Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V-N°2Dossier : Hubert Curien, une vie ...Hubert Curien à la présidence du ...

Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Hubert Curien à la présidence du Cnes

En 1976, pour sortir d’une grave crise l’agence spatiale française - le Cnes - le Gouvernement nomme à sa présidence un scientifique. Les ingénieurs du Cnes s’inquiètent : soutiendra-t-il le programme encore en gestation du lanceur Ariane ? Hubert Curien fera encore mieux…
Hubert Curien at the head of the CNES
Jacques Arnould
p. 128-136

Résumés

Président du Centre national d’études spatiales (Cnes) de juillet 1976 à juillet 1984, Hubert Curien a soutenu le programme du lanceur Ariane, avec le succès inaugural de décembre 1979, puis la création de la société Arianespace. Il est aussi à l’origine du programme d’observation spatiale Spot (Système probatoire d’observation de la Terre puis Satellite pour l’observation de la Terre). Au Cnes comme à l’Agence spatiale européenne (ESA) qu’il a présidée avec une grande diplomatie, puis au ministère de la Recherche, il a eu à cœur de mettre la science au centre de programmes spatiaux internationaux ambitieux (avec les USA et l’URSS en particulier), sans jamais oublier la dimension éducative de l’espace.

Haut de page

Texte intégral

La fusée, le président et les boules de neige

1Lorsqu’en 1973 il est question de baptiser le nouveau lanceur européen en cours de conception, une liste de trois noms est soumise à Jean Charbonnel. À Michel Bignier qui dirige alors le Centre national d’études spatiales (Cnes), le ministre du développement industriel et scientifique répond : « Merci de m’avoir consulté. J’ai décidé que la fusée s’appellera Ariane ». Le nom ne figure pas sur la liste. Une manière sans doute de rappeler qu’à cette époque l’espace est d’abord, pour ne pas dire seulement, « le fait du prince ». Est-il d’ailleurs possible de nommer autrement la décision du général de Gaulle de créer le Cnes ? « Allez-y ! », se contente de dire le président de la République à Pierre Auger à l’issue d’un conseil des ministres au cours duquel il a été question de l’opportunité de créer une organisation spatiale nationale. Et, le 19 décembre 1961, le Cnes est officiellement fondé. Dix ans plus tard, Jean Charbonnel réaffirme à sa manière la souveraineté de l’État en matière spatiale. Il reste cependant aux responsables du Cnes et de l’Europe spatiale naissante à réussir le premier vol du lanceur nouvellement baptisé.

2Hubert Curien se souvient sans doute de cette gestation du programme Ariane lorsque, le 1er octobre 1979, commence à Kourou la campagne de lancement qui doit aboutir à un lancement (un tir, disent les ingénieurs), le 15 décembre. Voilà trois ans et demi qu’il est à la tête du Cnes et il a donc suivi la mise au point du lanceur avec d’autant plus d’attention que son directeur général, Yves Sillard, a été à la tête de la direction des lanceurs jusqu’à leur commune nomination aux commandes du Cnes, le 1er et le 2 juillet 1976. La campagne de L01 - le nom de la première Ariane - se déroule dans les temps et, le 15 décembre, le compte-à-rebours final suit son cours jusqu’à la mise à feu. Les moteurs s’allument… mais la fusée ne décolle pas ! L’explication est rapidement trouvée : un des calculateurs du banc de contrôle a détecté une anomalie de pression dans l’un des moteurs du premier étage. Il refuse donc l’ouverture des puissants crochets qui retiennent Ariane sur la table de lancement et les moteurs finissent par s’éteindre. Les ingénieurs découvrent ensuite que le tuyau d’alimentation d’un indicateur de pression a été endommagé.

3Dans les trente secondes qui suivent l’échec, la procédure de remplacement prévue par le chef de projet est engagée. Une équipe d’experts arrive de la métropole dès le lendemain et un deuxième essai est programmé pour le 23 décembre. Il est marqué par deux incidents qui contraignent les responsables à décider un nouvel ajournement. Juste auparavant, Hubert Curien s’est tourné vers le préfet de Guyane pour lui avouer : « Je suis aussi ému que le jour où j’ai passé mon bac ». Et le préfet de lui répondre, non sans montrer un étrange pouvoir de divination : « C’est comme au bac, vous avez droit à une session de rattrapage ». Le lancement est reporté au lendemain.

424 décembre 1979, troisième tentative pour L01. Tous les voyants sont au vert. Le compte-à-rebours se déroule normalement jusqu’à 2 minutes 57 secondes du lancement : à cet instant, l’absence de compte-rendu de fermeture d’un clapet sur le mât ombilical interrompt la procédure. Les ingénieurs décident de passer outre : ils leurrent l’ordinateur et, à 17 heures 14 minutes et 38 secondes du temps universel, la mise à feu a lieu. Quinze minutes plus tard, la capsule technologique est mise sur orbite. Le programme Ariane n’a plus seulement un nom : il a désormais une destinée.

5Lorsqu’ils se rendent sur l’aire de lancement, ingénieurs, techniciens et personnalités invitées découvrent une couche de neige : elle provient du circuit de dégazage du troisième étage. S’ensuit une mémorable bataille de boules de neige, sous l’Équateur. Parmi les protagonistes, en cravate, Hubert Curien, radieux.

6Quelques heures plus tard, sur la presqu’île des Roches, le président du Cnes rêve à haute voix ; de son timbre lent et musical précise celui qui l’écoute. « Maintenant toutes nos ambitions spatiales vont se réaliser ; on va pouvoir lancer nous-mêmes nos satellites d’application et, je l’espère, quelques satellites scientifiques ! ». Et Hubert Curien d’énumérer devant son interlocuteur qui ne s’est pas encore plongé dans la liesse nocturne (et dans la piscine), tous les projets de satellite qui aboutiront dans la décennie suivante. Mais revenons à ses premiers pas à la tête de l’établissement public en charge des affaires spatiales françaises.

Sortir le Cnes de la crise

7Lorsqu’il prend possession de son bureau rue de l’Université, l’adresse du Cnes à cette époque, l’espace n’est pas une terra incognita pour Hubert Curien. Ses fonctions de délégué général à la recherche scientifique et technique lui ont fait rencontrer des scientifiques inquiets de voir le gouvernement français s’engager dans le programme Ariane et, par voie de conséquence, réduire les budgets alloués aux programmes de satellites et d’instruments scientifiques ; il s’est prononcé à plusieurs reprises contre la poursuite de ce programme. Aussi, avant d’accepter le poste de directeur général, Yves Sillard décide de rencontrer Hubert Curien et de lui demander quelle sera sa position sur Ariane, une fois à la tête du Cnes. « Visiblement un peu surpris par la franchise de la question », écrit Yves Sillard, « il réfléchit une bonne minute, puis me répondit de sa voix calme et courtoise, que je découvrais pour la première fois : “Oui, je soutiendrai le programme Ariane” ».

8Les deux hommes savent que le Cnes traverse, et cela depuis plusieurs années, une grave crise où se mêlent les tensions budgétaires, la répartition des programmes entre les différents centres, les grèves et les revendications syndicales, les contraintes de l’européanisation, les défis techniques, etc. Pour un organisme qui, jusqu’à cette année 1976, s’est présenté sous un logo explicitement inspiré des premières fusées-sondes, nul doute que le dossier du futur lanceur européen soit particulièrement sensible et exige une vision aussi claire que volontaire de la part de ses dirigeants : quelle part restera-t-il au Cnes dans un programme européen de lanceurs ? Hubert Curien a compris d’entrée de jeu que l’accès à l’espace est un impératif existentiel pour toute ambition spatiale : la priorité allouée aux lanceurs doit donc être maintenue et le Cnes continuer à occuper une place de premier plan dans le programme Ariane. Le nouveau président ne changera pas d’opinion à propos d’Ariane au cours de son mandat et sera donc le président de son vol inaugural. Mais ce soutien ne peut suffire à sortir le Cnes de la crise.

