Navigation – Plan du site
Varia

Henri Gondet, un ingénieur pour la recherche à Bellevue

Décembre 2012, le CNRS inaugure le nouveau campus de Meudon-Bellevue, libéré de la « barre » qui dissimulait le « château ».
Henri Gondet, an engineer devoted to research in Bellevue
Valérie Blondelle Burgos et Denis Beaudouin
p. 31-41

Résumés

Cet article retrace l’arrivée et le rôle d’Henri Gondet, ingénieur formé à l’ESPCI, à la direction générale des Laboratoires de Bellevue. Il s’efforce notamment d’expliciter les conditions d’une réorganisation du site, impulsée par Frédéric Joliot en faveur d’une recherche appliquée, associant bureau d’études et atelier dédié à la réalisation matérielle des prototypes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article s'appuie sur les ouvrages de Michel Blay, Nicolas Chevassus-au-Louis, Denis Guthleben, (...)

18 août 1940. Charles Jacob, est nommé, à titre provisoire, administrateur du CNRS par Émile Mireaux, secrétaire d’État à l’Instruction publique. Il a sans doute un préjugé contre le CNRS mais a pour mandat d’établir un rapport sur la situation administrative et financière de l’Organisme et de proposer de nouvelles conditions d’utilisation des ressources disponibles.1

2Charles Jacob remet ainsi en décembre 1940, un rapport plutôt favorable résultant de nombreuses visites et entretiens sur les différents sites de l’Établissement. Ce document inspire la loi du 10 mars 1941 relative au CNRS ainsi que le décret du 25 mars portant règlement pour son fonctionnement.

  • 2 Histoire documentaire du CNRS, Tome 1, 2005, p. 96.

3Soulignant l’importance de « provoquer la liaison nécessaire entre la recherche et les différentes activités du pays », Jacob détaille ensuite les établissements sous dépendance directe du Centre et présente notamment le groupe des Laboratoires de Bellevue en ces termes2 :

4« Le groupe des Laboratoires de Bellevue est l’héritage de l’ancien Office des inventions. On verra qu’il s’agit d’un ensemble assez disparate, équipé de gros moyens électriques et d’ateliers, permettant une aide aux inventeurs, offrant aussi de nombreuses possibilités pour la recherche, dans des laboratoires dont certains ont déjà une utilisation précise, tandis que d’autres sont en voie d’équipement. Le groupe de Bellevue doit donc rester la propriété du Centre. Mais il faut que l’ordre y règne, tant au point de vue du matériel et des constructions en cours, que du personnel ouvrier et autre, qui n’est pas en main. À ce titre, je réclame d’avoir le plus tôt possible à Bellevue un ingénieur administrateur qui y résiderait en permanence. C’est en somme une gestion d’usines ou de groupes d’usines qu’il faut assurer. Avec cet ingénieur - à chercher dans l’industrie, où il aurait acquis au préalable l’expérience et l’autorité nécessaires - se règleront ensuite les questions concernant le personnel, a propos duquel des regroupements, un meilleur rendement et aussi des économies s’imposent. J’ajoute enfin que les attributions de l’ingénieur administrateur seraient parfaitement définies : il aurait la charge de toute la marche matérielle du groupe des laboratoires et ateliers. Mais - et ce point est essentiel - Bellevue est destiné à abriter des recherches ou une aide aux inventions, dont le directeur du Centre, ou ses délégués scientifiques, resteront seuls juges. Pour tout dire, Bellevue doit être correctement mené - d’où la nécessité de l’ingénieur dont il a été parlé - et Bellevue doit aider le plus possible à la recherche - d’où le rôle direct du directeur du Centre ou des ses délégués scientifiques, au service desquels sera l’ingénieur. Entre gens d’expérience, s’ils sont bien choisis, la collaboration pourrait certainement se réaliser ».

5L’enjeu de cette nécessaire coordination des Laboratoires de Bellevue est donc de taille.

Sauver les laboratoires ? L’appel de Frédéric Joliot

  • 3 Pinault Michel, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 315.

6Août 1944. Au sortir de la guerre, Frédéric Joliot (EMPCI – École municipale de physique et de chimie industrielle - 1920), en prenant la tête de l’organisme, s’attelle ainsi à « gérer correctement le problème de Bellevue, [pour] … mettre le CNRS sur de bons rails »3 et choisit pour cela de recourir aux compétences d’un ingénieur qu’il connait bien – Henri Gondet – pour établir un état des lieux des ateliers de mécanique de Bellevue.

  • 4 Archives CNRS, 20070296, rapport d’Henri Gondet, 4 février 1945.

7Le rapport fourni par Henri Gondet le 4 février 19454 est on ne peut plus éloquent !

8« D’une façon générale, ni les machines ni le petit outillage ne permettraient d’entreprendre avec succès la construction d’instruments de précision.

9L’atelier existant n’est utilisable que comme atelier de réparation et de construction de moyenne mécanique.

10Il n’existe que deux machines modernes :

  • étau-limeur GSP (dégrossissage de pièces) ;

  • fraiseuse Huré à tête orientable, modèle 1940.

11Les autres machines sont usagées et mal adaptées aux travaux de précision.

12Il y aura lieu de s’inquiéter également de la question de la place disponible pour l’atelier de mécanique, qu’il serait d’ailleurs possible de trouver dans un local existant (pour commencer) en déménageant des machines inutiles telles que les tours Selson.

13Mais ultérieurement, l’atelier de mécanique de précision devrait être pratiquement indépendant de celui de moyenne mécanique. Son outillage ne devrait pas être mis à la disposition d’un ouvrier non qualifié.

14Enfin, dernier facteur très important : la main-d’œuvre.

15Il serait nécessaire de trouver et de conserver des ouvriers qualifiés. Ceux-ci ne resteront en place que si leurs salaires sont de même ordre de grandeur que ceux couramment pratiqués dans l’industrie ».

