Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V-N°2Dossier : Hubert Curien, une vie ...Hubert Curien, physicien et profe...

Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Hubert Curien, physicien et professeur

Les années passées comme enseignant-chercheur ont permis à Hubert Curien de révéler ses éminentes qualités de pédagogue et de diplomate qu’il a mises à profit dans les hautes fonctions qu’il a exercées avec succès au service de la recherche scientifique, au CNRS, à la DGRST, au Cnes, à l’ESA, au Cern, et comme ministre de la Recherche.
Hubert Curien, physicist and teacher
André Authier
p. 108-115

Résumés

Les étapes successives de la carrière du grand serviteur de l’État qu’était Hubert Curien sont rappelées en détaillant plus particulièrement la première, qui va de sa jeunesse vosgienne à sa nomination comme directeur scientifique au CNRS en 1966. Résistance, École normale supérieure, thèse préparée sous la direction de J. Laval au Laboratoire de minéralogie-cristallographie de la Sorbonne et soutenue en 1951, assistant, puis professeur d’université. Ses principaux travaux de recherche en physique et en cristallographie sont évoqués. Des encarts précisent les souvenirs qu’il a laissés comme chercheur et président du Conseil de l’université de technologie de Compiègne.

Haut de page

Texte intégral

1Hubert Curien est décédé brutalement le 6 février 2005 dans sa maison de campagne à Loury, dans le Loiret. Il était né le 30 octobre 1924, à Cornimont, dans cette région verdoyante des hautes-Vosges, pays de prairies, de lacs et de forêts. Son père, Robert Curien, était receveur municipal et sa mère, Berthe Girot, directrice d’école. Dès l’enfance, ce fut un élève brillant. Reçu premier du canton au certificat d’études, il poursuivit ses études au lycée d’Épinal et au collège de Remiremont où son professeur de physique lui donna le goût des sciences, puis au lycée Saint-Louis à Paris. Pendant l’été 1944, il s’engagea dans la Résistance et rejoignit le maquis de la Piquante-Pierre, sous les ordres du capitaine Blaise. Il participa à de durs combats en septembre qui lui valurent d’être décoré de la Médaille militaire pour bravoure en action. Il en parlait peu, mais a été fortement influencé par cette période marquante de sa vie, et son engagement caractérise sa manière d’être. De retour à Paris, il a retrouvé ses camarades qui n’avaient pas bougé et qui ne donnaient pas cher de ses chances aux concours. Sa grande capacité de travail lui a toutefois permis d’être reçu, dès 1945, à Polytechnique et à l’École normale supérieure. Une faiblesse à un genou contractée au maquis orienta son choix vers l’ENS. Il y eut comme condisciples, entre autres, Jean Delcroix (1944 – sciences) et Jean d’Ormesson (1944 – lettres) ; Alain Peyrefitte (1945 – lettres) et Georges Poitou (1945 – sciences) ; Michel Foucault (1946 – lettres) ; Robert Chabbal, Daniel Kastler et Guy Ourisson (1946 – sciences).

2En 1948, sur les conseils d’Yves Rocard, Hubert Curien rejoint le Laboratoire de minéralogie-cristallographie de la faculté des sciences de Paris, où Jean Wyart venait de succéder à Charles Mauguin comme directeur. Il passe l’agrégation de physique en 1949, est reçu troisième en même temps que Perrine Dumézil (Sèvres, 1945 – sciences), fille de l’académicien et linguiste comparatif, Georges Dumézil. Elle allait devenir son épouse le 20 décembre 1949, et lui donnerait trois enfants : Nicolas, polytechnicien, professeur émérite d’économie et politique des télécommunications au CNAM et membre de l’Académie des technologies ; Christophe, peintre et sculpteur de renom et Pierre-Louis, normalien, directeur de recherches au CNRS et directeur d’un laboratoire de science de l’informatique (Preuves, programmes et systèmes).

