Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V-N°2Dossier : Hubert Curien, une vie ...Hubert Curien à la DGRST

Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Hubert Curien à la DGRST

Hubert Curien a été délégué général à la recherche scientifique et technique de 1973 à 1976. Il a succédé à un autre physicien, Pierre Aigrain, et il a eu pour successeur Bernard Gregory, également physicien. Depuis la guerre, en France et ailleurs, la politique scientifique était affaire de physiciens.
Hubert Curien at the GDSTR
Jacques Sevin
p. 124-127

Résumés

De 1973 à 1976, Hubert Curien a exercé les fonctions de Délégué général à la recherche scientifique et technique. À la tête de la DGRST qui préparait et coordonnait la politique scientifique et le budget annuel de la recherche publique, il était au cœur de la machine gouvernementale. On évoquera les temps forts du mandat d’Hubert Curien : volonté gouvernementale de relance et structuration de la recherche publique, mise en place sous son leadership d’une nouvelle organisation de la formation des jeunes chercheurs, période cruciale de l’Europe spatiale où Hubert Curien allait, par la suite, jouer un rôle clé.

Haut de page

Texte intégral

1Hubert Curien a été délégué général à la recherche scientifique et technique de 1973 à 1976. Il a succédé à un autre physicien, Pierre Aigrain, et il a eu pour successeur Bernard Gregory, également physicien. Depuis la guerre, en France et ailleurs, la politique scientifique était affaire de physiciens.

2Quelques rappels : le poste de délégué général a été créé par le général de Gaulle en 1958 suivi, quelques années après, par la création de la délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST). Nommé en Conseil des ministres le délégué et sa petite administration de mission, la DGRST, étaient en quelque sorte une préfiguration du ministère de la Recherche. Le délégué général et la DGRST ont d’abord été sous l’autorité d’un ministre d’État ou secrétaire d’État auprès du Premier ministre, puis, ce fut le cas pendant le mandat d’Hubert Curien, rattachés à un ministre en charge d’autres fonctions gouvernementales, en l’occurrence le ministre de l’Industrie et de la Recherche. Situation relative de faiblesse par rapport à un rattachement direct au Premier ministre, mais situation de force par ailleurs du fait des prérogatives interministérielles de la DGRST. Elle était, en effet, en charge de la coordination et du suivi de l’enveloppe recherche qui regroupait les crédits affectés à ce titre aux différents ministères, à leurs fonds d’intervention et à leurs organismes, dont le CNRS. À ce titre, la DGRST était l’interlocuteur unique de la direction du budget pour une part substantielle de la recherche publique. Il est vrai que les grands programmes technologiques civils : atome, espace, aéronautique et, bien sûr, les programmes militaires qui représentaient les budgets les plus importants ne relevaient pas de l’enveloppe recherche. Ce qui relativise en partie le rôle budgétaire de la DGRST alors qu’un enjeu permanent était la part relative de ces grands programmes par rapport au reste de la recherche. Ces grands programmes restaient toutefois, mis à part leur budget, dans l’orbite d’intervention du délégué général dans la politique scientifique nationale.

3La DGRST intervenait donc à trois niveaux. Au premier niveau, comme l’instrument de la préparation et de la coordination de la politique scientifique nationale : pour l’organiser, définir les statuts des personnels et des établissements, la planifier et la programmer. Au second niveau, comme relais interministériel de la préparation des budgets pour l’enveloppe recherche. Enfin, en disposant de deux fonds propres d’intervention. Le Fonds de la recherche qui mettait en œuvre les actions concertées et avait déjà, dans ses premières années, avant la période Curien, contribué à lancer des thématiques nouvelles telles que, par exemple, la biologie moléculaire ou l’océanologie. L’Aide au développement qui offrait à des entreprises une subvention, remboursable en cas de succès, au développement de projets innovants et qui fut un précurseur du crédit d’impôt recherche.

