Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V-N°2Dossier : Hubert Curien, une vie ...L'ancrage de la recherche en région

Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

L'ancrage de la recherche en région

Vosgien, universitaire, Hubert Curien, dans toutes ses fonctions, a pris des décisions pour améliorer la répartition de la recherche dans les territoires. En 1991, ministre dans le gouvernement d'Édith Cresson, il lance un chantier de grande ampleur sur la régionalisation de la recherche, en étroite collaboration avec les organismes de recherche et les instances locales. L'opération eut un immense succès.
Research and regional development
Laurent Beauvais et Marie-Claude Ledur
p. 165-170

Résumés

Hubert Curien, vosgien d’origine et professeur d’université a toujours été conscient de l’importance de la recherche dans le développement des territoires. Tout au long de sa carrière, dans ses différents postes au CNRS, au CNES à la DGRST, il mettra en place des structures de nature à favoriser le rapprochement des laboratoires des organismes et des universités et développera les centres de recherche régionaux. En 1992, ministre de la recherche, il lancera un grand programme de régionalisation en impliquant tous les acteurs concernés. Aujourd’hui, on a du mal à imaginer ce que serait la recherche publique en France sans cette initiative.

Haut de page

Texte intégral

Un contexte institutionnel et politique en pleine évolution

1Depuis le milieu des années soixante-dix, la politique de recherche publique est interpellée par la question de la localisation des moyens (équipements scientifiques, équipes de chercheurs, etc.). La Datar (Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale), qui exerce son magistère dans ce domaine, ne peut jouer que sur les politiques publiques et prend en ligne de mire le slogan « Paris ou le désert français ». Or, les activités de la recherche publique, plus que toutes autres, sont concentrées sur Paris et la proche couronne. La DGRST, chargée de créer les meilleures conditions possibles d’une recherche de qualité, agit le plus souvent comme un frein aux exigences de la Datar. En réalité, les deux institutions, localisées l’une et l’autre à Paris, recherchent des compromis intelligents : l’installation du Ganil (Grand accélérateur national d’ions lourds) à Caen profitera d’ailleurs de cette tension. Les organismes de recherche - et tout particulièrement le CNRS - sont tenus de mettre en place des plans de localisation qui définissent des objectifs de répartition de leurs moyens sur le territoire selon des logiques qui confrontent Paris au reste du pays. La physique est regardée de près en raison du poids relatif de ses équipements.

2Dépassant cette comparaison Paris / province, une évolution apparaît vers la fin des années soixante-dix. Elle procède de la mise en place de « plans de développement territorialisés » (ex : » Sud-Ouest »). Ces derniers, font suite à des perturbations économiques locales ou à des problématiques soulevées par des « grands élus » influents et mettent en bonne place les projets de recherche à lancer pour contribuer au développement régional. Si la question de la localisation constitue toujours un enjeu majeur, l’émergence de programmes nés des initiatives locales et de la coopération entre partenaires, universitaires notamment, est assez rare.

3Hubert Curien n’a jamais exercé une responsabilité directe sur le monde de l’éducation. Pourtant, le « professeur Curien » dont l’image semble pencher souvent du côté des grands équipements, des grands programmes et des accords internationaux, reste animé, tout au long de sa vie publique, par l’ardente préoccupation d’un enseignement supérieur de qualité réparti sur tous les territoires. Directeur scientifique, puis directeur général du CNRS, il obtient le concours du Comité national de la recherche pour multiplier les ERA (Équipes de recherche associées au CNRS), puis créer des LA (Laboratoires associés) dans les jeunes universités et les villes nouvelles ; il a présidé à la création du Ganil à Caen qui devait faire de cette ville un centre de recherche mondialement connu. Plus tard, avec l’appui du Comité des sages, le délégué général de la DGRST, toujours au contact de la Datar, a su préparer et optimiser les choix thématiques de centres de recherche en émergence. Président du CNES à partir de 1976 enfin, il lancera l’organisme dans le programme Ariane, donnera ainsi un second souffle salvateur au centre spatial de Toulouse tout en renforçant l’institution tout entière. Bien entendu, ici comme dans chaque pan de son action, Hubert Curien a su optimiser l’héritage laissé par ses prédécesseurs.

4À partir du changement politique de 1981 deux orientations fortes vont se manifester :

  • la première concerne la Loi de décentralisation que met en œuvre le nouveau gouvernement. L’acte de création de régions « politiques » est majeur. Il constitue une évolution institutionnelle qui, progressivement, va structurer pour longtemps le champ de l’action publique ;

  • la seconde naît d’une autre volonté gouvernementale, complémentaire à la précédente, celle de faire des régions des « partenaires » de la politique gouvernementale au travers les Contrats de plan État-régions (CPER). Si les exécutifs des régions sont rarement prêts à peser sur le volet qualitatif, ils seront désormais régulièrement consultés et associés par leur soutien financier. On en a terminé avec un dialogue exclusif entre deux institutions franciliennes.

5Dès lors, la recherche va prendre une place importante dans les CPER. On y parle de moins en moins de « localisation » (vocable de la Datar) et de plus en plus de « régionalisation », ce qui ouvre un espace au rôle des régions. Plus immédiatement efficace, la création par décret, en 1982, des Délégués régionaux de la recherche et de la technologie (DRRT), en prise directe avec les préfets de région et les recteurs d’académie, devient l’aile marchante de ce changement.

6Le nouveau ministre de la Recherche et de la Technologie, Jean-Pierre Chevènement engage, dès 1981, un vaste chantier pour définir les orientations et les modalités de la nouvelle politique nationale. Le colloque national et les assises régionales aboutiront à la LOP dans laquelle la « dimension régionale » est explicitement présente.

Hubert Curien, un ministre de « terrain »

7Pendant les années de son ministère, Hubert Curien aura été un grand ministre de « terrain » comme on dit aujourd’hui. Si le domaine international l’a beaucoup et très positivement mobilisé, il en sera de même du terrain « régional ». Les déplacements sont nombreux, très variés, parfois répétitifs évidemment quand il s’agit des grandes agglomérations régionales comme Toulouse, Grenoble ou Lyon. Ces déplacements n’ont en effet pas toujours un « caractère régional » quand il s’agit de visiter des installations à caractère international ou de grandes entreprises de haute technologie.

  • 1 Eureka est une organisation destinée à renforcer, en Europe, la coopération industrielle entre les (...)

8Hubert Curien répond volontiers aux invitations formulées par les élus, souvent croisés à l’Assemblé ou au Sénat. C’est une forme de politesse mais aussi un signe de curiosité. Il aime expliquer sa politique devant un amphithéâtre de chercheurs ou d’étudiants de troisième cycle. Il apprécie les visites de laboratoires pour s’arrêter devant des équipements sophistiqués ou des paillasses surchargées. Il parcourt les campus universitaires. Il s’ingénue à discuter avec ses « collègues » pour développer un pan de son action, notamment dans le domaine de la politique du personnel ou de la stratégie européenne. L’homme d’Eureka1 cherche toujours l’innovation au plus près, la compétence en direct. Il sacrifie volontiers aux rencontres avec les élus politiques qui demandent ou réclament des moyens pour « leurs » projets. L’échange entre le chercheur-ministre et les élus régionaux méconnaissant les rouages de la politique scientifique est toujours un exercice de pédagogie et de diplomatie. Il visite de grandes installations scientifiques mais aussi de petites entreprises technologiques en devenir. Il participe à des colloques sur la question de la culture scientifique mais rencontre aussi des lycéens pour parler des métiers de la recherche et de ses enjeux. Il parcourt des métropoles et des villes moyennes, considérant que chaque territoire peut receler des pépites. Il n’oublie pas les « petites » régions et tient à ne pas négliger les DOM /TOM qu’il visitera tous, au-delà de la Guyane terre d’envol d’Ariane.

9Hubert Curien accordera beaucoup d’attention à ces déplacements. Les problématiques régionales peuvent parfois porter en elles des éléments caricaturaux quand les élus « demandent » des rééquilibrages en leur faveur ou des inflexions pour satisfaire à des raisonnements politiques que la conduite d’une politique de la recherche à caractère forcément international entend mal. Hubert Curien aura pourtant saisi que l’initiative locale et la coopération « sur le terrain » sont des sources d’enrichissement dans tous les sens du terme. La proximité territoriale facilite une des grandes orientations de sa politique : l’interdisciplinarité ainsi que la diffusion des savoirs et des technologies.

10Alors que les régions ou les grandes villes ne sont pas encore engagées dans les stratégies d’attractivité et de compétition qui les mobiliseront quelques décennies plus tard, à l’ère des métropoles régionales, Hubert Curien permet de donner aux secteurs de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation les meilleurs atouts pour le développement territorial. Il s’attachera à donner aux Contrats de plan État-régions leurs lettres de noblesse en y faisant figurer des « volets recherche » significatifs. Il prendra beaucoup d’intérêt à tracer des « profils » scientifiques aux régions pour donner sens à la politique de mouvement qu’il impulse au plan national.

Une politique de la recherche en région décryptée au fil de deux communications

11Première communication : le 6 juin 1990, en Conseil des ministres, Hubert Curien aborde le thème du rôle de la recherche dans le développement régional. Le ministre annonce la généralisation d’un réseau de transfert de technologie animé en commun par l’Anvar et le CEA et il encourage la régionalisation des politiques relatives à la formation, aux transferts de technologie et à la culture scientifique et technique. Parallèlement, il encourage les organismes de recherche à renforcer leurs échelons régionaux.

  • De fait, Hubert Curien attache une grande importance aux DRRT, à leur désignation, à leurs avis, aux réseaux et relations qu’ils développent. Il les encourage à s’organiser collectivement et les réunit au Ministère régulièrement. À plusieurs reprises, il intervient auprès des préfets de région pour préciser et rappeler la règle du jeu qui veut qu’à l’image des autres services extérieurs de l’État les DRRT soient délégués et, en tant que tels, relèvent de l’administration centrale. En sens inverse, le ministre intervient pour que les relations du DRRT avec le préfet se développent dans un climat de confiance.

  • Les visites que le ministre multiplie sur le territoire sont l’occasion d’échanges avec les DRRT concernés, dont les suggestions de rencontres sont écoutées avec attention.

  • L’organisation régionale du dispositif de recherche sert de base à l’élaboration des Contrats de plan État-régions.

12Lors du comité interministériel sur la décentralisation d’avril 1992, le ministre apporte un éclairage plus construit à cette dynamique territoriale naissante dans sa communication intitulée « La recherche et la politique régionale ». Il s’efforce, à cette occasion, de mettre en parallèle la poursuite de la politique de localisation de la recherche publique avec le développement économique et social en région. Le (lent) rééquilibrage entre l’Île-de-France et la province reste un objectif affiché pour l’horizon 2000, non plus à partir de documents globaux tels que les plans de localisation, mais avec des schémas prospectifs de développement régional à établir par les organismes de recherche.

  • 2 Les CRITT (Centres régionaux d'innovation et de transfert de technologie) sont des structures scie (...)

13L’analyse est, de plus, conduite dans deux directions : la spécificité de la région-capitale et la question de l’innovation dans les PME. Hubert Curien tient à souligner les particularismes de la première région de France pour encourager les développements qu’on peut attendre autour des villes nouvelles (Évry, Marne-la-Vallée, Cergy-Pontoise). Il souligne l’importance du territoire d’Orsay. Cette communication met également en valeur le potentiel que l’innovation technologique peut apporter aux PME-PMI sur les territoires régionaux et les grandes villes. Le réseau des DRRT est renforcé pour cela et les dispositifs de transfert de technologie (CRITT2 et réseaux) mis en expérimentation en 1990 et 1991 sont généralisés (en liaison avec l’Anvar).