3Assistant à la faculté des sciences de Paris depuis 1949, Hubert Curien soutient, dès 1951, sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Jean Laval, sur la dynamique des réseaux cristallins. À partir de mesures très subtiles de la diffusion thermique des rayons X, effectuées à l’aide d’une chambre d’ionisation et d’un électromètre à quadrants, et au prix de calculs longs et difficiles, il a déterminé le spectre des phonons de cristaux de fer (cubique centré). Cet électromètre était particulièrement sensible et délicat à manier, comme j’ai pu m’en rendre compte, pour l’avoir utilisé peu après, sous sa direction. J’ai eu le privilège et l’honneur d’avoir été son premier élève après sa nomination comme maître de conférences en 1953. Il avait le don de mettre chacun à l’aise et je me rappelle avec émotion la chaleur de son accueil et la complicité de son regard lorsque je suis arrivé, un peu inquiet, dans le laboratoire de la vieille Sorbonne, par un petit matin de septembre 1953. Sa fidèle et chaude amitié ne m’a jamais failli depuis. L’année 1953 a aussi été celle de son premier cours magistral dont j’ai assuré la rédaction sous son contrôle, d’après les notes prises en cours. J’ai pu ainsi apprécier la clarté de son exposé et la modernité de sa présentation qui dépoussiéraient vigoureusement un enseignement traditionnel devenu un peu vieillot et auquel il avait beaucoup réfléchi. En 1954, il a joué, comme trésorier, un rôle majeur dans l’organisation, à Paris, du troisième congrès de l’Union internationale de cristallographie, sous la présidence de Jean Wyart.

4La carrière d’Hubert Curien a été fulgurante. En 1956, il est nommé professeur à la faculté des sciences de Paris. De 1954 à 1970, il est professeur à l’École normale supérieure pour la préparation à l’agrégation de sciences physiques. Comme tous mes camarades, j’ai beaucoup profité de ses conseils et de son sens physique. Il avait une intelligence pénétrante, un jugement sûr et l’esprit rapide. Il écoutait et ensuite, par petites touches, éclairait le sujet de la leçon et remettait les choses dans leur juste perspective.

  • 1 Les macles cristallines sont des associations orientées de deux ou plusieurs cristaux qui peuvent (...)

5Il avait une vaste culture scientifique et, à travers ses nombreux élèves, comme dans ses activités de consultant au CEA (Commissariat à l’énergie atomique), ses recherches ont porté sur une grande variété de thèmes, allant de la physique du solide à la cristallographie et à la minéralogie. Il a notamment développé, au laboratoire, l’étude de la diffusion inélastique des rayons X par effet Compton, avec Geneviève Loupias ; celle des centres colorés dans les cristaux ioniques et, en particulier, l’influence de l’irradiation sur les propriétés diélectriques du fluorure de lithium, avec Jacqueline Petiau (voir l’encart ci-joint) ; enfin celle des structures des sulfosels avec Marie-Thérèse Le Bihan (1957) et Gérard Allais (1970). On peut illustrer ses travaux personnels par deux exemples. Le premier est l’étude des macles cristallines à laquelle il a apporté des contributions majeures1. Il a notamment discuté les propriétés des axes de macle d’ordre 2 qui, en général, ne sont pas exacts, comme dans l’aragonite, et sont des opérations de macles « impropres ». Avec Yves Le Corre et José Donnay, il a introduit la description des macles cristallines à l’aide des groupes de couleur de Chubnikov (1958) ; avec Raymond Kern, il a repris et reprécisé les notions de macle par contact et de macle par pénétration en donnant une théorie causale de leur formation (1957-1958). Il a également introduit, avec J. Donnay, le terme de « macle complète » pour décrire un cristal dans lequel plusieurs lois de macles sont simultanément présentes (1959).

6Le deuxième exemple des travaux personnels d’Hubert Curien concerne la description et la découverte de trois nouvelles phases métastables, , , , du gallium, en collaboration avec L. Bosio et A. Defrain du Laboratoire de physique des liquides, et d’A. Rimsky, du Laboratoire de minéralogie-cristallographie (1960-1974).

7Hubert Curien était aussi très intéressé par la cristallographie théorique et a publié une contribution majeure sur l’étude des groupes cristallins par la théorie des groupes (1971). Par ailleurs, il aimait beaucoup les minéraux et a participé à différents travaux de minéralogie, descriptive et physique. Il suivait de très près le développement de notre collection et aimait participer à des excursions minéralogiques. C’est à ce titre que lui a été dédié un nouveau minéral, la curienite, un vanadate de plomb et d’uranyle découvert en 1967 dans les minerais d’uranium du Gabon par F. Cesbron, dont il était le directeur de thèse et N. Morin, ingénieur à la Compagnie des mines de Franceville et au CEA. Il a été membre des commissions d’enseignement (1960-1969) et des tables internationales (1965-1972) de l’Union internationale de cristallographie puis de son Comité exécutif (1963-1969). En 1965, il a été président de l’Association française de cristallographie ainsi que de la Société française de minéralogie et cristallographie.

8Hubert Curien était un pédagogue remarquable, lumineux et passionnant. Son exposé était clair, sobre et précis. Il aimait le contact avec les étudiants qu’il trouvait à la fois agréable et stimulant. Aussi a-t-il conservé ses activités d’enseignant pendant toute sa carrière, même lorsqu’il était ministre, et avait-il ainsi mis comme condition pour accepter les postes qu’on lui offrait de pouvoir garder le lundi matin pour ses cours au DEA sciences des matériaux, au grand dam de ses collaborateurs. Il aimait dire qu’il était, avec Painlevé, le seul ministre qui ait continué à assurer ses cours. Ses rendez-vous donnés à huit heures du matin au laboratoire étaient célèbres et en ont déconcerté plus d’un ! Son enseignement captivant a suscité nombre de vocations, à commencer par la mienne.

9Sa grande connaissance du milieu scientifique, ses dons de diplomate et sa capacité à juger les hommes lui ont valu d’être appelé, en 1966, à devenir le premier directeur scientifique du Département des sciences physiques et mathématiques du CNRS. Il y réussit si bien que ce fut le point de départ d’une carrière prestigieuse dans l’administration de la science et qu’il fut désigné, en 1969, pour succéder à Pierre Jacquinot comme directeur général du CNRS, poste qu’il occupa jusqu’en 1973. En 1973, il remplaça Pierre Aigrain à la tête de la Délégation générale à la science et la technique (DGRST) où il fut à l’origine des allocations de recherche à l’intention des jeunes doctorants.

10La même année, 1973, il succéda également à Pierre Aigrain comme président du Conseil de l’université de technologie de Compiègne (UTC), créée en 1972. Il montrera dans cette fonction, qu’il occupa jusqu’en 1978, puis de 1984 à 1989, tout son engagement en faveur de l’enseignement (voir l’encart plus bas).

11En 1974, il fut l’initiateur de la Fondation européenne de la science, avec Heinz Maier-Leibnitz, alors directeur général de la DFG, la Deutsche Forschungsgemeinschaft, qui en devient le premier président, Hubert Curien lui succédant en 1979.

12L’année 1976 vit un tournant important dans la carrière d’Hubert Curien quand il s’engagea dans la recherche spatiale, qui l’a passionné et qu’il va marquer durablement de son empreinte, comme président du CNES jusqu’en 1984, puis comme président de l’Agence spatiale européenne de 1981 à 1984. Il est considéré comme l’un des pères d’Ariane dont le premier lancement a eu lieu en 1979 et il a créé la société Arianespace.

13Une nouvelle étape est franchie par Hubert Curien le 2 août 1984 quand Laurent Fabius l’appelle pour faire partie du gouvernement comme ministre de la Recherche. Il le reste jusqu’en 1986 et l’est à nouveau, de 1988 à 1993, dans les gouvernements de Michel Rocard (1988-1991), Édith Cresson (1991-1992) et Pierre Bérégovoy (1992-1993). En tant que ministre, cet homme de science, homme d’expérience unanimement respecté, a eu une action extrêmement positive pour le développement de la recherche en France. Président du Palais de la Découverte de 1977 à 1984, il a aussi été très attaché à la diffusion de la science : il aimait faire partager son amour de la science.

