Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V-N°2Dossier : Hubert Curien, une vie ...Le ministre Hubert Curien

Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Le ministre Hubert Curien

À travers les décennies, les mandats ministériels d'Hubert Curien laissent le souvenir, en France, d'un « âge d'or » de la recherche. Dans le but de comprendre les conditions de cette réussite exceptionnelle, le présent texte propose quelques éclairages.
Hubert Curien as a minister
Philippe Waldteufel
p. 137-153

Résumés

Pendant ses mandats ministériels (1984-1986 puis 1988-1993), Hubert Curien a donné une forte visibilité à la recherche au sein de l’action gouvernementale. Il a agi dans tous les domaines : outils de pilotage (tableaux de bord, prospective, évaluation) ; renforcement de l’organisation de la recherche publique ; cohérence accrue du Budget civil de recherche ; montée en puissance de la recherche industrielle ; développement des rapports entre science, société et citoyen… sans oublier la prédilection pour l’Espace ni, surtout, la priorité qu’Hubert Curien a, toute sa vie durant, donnée à la formation par la recherche.

Haut de page

Texte intégral

Un nouveau métier

L’arrivée au Gouvernement

1Laurent Fabius a été nommé Premier ministre le 17 juillet 1984. Il était depuis un an, ministre de l’Industrie et de la Recherche. À ce titre, il avait reçu à plusieurs reprises Hubert Curien, président du CNES, et ils avaient eu, en particulier, un long entretien au printemps 1984 après le succès du lancement d’Ariane 2. Laurent Fabius appréciait les qualités d’Hubert Curien et sa connaissance approfondie du monde de la recherche.

2La gestion conjointe des ministères de l’Industrie et de la Recherche n’était pas facile compte tenu de la différence d’intervention dans les deux entités. Le Premier ministre proposa donc au président de la République de nommer Édith Cresson, ancien chef d’entreprise, à l’Industrie, et Hubert Curien, chercheur de formation et très au fait des technologies, ministre de la Recherche et de la Technologie.

3On revient ainsi au périmètre couvert par Jean-Pierre Chevènement à l’orée du septennat. Dans l’ordre du tableau, Hubert Curien sera le seizième et dernier ministre de plein exercice.

Des éléments de feuille de route

4La loi 82-610, Loi d’orientation et de programmation du 15 juillet 1982 (la « LOP »), élaborée par le ministre de la Recherche et de la Technologie Jean-Pierre Chevènement en prenant appui sur les Assises nationales de la recherche de janvier 1982, est un texte fondateur pour les décennies qui suivent. Une grande partie de cette loi a, du reste, été reprise dans le Code de la recherche promulgué en 2004.

5La LOP fournit des concepts et outils institutionnels efficaces :

  • la création d’une nouvelle catégorie d’établissements, les EPST (Établissements publics à caractère scientifique et technologique) ;

  • le BCRD (Budget civil de recherche et de développement technologique) ;

  • le CSRT (Conseil supérieur de la recherche et de la technologie) ;

  • les CCRDT (Comités consultatifs régionaux de la recherche et de la technologie) ;

  • la structure de GIP (Groupement d’intérêt public) ;

6Lorsqu’Hubert Curien est nommé au Gouvernement en juillet 1984, un effort considérable de mise en application de la LOP a déjà été fait. Cependant certains chantiers nécessitent encore un travail minutieux, en ce qui concerne par exemple les questions statutaires. Par ailleurs, le monde évolue ; il convient que les priorités en recherche s’adaptent à ces évolutions et, si possible, les anticipent. Enfin va revenir à Hubert Curien la tâche de poursuivre la mise en œuvre des orientations et de prolonger les programmations.

7Ainsi, tandis que l’article 1er de la loi stipule : « La recherche scientifique et le développement technologique sont des priorités nationales », il reste à inscrire cet engagement collectif dans la durée.

Des atouts

8L’article 2 de la LOP est ainsi rédigé : « Pour atteindre l’objectif (…) tendant à porter à 2,5 % en 1985 la part du produit intérieur brut consacrée aux dépenses de recherche et de développement technologique, les crédits inscrits (…) progresseront à un rythme moyen annuel de 17,8 % en volume d’ici 1985, et les effectifs employés dans la recherche publique croîtront au rythme moyen annuel de 4,5 % ».

9On se souviendra que l’effort de recherche civil en 1981 était estimé à 1,8 % du PIB.

10En d’autres termes, si la LOP fixe des objectifs de haute volée, elle stipule également, de façon exigeante, les moyens nécessaires pour y parvenir. Mais les lois ne sont pas inscrites dans le marbre : il est nécessaire de défendre l’application des lois de programmation pluriannuelles à chaque fois qu’elles risquent d’être mises en difficulté par les lois de finances annuelles.

11À ce jeu-là, Hubert Curien possède des atouts, car c’est un excellent négociateur : calme, précis, convainquant, astucieux, et obstiné. Par ailleurs, il saura trouver un soutien de poids en la personne du président de la République…

12C’est ainsi qu’au Conseil des ministres du 4 mars 1985, il explique qu’à l’issue de la période triennale couverte par la loi de 1982, l’effort doit être poursuivi, et qu’une séquence législative est nécessaire. De fait, la loi 85-1276, promulguée le 23 décembre 1985, stipule, dès son premier article : « La politique nationale se propose de porter l’ensemble des dépenses publiques et privées de recherche et de développement technologique à 3 % du PIB à la fin de la décennie ».

13Ce texte, visiblement négocié au trébuchet, dans lequel on sent la patte du ministère des Finances, n’est pas, en toute rigueur, un engagement de l’État. De plus il exhorte implicitement (et à juste titre) à plus solliciter l’investissement privé en recherche. Néanmoins, il y a là une base pour plaider, en toute occasion, la cause de la recherche. Le 14 décembre1988, en Conseil des ministres, Hubert Curien parle de ses orientations, liste les actions au service du développement technologique de l’industrie, et revient avec persévérance sur l’horizon des 3 % du PIB. Ainsi, personne ne sera surpris que le ministre accompagne, par exemple, sa proposition budgétaire pour 1991 d’une note dans laquelle il argumente hardiment pour une croissance parallèle des AP et des CP (Autorisations de programme et Crédits de paiement) de l’ordre de 12 %.

  • 1 Hubert Curien a cependant présidé, au printemps 1988, le Comité de soutien pour la réélection de F (...)

14L’une des forces d’Hubert Curien, dans ces circonstances qui appelaient à mobiliser tous les éléments favorables des rapports de force, a été sa focalisation exclusive sur sa tâche. Il s’est voulu ministre en charge de la Recherche et de la Technologie, ministre de plein exercice certes, mais ne souhaitant accéder à aucune autre responsabilité politique1. En particulier il a décliné, régulièrement et courtoisement, les propositions qui lui parvenaient de solliciter ici ou là un mandat électoral (avec succès garanti !).

15Qui plus est, il a toujours justifié la pertinence du périmètre de son département ministériel, en expliquant notamment que, d’une part, la conjugaison de la recherche et du développement technologique était un véritable atout pour la puissance publique mais que, d’autre part, rassembler la recherche et l’enseignement supérieur donnerait de moins bons résultats, car les exigences de l’enseignement supérieur feraient très souvent passer la recherche au second plan des préoccupations du ministre. Sur ces préconisations, il n’a pas été entendu depuis 1993.

La « fiche de poste »

Au Conseil des ministres

16C’est au Conseil des ministres que sont formalisés les principaux actes de l’exécutif. C’est là qu’il convient donc, prioritairement, de parler de la recherche.

17Hubert Curien s’y emploie. Sans préjudice des décrets, qui sont assez fréquents lorsqu’il s’agit de nommer des responsables d’établissement, il impose avec persévérance la place de la recherche par le biais des communications en Conseil, souvent seul, parfois en tandem avec d’autres responsables ministériels. Son activité ministérielle s’organise en deux phases, séparées par une période de cohabitation : de juillet 1984 à mars 1986, puis d’avril 1988 à mars 1993. Pendant ces soixante-dix-neuf mois, il parlera souvent en Conseil : une fois toutes les six semaines en moyenne.

18De quoi parlera-t-il ? D’une grande variété de thèmes. Bien entendu, une communication en Conseil possède un caractère décisionnel, et il s’agira toujours d’un sujet sur lequel l’attention du Gouvernement mérite d’être attirée et sur lequel l’activité de recherche devra bénéficier, non seulement d’un éclairage particulier, mais aussi de quelques coups d’accélérateur.

19Dans le même temps, on perçoit dans cette régularité un soupçon de malice : le ministre s’attache à informer ses collègues - voire à les former - à l’univers de la recherche et de la technologie. Tel ou tel d’entre eux, sortant du Conseil, notera avec bonne humeur qu’il vient de bénéficier d’un cours du professeur Curien…

Au premier rang de l’action gouvernementale

20La recherche sera conduite avec d’autant plus de succès qu’elle s’inscrira, aux côtés des autres départements ministériels, dans l’action du Gouvernement.

21Parfois c’est à elle qu’il revient d’exprimer un volet marquant de cette politique. C’était par exemple le cas lorsqu’il a fallu réagir à l’épidémie propagée par le virus VIH, et aux inquiétudes suscitées dans la population. En quelques mois, en 1988, Hubert Curien a mis sur pied l’ANRS, Agence nationale de recherches sur le Sida, et l’a dotée de moyens importants. L’ANRS sera formalisée en 1992 sous la forme d’un GIP, forme qu’elle conservera jusqu’en 2012.

22Dans un domaine très différent, il est revenu à la recherche de soutenir, et d’amplifier, la prise de conscience des risques induits par les modifications éventuelles du climat par l’homme. Ainsi Hubert Curien a alimenté, à l’automne 1988, les argumentaires réunis par le Premier ministre Michel Rocard, qui ont débouché sur la Déclaration de La Haye au début de 1989, puis a assuré, en mars, la préparation thématique du colloque Atmosphère et climat tenu sous l’égide du président de l’Assemblée nationale. Enfin l’effort le plus important a été consacré au colloque Planète Terre (voir encart ci-dessous) en juin de la même année, sous les auspices du président de la République.

Planète Terre

L’évolution de l’environnement planétaire est devenue, depuis les années soixante-dix, une préoccupation majeure pour les gouvernements et l’objet de multiples conférences internationales. La création, à la fin des années soixante-dix, du Programme national d’étude de la dynamique du climat (PNEDC) notamment, a montré l’intérêt que la France porte à ces sujets.

En 1989, Hubert Curien accepte la proposition d’organiser un colloque Planète Terre, sous la responsabilité scientifique de Claude Allègre, géochimiste de renommée mondiale, spécialiste de la constitution de la croûte et du manteau terrestres. L’objectif est de considérer la gestion de la planète dans son ensemble et de rassembler dans une même réflexion les chercheurs qui s’intéressent au climat mais également aux milieux naturels, à l’écologie, à l’économie et au développement.

Dans la mesure du possible la participation au colloque doit assurer une représentation géographique large et équilibrée des chercheurs. Mais il s’agit bien d’un colloque de nature scientifique et technique : les participants, chercheurs et ingénieurs de haut niveau, interviennent sur la base de leurs compétences personnelles ; ils vont se concerter, échanger, exprimer leurs convergences et divergences sur les différentes problématiques qui concernent la planète, puis réfléchir aux moyens à adopter pour les améliorer.

Un comité scientifique d’organisation est mis en place. La préparation dure plusieurs mois ; le ministre qui présente le projet à François Mitterrand obtient sa présidence et sa présence effective. Le colloque a lieu les 12 et 13 juin 1989. Il regroupe cent cinquante scientifiques venus de quarante pays différents, spécialistes de toutes les sciences qui se rapportent à la planète.

En première partie sept ateliers sont prévus sur :

- les eaux continentales ;

- la chimie de l’atmosphère et la qualité de l’air ;

- l’évolution du climat et l’effet de serre (notamment les conséquences sur les côtes exposées à une élévation du niveau des océans) ;

- l’océan : la pollution, la circulation, les équilibres chimiques et biologiques ;

- les catastrophes telluriques ;

- la croûte terrestre : exploration, exploitation et aménagement ;

- la dynamique des écosystèmes et des espèces vivantes.

La deuxième partie est consacrée aux actions à entreprendre et aux moyens pour les conduire, qui peuvent être mis en place dans les différents domaines : trois tables rondes sont organisées sur les sujets suivants :

- les méthodes indispensables pour comprendre ;

- la technologie permet-elle de prévenir et de protéger ?

- l’écologie et l’économie.

Hubert Curien présente une première synthèse des travaux. Lors de la clôture du colloque, à l’Élysée, le président de la République remercie les chercheurs pour la haute qualité de leurs contributions, et souligne le sens du colloque : « C’est une étape », dit-il, « de préparation pour les réunions des chefs d’État qui se tiendront prochainement, notamment aux États-Unis, en 1990 ».

Vingt-cinq années plus tard, la COP21 manifeste que l’enjeu du dérèglement climatique est devenu, du fait de l’urgence, la préoccupation prioritaire. Néanmoins le point de vue retenu lors du colloque Planète Terre, consistant à aborder conjointement tous les compartiments physiques, chimiques, telluriques et biologiques de la planète, demeure pertinent et enrichissant.

Marie Claude Ledur

23Parallèlement, le soutien à la recherche sur le climat s’intensifie. Hubert Curien fera le point sur l’effet de serre en Conseil des ministres en juillet 1991, après notamment la publication des premiers documents élaborés par le GIEC. En juin 1992 enfin, il accompagnera le président de la République à Rio de Janeiro pour le Sommet de la Terre.

24Dans un domaine encore différent, le ministère de la Recherche s’est trouvé être un des principaux partenaires des relocalisations en province décidées en1992 (on y revient ci-après). Hubert Curien, convaincu de la justesse de la démarche, a trouvé avec les organismes de recherche les cheminements qui ont permis la réussite de cette opération, qui n’était pas des plus aisées.

Anticiper, connaître, évaluer

25Lors du Conseil des ministres du 6 octobre 1992, Hubert Curien s’exprime sur la recherche fondamentale, un sujet dont il ne se lasse jamais. Cette intervention, alors que la date approche d’élections dont on pressent qu’elles ne seront pas favorables à l’équipe en place, réaffirme avec force le rôle multiple de la recherche fondamentale et notamment sa fonction de socle pour tout progrès technologique. Il fournit quelques éléments de bilan, tant sur les résultats obtenus que sur les actions menées.

26Dans la colonne des acquis on trouve :

    • 2 Pierre-Gilles de Gennes, prix Nobel de physique en 1991 ; Georges Charpak, prix Nobel de physique (...)

    les distinctions obtenues par les chercheurs français2 ;

  • l’internationalisation grandissante des pratiques de recherche (marquées par l’explosion des signatures communes d’articles scientifiques).

  • Dans celle des actions :

  • un travail de réflexion confié à des sous-commissions du Conseil supérieur (CSRT) ;

  • une exploration de l’avenir préparée par le comité de pilotage des Grands colloques de prospective (voir encart ci-dessous). En contrepoint, des projets d’établissement pluriannuels sont demandés aux organismes de recherche ;

  • un éclairage grâce à la création, en mars 1990, de l’Observatoire des sciences et techniques (OST), sous forme d’un GIP. La qualité et la pertinence des indicateurs publiés annuellement par l’Observatoire n’ont pas d’équivalent dans le monde, à l’exclusion peut-être des USA ;

  • enfin, conformément à la Loi d’orientation, le parachèvement du dispositif d’évaluation national par la mise en place (décret 89-294), du Comité national d’évaluation de la recherche (CNER), comparable au Comité d’évaluation des établissements d’enseignement supérieur ; la mission du CNER consiste à évaluer les organismes, programmes et procédures.

Les grands colloques de prospective

Dès sa prise de fonction en qualité de ministre de plein exercice pour la Recherche et la Technologie, en juin 1988, Hubert Curien a souhaité engager un travail de prospective très original dans sa forme comme dans ses finalités. Il a annoncé la tenue de grands colloques nationaux et il a confié l’animation du comité de pilotage prévu à cet effet au vice-président du CSRT qu’il venait par ailleurs de désigner. Un exercice original dans son organisation, en retenant le principe de colloques thématiques en lieu et place des réflexions disciplinaires usuelles dans ce genre de chantier ; un exercice original dans la forme également, par l’invitation, adressée à toutes les communautés d’acteurs et d’utilisateurs potentiels de la thématique retenue - communautés invitées à délibérer des orientations - à les classer par ordre de priorité afin de mieux évaluer les atouts et les risques encourus ainsi que les forces et les faiblesses de la France.

À titre d’exemple illustratif de la diversité des communautés associées à la genèse de ces colloques, dès la phase préparatoire au colloque La géographie, le plus enclin parmi les thématiques retenues à s’enfermer dans une vision disciplinaire, le comité de pilotage a retenu la problématique de l’évaluation des territoires avec les contributions du monde économique et du personnel politique. Autre exemple illustratif de cette volonté de casser les pratiques de groupes d’experts attentifs à la dynamique de la connaissance pour extraire les voies les plus propices à l’avancée des disciplines concernées : le colloque Systèmes moléculaires organisés. Pour sa part, il s’est structuré autour d’attentes formulées par les applications, rassemblant des communautés scientifiques voisines comme celles des matériaux et de la biologie, accueillant des acteurs de l’économie ou de l’industrie, inventant au passage ce qui devait se développer par la suite sous la forme de « science pratique ».

La très grande liberté dont a joui le comité de pilotage dans le choix des thématiques s’est révélée féconde sans masquer son caractère partiellement inhibant tant que ne se dégageait pas un pilote incontesté pour son autorité scientifique, certes, mais aussi pour son charisme à attirer, au risque de débats parfois houleux, voire de désaccords sur les priorités, l’ensemble des communautés conviées : sous ce jour, chaque colloque revêt un caractère particulier. Dans l’ordre chronologique de leur tenue de 1989 à 1991, on retient ainsi :

1. Le colloque La Terre, notre planète : voir, mesurer, modéliser, le premier colloque de la série, a été élaboré sous la direction scientifique de Xavier Le Pichon. Il s’est déroulé les 4 et 5 juillet 1989 à Strasbourg. Dès son d’élaboration, puis dans sa réalisation, il a réuni l’ensemble des communautés intéressées, celle des géophysiciens et géochimistes, avec une forte participation des spécialistes de la mer et des océans, de l’atmosphère et de l’environnement. La présence des organismes nationaux capables de développer les moyens d’observation au sol, en profondeur et dans l’espace a joué un rôle important dans le choix des priorités. Les joutes oratoires attendues entre les géologues de la surface et les géochimistes de la terre profonde ont débouché sur des propositions de synthèse portant sur les priorités en matière de formation et sur l’intérêt de mobiliser de nouveaux moyens d’observation – notamment à partir de l’espace – et de renforcer les moyens de calcul indispensables à la modélisation du système terre.

2. Le colloque La géographie qui a suivi peu de temps après, a été piloté par Roger Brunet et Olivier Dollfus. Dès sa phase préparatoire, il a suscité un très vif intérêt parmi les personnalités du monde économique et les élus, notamment en raison de l’importance dédiée à la mesure de la « valeur des territoires. À l’opposé du colloque précédent, il n’a pas suscité de véritable controverse parmi les spécialistes présents. Ainsi, les oppositions récurrentes entre les tenants d’une géographie physique, proche des géologues et des spécialistes de l’environnement, et les experts de la géographie humaine ont été rapidement surmontées. En revanche, dès la fin du colloque, une fraction de la communauté des géographes parisiens s’est déclarée exclue des débats et a engagé un procès sur la méthode, sans parvenir à masquer des divergences de sensibilité politique avec les responsables scientifiques du colloque. Le GIP reclus, dont le principe était déjà inscrit dans la foulée du colloque national de 1982, a été conforté par les conclusions du colloque de 1990, mais cet élan devait être stoppé par la dissolution du GIP qui fut décidée sans autre explication, en 1995, par le Ministère.

3. Le colloque Gérer les ressources technologiques, piloté par François Juillet, a quelque peu surpris les communautés de la science de base. En revanche, tant au cours de la phase préparatoire que pendant le déroulé du colloque à Lyon, les synthèses qui en sont issues constituent une somme de ce que la recherche publique devrait savoir, encore aujourd’hui, quand elle prétend faire œuvre utile dans le champ des applications : ceci est vérifié dans tous les secteurs, de l’industrie à la médecine, en passant par la production agricole ou la protection de l’environnement. Parmi les messages les plus importants, messages qui sont aujourd’hui encore d’une brulante actualité, on retiendra l’intérêt de la proximité géographique entre partenaires – ce qui vient en support de la politique de régionalisation de la recherche - l’importance des normes et l’invitation à placer en haute priorité, la contribution de la France aux activités de normalisation. Il faut également citer une vision très remarquée de l’industrie du futur qui demeure un objectif à partager dans l’ensemble de l’industrie et au-delà, vingt-cinq ans après la tenue du colloque. On y repérait déjà l’importance croissante du « service » qui supplante celle de l’objet technique qui en est le support, on y devine les bouleversements à l’œuvre aujourd’hui dans les relations entre les entreprises comme au sein de chacune d’elles et, à un moment où le numérique n’avait pas encore connu son épanouissement, l’importance cruciale d’une maîtrise suffisante de ses outils et méthodes. Nul doute que cet exercice, au-delà de son intérêt pour les communautés de chercheurs, a joué un rôle important dans les choix du Ministre en faveur de la recherche industrielle.

4. Le colloque Systèmes moléculaires organisés (SMO) s’est déroulé à Bordeaux en présence de deux prix Nobel – dont Pierre-Gilles de Gennes - et des principaux acteurs, physiciens, chimistes, et biologistes qui concourent au développement de cette thématique, tant dans le monde de la recherche publique que dans les entreprises directement intéressées. Conçu au départ pour pallier les aléas de l’élaboration d’un colloque dédié aux sciences de la matière, SMO a réussi la performance d’attirer la biologie et l’ensemble du monde des matériaux grâce au talent bien connu de son animateur scientifique, Paul Rigny. Dans l’allocution prononcée en clôture, le ministre a tenu à saluer cet exploit et mis à profit la convergence des priorités avancées ainsi que leurs multiples incidences, tant sur le terrain des moyens d’investigation que sur les évolutions à retenir dans la formation des futurs chercheurs et concepteurs. Le ministre s’est exprimé dans des phrases où ses proches collaborateurs ont également entendu une critique implicite d’autres événements qui n’étaient pas aussi rassembleurs et également constitutifs d’une politique nationale. Les conclusions du colloque se sont traduites par des décisions importantes en matière de grands équipements dédiés à l’investigation. Avec le recul du temps, on peut se réjouir d’un classement de priorités dont l’intérêt pour les communautés partenaires des physico-chimistes demeure essentiel. Notons encore que le colloque a initié en France un mouvement en direction d’une forme de « science pratique », largement inspirée de l’exemple outre-Atlantique, dont la prospective se nourrit, à la fois des avancées propres à chaque discipline, mais également de la fécondité escomptée sur le terrain des applications.

5. Le colloque Les sciences de la cognition, dont le pilotage scientifique a été confié à Alain Berthoz, directeur du Laboratoire de physiologie neurosensorielle, est typique d’une thématique dédiée à une discipline en émergence dont le développement, en France, devait se révéler foudroyant. Cette thématique conjugue des études sur le comportement animal et humain avec les nouvelles techniques d’investigation du cerveau que sont l’IRM et la caméra à positron. Au plan de la connaissance, elle débouche sur la compréhension de phénomènes qui semblent coutumiers (comment prend-t-on une décision ? Réfléchit-on avant d’agir ? ou plutôt, Comment une action participe-t-elle de la décision ? etc.) et, également, sur des applications thérapeutiques à la frontière du traitement social et du médical. Le colloque a réuni de nombreuses spécialités du monde scientifique et médical et transformé le regard sur un grand nombre de thèmes qu’Alain Berthoz a développés dans la chaire du Collège de France.

6. Last but not least, le colloque Sciences et droit est typique d’une thématique interdisciplinaire dont l’intérêt est apparu évident au sein du comité de pilotage, dès la suggestion qu’en a faite Michel Serres. Intérêt évident au départ, mais accouchement très difficile qui doit beaucoup à la patience d’Yves Duroux pour écarter les fausses pistes et au pilotage d’Isabelle de Lamberterie, directrice de recherche au CNRS et spécialiste du droit. Elle a su réunir des experts des sciences dures et des juristes autour d’un pari : conforter la méthodologie de la science juridique avec la logique de mathématiciens et d’informaticiens, par exemple pour extraire des jugements de telle ou telle cour, ce qui relève du droit national et de présupposés locaux ; il s’agissait aussi, de manière réciproque, d’aborder les questions d’éthique scientifique au contact de vrais juristes afin de séparer ce qui relève du sentiment de chacun et ce qui relève d’une transgression d’un héritage national.

Que peut-on en conclure au regard de l’histoire de la prospective en France ?

Tout d’abord il convient de ne pas masquer quelques échecs largement imputables au comité de pilotage. Ainsi, le comité n’a pas su concrétiser des colloques très attendus par le ministre autour des sciences de la vie, ou encore sur les sciences de la matière. La méthode se prêtait mal à la vision internationale nécessaire pour embrasser de tels sujets. Par ailleurs, cette méthode n’a pas survécu au changement de gouvernement ; à peine arrivé rue Descartes, le successeur immédiat confie la prospective des très grands instruments à un groupe d’experts présidé par Pierre Aigrain, groupe dont les conclusions apparaissent assez conservatrices. Échec enfin dans l’absence de suivi des comptes rendus des colloques, qui n’ont guère laissé de trace dans les archives de la DGRT et des institutions mobilisées pendant leur déroulement.

Et pourtant, au-delà du choix des thèmes et du déroulement de la phase préparatoire qui a tant mobilisé le comité de pilotage et son animateur, c’est dans le déroulé précis du colloque, dans les séances de présentation de posters longuement visitées et commentées par le ministre, dans sa façon de faire plus participer des communautés qui se sont reconnues alors qu’elles s’ignoraient largement jusqu’alors, qu’on trouve les ferments d’avenir que constitue, dans son essence même, un exercice de prospective utile.

Bernard Decomps

27Le ministre est en position d’estimer que dorénavant, l’ensemble des instruments de pilotage national est en place. Ces instruments bénéficient d’ailleurs, au-delà de la recherche fondamentale, à l’ensemble de la recherche publique, voire plus loin encore.

Une recherche publique performante

Mieux organiser

28La LOP avait créé en 1982 les Établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST). De 1984 à 1986, le ministre se contente d’améliorer le fonctionnement des organismes. À son retour en mai 1988, il ne souhaite pas non plus procéder à des bouleversements : le seul point notable concerne l’Orstom (Office de la recherche scientifique et technique outre-mer) devenu plus tard l’IRD (Institut de recherche pour le développement). En effet, une dérive récente menaçait d’éloigner l’établissement de ses finalités de recherche, en l’orientant plutôt vers un soutien à des actions diplomatiques ou politiques de la France. Hubert Curien, conjointement au ministre en charge du développement (Jacques Pelletier), communique en Conseil dès août 1988 ; il remet la recherche au service du développement sur le droit chemin. S’ensuivra une refonte de l’organisation de l’Orstom (décret en date de novembre 1988).

29Sur le CNRS, le ministre s’exprime en Conseil le 5 octobre 1988 ; il insiste sur l’ouverture vers les partenaires, qu’il s’agisse des universitaires ou des entreprises. Quelques retouches d’organisation suivront, de même que pour l’Inra (décrets du 22/12/89 et du 13/12/90).

30En 1992, à l’occasion du renouvellement du Comité national de la recherche scientifique (en quelque sorte le « grand parlement » de la recherche, hébergé par le CNRS), Hubert Curien partage le souhait du directeur général du Centre, François Kourilsky, de réduire substantiellement le nombre des quarante-trois sections, qui structurent le paysage disciplinaire. Il s’agit de faire évoluer les frontières, qui sont indispensables mais également peuvent être source de sclérose. L’objectif est de compacter le Comité national en trente sections ! Mais la communauté scientifique résiste avec ténacité, surtout du côté des sciences humaines et sociales, et les grands noms de la science française font le siège du ministre, qui ne reste pas sourd à leur éloquence. Au bout du compte, il se résignera à une réduction relativement modeste.

31Hubert Curien se préoccupe également des recherches antarctiques. Il reçoit Paul-Émile Victor et prend conscience de ses préoccupations : les Expéditions polaires françaises, créées par cet explorateur et chercheur presque légendaire, sont une structure fragile, que les Terres australes et antarctiques françaises peinent à soutenir, dans un contexte où le ministère des DOM-TOM est fortement sollicité par d’autres priorités.

32Hubert Curien entretiendra le Conseil des ministres de ce sujet en février 1990. La solution sera trouvée sous la forme d’un nouveau GIP, l’Institut polaire français Paul-Émile Victor (IPEV), doté de moyens équilibrés et raisonnablement pérennisés. Les recherches soutenues par l’IPEV sont multidisciplinaires ; en 2015, l’actualité de la COP21 illustre à quel point il était précieux de préserver l’outil qui permettait notamment, aux équipes françaises, d’accomplir des travaux magistraux sur les archives paléo-climatiques.

33Par arrêté en date du 22 août 1988, le ministre avait cosigné la décision de création du Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique (CERFACS). Dans le même temps, il apporte un soutien décisif à la création d’ERCIM (European Consortium for Informatics and Mathematics) ; l’Inria, Institut national de recherche en informatique et en automatique, est à la manœuvre. ERCIM sera le premier GEIE (Groupement européen d’intérêt économique) de la recherche.

34En Conseil des ministres le 4 décembre 1991, Hubert Curien insiste à nouveau sur l’importance de ce domaine de la connaissance et de la technique : cette fois, il parle à ses collègues de l’informatique de la recherche. Sujet stratégique entre tous ; après avoir mentionné l’informatique de puissance, le ministre parle de l’interconnexion des centres de recherche, qui souffre de l’absence d’une architecture globale. Le MRT (ministère de la Recherche et de la Technologie), associé au ministère de l’Éducation nationale, va donner ici l’impulsion nécessaire, en créant le GIP RENATER (Réseau national de télécommunications pour la recherche). Cette petite structure a apporté au réseau l’épine dorsale qui lui manquait, et enrichit depuis lors régulièrement l’éventail de ses services, qui se sont avérés indispensables.

Chercheur heureux, chercheur fructueux

35La loi de 1982 ouvrait la voie de la fonction publique aux personnels des EPST nouvellement créés. Des décrets publiés à partir de décembre 1984 pour chacun d’entre eux viendront préciser les conditions de ces titularisations. Il faudra attendre 1988 pour le Cemagref (Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts, rebaptisé Irstea en 2012), qui n’est devenu un EPST qu’en 1986 et soulève des problèmes statutaires compliqués. Progressivement, la titularisation s’étend à la quasi-totalité des personnels antérieurement contractuels de l’État qui relèvent du BCRD. A posteriori, il n’est pas sûr que les personnels aient énormément gagné à la transformation ; en revanche il est certain que la fonction publique y a gagné en souplesse d’adaptation, grâce aux conditions dérogatoires (notamment sur les nationalités) qui ont été requises dans le cas des personnels de recherche !

36Pour autant, Hubert Curien reste en permanence attentif à la situation de ces personnels. Il conduit une série d’échanges avec les syndicats, et en résume les conclusions à l’intention du Conseil des ministres le 19 juillet 1989. Des améliorations d’indices de départ, plusieurs mesures aboutissant à des déblocages de carrière, sont ainsi décidées. Dans le même temps, des emplois d’accueil dans le cadre universitaire sont prévus.

37Le ministre se préoccupe que les travaux des chercheurs français (ses collègues !) soient valorisés au niveau qui convient. Ainsi, il suit de près la controverse (souvent dite « Gallo-Montagnier ») sur l’identification du virus VIH (responsable du Sida), et n’aura de cesse que l’antériorité revendiquée par l’équipe française de l’Institut Pasteur soit, après des efforts tenaces, reconnue.

Susciter les synergies

38À de nombreuses reprises, Hubert Curien sera sollicité pour « mettre de l’ordre » entre les organismes, ou services ministériels, dont les domaines parfois s’interpénètrent, ou se recouvrent. Certains interlocuteurs s’inquiètent d’un risque de gaspillage ; d’autres critiquent une façon peu lisible de conduire les activités de recherche.

39Le ministre écoute ces observations avec sérénité. Il sait que dans la recherche comme ailleurs, la concurrence et par voie de conséquence le gaspillage sont inévitables, et souvent du reste sources de progrès. Il ne renonce pas néanmoins à rendre plus efficace l’organisation, sans pour cela faire appel à des opérations chirurgicales traumatisantes.

40Hubert Curien s’attache d’abord à convaincre les responsables des organismes et services de recherche qu’ils font partie d’une communauté. Quoi de mieux, pour cela, que de les réunir ? Et quel meilleur moment, pour ce faire, qu’un petit déjeuner mensuel ? Cette coutume, initiée après quelques hésitations, en l’absence de certitude de réussite, rencontre un succès unanime. Sur les sujets du moment les responsables de recherche ainsi réunis échangent, apprennent à se connaître.

41Dans les domaines qui appellent une concertation plus étroite entre organismes et services de recherche, et lorsqu’une impulsion est nécessaire, des outils existent. Il peut s’agir parfois d’un comité de coordination : ce sera le cas pour l’environnement, et pour la recherche au service du développement. Parfois les instituts du CNRS (IN2P3, Insu) fournissent un cadre naturel pour des programmes inter-organismes.

42Ailleurs, un GIP peut fournir la solution, avec l’avantage d’une grande souplesse, de la capacité à évoluer, et à associer des partenaires publics et privés selon les besoins. Si plusieurs autres départements ministériels se sont approprié ce dispositif né à l’occasion de la LOP, le MRT s’en est largement servi : Hubert Curien, pendant son passage Rue Descartes, a validé la création de plus de quarante GIP de natures très diverses, dont un certain nombre est cité dans le présent texte. Beaucoup subsistent vingt ans plus tard, sous leur forme initiale ou sous une autre.

Le ministre du BCRD

43La LOP introduit, dans son article 4, le budget civil de recherche et de développement technologique (BCRD). Selon la loi, la définition de ce budget est comptable, et se traduit par le fait que « le ministre en charge de la recherche présente chaque année un rapport décrivant les degrés de réalisation des objectifs visés ».

44Il s’agit ici d’un classique exemple des « rapports annexes au projet de loi de finances », connus pour leur couverture jaune. La confection annuelle du « jaune recherche » représente, au ministère de la Recherche, un élément substantiel du plan de travail à la fin du printemps.

45Toutefois, progressivement, Hubert Curien s’attache à donner au BCRD une signification plus étendue. Cette évolution est favorisée par le fait que le ministre, ayant la responsabilité de présenter l’ensemble du BCRD, possède en fait une réelle influence d’arbitrage au sein de cette enveloppe (qu’il continue parfois, en souvenir des temps de la DGRST, à désigner sous le nom d’enveloppe recherche…). Dans le même temps, cette influence ne peut être admise par ses collègues (qui le précèdent souvent dans l’ordre du tableau…) que s’il est exercé avec diplomatie. C’est précisément un domaine dans lequel Hubert Curien excelle.

46Il multiplie les contacts avec ses collègues, le cas échéant favorise les communications conjointes en Conseil des ministres, s’attache à impliquer les ministères partenaires du BRCD dans des programmes de recherche conjoints et fait progresser, en toute occasion, l’idée que le BCRD sera d’autant plus légitime, d’autant plus solide qu’il apparaîtra comme doté d’une véritable harmonisation, et d’une cohérence interne.

47Après le vote du budget, il revient au ministre de faire part à ses collègues des moyens qui leur ont été attribués au sein du BCRD qu’il a défendu. Progressivement, cette lettre de notification, au-delà de l’énoncé des dotations, en vient à évoquer l’utilisation qui en sera faite, et avance quelques recommandations. Ainsi, ces lettres s’alignent, dans leur nature, sur celles que le ministre adresse aux établissements placés directement sous sa tutelle. Pour que cette pratique soit acceptée, il faudra (et en pratique il suffira !) que les orientations indiquées dans les lettres soient discutées au préalable, évoquées en commun et, en quelque sorte négociées, de façon que le processus soit au total bénéficiaire des deux côtés.

48C’est dans le cadre de la gestion du BCRD qu’on peut citer un outil spécifique, consacré aux Très grands équipements de la recherche (TGE). En effet le risque existe que les investissements nécessaires à la construction et au fonctionnement des grandes infrastructures de recherche n’entraînent des dérapages financiers difficiles à supporter. La préparation d’une programmation pluriannuelle a été entamée en 1985 ; c’est finalement J. Valade qui signe, au printemps de 1988, l’arrêté de création du Conseil des Très grands équipements scientifiques. Un mois plus tard, dès son retour rue Descartes, Hubert Curien entérine évidemment cette mesure et confie la première présidence de ce Conseil à Claude Fréjacques.

49Pourquoi cela renvoie-t-il au BCRD ? Parce que la liste des TGE, initialement localisés sur les domaines du CEA et du CNRS, s’est élargie aux contributions françaises inscrites au budget des Affaires étrangères (par exemple le CERN), à la flotte de navires gérée par l’Ifremer… Au total, le travail de fond du Conseil, son suivi, ses échanges, ses avis parfois réservés, ont permis une maîtrise, un véritable lissage des moyens concernés, dont le total n’a pas évolué de plus de 2 % par an en moyenne.

Recherche et vie économique

Outils et procédures

50À partir de 1983, le renforcement de la recherche exécutée en entreprise, mais aussi financée par les entreprises, devient un enjeu prioritaire. Si l’on veut atteindre l’objectif quantitatif fixé à l’effort de recherche (3 % du PIB), il est indispensable que le secteur privé en prenne sa part. Cette part est, en 1980 aux environs de 0,8 % du PIB ; la loi de 1985 lui fixe l’objectif ambitieux de 1,2 % du PIB.

51Dans ce but, le ministre met en place ou développe en cohérence un ensemble de dispositifs.

  • L’instrument incitatif principal de l’État en direction des entreprises est le Crédit d’impôt recherche (CIR). Ce dispositif, créé en loi de finances initiale pour 1983, portait alors sur 25 % de l’accroissement des dépenses de recherche et développement (R&D) d’une année sur l’autre. Hubert Curien conservera ce mécanisme, en augmentant le plafond du crédit de 3 à 5 millions de francs, puis à 10 millions de francs (1,5 millions d’euros) en 1988.

  • À partir de 2004, le CIR commencera à être appliqué non pas à l’accroissement des dépenses de R&D, mais à partir du premier euro, avec la conséquence fâcheuse que la mesure devienne vulnérable aux critiques car très onéreuse pour l’État, sans pour autant gagner en efficacité, bien au contraire…

  • En tout état de cause, on ne peut pas se limiter à une mesure fiscale et quasi horizontale telle que le CIR (en 2015, les débats sur le CICE – Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi - suivront une tournure un peu similaire).

  • Le 3 mars 1985, Hubert Curien communique sur l’Agence nationale de valorisation de la recherche (Anvar). En juin 1984 (décret 84-448), Laurent Fabius avait étendu les missions de cette agence de façon à lui permettre de gérer des aides publiques dans le domaine de la modernisation industrielle. Le successeur de Laurent Fabius s’attache à faire jouer pleinement son rôle à l’Agence, qui atteint alors son apogée en termes de moyens disponibles.

  • Il s’agit, avec persévérance, d’apporter aux entreprises et notamment aux PME une aide afin qu’elles maintiennent et fassent fructifier leurs capacités innovantes. Ainsi, le 5 mai 1991, le ministre et son collègue en charge de l’industrie (Dominique Strauss-Kahn) évoquent en Conseil les brevets et autres modalités de protection de la propriété industrielle, que les entreprises françaises utilisent insuffisamment. L’Anvar, ainsi que les agences régionales d’information scientifique et technique, sont appelées en appui.

