d’une « mise en politique » des sciences et techniques contemporaines : d’un côté comme de l’autre, on tente de conformer le discours reçu à ses propres attentes mais aussi de proposer des activités qui puissent susciter l’intérêt de l’interlocuteur. Le dialogue entre les acteurs politiques et ceux du spatial s’organise autour de procédures langagières, sociales, techniques, industrielles et géopolitiques diverses. Un exemple éloquent est fourni par les études portant sur des « méga-programmes » aussi coûteux que la Station spatiale internationale42, dont le déploiement implique la planification des activités de dizaines de milliers de personnes. Dans l’ensemble, la compréhension de la fabrique des « politiques spatiales » ne peut passer que par l’analyse détaillée des négociations et arrangements entre les agences et les gouvernements, marqués par la contingence et les hésitations (et donc loin de la rhétorique de la nécessité ou de l’évidence des discours valorisant, a posteriori, les décisions prises). Les exemples du Space Shuttle et de la station Freedom illustrent cette sinuosité du processus de décision, aboutissant à un compromis entre logiques politiques et techno-scientifiques43. Le travail sociologique permet cependant de repérer les principaux thèmes de cette harmonie adaptée à l’air du temps : il est toujours question des impacts « sociétaux »de l’exploration spatiale, qu’ils soient envisagés dans les termes du rapport au savoir ou dans ceux du développement économique. La rhétorique de valorisation du spatial est sans doute plus directe aujourd’hui (mais certainement aussi, de fait, plus contestée,) lorsqu’il est question des systèmes d’observation de la Terre utilisés à diverses fins de surveillance par les pouvoirs publics. Pamela Mack l’a montré dans son étude du programme Landsat44. Le cas du système Copernicus est également intéressant de ce point de vue : avec ce dispositif satellitaire de surveillance des territoires et des populations, l’Union européenne s’affirme comme « puissance spatiale » émergente sur la scène internationale45.

  • 46 Levine Arthur, «Space Technology and Societal Regulation», Science, Technology and Human Values, vo (...)
  • 47 Chopin Olivier, « La représentation des satellites dans le cinéma d’action américain », Hermès, n° (...)
  • 48 Volkmer Ingrid, «Satellite cultures in Europe: Between national spheres and a globalized space», Gl (...)

19L’articulation demeure en tout cas complexe entre les impératifs propres aux États (défense, sécurité, surveillance) et la place du spatial dans des dispositifs politiques46. On ne peut séparer ici la sociologie des politiques spatiales de celle des représentations de l’espace, lesquelles constituent encore des accomplissements pratiques qu’il convient d’objectiver. Cette objectivation nous renvoie à l’impact médiatique et culturel du spatial évoqué en introduction47. Analyser cet impact, c’est aussi reconnaître qu’il prend sens dans une perspective déjà globale (les satellites en orbite autour de la Terre ignorant les frontières), qui suppose des formes de diffusion large48.

Ce que les activités spatiales font/feraient à la sociologie

20L’étude sociologique des activités spatiales suppose un minimum d’investissement dans la connaissance de l’astronautique, ne serait-ce que pour ne pas (trop) céder à la fascination. Conception technique des lanceurs, design des satellites et des instruments embarqués, management des missions, éléments d’orbitographie, physique de l’environnement spatial : les savoirs techniques « de base » sont variés, et leur maîtrise, même minimale, a un coût. Cette familiarisation expose en outre à un risque : à pousser l’exploration de l’objet dans toutes ses particularités, notamment techniques, la sociologie pourrait se diluer dans son objet, et se transformer ainsi en un « compte-rendu de comptes rendus », une (para)science d’ingénieur. Il faut se prémunir contre cette (dis)solution extrême, et cette dernière section vise à nourrir cette prudence, en cernant quelques difficultés – qui constituent aussi parfois de nouvelles promesses.

  • 49 Pour un exemple de survol de ces travaux voir Krupar Jason, «Atmospheric Science at NASA: A History (...)
  • 50 Krige John, Russo Arturo, Sebesta Lorenza, A history of the European space agency, 1958-1987. Volum (...)
  • 51 Ewing Susan, «Using Volunteers for Special-Project Staffing at the National Air and Space Museum Ar (...)