14À la suite du changement de majorité, il devint, de 1994 à 1996, président du Conseil du CERN. En ralliant l’opinion des membres du Conseil, il a joué un rôle décisif dans le lancement du Grand collisionneur de hadrons (LHC) dont le démarrage a eu lieu en 2008.

15Les champs d’intérêt d’Hubert Curien étaient très ouverts. Il a été le premier président de l’Association des musées et centres de culture scientifique, technique et industrielle (AMCSTI) en 1982. Comme ministre, il a favorisé le développement du Laboratoire de recherche des musées de France qui a été doté d’un accélérateur de particules sous son ministère. C’est dans cet esprit qu’il a fondé en 2000, avec Antonio Zichichi, l’École d’archéologie moléculaire et structurale au centre Ettore Majorana, à Erice, en Sicile.

16Homme de conviction, il a œuvré avec force pour le développement d’une politique commune de recherche scientifique en Europe. Il a joué un rôle décisif, avec Ilya Prigogine et d’autres, dans le développement du programme Esprit relatif aux techniques de l’information. Ce programme, élaboré par le commissaire européen pour la recherche, Étienne Davignon, avait été créé en février 1984 par le Conseil européen pour la recherche, présidé par Laurent Fabius, alors ministre de la Recherche. Hubert Curien a, de même, été le défenseur acharné, en 1985 et avec le ministre allemand des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher, du programme Eureka pour la recherche et le développement technologique. L’idée de ce programme avait été lancée par François Mitterrand pour contrer l’initiative de défense stratégique de Ronald Reagan (SDI - Strategic Defense Initiative).

17La Fondation européenne de la science avait fait en 1975, sous l’égide de son président H. Maier-Leibnitz, une étude de faisabilité pour une source européenne de rayonnement synchrotron. Au moment où les discussions sur le site de sa localisation s’enlisaient, Hubert Curien a débloqué la situation en créant un Comité intergouvernemental qui a débouché sur l’implantation de l’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) à Grenoble, décidée en décembre 1988. Celle-ci avait été, tout d’abord, envisagée à Strasbourg et il a dû affronter l’ire des députés alsaciens pour avoir assumé cette décision du gouvernement Fabius. Il sut leur répondre en mettant en avant les mérites du site grenoblois sans minimiser pour autant ceux de Strasbourg, comme le rappelle Dominique François. De même, il apporta son soutien au maintien, contesté par Claude Allègre, ministre de la Recherche du gouvernement Jospin, de la construction du synchrotron Soleil au Laboratoire pour l’utilisation des rayonnements électromagnétiques (Lure) à Saclay, instrument inauguré le 2 juin 2006. Le rayonnement synchrotron, outil par excellence pour l’étude de la structure interne de la matière, était tout naturellement cher au cœur d’Hubert Curien.

Hubert Curien et son laboratoire

Extraits de la contribution de Jacqueline Petiau et Cécile Malgrange

Hubert Curien a été l’initiateur d’une évolution fondamentale du Laboratoire de minéralogie et cristallographie. Sans doute avait-t-il choisi d’y entrer parce que sa culture et sa passion étaient doubles : sa formation à l’ENS était celle d’un physicien et les minéraux le passionnaient. Ce laboratoire lui offrait donc la possibilité de concilier ces deux disciplines. La minéralogie répond à la curiosité de découvrir et de décrire de nouvelles espèces minérales : le plaisir est scientifique et aussi esthétique, dans un cristal tout est « ordre et beauté ». La cristallographie c’est l’accès à l’échelle atomique avec toutes les possibilités que la diffraction des rayons X avait ouvertes. Sa thèse soutenue en 1951, Étude des ondes élastiques dans le réseau cubique centré du fer alpha, se situe à cette croisée.