  • Quelques mois plus tard, Hubert Curien expose en Conseil la politique d’information scientifique et technique, et les initiatives prises pour en améliorer l’efficacité. Reste à transformer l’essai : par le décret 92-472 du 25 mai 1992, pris à l’initiative d’Hubert Curien et de son collègue en charge des Affaires étrangères, est créée l’Agence pour la diffusion de l’information technologique (Adit), dont les moyens et le rôle en matière d’intelligence stratégique et économique n’ont cessé depuis lors de s’amplifier.

  • Le ministre s’intéresse encore davantage aux dispositifs qui permettent aux laboratoires des entreprises et de la puissance publique de se rapprocher, particulièrement si cela concerne la formation. C’est ici qu’interviennent les Conventions industrielles de formation par la recherche (Cifre), gérées par l’Association nationale de la recherche technique (ANRT) : au titre de la convention, la puissance publique finance environ 50 % de la rémunération d’un doctorant qui sera accueilli en entreprise pour préparer sa thèse, tout en bénéficiant de l’encadrement d’un laboratoire public partenaire. Au sein du BCRD, les dotations permettront de passer de cent quatre-vingt attributions annuelles en 1983 à près de six cents en 1993 (et mille trois cent vingt ans plus tard). En 1988, les conventions CORTECHS (Conventions de recherche pour techniciens supérieurs), destinées aux techniciens supérieurs, s’ajoutent temporairement aux Cifre.

  • Hubert Curien a autant d’intérêt pour la recherche industrielle que de confiance dans la recherche fondamentale. Son action industrielle s’est concrétisée par des dispositifs de soutien indirect (le CIR, les Cifre…), dont la permanence, au fil des décennies, tend à indiquer la pertinence ; elle s’est aussi traduite par la volonté d’inscrire les soutiens directs dans des mécanismes clairs, loin du saupoudrage, qui permettent d’évaluer les résultats d’une action : la procédure des « sauts technologiques » qu’il a ainsi instituée a conduit, par exemple, à des progrès notables dans l’efficacité énergétique des moteurs.

52Il était par ailleurs convaincu que la poursuite d’une forme d’impératif industriel passait par un dialogue de l’État avec les entreprises, ces dernières exprimant leurs orientations, préoccupations et, le cas échéant, besoins et celui-ci participant à l’animation collective. En témoignent ses multiples contacts avec les entreprises, les rencontres à Paris et en province (pas un déplacement en région sans visite d’entreprises !). De même, la pratique des déjeuners réguliers avec les responsables de recherche des grands groupes industriels (à l’instar des petits déjeuners avec les responsables d’organismes publics de recherche) est instituée, à l’image de ce qui peut se pratiquer dans les démocraties rhénanes.

53Dans son action en faveur du développement de la recherche industrielle, comme dans l’ensemble de son action, la vigilance sur la situation de la France comparée à celle de l’Allemagne était une dimension essentielle des stratégies mises en œuvre par Hubert Curien. La conviction que l’indispensable construction européenne ne pouvait s’approfondir et perdurer qu’appuyée sur une forte proximité entre la France et l’Allemagne et que, pour assurer cette proximité, la France et son industrie ne devaient pas se laisser distancer, était une des pierres d’angle de cette stratégie.

54L’important est que tout cela, au final, marche ! Ainsi, en 1989, selon une enquête dont Hubert Curien rendra publics les résultats, l’accroissement annuel en volume des dépenses de R&D des entreprises atteint 8,1 % et l’accroissement annuel de leurs effectifs de R&D atteint 3 %. Qui plus est, sur la décennie 1983-1993, l’amplification de la dépense de R&D des entreprises atteindra, à peu de choses près, l’objectif de la LOP, et nourrira très majoritairement la croissance de l’effort national de recherche. Assurément, le pays est à cette époque sur la bonne trajectoire.

Programmes

55Autre interrogation récurrente (mais sans réponse définitive…) au sujet du système de R&D : quelle devrait être la part programmée de l’effort de recherche ?

56La LOP accordait une importance considérable à la décomposition de l’effort de recherche national en programmes, en distinguant les quatre programmes de développement technologique, les dix programmes mobilisateurs, la recherche appliquée ou finalisée. Il n’y a guère d’inconvénient à reprendre cette taxonomie, sachant qu’elle ne sera jamais parfaite, et qu’il conviendra régulièrement de la faire évoluer, ce à quoi la loi ne s’opposait pas.

57À titre d’exemple, on prendra le programme mobilisateur « matériaux », dont Hubert Curien parlera en Conseil le 16 novembre1988 : il justifie, en quelque sorte, la focalisation sur ce programme par les percées récentes (superalliages, céramiques, et leur rôle souvent crucial dans toute une variété de réalisation d’objets techniques nouveaux. En juin 1992, un colloque tenu à la Cité des sciences et de l’industrie fera le bilan des acquis du programme.

58La LOP énumérait quatre Programmes de développement technologique (PDT). Concernant l’océan, les axes proposés n’ont pas rencontré d’environnement favorable et ont connu des succès inégaux. Au contraire, l’aéronautique civile, qu’Hubert Curien a soutenue en défendant fermement et durablement les programmes d’avances remboursables proposées par le ministre des Transports, a connu des succès remarquables, que tout le monde connaît.

59En ce qui concerne l’électronucléaire, la décennie quatre-vingt est dominée d’abord par les oppositions à la construction du réacteur surgénérateur Superphénix de Creys-Malville puis, à partir de la mise en route en 1985, par des difficultés et incidents à répétition dont cet équipement est victime.

60En décembre 1992, Hubert Curien soumet au Premier ministre, à la demande de ce dernier, un rapport sur la contribution possible de Superphénix au traitement des produits de la fin du cycle. La conclusion de ce rapport est positive. Toutefois il est clair qu’il s’agit en réalité d’une étape pour dépassionner le sujet, en introduisant une option qui ne comporterait ni mission de production d’électricité, ni démantèlement de l’installation. La nouvelle vocation du réacteur, conforme aux recommandations du ministre, sera actée par décret en 1994, mais de nouveaux incidents conduiront en 1997 à un arrêt définitif.

61C’est évidemment le PDT « espace » qui mobilisera le plus l’attention de l’ancien président du CNES (se reporter au chapitre consacré à cet enjeu) : il avait été conquis par le souffle de l’aventure spatiale, qui restera toujours chère à son cœur. C’est dire qu’il lui a fallu serrer les dents en décidant avec ses collègues, lors de la conférence ministérielle de Grenade en avril 1992, d’abandonner le programme d’avion spatial Hermès, qui s’engageait dans une impasse technique et financière. Décision d’autant plus amère qu’Hubert Curien avait lui-même, en 1985, plaidé ardemment pour le lancement de ce projet.

62Toutefois, à l’occasion de cette conférence, le ministre aura marqué des points décisifs pour lancer durablement l’Agence spatiale européenne (ESA) dans l’exploration systématique du « système Terre », qui était auparavant quelque peu négligée. Ainsi naît une dynamique qui débouchera sur les missions ERS (European Remote Sensing) et ENVISAT (Environment Satellite), puis sur le programme Earth Explorer de l’ESA, puis une symbiose réussie entre cette dernière et la nouvelle agence spatiale opérationnelle EUMETSAT (European Organisation for the Exploitation of Meteorological Satellites), symbiose renforcée par l’implication financière et politique de l’Union européenne et la création du vaste programme européen de surveillance environnementale GMES (Global Monitoring for Environment and Security), rebaptisé Copernicus.

63Le 3 mars 1993, quelques semaines avant de quitter la rue Descartes, Hubert Curien rend un dernier et important service au programme spatial français : il cosigne avec le ministre de la Défense Pierre Joxe un décret qui acte la double tutelle Recherche-Défense sur le CNES, dont le positionnement institutionnel est ainsi solidement et durablement conforté.

64Parallèlement à la procédure des « sauts technologiques », les grands programmes techniques ne sont pas abandonnés, bien au contraire. Ils se réduisent en nombre mais gagnent en amplitude ainsi, de façon moins attendue mais logique, qu’en durée. Le parti est pris d’adapter leur organisation à la structure industrielle de chaque secteur.

65Le Programme de recherche et d’innovation dans les transports terrestres (Predit) est créé en 1990, et connaîtra quatre phases jusqu’en 2013. La première phase (1990-1994, focalisée sur les véhicules automobiles et sur le métro automatique léger, mobilisera près de 400 millions d’euros de fonds publics, une implication forte de la puissance publique dans la gestion du programme, et un nombre élevé de laboratoires publics auprès des entreprises du secteur.

66Le Programme bio-avenir, lancé en novembre 1991, est construit de façon différente : un grand industriel du secteur (Rhône-Poulenc, transformé depuis lors en Sanofi) présente un vaste projet de R&D qui propose de couvrir les secteurs de l’agrochimie, de la santé, des applications en chimie, et de l’éco-toxicologie en rapport avec la bio épuration. Les partenaires publics seront le CNRS, le CEA, l’Inserm, l’Institut Pasteur, l’Inra. Budget sur cinq ans : environ 300 millions d’euros dont un peu moins de la moitié apportés par l’État. Le bilan à mi-parcours, en 1995, est dressé par Pierre Potier (qui recevra la médaille d’or du CNRS trois ans plus tard) : ce programme, estime-t-il, tient les promesses de ses ambitions initiales.

67Cette concentration des moyens sur un petit nombre d’enjeux est du reste systématique. Ainsi, le soutien à la microélectronique à partir de 1992 absorbe-t-il une part dominante des moyens du ministère en charge de l’Industrie. Était-ce un bon pari ? Plus de vingt ans plus tard, la réponse n’est pas encore connue…

68Pour le ministre, tous les secteurs d’activité comptent, et il existe des enjeux de recherche en amont de chacun d’entre eux. Ainsi, le 7 juillet 1989, il plaide en Conseil des ministres, avec son collègue en charge de l’Agriculture (Henri Nallet) en faveur du secteur agro-alimentaire. Il s’agit de rappeler que le Gouvernement est conscient de l’importance des enjeux, et de cibler des thèmes dignes d’un intérêt renforcé : la sécurité alimentaire, l’utilisation non alimentaire des produits agricoles, la nutrition humaine. Une piste est indiquée pour améliorer la productivité du système de recherche : la mutualisation renforcée des compétences détenues par les centres techniques et les laboratoires du secteur.

Au-delà des frontières

69Hubert Curien était convaincu que la recherche apportait aux relations internationales un terrain privilégié pour des contacts et le développement de relations pacifiques. Dans ces relations, ses qualités de diplomate ont fait merveille tout au long de sa carrière ; cet aspect est illustré dans l’un des articles de la présente revue.

Science, citoyen, société

Culture scientifique et technique

70Pour Hubert Curien, la culture scientifique n’est pas à mettre à part ; elle est partie intégrante et essentielle de la « culture ». Cette conviction a nourri une attitude et une préoccupation permanentes, du jeune professeur des années cinquante au président du Conseil du CERN des années quatre-vingt-dix. Un article est également consacré à cette volonté obstinée de partager le savoir.

Ancrage sur les territoires

71Ce volet, de première importance, fait l’objet d’un article de notre dossier consacré à Hubert Curien.

Enjeux sociétaux,

72Le rapport annexé à la loi d’orientation insiste sur l’importance des sciences sociales et humaines (SHS). C’est un message qu’Hubert Curien entend et transmet bien volontiers, encouragé du reste par ses goûts personnels, ses attaches familiales, son amitié pour des intellectuels tels que Michel Serres, et renforcé dans cet intérêt par des déjeuners qui lui permettent de rencontrer des sociologues ou des philosophes.

73Une première communication sur la valorisation des SHS, le 22 mai 1985, laisse clairement transparaître le besoin d’organisation du secteur, dont les moyens sont très émiettés. Il s’agit donc de favoriser des regroupements autour d’infrastructures, et de soutenir la mise en place de banques de données.

74Les acteurs économiques ne sont pas oubliés : est créée à leur intention l’Anvie (Association nationale de valorisation interdisciplinaire de la recherche en SHS). L’Anvie publie des cahiers et organise chaque année plusieurs dizaines de rencontres entre chercheurs et cadres d’entreprises, qui irriguent toutes les fonctions entrepreneuriales (ressources humaines, marketing, juridique, innovation, communication, gestion des risques, ...)

75Le 23 février 1990, Hubert Curien qui s’associe à ses collègues en charge de l’Équipement (Maurice Faure) et de la Ville (Michel Delebarre) va plus loin, et décrit en Conseil son approche des SHS : tout en protégeant les sciences d’érudition, il s’agit de mobiliser les sciences sociales pour mieux comprendre la société et mieux accompagner sa modernisation. Sont ainsi mentionnés la ville, l’immigration, l’environnement…, sans oublier l’effondrement en cours de l’empire soviétique. Vingt-cinq années plus tard, on aurait pensé à rajouter un peu de finances, un peu de Moyen-Orient… mais ce n’était pas mal vu.

76En septembre 1990, le ministre s’exprime sur la ville. Il mentionne l’extension des travaux comparatifs, et souligne les actions de mobilisation des écoles d’architecture. Toutefois ces avancées, réelles, restent timides. Il faudra attendre le début des années 2000 pour que les recherches sur la ville commencent à prendre la place qui doit leur revenir.

77S’agissant de l’environnement, les choses iront plus loin. Sans préjudice de l’accent sur l’évolution climatique mis dès 1989 (voir ci-dessus), c’est en janvier 1991 qu’Hubert Curien et son collègue en charge de l’environnement (Brice Lalonde) présentent leurs orientations au Conseil. Conformément au plan national pour l’environnement, un schéma de renforcement des moyens de recherche est décidé. La coordination, particulièrement nécessaire dans ce domaine multidisciplinaire entre tous, est confiée à un comité de haut niveau (qui sera créé par décret le 14 mai suivant). La création de deux GIP rassemblant les institutions compétentes est décidée : l’un (Ecofor) concernera les écosystèmes forestiers (il s’agit notamment de prolonger l’effort entrepris suite à l’alerte aux « pluies acides » des années passées) ; l’autre ciblera les eaux continentales en privilégiant la gestion du patrimoine et la connaissance des systèmes aquatiques.

78La société fait un appel croissant aux sciences de la vie, aux sciences médicales. C’est notamment de santé publique qu’Hubert Curien parle à ses collègues du Conseil le 14 mars 1990. Les priorités qu’il souligne (états de dépendance, toxicomanies, inégalités d’accès aux soins) restent étonnamment d’actualité.

79La société civile est particulièrement sensibilisée à la recherche médicale, et cela d’autant plus qu’elle y consacre des soutiens significatifs par l’entremise des associations ou fondations caritatives. Il arrive que cette situation engendre des turbulences, ce qui a été le cas en 1988 du fait d’un responsable d’association quelque peu indélicat et mégalomane. Parfois elle engendre en revanche des réussites sociétales majeures, ce qui a été le cas, à la même époque, grâce au développement de l’Association française contre les myopathies (AFM), et au lancement de l’opération Téléthon qui a suscité un grand élan populaire. Cet élan a permis la fondation du laboratoire Généthon, inauguré par Hubert Curien en 1990, centre d’excellence dédié à la conception, au développement et à la production de médicaments de thérapie génique pour les maladies rares.

80Le 18 décembre 1991, Hubert Curien se joint à ses collègues en charge des Affaires sociales (Claude Evin) et de la Justice (George Kiejman) pour exposer les projets en matière d’éthique biomédicale : les pratiques, tant des chercheurs que des médecins, doivent en effet être encadrées, tout en sauvegardant leur liberté d’initiative et leur responsabilité. Des textes législatifs seront préparés dans ce but. Il est clair que ce domaine de préoccupation, vingt ou trente années plus tard, n’a rien perdu de son actualité.

81S’agissant de l’amont de la recherche médicale, une avancée majeure des années quatre-vingt concerne le séquençage des génomes et, particulièrement, du génome humain. Hubert Curien tient le Conseil des ministres informé de cette aventure scientifique. Il en parlera d’abord en octobre 1990, en lançant un programme national « Génome humain » devenu nécessaire, même si la France était alors déjà bien présente dans ce champ de recherche, grâce au laboratoire CEPH (Centre d’étude du polymorphisme humain) dirigé par le lauréat du prix Nobel Jean Dausset depuis 1984. Il reviendra sur le sujet en novembre 1992, et annoncera l’étape suivante, à savoir la décision de constituer un GIP « Groupement de recherche et d’études sur les génomes » (Greg) dont la direction sera confiée à Piotr Slonimski, médaille d’or du CNRS en 1985.

Un accomplissement

Les légitimités d’Hubert Curien

  • 3 Dans l'ordre chronologique : François Fillon, Elisabeth Dufourcq, François d'Aubert, Claude Allègr (...)

82Faut-il qu’un ministre possède une compétence professionnelle dans le domaine dont la charge lui est confiée ? Faut-il, par exemple, qu’un chercheur soit en charge du ministère de la Recherche ? Question récurrente, à laquelle les hautes autorités de l’État choisissent le plus souvent de répondre par la négative, en privilégiant des considérations d’équilibre politique, si l’on en juge par la liste des successeurs d’Hubert Curien au long des deux décennies qui ont suivi son départ en 19933. Il peut arriver du reste, que des ministres qui ne sont pas dotés de connaissances ou d’expérience portant sur leur département mais n’en sont pas moins talentueux, connaissent des réussites !

83Néanmoins, le profil d’Hubert Curien en tant que chercheur et professeur incontestables lui a conféré, au sein du Gouvernement, mais aussi du monde de la recherche en France et à l’étranger, une légitimité précieuse, créatrice de confiance. Auprès des chercheurs et des enseignants, on peut parler de popularité. Lors de phases délicates comme celle des décisions touchant aux relocalisations en province en 1992, ce climat était un atout appréciable, peut-être déterminant.

84Le ministre, très naturellement, a incarné l’image d’un « collègue temporairement affecté au Gouvernement », à telle enseigne que, pendant toutes ces années rue Descartes, le lundi matin était élagué de rendez-vous ministériels pour faire la place au séminaire de troisième cycle qu’il assurait régulièrement auprès des étudiants de DEA de Pierre et Marie Curie. Cela n’allait pas de soi, car un ministre n’était supposé exercer aucune autre activité. C’est en précisant qu’il le ferait à titre gracieux - et que c’était à prendre ou à laisser !- qu’Hubert Curien a obtenu finalement, en 1984, cette dérogation, reconduite après négociation chaque fois lors des nominations en 1988 et 1992.

85De façon plus générale d’ailleurs, en toutes circonstances où il s’exprimait, la préoccupation pédagogique n’était jamais loin. Tel a été le cas notamment avec la presse, qui n’a jamais manqué d’informations ni d’explications.

86En outre, Hubert Curien a cultivé assidument sa relation avec la communauté des personnels de la recherche et de l’enseignement supérieur : d’abord au sein du Ministère, dans lequel la simplicité et la gentillesse de son comportement à l’égard des agents lui avaient valu une adhésion quasi unanime. En mai 1988, lors de son retour rue Descartes après deux années d’absence pour cause de cohabitation, il avait été accueilli par une standing ovation qui a duré plusieurs minutes et ne semblait pas résignée à s’arrêter.

87Ensuite, en multipliant les visites des laboratoires publics et privés, dans toutes les régions du pays. Ce goût du terrain n’avait rien d’artificiel : Hubert Curien aimait ses collègues, tous, même s’il ne se cachait pas de porter plus d’affection et de respect aux plus brillants d’entre eux.

88Il exprimait ainsi sa conviction, jamais ébranlée, que les équipes de recherche travaillent d’autant mieux qu’elles ont des conditions de travail favorables, et qu’elles bénéficient de la confiance et des encouragements de la collectivité nationale. Cette opinion mérite d’être soulignée parce qu’elle n’est pas partagée unanimement : comme on sait, dans divers milieux et même pour certains responsables de recherche, la situation de stress est celle qui conduira aux meilleures performances. Mais ce n’était pas l’avis d’Hubert Curien !

Au bout du compte

89Ce qui frappe avec un recul de plus de vingt ans, c’est qu’un grand nombre des initiatives mises en œuvre à l’époque d’Hubert Curien ont victorieusement surmonté l’épreuve du temps. On ne va pas les lister : leur présence est souvent attestée sur Internet.

90D’une façon générale, les mandats ministériels d’Hubert Curien portent donc une image de réussite. En vérité, il avait réuni de façon étonnamment complète les atouts pour qu’il en soit ainsi. Peut-être convient-il de souligner son aptitude remarquable (acquise et perfectionnée au cours de ses responsabilités antérieures) à déterminer avec précision les limites du pouvoir (ou de l’influence, selon les cas) du personnage ministériel, et à agir sans hésitation sur l’ensemble du périmètre ainsi défini.

91Tous les indicateurs ne sont pas d’un vert éclatant. Ainsi les 3 % du PIB, objectif prioritaire, ne seront pas atteints. Mais ne s’agissait-il pas d’un objectif « asymptotique » ? À l’issue des années Curien, ce pourcentage, qui était de 1,80 % en 1981, aura été porté, en 1993, à un niveau (2,37 %) que le pays n’a jamais réussi à dépasser ni même atteindre depuis lors.

92Le 9 février 1989, Hubert Curien soumet à ses collègues ministres ses ambitions concernant un sujet qui lui tient particulièrement à cœur : la formation par la recherche. Elles se résument de façon simple : doubler le nombre de thèses soutenues.

  • 4 Les chiffres parlent : de 1985 à 1993, le budget consacré aux allocations doctorales est passé de (...)

93Dans ce but (qui sera atteint !), le ministre va mobiliser plusieurs outils, et agir principalement sur les allocations doctorales, en coordination étroite avec le ministre en charge de l’Éducation nationale, Lionel Jospin. Leur montant sera revalorisé ; leur durée sera étendue à trois ans ; leur nombre sera, par un effort déterminé (et maintenu tout au long de cinq années !), doublé4 ; la procédure d’attribution par le biais des écoles doctorales sera stabilisée et clarifiée.

94Est-ce un des résultats qu’Hubert Curien aurait aimé que l’on retienne particulièrement de son séjour rue Descartes ? On peut le penser.

95Ainsi, l’enseignement supérieur et la recherche fournissent désormais au pays les effectifs de docteurs dont il a besoin. Ces docteurs sont-ils reconnus conformément à la valeur de leur formation ? Sont-ils accueillis pour des tâches qui exploitent au mieux leurs capacités ? Il s’agit là d’un enjeu important, d’un autre combat qu’Hubert Curien avait commencé de mener. Sa présence aurait été d’un grand secours. Après sa disparition, ce combat continue.

Haut de page

Notes

1 Hubert Curien a cependant présidé, au printemps 1988, le Comité de soutien pour la réélection de François Mitterrand ; à cette époque de cohabitation, il n'était pas ministre…

2 Pierre-Gilles de Gennes, prix Nobel de physique en 1991 ; Georges Charpak, prix Nobel de physique en 1992 ; sans oublier Jean-Marie Lehn, prix Nobel de chimie en 1987.

3 Dans l'ordre chronologique : François Fillon, Elisabeth Dufourcq, François d'Aubert, Claude Allègre, Jack Lang, François Loos, Claudie Haigneré, François d'Aubert, François Goulard, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Geneviève Fioraso…

4 Les chiffres parlent : de 1985 à 1993, le budget consacré aux allocations doctorales est passé de 281,1 à 886,8 millions de francs. Une multiplication par 3,15, soit 2,51en francs constants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Waldteufel, « Le ministre Hubert Curien »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 137-153.

Référence électronique

Philippe Waldteufel, « Le ministre Hubert Curien »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1334

Haut de page

Auteur

Philippe Waldteufel

Philippe Waldteufel, né en 1941, ancien du CNRS, est physicien de l’atmosphère. Il reste actif dans l’équipe responsable de la mission spatiale SMOS (Soil Moisture and Ocean Salinity) de l’ESA. De 1988 à 1993, il a été membre du cabinet d’Hubert Curien, puis directeur au sein de la Direction générale de la recherche et de la technologie.

Articles du même auteur

  • Les frontières existent ; pour Hubert Curien, cependant, la science n’en connaît pas. Sa vie durant, en visite sur tous les continents, il a œuvré avec ténacité, et de nombreux succès, pour que le rêve d'une coopération scientifique sans entraves, et porteuse de paix, devienne réalité.
    Hubert Curien on the international stage
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search