9En effet, la situation est extrêmement grave. En juin 1976, face aux conséquences de la montée en puissance de l’agence spatiale européenne - l’ESA - créée un an plus tôt, Maurice Lévy, président du Cnes, a annoncé au personnel une baisse durable des activités de l’Établissement et la préparation d’un plan de licenciement. Une grève dure s’installe. Les agents de Toulouse manifestent et discréditent la politique de décentralisation du Gouvernement. Le 16 juin, venu à Toulouse, Michel Bignier, le directeur général, confirme les décisions de licenciement. Deux jours plus tard, estimant avoir perdu la confiance du personnel, il démissionne. C’est au tour de Maurice Lévy d’intervenir : il annonce la suspension des mesures prévues ; la grève est interrompue… et le 30, le Conseil des ministres met fin aux fonctions de Maurice Lévy, avant de nommer Hubert Curien et Yves Sillard.

10Sans oublier, nous venons de le voir, le développement d’un nouveau lanceur, les deux hommes engagent le Cnes dans une politique d’élargissement de son champ d’action et la mise en chantier de systèmes spatiaux, non seulement de télécommunications mais aussi d’observation. « J’ai voulu rassembler », explique Yves Sillard, « l’ensemble du Cnes autour d’un même objectif : un satellite – Spot - développé par le Cnes, tiré par un lanceur développé par le Cnes – Ariane - à partir d’un champ de tir dirigé par le Cnes - Kourou ». De son côté, avec l’amour des (bons) mots qui le caractérisent, Hubert Curien explique qu’il ne sert à rien « d’avoir des cartouches quand on n’a pas de fusil pour les tirer ». Mais il défend dans le même temps, l’idée selon laquelle le budget alloué à l’espace doit servir à faire de la vraie et bonne science, à développer des technologies et des programmes utiles à l’indépendance et à l’économie. Il devient ainsi l’inspirateur de « l’espace utile ». Une réorganisation ad hoc du Cnes est alors entreprise, tandis que le nouveau logo du Cnes, aux allures striées dignes d’un Vasarely, associe désormais la flèche d’un lanceur au décollage avec la rondeur de la Terre. « Les graines », explique Jacques Blamont, « qui devaient amener les grands succès du Cnes dans les années quatre-vingt et suivantes, et conforter son rôle de leader dans l’espace européen, avaient ainsi été semées par l’équipe Curien-Sillard ». Et le haut conseiller scientifique du Cnes d’ajouter à propos du programme Ariane : 

11« L’admirable construction industrielle du projet qui mariait opportunisme politique, respect des petits comme des grands partenaires avec l’extrême rigueur technique et gestionnaire dont le Cnes avait fait son drapeau dès ses débuts, doit son succès à la créativité, au pragmatisme et à l’extrême aisance diplomatique de l’équipe Curien-Sillard aussi modeste que subtile ».

12Des qualités qui permettent à Hubert Curien de s’imposer comme « le Leader qui [mène] le Cnes avec intelligence et bonheur vers un avenir confiant et prometteur », témoigne de son côté Daniel Sacotte, après avoir rappelé les soupçons d’agenda caché et néfaste qui avaient plané au Cnes, lors de l’arrivée du nouveau président.

L’étoffe européenne

13Hubert Curien mérite-t-il le titre de « père spirituel de l’Europe spatiale » ? Si les Français le lui accordent bien volontiers, arguant de son appui au programme Ariane et à la création de la société Arianespace, il ne serait sans doute pas très difficile de trouver quelques réticences à une telle « canonisation », en particulier outre-Rhin. Pour preuve, son élection à la présidence de l’ESA - l’Agence spatiale européenne - qui se révèle plus difficile à mener que son image au sein de la communauté spatiale européenne le laisserait supposer. Pressenti, Hubert Curien donne son accord à la condition d’être assuré sur le résultat du vote du conseil restreint de l’Agence. Yves Sillard enquête, compte une très large majorité en faveur du candidat français… mais constate l’opposition de l’Allemagne, au nom de la nationalité et non des compétences du président du Cnes. Les manœuvres diplomatiques d’Yves Sillard ne parviennent pas à faire changer d’avis les délégués allemands. En fin de compte, le vote a lieu le 30 juin 1981. Hubert Curien est élu à l’unanimité, moins le vote des Allemands. Pour autant, une fois la séance d’élection close, le délégué germanique n’hésite pas à dire que le choix d’Hubert Curien est un très bon choix et qu’il fera un excellent président du conseil de l’ESA. Il ne se trompe pas : le président du Cnes déploie, pour la cause européenne et spatiale, toutes ses qualités de diplomate, parmi lesquelles, notent ceux qui ont alors travaillé pour lui, une grande capacité à comprendre les motivations et les préoccupations de chaque délégation. Il montre un vrai souci de bâtir une complémentarité des compétences…

Diplomatie de table

Un jour, nous devions recevoir le responsable de la politique scientifique belge : un homme d’une distinction et d’une courtoisie remarquables, un point commun donc assez frappant avec Hubert Curien, mais quant à la corpulence c’était le jour et la nuit car notre invité belge était un colosse. Le président Curien avait souhaité que l’on retienne dans un restaurant proche du bord de Seine et spécialisé dans la gastronomie chère au roi Henri IV. Arrivé sur les lieux, notre invité choisit le chou farci de préférence à la poule-au-pot, et toute la tablée se rallia à ce choix. Le service fut d’une extrême lenteur : la conversation intéressante, enjouée, très agréable. Le temps passa ; c’était un jour de comité de direction au Cnes et nous avions anticipé que nous serions en retard puisqu’il commençait à 14 heures 30. Mais lorsque nous eûmes terminé le chou farci, il était… 16 heures ! Le président Curien regarda très ostensiblement sa montre et, s’adressant à son invité : « Cher collègue, tenez-vous vraiment au fromage ? ». La tournure de la phrase et le ton n’appelaient qu’une seule et évidente réponse, mais : « Cher collègue », —répondit notre invité— « le vin est tellement bon que je n’hésite pas à répondre : OUI ! » Nous rentrâmes au Cnes à 17h30 ! Le comité de direction était terminé et s’était tenu sans nous : le Cnes a néanmoins survécu et, cela ne vous a pas échappé, il existe même toujours ! ».

Jean-Jacques Sussel

14Le 26 mars 1980 est créée la société Arianespace, dont le Cnes détient alors 34 % des parts ; une création à laquelle Hubert Curien apporte plus que son appui. Frédéric d’Allest, son premier président l’évoque ainsi :

15« Au cours des deux années précédant ce premier lancement, le programme Ariane se trouvait devant un blocage total pour organiser, sans solution de continuité, la phase opérationnelle de production devant suivre les quatre lancements de qualification qui seuls étaient financés. D’une part en effet, les États participants jugeaient, de manière compréhensible, que les budgets de l’ESA financés par des crédits de recherche publique n’étaient pas destinés à prendre des risques industriels et commerciaux associés à une production de série. D’autre part les grands industriels impliqués dans le programme jugeaient celui-ci trop risqué pour endosser cette production de série sur des bases commerciales. [Hubert Curien] soutint alors activement ma proposition, pour sortir de cette impasse, de créer Arianespace, une société dédiée pour endosser ce risque et assumer la production, la commercialisation et les lancements d’Ariane ».

16Remarquons toutefois que, si Hubert Curien soutient l’édification de l’ESA, « avec un art consommé du compromis et de la pression », précise Jacques Blamont, il n’en oublie pas pour autant les intérêts français : après avoir tenté, en vain, d’européaniser le programme d’observation Spot, il parvient à convaincre Raymond Barre, alors Premier ministre, d’engager la France dans ce programme, avec la collaboration de la Belgique et la Suède. Un succès inattendu, puisque le président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, a clairement montré sa préférence pour une politique spatiale européenne et non plus française.

« Le projet était ambitieux, les délais étaient courts, l’argent ne coulait pas à flots, et il fallait réussir. Nous avons souvent travaillé à la limite de l’élasticité, quelquefois même à la limite de la rupture. Un satellite tel que Spot n’est pas seulement un monument de matériel, c’est aussi une cathédrale de logiciel. La cathédrale nous a donné plus de soucis encore que le monument.

Est-il besoin de dire que nous avons reçu la première image que notre bel engin nous envoya du ciel avec une émotion intense ? Elle était superbe, cette image : nous avions réussi ».

Hubert Curien, préface du livre de Bernard Cervelle, Spot. Des yeux braqués sur la Terre, 1989, p. 7 et 8.

La science et la société

17Hubert Curien est convaincu que « trop longtemps, le scientifique a cru qu’il lui suffisait d’avoir raison, pour entraîner l’adhésion publique ». Avant même de décider, en 1991, de fêter les dix ans de son Ministère par l’ouverture de ses jardins au public (l’événement est reconduit l’année suivante sous le nom de la Science en Fête, puis devient la Fête de la Science), il soutient activement les initiatives du Cnes à destination de la jeunesse. Son objectif est clair : il faut que « les jeunes s’engagent avec enthousiasme dans les métiers de la recherche et de la technologie ». Fidèle à ce souci, il préside à Toulouse en mai 2003, le jury du deuxième forum des collèges et lycées qui porte sur les thèmes des sciences et des techniques spatiales. Il n’hésite pas à créer un prix spécial afin de ne pas laisser sans récompense des projets portés par des classes de zones d’éducation prioritaire et, souligne Jean-Louis Fellous, écoute « les présentations maladroites de ces très jeunes adolescents avec autant d’attention qu’il eût accordé à une soutenance de thèse ». L’image, encore et toujours, d’un homme généreux et profondément humaniste.

Compte-à-rebours pour un ministère

18Le destin ministériel d’Hubert Curien est peut-être lié au succès du huitième vol d’Ariane, le 5 mars 1984. En visite en Guyane, Laurent Fabius, alors ministre de la Recherche et de l’Industrie, découvre le centre spatial à bord d’un hélicoptère, puis assiste au lancement. Une fois réussi le lancement et effectuée la mise en orbite du satellite Intelsat, membres du personnel et invités se retrouvent dans le hall des pompiers pour fêter ce nouveau succès, qui confirme la robustesse de la filière, en dépit des déconvenues survenues lors des vols 2 et 5. Lorsqu’Hubert Curien grimpe sur une table pour s’adresser aux convives, il est généreusement applaudi. Il raconte : « J’étais monté sur un tonneau pour dire quelques mots comme le veut l’usage. J’ai été accueilli par un tonnerre d’applaudissements. Laurent Fabius qui devait constituer un gouvernement s’est dit alors que, s’il me suffisait de monter sur un tonneau pour être acclamé, je ferais un ministre très populaire ». Le 19 juillet de la même année, il est nommé ministre de la Recherche et de la Technologie et quitte la présidence du Cnes.

La recherche au cœur des programmes spatiaux

Avec un président tel qu’Hubert Curien, scientifique chevronné, connaissant intimement l’organisation de la recherche en France du fait de ses responsabilités antérieures, la recherche scientifique spatiale connaît un deuxième souffle. Ce nouveau dynamisme s’appuie sur la mise en place des séminaires de prospective, et le renforcement du rôle du Comité des programmes scientifiques (CPS), dont le Cnes suit les recommandations et les priorités avec beaucoup de rigueur. Hubert Curien assiste régulièrement aux réunions du CPS, aux côtés du président de celui-ci, Robert Chabbal.

Deux séminaires de prospective seront préparés et organisés pendant sa présidence (le second se tiendra à Deauville en 1985, peu après qu’il ait rejoint le Gouvernement). Ce sont des événements mémorables : ils regrouperont chacun près de trois-cents scientifiques, aux côtés des ingénieurs du Cnes, et leurs conclusions serviront de base au CPS pour établir des priorités et, au Cnes, pour décider en conséquence et entreprendre ses programmes scientifiques.

Le premier séminaire se tient aux Arcs en septembre 1981, après un appel à projets lancé par le Cnes suggérant aux scientifiques de proposer prioritairement des projets de satellites passagers d’Ariane. C’est ainsi que deux propositions principales se distinguent : Poséidon, projet d’altimétrie spatiale pour étudier la topographie des océans, et Sigma, projet d’imagerie basée sur la détection des rayons gamma, pour étudier les phénomènes les plus énergétiques de l’Univers.

Les coûts impliqués dépassent largement les capacités de financement nationales ; pourtant les deux projets seront réalisés. Le premier, rebaptisé Topex-Poseidon dans le cadre d’une coopération avec la NASA, deviendra le premier satellite d’une filière fondamentale pour l’étude des océans et de l’évolution climatique, poursuivie avec les projets Jason. Topex-Poséidon sera lancé par Ariane en 1992. Le second sera réalisé dans le cas de la coopération franco-soviétique et lancé, en 1989, par un lanceur Proton. Hubert Curien mettra tout son poids dans les négociations internationales permettant d’aboutir à ce double succès.

Le séminaire des Arcs marque aussi le début de l’engagement résolu de la France dans le programme scientifique de l’Agence spatiale européenne (ESA). Le séminaire donne le coup d’envoi des participations des chercheurs et ingénieurs français à la « pierre angulaire » (dudit programme) Soho-Cluster, mission d’étude du Soleil et des milieux ionisés terrestres ; au projet d’astronomie infrarouge Iso et au projet Cassini/Huyghens d’étude de Saturne et de son satellite Titan, participations qui seront très importantes. Dans le même temps, le budget alloué au programme scientifique du Cnes progresse parallèlement à celui obtenu par Roger Maurice Bonnet, directeur du programme scientifique de l’ESA. C’est un tournant pour la communauté scientifique française : on passe d’un programme à dominante « franco-soviétique » à une forte implication dans le programme européen, qui ne s’est pas démentie depuis lors.

Pour souligner le rôle majeur joué par Hubert Curien dans cette évolution, l’ESA, le COSPAR (Committee on Space Research) et la NASA ont décidé en 2007 que le site d’atterrissage de la sonde Huygens sur Titan porterait désormais son nom.

Parallèlement, le développement des filières instrumentales en sciences de la vie profite du premier vol habité de Jean-Loup Chrétien : au nombre de celles-ci, la physiologie cardio-vasculaire avec le développement d’un échographe et la physiologie neurosensorielle. Hubert Curien considérera que ce sont les avancées scientifiques majeures permises par ce vol. 

Geneviève Debouzy

Le ministre, la comète et la navette

19L’intérêt et la responsabilité d’Hubert Curien à l’égard des affaires spatiales ne se limitent pas aux seules années durant lesquelles il préside le Cnes et l’ESA ; ils vont au-delà de cette période.