  • 5 Archives CNRS, 20070296, lettre de Frédéric Joliot à Henri Gondet, 9 février 1945.

16Suivent des propositions pour l’acquisition des nouvelles machines que Frédéric Joliot s’empresse de satisfaire tout comme il précise que « la main d’œuvre les ouvriers de Bellevue ainsi que les ouvriers qualifiés sont déjà à la convention collective et doivent de ce fait recevoir des salaires analogues à ceux de leurs camarades de l’industrie »5.

17Henri Gondet est ainsi engagé, sur contrat, comme directeur des Laboratoires de Bellevue dès avril 1945.

18Ces laboratoires, dont l’aménagement a été entrepris de l’ancien Office national des recherches et inventions ont été l’objet, depuis la création du CNRS, d’un développement considérable. Un programme d’extension portant sur plusieurs années a été établi et poursuivi en dépit des multiples difficultés résultant de l’occupation offrant ainsi, sur le site de Bellevue, un centre de recherches entièrement équipé avec une activité pouvant s’étendre à de nombreux domaines de la technique.

19La direction de ces laboratoires avait été assurée jusqu’à cette date par monsieur Quevron, professeur à l’École nationale des arts et métiers, rétribué par une indemnité soumise aux règles de cumul.

20Cette solution, jugée satisfaisante en période de transition ne répond plus aux besoins d’après-guerre. Ceux-ci exigent désormais la présence d’un directeur pouvant consacrer toute son activité à cette tâche et qui, à des connaissances théoriques, doit joindre la pratique des méthodes industrielles dont l’utilisation constitue un facteur essentiel du rendement dans des laboratoires consacrés à la recherche appliquée.

21D’autant que c’est à Bellevue que l’on prévoit d’entreposer tous les appareils appartenant au Centre, disponibles après leur emploi ou ceux qui devront être réparés ou modifiés. La construction d’appareils originaux de recherche scientifique étant également envisagée, la direction doit donc être confiée à un spécialiste des ateliers et des constructions d’appareils.

22Henri Gondet semble satisfaire à cet ensemble de conditions.

23Mais qui est donc cet Henri Gondet ?

Un ingénieur formé à l’École municipale de physique et de chimie industrielle

24C’est dans une famille de commerçants parisiens que naît Henri Gondet le 6 novembre 1889. Après une scolarité secondaire au lycée Charlemagne il entre à l’EMPCI, dont il découvre l’existence « par hasard » :

25« Un jeudi matin j’étais allé sous les galeries de l’Odéon voir des bouquins et j’avais décidé de revenir par la rue Claude Bernard et de traverser le Jardin des Plantes pour rattraper l’avenue Ledru-Rollin où mes parents habitaient depuis peu (...) Arrivé à l’extrémité de la petite rue Vauquelin je vois sur la gauche deux bâtiments de caractère industriel séparés par une imposante grille surmontée d’un grand bandeau métallique portant l’inscription suivante : “École de physique et chimie industrielles de la ville de Paris”, école dont j’ignorais l’existence (étant pratiquement réservée à cette époque aux élèves sortant des collèges de la ville de Paris : Arago, Lavoisier, Chaptal etc.)

  • 6 Manuscrit Henri Gondet, archives personnelles.

26Derrière la grille une petite cour bordée à droite par des bâtiments en bois vétustes – j’ai su plus tard que c’étaient les laboratoires de Pierre et Marie Curie – à gauche une petite usine dominée par une imposante cheminée et dans le fond un bâtiment à deux étages. À tout hasard j’entrais et demandais des renseignements au portier qui me dirigea vers un administratif lequel me dit que si je voulais des renseignements complets sur les conditions d’admission à l’École, les matières enseignées et les débouchés possibles je n’avais qu’à me procurer la notice éditée par la librairie Vuibert, boulevard St germain. Je m’y rendis immédiatement et parcourus la brochure ».6

  • 7 Du radium aux microprocesseurs : histoires de l'École supérieure de physique et de chimie 1882-198 (...)

27Les trois ans d’études de 1907 à 1910 sont denses, les matières enseignées, riches et variées. Le jeune Gondet (EMPCI, 1907) reçoit ainsi de solides connaissances de sciences fondamentales – physique et chimie – et acquiert une grande pratique du laboratoire7. Toutefois, à sa sortie de l’EMPCI en 1910 il n’a pas vraiment de perspective d’emploi avant son service militaire de trois ans, et c’est Charles Féry, son professeur d’optique, qui lui donne un conseil déterminant pour sa carrière :

28« Traversez la rue Lhomond et allez vous présenter de ma part à un monsieur du nom de Beaudouin qui construit des instruments de précision pour les laboratoires des facultés. Il a trop d’études et, s’il est un excellent mécanicien, il lui manque souvent des notions de base en physique et un ingénieur, ancien de l’École, pourrait lui être très utile ».

29De 1910 à 1914, cette première place auprès de Charles Beaudouin, constructeur d’instruments scientifiques proche de l’EMPCI, lui offre l’occasion de rencontrer fréquemment (dès 1910) le commandant Ferrié, lequel a confié à plusieurs constructeurs dont Charles Beaudouin, la réalisation de la gamme des appareils de Télégraphie militaire (TM) dont il est l’initiateur au sein du Génie. Henri Gondet apporte aux appareils des innovations jugées très intéressantes par Ferrié qui, pour son service militaire, le fait affecter comme « sapeur télégraphiste » au poste émetteur de Télégraphie sans fil (TSF) de la Tour Eiffel. C’est pour lui le point de départ d’un parcours très innovant dans la TSF.

30Durant les périodes militaires qu’il effectue avant la guerre, puis en 1914 et 1915, Gondet met au point les antennes pour les postes de TSF embarqués dans les avions, puis participe au réglage en vol de ces postes dans différentes escadrilles sur le front.

  • 8 Photos et documents familiaux. Coll. part.