21Pour qui entend reconstituer l’histoire d’un projet, d’une mission ou d’une organisation, le danger est grand de crouler sous les documents. Pour commencer, les archives, classées ou déclassifiées, se comptent en effet en centaines de mètres linéaires. Un indice de cette surabondance est fourni par le volume des monographies consacrées à la Nasa49 ou à l’Esa. Dans ce dernier cas, les travaux de John Krige, Arturo Russo et Lorenza Sebesta cernent à la fois les contours d’une approche macroscopique des institutions spatiales et les points aveugles (comme le déficit des études culturelles) inévitables dans une entreprise de ce genre50. Mais il est difficile de s’en tenir aux seules archives déposées dans les organismes dédiés. Il faut aussi envisager, si possible, des entretiens et une collecte d’informations documentaires (presse, archives d’entreprises ou personnelles, etc.), sans oublier les acteurs politiques, particulièrement actifs dans le domaine spatial. Du reste, la multiplication des projets d’archivage et l’appel aux volontaires se multiplient au sein des agences pour recouper les éventuelles sources manquantes51.

  • 52 Vertesi Janet, «Seeing like a Rover: Visualization, embodiment, and interaction on the Mars Explora (...)

22L’impossibilité de comprendre tous les points de vue des pratiques spatiales et de relever tous les gestes qui s’y déploient doit constituer la source d’une prudente humilité méthodologique. L’entrée par les activités, par les processus de mobilisation des individus et des instruments permet ainsi de faire de nécessité vertu. Dans cette veine, le travail déjà cité de Janet Vertesi sur Mars Explorer52 montre que la rigueur empirique n’interdit pas l’audace théorique, en produisant une mise en abyme du travail sociologique, qui saisit ce que signifie « voir » avec un robot martien, pour les planétologues comme pour les sociologues. Là aussi, le laboratoire spatial offre un plan de dissection original des structures et actions partagées par les hommes et les machines.

  • 53 Parks Lisa, Cultures in Orbit: Satellites and the Televisual, Durham, Duke University Press, 2005, (...)

23Mais le « spatial » n’est pas qu’une affaire de sciences ni de technologie. Nous l’avons souligné plusieurs fois, les dimensions politiques et économiques, notamment, y sont prégnantes. La sociologie des activités spatiales doit dès lors emprunter à des littératures très diverses. Si elle demeure avant tout une enquête de sociologie des organisations (et de leurs défaillances), le travail de Vaughan sur l’échec de Challenger propose par exemple de nombreux développements de sociologie des politiques spatiales, voire d’anthropologie des représentations spatiales. Ces croisements sont en quelque sorte des passages obligés, imposés par la profondeur de l’enquête empirique. De manière plus inattendue peut-être, la sociologie de la culture s’ouvre aussi au spatial : les travaux pionniers de Parks sur les effets globalisant de la télévision transmise par satellite livrent par exemple un aperçu saisissant de ce que l’activité spatiale fait aux pratiques culturelles53.

  • 54 Lamy Jérôme, Saint-Martin Arnaud, « Les enjeux des données dans la politique spatiale européenne », (...)

24La focalisation sur les activités, conjuguée aux difficultés d’accès aux terrains et sources (écrites et orales) de l’enquête contraint enfin les sociologues du spatial à entretenir un lien sans doute particulier avec ses acteurs. Si l’observation participante n’est pas toujours possible (ni souhaitable), la création de liens privilégiés avec eux offre en effet des ressources ambivalentes : dans le travail de deux d’entre nous sur le programme européen Copernicus54, les échanges avec des acteurs du spatial ont certes, par exemple, permis d’accéder au détail de nombreuses typologies techniques, mais ils ont aussi forcément exposé les enquêteurs à un point de vue normatif attaché à cet univers professionnel (supposant parfois la subordination du travail sociologique à la vision de l’ingénieur).

25À l’issue de ce bref panorama des terrains et thématiques d’enquête, les contours d’une sociologie des activités spatiales sont plus visibles. Mais l’enjeu réside également dans la consolidation et l’extension des collectifs de chercheurs susceptibles de s’engager dans ce domaine en formation. Et cela nécessite de trouver des appuis matériels et institutionnels. Pour ce (se) faire, la sociologie des activités spatiales doit pouvoir compter sur la collaboration de ceux-là mêmes dont il s’agit de mieux comprendre le travail, à savoir les professionnels des activités spatiales. Surtout quand ces derniers se trouvent confrontés à de nouveaux impératifs ou injonctions. En effet, quand la problématique « science/société » ou la question de l’« impact » des activités spatiales dans la société sont érigées aux premiers rangs des préoccupations des acteurs publics et privés, l’apport des sociologues gagne en légitimité. L’artifice peut être déclencheur, et c’est en acceptant ce jeu d’interactions que des questionnements et des dispositifs d’enquête nouveaux et originaux pourront être initiés.