Le coup d’accélérateur du gouvernement Cresson

14Revenons un peu en arrière.

15Édith Cresson est nommée Premier ministre par François Mitterrand le 15 mai 1991. Élue locale de la Vienne, elle apporte à Matignon des convictions très affirmées et déplore notamment que les administrations et les acteurs du développement économique soient trop concentrés dans la région parisienne. Dans son discours de politique générale à l’Assemblée, le 22 Mai 1991, elle annonce dans ses priorités : la déconcentration et la décentralisation des services de l’État. Hubert Curien, Vosgien d’origine, n’est pas en désaccord avec cette analyse. Depuis son passage au CNRS, comme on l’a vu ci-dessus, il a prôné le rapprochement des laboratoires des organismes et de ceux des universités, avec une attention particulière apportée aux pôles de recherche régionaux.

16Comme il s’agit de procéder à une meilleure répartition des chercheurs sur le territoire national, c’est à dire de prendre aux régions les mieux pourvues et riches en talents reconnus pour conforter les villes et les régions moins attractives, les réticences sont nombreuses, y compris parmi ses collaborateurs au Ministère qui redoutent un affaiblissement du potentiel de recherche national. Il lui faut donc convaincre tous les partenaires qu’une déconcentration peut réussir : les universités d’accueil, les régions qui contribuent aux investissements, les organismes publics de recherche pour accompagner les mutations par des créations ou des promesses sur des emplois. Il lui faut enfin mettre au point un mécanisme de concertation autour de nouveaux objectifs, une tâche dans laquelle les DRRT vont exceller, en cohérence avec la recherche universitaire et les partenaires économiques. Plus d’une centaine d’opérations sont ainsi élaborées en quelques mois, opérations qui se sont traduites par des mutations de quelques centaines de chercheurs dans les mois et les années qui ont suivi.

17L’objectif était d’initier un véritable travail d’identification des « potentiels de recherche » des régions, tentant de distinguer celles qui disposaient d’un « fort potentiel » comme Rhône-Alpes, de celles à potentiel « moyen » comme l’Aquitaine et de celles à potentiel plus faible comme Champagne-Ardenne par exemple. Dans ce dernier cas la réflexion du ministre propose de mettre « en réseau », au plan interrégional, les compétences particulières mais isolées ou naissantes des uns et des autres. À la suite d’un colloque organisé en décembre 1991 « Recherche région Europe », la dimension européenne est heureusement mise en avant pour compléter ces orientations et ces moyens, via les nouveaux Contrats de plan État-régions.

18La fin de l’année 1991 et le début de 1992 seront consacrés à un premier rééquilibrage effectif de la recherche dans les territoires, qui se mesure à l’échelle de son poids dans chaque région.

Les mésaventures du Cemagref3

  • 3 Le Cemagref : Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et forêts. Depuis f (...)

19La décision, prise trop brutalement par Matignon, qui annonçait le déménagement du Cemagref à Clermont-Ferrand, plonge le monde de la recherche dans la stupeur. Le ministre négocie longuement pour substituer à cette délocalisation sans nuances « sa méthode », celle du déplacement volontaire d’équipes de taille plus modeste, autour de brillants chercheurs à haut potentiel, avec de nouvelles ambitions scientifiques qui leur permettront de gagner en qualité. C’est une partie de l’Établissement, consacrée aux forêts, qui sera finalement implantée en Auvergne, à la satisfaction de tous.

Le Cemagref dans la tourmente, par Yves Le Bars, directeur général du Cemagref.

« Remodeler sans casser »

Une « aventure » m’a mis en complicité, avec le ministre et son cabinet : l’annonce d’Édith Cresson, le 7 novembre 1991, de la délocalisation du Cemagref à Clermont-Ferrand. Au cours du Comité interministériel qui a abordé la question, le cabinet d’Hubert Curien tenta de s’y opposer, sentant ce que cela pouvait signifier de traumatisme sans effet réellement positif, mais ce fut sans succès.

Complicité qui conduisit à ne pas brusquer la mise en œuvre des décisions pour laisser du temps à la négociation, en particulier avec les partenaires clermontois : je m’étais engagé à implanter des activités scientifiques sur le campus universitaire, sans jamais m’avancer, par contre jusqu’à un transfert total de l’organisme. Un Comité interministériel d’aménagement du territoire avait déjà retenu, le 29 janvier 1992, le principe de la réalisation du projet en deux tranches : la première pour délocaliser une partie des activités scientifiques à une échéance précise, la seconde pour le reste sans délai précis. Hubert Curien avait dit : « Remodeler le dispositif de recherche sans le casser… ».

Complicité encore qui me permettait d’écrire à mon ministre, le 1er décembre 1991 : « Je crois que nous avons à peu près réussi à faire comprendre quel type de pôle scientifique peut être utile à Clermont-Ferrand, et quel pôle scientifique il faut maintenir dans le bassin de la Seine…En espérant que nous pourrons sortir du piège sans trop de dégâts… mon fidèle dévouement ».

Il faudra attendre août 1992, soit neuf mois après les déclarations du Premier ministre, pour que la première lettre d’instructions arrive au directeur général. La signature d’Hubert Curien était rassurante : elle apportait au personnel la garantie d’être traité selon les règles des établissements de recherche. Cette lettre permettra au Conseil d’administration du Cemagref, seule instance reconnue apte par jugement du Conseil d’État, de décider, le 2 décembre suivant, « Le renforcement du groupement de Clermont-Ferrand sur le site des Cézeaux dans le cadre et dans la logique scientifique du Cemagref et de ses implantations ». Avec le recul du temps, les liens créés sur le campus de Clermont-Ferrand par les équipes du Cemagref et de l’Engref (École nationale du génie rural, des eaux et des forêts) sont jugés positifs !

20Heureusement, les ratés dont a souffert le Cemagref ne ralentissent pas le mouvement d’ensemble. Un chantier de grande ampleur est mis en place au Ministère pour étudier, dans chacun des organismes, les opportunités de régionalisation des laboratoires qui seraient de nature, en les rapprochant des universités, à doter les régions de pôles de recherche ou de technologie importants, voire de dimension européenne ou internationale. Le CNRS est leader, l’Inserm est très impliqué, les autres organismes ne veulent pas être en reste. Les petits déjeuners qui réunissent les présidents et directeurs d’organismes autour du ministre sont totalement consacrés à ce sujet.

21Localement les DRRT analysent les potentialités de leurs territoires, prennent contact avec les industriels, les centres techniques (Institut de la sidérurgie à Metz, Institut textile de France à Lyon, Mulhouse et Lille ; Centre technique du papier à Grenoble à titre d’exemples). Ils font remonter leurs suggestions ; ils testent diplomatiquement auprès des acteurs locaux les propositions du Ministère.

22À la satisfaction de Matignon qui suit de près l’élaboration des projets, la liste des sites régionaux de recherche s’étoffe peu à peu. Il y a un véritable engouement pour cette réforme. Au Ministère, un responsable d’une section scientifique décide de partir à Toulouse ! Cette ville bénéficie aussi du départ d’un groupe de chercheurs en physique atomique et moléculaire de l’ENS. Ce groupe obtiendra très vite une reconnaissance internationale.

23En février 1992, lors du Comité interministériel consacré à la déconcentration des services de l’État, le ministre expose ses projets et fait état des réalisations en cours. 5 % des chercheurs publics vont rejoindre la province. L’engagement déterminé du ministre, de son cabinet et de ses services apporte une illustration positive et concrète de la politique du Gouvernement. Il s’agit de dégager un équilibre régional optimal pour le développement et l’efficacité de l’ensemble des secteurs de la recherche et de la technologie, en étroite collaboration avec les universités et les acteurs industriels. La politique de déconcentration sera poursuivie tout au long des années quatre-vingt-dix, notamment par l’affichage de postes de chercheurs et d’enseignants chercheurs. Avec les années, l’investissement des régions prend de l’ampleur. Aujourd’hui, on a peine à imaginer ce que serait la recherche publique en France sans cette initiative. Le coup de fouet donné, en 1992, au rééquilibrage territorial de la recherche publique devrait révéler ses qualités fondatrices au moment où, vingt-cinq ans plus tard, la mise en place d’une carte d’entités régionales plus grandes et plus puissantes offre de nouvelles opportunités pour valoriser les efforts de recherche dans les régions.

Mieux qu’un commentaire

24Le témoignage d’un ancien membre du cabinet du ministre, devenu président de région, met l’accent sur la dynamique engendrée par la prise de conscience de l’importance de la recherche dans l’équilibre des territoires, un objectif qui traverse les différentes étapes de la vie publique d’Hubert Curien. Il illustre notamment comment cet équilibre, longtemps assuré au plan quantitatif entre la Datar et les services centraux des ministères en charge de la R&D - autrement dit deux types d’institutions localisées à Paris - s’est progressivement déplacé pour introduire une démarche de « cotutelle » plus qualitative de la recherche. Elle impliquait la participation d’instances territoriales et locales, de présidents d’universités, de responsables d’organismes de recherche en région, de parlementaires, de maires des villes d’accueil enfin : il revient aux autorités régionales de prendre, elles aussi, la pleine place qui leur revient.

Haut de page

Notes

1 Eureka est une organisation destinée à renforcer, en Europe, la coopération industrielle entre les entreprises, les centres de recherche techniques et scientifiques, les universités dans le domaine de l'innovation industrielle. Initié par Hubert Curien, le programme a été lancé le 17 juillet 1985 par le président de la République à l'Élysée. Dix-sept pays européens étaient représentés. Actuellement Eureka est gérée par la Commission européenne.

2 Les CRITT (Centres régionaux d'innovation et de transfert de technologie) sont des structures scientifiques nées dans les années quatre-vingt. Ces instituts regroupent par associations (loi 1901) les acteurs locaux du monde professionnel et de la recherche publique dans un secteur donné. Ils apportent leur expertise scientifique aux PME qui n'ont pas les moyens d'avoir un centre R&D et permettent le transfert de technologie entre les laboratoires publics et le monde professionnel : création de start up, exploitation de brevet, notamment. Il existe actuellement deux-cent CRITT en France.

3 Le Cemagref : Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et forêts. Depuis février 2012 ses missions ont évolué. Il est devenu l'Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture). Il conduit une approche pluridisciplinaire et systémique dans trois domaines : l'eau, les écotechnologies et les territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Beauvais et Marie-Claude Ledur, « L'ancrage de la recherche en région »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 165-170.

Référence électronique

Laurent Beauvais et Marie-Claude Ledur, « L'ancrage de la recherche en région »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1366

Haut de page

Auteurs

Laurent Beauvais

Laurent Beauvais intègre le ministère de la Recherche en 1981. Il est nommé secrétaire général du Conseil supérieur de la recherche et de la technologie en 1983 En 1987 et 1988 il est adjoint au secrétaire général du Cirad. En 1988 il rejoint le cabinet d’Hubert Curien en tant que conseiller technique, puis comme chef de cabinet en 1991. En 1993 il est directeur administratif de l’IN2P3, quatre ans plus tard il est nommé secrétaire général du Ganil. Il est élu par ses pairs à la présidence de la région Basse-Normandie en 2008 puis réélu en 2010, fonction qu’il assure jusqu’en 2015. Il est, depuis janvier 2016, conseiller maître en service extraordinaire, à la Cour des comptes.

Marie-Claude Ledur

Articles du même auteur

  • La science en fête [Texte intégral]
    Hubert Curien créa La science en fête en 1992 pour faire connaître à tous les Français le monde de la recherche. Trente ans plus tard la fête existe toujours et mobilise de plus en plus de participants. Dix autres pays ont créé, depuis, un tel événement.
    A festival of science
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search