31En 1915, il est détaché à un poste de TSF mobile de l’Armée d’Orient opérant en Serbie. Après la retraite du Vardar, il est affecté en 1916 à un poste de « surprise d’écoute téléphonique » devant les ouvrages bulgares, puis au printemps 1917, à un poste de repérage mobile. Deux courriers du commandant Ferrié dans lesquels il lui fait part de ses travaux et le félicite de ses galons de sergent témoignent d’une assez grande proximité entre eux.8

32Évacué en août 1917 pour paludisme secondaire, anémie et mauvais état général, il est ensuite « affecté spécial » jusqu’à la fin de la guerre chez Charles Beaudouin, dont l’activité essentielle, à l’époque, est la production des appareils de la TM, (quatre-vingt salariés).

Le développement d’une entreprise d’instruments scientifiques au service de la recherche

33C’est donc un ingénieur aguerri et reconnu qui poursuit désormais le développement de l’entreprise Beaudouin, Charles étant très diminué depuis une attaque cérébrale en 1921.

34Les principales réalisations de ces deux décennies de l’entre-deux guerres sont caractéristiques du travail de cette équipe et des relations qu’elle a su nouer et développer avec l’environnement scientifique de l’époque, aussi bien dans les milieux de la recherche scientifique et médicale que dans l’industrie de pointe. L’entreprise est située rue Lhomond et les relations de proximité sont fréquentes avec toutes les institutions de recherche et d’enseignement supérieur du quartier, concernées par la physique, particulièrement avec l’École de physique et chimie, l’Institut du radium et l’ENS, la faculté des sciences, le Muséum, l’École des mines…. Henri Gondet en sera la cheville ouvrière, secondé après 1932 par Paul Beaudouin (EMPCI, 1928). Il rédige, seul ou avec ce dernier, plusieurs articles dans des revues scientifiques ainsi que les notices des appareils qui sont parfois de véritables cours de physique !

  • 9 Henri Gondet et René Barthélemy déposent un brevet ensemble le 15 janvier 1929 relatif au perfecti (...)

35En liaison étroite avec les physiciens de l’École normale supérieure et de l’EMPCI, il met au point de nombreux instruments scientifiques, installant l’indispensable lien entre la recherche et la réalisation industrielle. Mais c’est aussi grâce à sa connaissance approfondie des courants à haute fréquence et de leurs effets physiologiques qu’il met au point une gamme de bistouris électriques avec les maîtres de la chirurgie de l’époque. Il est aussi très proche de René Barthélémy, qui fut comme Henri « sapeur télégraphiste » à la Tour Eiffel, sous les ordres du commandant Ferrié, et pionnier de la télévision en France9.

  • 10 Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, 1927, p. 512 ; 1928, p. 294.
  • 11 Pour l'histoire de Charles Beaudouin, voir l'ouvrage de Denis Beaudouin, Charles Beaudouin, une hi (...)

36Son habileté d’expérimentateur lui vaut une première récompense, attribuée par la Société d’encouragement pour l’industrie nationale sur un rapport de Charles Féry pour l’ensemble de ses travaux, peu de temps après sa communication sur « La production et l’utilisation du vide poussé dans les appareils métalliques démontables » qu’il donne en séance publique le 28 mai 1927.10 Il présente à cette occasion divers appareils : pompes à vide moléculaire, tubes métalliques à rayons X, lampes TSF métalliques, spectrographes à réseau dans le vide, oscillographes cathodiques... Autant d’équipements contribuant à la notoriété tant d’Henri Gondet que de la maison Beaudouin. Au cours de cette même année, Charles Beaudouin reçoit également la médaille Dumas, récompense instituée par la Société d’encouragement en faveur « d’ouvriers qui se sont élevés au rang de directeur d’usine »11.

37Plusieurs domaines illustrent cette fonction spécifique de l’entreprise Beaudouin sous l’impulsion scientifique et technique de Gondet : vide moléculaire, spectrographie et radioactivité.

Une amitié scientifique : Holweck-Gondet

  • 12 C’est Henri Gondet qui fera l’éloge posthume de Fernand Holweck dans le bulletin de l’Association (...)
  • 13 D’après le témoignage de son fils Jacques Holweck, recueilli en 2003. Thèse soutenue en 1922, suje (...)

38Un des fils conducteurs explicatif du rôle de Gondet est assurément sa relation étroite et amicale avec Fernand Holweck. En effet, Henri Gondet et Fernand Holweck sortent de la même promotion de l’École de physique et de chimie (26e promotion, 1910)12. Ce dernier se tourne tout naturellement vers Henri et la maison Beaudouin pour réaliser la pompe à vide moléculaire dont il a besoin pour les expériences nécessaires à sa thèse13. Conservant le principe de la pompe moléculaire de Gaede, cette nouvelle pompe est facilement démontable et surtout beaucoup plus étanche du fait de son entraînement innovant : un champ magnétique agissant à travers une paroi d’aluminium étanche entraîne le rotor de la pompe, ajusté à 3/100° de mm avec le stator.

39Ces innovations donneront une grande longévité à cet appareil destiné à la production de vides poussés (1923-1950) et contribueront certainement à la notoriété tant d’Henri Gondet que des établissements Beaudouin dans les milieux de la recherche en physique en demande constante de « bons » vides.

40C’est notamment le cas de la spectrographie sous rayons X qui ne peut s’étudier que dans le vide.

  • 14 Le rôle de Gondet dans l’étude de cet appareil est souligné par F. Holweck dans son ouvrage De la (...)

41Plusieurs appareils bénéficient ainsi de l’expertise d’Henri Gondet14 :

42spectrographe à réseau dans le vide destiné aux recherches d’E. et L. Bloch à l’ENS, vers 1928 ;

    • 15 Voir Bellanca-Penel Pascal, Jean Thibaud (1901-1960), une trajectoire dans le siècle, mémoire de m (...)

    spectrographe à réseau tangent de J. Thibaud15 ;

    • 16 H. Gondet, « La spectrographie des rayons fortement absorbables de l’ultra-violet aux rayons X », (...)

    spectrographe à réseau tangent courbe, dérive directement du spectrographe de Thibaud, premier appareil avec lequel il fut possible d’enregistrer spectrographiquement sans difficulté toute la région des rayonnements très absorbables et de réaliser sur une même plaque photographique la liaison complète entre les rayons X et la lumière ».16

  • 17 Appareil figurant dans le catalogue Beaudouin 1932 et décrit par Henri Gondet dans RIFO, n°114, ma (...)

43Dans ce même domaine de la spectrographie, Henri Gondet réalise en 1936 un spectrographe à grande luminosité à prismes interchangeables selon les indications de Charles Fabry, alors titulaire de la chaire de physique à la faculté des sciences de Paris et professeur à l’École polytechnique17.

  • 18 Virginie Moisy-Maurice, Fernand Holweck, des mains en or…, mémoire de master 2, Centre François Vi (...)

44Fernand Holweck étudie également la diffraction des rayons X « mous »18 et, dès cette époque, il améliore les tubes pour produire ces rayons, notamment les tubes démontables qui permettent de changer les anodes afin de disposer de plusieurs types d’émissions de rayons X. La pompe moléculaire Holweck est évidemment indispensable pour atteindre le vide nécessaire. En 1930, avec la collaboration de son camarade Henri Gondet, il met au point un type de tube démontable de puissance supérieure – produit chez Beaudouin jusqu’en 1970 avec différentes variantes et améliorations.

45C’est un véritable « meccano » qui s’élabore en une décennie, sous la conception de Holweck et grâce aux qualités de réalisateur de Gondet : pompe moléculaire, spectrographe dans le vide pour rayons X, tube à rayons X. Ce dernier appareil sera rapidement mis en œuvre dans les travaux des cristallographes.

  • 19 id.
  • 20 Catalogue général Charles Beaudouin, Instruments scientifiques, 1932.
  • 21 Virginie Moisy-Maurice, Fernand Holweck, des mains en or…, mémoire de master 2, Centre François Vi (...)

46Le domaine de la radioactivité n’est pas oublié : le dispositif de mesure de la radioactivité mis au point par Marie Curie et André Debierne évolue en 1903 et 1910, sous l’action conjointe de Fernand Holweck et Henri Gondet. Dès son retour au Laboratoire Curie en 1919, Fernand Holweck cherche à améliorer le dispositif que Marie Curie utilise depuis quelques temps pour compter et « entendre », les particules alpha grâce à un détecteur de type Geiger et à un amplificateur. En avril 1920, il fait une communication sur ce sujet à la Société française de physique (SFP)19, et l’appareil est présenté à l’exposition de « physique et de TSF » de décembre 1923. Il comporte un détecteur, un amplificateur et un haut-parleur. L’ensemble est très probablement construit par Henri Gondet, et évolue vers un appareil « compact » que l’on peut voir sur le catalogue de 193220. Un appareil de ce type, conservé au Muséum, a servi à mesurer la radioactivité des roches jusque dans les années soixante21.

47La place nous manque pour inventorier la totalité des appareils mis au point par Henri Gondet durant cette première période, mais vingt-cinq ans après sa sortie de l’École municipale de physique et de chimie industrielle, il possède expérience et compétence dans les domaines majeurs du métier d’ingénieur et le prix Félix Robin qu’il reçoit en 1936 de la SFP renforce la portée de sa réputation .

  • 22 Il signe un contrat en tant que directeur technique des établissements Beaudouin. Cf. Contrat de t (...)

48À la veille de la seconde guerre mondiale, Henri Gondet est, de fait, directeur de la maison Beaudouin22, secondé par Paul Beaudouin, avec qui il a développé depuis 1934 les systèmes d’enregistrement embarqués pour les essais en vol, à l’origine des « boîtes noires ». Au déclanchement des hostilités en 1939 le Service technique de l’aéronautique demande à Paul Beaudouin de se replier avec les activités sensibles à Roanne, ville qui doit accueillir ce service en cas d’avance allemande.

49De 1940 à 1944, Henri Gondet est donc seul pour « garder » l’entreprise à Paris et poursuivre tant bien que mal la fabrication des instruments scientifiques tout en n’acceptant que le strict nécessaire des fabrications exigées par l’occupant allemand. Les pièces de mitrailleuse sont fabriquées par des apprentis et non par les ouvriers en titre…

Une seconde carrière au CNRS 

50Quelles sont, dès lors, les raisons qui poussent Henri Gondet à accepter, en 1945, la direction des Laboratoires du CNRS à Bellevue ?

51Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. En 1945, il paraît difficile de s’opposer à une demande pressante de Frédéric Joliot... Henri Gondet souhaitait-il changer de cadre de travail, disposer de moyens importants, participer à la reconstruction de la recherche scientifique alors vigoureusement relancée, après trente-cinq ans passés chez un constructeur, aussi recommandable fût-il ?

  • 23 Cf. courrier de Maurice Roy, daté du 2 mai 1950, archives Onera.

52Quoiqu’il en soit, à cinquante-six ans, en avril 1945, il devient directeur général des Laboratoires de Bellevue, estimant sans doute que si un « ancien » de l’École lui proposait un tel poste c’est qu’il considérait qu’il disposait des ressources nécessaires… Il semble qu’il ait aussi été pressenti pour la direction de la division de la physique à l’Onera (Office national d’études et de recherches aérospatiales)23 mais c’est le CNRS qu’il retient, tout en participant à certains travaux de cette division :

  • 24 Archives CNRS, 20070296, lettre d’Henri Gondet à Frédéric Joliot, 21 mars 1945.

53« Je tiens à vous remercier particulièrement de m’avoir demandé, en termes qui m’ont touché, d’accepter une situation dont je ne méconnais ni l’importance ni les difficultés. Je tâcherai de démontrer le bien-fondé de votre choix. »24

54Durant les quinze années suivantes, il donne une impulsion de recherche appliquée et de réalisations instrumentales importantes à l’Établissement, jusqu’à sa retraite administrative en octobre 1960.

55Il est tout d’abord directeur des Laboratoires de Bellevue, de 1946 à 1957, date à laquelle il prend la direction – à soixante-sept ans – du Service d’étude et de construction de prototypes qu’il a contribué à créer en 1952.

  • 25 cf. fascicule « Groupe des laboratoires de Bellevue », édité par le CNRS février 1958, page 109 et (...)

56Ce Service des prototypes vise à mettre au point les appareils de précision, indispensables aux laboratoires mais n’existant pas encore dans 1’industrie, et à réaliser le prototype de ceux -ci. Il s’organise autour d’un bureau d’études et d’un atelier dédié à la réalisation matérielle des prototypes. Cette entité traduit concrètement les idées de Joliot et Gondet : directement lié à l’activité du CNRS ou en liaison avec d’autres laboratoires mais spécifique à Bellevue, ce service peut mettre en musique les « idées ou croquis » présentés par des chercheurs du CNRS ou des laboratoires des facultés. « Un nombre important de projets d’instruments scientifiques … ont été menés jusqu’au stade de la réalisation et certains d’entre eux sont dès à présent, soit construits dans l’industrie de la mécanique de précision, soit en instance de construction ».25 C’est exactement ce que faisait Gondet chez Beaudouin avant la guerre...

  • 26 L’ouvrage a été réédité jusque vers 1966 et augmenté.

57Dans le même temps, il rédige le premier chapitre – « Principes de construction des appareils scientifiques » – de l’ouvrage collectif Techniques générales du laboratoire de physique, publié en 1947 sous la direction de Jean Surugue (EMPCI, 1932) et préfacé par Frédéric Joliot-Curie, ainsi que la partie sur l’enregistrement, fruits de ses travaux et réalisations chez Beaudouin26. En 1950 il signe un article sur le banc d’essais de la soufflerie supersonique installée à Bellevue : toujours autant d’intérêt pour les questions scientifiques !

58Une vingtaine d’instruments scientifiques sont ainsi étudiés et mis au point selon cette procédure, puis construits et vendus sous licence CNRS par plusieurs constructeurs dont les établissements Beaudouin. Cette étape d’étude et de mise au point peut être assez longue et coûteuse, compte tenu de l’évolution technologique de l’après-guerre. Elle est donc prise en charge par la recherche publique, et les constructeurs, dont la taille reste souvent trop modeste pour assurer la mise au point, en deviennent les constructeurs sous licence et les vendeurs.

59Dès 1946, le bureau d’études et l’atelier du Laboratoire de Bellevue étudient et construisent plusieurs instruments scientifiques : un séismographe à courte période, un appareil pour la détermination du point de Curie, une pompe à vide moléculaire à disque, un spectrographe pour les régions visibles et ultra-violettes, un comparateur optique, un banc de strioscopie, un appareil pour la mesure précise des coefficients d’aimantation, un cinéspectrographe.

60Les rapports du CNRS permettent de dresser un catalogue impressionnant d’appareils et de dispositifs élaborés par le Service d’études et de construction des prototypes mais également par le Groupe des centres d’études et de techniques physico-chimiques, services techniques en appui aux laboratoires dans des spécialités relevant de la radiocristallographie, la microscopie, l’électronique, la spectrographie, la photographie et la cinématographie, la physique du froid, l’ultracentrifugation et l’électrophorèse, présidé par Henri Gondet.

Le sens des ressources humaines

61À côté de cet investissement pour l’appareillage scientifique et la mutualisation des compétences techniques, Henri Gondet fait preuve d’une attention toute particulière au sort des « opérateurs » de la recherche.

  • 27 Établissement d’un croquis relativement simple sur des données fournies, lecture d’un dessin d’ens (...)

62Dès son arrivée à Bellevue, suite à différents échanges de vues entre les directeurs de laboratoires et la direction du groupe – et pour éviter le renouvellement de réclamations de la part du personnel ouvrier – il demande la création d’un échelon spécial pour les ouvriers préparateurs de laboratoires, en dehors de ceux définis par les conventions collectives. Cet échelon concerne une catégorie d’ouvriers dotés de capacités polyvalentes, évaluées lors d’un examen27 par un jury composé d’un représentant de la direction, du chef d’atelier et d’un ouvrier qualifié de chaque spécialité désigné par le syndicat. Le salaire de cet « ouvrier préparateur de laboratoire », dont l’utilité dans les unités se fait si impérieusement sentir et qu’il est si difficile de trouver et de conserver, correspond à celui d’un chef d’équipe.

63Ces préoccupations ne sont guère surprenantes eu égard à ses origines sociales, sa formation, et sa connaissance du travail de l’ouvrier. Son expérience d’une certaine proximité intellectuelle avec l’ouvrier qualifié, relayée par la conscience d’une forme de paternalisme approchée au sein de la maison Beaudouin, lui permet de proposer des solutions susceptibles de calmer les revendications tout en améliorant la qualité de ce travail très particulier, bien différent de celui de l’usine.

  • 28 Guthleben Denis, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science., Ar (...)
  • 29 Histoire documentaire du CNRS, Tome 1, 2005, p. 322 ; Blay Michel, Quand la recherche était une Ré (...)
  • 30 Voir Shinn Terry, « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales. La mutation de l'École (...)

64Soucieux également des compétences scientifiques « opératoires » présentes dans les laboratoires, il participe au comité de direction du Service de l’enseignement préparatoire à la recherche, – idée chère à Frédéric Joliot28 – chargé d’organiser l’acquisition de techniques générales communes à un certain nombre de disciplines de la recherche scientifique29. Si l’on peut voir dans sa présence la simple représentation de la direction des laboratoires, son statut de chargé de cours de mécanique vibratoire à l’ESPCI dans ces mêmes années peut révéler la reconnaissance de la qualité de la formation dispensée par cette école, à la croisée des sciences fondamentales et industrielles30.

65Les services transversaux du site de Bellevue ont ainsi largement mobilisé les compétences de notre ingénieur.

D’autres terrains d’expériences

66Toutefois, le Sahara, et particulièrement la station de Béni-Abbès dans le Sud-oranais, ont également suscité son intérêt. Cette station, créée par des géologues en 1938 devient dès 1943 le Centre de recherches sahariennes, dépendant de la faculté des sciences d’Alger, rattaché définitivement au CNRS après 1945. Les activités se diversifient mais géologie et physique du globe sont importantes dès les premières années de la station après la guerre et Henri Gondet constitue l’un des piliers de cette dernière discipline sur ce site.

  • 31 Journal des recherches du CNRS, n°17, 1951.
  • 32 Centre de recherches sahariennes, CNRS, Paris, 38 pages, décembre 1961.
  • 33 Journal des recherches du CNRS, n°38, 1957.

67S’il siège au Comité de direction du Centre de recherche saharienne durant de nombreuses années31, aux côtés de nombre de savants dont Théodore Monod32, Henri Gondet effectue néanmoins sa première mission à Béni-Abbès en 1951, puis chaque année de 1953 à 1957, et enfin en 1964. Son apport scientifique est certain puisque, pour la section de physique du globe, il participe aux recherches dans les domaines de la mesure des champs électriques créés par les vents de sable, de l’humidité des dunes, du champ magnétique terrestre33. Il développe pour ces mesures, plusieurs instruments particulièrement adaptés aux conditions locales : psychromètre, électromètre de champ, théodolite magnétique à fer tournant.

68Sa correspondance, et ses dossiers riches de remarques concernant la diversité des aspects du désert, attestent d’un plaisir certain de poursuivre des recherches face à ces vastes espaces, dans son domaine de prédilection, la physique, et d’y mettre en œuvre, à la fin de sa carrière, son remarquable savoir-faire de concepteur et réalisateur d’instruments de mesure.

  • 34 Pour plus de précision sur les relations bathyscaphe / CNRS, se reporter à la contribution de Luci (...)

69Ce même goût des vastes champs d’expérience et de la nouveauté le conduit à rejoindre le comité du Bathyscaphe, chargé depuis 1954 de l’exploitation scientifique de ce vaisseau d’exploration, baptisé FNRS 3, structure d’exploration abyssale34.

70Une telle passion pour l’instrument ne pouvait s’arrêter à l’issue d’une carrière professionnelle aussi dense soit-elle !

  • 35 Archives CNRS, 20070296 GONDET, courrier de J. Coulomb, 2 septembre 1960.
  • 36 Archives Société d'encouragement pour l'industrie nationale.

71Jean Coulomb, désolé de devoir mettre fin aux fonctions de ce fructueux collaborateur, le nomme en 1960, conseiller scientifique auprès du groupe des Laboratoires de Bellevue35 tandis que René Lucas, directeur de l’ESPCI, le propose pour une deuxième médaille d’or auprès de ses nombreux amis du Comité de physique de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale pour « récompenser une longue carrière que l’on peut citer en exemple »36.

72Les années suivantes offrent à Henri Gondet l’opportunité de nourrir son goût pour l’élaboration de dispositifs techniques pour le compte de plusieurs laboratoires : le laboratoire de l’énergie solaire de Montlouis ainsi que celui d’aérothermique, respectivement dirigés par Félix Trombe et Edmond Brun. Animé d’un inlassable désir d’activité, il conçoit ainsi son dernier appareil en 1967, à soixante-dix-huit ans, un simulateur de virage spatial : comment simuler à terre la cinématique du virage d’un satellite en orbite…Et en 1973, il encourage et supervise la construction de l’instrument, imaginé par Pierre Lena, embarqué dans Concorde 001 pour étudier durant soixante-quatorze minutes l’éclipse totale de soleil, à mach 2 au-dessus de l’Afrique…

En 1969, je revenais des États-Unis où j’avais travaillé avec un avion de la NASA, dédié à des observations astronomiques, afin d’acquérir dans l’infrarouge des données sur le Soleil. Leur analyse fit l’objet de ma thèse de doctorat. Aussitôt celle-ci soutenue, je me souciais de la suite au sein de l’équipe de l’Observatoire de Paris qui m’accueillait à Meudon, pour continuer d’explorer le ciel infrarouge, pratiquement vierge de découvertes alors. L’idée de disposer d’un observatoire aéroporté me fascinait et je partis à la recherche d’un avion disponible à un prix horaire raisonnable et capable d’accueillir un télescope de taille également raisonnable ! Après avoir hésité entre un Falcon Jet de Dassault et la Caravelle biréacteur du Centre d’essais en vol (CEV), nous choisîmes cette dernière. Il suffisait de la modifier pour notre usage ! Deux hommes jouèrent alors un rôle décisif face au chercheur débutant que j’étais. Le premier fut Pierre Satre, l’ingénieur de la société Sud-Aviation qui avait conçu cet avion révolutionnaire à l’époque. Nullement étonné par mon projet, il l’appuya de ses conseils techniques et le soutint.

Il fallait en outre concevoir et réaliser le télescope embarqué, d’un diamètre d’une trentaine de centimètres. Personne n’avait jamais rien fait de tel en France et les services techniques de l’Observatoire déclinèrent tout engagement, outre qu’ils étaient fort occupés dans le contexte agité de l’après-mai 1968. Quelqu’un me suggéra de rendre visite à un certain Service des prototypes du CNRS, installé non loin dans les locaux de Bellevue, donc à son directeur Henri Gondet. Je fus reçu avec une écoute attentive à mon projet un peu fou, doublée d’une exquise courtoisie, assez rare en ces temps d’extrême agitation universitaire. Un instrument analogue commençait à voler aux États-Unis, mais personne ne l’avait fait en France ! Eh bien ! Tant mieux et raison de plus pour se lancer dans l’entreprise, ce serait un vrai prototype. Monsieur Gondet m’emmena au bureau d’études, à l’imprenable vue sur Paris dans un enchevêtrement de bâtiments plus ou moins heureusement ajoutés à ce qui avait été autrefois l’École de danse d’Isadora Duncan. Le projet fut confié à un remarquable ingénieur, Charles Darpentigny, et aux projeteurs qui l’entouraient. Charles avait travaillé pour NordAviation, et les structures mécaniques d’un avion étaient sans mystère pour lui. Il se passionna pour le projet.

En moins de deux années, le télescope et son implantation furent dessinés, puis l’instrument construit par l’atelier qu’Henri Gondet nous ouvrit dans des conditions extrêmement favorables — nous étions une équipe validée par le CNRS et cette référence suffisait à ses yeux. La réussite des tests en vol nous permit, à partir de 1974, d’entreprendre de nombreuses campagnes d’observation en France, au Maroc, à la Réunion et même aux États-Unis où nous pûmes installer nos instruments sur un avion de la NASA.

Pourtant, en 1972, alors que le projet prenait corps, une occasion, un peu folle à nouveau, se présenta. Il était possible d’utiliser le prototype 001 du Concorde pour observer au -dessus de l’Afrique une éclipse totale de Soleil, pendant une durée décuple de celle dont disposaient les astronomes rivés au sol. Saurait-on, en quelques mois, concevoir un instrument spécifique pour Concorde, le construire, le tester et être au rendez-vous avec l’ombre de la Lune ? Charles, un peu effrayé tout de même, était prêt à essayer. Mais il fallait évidemment l’accord et le soutien d’Henri Gondet. À nouveau, j’admirai l’écoute, le calme et la curiosité de ce dernier, qui donna rapidement son accord. L’aventure fut un succès et le record d’une totalité observée pendant soixante-quatorze minutes d’éclipse n’est pas battu, quarante ans après.

Ma longue fréquentation du Service des prototypes m’avait rapproché d’Henri Gondet, et je compris peu à peu une certaine tristesse qu’il éprouvait, et combien ses talents étaient mal utilisés dans un service dont le CNRS ne semblait pas savoir que faire. La Caisse des inventions d’avant-guerre avait disparu du paysage d’une recherche qui, à l’époque, n’était pas loin de considérer comme inacceptable toute idée d’applications ou de transfert vers l’industrie... Donc de prototypes. Le service du même nom n’avait plus guère sa place, et je profitais presque miraculeusement de sa relative disponibilité et des compétences exceptionnelles qu’il rassemblait — celles de Charles, celles de monsieur Thomas chef d’atelier. Dans l’histoire du développement de l’astronomie infrarouge en France, ces hommes furent essentiels et je leur dois beaucoup.

Pierre Lena

Janvier 2015

7311 janvier 1936. Dîner en l’honneur du prix Nobel de madame et monsieur Joliot-Curie au Cercle Interallié, présidé par Jean Perrin.

74Henri Gondet partage la table de cette éminente communauté scientifique : École de physique et de chimie de la ville de Paris, faculté des sciences de l’université de Paris, Institut du radium, Société chimique de France, Société française de physique.

75Parmi les trois cents invités, nombre de convives connaissent bien ce si discret ingénieur et l’apprécient pour avoir travaillé avec lui. Plusieurs le retrouveront à la direction des Laboratoires du CNRS à Bellevue.

76Durant sa longue carrière, cet homme d’une grande modestie avait côtoyé les chercheurs les plus renommés de son époque, qui avaient su apprécier sa pertinence d’ingénieur scientifique mise au service de la réalisation de leurs idées. Mais ce fut aussi un homme reconnu, à la croisée de multiples institutions, modèle de l’ingénieur aussi bien formé au « savoir opératoire » qu’à la science fondamentale et à la gestion.

Haut de page

Bibliographie

Histoire documentaire du CNRS, Tome 1, années 1930-1950, 2005.

Histoire documentaire du CNRS, Tome 2, années 1950-1981, 2006.

Beaudouin Denis, Charles Beaudouin. Une histoire d’instruments scientifiques, EDP Sciences, 2005, 288 p.

Biquard Pierre, Du radium aux microprocesseurs. Histoire de l’École supérieure de physique et de chimie 1882-1982, IDSET, 1982, 170 p.

Blay Michel, Quand la recherche était une République, Paris, Armand Colin / Comité pour l’histoire du CNRS, 2011, 158 p.

Blay Michel, Les ordres du chef – Culte de l’autorité et ambitions technocratiques : le CNRS sous Vichy, Paris, Armand Colin / Comité pour l’Histoire du CNRS, 2012, 200 p.

Chevassus-au-Louis Nicolas, Savants sous l’occupation, enquête sur la vie scientifique française entre 1940 et 1944, Éditions du Seuil, 2004, 256 p.

Guthleben Denis, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Armand Colin, Paris, 2009, 495 p.

Guthleben Denis, Rêves de savants : étonnantes inventions de l’entre-deux-guerres, Armand Colin, Paris, 2011, 159 p.

Picard Jean-François, La République des savants. La recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion, 1990, 340 p.

Pinault Michel, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000, 736 p.

Shinn Terry, « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales. La mutation de l’École supérieure de physique et de chimie (1882-1970) », dans Revue française de sociologie, XXII, 1981, p. 167-182.

Haut de page

Notes

1 Cet article s'appuie sur les ouvrages de Michel Blay, Nicolas Chevassus-au-Louis, Denis Guthleben, Jean-François Picard, Michel Pinault et l'article de Terry Shinn, dont on retrouvera les références précises en fin de contribution.

2 Histoire documentaire du CNRS, Tome 1, 2005, p. 96.

3 Pinault Michel, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 315.

4 Archives CNRS, 20070296, rapport d’Henri Gondet, 4 février 1945.

5 Archives CNRS, 20070296, lettre de Frédéric Joliot à Henri Gondet, 9 février 1945.

6 Manuscrit Henri Gondet, archives personnelles.

7 Du radium aux microprocesseurs : histoires de l'École supérieure de physique et de chimie 1882-1982, P. Biquard, 1982, p. 165.

8 Photos et documents familiaux. Coll. part.

9 Henri Gondet et René Barthélemy déposent un brevet ensemble le 15 janvier 1929 relatif au perfectionnement des machines parlantes. « L'invention, objet du présent brevet, consiste à transmettre les vibrations de l'aiguille non pas à un microphone mais à un milieu convenable, en général liquide ou gélatineux, qui attaquera à son tour le système microphonique ».

10 Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, 1927, p. 512 ; 1928, p. 294.

11 Pour l'histoire de Charles Beaudouin, voir l'ouvrage de Denis Beaudouin, Charles Beaudouin, une histoire d'instruments scientifiques, Paris, EDP Sciences, 2005, 288 p.

12 C’est Henri Gondet qui fera l’éloge posthume de Fernand Holweck dans le bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’ESPCI.

13 D’après le témoignage de son fils Jacques Holweck, recueilli en 2003. Thèse soutenue en 1922, sujet : « Recherches expérimentales sur les rayons X de grande longueur d'onde ».

14 Le rôle de Gondet dans l’étude de cet appareil est souligné par F. Holweck dans son ouvrage De la lumière aux rayons X, Paris, PUF, 1927, page 25.

15 Voir Bellanca-Penel Pascal, Jean Thibaud (1901-1960), une trajectoire dans le siècle, mémoire de master 2, Lyon, 2012.

16 H. Gondet, « La spectrographie des rayons fortement absorbables de l’ultra-violet aux rayons X », article paru dans la RIFO, Revue française des industries de l’optique, circa 1930, tiré à part, coll. part.

17 Appareil figurant dans le catalogue Beaudouin 1932 et décrit par Henri Gondet dans RIFO, n°114, mai 1936, p. 68 et 69.

18 Virginie Moisy-Maurice, Fernand Holweck, des mains en or…, mémoire de master 2, Centre François Viet, université de Nantes, 2013.

19 id.

20 Catalogue général Charles Beaudouin, Instruments scientifiques, 1932.

21 Virginie Moisy-Maurice, Fernand Holweck, des mains en or…, mémoire de master 2, Centre François Viet, université de Nantes, 2013, p. 66-68.

22 Il signe un contrat en tant que directeur technique des établissements Beaudouin. Cf. Contrat de travail d'Henri Gondet, signé le 1er mars 1932 entre Charles Beaudouin et Henri Gondet. Retranscrit dans l’inventaire après décès de Charles Beaudouin, 1935. Coll. part.

23 Cf. courrier de Maurice Roy, daté du 2 mai 1950, archives Onera.

24 Archives CNRS, 20070296, lettre d’Henri Gondet à Frédéric Joliot, 21 mars 1945.

25 cf. fascicule « Groupe des laboratoires de Bellevue », édité par le CNRS février 1958, page 109 et suivantes.

26 L’ouvrage a été réédité jusque vers 1966 et augmenté.

27 Établissement d’un croquis relativement simple sur des données fournies, lecture d’un dessin d’ensemble et de pièces détachées d’un appareil assez compliqué, tour, fraisage, ajustage, soudure à l’étain et brasure, montage électrique de laboratoire. Voir courrier d'Henri Gondet à la direction du CNRS du 16 juillet 1947, archives CNRS, 20070296, rapport d’Henri Gondet.

28 Guthleben Denis, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science., Armand Colin, Paris, 2009, p. 109.

29 Histoire documentaire du CNRS, Tome 1, 2005, p. 322 ; Blay Michel, Quand la recherche était une République, 2011, p. 22-24.

30 Voir Shinn Terry, « Des sciences industrielles aux sciences fondamentales. La mutation de l'École supérieure de physique et de chimie (1882-1970) », dans Revue française de sociologie, XXII, 1981, p. 167-182.

31 Journal des recherches du CNRS, n°17, 1951.

32 Centre de recherches sahariennes, CNRS, Paris, 38 pages, décembre 1961.

33 Journal des recherches du CNRS, n°38, 1957.

34 Pour plus de précision sur les relations bathyscaphe / CNRS, se reporter à la contribution de Lucien Laubier, « L’émergence de l’océanographie au CNRS : les conditions de la pluridisciplinarité », La revue pour l’histoire du CNRS, 6,  2002, p. 68-81 ainsi qu'à l'ouvrage Le bathyscaphe à 4050 m. au fond de l'océan daté de 1954, retrouvé dédicacé par les auteurs Georges Houot et Pierre Willm dans la bibliothèque d'Henri Gondet.

35 Archives CNRS, 20070296 GONDET, courrier de J. Coulomb, 2 septembre 1960.

36 Archives Société d'encouragement pour l'industrie nationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Blondelle Burgos et Denis Beaudouin, « Henri Gondet, un ingénieur pour la recherche à Bellevue »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V - N°1 | 2016,  31-41.

Référence électronique

Valérie Blondelle Burgos et Denis Beaudouin, « Henri Gondet, un ingénieur pour la recherche à Bellevue »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V - N°1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1223 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1223

Haut de page

Auteurs

Valérie Blondelle Burgos

Historienne, ingénieure CNRS au Cermes3, doctorante Ehess au Centre Alexandre Koyré et membre du Comité d’histoire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale.

Denis Beaudouin

Membre du Comité d’histoire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, spécialiste de l’histoire des instruments scientifiques et des constructeurs.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • OpenEdition Journals