Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V-N°2Dossier : Hubert Curien, une vie ...La science en fête

Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

La science en fête

Hubert Curien créa La science en fête en 1992 pour faire connaître à tous les Français le monde de la recherche. Trente ans plus tard la fête existe toujours et mobilise de plus en plus de participants. Dix autres pays ont créé, depuis, un tel événement.
A festival of science
Marie-Claude Ledur
p. 162-164

Résumés

Hubert Curien a créé La science en fête en 1992 pour faire connaître à tous les Français le monde de la recherche et susciter des vocations chez les plus jeunes. Les directeurs d’organismes furent sollicités et, rapidement, des animations furent organisées par les laboratoires à Paris et dans toutes les régions. Les centres de culture scientifique et les musées s’associèrent à l’initiative avec enthousiasme. Le bilan sur toute la France dépassa toutes les espérances : plus de 500 000 personnes participèrent à l’évènement. Le ministre évoqua la science en fête à Bruxelles, lors d’un conseil de la recherche. Trente ans plus tard la science en fête existe toujours et touche un public de plus en plus nombreux. En 2015, dix autres pays ont également fêté la science.

Haut de page

Texte intégral

1Il peut paraître surprenant de classer une initiative singulière prise au cours du second mandat du ministre Hubert Curien parmi les chapitres dédiés à la transversalité. Plusieurs justifications toutefois viennent à l’appui de ce classement. Observons, en effet, que La science en fête est citée, par ailleurs, dans deux chapitres transversaux, « Le partage de la science » et « L’ancrage de la recherche en région », comme si La science en fête venait faire un lien entre les deux. Par ailleurs, depuis son « invention » par Hubert Curien, La science en fête est devenue un événement dans le calendrier de la communauté scientifique, d’abord dans toutes les villes de France, puis dans plusieurs pays d’Europe. En quelque sorte, la transversalité procède davantage de l’héritage de l’événement fondateur que de sa genèse. Quoique, à y regarder de plus près, La science en fête pourrait être considérée comme une réponse à la mise en demeure du président de la République Georges Pompidou à Hubert Curien, président du CNRS, quelques vingt ans plus tôt, intervenu pour plaider une révision à la hausse des moyens de l’organisme : « Accusé, répondez ! ». Certes, La science en fête ne saurait masquer une revendication budgétaire ; elle est l’expression d’un amour de la science et du désir de susciter des vocations de chercheurs ; elle procède d’une connaissance des métiers de la recherche par la communauté nationale, à commencer par les jeunes, en mettant l’accent sur la proximité géographique de laboratoires qu’il s’agit parfois de dé-diaboliser vis-à-vis des populations environnantes. En bref, il s’agit d’une sorte d’assurance vie dont une société démocratique ne saurait se déprendre.

2D’où procède la genèse de La science en fête ? Quel était le pari sur une évolution importante des mentalités dans la communauté scientifique ? Qu’est devenu cet événement aujourd’hui ? Telles sont les questions que ce chapitre se propose d’aborder.

L’émergence d’une évolution des mentalités dans la communauté scientifique

3Forgés à se confronter à leurs pairs, les chercheurs, à quelques exceptions près, s’intéressent généralement peu à l’image qu’ils donnent à leurs concitoyens. Hubert Curien en avait conscience, et ne cessait de répéter à ses collaborateurs : « La recherche et la technologie sont l’affaire de tous. Il faudrait créer un événement au niveau national qui donne à voir la richesse des métiers de la science, et qui soit capable, notamment, d’éveiller des vocations chez les plus jeunes ».

4L’ouverture au public du jardin du ministère de la Recherche, rue Descartes à Paris, en 1991, et les fêtes qui l’accompagnèrent, furent un prélude à l’organisation d’une manifestation nationale du partage de la science, qui vit le jour en 1992.

5« Pourquoi pas une fête qui concernerait tous les chercheurs de l’hexagone ? », s’interrogea le directeur de cabinet ? Jack Lang, ministre de la Culture avait créé, en 1982, La fête de la musique qui connaissait un grand succès. Des réunions eurent lieu entre les deux cabinets, pour analyser les méthodes indispensables au bon fonctionnement d’un tel évènement. Le ministre comprit qu’il tenait la clef d’un changement en profondeur de l’image des chercheurs, et fut tout de suite séduit par le projet.

Une première manifestation nationale de La science en fête

6L’idée ne souleva pas l’enthousiasme des directeurs d’organismes que le ministre réunissait une fois par mois autour d’un petit déjeuner : dépenser des fonds publics pour organiser une fête, était-ce vraiment une bonne idée ? Trouver, de surcroît, des chercheurs volontaires pour présenter leurs activités et organiser des animations qui intéresseraient le public, n’était pas tâche facile.

7La proposition, en revanche, fut plébiscitée par toutes les associations, musées et centres de culture scientifique, qui déployaient beaucoup d’énergie pour faire connaître la science sur l’ensemble du territoire.

8Le ministre écrivit aux préfets afin de les informer de l’opération. Les délégués régionaux furent chargés d’évaluer, dans leurs régions respectives, les possibilités d’ouverture des laboratoires et le type d’animation qui pourrait être organisé à cette occasion. Les organismes rentrèrent dans le jeu. À partir de là, le processus se mit en place. Une date fut fixée : le dernier week-end de juin 1992, le plus proche des vacances scolaires, pour que le maximum de jeunes puissent y participer. Des affiches et un logo furent créés.

9Chaque jour, au Ministère, la liste des projets arrivait à la direction chargée de la culture scientifique ; les services se mobilisaient pour proposer, pendant trois jours, des activités accessibles à tous. Les échanges entre services centraux et régionaux étaient quotidiens.

10Les chercheurs s’impliquèrent ; les échanges se multipliaient entre directions et laboratoires dans chacun des organismes. L’enjeu, malgré tout, était risqué, et chacun se demandait si cette manifestation totalement novatrice allait rencontrer quelque succès.

11À Paris, la fréquentation du Ministère répondit largement aux attentes. Il faisait beau, le public visitait les stands et assistait aux conférences, dialoguait avec les chercheurs, les enfants manipulaient ou observaient le ciel dans la rotonde du Ministère. L’ambiance était à la fois festive et réfléchie. Le bilan sur toute la France dépassa les espérances. Dans chacune des régions, les laboratoires, les chercheurs, les ingénieurs, avaient organisé des stands pour expliquer leurs activités, et conçu des animations variées.

12La mobilisation fut massive sur tout le week-end : plus de 540 000 personnes participèrent à cette première édition.

13La science en fête existait. Elle devint une fête annuelle sous ce vocable jusqu’en 1997 ; puis, rebaptisée La semaine de la science et destinée essentiellement aux scolaires en 1998 et 1999, elle fut déplacée en octobre. Elle est devenue La fête de la Science en 2000 : les publics de tous les âges étaient à nouveau concernés, tous les domaines scientifiques abordés, de la biodiversité aux sciences de l’univers, des sciences humaines aux nanotechnologies.

Qu’en est-il, trente ans plus tard ?

14En octobre 2014, La fête de la science a accueilli un million de visiteurs dont 384 000 scolaires ; 3 100 projets ont été mis en œuvre par 13 000 intervenants scientifiques, dont plus d’un tiers au titre du secteur privé. Des outils numériques ont été créés pour le grand public : un site mobile « fête de la science » proposait un système de géolocalisation permettant de situer les évènements de la fête dans chaque agglomération.

15En 2015, du 6 au 25 octobre, un train « climat » qui hébergeait une exposition interactive et ludique sur ce sujet a, en plus, sillonné la France et fait étape dans dix-neuf villes. Il a accueilli 10 000 visiteurs. À son bord, une dizaine de chercheurs organisait forums et débats, en prélude à la COP21 imminente. Ce fut un grand succès.

16L’initiative ne s’est pas arrêtée aux frontières de l’hexagone. Au conseil « Recherche » des ministres de l’Union européenne, en décembre 1992, Hubert Curien a fait part à ses collègues de l’organisation de la deuxième Fête de la science et les a encouragés à s’en inspirer. L’ont-ils écouté ? Il faut le croire, puisqu’en 2015 on a fêté aussi la science en Angleterre, en Écosse, en Irlande, en Belgique, en Italie, en Espagne, au Luxembourg, en Pologne, en Suisse et en Suède. Les dates sont fixées pour la vingt-cinquième édition de la Fête en 2016.

17Parallèlement, depuis une dizaine d’années, la nuit européenne des chercheurs, impulsée par la Commission européenne en 2005, est organisée dans plus de deux-cents villes en Europe et actuellement dans douze villes en France.

18En avant-première de La fête de la science elle prévoit, dans les laboratoires, des conférences, des débats, des animations qui permettent au public de dialoguer avec les chercheurs, d’apprendre à connaître leurs disciplines et de comprendre comment naissent et évoluent les idées puis les recherches.

19Qui pourrait imaginer aujourd’hui que ces événements puissent cesser d’exister ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Ledur, « La science en fête »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 162-164.

Référence électronique

Marie-Claude Ledur, « La science en fête »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1356 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1356

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Ledur

Inspecteur général de l’industrie et du commerce au ministère de l’Industrie puis contrôleur général économique et financier au ministère de l’Économie et des Finances. Chef de cabinet d’Hubert Curien de 1984 à 1986 et de 1988 à 1991 puis chargée de mission auprès du ministre jusqu’en 1993.

Articles du même auteur

  • Vosgien, universitaire, Hubert Curien, dans toutes ses fonctions, a pris des décisions pour améliorer la répartition de la recherche dans les territoires. En 1991, ministre dans le gouvernement d'Édith Cresson, il lance un chantier de grande ampleur sur la régionalisation de la recherche, en étroite collaboration avec les organismes de recherche et les instances locales. L'opération eut un immense succès.
    Research and regional development
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search