Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome V-N°2Dossier : Hubert Curien, une vie ...Hubert Curien et l'international

Dossier : Hubert Curien, une vie pour la recherche

Hubert Curien et l'international

Les frontières existent ; pour Hubert Curien, cependant, la science n’en connaît pas. Sa vie durant, en visite sur tous les continents, il a œuvré avec ténacité, et de nombreux succès, pour que le rêve d'une coopération scientifique sans entraves, et porteuse de paix, devienne réalité.
Hubert Curien on the international stage
Philippe Waldteufel et Philippe Zeller
p. 171-181

Résumés

Dans toutes ses responsabilités, Hubert Curien a encouragé la coopération scientifique internationale, porteuse de progrès et souvent génératrice de projets de grande ampleur. En sens inverse, en tant que ministre aux côtés du président François Mitterrand, il s’est employé à mettre cette coopération au service de la diplomatie, particulièrement lors de la période délicate de l’effondrement du bloc soviétique. De même, il a œuvré avec pragmatisme et persévérance à la construction de l’Europe de la science. Hubert Curien, ancien maquisard, laisse le souvenir d’un partisan infatigable de l’amitié franco-allemande et de la paix.

Haut de page

Texte intégral

La coopération internationale au service de la science

1La pratique scientifique d’Hubert Curien, ses responsabilités à la tête d’institutions majeures de recherche tant nationales qu’européennes, lui ont donné la conviction qu’une nation comme la France se devait de donner l’exemple en matière de coopération scientifique internationale.

2Il savait aussi d’expérience toute la valeur et toute la saveur, des collaborations transnationales de chercheur à chercheur, au temps pourtant où les relations entre eux se faisaient encore par le courrier ordinaire ou le fax, la lecture académique des publications dans les revues spécialisées ou le privilège rare d’un déplacement et d’un séjour au sein du laboratoire d’un collègue. Cette dimension quasi individuelle de la coopération internationale justifiait alors le temps que, même ministre, il n’hésitait pas à consacrer à ses étudiants étrangers de sa chaire de cristallographie de l’université Pierre et Marie Curie. L’un d’entre eux, de nationalité algérienne, avait souhaité soutenir sa thèse dans son université d’origine, à Alger : ce fut le motif premier d’un déplacement dans cette ville et dans ce pays, déplacement agrémenté ensuite d’un programme bilatéral plus officiel.

3Les milieux internationaux de la recherche retiendront le rôle déterminant d’Hubert Curien dans l’ouverture du CNRS aux coopérations avec les laboratoires étrangers, européens en premier lieu, mais aussi avec le reste du monde. Pendant son mandat de directeur général, le Centre lui doit la mise en place et le renforcement continu du Service des relations internationales avec la constitution d’une équipe polyglotte, la signature de plus de cinquante accords bilatéraux dont ceux avec la Royal Society (Royaume-Uni) et les organismes allemands de recherche ont été les précurseurs.

4Il a encouragé les contacts des chercheurs avec leurs collègues à l’étranger en affectant des crédits supplémentaires destinés aux déplacements. Il a également initié des relations avec des pays à fort potentiel scientifique mais réputés « difficiles » tels l’URSS, Israël et le Japon.

5Grâce à cette vision, il a été un précurseur dans le domaine de l’ouverture internationale des organismes de recherche français.
Dans la suite de sa carrière, comme délégué général à la recherche scientifique et technique, puis président du Cnes, enfin ministre en charge de la Recherche, il n’a cessé de développer, mettre en œuvre et valoriser ces visions synthétiques et ces idées dont le CNRS avait été le premier à bénéficier.

6De même, sa vision internationale a conduit à des réussites majeures pour la création des grands équipements de la recherche qui exigent un financement conjoint par des partenaires de différents pays. Le grand télescope d’Hawaï (États-Unis, Canada et France) en apporte l’un des premiers exemples.

7Les grands programmes internationaux sont également des outils privilégiés pour la coopération scientifique à travers les frontières. De tels programmes naissent souvent d’une initiative nationale ; c’est ainsi que le Japon, à l’automne 1989, saisit ses partenaires d’une proposition de le rejoindre dans le programme Human Frontier (HFSP), consacré au décryptage des mécanismes complexes qui régissent les êtres vivants. Comme nombre de pays occidentaux, la France réagit favorablement. Au fil du temps, le programme prend tournure : restent des étapes souvent délicates, consistant à sélectionner le responsable, ainsi que le siège de l’organisation. Au terme d’une compétition vive bien que feutrée, c’est Strasbourg qui finit par s’imposer (et qui, en 2016, abrite toujours le siège de Human Frontier).

Science et diplomatie

Au croisement de la rue Descartes et du quai d’Orsay

8Il y avait un pas à franchir entre la conviction que la coopération internationale ne pouvait qu’enrichir la science et la volonté politique de faire de la recherche et de la technologie une dimension de la diplomatie française. Il fallait, pour cela, l’inclure dans l’action gouvernementale. Ce ne fut certes pas la raison première de l’entrée d’Hubert Curien au Gouvernement. Mais ce fut, pour lui, une magnifique opportunité.

9Opportunité dont il s’est saisi avec brio en juillet 1984, à l’occasion de la réunion (qu’il présidait au titre du pays hôte) des ministres de la recherche des pays de l’OCDE : en quelques phrases, il synthétisera avec aisance chaque déclaration de ses collègues, dans la langue même de leur intervention, préparant ainsi une synthèse équilibrée et qui ne pouvait qu’être unanimement approuvée.

10Par rapport à d’autres qui n’avaient sur le Quai d’Orsay qu’un regard distant ou indifférent, teinté d’une pointe d’ironie ou d’agacement, Hubert Curien tranchait, car lui avait une considération sincère pour le ministère des Affaires étrangères, dit aussi des Relations extérieures. Solidarité familiale d’abord, bien sûr, puisque tout savant et ministre qu’il était, il était aussi le frère cadet d’un diplomate de haut rang. Il connaissait donc le « Département » presque de l’intérieur, en savait les grandeurs et les servitudes, les certitudes et les doutes, les capacités et les insuffisances. Il s’amusait d’ailleurs parfois à jauger nos implantations diplomatiques, les résidences en particulier dont il savait apprécier le prestige le cas échéant. Il jaugeait aussi – gentiment – les hommes (en ce temps-là, il n’y avait encore que fort peu de collègues féminines chefs de poste) et se faisait donc rapidement une opinion sur nos ambassadeurs, n’hésitant pas, au demeurant, à exaucer le souhait de tel ou tel de saisir l’occasion d’une visite pour se voir remettre rubans ou rosettes bleus ou rouges par un membre du Gouvernement.

11Mais Hubert Curien s’intéressait bien sûr aux grands enjeux diplomatiques et stratégiques internationaux, porteurs en eux-mêmes, pour le meilleur ou le pire, d’avancées technologiques qui avaient leurs propres retombées dans le secteur de la recherche fondamentale ou appliquée. Et surtout, il appréciait qu’au fil des années un ministère dédié a priori à l’analyse politique et à l’art de la négociation ait su introduire dans ses activités une dimension de coopération internationale qui n’était pas seulement celle de l’aide au développement, mais qui comportait aussi un appui direct aux échanges culturels internationaux d’une manière générale, et plus précisément aux échanges universitaires, scientifiques et technologiques.

12Il portait donc une attention particulière à la Direction de la coopération scientifique et technique du Quai d’Orsay (plus, on peut le dire, que le ministre des Affaires étrangères lui-même…), à ses dotations budgétaires, aux financements incitatifs ou d’appui qu’elle pouvait mobiliser, et à une dimension à laquelle il tenait tout particulièrement : le réseau des conseillers et attachés scientifiques. En effet, il en connaissait plusieurs personnellement car c’était avec eux qu’était planifié le programme de ses déplacements à l’étranger et que se déroulaient, sur le terrain, les visites et entretiens. Il était attentif à ce que ces conseillers soient en nombre suffisant de par le monde, au moins dans les pays d’enjeux scientifiques majeurs, et puissent bénéficier d’une pleine autonomie d’action. Cela pouvait le conduire à regretter ouvertement certaines organisations dans lesquelles le conseiller scientifique était subordonné à un conseiller culturel – le débat existe encore aujourd’hui ! Il s’enquérait de la bonne coordination entre ces conseillers scientifiques et les représentants locaux des grands organismes de recherche, CNRS, Cnes, Inserm, mais aussi organismes de recherche sur le développement.

Les années quatre-vingt : un effondrement, des émergences, des opportunités

13En tant que ministre de la Recherche, Hubert Curien savait donc tout le profit que la France retirait en articulant son effort scientifique, via l’outil diplomatique, avec le reste du monde, à commencer par l’Europe, ainsi qu’on le verra plus loin. Mais on peut aussi estimer avec le recul du temps, en élargissant l’horizon, que deux inflexions historiques majeures de la décennie quatre-vingt et du début de la décennie quatre-vingt-dix ont fait d’Hubert Curien un acteur de la diplomatie française, sous le regard protecteur du président François Mitterrand.

14Le premier événement, c’est évidemment l’effondrement du bloc de l’Est européen, avec - symbole auquel Hubert Curien, on s’en doute, fut particulièrement sensible – les chutes successives du Rideau de fer et du Mur de Berlin. À dire vrai, il y eut un avant et un après, deux périodes pourtant distinctes mais pendant lesquelles Hubert Curien fut également sollicité. Tout partait du fait que, dans les relations diplomatiques, la recherche, la coopération scientifique, les perspectives d’avancées technologiques partagées, le travail interuniversitaire, sont des vecteurs commodes pour entretenir le dialogue quand tout porte, par ailleurs, à la tension, au froid, voire à la nervosité. C’est bien pourquoi François Mitterrand offrit presque systématiquement à Hubert Curien le privilège – accordé à peu d’autres membres du Gouvernement - de l’accompagner dans les voyages fameux, car prémonitoires, qu’il fit en série dans les républiques satellites de l’URSS, comme par exemple la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Bulgarie. Hubert Curien y prenait un grand intérêt : il y retrouvait, au sein d’Académies des sciences souvent étonnamment francophones, des partenaires dont il savait toute la valeur intellectuelle, mais aussi tout l’emprisonnement idéologique dans lequel ils avaient été maintenus. Lors de la séance de restitution finale, il savait, devant les deux chefs d’État, valoriser ses interlocuteurs du jour et tracer des perspectives d’espoir, que François Mitterrand se plaisait à reprendre devant des personnages qui n’avaient pas conscience que leur longévité politique se comptait plus en mois qu’en années... Dans la même veine, Hubert Curien fut l’un des premiers à rencontrer, à la demande de l’Élysée, le tout nouveau Premier ministre roumain, Petre Roman – épisode cocasse au demeurant, car un protocole étourdi le fit entrer prématurément dans la pièce où le jeune dirigeant était encore en train d’essayer la chemise blanche, le costume et les chaussures qu’il venait d’acheter à Paris pour faire meilleure figure qu’à Bucarest…

15C’est dans un esprit comparable que le président de la République demanda ensuite à Hubert Curien, dont il appréciait la compagnie respectueusement savante, d’être à ses côtés dans de grands déplacements où, là encore, la science s’imposait comme un thème central des perspectives bilatérales : le voyage d’État en Inde en fut un exemple emblématique, avec une grandiose cérémonie de signature de plusieurs accords par Hubert Curien et son homologue indien, sous le regard de Rajiv Gandhi et de François Mitterrand. Dans une autre circonstance, c’est le Premier ministre Michel Rocard, comme l’avait fait avant lui Laurent Fabius auprès d’autres partenaires de la France, qui souhaita la présence d’Hubert Curien dans l’une des missions les plus délicates – les plus lointaines aussi – qu’il eut à mener au plan international : tenter de se réconcilier avec les Néo-Zélandais quelques années après l’épisode malheureux du Rainbow Warrior.

16L’autre événement majeur, moins immédiatement perceptible, mais porteur d’enjeux de recherche, de science et de technologie encore plus lourds, fut la prise de conscience progressive au niveau mondial de l’émergence de problématiques globales, dont l’exemple le plus significatif était la mise en évidence des sources anthropiques de l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. D’autres exemples concernaient la dégradation de la couche d’ozone, les épidémies, la chaîne alimentaire ou l’enjeu de la cartographie du génome. Hubert Curien porta d’emblée son attention sur ces évolutions que, pour celles concernant notre Terre, seule la conquête spatiale avait permis d’observer et de révéler. Il fut ainsi attentif, dès le départ, aux travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) et favorisa l’orientation collective de la recherche vers ces sujets tout à la fois nouveaux et fédérateurs. S’il ne participa pas personnellement au Sommet de Rio en 1992, il ne manquait pas de s’enquérir, à l’occasion de ses visites bilatérales dans des pays majeurs comme les États-Unis, le Japon, l’Inde, ou encore la Corée du Sud qui émergeait, de l’état des travaux scientifiques dans ces domaines. Au Spitzberg, à l’invitation des Norvégiens, il fit une visite de terrain consacrée à la glaciologie. En Israël, il s’intéressa de près à la lutte contre la désertification. Aux États-Unis, ses rencontres avec son correspondant Allan Bromley, Science Advisor auprès du Président Georges H.W. Bush, portaient déjà sur les sujets globaux.

17Sans doute, dans un emploi du temps surchargé, l’activité internationale apportait-elle au ministre Curien un « divertissement », au sens philosophique du mot, apprécié. Sa curiosité et sa bienveillance naturelles alliées à l’admiration portée à son parcours de chercheur et d’expert des politiques scientifiques faisaient merveille auprès de ses interlocuteurs. Ses homologues européens, l’Allemand, l’Italien, l’Espagnol, le Danois, lui faisaient entière confiance. Il avait ses « fans » au loin, dont le moindre ne fut pas le célèbre Barahuddin Yusuf Habibie, pétillant ministre indonésien, diplômé de l’aéronautique allemande, concepteur d’une industrie aérospatiale à Bandung sous l’équateur, qui l’introduisit, un matin tôt à Jakarta, jusque dans le palais du président Suharto, auquel il devait d’ailleurs succéder quelques années plus tard comme troisième président de son pays. Plus de vingt ans plus tard, Habibie conservait un souvenir chaleureux de ses rencontres, en Indonésie ou à Paris, avec Hubert Curien. À Paris, justement, ce dernier était un ministre fort apprécié du Quai d’Orsay, en ce qu’il acceptait presque toujours de recevoir rue Descartes des interlocuteurs étrangers, y compris en se pliant docilement aux règles protocolaires, même strictes, comme pour la charmante et éclairée princesse thaïlandaise Sirindhorn ou pour telle ou telle délégation taïwanaise qu’il fallait rencontrer discrètement. Loin de la métropole à nouveau, Hubert Curien, qui portait bien entendu un regard très attentif sur la Guyane, veillait aux activités scientifiques dans notre outre-mer et à leur insertion dans l’environnement régional, en particulier dans l’Océan Pacifique où il présida des assises de la recherche à Papeete.

Deux souvenirs de voyage.

Bien sûr, l’homme de science savait avoir le regard acéré sur les activités et travaux qui lui étaient présentés ; un rien élitiste, il ne fallait pas longtemps pour qu’il se fasse un jugement sur ses interlocuteurs et, lorsque le propos était sans valeur ajoutée, le décalage horaire avait parfois raison de l’attention du ministre, qui, quoique paupières mi-closes, savait toutefois « rebondir » par politesse dans la conversation, mais qui, d’une courte phrase amusée, livrait ensuite son commentaire à sa petite délégation. Un jour, au MITI (Ministry of International Trade and Industry) japonais, cette dernière se délecta d’un bon mot de son héros, lequel, pour mettre fin à un exposé assoupissant sur la supraconductivité, leva un œil pour demander où en étaient les travaux sur les YbaCuO, qui, comme chacun ne savait pas, sont les oxydes mixtes de baryum de cuivre et d’yttrium : « ibakuo » ? Le ministre se mettait-il à parler japonais ? Au demeurant, sa hiérarchie des capacités scientifiques des États du monde était précise et arrêtée ; elle se mesurait entre autres à la part du PIB consacrée à la recherche publique et privée, et à celle de la RD dans le budget annuel de l’État. À l’aune de ces critères-là, des pays comme Israël ou le Japon, mais aussi la Suède ou le Canada, s’imposaient rapidement et Hubert Curien s’assurait que nos outils de coopération bilatérale y étaient efficaces et que les sujets d’actualité, comme les matériaux nouveaux ou les biotechnologies, y avaient toute leur place.

Et puis le ministre, qui en définitive ne haïssait pas les voyages (un rêve caressé dès l’enfance dans les vallées vosgiennes ?), savait voyager « léger ». La consigne était de n’avoir qu’un bagage de cabine, même s’il s’agissait d’un tour du monde. Il avait un « truc », aimait-il à dire, pour que tout tienne dans cette valise et à ceux qui s’en enquéraient il promettait d’en révéler un jour le secret… sans jamais le faire ! Peut-être lui manquait-il toutefois un de ces objets électroniques nomades qui permettent aujourd’hui de garder le contact en permanence avec ses bases : tout juste les membres du Gouvernement se voyaient-ils doter des tout premiers téléphones portables (bien que massifs), dont il confiait l’usage à l’un de ses conseillers techniques.

La leçon d’Hubert Curien

  • 1 Lequel s'exprimait avec aisance en anglais et en allemand

18Hubert Curien1 a mis son savoir, son élégance intellectuelle, sa perspicacité visionnaire, ses convictions européennes, au service de la diplomatie française. Il a fait des capacités scientifiques et technologiques de notre pays un outil de cette diplomatie d’influence qui guide aujourd’hui notre action internationale, et qui contribue à en maintenir le rayonnement en dépit des bouleversements que le monde connaît. En tout champ scientifique et technologique, il distinguait le présent et le futur, ce qui est bien l’art constitutif de la diplomatie. À l’heure de la lutte contre le dérèglement climatique, de la globalisation des moyens de communication, de l’exigence de l’innovation pour redresser les économies, de l’urgence d’une production alimentaire capable d’absorber la croissance démographique, sa rigueur intellectuelle et sa foi en la science restent parmi les plus réconfortants des messages.

La vision européenne

19L’aspect politique ne peut être absent des liens internationaux. En ce qui concerne Hubert Curien, la vision principale qui sous-tendait son action a été indiscutablement celle de l’Union européenne, fondée sur une relation quasi fusionnelle entre la France et l’Allemagne. Il s’est montré un infatigable constructeur de l’Union, s’attachant à l’enrichir de toutes les façons possibles dans son domaine d’intervention, à chacune des responsabilités qu’il a exercées.

20« Je suis un Européen convaincu », écrira-t-il sans ambages. Ainsi, en 1974, il est l’initiateur de la Fondation européenne de la science (ESF), avec Heinz Maier-Leibnitz, alors directeur général de la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft), qui en devient le premier président ; Hubert Curien lui succédera en 1979. Pour la première fois, l’ESF créait un forum de rencontre directe entre les organismes de recherche des pays européens.



21C’est l’ESF qui a promu l’utilisation du rayonnement synchrotron ; au moment où les études sur une éventuelle source européenne de rayonnement synchrotron s’enlisaient, Hubert Curien a débloqué la situation en créant un Comité intergouvernemental qui a débouché sur l’implantation de l’ESRF à Grenoble. Celle-ci avait été, dans un premier temps, envisagée à Strasbourg et il a dû affronter l’ire des députés alsaciens pour avoir assumé cette décision ; il sut leur répondre en mettant en avant les mérites du site grenoblois sans minimiser pour autant ceux de Strasbourg, qui ne sera pas oubliée dans la répartition géographique des grands équipements de la recherche.

Le Cern, grand équipement scientifique européen emblématique

22Le Cern (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) figure au tout premier rang de ces grands équipements. Hubert Curien le considérait comme une référence pour la coopération scientifique européenne. Son intérêt pour ce grand laboratoire international est à rapprocher des rapports amicaux qu’il avait établis avec Bernard Gregory, directeur-général du Cern de 1965 à 1970. Bernard Gregory, persuadé que seule la coopération étroite entre les pays européens unissant leurs ressources humaines et budgétaires leur permettrait d’atteindre l’excellence dans les domaines scientifiques qui exigeaient de lourdes et coûteuses installations, avait réussi dans les années soixante, à convaincre les chercheurs français de renoncer à tout grand projet d’accélérateur national pour concentrer leurs moyens sur le Cern.

  • 2 Cette découverte avait été rendue possible par l’exploit technique consistant à transformer le syn (...)

23À l’époque de l’entrée d’Hubert Curien au Gouvernement, en juillet 1984, le Cern, vivait sur le plan scientifique, une époque particulièrement dynamique : la construction du LEP, le grand anneau de collisions électron-positon de 27 km de circonférence, décidée en décembre 1981, était en cours, et le prix Nobel de physique venait d’être attribué, en 1984, à Carlo Rubbia et Simon van der Meer pour la découverte, l’année précédente, des bosons W et Z médiateurs de l’interaction faible2.

24Deux mois après son arrivée au Ministère, Hubert Curien représentait la France lors du trentième anniversaire de la création du Cern, et déclara : « Le Cern est aujourd’hui un laboratoire dont nous sommes fiers », et conclut en évoquant le futur LHC (Large Hadron Collider) : « Pour l’étape suivante, l’unanimité semble se faire sur un collisionneur de protons à aimants supraconducteurs installé dans le tunnel du LEP, l’énergie de chaque faisceau atteignant une dizaine de TeV. Si la construction pouvait être réalisée dans le cadre de budgets annuels comparables aux budgets actuels, je pense que cette nouvelle aventure vaudrait certainement la peine d’être tentée ».

25Certes elle en valait la peine ! Et Hubert Curien sera partie prenante de la nouvelle aventure, comme on le verra ci-après.

Les institutions européennes

26Hubert Curien, lorsqu’il était délégué général, a soutenu fermement la naissance des grands programmes de recherche européens, qui visent à cette époque un développement de la recherche précompétitive. Le plus emblématique d’entre eux est ESPRIT (European Strategic Program on Research in Information Technology), programme stratégique européen de recherche et de développement relatif aux technologies de l’information, qui sera finalement créé par le Conseil des communautés européennes en février 1984. ESPRIT comprend des actions exécutées au moyen de contrats à conclure avec des sociétés, […] des universités et d’autres organismes établis dans la Communauté.

27Les années passent et les fondements juridiques de l’action de l’Europe en matière de recherche se renforcent ; apparaît alors la séquence des programmes-cadres de recherche (les PCRD). Il revint à Hubert Curien de faire adopter avec maestria le troisième (1991-1994), en tant que président français du Conseil « Recherche », une nuit de décembre 1989. Cette réunion du Conseil couronnait une tournée dans les onze capitales des pays partenaires alors membres de l’Union européenne, durant laquelle Hubert Curien s’était attaché avec habileté et succès à convaincre les États membres d’aller jusqu’à l’extrême limite des moyens qu’ils étaient en mesure de consacrer à l’effort de recherche collectif au sein du budget de l’Union.

EUREKA

28Il manquait encore aux procédures européennes un outil faisant une large place aux initiatives des entreprises énergiquement orientées vers l’innovation. EUREKA comblera cette lacune.

L’initiative EUREKA (Daniel Sacotte, conseiller chargé du nucléaire, de la technologie et des programmes de défense, cabinet Hubert Curien (1984-1986)

L’Initiative de défense stratégique (SDI) lancée par le président Reagan en 1982 est devenue fameuse sous le nom de « Guerre des Étoiles ». Si les visées apparentes ressortissent à la sphère de la guerre froide, le très fort contenu technologique du projet risque aussi, en réalité, de creuser un retard dangereux, voire un rapport de vassalisation, entre les USA et les nations européennes. Cette situation conduit, à partir de 1983, le président François. Mitterrand à stimuler une réflexion interne afin d’imaginer les moyens d’une riposte.

La diplomatie est mise à la manœuvre pour éviter un alignement de nos partenaires européens sur les positions américaines. Mais comment organiser la réponse au défi technologique ? Hubert Curien recommande qu’elle prenne une forme civile et économique tournée vers le marché. Tandis que certains penchent pour la création d’une Agence européenne assez directive, le ministre, conscient de la diversité des cultures qui traversent les États européens, pressent qu’une telle structure ne fera pas consensus : il faut innover.

Les services ministériels tant recherche qu’industrie se mettent au travail : il s’agit d’élaborer une procédure spéciale pour permettre de rapprocher les laboratoires des centres de recherche et les entreprises, en particulier les PME, de plusieurs pays européens, dans des projets de recherche technologique communs.

Hubert Curien, en liaison avec le ministre des Affaires étrangères (Roland Dumas), s’attache à convaincre les partenaires européens. La bonne entente du Français avec son collègue allemand Heinz Riesenhüber s’avère ici déterminante, même si les points de vue ne sont pas strictement identiques.

L’évolution encourageante des contacts en France (syndicats, industriels) et en Europe permet d’envisager un lancement officiel, pour lequel le chancelier Kohl est prêt à s’impliquer aux côtés du président français. C’est ainsi que, le 17 juillet 1985, se tiennent à l’Élysée les « Assises de la technologie européenne » : dix-sept pays européens représentés, ainsi que la Commission européenne, expriment leur ferme soutien à une initiative qui prend le nom d’EUREKA.

Il s’agit de mettre en place une organisation légère destinée à renforcer, en Europe, la coopération industrielle entre les entreprises (notamment les PME), les centres de recherche techniques et scientifiques, les universités, dans le domaine de l’innovation industrielle, aux fins de renforcer la compétitivité européenne.

Chaque projet devra être proposé par les industriels eux-mêmes (approche bottom-up) et être « labellisé EUREKA » lors d’une conférence des ministres concernés ou de leurs représentants, appelés hauts représentants, dont la réunion se tiendra tous les six mois. La labellisation ouvrira la possibilité de financements publics, versés directement par les administrations de chaque pays aux industriels participants du pays concerné. L’instruction des propositions industrielles reviendra à des « Coordinateurs nationaux », désignés par chaque pays et formant un comité chargé de proposer à la conférence ministérielle les projets retenus pour labellisation.

Cette proposition a été acceptée et a fonctionné immédiatement. La première conférence ministérielle s’est ainsi réunie à Hanovre en décembre 1985. Elle a approuvé les principes de fonctionnement, décidé la création du comité des hauts représentants et du comité des coordinateurs nationaux, et labellisé les premiers projets. À partir de cette date une multitude de projets a été labellisée et une large majorité d’entre eux a abouti à des résultats conformes aux objectifs recherchés.

L’initiative est donnée aux parties prenantes des projets, qui doivent remplir des critères de bon sens pour être éligibles. Parmi les domaines suggérés comme présentant un fort potentiel européen et économique les assises suggèrent les transports, l’énergie, l’environnement.

Un système de secrétariat permanent léger et de présidence tournante est créé pour gérer l’administration du projet d’une part, et son développement ou son évolution d’autre part.

Pour être labellisés, les projets doivent être proposés au niveau national, être portés par des partenaires indépendants et des laboratoires d’au moins deux pays membres de la Communauté européenne, et avoir pour objectif une innovation technologique débouchant sur un produit, un procédé ou un service commercialisable.

Le développement du projet ne doit pas excéder trois ans, la mise sur le marché devant intervenir dans les deux ans qui suivent.

En juillet 1985, Hubert Curien avait mis en place un secrétariat préparatoire pour EUREKA, qui est tout naturellement devenu l’équipe du coordinateur national français. Les choses se mettent donc en place rapidement. Dès la première année la France consacre pour sa part 700 millions de francs à EUREKA.

EUREKA a été initialement regardée avec quelque suspicion par la Commission européenne, habituée à une approche Top Down et au recours à des appels d’offre pour les projets technologiques relevant de son programme pluriannuel de recherche. Cette méfiance a été dissipée ; des contacts réguliers et étroits existent entre le secrétariat international du programme (finalement créé et basé à Bruxelles) et la Commission, laquelle est membre à part entière d’EUREKA, et présente officiellement l’initiative comme l’un des outils importants du développement technologique en Europe.

De même il existait une approche assez différente entre la France et l’Allemagne, cette dernière ayant tendance à privilégier les programmes dénommés « parapluie » (i.e. s’adressant plus au développement de technologies génériques plutôt qu’au développement de technologies rapidement exploitables industriellement). Le sens du compromis à tous niveaux a permis une cohabitation sans heurts.

Ce beau projet perdure ; depuis 2012, EUREKA compte quarante et un membres, dont les vingt-huit de l’Union européenne. Trois types d’actions sont financés :

• des projets coopératifs menés par les PME, comme à l’origine ;

• le programme EUROSTARS qui cible prioritairement les entreprises réalisant de forts investissements en R&D (l’entreprise doit consacrer cinq équivalents temps plein à la R&D pour cent salariés…) ;

• les initiatives technologiques dites clusters, menées sur le long terme dans les secteurs des TIC (Information et communication) et de l’énergie (maîtrise de la chaîne énergétique) ; les PME représentent en moyenne 40 % en nombre et 15 % en montant des entreprises aidées au sein des projets clusters.

Hubert Curien et ses collègues ont su, avec EUREKA, trouver un moyen souple et intelligent de renforcer la coopération entre partenaires des nations européennes, dans un domaine où son niveau était dangereusement insuffisant. La nécessité de cette action gouvernementale n’est pas à démontrer. Aurait-il fallu faire plus ? La poursuivre de façon plus vigoureuse ? Voilà des questions qui attendent le regard des historiens.

Le domaine spatial

29L’investissement personnel d’Hubert Curien dans l’activité spatiale a été durable et profond à un point tel qu’il n’est guère possible de ne pas l’évoquer plusieurs fois dans ce dossier. C’est le cas de ce chapitre, dans la mesure où l’espace est un thème privilégié pour la coopération internationale scientifique et technique.

30Lorsqu’il était à la tête du Cnes, Hubert Curien a présidé plusieurs fois le conseil de l’Agence spatiale européenne (ESA). Plus tard, lors des périodes ministérielles, bien que l’espace n’ait pas toujours figuré dans ses attributions, il est resté en permanence un acteur de premier plan de la scène spatiale internationale, et surtout européenne.

31On soulignera ici le fil directeur de son attitude : au service de la vision européenne, tirer avec persévérance le meilleur parti possible des situations existantes et des outils disponibles, en s’accommodant des difficultés passagères et des limitations ou imperfections qui ne pourront être levées que peu à peu. Ainsi, pendant sa présidence du Cnes, à une époque un peu périlleuse, il est parvenu à faire accepter un programme de l’ESA qui tenait compte des préoccupations de chaque pays membre ; il a obtenu, dans le domaine primordial des lanceurs, un consensus sur une répartition harmonieuse des responsabilités et des financements entre l’agence française et l’ESA ; on lui doit d’avoir suscité l’ambition commune, et d’avoir ainsi fait renaître la confiance.

32Plus tard la préoccupation centrale reste de même nature : tandis que les communautés européennes progressent vers l’Union, l’objectif est que l’ESA, qui a un périmètre et des règles de fonctionnement différents, participe pourtant de la même dynamique, de même que l’organisation EUMETSAT qui voit le jour en 1986. L’ESA adopte un programme « obligatoire », dont le fleuron est le programme scientifique d’exploration de l’espace, baptisé Horizon 2000 en 1985 ; il en va différemment des autres secteurs (exploration de la Terre, etc..) qui regroupent des pays contributeurs selon un dispositif qui rappelle les « coopérations renforcées ».

33Le programme européen de « surveillance mondiale de la sécurité environnementale », nommé GMES puis COPERNICUS, lancé par l’ESA en 1998, rejoint par l’Union européenne à partir de 2001, et par EUMETSAT en 2009, constitue un bon exemple de l’empirisme déterminé qui constituait, aux yeux d’Hubert Curien, une des meilleures clefs de la réussite.

Le dernier retour au Cern

34Malgré les succès récents et les perspectives ouvertes par la construction du LEP, l’avenir à moyen terme du Cern s’était assombri à la suite de la publication au Royaume-Uni, en juin 1984, du « Rapport Kendrew », qui, après beaucoup d’éloges sur le Cern, recommandait une réduction d’au moins 25 % de son budget entre 1989 et 1991, après la mise en service du LEP. Cette proposition a suscité évidemment de vives réactions de la communauté, soulignant son incompatibilité avec le but déclaré de poursuivre au Cern une recherche de niveau mondial. Au ministre anglais de l’enseignement supérieur, Sir George Walden, venu à Paris en décembre 1985 exposer la position britannique, Hubert Curien réaffirme la volonté de la France de voir le Cern conserver son excellence scientifique, tout en n’étant pas opposée à identifier les économies possibles. Quelques jours plus tard, Hubert Curien se rendait au Cern pour transmettre le même message. En février 1986, le Conseil mettait en place le Comité d’évaluation du Cern, présidé par Anatole Abragam, avec pour mission « de donner des avis au Conseil sur la manière dont on pourrait faire évoluer les ressources humaines et matérielles du Cern, de façon qu’ils fonctionnent avec le meilleur rapport coût-efficacité possible ».

35Après deux ans d’absence pour cause de cohabitation, Hubert Curien revient rue Descartes en mai 1988. Le rapport du Comité Abragam, remis fin 1987, reconnaît que le Cern est « une réussite scientifique et culturelle » mais recommande une nouvelle gestion du personnel pour en réduire les coûts, et incite la direction du Cern à rechercher de nouvelles sources de financement par des accords bilatéraux avec des États non-européens. Hubert Curien s’emploie à confirmer le soutien ferme et constant de la France au Cern, tant auprès du ministre allemand Heinz Riesenhüber qu’il va rencontrer à Bonn en juin 1988, qu’auprès du directeur-général du Cern, Carlo Rubbia, qui lui rend visite au Ministère en juillet. L’inauguration solennelle du LEP en novembre 1989 donne une nouvelle occasion à la France de confirmer son attachement au Cern par la voix du président François Mitterrand : « Et voilà que le Cern aborde aujourd’hui une nouvelle étape de son histoire. La France, comme les autres pays membres, veillera à ce qu’elle soit florissante ». Cette position a ensuite été étayée par l’avis très favorable à la préparation du futur LHC donné en 1990 par le Conseil des Très grands équipements scientifiques (TGE).

36Il devenait cependant clair que la construction du LHC et des détecteurs géants associés n’était pas possible avec les seules ressources des États-membres. Le Conseil du Cern conclut donc en décembre 1991 qu’à tous égards le LHC est la machine qui convient pour assurer la poursuite de la mission du Cern, mais que le Cern doit rechercher la participation d’États non-membres. Or les États-Unis avaient entrepris en 1991 la construction du « supercollisionneur supraconducteur » (SSC), destiné à faire entrer en collision des faisceaux de 20 TeV dans un tunnel de 83 km de circonférence ; il n’y avait plus dès lors aux États-Unis de ressources disponibles pour le Cern.

37Hubert Curien a quitté le ministère de la Recherche en mars 1993. Dès janvier, anticipant cette échéance, le Cern l’avait sollicité pour lui proposer de prendre la présidence de son Conseil en décembre 1993. Hubert Curien accepta, fut élu en juin (à l’unanimité) et participa donc à la séance de décembre consacrée à la présentation détaillée du projet LHC. Une approbation était envisagée pour la mi-1994, sous réserve que soit alors finalisé le plan de financement.

38Avec le nouveau directeur-général Chris Llewellyn Smith, Hubert Curien avait donc la difficile mission de rechercher des contributions des États non-européens intéressés par une participation. Certes, le principal concurrent du LHC avait disparu en octobre 1993 lorsque le Congrès américain avait décidé l’abandon du projet SSC devant l’augmentation de son coût. Mais il fallait convaincre pour que soit acceptée l’idée de concentrer au Cern l’essentiel des ressources mondiales disponibles pour la physique des particules. Entre temps, en décembre 1994, le Conseil s’accordait pour construire le LHC en deux étapes, avec les ressources provenant des États membres. Mais le projet ne pouvait être mené à bon port d’un seul jet que si des États hors d’Europe y étaient associés.

39Des contributions de ces États, avec en tête les États-Unis, mais également le Japon, le Canada, l’Inde et la Russie, sont alors activement recherchées par les instances dirigeantes du Cern. En janvier 1996, Chris Llewellyn Smith et Hubert Curien se rendaient à Washington pour négocier. Six mois plus tard, les États-Unis annonçaient leur participation avec un financement très important. En décembre 1996 enfin, au terme des trois années du mandat d’Hubert Curien, un accord était établi pour construire le LHC en une seule étape, grâce aux contributions additionnelles d’États non-membres.

40Hubert Curien a disparu avant l’achèvement du LHC, suivi par la découverte du boson de Higgs, annoncée en juillet 2012 par les deux collaborations mondiales Atlas et CMS. Après la fin de son mandat de président du Conseil, il avait continué à suivre de près l’avancement du projet. La reconnaissance du personnel du Cern et de la communauté de la physique des particules envers Hubert Curien est bien traduite dans les mots de Lynn Evans, directeur du projet LHC, lors de la cérémonie d’inauguration en 2008 : « Je voudrais rendre un hommage particulier à la personne placée au centre de la photographie [voir ci-dessus], le regretté professeur Hubert Curien : le Cern et le projet LHC ont une grande dette envers lui ».

Un combattant de la paix

41L’engagement dans le maquis d’Hubert Curien en 1944 (cf article « Hubert Curien, physicien et professeur » du présent dossier) s’est terminé par une véritable bataille, du 19 au 21 septembre. Dans le brouillard, les Allemands ne disposaient pas de renfort aérien ; dès lors les maquisards, entraînés, nombreux, armés grâce à un parachutage, se retrouvaient pourrait-on dire à armes presque égales. De fait, les résistants tiennent fermement leurs positions, dans ce site vosgien qu’ils connaissent parfaitement, et décrochent finalement en bon ordre. À l’issue de l’affrontement, le bilan est lourd chez les Français mais plus encore chez les Allemands (on cite respectivement quelques dizaines de morts chez les premiers, quelques centaines chez les seconds).

42Même si Hubert Curien est resté d’une totale discrétion sur cette expérience qui l’a marqué pour toujours, on ne peut s’empêcher d’en détecter l’impact, et de constater à quel point, toute sa vie, il a cherché sans relâche à atténuer les conflits, déminer les situations, induire à s’entendre ceux qui s’opposaient. Et particulièrement, à tisser les liens les plus étroits et les plus inaltérables avec les descendants de ceux qu’il avait combattus en 1944.

43Le souvenir évoqué ci-contre par un conseiller technique du ministre dans le contexte de la politique spatiale suffit à mettre en lumière quelques traits essentiels de son attitude : empathie, compréhension, souci de l’autre (particulièrement de l’ami allemand), réalisme, sans oublier la patiente pédagogie.

  • 3 Souvenir de Jean-Pascal Lefranc, conseiller technique d'Hubert Curien.

Un samedi matin d’automne à Villacoublay3

Le ministre allemand de la recherche Heinz Riesenhüber a souhaité voir son homologue français pour préparer un conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne. Paré de son éternel nœud papillon, il se lance pour la énième fois dans un plaidoyer en faveur de la Station spatiale internationale et de son module européen Columbus, ainsi nommé car il devait initialement être lancé en 1992 (d’ailleurs les retards s’accumulent, et la question se pose de savoir si la NASA pourra le lancer avant l’arrêt définitif des vols de la navette).

Hubert Curien n’est rien moins que convaincu : il appelle d’ailleurs Columbus le « bidon », dans un raccourci qui résume le fond de sa pensée. Il écoute néanmoins Riesenhüber sans sourciller, sans même tenter d’argumenter. Je suis exaspéré par la position allemande qui peut conduire - et conduira ! - l’Europe spatiale dans une impasse, et le montre par ce que je croyais être de discrets signes négatifs de la tête.

Dans la voiture, sur le trajet du retour, le ministre me parle : « Vous êtes trop dur avec Riesenhüber » (je n’avais PAS ouvert la bouche !), « Il faut le comprendre, il a ses contraintes ». J’ai tenté de plaider ma cause : on ne peut quand même pas le laisser faire cette bêtise sans essayer de le ramener à la raison, c’est toute l’Europe qu’il entraîne avec lui. Lorsqu’il m’a répondu : « Je vous assure, vous devriez être moins dur avec lui », j’ai compris qu’il était inutile d’insister. Il partageait mon analyse, mais n’estimait pas souhaitable d’afficher sa divergence avec son homologue allemand : il lui suffisait d’exprimer la position française, point.

C’est le seul reproche de sa part dont je me souvienne. Il était bien dans sa manière : discret, et pourtant essentiel. Il faut avoir entendu les membres d’autres cabinets ministériels raconter les colères de leurs patrons et leurs retombées directes sur les conseillers pour mesurer le caractère exotique du comportement d’Hubert Curien dans le monde du pouvoir.

Un nom qui survit à travers le monde

44L’attention portée par Hubert Curien aux enjeux internationaux n’a pas été oubliée. En reconnaissance, son nom a été donné à un « outil » de coopération qui, tout en ayant son berceau au Quai d’Orsay (plus exactement à l’époque rue La Pérouse), a toujours fait l’objet de relations étroites avec la Rue Descartes : les anciens « PAI », Programmes bilatéraux d’actions intégrées, sont devenus les « PHC » ; une soixantaine de pays, à travers le monde, est aujourd’hui irriguée par les Partenariats Hubert Curien.

Ainsi s’achève ce dossier consacré à la grande figure d’Hubert Curien. Il convient en le refermant, de rendre hommage à Bernard Decomps, qui a conçu le projet, l’a conduit et s’est battu jusqu’au bout contre une cruelle maladie, avec une énergie farouche, pour le mener victorieusement à terme.

Haut de page

Notes

1 Lequel s'exprimait avec aisance en anglais et en allemand

2 Cette découverte avait été rendue possible par l’exploit technique consistant à transformer le synchrotron à protons de 400 GeV en un collisionneur proton-antiproton. Des chercheurs du monde entier venaient participer aux expériences menées au Cern.

3 Souvenir de Jean-Pascal Lefranc, conseiller technique d'Hubert Curien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Waldteufel et Philippe Zeller, « Hubert Curien et l'international »Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016, 171-181.

Référence électronique

Philippe Waldteufel et Philippe Zeller, « Hubert Curien et l'international »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome V-N°2 | 2016, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1380 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.1380

Haut de page

Auteurs

Philippe Waldteufel

Articles du même auteur

  • Le ministre Hubert Curien [Texte intégral]
    À travers les décennies, les mandats ministériels d'Hubert Curien laissent le souvenir, en France, d'un « âge d'or » de la recherche. Dans le but de comprendre les conditions de cette réussite exceptionnelle, le présent texte propose quelques éclairages.
    Hubert Curien as a minister
    Paru dans Histoire de la recherche contemporaine, Tome V-N°2 | 2016

Philippe Zeller

Diplômé d’HEC, ancien élève de l’ENA, Philippe Zeller, diplomate, a été conseiller diplomatique d’Hubert Curien. Il a occupé des postes de gestion et servi aux Seychelles, au Maroc, et, en qualité d’ambassadeur, en Hongrie, en Indonésie, au Timor Est et au Canada. Il a également été préfet de l’Ariège. Il est aujourd’hui ambassadeur près le Saint-Siège.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search