4De fait, pendant son existence de 1962 à 1982, la DGRST a joué un rôle très important dans la politique scientifique de la France en dépit – ou en raison ? – de sa petite taille et parce qu’elle n’était pas responsable de la gestion de grandes masses de personnels et de crédits. Donc, après le CNRS, Hubert Curien se trouve au cœur de la machine gouvernementale, dans un poste d’observation et d’action, associé à toutes les grandes décisions relatives à la recherche.

  • 1 Pour l’analyse de cette période, se reporter à l’ouvrage de Pierre Papon, Le pouvoir et la science (...)

5Quand Hubert Curien, directeur général du CNRS, est nommé au poste de délégué général, la politique scientifique française avait connu deux périodes très contrastées1. La première, sous de Gaulle, avait été marquée par la mise en place des nouvelles structures et une très forte croissance, symbolisée et concrétisée par l’augmentation de la part de la R&D dans le PIB. La seconde, sous Pompidou, Premier ministre puis président de la République, peu intéressé par la recherche, avait vu l’évolution inverse, puisque la part de la dépense nationale de recherche dans le PIB était redescendue de 2,2 % à 1,7 %. Hubert Curien est nommé peu de temps avant l’arrivée de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence. Les conseils restreints de février et de novembre 1975 ont été deux temps forts de son mandat à la tête de la DGRST. Ils réunissaient autour du président de la République : le Premier ministre, les principaux ministres, et le délégué général. Le premier conseil du 28 février 1975 manifeste la volonté d’un retournement de tendance et fixe des objectifs ambitieux quantitativement et qualitativement. » Le développement et la valorisation des efforts de recherche scientifique et technique revêtent un caractère prioritaire : la France doit se fixer pour objectif d’atteindre le premier rang des pays de dimension comparable par le volume et la qualité de sa recherche ». Le relevé de décision met la recherche au cœur des priorités du budget de l’État et soutient plus particulièrement la recherche de base. Autre décision très importante, quoique moins visible de l’extérieur : la réunion de tous les moyens hors rémunération des personnels de la recherche en une seule catégorie budgétaire, les Autorisations de programme. Ceci ouvrait la possibilité d’opérer de l’intérieur de la recherche, sans recourir à des décisions extérieures, la répartition des moyens entre le fonctionnement et l’équipement des laboratoires. Cette décision, initiée et préparée par la DGRST est associée au nom du directeur de la programmation économique et financière, Roland Morin, magistrat de la Cour des comptes. Elle instituait la recherche dans son ensemble comme un investissement collectif et non plus comme un élément du train de vie de l’État. Enfin, le conseil restreint fixait un rythme régulier et continu de créations d’emplois de chercheurs de 3 % par an.

6Dans les faits, le taux de création d’emplois de chercheurs a été respecté. Les crédits n’ont pas suivi au même rythme et il a fallu attendre la fin du septennat de Giscard d’Estaing pour voir, au budget 1981, une forte croissance en faveur de la recherche.

7Ce conseil restreint posait, par ailleurs, des principes forts de gouvernance. Une modification des décrets relatifs à l’organisation de la recherche, prévoyait que toutes les réformes concernant cette organisation ainsi que le statut des établissements et celui des personnels de recherche devraient être préparées en concertation avec la DGRST et signées du ministre en charge de la Recherche.

8Ces décisions consacraient en fait un changement de rapports de force dans la gestion et la politique de la recherche, jusqu’alors fortement marquées par la prédominance des scientifiques, discipline par discipline, à travers leur organes représentatifs comme le Comité national. La volonté de relance gouvernementale s’accompagnait d’une montée en puissance des structures d’État telles que la DGRST, le Comité consultatif de la recherche scientifique et technique (CCRST), réformé et renforcé à cette occasion, les Conseils restreints ou interministériels.

9La période d’Hubert Curien à la DGRST a été également celle de la préparation du septième Plan. À cette époque déjà lointaine, les politiques publiques s’élaboraient sur le long terme et pour le moyen terme. Dans cette optique la programmation des moyens, qui valait plus comme référence que comme engagement, et l’action de l’État étaient rythmées par la préparation, l’adoption par le Parlement et, en principe, la mise en œuvre de plans à cinq ans. Avant même ceux de la Commission de la recherche, des travaux importants avaient été effectués sous l’autorité de la DGRST. À l’initiative de la DGRST, de nombreux groupes d’experts avaient travaillé de la fin décembre 1974 à la fin du premier trimestre 1975. Ils portaient sur les différents secteurs et problématiques de la politique de la recherche. Pendant l’été 1975, un groupe d’étude interministériel sur le redéploiement des activités de recherche scientifique et technique réunissait les principaux ministères et organismes sous la présidence du délégué général. La Commission de la recherche s’est réunie de novembre 1975 à mars 1976. Présidée par l’astronome Jean-François Denisse, elle avait pour vice-président ès fonctions le délégué général Hubert Curien. Ces commissions du Plan étaient un lieu de très large concertation entre les différentes composantes de la société civile : experts, institutions, organisations professionnelles et syndicales. Pour la recherche, des groupes de travail avaient été présidés par des personnalités telles que Pierre Aigrain, François Gros, ou Jacques Delors.

10Plusieurs dossiers ont jalonné le mandat d’Hubert Curien à la DGRST. On en retiendra quelques-uns.

11C’est une période où le métier de chercheur a été profondément reconsidéré, surtout la partie essentielle du début de carrière, et il apparait qu’Hubert Curien en a été l’acteur central. Il s’agissait en fait de rompre avec une tradition académique où la très longue période probatoire à laquelle étaient soumis les candidats chercheurs allait de pair avec la durée des thèses et était essentiellement destinée à recruter des personnes capables, après une titularisation tardive, de former les futures générations d’universitaires et de chercheurs. En octobre 1973, Hubert Curien, dans le mois qui suit sa nomination à la DGRST, proposait au ministre de l’Éducation nationale de créer une offre d’allocations de recherche financées conjointement par les organismes de recherche, l’enseignement supérieur et les entreprises engagées dans la recherche. Il suggérait qu’elle soit gérée globalement par la DGRST afin que les attributions de bourses ne relèvent que de la compétition scientifique, et non de l’appartenance des candidats. Son but était d’amorcer une nouvelle vision de la recherche qui devenait ainsi un élément moteur de l’économie tout entière. Les bourses devaient être d’une durée de deux ans, d’un montant équivalent à la rémunération des stagiaires de recherche, qui disparaissaient.

12En novembre 1973, le CNRS où Bernard Gregory venait de succéder à Hubert Curien présentait, dans une note très détaillée, ses propositions fondées sur celles exposées par le délégué général au ministre.

13Le processus s’est alors enclenché. Un Comité interministériel (CIRST), organisé en février 1974, reprenait ces idées et, dans les mois qui suivaient, la DGRST était chargée de coordonner la réflexion des différents organismes sur les questions touchant à la politique des chercheurs, et notamment l’accès à la recherche. La DGRST prend d’ailleurs soin de proposer que le système qui va voir le jour responsabilise chaque directeur d’organisme, pour qu’il y ait une corrélation entre le nombre de jeunes chercheurs formés, leur spécialité et les possibilités de carrière dans la recherche publique et dans les entreprises.

14La mise en place effective des allocations de recherche interviendra lors du second conseil restreint sur la recherche tenu en novembre 1975 sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

15Deux autres dossiers relatifs à la politique du personnel ont mobilisé la DGRST et les responsables politiques de la recherche. Le premier était celui de la mobilité des chercheurs, antienne à caractère incantatoire et qui devait le rester dans les décennies suivantes. Le second, étrangement français, celui que l’on a appelé le problème des « hors statuts ». Le développement de contrats incitatifs de recherche dans des domaines jugés prioritaires s’était accompagné de recrutements temporaires de jeunes chercheurs et de personnels d’accompagnement de la recherche. La durée de ces recrutements était limitée à celle du contrat et intervenait hors des statuts prévus par la fonction publique, d’autant plus que les bourses pour les jeunes chercheurs n’existaient pas encore. Cette situation d’emploi précaire ne pouvant perdurer, une procédure d’intégration sur un certain nombre de critères a dû être conduite par la DGRST, précisément sous le mandat d’Hubert Curien.

16Le dossier spatial a été à l’agenda d’Hubert Curien dès son arrivée à la DGRST. Une note du délégué général tout juste nommé, montre qu’il s’agit, pour le programme spatial français, d’une période cruciale. L’Agence spatiale européenne, décidée à la fin de 1972, n’est pas encore en place. Elle a vocation à prendre le relais de l’ESRO (Conseil européen de recherches spatiales), organisation responsable des programmes scientifiques, et de l’ELDO (Centre européen pour la construction de lanceurs d’engins spatiaux), responsable des lanceurs et qui fut un échec. Le programme de lanceur lourd, Ariane, dans lequel la France est en situation de leadership et le Cnes de maître d’œuvre, est en discussion. L’avenir de l’Europe spatiale est donc en question et particulièrement celui, considéré comme crucial, des programmes d’application. On voit donc se dessiner, pour Hubert Curien, un rôle qui connaîtra l’avenir que l’on sait (Voir, dans le présent dossier, l’article sur le Cnes).

17Les problèmes énergétiques ont également été à l’ordre du jour du mandat d’Hubert Curien après le premier choc pétrolier d’octobre 1973. Le délégué général est convié à un Conseil restreint, le 5 mars 1974, pour envisager les mesures à prendre afin de réduire la consommation d’énergie et de relancer la recherche scientifique dans ce domaine. Dans ce but, un Comité consultatif de la recherche et du développement dans le domaine de l’énergie est créé auprès du délégué général. La DGRST est appelée à mobiliser ses moyens d’intervention - Fonds de la recherche et Aide au développement - vers ces nouveaux objectifs et à coordonner, dans la même intention, les actions des différents organismes.

18Autre facette de la politique de recherche, celle des grands équipements collectifs de la recherche fondamentale. La physique nucléaire et des particules est naturellement pionnière dans ce domaine puisque le Cern est déjà implanté à Genève. La DGRST et, à travers elle, la planification à moyen terme préparée par la commission de la recherche, joue un rôle central dans cette évolution qui voit les laboratoires ne plus seulement investir dans des équipements propres mais aussi s’engager dans des collaborations régionales, nationales et internationales. Elles visent à construire des équipements dont ils ne seront plus les seuls utilisateurs ni même les seuls gestionnaires scientifiques, et dont les chercheurs seront de plus en plus amenés à s’inscrire dans des expériences collectives.

19L’opération majeure, pendant le mandat d’Hubert Curien à la DGRST, sera le Ganil, (Grand accélérateur national d’ions lourds). Ce grand équipement aura vu sa conception naître de l’IN2P3. Sa construction prendra plusieurs années. Son implantation à Caen sera aussi le fruit d’une politique de déconcentration territoriale de la recherche qui sera au cœur des problématiques de la DGRST, à l’heure même où les régions prendront conscience de l’importance de telles implantations sur leur sol.

Haut de page

Notes

1 Pour l’analyse de cette période, se reporter à l’ouvrage de Pierre Papon, Le pouvoir et la science en France, Éditions du centurion, Paris, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Sevin, « Hubert Curien à la DGRST »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 124-127.

Référence électronique

Jacques Sevin, « Hubert Curien à la DGRST »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1319 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1319

Haut de page

Auteur

Jacques Sevin

Jacques Sevin a consacré sa carrière à la politique scientifique. De retour des États-Unis où il avait participé aux travaux très innovateurs développés à Harvard et au MIT, il rejoint la DGRST où il devient responsable de la planification de la recherche. Membre du comité d’organisation du colloque national de 1981, il participe à la rédaction de la Loi d’orientation et de programmation (LOP) de 1982, et rejoint ensuite le CNRS où il a été en charge d’une direction de la programmation budgétaire puis de la stratégie et des programmes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search