20Ainsi, dès 1973, comme délégué général à la DGRST, il accueille dans son établissement les réunions du comité scientifique Eos Vénus. Il s’agit de définir les objectifs et d’organiser la communauté scientifique autour de l’étude de Vénus à l’aide d’un satellite « doublé » d’un ballon dérivant dans son atmosphère. Arlène Ammar-Israël, jeune responsable des programmes d’exploration du système solaire au Cnes, est « d’emblée très admirative de la façon dont Hubert Curien […] savait en quelques mots, avec son autorité naturelle et son humour subtil, ramener un peu de calme dans les vifs débats qui opposaient alors Jacques Blamont, Pierre Morel, Claude Allègre, Michel Maurette, Audouin Dollfus ou Jacques Labeyrie… et parvenir à arrêter des orientations communes sur cette future mission ». Une fois président du Cnes, Hubert Curien ne manque pas de soutenir cet ambitieux projet, imaginé et défendu ardemment par son conseiller Jacques Blamont. Jusqu’au jour où les Soviétiques décident d’une transformation majeure : il s’agit désormais d’étudier Vénus au moyen de petits aérostats et de sondes de descente, et d’aller à la rencontre de la comète de Halley. Après s’être informé des réactions positives de la communauté scientifique à ces nouveaux objectifs, il revient alors à Hubert Curien de faire accepter ce changement par tous. En décembre 1984 il assistera, comme ministre de la Recherche et de la Technologie, au lancement des sondes Vega depuis le Tsoup, le centre de contrôle des opérations près de Moscou, jusqu’alors tenu secret. Après avoir survolé Vénus en juin 1985, les sondes passent à moins de 10 000 km de la comète de Halley le 6 mars 1986.

21L’Agence spatiale européenne n’est pas en reste. Dans le cadre de l’ambitieux programme scientifique à long terme Horizon 2000 initié avec le fort soutien d’Hubert Curien en 1983, la mission Giotto est sélectionnée pour survoler également la comète de Halley : elle s’approche, le 12 mars 1986, à moins de 1000 km du noyau.

22En décembre 1984, lorsque François Mitterrand souligne le rôle fondamental des vols spatiaux habités dans la construction de l’Europe, c’est Hubert Curien qui, en tant que ministre, sera chargé de mettre en œuvre la vision présidentielle : le 31 janvier 1985, lors de la conférence ministérielle de Rome, il annoncera à ses homologues européens la décision française d’entreprendre le programme d’avion spatial habité Hermès et la proposition d’y associer les partenaires européens. À vrai dire, même s’il en mesure le retentissement dans l’opinion publique et, par conséquent, l’intérêt en termes d’enjeu politique, il a toujours montré quelque scepticisme à l’égard des vols habités, sauf pour l’étude des comportements humains en micropesanteur. C’est pour cela qu’il a soutenu les accords de coopération avec les Soviétiques et avec la NASA afin de permettre des vols de Français dans l’espace. Celui de Jean-Loup Chrétien à bord de la station orbitale Saliout en 1982 en est le premier exemple : au souci de donner à cette mission une qualité scientifique suffisante, il ajoute le soutien obtenu auprès du ministre de la Recherche de l’époque, Laurent Fabius. En revanche, Hubert Curien ne croit guère aux perspectives d’usines spatiales, et s’inquiète des coûts de développement et de qualification correspondants.

Rencontres du troisième type

23Hubert Curien ne met pas longtemps à conquérir le monde de l’espace au sein duquel il assume l’une des responsabilités les plus élevées. Ses qualités humaines en sont évidemment les principales raisons. Tous ceux qui travaillent apprécient, témoigne Jean-Jacques Sussel, « sa voix douce, son ton calme et toujours égal, son langage châtié, sa distinction naturelle, mais il faut ajouter son écoute attentive, sa façon bien personnelle de scruter son interlocuteur parfois à travers ses lunettes, mais parfois aussi, par un léger mouvement de tête, au-dessus de ces dernières… Mais surtout, l’humour n’était jamais bien loin, et lorsqu’il était là, il s’agissait d’un humour expressif, parfois bienveillant, mais redoutable lorsqu’il devenait caustique, voire franchement corrosif ; cela signifiait le peu d’estime qu’il portait à son interlocuteur, ou plus charitablement l’ennui que suscitait en lui le sujet débattu… ».

24Sous d’autres plumes, sur d’autres lèvres, s’ajoutent les mots de simplicité, de modestie, d’élégance, de courtoisie indéfectible et d’attachement aux bonnes manières. Ceux de disponibilité, d’écoute exceptionnelle et de raffinement dans l’art de comprendre autrui. Ceux de bon sens hérité de sa Lorraine natale, de jugement motivé et de rare justesse. Celui de malice aussi…

Humour et culture

« Il connaît tout de notre milieu, les idées et les hommes, et les traite toutes et tous avec une courtoisie unique en notre vilain monde. Ayant travaillé sous ses ordres de 1976 à 1984, le voyant plusieurs fois par jour, je l’ai senti porter sur moi, de plus en plus à mesure que le temps passait, un jugement que fera comprendre une citation d’Anatole France. Dans le premier chapitre de l’Orme du mail, le cardinal archevêque reçoit le supérieur du séminaire, l’abbé Lantaigne, avec une amabilité telle que le visiteur ne peut à aucun moment présenter sa requête, requête que le cardinal connaît, mais ne veut pas entendre. Après s’être débarrassé de l’importun, le cardinal archevêque en parle avec son vicaire général : “M. Lantaigne est la sincérité même ; j’estime sa franchise et sa droiture. Avec lui, on sait où l’on va…” Il se reprit : “... où l’on irait”. Mon côté droit, ferme, barre de fer, ne peut plaire toujours à un diplomate ».

Jacques Blamont, Vénus dévoilée, 1987, p. 173.

25Il est hors de question de réduire Hubert Curien à son engagement dans le monde de l’espace. Mais, à lire et à écouter celles et ceux qui, appartenant à ce monde, ont pu travailler à ses côtés, à mesurer l’hommage que tous ont tenu à lui rendre, comment ne pas penser qu’il s’est consacré tout entier aux tâches qu’il y a assumées.

Hubert Curien et le Cnes, en quelques dates

1er juillet 1976 : nomination d’Hubert Curien à la présidence du Cnes.

20 février 1977 : présentation du projet Spot aux pays-membres de l’ESA.

24 décembre 1979 : premier lancement Ariane 1 (L01).

26 mars 1980 : création de la société Arianespace.

19 juin 1981 : lancement du satellite Meteosat 2 par Ariane L03.

30 juin 1981 : élection d’Hubert Curien à la présidence de l’ESA.

25 juin – 2 juillet 1982 : vol de Jean-Loup Chrétien à bord de Saliout 7 ; premier Français dans l’espace.

1er juillet 1982 : création de la société Spot Image.

22 mai 1984 : lancement Ariane 1 (V09), premier vol commercial.

1er juillet 1984 : nouveau siège pour le Cnes, place Maurice Quentin.

19 juillet 1984 : nomination d’Hubert Curien au poste de ministre de la Recherche et de la Technologie.

Remerciements

26L’auteur n’ayant rencontré Hubert Curien qu’à une seule et non moins mémorable occasion, il tient à remercier celles et ceux qui ont accepté de lui prêter main forte et plume alerte pour rédiger ces quelques pages : Frédéric d’Allest, Arlène Ammar-Israël, Jacques Blamont, Gérard Brachet, Geneviève Debouzy, Jean-Jacques Favier, Jean-Louis Fellous, Marius Le Fèvre, Jean-Pascal Le Franc, Daniel Metzlé, Jean-Gérard Roussel, Daniel Sacotte, Yves Sillard, Jean-Jacques Sussel ; avec le soutien de l’association amicale des anciens du Cnes et d’Yves Béguin, membre de son bureau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Arnould, « Hubert Curien à la présidence du Cnes »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 128-136.

Référence électronique

Jacques Arnould, « Hubert Curien à la présidence du Cnes »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1325

Haut de page

Auteur

Jacques Arnould

Historien des sciences, Jacques Arnould est chargé des questions éthiques au Centre national d’études spatiales. Sur ce sujet, il a publié Icarus’ Second Chance. The Basis and Perspectives of Space Ethics (2011), Le rire d’Icare. Essai sur le risque et l’aventure spatiale (2013), Une perle bleue (2015), Demain l’Espace (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search