Navigation – Plan du site
Dossier : regards historiques sur la recherche agronomique française de la seconde moitié du XXe siècle

Introduction

Pierre Cornu et Egizio Valceschini
p. 106-109

Texte intégral

  • 1 Egizio Valceschini & Bernard Hubert, « Un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L’I (...)
  • 2 Voir : Pierre Cornu, Egizio Valceschini et Odile Maeght-Bournay, Entre science et politique. Histoi (...)

1Le Comité d’histoire de l’Inra et du Cirad présente ici un deuxième dossier consacré à l’histoire de la recherche agronomique française. Lors de la publication du premier1, en décembre 2014, nous avions souligné les singularités nationales de cette histoire. La France est, en effet, l’un des seuls pays européens à avoir conservé jusqu’à aujourd’hui un dispositif national autonome de recherche agronomique publique qui mobilise un large spectre de disciplines dans le domaine des sciences du vivant et de la société et développe des interfaces complexes, non seulement avec l’agriculture, mais également avec l’industrie, les autres grands opérateurs de recherche, les institutions nationales et européennes et, plus récemment, avec le monde associatif et les organisations impliquées dans les questions environnementales. Cependant, l’histoire des institutions de recherche agronomique et des champs scientifiques qu’elles couvrent est relativement peu connue et, de fait, a donné lieu à assez peu de travaux de fond. La contribution de la recherche agronomique à la dynamique des sciences, au développement agricole et industriel et à la construction politique des enjeux alimentaires et environnementaux est suffisamment dense et riche pour qu’on s’y intéresse de manière plus systématique que jusqu’à ce jour2.

2La publication de ce dossier consacré à l’Inra, est une nouvelle pierre apportée à ce projet, et, nous l’espérons, une démonstration de la fécondité d’une approche collaborative de l’histoire qui implique : les acteurs et leurs mémoires, les institutions et leurs archives, les chercheurs en histoire et leur rigueur méthodologique, enfin. Fruit d’un travail approfondi et de riches débats conduits au sein du Comité d’histoire de l’Inra et du Cirad, ce dossier apporte en effet un matériau, des éclairages et des questionnements que nous croyons pertinents, au-delà du simple cas de l’Inra, pour une réflexion historique sur la dynamique d’interaction entre sciences et sociétés dans la seconde moitié du XXe siècle.

3Il comprend quatre articles qui éclairent plusieurs moments et aspects importants de l’histoire de l’Institut. Si les trois premiers situent leur analyse au niveau de la stratégie globale, en revanche le dernier s’intéresse essentiellement à un domaine de recherche particulier, celui couvert par les sciences sociales et, plus particulièrement, par l’économie.

  • 3 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l’Inra. Le premier Inra (1946-1980) », Histoire de (...)

4L’article de l’historien Gilles Denis prolonge, sur la période 1980-1996, le travail effectué sur les années 1946 à 1980 et paru, en 2014, dans cette même revue3. Il situe en effet une césure au tournant des années 1970/1980, avec la mise en application, au début de la décennie 1980, de nouveaux décrets réorganisant l’Inra (avec notamment le passage à la double tutelle des ministères de l’Agriculture et de la Recherche) et élargissant ses missions. Cette histoire institutionnelle, reconstituée à partir de l’étude systématique des procès-verbaux des réunions du conseil d’administration de l’Institut, est qualifiée par l’auteur comme celle d’un « second Inra ». L’invariant identifié par Gilles Denis est bien le profond ancrage des travaux de l’Inra dans la résolution des problèmes touchant au pilotage du vivant ; mais si le « premier Inra » était « génétiquement » dédié à l’agriculture française (jusque dans ses prolongements alimentaires), le second opère une « mutation institutionnelle et conceptuelle ». Sans rompre le lien organique de l’Institut avec l’agriculture, cette mutation présente plusieurs caractéristiques qui le complexifient. Elle participe d’un processus d’acclimatation et d’intégration des révolutions scientifiques dans le domaine de la biologie, concrétisé par un engagement plus poussé vers les « recherches de base » (entendre « recherche fondamentale ») et dans les biotechnologies. Elle se nourrit d’une remarquable diversification de ses partenariats industriels, régionaux, scientifiques, nationaux et internationaux. Tout ceci implique des recompositions à l’intérieur de la structure, aussi bien en termes d’organisation scientifique que de gouvernance, dont les comptes rendus du conseil d’administration produisent, bien entendu, une lecture très particulière et nécessairement incomplète. Il est donc pertinent de les étudier aussi sous l’angle des approches par les acteurs mêmes et sous celui de leurs engagements.