La diversité des sujets sur lesquels Hubert Curien a engagé celles et ceux qu’il a directement guidés dans les années cinquante et soixante résulte aussi de cette situation au carrefour de disciplines. La détermination systématique des structures de classes de minéraux par diffraction des rayons X progressait grâce à l’arrivée de l’informatique. L’étude du rôle des défauts cristallins dans les solides ioniques était un thème très étudié par différentes spectroscopies dans plusieurs équipes extérieures au laboratoire avec qui une collaboration s’était établie. Un spectromètre était développé au laboratoire pour l’étude de la diffusion inélastique des rayons X, la diffusion Compton. La théorie et l’expérimentation sur la diffraction des rayons X par les cristaux parfaits allaient conduire au développement d’une équipe importante. L’unité de ces thèmes résidait dans la volonté de déterminer les structures atomique et électronique de la matière cristalline, minéraux naturels ou de synthèse, et pour cela de développer des technologies nouvelles et approfondir la compréhension de l’interaction du rayonnement X avec la matière cristalline.

Hubert Curien a aussi été un professeur inoubliable dont le rayonnement a largement dépassé les limites du laboratoire. Les plus anciens se souviennent de ses cours dans la salle de réunion, point central du laboratoire à la Sorbonne, aussi des leçons d’agrégation à l’ENS qui ont été pour quelques-unes et quelques-uns à l’origine de leur engagement avec lui. Puis, jusque dans les années quatre-vingt-dix, il y a eu le cours de troisième cycle du lundi matin qu’il ne renonçait à assurer que lorsqu’il devait céder aux priorités contraignantes de ses fonctions. Il avait été l’instigateur de la création du DEA de physique des matériaux. Tous ceux, y enseignant avec lui, qui ont connu les mêmes étudiants savent avec quel respect et émotion ils évoquent le « cours Curien ». Ils étaient fascinés par sa clarté, honorés qu’il leur accorde ce temps et, plus encore peut-être, étonnés et touchés par la simplicité bienveillante avec laquelle il s’adressait à chacun.

18Tout au long de sa carrière il a reçu de multiples distinctions. Il a été élu membre de l’Académie des sciences en 1993 et en a été le président de 2001 à 2003. Il a reçu le prix de la Fondation Honda en 1998 et était grand-officier de la Légion d’honneur, chevalier de l’empire britannique et titulaire de nombreuses distinctions françaises et étrangères.

Hubert Curien et l’université de technologie de Compiègne (UTC)

Extrait de la contribution de Gérard Béranger et Claire Étienne

Dès sa création en 1972, Hubert Curien témoigna un grand intérêt à l’université de technologie de Compiègne (UTC), établissement d’un genre nouveau à l’époque. Nommé à son Conseil d’université en 1973, il en a été simultanément élu président, succédant à Pierre Aigrain. Il exerça cette fonction à deux reprises, de décembre 1973 à mars 1978, puis d’avril 1984 à octobre 1989. Il contribua efficacement aux décisions du Conseil d’université par son sens de l’écoute et de la mesure, son autorité naturelle, sa vision à long terme en matière d’éducation et de recherche, sa diplomatie, sa pertinence et sa sagesse. Son implication fut essentielle dans le développement de l’UTC, en particulier lors de son premier mandat, pour résoudre et surmonter les entraves qui auraient pu être fatales à l’établissement telles que les retards de construction, les problèmes de financements etc. Il contribua aussi à doter l’UTC de statuts adaptés à son caractère novateur. Soucieux de la qualité de vie des étudiants, en particulier de leur logement, il fit débloquer en 1986 des crédits auprès de l’Office public d’aménagement et de construction (Opac) de l’Oise par le ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports.

C’est pendant son second mandat qu’il fut nommé ministre de la Recherche et de la Technologie dans le gouvernement Fabius ; il tint, malgré cette lourde charge, à conserver la présidence du Conseil d’université de l’UTC. À la suite de contacts avec le ministre de l’Éducation, Jean-Pierre Chevènement, l’idée d’essaimage de l’UTC commença à germer ; elle trouva un terrain de réalisation à Sèvenans, dans le territoire de Belfort. Ainsi, le 3 décembre 1985 Hubert Curien, Jean-Pierre Chevènement et Guy Délienou, président de l’UTC, inaugurèrent l’antenne de Sévenans qui s’émancipera quelques années plus tard, pour devenir l’Institut polytechnique de Sévenans (IPSé) puis l’université de technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM). Cet essaimage s’est poursuivi par la création, en France, de l’université de technologie de Troyes (UTT) puis à l’étranger, en Chine, de l’université de technologie sino-européenne de Shanghai (UTSEUS) en 2005, et, en 2014, d’un pôle au Chili. Sensible à ces problèmes de mobilité, Hubert Curien participa en 1991 au dixième anniversaire de la création du double diplôme d’ingénieur UTC et du Master of Science du Cranfield Institute of Technology. De même, il déclara en juillet 1993, lors d’une conférence réunissant à l’UTC des directeurs d’universités brésiliennes, que « l’avenir n’est plus à la présence d’étudiants au même endroit pendant trois ou quatre ans ».

C’est aussi sous la présidence d’Hubert Curien que le prix Roberval, concours international francophone récompensant « des œuvres littéraires, audiovisuelles ou multimédias consacrées à l’explication de la technologie », voit le jour en 1987 au sein de l’UTC.

Hubert Curien a ainsi, par différentes actions, beaucoup contribué au développement et à l’épanouissement de l’université de technologie de Compiègne et, de façon plus générale, ne disait-il pas : » Sans science il n’y a pas de technologie nouvelle et sans technologie nouvelle il n’y a pas de progrès….Les années qui viennent nous réservent encore des surprises. Alors essayons de chanter en faisant de la science et faisons en sorte que nos enfants et petits-enfants chantent avec nous ».

19Hubert Curien était un grand savant. Il a occupé les plus hautes fonctions, mais est toujours resté simple et modeste. D’abord très facile, il était juste et bon. Tous ceux qui l’ont approché sont tombés sous le charme de ses manières affables et bienveillantes et de son regard tout à la fois perçant et malicieux. Il avait de grandes qualités de cœur et d’esprit, une personnalité forte et attirante et un sens exquis de l’humour. Il alliait une grande courtoisie à une grande fermeté de caractère et il en imposait. Il avait une manière bien à lui de vous arrêter d’un regard ou d’un mot (« Tu crois ? ») et de vous faire comprendre que vous vous étiez fourvoyé : il n’y avait alors pas à insister. Il avait une grande qualité d’écoute et un grand pouvoir de synthèse ; il convainquait sans imposer ; ses dons de fin négociateur lui ont maintes fois permis de débloquer une situation complètement gelée. Il était aimé et apprécié de tous et les multiples hommages venus de tous les horizons saluent sa personne et son action dans les mêmes termes. Une école, un laboratoire, un institut, des prix portent désormais son nom.

Contribution de Dominique François

Lors de son deuxième mandat (1984-1989), Hubert Curien a été confronté à un difficile problème en raison de l’accident cérébral du président de l’UTC, Guy Dénielou, et de sa perte de conscience de plusieurs mois. Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Éducation nationale, même s’il n’avait aucun titre à le faire, s’opposa avec vigueur à son remplacement, même provisoire. Il fallut trouver une solution convenable, mais qui ne pouvait que préserver les acquis sans créer une nouvelle dynamique. Hubert Curien comprit parfaitement la situation et fit en sorte que le préjudice reste marginal pour l’UTC.

Haut de page

Notes

1 Les macles cristallines sont des associations orientées de deux ou plusieurs cristaux qui peuvent se déduire les uns des autres par une translation, une rotation ou une symétrie par rapport à un plan ou un point ; elles sont fréquentes dans les minéraux et dans les matériaux déformés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Authier, « Hubert Curien, physicien et professeur »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 108-115.

Référence électronique

André Authier, « Hubert Curien, physicien et professeur »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1306

Haut de page

Auteur

André Authier

André Authier, né le 17 juin 1932, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de sciences physiques, docteur es-sciences, professeur émérite à l’université Pierre et Marie Curie. Membre de l’Académie des sciences d‘Allemagne (Leopoldina), ancien président de l’Union internationale de cristallographie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search