Haut de page

Notes

1 Mitroff Ian, Subjective Side of Science: Philosophical Inquiry into the Psychology of the Apollo Moon Scientists, Amsterdam, Elsevier, 1974, 345 p.

2 Global Positioning System.

3 National Aeronautics and Space Administration.

4 Sur l’exemple du programme satellitaire américain Corona, voir Cloud John, «Imaging the World in a Barrel: CORONA and the Clandestine Convergence of the Earth Sciences», Social Studies of Science, vol. 31, n° 2, 2001, p. 231-251.

5 Centre national d’études spatiales.

6 Agence spatiale européenne.

7 Abbott Andrew, The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Knowledge, Chicago, University of Chicago Press, 1988, 452 p.

8 Sur l’implantation du Cnes à Toulouse, voir Lamy Jérôme, « Grandeur scientifique et politiques de l'espace : la création et le transfert du CNES (1958-1974) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 58, n°1, 2011, p. 156-177.

9 Sur le Centre spatial guyanais, voir Redfield Peter, Space in the Tropics: From Convicts to Rockets in French Guiana, Berkeley, University of California Press, 2000, 361 p.

10 Kay W.D., Defining NASA: The Historical Debate over the Agency’s Mission, Albany, State University of New York, 2005, 262 p.

11 McCurdy Howard, The Space Station Decision: Incremental Politics and Technological Choice, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2007 [1990], 290 p.

12 Johnson Stephen, The Secret of Apollo. Systems Management in American and European Space Programs, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2006, 312 p.

13 Krige John, Russo Arturo, Sebesta Lorenza, A history of the European space agency, 1958-1987. Volume II: The story of ESA, 1973 to 1987, Noordwijk, ESA Publications Division, 2000, 462 p.

14 Krige John, Long Callahan Angelina, Maharaj Ashok, NASA in the world: fifty years of international collaboration in space, New York, Palgrave MacMillan, 2013, 372 p.

15 Vaughan Diane, The Challenger Launch Decision: Risky Technology, Culture, and Deviance at NASA, Chicago, University of Chicago Press, 1996, 592 p.

16 Et cette analyse n’a pas été sans effets sur le management du risque dans l’organisation des programmes spatiaux. Non seulement l’ouvrage sur Challenger a stimulé les remises en question au sein de la communauté spatiale, mais Vaughan fut également sollicitée en qualité d’experte dans l’enquête fédérale menée sur un autre accident, celui de la navette Columbia (Vaughan Diane, «NASA Revisited: Theory, Analogy, and Public Sociology», American Journal of Sociology, vol. 112, n° 2, 2006, p. 353-393).

17 Sur Argos, voir Benson Étienne, «One Infrastructure, Many Global Visions: The Commercialization and Diversification of Argos, a Satellite-Based Environmental Surveillance System», Social Studies of Science, vol. 42, n° 6, 2012, p. 846-871.

18 Rosental Claude, Les capitalistes de la science. Enquête sur les démonstrateurs de la Silicon Valley et de la NASA, Paris, CNRS éditions, 2007, 268 p.

19 Turcat Nicolas, «The link between aerospace industry and NASA during the Apollo years», Acta Astronautica, vol. 62, n° 1, 2008, p. 66-70.

20 Von der Dunk Frans, Private Enterprise and Public Interest in the European «Spacescape», Leiden, Leiden University, 1998, 311 p.

21 Sur ce point, mais dans un autre domaine voir Jouvenet Morgan, « Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ? Expériences et sens politique des scientifiques », Terrain, n°58, 2012, p. 44-63, et Jouvenet Morgan, «Boundary work between research communities. Culture and power in a French nanosciences and nanotechnology hub», Social Science Information/Information sur les science sociales, vol. 52, n°1, 2013, p. 134-158.