5Bernard Sauveur, responsable de la politique régionale de l’Inra au début des années 2000, nous entraîne pour sa part sur les lieux concrets de la recherche agronomique et nous invite à évaluer les enjeux régionaux et nationaux de la politique de l’Institut. Couvrant soixante ans d’histoire, il livre des clés de lecture de l’implantation géographique du dispositif de recherche de l’Inra. Organiquement lié aux problématiques agricoles, la recherche agronomique se devait d’en épouser la diversité, tandis que l’Inra, en tant qu’institution, se devait de maintenir une politique scientifique nationale cohérente, ouverte aux partenariats et en harmonie avec les politiques publiques. Dans la durée, cet état de fait a été structurant pour ce dernier et permet de comprendre des logiques de localisation à l’œuvre au fil des décennies qui ne sont pourtant pas toujours lisibles au premier degré. Après une expansion territoriale remarquable dans les décennies 1950, 1960 et 1970, l’Inra se retrouve, au début des années quatre-vingt, à la tête d’un patrimoine foncier et immobilier tout à fait conséquent. Il est donc en mesure de contracter avec les nouveaux exécutifs que sont les régions depuis les lois de décentralisation de 1982, puis de s’ouvrir très largement à l’enseignement supérieur universitaire à partir de la fin des années quatre-vingt-dix. En outre, la diversification des approches relatives au « développement agricole » a contribué à délocaliser certains programmes de recherche à partir des années soixante-dix. Si l’organisation matricielle de l’Inra, croisant organisation scientifique et territoriale, est bien une constante depuis sa création, elle est surtout aujourd’hui la résultante historique d’un jeu complexe d’options scientifiques, sociales, économiques et politiques.

6Lisalou Martone, doctorante en histoire au laboratoire d’études rurales de Lyon, explore un domaine particulièrement méconnu de l’Inra, qui est son ouverture à l’international, depuis sa fondation en 1946 jusqu’aux années soixante-dix. Son travail mobilise principalement les archives orales de l’Institut, en partie publiées dans Archorales4, publication des archives orales de l’Inra, ainsi que les numéros du Bulletin de l’Inra, périodique de communication interne paru entre 1962 et 1978. Sur la période étudiée, en observant les stratégies de coopération et de compétition et les trajectoires des agronomes, il est possible de scander l’histoire de l’extraversion de la recherche agronomique publique. Si les scientifiques du tout jeune Inra ont très tôt regardé vers les États-Unis et l’Europe du Nord pour se « mettre à niveau », ils se sont aussi engagés, à partir du milieu des années cinquante, dans des actions de coopération technique au Maghreb, au Moyen-Orient et dans certains pays tropicaux, faisant de cette première période un moment faste pour la circulation des savoirs et des expertises et pour le rayonnement international de l’Inra. Mais ce rayonnement résiste mal aux mouvements de décolonisation, et l’Inra se tourne vers son outre-mer, avec un succès très relatif, signe d’une tension autour de la question de la pertinence de la transposition des résultats scientifiques entre métropole et outre-mer. Pour sa part, la décennie 1970 voit l’Inra tenter de développer des relations scientifiques privilégiées avec des pays aux problématiques comparables à celles de l’Hexagone. Ainsi, il se tourne vers les pays asiatiques ou d’Europe centrale et se positionne sur le front des recherches sur l’agriculture méditerranéenne, dans une phase d’apprentissage de la compétition scientifique mondiale et d’interrogation sur ce qu’est la production d’une « bonne science ». En définitive, le travail de Lisalou Martone nous montre à quel point les projets extranationaux sont tributaires des contingences économiques et politiques. Celles-ci leur imposent des modalités bien différentes, qui conduisent à des succès parfois fragiles et provoquent des effets contradictoires sur une communauté scientifique qui balance, à la fin de la période, entre tentation du repli sur le laboratoire et souci de reconnaissance.

  • 5 Aujourd’hui dénommé « SAE2 : Sciences Sociales, Agriculture & Alimentation, Espace & Environnement(...)

7Économiste, fin connaisseur de la politique agricole et directeur scientifique des sciences sociales à l’Inra au début des années 2000, Philippe Lacombe a donné une forte impulsion aux recherches en sociologie. Il s’est joint ici à Pierre-Benoît Joly, économiste de l’innovation et sociologue des sciences, pour se pencher sur les rapports entre les recherches en sciences économiques et sociales et la politique agricole depuis la création de l’Inra. S’il a été créé au sein de l’Institut plus tardivement que la plupart des départements « clés » de la recherche agronomique, le département d’Économie et sociologie rurales5 (ESR) de l’Inra acquiert pourtant, dans les années soixante, une importance à la hauteur des enjeux de la politique agricole qui devenait alors européenne. Adoptant une approche plus sociologique qu’historiographique, les auteurs identifient deux périodes, chacune caractérisée par un espace sociocognitif particulier et un régime de coproduction sciences sociales/politique. Dans un référentiel d’abord modernisateur, les savoirs et les politiques s’élaborent selon un « régime de proximité », et les travaux des économistes de l’Inra fournissent les cautions scientifiques nécessaires au vaste mouvement modernisateur de l’agriculture. Par la suite, à partir des années quatre-vingt, dans un référentiel marchand, c’est un « régime bureaucratique et professionnel » qui prédomine : l’économie « performative » va alors exceller comme « technologie de gouvernement », faisant des chercheurs de l’Inra des éclaireurs des décisions politiques qui proposent aux décideurs des modèles de simulation.

8Si cohérence il y a dans ce dossier, elle se trouve à l’évidence dans un questionnement critique très fort sur la dynamique d’économie de la connaissance dans laquelle se situe la trajectoire de l’Inra. Gageons que les jalons posés ici nourriront un débat historiographique allant bien au-delà de la simple restitution du rôle d’un institut dans le paysage des opérateurs de recherche, ouvrant sur ce que veut dire poser la question des relations sciences-société dans la dynamique contemporaine de globalisation des enjeux agricoles, alimentaires et environnementaux.

Haut de page

Notes

1 Egizio Valceschini & Bernard Hubert, « Un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L’Inra et le Cirad » a été publié dans Histoire de la recherche contemporaine, tome III, n°2, décembre 2014, p.106-112.

2 Voir : Pierre Cornu, Egizio Valceschini et Odile Maeght-Bournay, Entre science et politique. Histoire de l’Inra, Éditions Quae, 400 p., (à paraître en 2017).

3 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l’Inra. Le premier Inra (1946-1980) », Histoire de la recherche contemporaine, tome III, n°2, décembre 2014, p.125-136.

4 Les témoignages publiés sont en accès libre sous forme numérique : http://www7.inra.fr/archorales/

5 Aujourd’hui dénommé « SAE2 : Sciences Sociales, Agriculture & Alimentation, Espace & Environnement ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Cornu et Egizio Valceschini, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VI-N°2 | 2017, 106-109.

Référence électronique

Pierre Cornu et Egizio Valceschini, « Introduction », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI-N°2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1473 ; DOI : 10.4000/hrc.1473

Haut de page

Auteurs

Pierre Cornu

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’études rurales de Lyon

Articles du même auteur

Egizio Valceschini

Directeur de recherches à l’Inra, président du Comité d’histoire de l’Inra et du Cirad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals