Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V-N°2Dossier : Hubert Curien, une vie ...Hubert Curien, directeur(s) du CNRS

Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Hubert Curien, directeur(s) du CNRS

Hubert Curien a occupé les fonctions de directeur de la physique puis de directeur général du CNRS au tournant des années soixante et soixante-dix. Mise en place des laboratoires associés, des instituts nationaux et des actions thématiques programmées, nouvelles collaborations internationales… les défis n’ont pas manqué au cours de cette période charnière de l’histoire du Centre et, plus largement, de la recherche française.
Hubert Curien as a director at the CNRS
Denis Guthleben
p. 116-123

Résumés

Entre 1966 et 1973, Hubert Curien a exercé successivement les fonctions de directeur scientifique pour la physique puis de directeur général du Centre national de la recherche scientifique. Ces sept années passées à la tête de l’établissement apparaissent autant formatrices que révélatrices des qualités qu’il montrera par la suite, de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique dans les années soixante-dix au ministère de la Recherche dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le programme initial, lancé en 1975, est consacré au « développement de l’énergie solaire », voir (...)
  • 2 Voir notamment Girolamo Ramunni, Les sciences pour l’ingénieur. Histoire du rendez-vous des scienc (...)
  • 3 « Accord CNRS-Rhône Poulenc », Le Courrier du CNRS, n° 18, octobre 1975, p. 38.

1La période pendant laquelle Hubert Curien exerce la direction générale du CNRS, de 1969 à 1973, n’est pas la mieux connue de l’histoire de l’Établissement. Elle semble en effet s’inscrire dans un intermède, à la charnière de deux années de réformes capitales pour le Centre : 1966, d’une part, un jalon qui voit, parmi bien d’autres évolutions, la création des « laboratoires associés » ; et 1975, d’autre part, un tournant majeur dans plusieurs domaines, dont ceux de l’interdisciplinarité. Ainsi cette dernière année voit-elle l’inauguration des « programmes interdisciplinaires de recherche »1 –, des « sciences de transfert » – avec la constitution, au CNRS, du secteur des sciences physiques pour l’ingénieur2 – et des relations avec l’industrie – avec la signature d’un accord-cadre, le premier du genre, entre l’organisme et le groupe Rhône-Poulenc3.

2Par ailleurs, les fonctions occupées ultérieurement par Hubert Curien, jusqu’au ministère de la Recherche, participent de cette éclipse. À raison, avanceront certains : l’empreinte profonde et vivace qu’il a laissée au travers de son action gouvernementale, de 1984 à 1986 puis à nouveau de 1988 à 1993, suffit à expliquer la relative méconnaissance des premières étapes de son parcours, en particulier celles qui l’ont conduit à présider aux destinées du CNRS. À tort, en réalité : les initiatives prises par Hubert Curien à la tête de l’Établissement non seulement méritent d’être étudiées et dévoilées, mais elles contribuent aussi à éclairer la suite de son parcours. En somme, on ne comprendra que très imparfaitement l’œuvre du ministre si l’on omet d’examiner celle du directeur scientifique puis du directeur général du CNRS.

Hubert Curien, directeur scientifique pour la physique au CNRS

  • 4 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », in U (...)

3Hubert Curien arrive en effet à la tête du CNRS le 31 mars 1966, dans cette nouvelle fonction de « directeur scientifique ». Il prend place au côté du directeur général Pierre Jacquinot, qui a livré a posteriori un témoignage marquant sur cet épisode : « Je crois que, depuis le jour où j’ai fait la connaissance d’Hubert Curien en 1966, nous ne nous sommes plus jamais perdus de vue bien que nos chemins aient divergé à partir de 1970 […] En vérité c’est bien pendant cette période et dans cette fonction de directeur scientifique pour la physique au CNRS que se sont révélées et peut-être développées les qualités qui l’ont conduit à être appelé successivement aux fonctions de directeur général du CNRS, puis délégué général à la recherche scientifique et technique, puis à la présidence du CNES et enfin aux fonctions de ministre de la Recherche »4.

  • 5 Voir Alain Chatriot, Vincent Duclert, Le gouvernement de la recherche. Histoire d’un engagement po (...)
  • 6 Pour des chiffres plus détaillés, on consultera les deux articles publiés par Bruno Marnot dans La (...)
  • 7 L’expression est prononcée par l’ancien directeur général du CNRS Gaston Dupouy (1950-1957) lors d (...)

4Quelques mots sur le contexte, avant d’aller plus loin. Depuis le retour au pouvoir du général de Gaulle en 1958, la recherche française en général, et le CNRS en particulier, jouissent de conditions très favorables. Celles-ci se manifestent tout d’abord au niveau des structures elles-mêmes, avec la mise en place d’un ministère d’État à la Recherche et la création des comités interministériel et consultatif, ainsi que de la délégation générale à la recherche scientifique et technique (CIRST, CCRST et DGRST)5. Elle apparaît aussi au travers des budgets, qui connaissent une croissance inédite : après avoir quasiment doublé en deux ans, entre 1958 et 1960, les crédits publics octroyés au seul CNRS enregistrent, jusqu’à la fin des années soixante, une progression annuelle moyenne de 25 %6. Cette « aisance de trésorerie »7 sans précédent – et, dans une large mesure, sans réplique – est alors saluée de la base au sommet de l’établissement. Elle lui permet de mener une politique dynamique de constructions de laboratoires nouveaux et de recrutements – le CNRS, qui comptait quelque six mille agents au début de l’année 1958, en regroupe près de seize mille dix ans plus tard.

  • 8 Pour en savoir plus, on consultera Denis Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambi (...)
  • 9 « Note sur les problèmes de structure posés par la recherche au sein du ministère de l’Éducation n (...)

5Dans ces circonstances, le Centre a également pu initier, sous les directions successives de Jean Coulomb puis, à partir de 1962, de Pierre Jacquinot, un train de réformes inédit depuis la Libération. L’une d’entre elles, en particulier, est promise à un bel avenir : l’inauguration, en janvier 1966, des premiers « laboratoires associés » à l’Établissement. Cette évolution vient couronner une réflexion dont les prémices apparaissent dès le début du mandat de Pierre Jacquinot8, et dont le succès, prolongé avec la création plus récente des « unités mixtes de recherche », ne s’est jamais démenti. Cette ouverture du CNRS sur tous les acteurs de la recherche publique, à commencer par l’université, a une conséquence directe sur son fonctionnement : elle ne peut intervenir, ainsi que le précisent dès le mois de décembre 1964 les « douze sages » du CCRST, qu’à la condition que la direction du CNRS soit « considérablement renforcée » en désignant « de 6 à 8 “directeurs scientifiques” pour chacun des grands secteurs de la science (mathématiques, physique, chimie, sciences de la terre, biologie, sciences médicales, sciences humaines) »9.

  • 10 Décret n°66-188 du 31 mars 1966 relatif au fonctionnement du CNRS, Journal officiel du 2 avril 196 (...)
  • 11 Fernand Gallais et Pierre Monbeig étaient les deux adjoints de Pierre Jacquinot avant la réforme.

6Cette réflexion aboutit à la mise en place, à côté de Pierre Jacquinot et en remplacement des deux adjoints qui l’assistaient jusqu’alors – un pour les sciences « dures », l’autre pour les humanités – d’un « collège des directeurs scientifiques », composé de six « personnalités scientifiques hautement qualifiées qui apportent, de façon permanente et à plein temps, leur concours au directeur général »10. Les premiers directeurs scientifiques sont nommés en deux étapes. Quatre d’entre eux entrent en fonction dès la promulgation du décret : Hubert Curien pour la physique, Fernand Gallais pour la chimie, Georges Jobert pour un ensemble nommé « TOAE » (Terre, océan, atmosphère et espace) et Pierre Monbeig pour les sciences humaines11. L’année suivante, Claude Lévi prend la direction de la biologie et Pierre Bauchet celle des sciences sociales, alors disjointes des sciences humaines.

Un « homme de terrain »

  • 12 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. (...)
  • 13 Voir l’entretien avec Hubert Curien mené par Jean-François Picard le 26 septembre 1986, consultabl (...)

7La désignation d’Hubert Curien peut être reconstituée avec assurance en recoupant les témoignages. À commencer par celui de Pierre Jacquinot, qu’on se permettra de citer longuement tant il est éclairant : « En ce qui concerne la physique, je connaissais certes plusieurs collègues constituant un vivier d’excellents candidats, mais je tenais à prospecter plus largement que dans le cercle de mes connaissances. Je consultai alors discrètement quelques personnes autour de moi. Robert Chabbal, qui m’avait succédé à la direction du Laboratoire Aimé Cotton et avec qui j’échangeais souvent quelques réflexions sur le CNRS, me signala alors qu’un de ses camarades de l’École normale, minéralogiste, cristallographe, mais en fait surtout physicien, lui semblait répondre aux critères que j’avais énoncés. Robert Chabbal avait vu Hubert Curien à l’œuvre au sein de la Commission fédérale de physique qui existait alors afin de traiter des problèmes de recrutement de collègues en physique pour l’ensemble des facultés des sciences de Paris et d’Orsay (souvenons-nous qu’à l’époque il existait une université de Paris à laquelle appartenaient ces deux facultés). C’était là une tâche importante et difficile ; Chabbal avait été président de cette commission et Curien lui avait succédé dans cette fonction. Le premier avait donc eu tout le loisir d’apprécier toutes les qualités du second, en particulier son efficacité et l’étendue de sa culture scientifique. Je n’eus pas de peine à me laisser convaincre d’avoir une entrevue avec Curien : Chabbal était, il l’est toujours, un excellent avocat, mais la cause n’était pas difficile à plaider… Cette entrevue fut à la fois agréable et décisive (d’autres entrevues du même genre furent aussi très agréables mais non décisives !) et je n’eus jamais à regretter cette décision »12. Hubert Curien a lui-même apporté quelques indications complémentaires en confiant, dans un témoignage recueilli en septembre 1986, qu’il avait accepté cette fonction en suivant les vifs encouragements de son ami Pierre Aigrain13.

  • 14 Que l’on pourra consulter dans Virginie Durand, Catherine Nicault (dir.), Histoire documentaire du (...)
  • 15 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. (...)
  • 16 Jean François Picard, entretien avec Hubert Curien, op. cit.

8Les nouveaux directeurs scientifiques se voient attribuer, selon le décret du 31 mars 196614, cinq missions : l’étude des questions d’orientation scientifique qui leur sont confiées par le directeur général ; la préparation des décisions scientifiques soumises à la direction du Centre ; les contacts établis entre les structures du CNRS relevant de leurs disciplines respectives ; la représentation, le cas échéant, du directeur général en dehors du CNRS ; enfin sa représentation auprès des sections du Comité national. Voilà pour le texte officiel. Plus concrètement, le directeur scientifique se trouve placé au plus près de la communauté, visitant régulièrement les laboratoires, participant à leurs comités de direction annuels, assistant à chacune des réunions des sections du Comité national qui relèvent de son périmètre. Bref, tout à la fois une fonction « baignant directement dans un vaste domaine de la science », aux yeux de Pierre Jacquinot15, et « une courroie de transmission entre le directeur général et la communauté scientifique », selon Hubert Curien16

  • 17 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. (...)
  • 18 Rapport d’activité du CNRS, 1966, p. 89 et suivantes, pour le premier exposé, section par section, (...)
  • 19 Hubert Curien tient ses collègues régulièrement informés des négociations, par exemple lors de la (...)
  • 20 Pour en savoir plus sur l’ILL, voir Bernard Jacrot, Des neutrons pour la science. Histoire de l’In (...)

9Archives et témoignages, qui ne peuvent bien sûr pas être tous exposés dans la limite de cet article, s’accordent à montrer qu’Hubert Curien s’est parfaitement glissé dans le nouveau costume qui lui avait été offert. « Homme de terrain »17, sa présence est attestée au plus près des laboratoires et de leurs personnels, malgré le don d’ubiquité qu’elle impose parfois, tandis que sa participation s’avère assidue aux réunions du Comité national – malgré, là encore, la diversité des sujets traités, le directeur scientifique pour la physique coiffant le plus large périmètre, avec pas moins de huit sections sur les trente-deux que compte alors l’assemblée : « mathématiques pures » (1) ; « théories physiques, probabilités et applications » (2) ; « mécanique générale et mathématiques appliquées » (3) ; « minéralogie et cristallographie » (4) ; « optique, physique moléculaire, instruments (7) ; « mécanique physique, thermodynamique » (8) ; « physique nucléaire et physique corpusculaire » (9) et « électronique, électricité, magnétisme » (10)18. Les archives témoignent aussi de l’implication d’Hubert Curien dans plusieurs projets qui animent alors la communauté, parfois bien au-delà des frontières françaises : il s’investit par exemple, en 1966, dans les dernières étapes de la construction, à Grenoble, du réacteur à haut-flux franco-allemand19, appelé à se fondre dans le cadre original de l’Institut Laue-Langevin (ILL)20.

  • 21 Jean François Picard, entretien avec Hubert Curien, op. cit.
  • 22 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. (...)

10Pour Hubert Curien, la direction scientifique de la physique au CNRS a donc bel et bien constitué une école de formation, au plus près de celles et ceux qui, dans les laboratoires ou les instances d’évaluation, contribuent aux avancées de la recherche. Elle est sans doute le terreau sur lequel a grandi le profond respect qu’il témoignera, sa vie durant, dans chacune de ses fonctions, aux chercheurs et à leurs auxiliaires. Et elle a contribué à façonner un savoir-faire, des pratiques, on osera même dire une « méthode Curien » : « On pouvait faire passer directement toutes sortes d’informations, d’impulsions, d’orientations, de façon douce et directe », expliquera-t-il par la suite. « Je veux dire qu’il était possible d’intervenir autrement qu’en envoyant des notes ou des décisions prises sur le papier »21. Mais cette école n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Les « événements » de 1968 en offrent la meilleure illustration. Curieusement, malgré leur présence sur « le terrain », aucun des directeurs scientifiques n’a pressenti la vague de contestation qui, dès le début du mois de mai, peu après les facultés mais avant les autres pans de la société française, s’est emparée des laboratoires. Ces événements ont été, rappelle Pierre Jacquinot, « éprouvants pour ceux qui avaient la charge de “maintenir” le CNRS, cet édifice merveilleux mais fragile, véritable miracle permanent. Pendant les périodes les plus difficiles, le Comité de direction se réunissait presque sans discontinuer car la situation était brûlante et il fallait pouvoir réagir très vite à tout instant. Le hall d’entrée du CNRS (que nous appelions alors “la chaudière”) était occupé par une foule de gens de toutes sortes discutant de tous les maux du jour et proposant, souvent dans l’enthousiasme mais dans une totale irresponsabilité, les solutions les plus radicales à des problèmes qui, en fait, se posaient très peu au CNRS, déjà pourvu de structures et de dispositifs très démocratiques ; mais le vent était à la révolte et tout pouvait arriver »22.

  • 23 Un bref compte rendu de cette visite, conduite par Hubert Curien à l’invitation de l’Académie des (...)

11Mais Hubert Curien n’a pas eu à vivre les heures les plus chaudes du joli mois de mai 1968, ni à subir les coups de pression de « la chaudière » : conformément à ses missions, il a accepté de remplacer au pied levé le directeur général du CNRS pour une visite officielle de plusieurs jours à Cuba23, au moment même où les premières barricades étaient montées dans les rues de Paris. Et il s’est amusé à rappeler, par la suite, que celles-ci s’étaient miraculeusement levées sur son passage, une à une, chaque fois qu’il avait déclaré, aux manifestants qui les occupaient, répondre à une invitation de La Havane…

De la direction scientifique à la direction générale

  • 24 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. (...)
  • 25 Jean François Picard, entretien avec Hubert Curien, op. cit.
  • 26 Rapport d’activité du CNRS, 1969, p. 10.
  • 27 Rapport d’activité du CNRS, 1970, p. 15.
  • 28 Ibid., p. 20.

12Les témoignages peuvent, une nouvelle fois, être croisés pour évoquer l’arrivée d’Hubert Curien à la tête du CNRS, le 15 octobre 1969. Celui de son prédécesseur, tout d’abord : « Je compris très vite que, le jour où je quitterais la direction du CNRS, le meilleur successeur possible serait Hubert Curien. Lorsque cela se produisit, j’exprimai cette opinion à “qui-de-droit” et j’eus le plaisir de voir cette recommandation suivie d’effet »24. Et celui de l’intéressé, ensuite, plus concis : « Cela n’a pas de rapport avec les évènements, puisque dès avant 1968, Pierre Jacquinot avait décidé qu’il rendrait son mandat en 1969 »25. Toujours est-il que sa désignation intervient dans un contexte différent de celui que le CNRS a connu pendant dix ans. Le 28 avril précédent, au lendemain de son échec au référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat, le général de Gaulle a annoncé sa démission de la présidence de la République. Le 15 juin, Georges Pompidou est sorti victorieux du deuxième tour de l’élection présidentielle anticipée. Très vite, il est apparu que la recherche ne bénéficiait pas, auprès de lui et de son entourage, du même crédit que celui qui l’avait portée auparavant. Dans l’introduction qu’il rédige à la fin de l’année, pour son premier rapport d’activité comme directeur général du CNRS, Hubert Curien le suggère avec finesse… mais optimisme : « Dans la quête du savoir, chaque étape est plus difficile, plus complexe, plus coûteuse (plus exaltante aussi : 1969 est l’année où les hommes ont marché sur la lune). Et, en même temps, le budget de la nation est de plus en plus sollicité de toutes parts. Il ne suffit donc plus que les scientifiques soient convaincus, il faut aussi qu’ils soient convaincants »26. Il n’empêche que les chiffres sont bien là, « une faible augmentation des crédits de fonctionnement » et « une diminution sensible des crédits d’équipements » dès 197027, et qu’il va falloir apprendre à composer avec eux, de même que, la même année, avec « le petit nombre de créations d’emplois (110) »28.

  • 29 On trouvera un exposé plus détaillé dans le chapitre 8 de l’Histoire du CNRS, op. cit., p. 279-320
  • 30 Rapports d’activité du CNRS, 1969, p. 39, et 1973, p. 96-97.
  • 31 Le fait que l’Agence nationale de valorisation de la recherche trouve son origine au sein même du (...)
  • 32 Pour l’histoire de l’Inag/Insu, on pourra consulter le dossier « Récits d’Univers » paru dans le t (...)

13Ce n’est pas le lieu de dresser le catalogue de toutes les opérations menées par le CNRS sous la direction d’Hubert Curien, jusqu’à son départ pour la DGRST en septembre 197329. En revanche, s’arrêter sur quelques-uns des éléments qui composent son action à la tête de l’Organisme permet d’en cerner le sens plus général. En premier lieu, le physicien n’apparaît pas comme un homme de rupture, et pour cause : depuis mars 1966, il a été associé à la plupart des évolutions initiées par son prédécesseur. Dans le registre de cet héritage assumé – et, souvent, rendu fructueux – figure tout d’abord la politique d’association inaugurée, avant même son arrivée à la direction scientifique, par Pierre Jacquinot. Certes, le directeur général n’est pas la seule partie prenante dans cette évolution – d’autres instances, dont le Comité national, y interviennent. Toutefois, cosignataire avec le responsable de l’organisme d’accueil de la convention d’association, il y joue un rôle prépondérant. On relèvera ainsi que le CNRS affiche cent quarante laboratoires associés (LA) et deux cent huit équipes de recherche associées (ERA) à la fin de l’année 1969, et respectivement cent quatre-vingt-un et trois cent soixante-deux quatre ans plus tard30. De la même manière, Hubert Curien inaugure, avec l’IN2P3, le dernier-né des « instituts nationaux », conçus eux aussi sous la direction de Pierre Jacquinot – qui, pour sa part, avait pu mener à leurs termes la mise en place de l’Invar, qui allait rapidement devenir l’Anvar31, ainsi que l’Inag, ancêtre de l’Insu32.

  • 33 Leur initiateur, le directeur général Jean Coulomb (1957-1962), a précisé que les RCP constituaien (...)
  • 34 Note d’Hubert Curien du 10 novembre 1971, Archives du CNRS 940038-5.
  • 35 Rapport d’activité du CNRS, 1970, p. 48.

14Les actions thématiques programmées (ATP), elles, relèvent tout à la fois de l’héritage et d’une innovation propre au mandat d’Hubert Curien à la tête du CNRS. La « programmation » avait en effet déjà fait son entrée dans l’Établissement, par la petite porte33, quelques années plus tôt, lors du lancement, en 1962, des premières Recherches coopératives sur programme (RCP). En parallèle, les responsables du CNRS avaient pu assister au succès des actions concertées de la DGRST tout au long de la décennie. La nouvelle formule des ATP, examinée à la fin des années soixante, est conçue dans le courant de l’année 1970. « Laboratoires sans murs » selon la définition d’Hubert Curien34, une ATP suppose un programme assez vaste de recherches – très souvent interdisciplinaires –, qui se décompose en un certain nombre de thèmes confiés à autant d’équipes différentes. L’évaluation et les appels d’offre sont l’apanage de comités d’ATP qui doivent comprendre des spécialistes, français et étrangers, des différentes disciplines concernées par le sujet. Le Comité national, même s’il est représenté par deux ou trois membres des sections concernées dans chacun de ces comités, ne dispose pas, en revanche, d’un droit de contrôle et d’évaluation exclusif, à la différence des RCP dont la création était décidée après avis des sections compétentes. En réalité, le dialogue se noue sur une base contractuelle entre la direction, qui assure les crédits nécessaires, et les parties exécutantes qui s’engagent à respecter les objectifs et les échéances, les comités ad hoc étant chargés de contrôler la bonne exécution du contrat. Une autre de leurs originalités réside dans leur formule de financement, désormais assuré sur une période longue grâce au mécanisme du contrat, ainsi que dans son affichage : chaque ATP est soumise, selon un vocabulaire téméraire pour le CNRS de l’immédiat après-1968, « à l’enchère des mieux offrants »35.

  • 36 Hubert Curien, éditorial, Le Courrier du CNRS, n°1, juillet 1971, p. 3.
  • 37 La planification et l’administration de la recherche, séminaire de Gif-sur-Yvette, 3-4 juillet 197 (...)

15Il ne s’agit pas de la seule audace de langage d’Hubert Curien à la direction du CNRS. Soucieux d’assurer le rayonnement de l’organisme, le physicien est aussi à l’origine de la création du Courrier du CNRS, une publication qu’il présente comme un « trait d’union », au sein de l’établissement et vers l’extérieur, dans un premier éditorial débutant sur cette apostrophe saillante : « Le CNRS est une grande entreprise »36. Hubert Curien n’hésitera pas à revenir à plusieurs reprises sur cette notion, jusqu’au soir de son mandat. Au début du mois de juillet 1973 encore, à l’occasion d’un séminaire organisé à Gif-sur-Yvette et dédié à « la planification et l’administration de la recherche », il indique ainsi que la recherche est une « production », ses serviteurs et leurs appareillages du « capital », et son objectif « d’obtenir une bonne planification en relation avec la gestion, en tenant compte de l’évaluation de ses résultats »37. Une « entreprise » en lien avec les entreprises : à la fin du même mois, Hubert Curien inaugure un comité des relations industrielles (CRIN), composé de trente-cinq membres, industriels et scientifiques, et placé sous la présidence de Pierre Guillaumat, l’ancien patron de l’Union générale des pétroliers – un symbole à l’heure où la crise internationale qui secoue le Moyen-Orient annonce déjà le premier choc pétrolier. Dans la foulée, des groupes d’experts sont mis en place, qui prennent le nom de « clubs », autour de l’informatique, de l’électronique et, précisément, du pétrole, selon un principe d’ouverture la plus large possible, vers l’ensemble des partenaires institutionnels et économiques, mais aussi vers l’international.

  • 38 Hubert Curien présente le projet et les raisons qui ont conduit le CNRS, après les refus allemand (...)
  • 39 Voir Robert Chabbal, « Aux origines de l’aventure européenne du CNRS : les années 1960 et 1970 », (...)

16Les relations extérieures, et notamment européennes, du CNRS constituent une autre préoccupation constante d’Hubert Curien à la direction générale de l’Établissement. Directeur scientifique, déjà, il avait pu s’initier à la nécessité – et souvent aux complexités – de la collaboration internationale autour du projet franco-allemand de l’ILL de Grenoble. À la tête du CNRS, il a suivi ensuite toutes les étapes qui ont conduit la Grande-Bretagne à rejoindre le partenariat autour de ce grand instrument le 1er janvier 1973. En parallèle, d’autres projets ambitieux ont commencé à voir le jour, dans le cadre d’un espace européen de la recherche en gestation depuis la création du CERN. Au début des années soixante-dix, l’Europe se trouve en effet à l’intersection de ses politiques scientifiques dites de première et de deuxième génération. La première reposait notamment sur la promotion de grandes opérations scientifiques, dont l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire et, dans une moindre mesure, l’ILL. La deuxième, qui s’élabore à l’orée de la nouvelle décennie, tend à rationaliser l’effort de recherche. Dans cette optique, de nouvelles structures se mettent en place, auxquelles le CNRS apporte un concours souvent déterminant. Avec pragmatisme, Hubert Curien est également parvenu à contourner certaines des difficultés apparues dans cet « espace européen » : l’exemple de la construction du télescope « CFH » (Canada-France-Hawaï), liant le CNRS au Conseil national de recherches canadien et à l’université d’Hawaï, après la défection des partenaires européens de l’Établissement, le démontre abondamment38. Surtout, Hubert Curien a joué un rôle de tout premier plan dans la création de la Fondation européenne de la science – et dans l’établissement de son siège à Strasbourg – dont il assurera ultérieurement, à partir de 1979, la présidence39.

Le CNRS, formateur ou révélateur ?

  • 40 Hommage à Hubert Curien, Académie des sciences, 14 mars 2005. Les textes sont disponibles sur le s (...)

17Formatrices, les sept années qu’Hubert Curien a passées à la direction scientifique puis à la direction générale du CNRS l’ont été à l’évidence. Elles composent une période d’apprentissage, que l’on a fait qu’effleurer ici, pendant laquelle le physicien a exploré, coup sur coup ou tout à la fois, l’ensemble des étages d’une maison « Recherche » en perpétuelle évolution. Sa présence constante sur le terrain des laboratoires, sa participation aux instances représentatives de la communauté scientifique, son implication – souvent pionnière – dans les projets nationaux et internationaux en fournissent autant de signes. De même que les initiatives qu’il a prises dans des domaines aussi variés, souvent épineux et finalement toujours d’actualité que l’interdisciplinarité, la programmation de la recherche ou son ouverture vers le monde et vers la société. Des années formatrices, donc, mais aussi, ainsi que Pierre Jacquinot l’a noté, révélatrices des « qualités » qu’Hubert Curien montrera dans l’ensemble de ses fonctions ultérieures. Dans l’hommage qu’il lui rend à l’Académie des sciences le 14 mars 2005, Robert Chabbal ne dit pas autre chose : « Hubert Curien s’était tout de suite révélé comme le grand patron de la recherche qu’il fut tout au long de sa carrière », « toujours serein mais d’une fermeté de roc ; visionnaire certes mais toujours pragmatique »40… autant de traits que l’exploration des archives du CNRS vient aujourd’hui confirmer.

  • 41 Le père fondateur du CNRS, Jean Perrin, a certes été « sous-secrétaire d’État à la Recherche » sou (...)
  • 42 Cité dans l’Hommage à Hubert Curien, op. cit.

18Laquelle des deux hypothèses, entre un CNRS formateur et un CNRS révélateur, faut-il au final privilégier ? La méthode historique préconiserait de comparer les cas, afin de pouvoir trancher avec plus d’assurance ; or, force est de constater qu’Hubert Curien demeure à ce jour le seul directeur général du CNRS parvenu jusqu’à la tête du ministère de la Recherche41. Le bon sens, pour sa part, commande de retenir les deux hypothèses à la fois et, plutôt que de conclure cet article sur un débat stérile, de laisser le dernier mot à Hubert Curien lui-même : « Personne n’est parfait, les chercheurs pas plus que d’autres ; mais la Science est belle et la Recherche mérite notre respect »42.

Haut de page

Notes

1 Le programme initial, lancé en 1975, est consacré au « développement de l’énergie solaire », voir Denis Guthleben, « Coup de soleil au CNRS. La genèse du PIRDES », La revue pour l’histoire du CNRS, n°17, été 2007, CNRS Éditions, p. 36-39.

2 Voir notamment Girolamo Ramunni, Les sciences pour l’ingénieur. Histoire du rendez-vous des sciences et de la société, Paris, CNRS Éditions, 1998.

3 « Accord CNRS-Rhône Poulenc », Le Courrier du CNRS, n° 18, octobre 1975, p. 38.

4 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », in Umberto Colombo, Jacques-Louis Lions (dir.), Hubert Curien, pour une politique internationale de la science, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1994, p. 23.

5 Voir Alain Chatriot, Vincent Duclert, Le gouvernement de la recherche. Histoire d’un engagement politique, de Pierre Mendès France à Charles de Gaulle (1953-1969), Paris, La Découverte, 2006.

6 Pour des chiffres plus détaillés, on consultera les deux articles publiés par Bruno Marnot dans La revue pour l’histoire du CNRS, « Le budget du CNRS de la Libération à 1968 », n°25, p. 38-42, et « Le budget du CNRS de 1969 à 2000 », n°26, p. 36-41, CNRS Éditions, 2010.

7 L’expression est prononcée par l’ancien directeur général du CNRS Gaston Dupouy (1950-1957) lors d’une réunion du Conseil d’administration de l’Organisme, le 13 décembre 1960, cf. Archives du CNRS 940035-23.

8 Pour en savoir plus, on consultera Denis Guthleben, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Paris, Armand Colin, 2013, p. 251-257.

9 « Note sur les problèmes de structure posés par la recherche au sein du ministère de l’Éducation nationale » examinée par le CCRST le 18 décembre 1964, Archives nationales, fonds CCRST, 19810401/126, et validée le 28 janvier 1965, ibid., 19810404/127.

10 Décret n°66-188 du 31 mars 1966 relatif au fonctionnement du CNRS, Journal officiel du 2 avril 1966, p. 2668.

11 Fernand Gallais et Pierre Monbeig étaient les deux adjoints de Pierre Jacquinot avant la réforme.

12 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. cit., p. 24.

13 Voir l’entretien avec Hubert Curien mené par Jean-François Picard le 26 septembre 1986, consultable en ligne sur le site « HistCNRS » à l’adresse suivante : http://www.histcnrs.fr/archives-orales/curien.html

14 Que l’on pourra consulter dans Virginie Durand, Catherine Nicault (dir.), Histoire documentaire du CNRS, tome 2 (1950-1981), Paris, CNRS Éditions, 2006, p. 256-263.

15 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. cit., p. 25.

16 Jean François Picard, entretien avec Hubert Curien, op. cit.

17 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. cit., p. 25.

18 Rapport d’activité du CNRS, 1966, p. 89 et suivantes, pour le premier exposé, section par section, de ce périmètre.

19 Hubert Curien tient ses collègues régulièrement informés des négociations, par exemple lors de la séance du 28 juin 1966 du directoire du CNRS, Archives du CNRS 060142-1.

20 Pour en savoir plus sur l’ILL, voir Bernard Jacrot, Des neutrons pour la science. Histoire de l’Institut Laue-Langevin, Paris, EDP Sciences, 2006.

21 Jean François Picard, entretien avec Hubert Curien, op. cit.

22 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. cit., p. 25.

23 Un bref compte rendu de cette visite, conduite par Hubert Curien à l’invitation de l’Académie des sciences de Cuba, figure dans le rapport d’activité du CNRS, 1968, p. 79.

24 Pierre Jacquinot, « Hubert Curien, premier directeur scientifique pour la physique au CNRS », op. cit., p. 25.

25 Jean François Picard, entretien avec Hubert Curien, op. cit.

26 Rapport d’activité du CNRS, 1969, p. 10.

27 Rapport d’activité du CNRS, 1970, p. 15.

28 Ibid., p. 20.

29 On trouvera un exposé plus détaillé dans le chapitre 8 de l’Histoire du CNRS, op. cit., p. 279-320.

30 Rapports d’activité du CNRS, 1969, p. 39, et 1973, p. 96-97.

31 Le fait que l’Agence nationale de valorisation de la recherche trouve son origine au sein même du CNRS, et que les scientifiques se soient ainsi préoccupés de valorisation bien avant qu’on les y encourage, est souvent ignoré. Pour en savoir plus, voir Denis Guthleben, « CNRS-industrie : un mariage de raison », Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945, ministère de l’Économie et des Finances, 2013, p. 85-98.

32 Pour l’histoire de l’Inag/Insu, on pourra consulter le dossier « Récits d’Univers » paru dans le tome II – n°1 de la présente revue Histoire de la recherche contemporaine, CNRS Éditions, 2013.

33 Leur initiateur, le directeur général Jean Coulomb (1957-1962), a précisé que les RCP constituaient une réponse encore modeste à la nécessité d’un « financement spécial pour les groupements qui accepteraient une toute petite discipline, qui consistait à s’entendre entre eux sur des programmes qui feraient avancer une question particulière », Jean-François Picard, Élisabeth Pradoura, entretien avec Jean Coulomb, 22 avril 1986 consultable en ligne à l’adresse suivante : http://www.histcnrs.fr/archives-orales/coulomb.html

34 Note d’Hubert Curien du 10 novembre 1971, Archives du CNRS 940038-5.

35 Rapport d’activité du CNRS, 1970, p. 48.

36 Hubert Curien, éditorial, Le Courrier du CNRS, n°1, juillet 1971, p. 3.

37 La planification et l’administration de la recherche, séminaire de Gif-sur-Yvette, 3-4 juillet 1973, Archives du CNRS 990005-8

38 Hubert Curien présente le projet et les raisons qui ont conduit le CNRS, après les refus allemand et britannique, à privilégier un partenariat avec le Canada, « une puissance scientifique qui peut raisonnablement être comparée à celle de la France, qui dispose d’une communauté d’astronomes de bonne qualité, d’autre part c’est un pays économiquement fiable », devant le Conseil d’administration du CNRS du 3 avril 1973, Archives du CNRS 940035-24.

39 Voir Robert Chabbal, « Aux origines de l’aventure européenne du CNRS : les années 1960 et 1970 », La revue pour l’histoire du CNRS, n°25, CNRS Éditions, 2010, p. 8-17.

40 Hommage à Hubert Curien, Académie des sciences, 14 mars 2005. Les textes sont disponibles sur le site de l’Académie : http://www.academie-sciences.fr/archivage_site/academie/membre/Curien_Hubert.htm

41 Le père fondateur du CNRS, Jean Perrin, a certes été « sous-secrétaire d’État à la Recherche » sous le Front populaire, mais il n’a jamais dirigé l’Établissement ; quant à Henri Longchambon, « secrétaire d’État à la Recherche scientifique et au Progrès technique » pendant les huit mois du gouvernement Mendès France, il n’a dirigé de facto le CNRS qu’en juin 1940, pendant quelques semaines et en pleine débâcle, après le départ du directeur Henri Laugier pour Londres, et avant sa révocation par le maréchal Pétain.

42 Cité dans l’Hommage à Hubert Curien, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Guthleben, « Hubert Curien, directeur(s) du CNRS »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 116-123.

Référence électronique

Denis Guthleben, « Hubert Curien, directeur(s) du CNRS »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1316 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1316

Haut de page

Auteur

Denis Guthleben

Denis Guthleben, attaché scientifique au Comité pour l’histoire du CNRS et rédacteur en chef de la revue Histoire de la recherche contemporaine.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search