22 Zabusky Stacia, Launching Europe: An Ethnography of European Cooperation in Space Science, Princeton, Princeton University Press, 1995, 296 p.

23 Lamy Jérôme, « La mesure de toute chose. La mission Topex/Poseidon et l’océanographie spatiale dans les années 1980-1990 », mémoire inédit d’habilitation à diriger les recherches, Faire de la sociologie historique des sciences et des techniques, université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines, 2014, p. 178-223.

24 Sur la domestication des Meteosat par les météorologues, voir Krige John, «Crossing the Interface from Research and Development to Operational Use. The Case of the European Meteorological Satellite», Technology and Culture, vol. 41, n° 1, 2000, p. 27-50.

25 Pour un premier repérage, voir Lamy Jérôme, Saint-Martin Arnaud, « Faire politique d’un système d’observation de la Terre : l’élaboration du programme européen Copernicus-GMES (Global Monitoring for Environment and Security) », L’Année sociologique, vol. 63, n° 3, 2013, p. 429-472.

26 Lamy Jérôme, «What management do to space projects? The ARCAD 3 project at the end of the 1970’s», Science in context, vol. 24, n° 4, 2011, p. 545-586.

27 Zabusky Stacia, Launching Europe: An Ethnography of European Cooperation in Space Science, Princeton, Princeton University Press, 1995, 296 p.

28 Sebesta Lorenza, «The politics of technological cooperation in space: US-European negotiations on the post-Apollo programme», History of Technology, vol. 11, n° 2, 1994, p. 317-341.

29 Lamy Jérôme, «What management do to space projects? The ARCAD 3 project at the end of the 1970’s», Science in context, vol. 24, n° 4, 2011, p. 545-586.

30 Mindell David, Digital Apollo: Human and Machines in Spaceflight, Cambridge, MIT Press, 2008, 367 p.

31 Sur les sondes envoyées dans le système solaire, cf. Launius Roger (ed.), Exploring the Solar System: The History and Science of Planetary Probes, New York, Palgrave MacMillan, 2013, 384 p.

32 MacKenzie Donald, Inventing Accuracy: A Historical Sociology of Nuclear Missile Guidance, Cambridge, MIT Press, 1990, 480 p.

33 Vertesi Janet, «Seeing like a Rover: Visualization, embodiment, and interaction on the Mars Exploration Rover Mission», Social Studies of Science, vol. 42, n° 3, 2012, p. 393-414.

34 Notamment Kurgan Laura, Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, Cambridge, MIT Press, 2013, 232 p.

35 Chateauraynaud Francis, Debaz Josquin, Saint-Martin Arnaud, Les données satellitaires au cœur des arènes publiques. Opérateurs de factualité et interprétations critiques dans les processus d’alerte et de controverse, GSPR-EHESS, 2011, pages ?

36 Edwards Paul, A Vast Machine: Computer Models, Climate Data, and the Politics of Global Warming, Cambridge, MIT Press, 2010, 552 p.

37 Hacker Barton, «The Gemini Paraglider: A Failure of Scheduled Innovation. 1961-64», Social Studies of Science, vol. 22, n° 2, 1992, p. 387-406.

38 Galden Gloria, «On the way to Jupiter: Psychological Dimensions of the Galileo Mission», Social Studies of Science, vol. 24, n° 3, 1994, p. 463-511.

39 Moltz James Clay, Crowded Orbits: Conflict and Cooperation in Space, New York, Columbia University Press, 2014, 240 p.

40 Pasco Xavier, La politique spatiale des États-Unis, 1958-1995. Technologie, intérêt national et débat public, Paris, L’Harmattan, 1997, 300 p.

41 Suzuki Kazuto, Policy Logics and Institutions of European Space Collaboration, Aldershot, Ashgate, 2003, 256 p.

42 McCurdy Howard, Inside NASA: High Technology and organizational Change in the U.S. Space Program, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1994, 232 p.

43 Kay W.D., «Democracy and Super Technologies: The Politics of the Space Shuttle and Space Station Freedom», Science, Technology and Human Values, vol. 19, n° 2, 1994, p. 131-151 ; Lambright Henry, «The Political Construction of Space Satellite Technology», Science Technology and Human Values, vol. 19, n° 1, 1994, p. 47-69.

44 Mack Pamela, Viewing the Earth: The Social. Construction of the Landsat Satellite System, Cambridge, MIT Press, 1990, 284 p.

45 Lamy, Saint-Martin, 2013 ??? Idem). Lamy Jérôme, Saint-Martin Arnaud, « Faire politique d’un système d’observation de la Terre : l’élaboration du programme européen Copernicus-GMES (Global Monitoring for Environment and Security) », L’Année sociologique, vol. 63, n° 3, 2013, p. 429-472.

46 Levine Arthur, «Space Technology and Societal Regulation», Science, Technology and Human Values, vol. 11, n° 1, 1986, p. 27-39.

47 Chopin Olivier, « La représentation des satellites dans le cinéma d’action américain », Hermès, n° 34, 2002, p. 49-63 ; Lamy Jérôme, « L’Express et l’espace (1969-2009) : la dramaturgie du récit journalistique à l’épreuve du spatial après Apollo 11 », French Politics. Culture and Society, vol. 30, n° 1, 2012, p. 68-87 ; Morley David, Robins Kevin, Space identity: Global media, electronic landscapes and cultural boundaries, Londres, Routledge, 1995, 264 p. ; Parks Lisa, Cultures in Orbit: Satellites and the Televisual, Durham, Duke University Press, 2005, 256 p. ; Parks Lisa, Schwoch James (eds.), Down to Earth: Satellite Technologies, Industries and Cultures, New Brunswick, Rutgers University Press, 2012.

48 Volkmer Ingrid, «Satellite cultures in Europe: Between national spheres and a globalized space», Global Media and Communication, vol. 4, n° 3, p. 231-244.

49 Pour un exemple de survol de ces travaux voir Krupar Jason, «Atmospheric Science at NASA: A History (review)», Technology and Culture, vol. 51, n° 2, 2010, p. 751-752, ou Brown Alexander, «Defining NASA : The Historical Debate over the Agency’s Mission (review)», Technology and Culture, vol. 47, n°4, 2006, p. 867-869.

50 Krige John, Russo Arturo, Sebesta Lorenza, A history of the European space agency, 1958-1987. Volume II: The story of ESA, 1973 to 1987, Noordwijk, ESA Publications Division, 2000, 462 p.

51 Ewing Susan, «Using Volunteers for Special-Project Staffing at the National Air and Space Museum Archives», The American Archivist, vol. 54, n°2, 1991, p. 176-183.

52 Vertesi Janet, «Seeing like a Rover: Visualization, embodiment, and interaction on the Mars Exploration Rover Mission», Social Studies of Science, vol. 42, n° 3, 2012, p. 393-414.

53 Parks Lisa, Cultures in Orbit: Satellites and the Televisual, Durham, Duke University Press, 2005, 256 p.

54 Lamy Jérôme, Saint-Martin Arnaud, « Les enjeux des données dans la politique spatiale européenne », in Michel Avignon, Cathy Dubois, Philippe Escudier (eds.), Observer la terre depuis l’espace : enjeux scientifiques, économiques et politiques, Paris, Dunod, 2014, p. 215-238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgan Jouvenet, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Les activités spatiales, objet sociologique », Histoire de la recherche contemporaine, Tome IV-N°2 | 2015, 171-179.

Référence électronique

Morgan Jouvenet, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Les activités spatiales, objet sociologique », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome IV-N°2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1141 ; DOI : 10.4000/hrc.1141

Haut de page

Auteurs

Morgan Jouvenet

Morgan Jouvenet est chercheur au CNRS, membre du laboratoire Printemps (CNRS/université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines). Il mène actuellement une étude socio-historique sur une composante de la paléoclimatologie, l’ice core science, et sa trajectoire en France depuis les années cinquante.

Jérôme Lamy

Jérôme Lamy est post-doctorant au laboratoire Printemps (CNRS/université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines). Il travaille à une sociologie historique des modes de régulation des sciences par l’action publique, ainsi qu’à une analyse des enjeux de la politisation européenne des activités spatiales.

Arnaud Saint-Martin

Arnaud Saint-Martin est chercheur au CNRS, membre du laboratoire Printemps (CNRS/université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines). Ses enquêtes portent notamment sur le développement des systèmes d’observation de la Terre par satellites (programme européen Copernicus), la configuration des politiques spatiales et la pollution de l’espace circumterrestre (en particulier la question des débris.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals