Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V - N°1VariaDésordres dans la troisième dimen...

Varia

Désordres dans la troisième dimension. Un cheminement entre formation et interdisciplinarité, témoignage de Jean-Claude André

Dans ce texte qui met en valeur une expérience interdisciplinaire originale autour de la stéréo-lithographie laser, Jean-Claude André livre quelques réflexions personnelles sur la recherche, sa pratique, son organisation, sa valorisation et les aléas auxquels elle est parfois confrontée dans notre pays
Disorders in the third dimension. A return on innovation regarding lase stereo-lithography
Jean-Claude André
p. 62-72

Résumés

L’émergence de procédés de fabrication additive au travers de la stéréo-lithographie laser sert de fil conducteur à cet article. Quand la situation de liberté des chercheurs le permet, la créativité peut conduire à des innovations technologiques. La pression liée à la compétitivité est un stimulant pour la fabrication additive mais tous les champs applicatifs ne sont pas couverts et de nombreux progrès sont encore à faire sur un thème où la créativité et l’interdisciplinarité sont à soutenir. Mais est-ce possible avec le « New Public Management » ?

Haut de page

Texte intégral

En guise d’introduction

1Vous souvenez-vous du temps déjà lointain de votre dernière distribution des prix ? Vous attendiez, un peu nerveux, les mains moites, sous l’œil attendri du grand-père que le proviseur cite votre nom pour le prix de camaraderie, de mathématiques ou de meilleur « effaceur » de tableau... Vous escaladiez l’estrade, intimidés à l’aller, veillant à ne pas rater une marche, l’œil triomphant au retour, ravi d’un livre vite oublié et d’une poignée de mains du détenteur du pouvoir, sûr d’être dans la voie tracée par les pédagogues et par les programmes scolaires. On (Ils ?) nous avai(en)t façonné/formaté à l’image du système de valeurs du moment et on magnifiait, par ces actes d’inauguration, notre future autorité sur le Monde ! Une communion pédagogique d’initiation laïque en quelque sorte !... Nous étions détenteurs de savoirs, à l’image de nos maîtres, prêtres dépositaires d’une connaissance, généralement scientifique, établie, rassurante et donc juste.

2Nous sommes redevables, pour une part de ce conditionnement, à la Renaissance et à la finance italienne qui sont à l’origine de la révolution industrielle. L’assurance d’un bénéfice est déjà le moteur de l’évolution. Ainsi, c’est sur cette base qu’on améliora les procédés miniers, le transport maritime, la métallurgie, les arts militaires, la gestion comptable et, en association, les instruments de mesure, éléments fondamentaux d’une « bonne » compétitivité. Il en est ainsi de la maîtrise du temps, outil de navigation et également de pouvoir. Cette recherche de gain est associée à la notion de concurrence, de remise en cause des responsabilités de chacun : conduisant à la création d’un développement technologique évolutif, profitant de toutes les opportunités scientifiques, financières ou sociales, elle est aussi caractéristique du capitalisme industriel. La notion d’objectif est liée à un profit attendu à court et à moyen terme, impliquant de fait des investissements préalables. Dans ceux-ci se retrouvent naturellement la recherche et la formation des Hommes à l’intérieur de contraintes socioculturelles et économiques représentatives des « valeurs » de notre société.

3Cette société a besoin d’acteurs maîtrisant bien les connaissances scientifiques et techniques pour progresser. Avec un certain retard, les liens avec les sciences humaines et sociales se développent de plus en plus pour mieux intégrer la dimension humaine dans l’activité des entreprises et dans la promotion de leurs productions. Or, les évolutions ne proviennent pas pour l’essentiel des hommes de terrain qui devraient apporter des éléments significatifs caractérisant la « demande sociale ». Elles sont de fait le fruit de processus complexes les associant parfois, menées en partie avec des éléments moins centraux que sont les chercheurs ou qui sont issus de la recherche.

4De façon très réductrice probablement, un chercheur utilise des savoirs scientifiques (ce qui est acquis et reconnu), des savoirs pratiques et son intuition (quand il en a...) pour créer de nouvelles connaissances. Il n’y a donc pas de différence entre recherche dite fondamentale, orientée, industrielle ou autre chose... Il y a juste des règles simples sur lesquelles il n’y a pas de contestation concernant la qualité des mesures et la façon de les organiser. Les interprétations peuvent, en recherche, faire l’objet de débat, que cela concerne les sciences « douces » ou la physique théorique. C’est quand le consensus est atteint que l’on passe de la recherche à l’explication scientifique. Ainsi pour moi, à l’intérieur de mon laboratoire, l’élément vivant, non stabilisé, était inclus dans le mot recherche, accepté dans le mot science.

5Dans ce cadre, la formation initiale est en général purement scientifique, associée à une soumission sans critique aux « dogmes » transmis par nos pédagogues (il faut bien réussir aux examens). Alors, comment passe-t-on :

  • du su à l’imaginé ?

  • du conforme à la divergence créative, puis à l’innovation ?

  • de la formation rigide, mais efficiente, à une dynamique de recherche et/ou à des transgressions reliées aux innovations ?

  • Il y a de multiples réponses à ces questions se situant largement en dehors de la « simple » recherche. Celles-ci tirent leur origine de l’image de marque du chercheur, parfois juge de l’activité des Hommes et toujours détenteur du (bon) savoir, de l’envie de poursuivre ses rêves via l’imagination, la créativité ou du besoin de reconnaissance, etc.

6Or, en fait, quels que soient les domaines d’intervention, quand commence un travail d’investigation, le chercheur est confronté à bien des problèmes ; le chemin est parsemé d’embûches avant d’atteindre la consécration, élément du pouvoir du scientifique (et d’un certain meilleur salaire). Il faut disposer de la patience qu’exigent la répétition et la correction, activités difficiles dans le cas de contraintes temporelles et financières, ne pas, pour autant, hésiter à revenir aux informations de base plutôt que de se contenter d’informations de deuxième main. Il est aussi important d’accepter le débat scientifique, de connaître la validité des mesures et, par suite, des interprétations qui en découlent, ne pas s’engager sans preuves formelles sauf pour faire avancer une discussion scientifique, etc. Il y a donc, dans ces commentaires, besoin d’une initiation longue mais nécessaire qui doit permettre au chercheur de rester crédible pour progresser. C’est justement ces qualités qui ont permis cette image du « savant », véritable référence dans son (ses) domaine(s) disciplinaire(s) de compétence.

7Depuis quelque temps cependant, les médias exploitent ce vivier qui n’est pas encore vraiment pollué pour le faire s’exprimer sur des domaines éloignés des savoirs construits. On passe du savant au citoyen, du causal à l’heuristique, de la science au « café du commerce », mais le public a encore l’impression que l’omniscience est possible, que l’avis toujours généreux d’un « honnête Homme » est vrai... Mais, chacun connaît sur les crises récentes l’influence d’avis de scientifiques éloignés de leurs bases sur la perturbation de la société. On attribue, en effet, au savant, des qualités non seulement scientifiques - c’est son « fonds de commerce » - mais également éthiques et humaines. N’ayant que rarement travaillé avec et dans l’industrie, il pense pouvoir néanmoins, par son pouvoir séparateur, hiérarchiser les faits, les réduire à ce qu’il en a compris et, parfois, s’exprimer sur la société. Dans ce contexte, il peut utiliser sa neutralité de fondamentaliste/réductionniste plus que ne peut le faire celui qui développe des recherches dites appliquées (en fait applicables, ce qui a du sens), plus proches du terrain, donc plus responsables... Cet impérialisme parfois pesant se retrouve dans la définition d’un monde scientifique toujours contrôlé par Auguste Comte où tout ce qui est transversal dérange encore trop.

8Ingénieur de formation, ayant préparé à Nancy une thèse en chimie-physique (et non en génie des procédés), j’ai pu utiliser la possibilité qui m’était offerte pour aller approfondir, élargir, explorer un espace où l’on trouve toujours des photons... La « luciférique » (rappelons-nous que Lucifer était le « porte-lumière !) est aussi une science de transfert où l’on peut puiser pour promouvoir des actions aux interfaces... Indépendamment de cet aspect générique, plusieurs approches de la recherche scientifique définies ci-après ont pu être explorées :

  • la recherche « exploratoire » (celle du samedi, voire du dimanche), phase heuristique permettant de générer des hypothèses et de s’ouvrir sur la créativité ;

  • la recherche scientifique fondée sur une démarche inductivo – hypothético – déductive (recherche dite de mode I) ;

  • la recherche « technologique » construisant des méthodes, concepts, outils scientifiques pour la socio-économie et orientée vers l’aide à la décision (cas de projets interdisciplinaires, réelle « indiscipline constructive ») ;

  • la recherche-action qui examine une situation en prenant en compte le point de vue des participants (recherche dite de mode II, chère à Helga Nowotny) ;

  • la recherche « descriptive » lorsque la description et la classification sont un préalable.

9François Kourilsky, ancien directeur général du CNRS a écrit en 2002 : « Combien de chercheurs poussent la spécialisation jusqu’au désintérêt à franchir les frontières de leur discipline ? Pire, certains ne s’intéressent même plus aux zones frontières de la discipline elle-même ». Mais les sciences de/pour l’ingénieur ou les techno-sciences sont un moyen de la technique avec ès-fonction des activités ouvertes sur la société. Ainsi, à partir de sciences disciplinaires qui concourent à leur développement, elles se définissent comme des sciences distinctes des disciplines traditionnelles, qui ont pour objectif l’innovation, l’étude et la compréhension des propriétés nouvelles des artéfacts conçus et donc construits par/pour l’Homme (agir pour comprendre et comprendre pour agir).

  • 1 L'indice h (ou indice de Hirsch) est un indice essayant de quantifier la productivité scientifique (...)

10Ainsi, partant de ma thèse, j’ai pu me déplacer dans un espace qui allait de la physique (physique des liquides), jusqu’à la chimie-physique (cinétiques photo-physiques et photochimiques), au génie des procédés photochimiques, à l’instrumentation optique, aux capteurs optiques, à l’interface optique-biologie pour m’arrêter provisoirement à la stéréo-lithographie laser... En ce sens l’activité a-t-elle été scientifique parce qu’acceptée par les pairs dans des revues à comité de lecture et reconnue par plus d’une quarantaine de brevets (même si le facteur h1 n’est pas bien adapté aux indisciplinés...) ou s’est-elle simplement limitée à du vagabondage ? Ce n’est pas à moi de juger...

11Par narcissisme ordinaire, je me suis permis d’expliquer dans cette longue introduction comment, sur un exemple, celui que je connais le moins mal, on passe de l’approfondissement disciplinaire à d’autres formes d’action qui peuvent contribuer aux rapprochements entre le monde de la recherche et la société. Cette approche « clinique » est une forme de témoignage et n’est hélas sans doute pas adaptée (ajout d’un orgueil anormal au narcissisme...) à tout...

De la thèse à l’interdisciplinarité technologique et scientifique

12Dans un lointain passé (on était en 1966), avec mon diplôme d’ingénieur en poche, je crois avoir suivi inconsciemment l’enthousiasme de mon père pour les sciences et les techniques. Le rationalisme triomphant de l’époque permettait d’envisager, durant les Trente glorieuses, tous les progrès possibles pour la société. Ces positions étaient confortées par l’avis de mes maîtres qui me disaient que c’était bien, que j’étais un candidat, certes turbulent, mais acceptable pour une thèse, que je pourrais apporter ma petite pierre à un grand ensemble qui, pour l’éternité, resterait toujours en construction.

13Mes choix s’étaient naturellement orientés vers mes maîtres, ceux qui me connaissaient et qui étaient susceptibles d’associer à ma quête un financement significatif, c’est à dire un salaire. Ces maîtres disposaient donc d’un statut et détenaient un pouvoir, car reconnus et soutenus par la structure dominante. Le laboratoire est un cocon très agréable tant que les règles du jeu ne sont pas toutes connues, axé que l’on est vers la découverte (ou l’impression de la découverte...). L’argent arrivait, le cadre dans lequel je travaillais était très large (en fait, inconnu) limité au peu de temps qu’on pouvait me consacrer, réelle chance pour les jeunes que nous étions. Avec le recul, avec mon poste permanent CNRS (depuis la préparation du DEA, actuel master !) à l’intérieur de l’idéologie qui m’avait « un peu » conditionné, la question du retour sur investissement ne se posait pas. Je n’imaginais pas la question. Oui, à cette époque, j’avais l’impression d’une grande liberté.

14Indépendamment de mon parrain CNRS que je n’ai jamais rencontré et avec lequel je n’ai jamais eu la moindre relation épistolaire scientifique, en dehors d’un vague rapport annuel, la première contrainte réelle est intervenue quand il m’a été demandé de participer à la rédaction d’une publication. Il y avait donc des comptes à rendre ! Et à des pairs qui devaient être bien plus savants que moi ! Dans cette phase initiatique, on apprend à présenter ses résultats et ses avis de façon telle qu’il doit être possible de convaincre les rapporteurs de la revue qui est susceptible d’accepter votre proposition. Doit-on alors en paraphrasant Raymond Radiguet, présenter ses résultats pour qu’ils soient compris par son interlocuteur (fût-il masqué). L’« Œuvre » définitive ( !) transmise, on attendait l’avis des experts, sûr de son bon droit, râlant parce qu’ils n’avaient rien compris, parce qu’ils vous critiquaient. Ce débat difficile voire tronqué fonctionnant de façon épistolaire est toujours difficile, mais finalement cette base permanente de remise en cause est une condition importante de la recherche. À l’époque, l’avis de mes responsables était sans doute différent, intéressés (comme j’ai pu l’être) par le nombre de publications et par la reconnaissance (et la promotion) associée(s).

15Dans cet univers « douillet », on disposait du temps, la durée des thèses n’était pas limitée, l’argent était « facile » et le jeune chercheur ne se posait pas ce type de question. Les libertés très grandes lentement se sont estompées, avec l’accès à des postes dits de responsabilité, me ramenant à une situation traditionnelle de compétition scientifique. Les évolutions depuis trente ans font que l’on renforce naturellement la structure de PME que constitue le laboratoire, devant gérer des flux :

  • de personnel : les thésards encadrés par les chercheurs permanents ;

  • de financements sur contrats ;

  • de production scientifique et technique sous des formes diverses ;

  • de relations : lobby des sociétés savantes (en tout cas de certaines), expertises pour des journaux scientifiques, liens avec les pouvoirs.

16Dans un cadre si peu contraint, il a donc été possible de sortir d’un sujet imposé, la thèse officielle, pour préparer celle qui n’a jamais été soutenue, tournée vers d’autres sujets que je trouvais plus intéressants parce que je les avais choisis. Je me sentais libre de mes choix, et un peu plus tard, responsable de mes engagements vis-à-vis de mes thésards. Dans mon laboratoire, j’ai eu effectivement la chance de disposer d’un réel espace d’initiative au contraire de ce qui se passe peut-être dans d’autres contextes où des « chefs » vivent mal l’autonomie, soutenue par la vision personnelle de ceux qui recherchent un peu le sens donné à leurs actions.

17Devenu un peu plus compétent dans mon domaine, je rencontre alors un spécialiste d’hydrologie du CEA, qui me pose une question de fluorescence. Il m’a fallu plusieurs mois après cette visite du laboratoire du CEA pour comprendre la question, qui relevait en fait d’un problème physique sans importance et évident pour les mesurages du CEA. Cette petite histoire est importante pour la suite, car si elle correspond à mon premier contrat industriel, elle m’a aussi engagé dans une tentative de réponse à des questions issues d’autres disciplines et à élargir mes activités vers l’utilisation de l’ensemble de mes modestes savoirs.

18Dans ces travaux, pratiquement à chaque fois, il y eut « mélange disciplinaire » et cela s’est passé dans des conditions de confiance et de compréhension souvent peu imaginées au départ. Compte tenu de mon savoir-faire en photonique, je m’engage également dans des recherches applicables dans le cadre de coopérations avec plusieurs équipes du LSGC-CNRS à Nancy et avec des partenaires industriels. Les recherches permettent d’aller jusqu’à la réalisation de prototypes/procédés industriels.

19Puis vint le temps de la stéréo-lithographie laser qui n’est en fait « qu’un » réacteur photochimique très particulier. Il permet de fabriquer des objets en trois dimensions par transformation de la matière résolue dans l’espace. Elle repose sur l’utilisation de connaissances dans des domaines aussi variés que l’informatique, l’automatique, l’optique, des matériaux et la mécanique, la photochimie enfin. Elle a nécessité beaucoup de communication et de lobbying pour disposer des financements nécessaires... Quelques partenaires y ont cru,... ce qui a permis de passer du concept à des prototypes industriels et à l’attribution d’un prix national de créativité octroyé finalement par toutes les agences de financements (qui, jusque-là, nous avaient pris de haut...). Les brevets initiaux ont pour la plupart été laissés par le CNRS dans le domaine public, car le marché n’était pas considéré comme porteur... même si celui-ci est aujourd’hui de l’ordre de cinq milliards d’euros par an... C’est la vie, mais une vie déstructurée par la pression du temps et l’envie de tout explorer : objets en polymères, en métal, en céramiques, procédés divers, utilisation de masques commandés par ordinateur, micro-stéréo-lithographie (quelques micromètres), espace nanométrique (polymérisation par ondes évanescentes,...), photographie 3D couleur, etc. Quelle belle expérience... J’en parle toujours avec le regret d’être sorti de cette aventure exaltante

20Durant ces différentes activités, en particulier en lien avec le monde économique, il n’y a pas possibilité de publier en partie « à crédit », l’interaction avec un « client », complice mais ferme sur les engagements, permet une remise en cause quasi-permanente et une obligation de créativité, d’où des thèses, des publications et des brevets…

21C’est une voie privilégiée d’exploration de la nature par la science pour que des champs nouveaux se créent. Pour ce faire, dans l’interdisciplinarité, les chercheurs progressent plutôt dans des domaines étroits qui restent, et c’est une évidence, à l’intérieur de leur spectre de compétence. En effet, ces avancées sont, pour une part importante, le résultat d’aventures personnelles conduisant à de nouvelles idées. Or, on ne produit quelque chose qu’à partir de ce que l’on maîtrise ! Il y a donc toujours, en recherche développement, de la spécialisation. Mais, une chance, c’est de connaître les compétences spécialisées de ses collègues... Mon « carnet d’adresses » s’est étoffé par la pratique collective... J’ai l’impression que cela a plutôt assez bien marché ! Et c’est cette petite histoire que je vais tenter de vous décrire.

La stéréo-lithographie laser

  • 2 Compagnie industrielle des lasers
  • 3 Compagnie générale électrique

22Avec des amis de la défunte CILAS2 issue de l’ex-CGE3 rencontrés, pour partie dans le cadre d’une formation en génie photochimique organisée à Nancy au début des années quatre-vingt, une discussion informelle et amicale a conduit à une première réflexion (on parlerait de brainstorming aujourd’hui). Elle concernait la réalisation, par voies photo-physiques et par lasers, d’images 3D par excitation lumineuse (à deux photons, issus de deux lasers), exploitant un processus d’absorption non linéaire. À cette époque, c’était de la belle science nécessitant des sources pulsées avec d’excellentes propriétés de stigmatisme… En déplaçant les faisceaux laser, il était possible de réaliser un balayage spatial et, par suite, de produire une image et, pourquoi pas, une vraie télévision 3D… Après, on réfléchit un peu… Les relaxations non radiatives se traduisent, peu ou prou, par une élévation de la température locale du fluide ou du matériau transparent contenant l’image, ce qui fait que les indices changent et qu’il est pratiquement impossible d’assurer la rencontre des deux faisceaux commandés par des miroirs galvanométriques informatisés. Et en plus, les lasers de l’époque sont volumineux, chers, ce qui ne permettait pas d’envisager une fabrication accessible au grand public… Or, la bibliographie faisait état de travaux de l’Institut Batelle sur l’utilisation des deux faisceaux pour transformer de la matière, conduisant en principe à la réalisation de vrais objets.

23Comment alors réaliser une absorption de lumière résolue dans l’espace ? Comment réaliser une économie pour travailler avec une seule source de photons et éviter les problèmes de changement d’indice par élévation de température ? Les processus à un photon sont bien connus et s’appuient sur un concept simplissime, celui d’épaisseur optique µ (absorption de 1/e de la lumière) qui dépend de la concentration d’un produit absorbant. Pour disposer d’une source peu coûteuse, l’idée de polymérisations en chaînes longues était envisageable. Donc, tout était à notre disposition pour réaliser, couche par couche, un objet réel à partir de la connaissance des coordonnées de cet objet mémorisé dans un ordinateur, qui pilotait des miroirs galvanométriques pour transformer un liquide en solide par polymérisation d’une couche fluide. L’ajout d’une deuxième couche, puis d’une troisième, etc. permettait de créer en principe la pièce prototype souhaitée qu’il fallait enfin extraire du fluide non photo-transformé.

24En l’absence de laser adapté à la réaction photochimique, un samedi qu’il faisait beau à Nancy (si, si…), nous avons utilisé le stigmatisme (certes modeste) de l’astre du jour pour réaliser avec des masques nos premiers essais, tout d’abord avec des monomères linéaires : le polymère formé étant soluble dans le fluide qui lui avait donné naissance, l’échec était cuisant… d’où l’idée d’utiliser des monomères multifonctionnels conduisant effectivement à un matériau insoluble. L’enthousiasme dura le temps de réaliser par masquage des objets convexes (à base plus large que la partie qui était en construction)… La réalisation d’un petit pont avec son tablier s’est traduite en éclairement solaire modeste par deux piles reliées par un volume imprécis : le polymère qui était plus dense que le monomère coulait, durant la transformation, au fond du récipient… Ainsi, avec ces expériences « de dos d’enveloppe », on cernait deux difficultés : celle du retrait (augmentation de la densité du photo-produit) et la nécessité de placer « au bon endroit » des supports pour que la pièce soit réalisable… Il y avait donc nécessité de jouer avec les monomères et/ou les oligomères, les amorceurs photochimiques et leur viscosité (réalisation des couches successives) en même temps qu’il fallait réaliser des soutiens faciles à retirer lors de la création de la pièce. Ainsi fut fait avec des lasers UV ou IR et, à notre plus grande satisfaction, des pièces commencèrent à être produites même si, au début, elles disposaient d’une espérance de vie modeste à cause de tensions qui conduisaient à des ruptures. Des brevets furent même déposés, quinze jours avant nos concurrents américains. Jouer sur le procédé, les matériaux, la commande de miroirs et piloter la réalisation d’une pièce relève d’un exercice d’acrobatie qui dépasse un peu l’interdisciplinarité « classique » parce que les supports disciplinaires nous ont été plutôt dispensés avec modération… On faisait « bricolo »…

25D’ailleurs, notre première publication a été refusée parce que le concept n’existait pas encore et que l’approfondissement disciplinaire était modeste… (Non, je ne trahirai pas le nom de la revue), les soutiens financiers de l’État ne sont pas venus non plus parce personne n’a cru à cette technologie émergente ; seule la région de Lorraine est restée en support de l’avancement du projet avec des reconnaissances sous forme de contrats industriels d’horizons divers. C’est au fond, parce que ce système qui ressemble à une photocopieuse 3D était attractif pour les milieux socio-économiques que nous étions courtisés, parce qu’il facilitait la réalisation de pièces prototypes. Il n’était pas nécessaire de disposer d’un business plan pour s’en convaincre. Mais dans le même temps, si nous disposions de la propriété intellectuelle, il devenait de plus en plus difficile de mettre en place une structure industrielle crédible et robuste (malgré plusieurs startups qui finalement ont été rachetées par l’entreprise américaine arrivée seconde dans le dépôt du premier brevet) car les propriétaires des brevets étaient de plus en plus divers… C’est sans doute pour cette raison que la CILAS, suivie par le CNRS, sans même nous consulter, a laissé tomber nos premiers brevets dans le domaine public… Mais, simultanément, les décideurs nationaux, qui n’avaient pas voulu croire en l’attractivité industrielle du projet nous ont décerné le prix national de la créativité (je l’ai refusé mais, comme il était déjà imprimé, il m’est parvenu quand même !).

26Et si c’était à refaire ? C’est sûr, on le referait ne serait-ce que parce qu’il a fallu casser beaucoup de fausses convivialités, aller à l’encontre de certains chers collègues qu’on devait déranger parce que la télévision s’intéressait à nous, parce que l’on a appris à faire simple, parce qu’avec l’âge je saurais (mieux) trouver les voies optimales pour qu’une industrie naissante soit française (et non aux mains des Américains qui, pour quelques euros dont le CNRS n’a pas profité, ont racheté notre savoir-faire…). Indépendamment de cet aspect, cette jolie aventure nous a permis de couvrir différents champs applicatifs en allant jusqu’à la nano-fabrication… Bref, je crois m’être bien « amusé ».

27D’autres remarques peuvent être faites relativement à cette opération : les ouvertures vers l’économie doivent, comme cela se passe dans l’industrie, disposer d’un temps et d’un budget (en allant jusqu’au démonstrateur), avec des possibilités de changement de cap, d’arrêt parce que l’on sait que l’on va vers une impasse, etc. L’aspect erratique des financements contractuels est un réel frein sur lequel il n’est pas nécessaire de revenir. Je crois qu’il fallait arrêter, ce que, à titre personnel, j’ai fait en partant en mobilité. Or, cet affichage de limites temporelles doit être expliqué à, tous ceux qui s’investissent plus dans la continuité des actions, liées aux routines et aux habitudes humaines du système, susceptibles de considérer un arrêt comme un échec. Or, on sait qu’industriellement, 20 % environ des projets sont viables, que 95 % des produits nouveaux échouent... On considère trois temps pour la diffusion d’une innovation technologique :

  • l’amont, démonstration de la « prophétie » ;

  • le temps de l’expérimentation, de la faisabilité ;

  • l’acculturation de la technique.

28C’est essentiellement dans les deux premiers domaines que l’on a tenté d’exercer nos maigres talents. Rappelons que le suivi des projets scientifiques peut être analysé, selon le Gartner Group, à partir de la courbe de Hype qui représente la visibilité d’une technologie en fonction du temps et se caractérise par : https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Cycle_du_hype

  • l’introduction et le premier attrait par des décideurs d’une base technologique. Dans cette phase, le champ des possibles est immense, comme celui du chercheur qui doit pouvoir utiliser toute son imagination. La programmation initiale doit-être modeste ;

  • le pic des attentes exagérées : l’émergence de la technologie, pour différentes raisons, est difficile (matériaux inadaptés, déformations inacceptables des objets, etc.). Seuls quelques axes restent prometteurs. Alors, il y a nécessité d’orienter les travaux en vue d’une efficacité opératoire renforcée et de remettre en cause les autres ;

  • les applications industrielles apparaissent, dans ce cas, en dehors d’améliorations d’origine scientifique, les activités sortent du périmètre d’action de la recherche académique ;

  • la société s’approprie les applications de la techno-science en les modifiant (idem).

29Partant des besoins exprimés, les processus de conception décrits très brièvement ci-dessus définissent, pas à pas, l’artéfact qui doit répondre aux objectifs retenus (besoins et contraintes) par des choix successifs avec des approches de plus en plus détaillées (et donc de plus en plus irréversibles dans la durée limitée de l’action). C’est, en fin de compte sur les deux premiers aspects de cette courbe de Hype que nous avons pu fonctionner alors que beaucoup de jeunes thésards n’ont pu satisfaire leur envie d’implanter une entreprise exploitant les savoirs d’origines multiples de l’équipe de recherche…

En guise de conclusion

30Le découpage nécessaire du savoir, son partage, est une chose qui ne peut plus être remise en cause. Il n’existe d’ailleurs pas « UN » savoir, mais « DES » savoirs, le questionnement particulier à chacun entraînant lui-même des réponses particulières et spécifiques. Des frontières sont nées, séparant le savoir, pour l’approfondissement des connaissances. Chaque nouvelle unité développe ses méthodes, ses procédures, les affinant pour répondre à des questions très différentes de l’historien au biologiste, en passant par le musicien et par le chimiste. Le premier fouille dans les textes, recréant par bribes un passé révolu, le second dissèque, expérimente, teste pour comprendre les détails de la mécanique du vivant, quant au troisième, il affûte sa pratique par une écoute qui ne saurait être essentielle aux deux autres, enfin le chimiste joue avec une partition imposée par Mendeleïev... C’est un peu l’histoire rapidement brossée de la stéréo-photo-lithographie.

31Parallèlement à cette spécialisation des outils et des hommes qui créent le savoir, les connaissances se multiplient rapidement, nécessitant de nouvelles limites. Cette situation a pour conséquence une véritable ségrégation des différents secteurs, transformant les sciences en « une véritable tour de Babel »où chacun, dans son propre domaine, pose et traite ses minuscules problèmes sans trop se soucier de la signification ou des conséquences que ceux-ci peuvent avoir dans d’autres domaines. Le paradoxe est posé. Les disciplines y sont les actrices principales, comme refuges conservateurs de nos connaissances morcelées. Pour nous, il a fallu savoir utiliser, manipuler ces savoirs confinés en vue d’une utilisation spécifique, et c’est là qu’est intervenue, par le besoin, l’interdisciplinarité, résultat d’un construit spécifique, finalement perturbateur d’un système organisé par les disciplines scientifiques.

  • 4 Il s’agit ici de l’activité du colonel Nicholson dans le film qui convainc les malades et blessés (...)

32De nombreux freins, rapidement brossés limitent les innovations pour un progrès issu de la science. Par exemple, nombre de chercheurs souffrent singulièrement du « syndrome de la rivière Kwaï4 » parce que fascinés par leur production (et le facteur h qui va avec), ils perdent de vue le contexte dans lequel celle-ci se développe ainsi que le monde dans lequel et pour lequel ils agissent… Il y a donc nécessité de rappeler les missions de la science, en particulier celles de soutien au progrès pour la société (et pour sa survie durable). Dans ce cadre, le développement de l’interdisciplinarité peut être, non seulement utile à une société en doute, mais également servir de laboratoire pour mieux définir les liens entre disciplines et accomplissements d’utilité sociale. Il s’agit alors de travailler sur les interfaces critiques de l’interdisciplinarité qui correspondent à des nœuds de coordination, moments clés d’intégration de la recherche, au sein desquels les relations de proximité, d’amitié, de vouloir faire ensemble, de motivation pour l’ouverture sont déterminantes de l’orientation et du déroulement du processus interdisciplinaire.

33La mutation scientifique à laquelle on assiste dans nombre de pays développés peut être considérée comme le résultat de la jonction de la « recherche organisée » et des besoins sociétaux, plutôt proches des besoins socio-économiques… En France, la sélection des meilleurs cerveaux en recherche est de plus en plus effectuée sur des axes considérés comme prioritaires intéressant les donneurs d’ordre ; de manière un peu surprenante, la situation se traduit, pour une très large part, par un progrès cumulatif des connaissances sans que la place du chercheur, fortement protégé culturellement (syndrome de Galilée), soit revisitée et rediscutée. De plus, la quête de l’immédiateté induit une volonté d’optimisation sur des variables principales d’une innovation (incrémentale), celles considérées comme secondaires étant délaissées ; or, ces aspects dans l’expérience présentée sont devenues critiques...

34L’interdisciplinarité stimulée, contribution importante au développement des sciences de l’action pour l’innovation, doit être analysée comme un système complexe et pensée également avec une fécondité de responsabilités. Elle doit aussi permettre de réfléchir à des inflexions culturelles associées à une recherche d’utilité sociale. Ce n’est pas un argument « cosmétique », juste affichable pour satisfaire la société, c’est une refonte du système et du cadre des interactions humaines qui doit être envisagée ; la responsabilité vaut pour ce système complexe : penser l’intégration des sciences, c’est penser la responsabilité sociale de la recherche (et réciproquement). C’est bien sur de telles bases que les chercheurs seront considérés comme des acteurs à part entière dans une recherche interdisciplinaire mais aussi socialement responsable. Or, comme le soulignait Hannah Arendt : « Finalement, la vérité impuissante n’est-elle pas aussi méprisable que le pouvoir insoucieux de la vérité ? ». Ne faut-il pas réexaminer de manière sereine les éléments de responsabilisation et d’ouverture du chercheur dans notre système social ? Ou alors, la science risque d’échapper à une aventure philosophique, à la quête de soi-même, pour n’être qu’un dispositif « froid » de soutien à la technologie ?

35Or, malgré des affichages politiques récurrents et des financements significatifs, l’innovation issue de la science reste difficile (au moins en France, au vu des résultats). Ne tournons-nous pas délibérément (ou non) comme tenus par une longe autour d’un axe fixe inscrit, de manière plus ou moins indélébile, dans la culture du système de la recherche nationale ? N’y-a-t-il pas à se poser la question de la défense des paradigmes existants par les pairs, soucieux de leur pouvoir et de leur rôle de gardien d’une certaine cohérence conservatrice ? Cependant, il est possible de penser que chaque chercheur possède, à des degrés divers, a minima des aptitudes « dormantes » en termes de créativité et de résolution ingénieuse de problèmes perçus. Mais des pressions culturelles, sociales, externes, de carrière, etc. peuvent se conjuguer et restreindre ce potentiel utile à l’innovation.

36Le développement de la créativité ne peut pas sans doute se traduire par un catalogue de règles à appliquer comme une check-list. Il a besoin d’expérimenter (repérage des difficultés et des maux à résoudre) et de méthodologies de « bricolage » (élaboration de plans à utiliser comme hypothèses de travail pour s’engager sur les problèmes repérés). Il doit s’éloigner de l’accumulation « explosive » des modèles d’enkystement disciplinaire, tout en sachant travailler positivement avec ceux-ci et, au contraire, tenter de valoriser une réelle interdisciplinarité, vecteur de changement, pour s’engager dans des fertilisations et des apprentissages croisés d’utilité publique. En effet, avec la complexité, ce sont les frontières disciplinaires qui doivent disparaître (sans pour autant vouloir supprimer les disciplines d’approfondissement) pour disposer d’une organisation flexible et de la concertation des points de vue permettant la mise à plat de ses compétences disciplinaires et de ses comportements pour l’action. Il faut sans doute revenir au raisonnement de N. Wiener, celui de l’ingénieur dont le regard ne s’arrête pas aux seuls faits matériels, mais s’étend jusqu’aux faits humains (actuels et perçus pour demain). C’est à l’expérience, un souhait sincère que je formule…

Haut de page

Notes

1 L'indice h (ou indice de Hirsch) est un indice essayant de quantifier la productivité scientifique et l'impact d'un scientifique en fonction du niveau de citation de ses publications. Il peut aussi s'appliquer à un groupe de scientifiques, tel qu'un département, une université ou un pays.

2 Compagnie industrielle des lasers

3 Compagnie générale électrique

4 Il s’agit ici de l’activité du colonel Nicholson dans le film qui convainc les malades et blessés prisonniers de participer à la construction du pont, allant ainsi au-delà de la demande initiale des Japonais, pour une activité contreproductive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude André, « Désordres dans la troisième dimension. Un cheminement entre formation et interdisciplinarité, témoignage de Jean-Claude André »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V - N°1 | 2016, 62-72.

Référence électronique

Jean-Claude André, « Désordres dans la troisième dimension. Un cheminement entre formation et interdisciplinarité, témoignage de Jean-Claude André »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V - N°1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 01 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1260

Haut de page

Auteur

Jean-Claude André

Jean-Claude André est DRCE2 CNRS émérite au LRGP-UMR 7274 CNRS-UL à Nancy, conseiller auprès de la direction d’INSIS-CNRS. Après avoir été directeur scientifique adjoint de SPI-CNRS (1991-1995), il a été directeur scientifique de l’INRS (1995-2007). Ses activités ont concerné les interactions lumière-matière pour s’ouvrir aux relations sciences-société.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search