Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Nous avions indiqué dans notre éditorial du n°2 de 2014 que le Comité pour l’histoire du CNRS souhaitait aller à la rencontre d’autres organismes. Dans cette perspective nous avons alors publié un numéro dont le dossier portait le titre : « Un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L’Inra et le Cirad ». Ce numéro a suscité un vif intérêt de la part des communautés scientifiques. Il nous a donc paru très utile, comme à nos collègues de l’Inra, de poursuivre notre collaboration intellectuelle. C’est la raison pour laquelle nous publions aujourd’hui un second dossier consacré plus spécialement à la recherche agronomique française dans la seconde moitié du XXe siècle.

2Ce nouveau dossier amplifie les études développées dans le premier tout en les abordant sous un jour original qui se caractérise par la mise en œuvre d’une démarche historique centrée sur les interactions entre sciences et société. Ainsi, les divers articles, nourris par des archives tant scientifiques qu’institutionnelles, offrent un panorama extrêmement précis et documenté du renouvellement des approches scientifiques depuis 1980, de la transformation de la politique régionale accompagnant la décentralisation, mais aussi des nouvelles orientations des échanges internationaux imposées par la redistribution des cartes après la guerre et par la décolonisation.

3Le quatrième article s’interroge sur ce qu’on pourrait appeler les conditions de production des connaissances ; en cela, cette contribution, fait, si je puis dire, la jonction avec les deux varia qui suivent. Ces derniers, bien que portant sur des domaines très différents comme l’indiquent leurs titres respectifs, « Le Pirocéan (1980-1986), un véritable incubateur de projets interdisciplinaires » et « Radioscoper une discipline grâce à son répertoire professionnel », soulèvent également des problèmes liés à la production des connaissances et à la politique de la recherche.

4On notera, en particulier, que l’article consacré à l’histoire du Pirocéan (Programme interdisciplinaire de recherche océanographique) souligne qu’il ne peut y avoir de réussite en science qu’en se donnant du temps, qu’en attachant de l’importance à l’interdisciplinarité tout en maintenant fermement l’apprentissage et la pratique disciplinaire, sans négliger pour autant, à chaque étape de la réalisation du programme, une mise en œuvre opérationnelle de confirmation du travail : un exemple intéressant de ce que devrait être une politique de la recherche visant à l’accroissement des connaissances plutôt qu’à l’acquisition de gadgets techniques ! J’ai indiqué précédemment qu’il est nécessaire de tenir à la fois l’interdisciplinaire et le disciplinaire : on lira avec profit sur ce point le second varia.

5Un numéro riche en contenus scientifiques et en réflexions épistémologiques eux-mêmes complétés par une recension les prolongeant. Ce n’est pas tout. Vous constaterez, cher lecteur, que votre numéro de revue s’est accru d’un cahier de seize pages. Cette augmentation s’imposait au regard du nombre et de la qualité des articles et des dossiers que nous recevons. Je tiens à remercier ici CNRS Éditions et sa directrice, madame Blandine Genthon, d’avoir bien voulu répondre positivement à notre demande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Blay, « Editorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI-N°2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1460

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals