Navigation – Plan du site
Dossier : regards historiques sur la recherche agronomique française de la seconde moitié du XXe siècle

Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Mise en place du second Inra (1980-1996)

S'aidant essentiellement des procès-verbaux des conseils d'administration, ce texte propose une histoire du second Inra, des décrets qui le fondent jusqu’à son cinquantième anniversaire, en 1996. Il décrit la politique choisie (structures, matériels, emplois, collaborations) pour réagir à de nouveaux défis (biotechnologie, environnement, transformation, santé, mondialisation, etc.).
An institutional history of the French Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) - The setting up of the second INRA (1980-1996)
Gilles Denis
p. 109-127

Résumés

À partir essentiellement des procès-verbaux du conseil d’administration, ce texte propose une histoire de la mise en place des missions énoncées par décrets en 1980 et 1984 qui ont défini le second Inra, induisant une mutation institutionnelle et conceptuelle. Elles concernent : le développement des nouvelles biotechnologies ; la qualité et la diversité alimentaires en lien avec la santé et la demande ; la protection de l’espace rural ; l’adaptation au nouveau contexte économique. Ce texte décrit comment l’Inra tente d’y répondre par une orientation des moyens, une nouvelle structuration, le développement de collaborations diverses.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique (I (...)
  • 2 Gilles Denis, Quelques mots sur l’histoire de l’Institut national de la recherche agronomique (docu (...)

1Nous proposons ici une histoire de l’Inra, depuis les décrets de 1980 et 1984 jusqu’au cinquantième anniversaire, en nous appuyant principalement sur les procès-verbaux du conseil d’administration. Cette période se caractérise par la mise en place d’un Institut fortement renouvelé dans ses ambitions et ses moyens. L’étude de ces procès-verbaux nous permet d’identifier les discussions, intentions et décisions en matière de stratégie, structuration, recrutement, financement et investissement de la recherche et de son application. Ces documents doivent être évidemment examinés avec prudence et être confrontés avec d’autres, notamment les procès-verbaux du conseil scientifique. Il faut en effet les considérer comme représentant quelque peu l’aspect « officiel », c’est-à-dire la représentation des discussions et décisions internes que les rédacteurs désirent donner de ces procès-verbaux, en accord avec la direction. Cet article et celui paru précédemment dans cette même revue qui traitait du premier Inra (1946-1980)1 sont une reprise modifiée d’un texte achevé en septembre 1995 et resté interne à l’Institut2.

2On remarque dans cet épisode de l’histoire de l’Inra étudié ici (1980-1996) une certaine périodisation identifiable notamment par les trois scientifiques, présidents successifs de l’Institut : Jacques Poly, Pierre Douzou puis Guy Paillotin. En 1978, J. Poly devient directeur puis, en 1980, président directeur général et remplace Raymond Février, directeur général successeur de Jean-Michel Soupault depuis 1972. J. Poly est remplacé en 1989 par P. Douzou et ce dernier, en 1991, par G. Paillotin. J. Poly, ingénieur agronome généticien, à l’origine de la célèbre « loi sur l’élevage » du 28 décembre 1966, dite « Loi Poly », est le grand initiateur et organisateur de ce nouvel Inra. Il porte aussi la tradition et fait ainsi le lien avec le précédent. P. Douzou, pionnier en France de la biochimie des macromolécules et de la biologie moléculaire, ancien de l’Inserm, est le grand défenseur du développement des biotechnologies en France et donc à l’Inra. G. Paillotin, polytechnicien, est un physicien issu de l’École des mines de Paris qui a fait sa thèse sur l’énergie d’excitation électronique chez les plantes supérieures. Il soutient la multiplication et la diversification des collaborations et défend la vision d’un grand réseau de recherche-développement international à réaliser dont l’Inra serait une des mailles.

  • 3 Gilles Denis, « De l’institut des recherches agronomiques au premier institut national de la recher (...)

3Après une période de graves difficultés où l’existence même de l’Institut fût remise en cause, les décrets de 1980 et 1984 établissent l’assise d’une nouvelle entité dépendant des ministères de l’Agriculture et de la Recherche. Comme à la sortie de la seconde guerre mondiale où il s’agissait de rétablir et développer prioritairement la production agricole, l’objectif avancé est de permettre à l’Inra de répondre aux nouveaux besoins du pays et aux nouveaux défis qui s’offrent à lui : l’évolution des biotechnologies notamment grâce aux nouvelles potentialités de la biologie moléculaire ; la protection de l’environnement et la qualité sanitaire des aliments ; le développement des industries agro-alimentaires ; l’ouverture des marchés à l’international ; les nouvelles demandes des consommateurs et du développement régional3. Ce nouvel Inra prend naturellement ses racines dans le précédent et le renouvellement s’inscrit dans une mutation déjà en cours qu’il nous faut d’abord identifier. Le regroupement des services centraux en 1987 au 147 rue de l’Université symbolise celle-ci.

Prémices d’une évolution déjà ancienne

  • 4 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique », (...)
  • 5 Gilles Denis, « De l’institut des recherches agronomiques au premier institut national de la recher (...)
  • 6 P.-V. du CA.du 5 avril 1965, p. 3.

4Lors des discussions de 1944, autour d’un projet de création d’un Institut de recherche agronomique à l’origine de l’Inra fondé en 1946, c’est le choix d’un lien fort avec l’application agricole voulu par Charles Crépin et Jean Bustarret qui l’avait emporté contre option, défendue par Albert Demolon et Maurice Lemoigne, d’une recherche de haute qualité scientifique, en lien avec la recherche fondamentale se développant ailleurs4. Ce débat remontait au moins jusqu’au comité secret de l’Académie des sciences de 1916 qui avait traité de l’organisation des recherches agronomiques5. Il continue après 1944 et le choix non retenu de privilégier une recherche de haut niveau scientifique continue à recevoir des soutiens, d’autant plus que l’on s’éloigne de l’après-guerre. Ainsi en 1965, par exemple, dans le cadre des discussions sur le Ve plan, on avance à l’Inra le rôle que « joue et doit jouer » toujours plus l’Institut dans le « domaine des recherches de base en biologie » afin de couvrir de nombreux sujets peu ou pas abordés par la recherche universitaire et compléter celle-ci en introduisant des points de vue légèrement différents et en utilisant des possibilités expérimentales particulières6. Cette ambition se retrouvera au cœur de la mise en place du second Inra ; J. Poly, P. Douzou et G. Paillotin conforteront le choix écarté en 1944. Voyons maintenant, dans la période du premier Inra, les prémices des caractéristiques de ce nouvel Institut.

  • 7 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.11-15 et du 14 mars 1973, p.12-13.

5En 1972, pour répondre aux ambitions des pouvoirs publics et de la profession, définies par le plan de modernisation et d’équipement, l’Inra se présente selon trois axes principaux pour caractériser le budget 1973 : il est un organisme de recherche, il a une vocation industrielle et il est voué aux études d’environnement du monde rural. Le conseil d’administration préconise de concentrer les moyens disponibles sur les deux premiers axes, de participer de plus en plus activement à la recherche de nouveaux processus ou procédés technologiques, à la mise au point de produits eux-mêmes nouveaux, sans négliger pour autant les travaux plus fondamentaux de biochimie ou de microbiologie alimentaires. Il considère que l’Inra, de par sa spécificité même, doit contribuer de manière importante à l’essor des études sur l’environnement, à la lutte contre les nuisances atmosphériques, la pollution des eaux, les nuisances alimentaires, sonores, les incendies de forêts, etc., et s’impliquer dans l’aménagement de l’environnement rural et périurbain. Il se propose d’étudier la forêt en tant que « forêt-loisir », « facteur d’épuration de l’atmosphère » et « facteur de microclimat ». Ces nouveaux objectifs sont pris en compte dans l’évolution des créations d’emplois. Toutes ces études seront une des caractéristiques du nouvel Inra à qui le législateur donnera, pour y répondre, de nouveaux moyens par les décrets de 1980 et 1984. En 1973, pour répondre aux mêmes ambitions, sont nommés un inspecteur général de la recherche agronomique pour les recherches forestières et l’environnement et un pour les industries agricoles et alimentaires et la qualité des aliments de l’homme7. Néanmoins l’Inra, par la voix de son conseil d’administration, comme le rappellent Jean-Michel Soupault, directeur général et Jacques Poly, son adjoint lors des discussions sur le budget en 1973, prétend demeurer, en même temps, l’organisme de recherche qui accompagne le développement de l’agriculture :

  • 8 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.13.

6« Si l’Inra focalise des efforts particuliers et concentre le maximum de ses moyens disponibles [sur les recherches à vocation industrielle et celles vouées aux études d’environnement], il n’en demeure pas moins qu’il est de plus en plus sollicité dans ses missions traditionnelles par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural et par les organisations professionnelles […] L’Inra doit donc tenter de précéder sinon d’épouser l’évolution et la mutation de notre agriculture8. »

  • 9 Gilles Denis, « De l’Institut des recherches agronomiques au premier Institut national de la recher (...)
  • 10 P.-V. du CA du 1er mars 1957, p.5.
  • 11 P.-V. du CA. du 29 mars 1962, p.6-7.
  • 12 P.-V. du CA. du 5 avril 1963, p.16
  • 13 P.-V. du CA. du 16 mars1965, p.7.
  • 14 P.-V. des CA. du 22 janvier, p.6 et du 18 mars 1968, p.6 ; P.-V. des CA. du 5 mai, p.7-8, du 17 jui (...)
  • 15 P.-V. du CA. du 17 septembre 1975, p.16-17.
  • 16 P.-V. du CA. du 27 juin 1973, p.12-14.
  • 17 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.12 ; P.-V. des CA. du 17 septembre, p.7 et du 30 octobre 1975, (...)
  • 18 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.12, et P.-V. du CA. du 14 mars 1973, p.23.

7En matière de qualité des aliments il existait, dès l’ancien Institut des recherches agronomiques (1921-1934)9, une commission de l’hygiène et de l’alimentation et deux stations d’étude de l’alimentation de l’homme et des animaux - dont le Centre de recherches scientifiques sur l’alimentation de Paris subventionné par l’Inra à sa création en 1946 puis rattaché à lui en 1949. Le plan de développement de la recherche agronomique pour la période de 1957 à 1961 proposait que soit souligné l’intérêt porté aux études sur la valeur alimentaire des produits agricoles et aux incidences sur celle-ci des techniques de production, conservation et transformation, en inscrivant sous une « rubrique spéciale et bien explicite » les crédits d’investissement en leur faveur10. Lorsqu’est envisagée, en 1962, l’implantation d’un centre près de Dijon, on y prévoit l’installation d’un laboratoire de microbiologie appliquée aux industries agricoles et alimentaires et d’un laboratoire d’études sur les répercussions nutritionnelles des traitements des produits agricoles11. En 1963, sont mis en place à Jouy-en-Josas, au sud-est de Versailles, le laboratoire d’études des qualités des aliments de l’homme, et, à l’Institut national agronomique (Ina) à Paris, le laboratoire de recherches sur la conservation et l’efficacité des aliments12. En 1965, le conseil d’administration retient, comme thème général, les « répercussions nutritionnelles ou hygiéniques » des traitements subis par les produits agricoles aux stades de la production, de la conservation ou de la transformation et il projette que des études en ce sens soient poursuivies à Dijon et à Nantes13. En 1968, est lancé le projet de constitution, dans la région lilloise, d’un Centre d’études et de recherches technologiques des industries alimentaires ; opération non prévue au Ve plan, mais décidée par un comité interministériel, qui réunit, sous la forme d’une association loi 1901, l’Inra, l’École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires, l’Institut Pasteur, l’université de Lille et divers industriels de la région, rejoints, en 1971, par l’Inserm14. Dans l’enceinte de ce Centre de recherches de Lille, ouvert en 1975 à Villeneuve d’Ascq, est créée une station de technologie alimentaire15. La commission de la recherche du Ve plan désigne Nantes comme l’un des huit grands pôles de la recherche scientifique en France avec une spécialisation en matière de nutrition, transformation et conditionnement des produits agricoles. Ainsi, un complexe agro-alimentaire s’édifie, en 1973, en région nantaise avec l’aide de la ville, constitué de l’implantation de l’École nationale des ingénieurs des techniques industrielles alimentaires et de celle du Centre de recherche de Nantes de l’Inra16. En 1976, s’y ajoute l’atelier de technologie agro-alimentaire suivi du laboratoire de biochimie des aliments puis celui de biophysique des aliments17. En 1973, sur le site de Clermont-Ferrand, un laboratoire d’études sur les viandes est créé comme première étape de l’implantation d’un Institut de la viande18.

  • 19 Rapport accompagnant le projet de loi portant organisation de la recherche agronomique et création (...)

8Sur le plan de l’environnement, l’étude du milieu est naturellement prise en considération depuis longtemps pour l’amélioration des techniques de production agricole et l’amélioration génétique. Le rapport de 1944 sur l’organisation de la recherche agronomique, à l’origine de l’Inra, avance ainsi que le perfectionnement, la régularisation et la normalisation de chacune de nos productions agricoles supposent d’abord une étude précise des divers milieux naturels et culturaux (sol, climat) envisagée par rapport aux spéculations végétales et animales potentielles19. Mais le souci de l’environnement change de nature ; on s’intéresse aux relations avec le milieu dans le but de protéger celui-ci. En 1964, Edgar Pisani, ministre de l’Agriculture, envisage que l’Institut participe à une « Commission de l’équilibre » :

  • 20 P.-V. du CA. du 13 mai 1964, p.3-4.

9« L’intervention des résultats techniques de la recherche entraîne des modifications profondes des conditions de culture, des microclimats, des équilibres entre le parasite et l’antiparasite, entre le parasite et son hôte, etc. L’homme en outre, est un redoutable "parasite", il n’a plus qu’un lien occasionnel avec la campagne et peut, par son comportement, détruire le cadre même de son repos. Ces considérations mettent en cause la totalité des aspects de notre connaissance20 ».

10L’objectif n’est pas, selon lui, de retrouver un « hypothétique "état de nature" », mais de rechercher de « nouveaux équilibres. »

  • 21 P.-V. du CA. du 26 juin 1970, p.15, et P.-V. du CA. du 27 juin 1974, p.35.

11En 1970 est créé, au centre de recherches d’Avignon, le service technique d’étude des facteurs climatiques de l’environnement précédé de la création du laboratoire d’étude de la pollution atmosphérique de Montardon, dans les Pyrénées-Atlantiques ; ce laboratoire est rattaché au centre de recherches de Bordeaux, avant de l’être, en 1974, à celui d’Avignon21. La nouvelle orientation vers les problèmes de l’environnement figure dans le VIe plan (1971-1975) sous la forme de trois objectifs :

  • améliorer la connaissance du milieu et les règles de son utilisation par l’homme pour concilier « la productivité de l’agriculture et l’amélioration de l’environnement » ;

  • améliorer les moyens préventifs et curatifs de lutte contre les pollutions et les nuisances et protéger la faune et la flore sauvages ;

    • 22 P.-V. du CA. du 21 juin 1971, p.9 ; voir aussi P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.12-13

    développer les élevages, plantations et cultures contribuant à l’amélioration de l’environnement22.

  • 23 P.-V. du CA. du 21 juin 1971, p.7-10.
  • 24 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.13.

12En 1971, la création du centre de recherches forestières d’Orléans s’inscrit dans cette nouvelle orientation. L’objectif est de faire face aux demandes nouvelles et de poursuivre des objectifs nouveaux - dus à « l’évolution rapide du rôle de la forêt dans la société moderne » - dans le domaine de la production, de la protection de la forêt, de l’environnement (écologie forestière, pollution atmosphérique, activités de loisir, rôle de l’arbre dans l’espace urbain et périurbain)23. Dans le même esprit, des efforts sont portés pour les recherches hydrobiologiques à Saint-Pée-sur-Nivelle et à Thonon les Bains24.

  • 25 Michel Morange, Histoire de la biologie moléculaire, Paris, La Découverte, 1994, p.241-245.

13Une autre caractéristique du second Inra, l’ambition de développer les biotechnologies, est annoncé par une évolution déjà en cours avant les décrets de 1980 et 1984. Certes s’il s’agit simplement de technologies qui utilisent le vivant, elles sont évidemment anciennes. Depuis le XIXe siècle, des recherches sélectionnent, par exemple, des micro-organismes pour améliorer certaines technologies comme celles du laboratoire agricole de fermentations de Paris. Issu de celui-ci, existait avant la seconde guerre mondiale, un laboratoire national des industries laitières et des industries de fermentation, situé rue de l’Arbalète à Paris. Il devint, en 1942 la station centrale de microbiologie appliquée aux industries agricoles puis, après son rattachement à l’Inra en 1946 et son transfert à Jouy-en-Josas en 1954, la station centrale de technologie des produits animaux. Mais le terme « biotechnologie » est surtout rattaché aux nouvelles possibilités de manipulation permises par la biologie moléculaire et le génie génétique25. Il indique de nouvelles méthodes pour modifier le matériel vivant utilisé mais aussi de nouvelles possibilités d’amélioration génétique des espèces animales et végétales. L’Inra s’engage relativement rapidement sur cette voie dès avant les décrets de 1980 et 1984.

  • 26 P.-V. du CA. du 29 mars 1962, p.6-7 ; P.-V. du CA du 23 juin 1964, p.8 ; P.-V. du CA. du 5 avril 19 (...)
  • 27 P.-V. du CA. du 13 juin 1990, p.32.

14Lors de la création des centres de Dijon (1962), Lille (1973) et Nantes (1975), il est prévu d’établir des laboratoires pour permettre l’utilisation de ces nouvelles possibilités dans le domaine des industries agricoles et alimentaires. Elles investissent aussi les départements de génétique et d’amélioration des plantes et de génétique animale. La création du centre de Toulouse est présentée comme une prise en compte de cette évolution26. En 1979, un Groupement d’intérêt économique de génie génétique, réunissant l’Institut Pasteur, l’Inserm et l’Inra est créé pour cinq ans afin de contribuer au développement des recherches fondamentales en matière de génie génétique. En 1980, il souscrit à 12 % du capital de la société Transgène, société de recherche et développement en biotechnologie et, notamment, en génie génétique27.

Développement des priorités du nouvel Institut

  • 28 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique », (...)
  • 29 Décret n°80-711 du 5 septembre 1980 (Journal officiel du 13 septembre 1980, p.2151). P.-V. du CA. d (...)
  • 30 P.-V. des CA. du 13 juin 1991, p.6-7 et du 21 novembre 1991, p.10-13.
  • 31 « Annexe I, note technique, projet de budget pour 1990 », p. 11 in P.-V. du CA. du 13 décembre 1989(...)

15Suite aux recommandations du rapport de la commission d’audit externe présidée par Jacques Pélissier28, remis en 1979 et à l’origine des réformes de 1980, cinq secteurs sont créés. Ils regroupent l’ensemble des départements :29 productions végétales, productions animales, sciences sociales, et, deux pour marquer les nouveaux objectifs : industries agricoles et alimentaires et milieu physique. En 1986, avec le rattachement du département d’agronomie, ce dernier prendra le nom de milieu physique et agronomie puis, en 1991, d’environnement physique et agronomie30. De même sont créés deux départements : celui des recherches sur les systèmes agraires et le développement et celui des sciences de la consommation qui deviendra, dix ans plus tard, en 1990, le département de nutrition, alimentation et sécurité alimentaire31. Les restructurations et l’évolution des dénominations marquent la mutation institutionnelle et conceptuelle de l’Inra.

16Pour J. Poly, président directeur général, il peut y avoir une certaine opposition entre la « recherche traditionnelle » et les nouveaux programmes d’actions prioritaires ; il souligne en décembre 1981 :

  • 32 P.-V. du CA. du 22 décembre 1981, p.6.

17« La difficulté de concilier un certain poids du passé avec la nécessité de développer très rapidement des programmes prioritaires nouveaux. L’Inra, en vingt ans, a connu un développement considérable entre les années 1950 à 1970, ce développement pose maintenant autant de problèmes que la période de pénurie qui a suivi32. »

18De même, en novembre 1984, Guy Paillotin, alors directeur général adjoint, évoque les mêmes difficultés :

  • 33 P.-V. du CA. du 15 novembre 1984, p.19.

19« On parle d’une nouvelle politique mais on ne modifie pas brutalement les orientations d’un organisme de recherche ; la mission de l’Inra demeure la même : elle est de rendre service au monde de l’agriculture, aux industries amont et aval, mais aussi de tenir compte des changements qui s’opèrent dans l’environnement, notamment scientifique33 ».

  • 34 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.10-13.
  • 35 « Annexe, Les moyens financiers de l'Inra en 1988 et leur affectation », p.8-13 in P.-V. du CA. du (...)
  • 36 P.-V. du CA. du 24 juin 1993, p.7.
  • 37 Jean-Claude Remy, Les recherches sur l'environnement à l'Inra, Rapport Inra, 1992 ; voir P.-V. du C (...)
  • 38 Michel Sébillotte, Avenir de l'agriculture et futur de l'Inra, Rapport Inra, 1993 ; voir P.-V. du C (...)
  • 39 P.-V. du CA. du 24 juin 1993, p.7 ; « Annexe n°1, présentation du projet de budget 1994 », p.15 in (...)

20À partir de 1980, les nouvelles missions prennent rapidement de l’ampleur, notamment dans les dernières années étudiées ici. Elles sont privilégiées comme axes prioritaires aussi bien pour le recrutement que pour les crédits d’investissement et de fonctionnement. Par exemple, en 1987, les moyens sont concentrés sur la maîtrise des technologies importantes pour l’agriculture et l’agro-alimentaire et, au premier rang, les biotechnologies34. Certains laboratoires s’équipent alors de gros et très gros matériels scientifiques particulièrement coûteux35. En 1993, est créée la délégation permanente à l’environnement dont la responsabilité est confiée à Alain Perrier36. Elle résulte du rapport de Jean-Claude Remy, Les recherches sur l’environnement à l’Inra37. De même, suite au rapport de Michel Sébillotte, Avenir de l’agriculture et futur de l’Inra38, est créée la délégation permanente à l’agriculture, au développement et à la prospective, dont il prend la responsabilité39.

  • 40 P.-V. du CA. du 22 décembre 1981, p.7 et p.22.

21Le premier Inra, de 1946 à 1979, absorba peu à peu de nouveaux domaines de compétence. Le second se caractérise par un changement d’approche, de méthode, de moyens, de préoccupation qui touche l’ensemble des départements. Comme l’explique, en 1982, Jacques Roux, directeur général de la santé : « La biotechnologie est une technologie pour faire avancer d’autres objectifs » qui peut devenir « assez rapidement […] un élément directeur technique40. » Le souci de l’environnement et de la qualité alimentaire accompagne aussi de nombreuses recherches plus anciennes. En 1984, dans la foulée des décrets fondateurs du nouvel Inra et alors qu’est décidé, pour 1985, la concentration des moyens sur les biotechnologies, Guy Paillotin, directeur général adjoint chargé des questions scientifiques présente ainsi l’évolution de l’Institut :

  • 41 P.-V. du CA. du 15 novembre 1984, p.18-21.

22« De toute évidence, nous devons tenir compte du progrès de la biologie en général et des biotechnologies et nous faisons l’effort qui convient […] La technologie s’introduit en force. On peut parfois le regretter mais c’est un état de fait dans le monde qui nous entoure. Les économistes sollicités ont entamé des recherches pour savoir quel va être l’impact des biotechnologies, quelle peut être l’utilisation des produits agricoles comme matières premières, non seulement pour l’agro-alimentaire mais aussi pour l’agrochimie41 ».

  • 42 Ibid, p.19.

23Il ajoute qu’il faudrait aussi introduire d’autres technologies comme l’électronique, l’informatique, la productique42.

  • 43 Voir notamment P.-V. du CA. du 20 décembre 1988, p.15.
  • 44 P.-V. du CA. du 8 novembre 1983, p.10 ; P.-V. du CA du 15 novembre 1984, p.13, p.19 et p.22-23.
  • 45 P.-V. du CA. du 13 septembre 1988, p.6.
  • 46 « Annexe, les moyens financiers de l'Inra en 1988 et leur affectation », p.10 in P.-V. du CA. du 17 (...)

24De 1985 à 1989, P. Douzou, alors président du conseil scientifique de l’Institut, est aussi le vice-président du programme mobilisateur « Essor des biotechnologies » au ministère de la Recherche et de la Technologie43. Parmi les nouvelles opérations, l’Inra décide, dans le budget 1984, d’une création importante à Jouy-en-Josas. Il s’agit d’un projet structurant nommé « Jouy 2000 », qui augmente les moyens pour les recherches relatives aux biotechnologies animales et qui rassemble les équipes dispersées qui travaillent sur ce thème à Grignon ou à Jouy-en-Josas même44. On y installe des laboratoires de recherches en microbiologie, en virologie et immunologie, en biologie physique, en radiologie appliquée, en génétique biochimique, en physiologie de la lactation. Le bâtiment des technologies de Jouy, inauguré en 1988,45 est équipé de très gros matériel scientifique, à savoir un séquenceur de protéines pour la technologie laitière, un synthétiseur de peptides et un microscope électronique pour les biotechnologies animales. Cette politique d’équipement ciblée sur les recherches prioritaires caractérise cette période. La même année, par exemple, sont installés, comme équipement de même importance, un appareil de micro-imagerie RMN pour la viande sur le domaine de Theix à Saint-Genès-Champanelle, près de Clermont-Ferrand, un spectromètre MS/MS pour la phytopharmacie à Versailles46.

  • 47 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.11-12.
  • 48 P.-V. du CA. du 13 décembre 1989, p.6.

25Les nouvelles orientations ont ainsi deux types de conséquences : le développement de nouvelles opérations et une modification des anciennes disciplines dans leurs objets d’étude et méthodes. Les biotechnologies végétales se développent à Versailles et Toulouse, les biotechnologies animales et agro-alimentaires à Jouy-en-Josas, le génie agro-industriel à Grignon, les biotechnologies liées aux insectes à Saint-Christol-les-Alès et à Antibes47. En 1989, pour favoriser la mutation de l’Inra, sont mis en place, les grands programmes trans-sectoriels, Agrobio et Agrotech. Pour Pierre Mauléon, directeur général adjoint chargé des questions scientifiques, « il s’agit de grands programmes d’envergure dont l’objectif est de décloisonner les secteurs, de les rassembler pour accroître leur utilité48 ».

  • 49 P.-V. du CA. du 22 juin 1982, p.1.
  • 50 P.-V. du CA. du 13 décembre 1989, p.8.
  • 51 « Annexe II, présentation du projet de budget pour 1991 » in P.-V. du CA. du 14 novembre 1990, p.II (...)

26Parmi les modifications touchant les anciennes disciplines, nous avons fait référence aux génétiques animale et végétale. Nous pouvons aussi citer le secteur milieu physique et agronomie qui regroupe notamment trois anciens départements : bioclimatologie, science du sol et agronomie. Sa direction est confiée, en 1982, à Suzanne Meriaux, « première femme à l’Inra appelée à diriger un important secteur scientifique » précise J. Poly, président directeur général49. En 1990, on présente son programme comme basé sur la concentration et la convergence des études en agro-physiologie : la connaissance, la gestion et la conservation du patrimoine du sol50. En 1991, lorsqu’on propose de le dénommer « environnement physique et agronomie », parmi les priorités de l’année se trouvent les programmes relatifs à la gestion de l’eau et à la climatologie51. Le budget 1992 reprend les mêmes programmes prioritaires que ceux de 1991, sans modifier l’équilibre entre les différents secteurs, en renforçant le secteur environnement physique et agronomie, notamment pour l’étude des hydrosystèmes et de l’action des pesticides ; Hervé Bichat, directeur général de l’Inra précise ainsi :

  • 52 P.-V. du CA. du 21 novembre 1991, p.10-11, p.13 et p.17.

27« [Les orientations stratégiques] se développent autour de quatre grands axes qui s’inscrivent dans les préoccupations au niveau de l’Europe et des citoyens, notamment en ce qui concerne les problèmes d’environnement52 ».

  • 53 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.28, p.30 et p.36-37.
  • 54 P.-V. du CA. du 7 décembre 1993, p.19-20 ; « Annexe n°2, la politique des AIP pour 1994 », p.6-9 in (...)
  • 55 « Annexe n°1, présentation du projet de budget 1994 », p.16-17 in P.-V. du CA. du 7 décembre 1993. (...)

28En 1993, les priorités se traduisent par une dotation de base plus forte à ce secteur comme à celui des industries agricoles et alimentaires53. Les « actions incitatives programmées » pour 1994 expriment ces priorités54. Les priorités budgétaires du début des années quatre-vingt-dix suivent les nouvelles missions définies par les décrets de 1980 et 1984 : application des biotechnologies et amélioration génétique des espèces animales et végétales ; biologie du développement ; analyse des génomes et transgenèse ; biologie et génétique des micro-organismes appliquées aux transformations industrielles de la matière première agricole et à l’environnement ; mécanisme de la maturation des produits alimentaires ; ingénierie des protéines ; nutrition humaine et sécurité alimentaire ; gestion du milieu naturel ; ressources en eaux ; écosystèmes forestiers et protection de l’environnement. S’ajoutent, en 1994 et 1995, les sciences du comportement, la biologie des populations et des peuplements55.

Santé de l’homme et alimentation

  • 56 P.-V. du CA .du 18 mars 1987, p.13.
  • 57 P.-V. du CA. du 22 septembre 1987, p.27.
  • 58 Archorales Inra, Les métiers de la recherche, Témoignages - Tome 15, p. 3-20.
  • 59 P.-V. du CA. du 20 décembre 1988, p.24.

29En mars 1987, Philippe Deloffre, directeur général des fromageries Bel, membre du conseil d’administration, constate que « pendant ces vingt-cinq dernières années, on a privilégié le quantitatif par rapport au qualitatif » mais que désormais il faudrait considérer notamment « la modification des comportements des consommateurs qui recherchent aujourd’hui plus d’hygiène et plus d’équilibre nutritionnel56 ». Le secteur des industries agricoles et alimentaires travaille, informe la même année Christiane Mercier, sa directrice scientifique depuis 1984, « en liaison permanente avec tous les secteurs spécialisés de l’Inserm et du CNRS et avec le Conseil national de l’alimentation », créé l’année précédente57. C. Mercier joue un rôle important pour le développement entre études agro-alimentaires et médicales qu’elle a initié auparavant au centre de Nantes58. En décembre 1988, P. Douzou, président du conseil scientifique énonce que : « à une époque où la médecine devient de plus en plus préventive, l’individu verra dans l’aliment une menace potentielle pour sa santé ou, au contraire, une assurance pour celle-ci59 ».

  • 60 P.-V. du CA. du 21 novembre 1991, p.12-13.
  • 61 P.-V. du CA. du 8 avril 1992, p.29-31.
  • 62 P.-V. du CA. du 22 septembre 1987, p.10. P.-V. du CA. du 17 juin 1994, p.36-38 et Annexe 5, « Proje (...)
  • 63 P.-V. du CA. du 28 octobre 1993, p.7.
  • 64 Ibid.

30Nous pourrions résumer l’évolution de l’Inra en matière d’alimentation en disant que l’on est passé d’une préoccupation fondée sur la qualité alimentaire recherchée dans le cadre d’une bonne transformation des produits agricoles à celle d’une qualité alimentaire demandée par le consommateur puis à celle d’une qualité alimentaire participant à la protection de la santé humaine. L’Institut collabore alors avec la recherche médicale, par l’achat de matériel en commun comme par le savoir-faire qu’il apporte. Ainsi, trois centres de recherches sur la nutrition humaine avec chambres métaboliques sont mis en place, en partenariat avec des médecins et des diététiciens, à Clermont-Ferrand, Nantes et Lyon60. À Clermont-Ferrand, l’association se met en place, en 1992 et prend la forme d’un Groupement d’intérêt public (GIP) : le Centre de recherche sur la nutrition humaine d’Auvergne. Il regroupe l’Inra, l’Inserm, l’université de Clermont-Ferrand, le Centre hospitalier régional universitaire et le Centre régional de lutte contre le cancer61. En 1994, est constitué, à Nantes, le Centre de recherches en nutrition humaine, GIP spécialisé dans l’étude de la digestion de l’homme sain. Il associe l’Inra, le Centre hospitalier universitaire et l’université de Nantes, l’Inserm et l’association de gestion du Centre de recherches sur volontaires sains. Auparavant, existait, depuis 1987, un Groupement d’intérêt scientifique « Nutrition glucidique » associant l’Inra et le CHR62. Autre exemple du développement des liens entre recherche agronomique et médicale : en 1993, un accord-cadre est signé avec l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris. Il vise, dans un premier temps, à développer, à Jouy-en-Josas, un centre commun d’imagerie médicale63. La même année, une discussion débute entre l’Inra et l’Inserm sur un projet d’accord-cadre64. À la fin de la période étudiée ici, la recherche médicale envisage que l’utilisation de la transgenèse, notamment pour les projets de xénogreffes chez l’homme, passe de la souris à un animal de grande taille : pour différentes raisons le porc est choisi. En 1991, en conséquence, l’Inserm fait de même pour ses recherches, comme l’explique M. Ozon, directeur général adjoint chargé des questions scientifiques :

  • 65 P.-V. du CA. du 7 mars 1991, p.6-7.

31« Pour faire de la physiologie, on a besoin, tous les médecins en sont d’accord, de passer à l’échelon supérieur. Aussi, tant pour des objectifs agronomiques que pour des raisons de collaboration avec des collègues médecins, l’Inra a choisi de travailler sur le porc65 ».

32P. Douzou, président directeur général, y voit une nouvelle chance pour l’Inra :

  • 66 Ibid, p.8-9.

33« L’Inra est confronté à d’importantes mutations scientifiques et socio-économiques. Jamais sans doute, d’autre part, le modèle animal n’a été aussi important, sur le plan médical comme sur le plan économique. La biologie moléculaire triomphante s’est définitivement éloignée de la bactérie et de la levure, de la drosophile, de la souris. Elle aborde maintenant les mammifères supérieurs et là est la chance de l’Inra qui sait conjuguer un travail fondamental de haute qualité avec des applications concrètes66 ».

« Recherches de base » à l’Inra

  • 67 P.-V. du CA du 12 novembre 1986, p.9-10.
  • 68 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.11-13.
  • 69 Ibid.

34Conséquence directe de la réforme de 1980, les recherches fondamentales sont pleinement reconnues à l’Inra. J. Poly, président directeur général distingue, en 1986, les recherches à long terme qui supposent un immense effort d’investissement intellectuel et qui doivent être financées par le budget de l’État, et les recherches finalisées à court et moyen terme, pour lesquelles l’Inra doit contracter des partenaires économiques, agricoles ou agro-industriels, pour répondre à leurs préoccupations. Il précise que, pour ces derniers, il ne « s’agirait pas de “contrats nourriciers” qui auraient pour conséquence de détourner les objectifs de recherche des laboratoires »67. Le conseil d’administration veut alors préparer le renouvellement des biotechnologies et cherche à développer un « certain nombre de recherches de base en amont ». Des associations avec d’autres organismes sont envisagées mais on considère que l’Inra doit faire l’effort pratiquement seul sur certains créneaux, c’est-à-dire les « matières relevant de sa vocation habituelle »68. Les différents budgets des années précédant le cinquantenaire expriment cette volonté. On privilégie par exemple, en 1987, la physiologie de la reproduction et de la nutrition, la physiologie des insectes et la microbiologie69. En décembre 1988, à l’occasion de son départ, J. Poly défend, dans une « charte de développement de l’Inra », notamment l’approfondissement des recherches en matière de biologie cellulaire et moléculaire. Il faut, dit-il, « que l’Inra ait de solides équipes dans ce domaine, dont l’importance économique, à terme, est certaine ». Il cite à ce propos le nouveau bâtiment des biotechnologies inauguré à Jouy-en-Josas. Il défend l’obligation d’investissements majeurs nécessaires dans ces disciplines :

  • 70 P.-V. du CA .du 20 décembre 1988, p.15 et p.17.

35« L’Inra doit continuer à investir dans les recherches de base. Dans l’ingénierie des protéines, l’immunologie, l’enzymologie, l’hormonologie et la physiologie végétale, de gros investissement de nature scientifique doivent être faits si nous voulons être performants à travers l’application des biotechnologies […] Il nous faut des dispositifs et des équipes qui atteignent la taille nécessaire pour être de rang international70 ».

  • 71 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.28 et « Annexe, présentation du projet de budget 1993 », p.13 du (...)
  • 72 P.-V. des CA. du 26 septembre, p.19 et. du 14 novembre 1991, p.25 ; P.-V. du CA. du 27 octobre 1992(...)

36Sous la présidence de G. Paillotin, lors du conseil d’administration du 3 décembre 1992, Philippe Evrard, directeur de la programmation et du financement évoque, en présentant le budget pour 1993, des « thèmes en émergence », c’est-à-dire des sujets dont l’intérêt stratégique se situe dans l’avenir. Leur caractérisation marquerait le « souci d’une gestion prévisionnelle des priorités »71. On avance le développement des neurosciences finalisé sur le bien-être animal dans les conditions d’élevage, l’ingénierie des protéines, l’utilisation non alimentaire des produits agricoles. En 1991, est constituée, autour de l’université de Reims, une technopole appelée à rassembler plusieurs équipes de recherche et de service technique, parmi lesquelles est prévue la création d’un laboratoire sur des thématiques nouvelles consacré essentiellement aux utilisations non alimentaires de la production agricole. Dans un premier temps, dans le cadre de ce projet, on envisage un noyau d’animateurs constitués en réseau, amorce d’une éventuelle croissance ultérieure72. De même, en 1990, Alain Coléno, directeur scientifique du secteur des productions végétales, explique, au conseil d’administration la nécessité de réévaluer la part de la recherche fondamentale qui vise à l’amélioration des plantes. Il avance qu’elle se ferait désormais au niveau des gènes :

  • 73 « Annexe 1, Note technique : projet de budget pour 1990 » in P.-V. des CA. Du 13 décembre 1989 ; P. (...)

37« Avec ces approches moléculaires, il s’agit de descendre au niveau des gènes : de les identifier et, surtout, de pouvoir les insérer dans des plantes et avoir ainsi des résultats très importants, ainsi en matière de résistance aux herbicides. Mais les caractères agronomiques qui nous intéressent sont gouvernés par un très grand nombre de gènes. Il faut donc connaître les combinaisons géniques liées à des caractères agronomiques73 ».

38Cette évolution préoccupe Jean-Pierre Prunier, représentant de la CGT, qui y voit en 1990 une spécialisation accrue au niveau d’échelles très fines. Il remarque que l’Inra est soumis, « depuis une dizaine d’années » à un choix difficile entre des programmes monodisciplinaires, pointus sur les pôles d’excellence, et des programmes pluridisciplinaires. Selon lui, l’enseignement prépare de moins en moins au second choix :

  • 74 idem

39« Quand on descend au niveau de la molécule ou de l’atome, on a des enseignements très performants et des programmes très développés. Si l’on reprend une vision plus globale de l’enseignement et de la formation des chercheurs qui vont avoir à s’occuper de la plante, de l’écologie, de l’environnement, etc., c’est assez catastrophique74 ».

40P. Douzou, président directeur général, y répond en défendant la nécessité de conserver des « généralistes » à l’Inra :

  • 75 idem

41« Nous sommes très attentifs au problème de la mono et de l’interdisciplinarité. L’une de mes préoccupations est de conserver à l’Inra ce que j’appelle les "généralistes". Le généraliste, c’est l’agronome, l’homme qui sait voir les systèmes intégrés75 ».

  • 76 Voir Gilles Denis, « L’agronomie au sens large. Une histoire de son champ, de ses définitions et de (...)

42L’approfondissement des connaissances semble ainsi se développer, à moyen terme, à la fois vers un niveau d’échelles très fines - cellulaires ou moléculaires - et vers un niveau d’organisation plus élevé : populations végétales, peuplements, écosystèmes et agrosystèmes. Nous avons cru y voir ainsi l’évolution du champ de l’agronomie vers une division en deux pôles de métiers76.

Adaptation au nouveau contexte économique

  • 77 P.-V. du CA. du 15 novembre 1984, p.18-21.

43Pour 1985, il est demandé aux économistes d’initier des recherches dans le but d’étudier l’impact à venir des biotechnologies, les possibilités d’utilisation des produits agricoles comme matières premières pour l’agro-alimentaire mais aussi pour l’agrochimie77. En 1987, à l’occasion d’une mission de l’Inspection des finances à l’Inra, J. Poly insiste sur l’importance des industries de transformation :

44« Le sort de l’agriculture de demain dépend essentiellement de l’industrie qui la sert et la valorise. Il faut le dire dans les milieux professionnels, il faut le dire au ministère de l’Agriculture : les industries d’amont aussi bien que les industries de transformation seront les seules qui donneront de la valeur ajoutée et de l’efficacité au système agricole ».

  • 78 Inra, septembre 1986 [plaquette de présentation].
  • 79 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.28 et « Annexe, présentation du projet de budget 1993 », p.12-13 (...)
  • 80 P.-V. du CA. du 21 novembre 1991, p.11 : « Troisième grand axe [stratégique] : la qualité des produ (...)
  • 81 « Annexe, présentation du projet de budget 1993 », p.13 in P.-V. du CA. du 3 décembre 1992.
  • 82 « Annexe n°1, présentation du projet de budget 1994 », p.16-17 et « Annexe n°2, la politique des AI (...)

45P. Douzou, président du conseil scientifique, argumente lors de cette mission, « qu’avec environ 500 milliards de chiffre d’affaires en 1986, l’agro-alimentaire fait dix fois le chiffre d’affaires des médicaments ». Plus largement l’Inra, comme le précise sa plaquette de présentation en 1986, prétend, avec « les plus hautes autorités du pays », dans le contexte de « nos sociétés […] confrontées » à la crise issue des chocs pétroliers, que « la recherche et notre potentiel d’innovations, source de technologies nouvelles, sont des atouts essentiels pour la postérité future de notre communauté nationale »78. Suite à la réforme de la politique agricole européenne de 1992 et à l’ouverture des marchés, une des priorités de l’Institut est alors d’aider l’agriculture à maintenir sa compétitivité, définissant de nouveaux objectifs notamment aux recherches économiques79. Les recherches sur la qualité alimentaire sont ainsi présentées comme devant permettre de protéger l’agriculture française par l’établissement de normes80. Parmi les priorités de 1993, sont retenues l’étude des méthodes de gestion intégrée de production et celle des nouvelles stratégies économiques81. En 1993 et 1994, les recherches dont l’objectif est l’adaptation de l’agriculture représentent environ 42 % des moyens totaux des « actions incitatives programmées » qui constituent approximativement 15 % de la dotation de base des laboratoires. Il s’agit notamment des études sur la connaissance du contexte économique : conséquences de la réforme de la politique agricole commune ; connaissance de la régulation publique des marchés agricoles et agro-alimentaires ; modélisation du système agricole et agro-alimentaire français. Il s’agit aussi de l’utilisation rationnelle des intrants et de la maîtrise des impacts ; de la gestion de l’espace et de la contribution au développement local ; de la diversification des productions enfin, en particulier dans le domaine de la valorisation non alimentaire. Les deux autres axes, « connaissance des vivants » et « maîtrise de la qualité des produits alimentaires », reçoivent alors respectivement 19 % et 22 % des moyens des « actions incitatives programmées »82.

Évolution de la vision des relations entre recherche et développement

Volonté de diversifier les partenaires

  • 83 P.-V. du CA. du 7 novembre 1978, p.6 et p.12 ; P.-V. du CA. du 11 juillet 1979, p.12-13.

46Conformément aux décrets de 1980 et 1984, l’Inra cherche à intensifier ses relations avec divers partenaires : établissements publics régionaux (notamment dans le cadre des contrats de plan État/régions), autres établissements publics scientifiques et établissements privés. Il reçoit également des subventions des régions et de Bruxelles. Par exemple, dès 1978, l’établissement public régional de Bretagne décide de consacrer désormais 10 % de son budget annuel à la recherche et finance diverses opérations sur le centre de Rennes. La même année, l’établissement public régional de Midi-Pyrénées verse à l’Inra une subvention répartie sur deux ans pour l’acquisition d’équipements spécialisés et scientifiques pour le laboratoire de recherches microbiologiques de Toulouse83. Autre exemple, une convention est signée en 1984 entre l’Inra et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur « pour mener des activités de pointe sur les fruits et légumes et les plantes aromatiques ». L’Inra est ainsi chargé de répondre aux demandes régionales et il est envisagé de nommer un directeur des actions régionales qui puisse « animer le débat pour mettre en place une véritable action régionale ». Pour J. Poly, président directeur général, il peut sembler néanmoins contradictoire d’avoir une politique qui cherche à satisfaire les besoins de développement de la recherche agronomique dans les régions alors que l’on tend à concentrer les équipes de recherche dans des laboratoires de taille suffisante qui disposent de moyens conséquents. Pour lui, il n’est pas nécessaire pour l’Inra d’être dans toutes les régions pour développer une politique régionale, l’Institut pouvant apporter son aide à une région sans y être obligatoirement implanté :

47« Le développement régional de l’Inra est très inégal […] il y a des régions dans lesquelles nous sommes peu présents et de grandes régions - comme Rhône-Alpes, Franche-Comté, Limousin - où nous n’avons rien, ce qui ne veut pas dire que l’on ne peut quand même pas conduire des actions à caractère régional […] Nous ne pouvons pas subir la pression des régions […] Il faut un transfert des connaissances pour les rendre applicables de telle à telle région ».

48Bertrand Hervieu représentant de la direction générale de l’enseignement et de la recherche au ministère de l’Agriculture abonde dans le même sens : « C’est le ministre de l’Agriculture qui avait demandé que l’on mette un frein aux demandes tout à fait désordonnées qui émanaient des régions dans les projets de contrats État-régions ».

  • 84 P.-V. du CA. du 8 novembre 1983, p.9.
  • 85 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.16 et p.26.
  • 86 P.-V. du CA. du 29 juin 1995, p.18.

49En 1982, des essais sont mis en place avec EDF et la firme Alpha-Laval sur l’ultrafiltration à la ferme. Ils bénéficient d’une aide de la CEE et de l’établissement public régional Bretagne84. Fin 1986, dix-huit contrats ont déjà été passés avec les établissements publics régionaux. Ceux-ci sollicitent l’Inra pour mettre en œuvre des bourses conjointes dont ils sont prêts à payer la moitié85. Des relations sont aussi nouées avec d’autres pouvoirs publics, villes, communautés urbaines ou conseils généraux. Par exemple, dans l’objectif d’installer au Mans une unité de recherches de l’Inra sur « l’économie de la qualité des produits alimentaires, un protocole d’accord est signé en 1995 avec le conseil général de la Sarthe, l’université du Maine, la communauté urbaine du Mans, le GIP Atlantech et l’antenne régionale Pays de Loire de l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA créée en 1968)86 ».

  • 87 Voir notamment le Décret n°80-711 du 5 septembre 1980 (Journal officiel du 13 septembre 1980, p.215 (...)
  • 88 P.-V. du CA. du 8 avril 1992, p.7 et J. Adda, Rapport sur les priorités du secteur des industries a (...)
  • 89 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.8-9.

50Pour pouvoir permettre aux industries agricoles et alimentaires françaises de s’adapter au développement de la concurrence, l’Inra est chargé de suppléer la recherche privée déficiente et d’organiser le transfert technologique87. Ce qui a été fait pour l’agriculture par le premier Inra, on espère le faire avec le second pour la transformation industrielle des produits agricoles. Comme l’explique, en 1992, Jacques Adda, directeur du secteur des industries agro-alimentaires, un des rôles de ce secteur est celui « d’interface et de transfert vis-à-vis de l’industrie88 ». Le nombre de contrats passés par l’Inra augmente rapidement à partir de 1980. Fin 1986, il représente, selon J. Poly, un contrat pour trois chercheurs et environ 50 % des moyens directs des laboratoires de l’Inra89. En 1987, J. Poly rappelle que l’Inra a environ quatre cents contrats avec les industriels, ce qui représenterait « un potentiel d’environ 2000 chercheurs. » Pour lui l’aide apportée aux industriels est aussi une « réponse sociale, car c’est une forme de maintien de l’emploi ». Il explique :

  • 90 P.-V. du CA. du 18 mars 1987, p.19.

51« Dans nos relations internationales, nous sommes des propagandistes acharnés des entreprises françaises. Nous suivons une politique internationale de formation et nous devons être un vecteur des entreprises françaises dans le développement technologique à l’étranger90 ».

  • 91 Archorales Inra, Les métiers de la recherche, Témoignages - Tome 15, p.14-15.
  • 92 P.-V. du CA. du 22 septembre 1987, p.14-15 et « Annexe 9, partenaires socio-économiques » du même p (...)
  • 93 P.-V. du CA. du 24 juin 1993, p.15-20 et « Annexe II, les relations avec les entreprises » du même (...)

52Ces contrats ont été passés avec de grands groupes comme Roussel-Uclaf, plusieurs entreprises alimentaires comme BSN (dont la direction scientifique est confiée, en novembre 1988, à C. Mercier qui quitte alors la celle du secteur des industries agricoles et alimentaires de l’Inra91) ou Pernod-Ricard. On compte également des petites et moyennes entreprises, pour lesquelles l’Inra joue un rôle dans le développement, comme Guilloteau92. En 1993, parmi les sociétés qui ont conclu un contrat-cadre avec l’Inra, on trouve, par exemple, pour le secteur industries agro-alimentaires, BSN et la société Fromagerie Bel ; pour le secteur des productions végétales, le CTIFL (Centre technique interprofessionnel des fruits et légumes), le GIE-Clause Limagrain, Promaïs ; pour le secteur productions animales enfin, l’Union nationale des coopératives agricoles d’élevage et d’insémination animale (UNCEIA) et Caprigène France93.

  • 94 P.-V. du CA. du 15 décembre 1982, p.6-20.

53En 1983, l’Inra créé sa première filiale, la société anonyme Agri-obtentions, dont l’objectif est de contribuer à une meilleure pénétration des variétés de l’Inra sur le marché. Michel Hy et J-P. Prunier, représentant respectivement les syndicats CFDT et CGT au conseil d’administration s’opposent au principe de la filialisation. J-P. Prunier propose une alternative : « Notre proposition en la matière, c’est la création d’un Institut public de valorisation, sous l’égide du Ministère et en liaison étroite avec la profession ». Mais pour J. Poly, président directeur général de l’Inra : « La politique essentielle de l’Inra est d’avoir des contrats de branche avec des partenaires professionnels chaque fois que cela est possible94 ».

  • 95 P.-V. du CA. du 27 octobre 1992, p.35-37.
  • 96 P.-V. du CA. du 22 septembre 1987, p.10.
  • 97 P.-V. du CA .du 28 juin 1983, p.21-23.
  • 98 P.-V. du CA. du 7 mars 1991, p.11-15 et « Annexe, adhésion de l'Inra au GIE recherche aquacole » du (...)
  • 99 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.35-36. Voir aussi, sur les Groupements d'intérêt public en génér (...)

54Pendant cette période, l’Inra prend l’habitude de s’associer avec ses partenaires dans des Groupements d’intérêt économique, publics ou scientifiques. Ajoutons quelques exemples à ceux déjà cités. En 1987, il participe à la création d’un GIP - Centre de recherche appliquée à la sélection de la dinde - dont le partenaire industriel était la société Bétina, filiale du groupe Guyomarc’h95, la même année que celle de la fondation du GIS cité plus haut « Nutrition glucidique de l’homme sain » avec la faculté de médecine de Nantes96. En 1983, trois GIP sont mis en place avec l’Agence française pour la maîtrise de l’énergie : le groupement biomasse Orléans-Forêt, le groupement économie rurale biomasse-énergie et le groupement valorisation énergétique des résidus économiques situé à Lille97. En 1991, l’Inra adhère au GIE recherche aquacole dont les autres partenaires étaient le Cemagref et l’Orstom98. En 1992, il est demandé à l’Inra, au CNRS, à l’Inserm et à l’Inria de se joindre aux ministères chargés de la Recherche et de l’Éducation nationale pour constituer le groupement de recherches et d’études sur les génomes99, GIP dont la mission serait, selon Jacques Laporte, directeur adjoint du secteur production animale :

  • 100 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.36.

55« D’animer et coordonner sur le plan scientifique les actions menées en France dans le domaine des génomes, de conseiller les pouvoirs publics et de participer à la concertation scientifique internationale100 ».

  • 101 P.-V. du CA. du 28 octobre 1993, p.8.

56En 1993, l’Inra participe à la mise en place du GIS franco-suisse sur les recherches laitières101.

Volonté de participer à la réalisation d’un réseau de recherche-développement

  • 102 P.-V. du CA. du 28 octobre 1993, p.7.
  • 103 Voir la signature de la convention entre l'Inra et l'université de Clermont-Ferrand in P.-V. du CA. (...)

57Des liens se tissent et se renforcent, par le système des accords-cadres, avec d’autres établissements français de recherche, essentiellement avec le département des sciences de la vie du CNRS et avec l’Inserm. Nous l’avons noté concernant les recherches sur la sécurité alimentaire. Un comité directeur est mis en place entre Inra, Cirad et Orstom afin de coordonner leur action en agronomie tropicale102. Des conventions sont signées avec des écoles d’ingénieurs et des universités103. Se réalise donc le souhait exprimé, en juin 1983, par J. Poly, alors président directeur général, de voir le lien entre les différentes recherches se renforcer :

  • 104 P.-V. du CA. du 28 juin 1983, p.17.

58« J’estime que la recherche agronomique ne doit pas rester à l’intérieur d’une "muraille de Chine" agricole et agro-alimentaire, qu’elle doit mêler ses actions à l’Institut Pasteur, au CNRS, à l’université, à l’Inserm et à l’ensemble des autres organismes104 ».

59Ce qu’il précisait à nouveau quelques mois plus tard :

  • 105 P.-V. du CA. du 15 novembre 1984, p.43.

60« L’Inra ne peut pas tout faire lui-même. C’est pourquoi la politique scientifique amorcée par la maison tend à choisir les meilleurs laboratoires du CNRS, de l’université, de l’Institut Pasteur, à savoir une meilleure liaison avec un appareil d’enseignement supérieur rénové à l’intérieur du ministère de l’Agriculture. Cela donne une possibilité de faire concourir à nos tâches davantage de laboratoires qui avaient peut-être des résultats trop parcellaires pour être intégrés dans une recherche à caractère scientifique105 ».

61Il défend de même alors une multiplication des « contacts avec nos partenaires, quels qu’ils soient, professionnels ou industriels ».

  • 106 P.-V. du CA. du 17 juin 1994, p.9. Voir aussi « Annexe 3, bilan d'activité de la direction générale (...)
  • 107 « Annexe 1, l'activité de la direction générale », p.6-7 in P.-V. du CA. du 17 juin 1994.
  • 108 « Annexe 3, bilan d'activité de la direction générale » in P.-V. du CA. du 29 juin 1995.

62Parallèlement, l’Inra tisse diverses relations internationales. Choisissons, par exemple, l’année 1994. Une rencontre bilatérale est organisée avec ses homologues espagnol (ANIA), anglais (AFRC devenue BBSRC) et hollandais (DLO) et avec Agriculture Canada. Des thèmes de coopération sont envisagés avec les centres d’enseignement et de recherches des pays du Maghreb106. Une réunion de travail a eu lieu entre les organismes de recherche scandinaves et la direction du secteur des industries agricoles et alimentaires de l’Inra sur le thème de la viande. Un appel d’offre commun entre le Conseil suédois de la recherche agronomique et forestière et l’Inra est lancé. Un projet sur la gestion de l’eau, présenté dans le cadre de l’Association franco-israélienne pour la science et la technologie, est planifié. Le directeur général, Bernard Chevassus-au-Louis a participé, en mars, à la troisième session d’EUROHORC (European Heads of Research Councils) qui regroupe vingt-cinq importantes organisations de recherche européennes, dont, pour la France, le CNRS, l’Inserm, l’Inria, l’Ifremer et l’Inra. Une réunion d’EURAGRI, « club regroupant les directions des principaux organismes de recherche européens » en matière d’agronomie, a eu lieu à Thessalonique. Tandis qu’une autre a eu lieu à Vancouver entre organismes de recherche agronomique américain (USDA), canadien (AAC), anglais (BBSRC et MAF) et français (Inra), réunion appelée « la tétrapartite »107. Une convention a été signée, toujours la même année, avec le CONICYT chilien (Comisión nacional de investigación científica y técnica)108.

Émergence d’une nouvelle vision des liens entre recherche et développement

63Ainsi, les relations entre la recherche agronomique et ses utilisateurs semblent de plus en plus complexes et tendent à créer un réseau constitué par les nombreux liens directs ou indirects qui se tissent entre un grand nombre de partenaires, échangeant entre eux informations, moyens, subventions et chercheurs. L’Inra participe toujours plus à l’application de ses recherches et les utilisateurs, de même, à la recherche de l’Inra. La recherche agronomique se mêle de plus en plus à d’autres recherches, notamment, nous l’avons remarqué, avec la recherche médicale.

64Dans les vingt premières années de l’Inra, l’organisation géographique, administrative et scientifique obéissait à un modèle pyramidal national plus ou moins accentué qui se prolongeait par la mise en place des instituts techniques, liens entre la recherche et le monde agricole. Le système semblait être conçu pour faire entrer dans les fermes les résultats des orientations choisies à Paris, par la direction et le Ministère. Les liens entre recherche et vulgarisation paraissaient linéaires, même si les informations et les sollicitations étaient reconnues comme passant dans les deux sens, ces deux notions appartenant à deux mondes relativement indépendants. En 1965, Jean Bustarret, directeur général de l’Inra, considérait que :

  • 109 P.-V. du CA. du 5 avril 1965, p.7.

65« Le service d’expérimentation et d’information [SEI] est un pont placé entre deux rives, dont l’une, du côté de la recherche, est assez bien définie. Du côté des utilisateurs de la recherche et de la vulgarisation, les structures se mettent en place. L’objectif vers lequel nous tendons est de confier aux instituts et centres techniques les tâches de la mise au point et la définition des modalités d’application des résultats de la recherche. Le SEI jouera alors un rôle de conseil et de liaison et assurera une mission de synthèse aux niveaux des systèmes d’exploitation et des régions. Cette activité du SEI nécessitera une étroite liaison avec les recherches économiques109 ».

  • 110 Ibid, p.6.

66À cette occasion, Pierre Piganiol, président du conseil d’administration, envisageait une vision plus complexe des relations recherche/valorisation ; il remettait en cause les principes sur lesquels on propose la « planification des programmes de recherche » ; il considérait que la classification héritée d’Auguste Comte demeurait encore et qu’il nous manquait une vue claire du « système des sciences. » Il proposait ainsi de faire apparaître, dans le cadre de l’Inra, « comment les progrès s’appellent les uns les autres » et de promouvoir l’idée d’un « développement de la recherche agronomique basé sur le développement des sciences et sur les impératifs économiques »110.

67En 1979, suite à la décision de l’établissement public régional de Bretagne de consacrer dorénavant 10 % de son budget annuel à la recherche et d’aider au financement de l’acquisition de terrains pour la station de recherches sur la vache laitière au Rheu, près de Rennes, une discussion s’engage au sein du conseil d’administration de l’Inra sur ses partenaires possibles pouvant l’aider « à rendre l’application des résultats de la recherche plus rapide et plus efficace ». Le président du conseil, Louis Perrin, signale que « la profession est tout à fait d’accord pour étendre cette politique » de partenariat à d’autres centres « pour permettre aux praticiens sur le terrain d’avoir un contact avec les chercheurs, les enseignants et les universitaires » ; lui-même souhaite la réalisation d’une « véritable symbiose entre recherche-enseignement-formation » par la création de « complexes […] où se retrouveraient recherche, enseignement supérieur, ateliers régionaux, etc ». À l’occasion de cette discussion, J. Poly, directeur général depuis un an, défend le fait d’être attentif à bien séparer les deux fonctions de l’Inra, à savoir :

  • 111 P.-V. du CA. du 11 juillet 1979, p.9-10.

68« [La] préparation pour le futur d’un capital de connaissances scientifiques qu’il doit faire fructifier et évoluer [et la] valorisation des résultats de ses recherches au profit de son environnement socio-économique111 ».

69À partir des années quatre-vingt, le contexte change, sur le plan conceptuel notamment, et la vision des liens entre recherche et valorisation se modifie, comme celle des rapports sociaux en général. Les uns et les autres paraissent plus souvent comme globalement plus complexes, plus difficiles encore à appréhender et à maîtriser, non pas seulement à cause d’un manque de moyens de la recherche, de la vulgarisation ou de la valorisation, mais de par leur nature même. Ainsi, en 1991, pour H. Bichat, directeur général de l’Inra, le lien recherche-utilisation de la recherche ne doit pas être vu comme un « processus linéaire » mais comme un « processus circulaire » :

  • 112 P.-V. du CA. du 7 mars 1991, p.22.

70« Certaines innovations et certains problèmes de recherche dits fondamentaux peuvent naître de stimulations de notre environnement. Je suis toujours réservé lorsqu’on me décrit le processus recherche-développement comme partant nécessairement du laboratoire pour aller vers l’application. Sur le plan scientifique et aussi sur le plan culturel, nous avons besoin d’être stimulés par nos partenaires. Nous devons faire jouer pleinement cette synergie entre nos travaux de recherche, même fondamentaux, et nos partenaires112 ».

71La même année, à l’occasion de la présentation du document « Un projet pour l’Inra », M. Chevassus-au-Louis, alors conseiller auprès de M. Douzou, président directeur général, tout en abordant le thème des partenariats, reprend l’idée de la nécessité de sortir de la vision traditionnelle de la place de l’Inra :

  • 113 P.-V. du CA. du 13 juin 1991, p.24

72« Il faut sortir d’un schéma intellectuel selon lequel l’Inra était en quelque sorte au sommet d’une pyramide nationale de recherche-développement. Nous ne sommes qu’un maillon important d’un réseau international de recherche-développement. Ce réseau comporte de nombreux partenaires possibles, pouvant apporter des éléments d’information précieux à l’agriculture113 ».

73La même année encore, le président Guy Paillotin exprime la même prudence lors de sa déclaration à l’occasion de son premier conseil d’administration :

  • 114 P.-V. du CA. du 26 septembre 1991, p.5, p.8-10.

74« La conduite de la recherche finalisée exige beaucoup de subtilité. Il n’y a en effet pas de relations directes et biunivoques entre recherche et application et favoriser le passage de l’une à l’autre exige une grande attention […] Il faut résolument dépasser la querelle sur les problèmes de biologie strictement moléculaire ou de biologie des organismes […] Il n’est pas pensable d’aborder aujourd’hui une plante entière, un animal entier… sans connaître les lois de la biologie moléculaire. Mais il est clair que la science passionnante d’aujourd’hui est celle des systèmes complexes intégrés : la science de l’animal, la science de la plante, la biologie du développement […] nous devons veiller à confronter la demande de résultats scientifiques et l’offre que nous pouvons faire. Il nous faut de même, articuler les métiers et les programmes, fédérer les métiers entre eux (recherche de base et recherche appliquée). Il faut concilier le régional, le national, l’international […] L’Inra a la chance d’être au cœur à la fois de problèmes scientifiques majeurs et de problèmes d’application fondamentaux […] nous aurons besoin, assez prochainement, d’un document donnant l’état de l’art sur les sciences qui concernent le monde de l’agronomie et de l’agro-alimentaire114 ».

75Se ferme le cercle décrit par H. Bichat et s’achève le réseau imaginé par M. Chevassus-au-Louis, lorsque Guy Paillotin, à l’occasion du renouvellement de son mandat de président, en 1995, affirme que la recherche doit « participer à l’élaboration de la demande économique et sociale », première des quatre perspectives qu’il propose pour les quatre ans à venir :

76« La conjugaison entre la science et son utilisation ne peut être réalisée de façon passive, avec des chercheurs d’un côté et des partenaires économiques et sociaux de l’autre, ne serait-ce que parce que les partenaires économiques ne connaissent pas les avancées du savoir et que, par conséquent, il leur manque beaucoup de données pour se projeter dans l’avenir ».

  • 115 P.-V. du CA. du 7 oct. 1995, p.22.

77G. Paillotin propose alors un renforcement et même une accélération des travaux de prospective engagés depuis trois ans à l’Inra115.

Conclusion

  • 116 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique », (...)
  • 117 P.-V. du CA. du 7 mars 1991, p.15-29 et « Annexe 2, politique des relations industrielles de l'Inra (...)
  • 118 « Annexe 2, politique des relations industrielles de l'Inra », p.3 in procès-verbal, Ibid.

78Les procès-verbaux du conseil d’administration, représentent le récit des discussions et décisions internes prises par les rédacteurs sous le contrôle de la direction. Ils donnent certainement une image relative de l’histoire de l’Inra qu’il faudrait confronter à d’autres sources. Après avoir permis de mettre en lumière une période de crise, dans les années soixante-dix, où l’Institut pouvait donner le sentiment d’achever son histoire, ils nous aident à identifier l’émergence d’un nouvel Inra, issu des décrets de 1980 et 1984. Ils nous montrent comment cette nouvelle entité cherche à se donner les moyens pour répondre aux nouveaux défis qu’elle identifie : l’émergence des nouvelles biotechnologies ; la question de la protection de l’environnement et celle de la qualité sanitaire des aliments ; le développement des industries agro-alimentaires ; l’ouverture des marchés et les besoins nouveaux des consommateurs ; le développement régional enfin116. Il apparaît que le premier Inra s’est d’abord bâti par l’acquisition de domaines selon un modèle pyramidal avant de se régionaliser autour de centres de même taille. Le second Inra semble se caractériser par de nouvelles approches, de nouvelles méthodes, l’acquisition de gros matériels coûteux, par sa participation croissante à un réseau complexe de recherche et de développement associant divers acteurs publics et privés, régionaux, nationaux, européens et internationaux. Depuis 1980, la décentralisation initiée dans les années soixante, s’est amplifiée et les anciens centres nationaux sont devenus semblables aux autres. L’Inra exprime, à travers les procès-verbaux, son ambition de s’ouvrir au monde et de s’insérer dans un immense réseau international. Les quatre axes stratégiques définis, en 1991, lors de discussions autour de la politique des relations industrielles117, résument partiellement cette évolution. On propose en effet de miser sur les régions, de soutenir le transfert de l’innovation vers les petites entreprises capables de la développer rapidement, de favoriser un véritable partenariat de recherche vers l’amont en concertation avec de grandes entreprises, enfin de s’ouvrir sur l’Europe et miser sur des collaborations internationales tout en préservant les intérêts nationaux. Il faudrait ajouter, pour décrire complètement cette évolution que nous constatons, le développement recherché des liens avec d’autres organismes de recherche118. Les trois présidents successifs de cette période, Jacques Poly, Pierre Douzou et Guy Paillotin, symbolisent les différents moments du processus de mutation installant le second Inra.

Haut de page

Notes

1 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Le premier Inra (1946-1980) », Histoire de la recherche contemporaine, n°2014-2, déc. 2014, p.125-136.

2 Gilles Denis, Quelques mots sur l’histoire de l’Institut national de la recherche agronomique (document Comité d'histoire de l’Inra et du Cirad), 2012 (1ere version 1996), 38 p. : http://prodinra.inra.fr/ft?id={28F1CFAD-75E1-41B6-BA6B-EBA0EFF9FB42}.

3 Gilles Denis, « De l’institut des recherches agronomiques au premier institut national de la recherche agronomique (1916-1946) » in Christophe Bonneuil, Gilles Denis et Jean-Luc Mayaud, Sciences, chercheurs et agriculture, Paris, Harmattan et Quae, 2008, p. 85-112. Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Le premier Inra (1946-1980) », Histoire de la recherche contemporaine, n°2014-2, déc. 2014, p. 125-136.

4 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique », ibid, pp. 127-128.

5 Gilles Denis, « De l’institut des recherches agronomiques au premier institut national de la recherche agronomique », op. cit., p. 93-96.

6 P.-V. du CA.du 5 avril 1965, p. 3.

7 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.11-15 et du 14 mars 1973, p.12-13.

8 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.13.

9 Gilles Denis, « De l’Institut des recherches agronomiques au premier Institut national de la recherche agronomique (1916-1946) » op. cit.

10 P.-V. du CA du 1er mars 1957, p.5.

11 P.-V. du CA. du 29 mars 1962, p.6-7.

12 P.-V. du CA. du 5 avril 1963, p.16

13 P.-V. du CA. du 16 mars1965, p.7.

14 P.-V. des CA. du 22 janvier, p.6 et du 18 mars 1968, p.6 ; P.-V. des CA. du 5 mai, p.7-8, du 17 juillet, p.10-12 et du 19 septembre 1969, p.8 ; P.-V. du CA. du 26 juin 1970, p.6-8 ; P.-V. des CA. du 21 juin, p.4-6 et du 30 décembre 1971, p 10-11.

15 P.-V. du CA. du 17 septembre 1975, p.16-17.

16 P.-V. du CA. du 27 juin 1973, p.12-14.

17 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.12 ; P.-V. des CA. du 17 septembre, p.7 et du 30 octobre 1975, p.5 et p.12-13.

18 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.12, et P.-V. du CA. du 14 mars 1973, p.23.

19 Rapport accompagnant le projet de loi portant organisation de la recherche agronomique et création d'un Institut national de la recherche agronomique, décembre 1944, Versailles, La Gutenberg, 1948.

20 P.-V. du CA. du 13 mai 1964, p.3-4.

21 P.-V. du CA. du 26 juin 1970, p.15, et P.-V. du CA. du 27 juin 1974, p.35.

22 P.-V. du CA. du 21 juin 1971, p.9 ; voir aussi P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.12-13

23 P.-V. du CA. du 21 juin 1971, p.7-10.

24 P.-V. du CA. du 28 novembre 1972, p.13.

25 Michel Morange, Histoire de la biologie moléculaire, Paris, La Découverte, 1994, p.241-245.

26 P.-V. du CA. du 29 mars 1962, p.6-7 ; P.-V. du CA du 23 juin 1964, p.8 ; P.-V. du CA. du 5 avril 1965, p.7 ; P.-V. du CA. du 19 décembre 1966, p.10-11 ; P.-V. du CA. du 10 novembre 1967, p.5 ; P.-V. des CA. du 22 janvier, p.6 et du 18 mars 1968, p.6.

27 P.-V. du CA. du 13 juin 1990, p.32.

28 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique », op. cit., p. 134 .

29 Décret n°80-711 du 5 septembre 1980 (Journal officiel du 13 septembre 1980, p.2151). P.-V. du CA. du 11 juillet 1979, p.13. Procès-verbaux des conseils d'administration du 27 février, du 16 juin et du 29 septembre 1981 ; Roger Bouchet, « Présentation du secteur milieu physique » in P.-V. du CA. du 27 février 1981, Annexe I ; Jean Marrou, « Présentation du secteur végétal » in P.-V. du CA. du 27 février 1981, Annexe II ; Gilbert Jolivet, « Présentation du secteur animal » in P.-V. du CA. du 27 février 1981, Annexe III ; Guy Fauconneau, « Les recherches du secteur "Industries agricoles et alimentaires" » in P.-V. du CA. du 16 juin 1981, Annexe ; Jean-Claude Tirel, « Axes de recherches du secteur des sciences sociales » in P.-V. du CA. du 29 septembre 1981, Annexe I.

30 P.-V. des CA. du 13 juin 1991, p.6-7 et du 21 novembre 1991, p.10-13.

31 « Annexe I, note technique, projet de budget pour 1990 », p. 11 in P.-V. du CA. du 13 décembre 1989. P.-V. du CA. du 14 novembre 1990, p.9.

32 P.-V. du CA. du 22 décembre 1981, p.6.

33 P.-V. du CA. du 15 novembre 1984, p.19.

34 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.10-13.

35 « Annexe, Les moyens financiers de l'Inra en 1988 et leur affectation », p.8-13 in P.-V. du CA. du 17 novembre 1987. « Annexe I, note technique, projet de budget pour 1990 », p. 11 in P.-V. du CA. du 13 décembre 1989. « Annexe II, Présentation du projet de budget pour 1991 » in P.-V. du CA. du 14 novembre 1990, p.II.12-II.13. P.-V. du CA. du 21 novembre 1991, p.10-16. « Annexe, présentation du projet de budget 1993 », p.13 in P.-V. du CA. du 3 décembre 1992. Voir aussi « Annexe, présentation du projet de budget 1994 », Tableau 7 in P.-V. du CA. du 7 décembre 1993.

36 P.-V. du CA. du 24 juin 1993, p.7.

37 Jean-Claude Remy, Les recherches sur l'environnement à l'Inra, Rapport Inra, 1992 ; voir P.-V. du CA. du 27 octobre 1992, p.12-29.

38 Michel Sébillotte, Avenir de l'agriculture et futur de l'Inra, Rapport Inra, 1993 ; voir P.-V. du CA. du 12 janvier 1993, p.8-33.

39 P.-V. du CA. du 24 juin 1993, p.7 ; « Annexe n°1, présentation du projet de budget 1994 », p.15 in P.-V. du CA. du 7 décembre 1993.

40 P.-V. du CA. du 22 décembre 1981, p.7 et p.22.

41 P.-V. du CA. du 15 novembre 1984, p.18-21.

42 Ibid, p.19.

43 Voir notamment P.-V. du CA. du 20 décembre 1988, p.15.

44 P.-V. du CA. du 8 novembre 1983, p.10 ; P.-V. du CA du 15 novembre 1984, p.13, p.19 et p.22-23.

45 P.-V. du CA. du 13 septembre 1988, p.6.

46 « Annexe, les moyens financiers de l'Inra en 1988 et leur affectation », p.10 in P.-V. du CA. du 17 novembre 1987.

47 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.11-12.

48 P.-V. du CA. du 13 décembre 1989, p.6.

49 P.-V. du CA. du 22 juin 1982, p.1.

50 P.-V. du CA. du 13 décembre 1989, p.8.

51 « Annexe II, présentation du projet de budget pour 1991 » in P.-V. du CA. du 14 novembre 1990, p.II.11-II.12. P.-V. du CA. du 14 novembre 1991, p.9.

52 P.-V. du CA. du 21 novembre 1991, p.10-11, p.13 et p.17.

53 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.28, p.30 et p.36-37.

54 P.-V. du CA. du 7 décembre 1993, p.19-20 ; « Annexe n°2, la politique des AIP pour 1994 », p.6-9 in P.-V. du CA. du 7 décembre 1993. Voir aussi « Annexe n°1, présentation du projet de budget 1995 », Tableau 8 in P.-V. du CA. du 1er décembre 1994.

55 « Annexe n°1, présentation du projet de budget 1994 », p.16-17 in P.-V. du CA. du 7 décembre 1993. P.-V. du CA. du 1er décembre 1994, p.10-11.

56 P.-V. du CA .du 18 mars 1987, p.13.

57 P.-V. du CA. du 22 septembre 1987, p.27.

58 Archorales Inra, Les métiers de la recherche, Témoignages - Tome 15, p. 3-20.

59 P.-V. du CA. du 20 décembre 1988, p.24.

60 P.-V. du CA. du 21 novembre 1991, p.12-13.

61 P.-V. du CA. du 8 avril 1992, p.29-31.

62 P.-V. du CA. du 22 septembre 1987, p.10. P.-V. du CA. du 17 juin 1994, p.36-38 et Annexe 5, « Projet de constitution d'un Groupement d'intérêt public : "Centre de recherches en nutrition humaine de Nantes" (CRNH de Nantes) », de ce procès-verbal.

63 P.-V. du CA. du 28 octobre 1993, p.7.

64 Ibid.

65 P.-V. du CA. du 7 mars 1991, p.6-7.

66 Ibid, p.8-9.

67 P.-V. du CA du 12 novembre 1986, p.9-10.

68 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.11-13.

69 Ibid.

70 P.-V. du CA .du 20 décembre 1988, p.15 et p.17.

71 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.28 et « Annexe, présentation du projet de budget 1993 », p.13 du même procès-verbal.

72 P.-V. des CA. du 26 septembre, p.19 et. du 14 novembre 1991, p.25 ; P.-V. du CA. du 27 octobre 1992, p.8 et « Annexe 1, l'activité de la direction générale », p.5 in P.-V. du CA. du 14 juin 1994.

73 « Annexe 1, Note technique : projet de budget pour 1990 » in P.-V. des CA. Du 13 décembre 1989 ; P.-V. du CA. Du 14 novembre 1990.

74 idem

75 idem

76 Voir Gilles Denis, « L’agronomie au sens large. Une histoire de son champ, de ses définitions et des mots pour l’identifier » in Paul Robin, Jean-Paul Aeschlimann et Christian Feller, Histoire et agronomie, Marseille, IRD, 2007, p 61-90, notamment p.82-83 et 71-73.

77 P.-V. du CA. du 15 novembre 1984, p.18-21.

78 Inra, septembre 1986 [plaquette de présentation].

79 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.28 et « Annexe, présentation du projet de budget 1993 », p.12-13 du même procès-verbal. « Annexe n°1, présentation du projet de budget 1994 », p.16 et « Annexe n°2, la politique des AIP pour 1994 », p.6 in P.-V. du CA. du 7 décembre 1993.

80 P.-V. du CA. du 21 novembre 1991, p.11 : « Troisième grand axe [stratégique] : la qualité des produits alimentaires ».

81 « Annexe, présentation du projet de budget 1993 », p.13 in P.-V. du CA. du 3 décembre 1992.

82 « Annexe n°1, présentation du projet de budget 1994 », p.16-17 et « Annexe n°2, la politique des AIP pour 1994 », p.6-7 in P.-V. du CA. du 7 décembre 1993.

83 P.-V. du CA. du 7 novembre 1978, p.6 et p.12 ; P.-V. du CA. du 11 juillet 1979, p.12-13.

84 P.-V. du CA. du 8 novembre 1983, p.9.

85 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.16 et p.26.

86 P.-V. du CA. du 29 juin 1995, p.18.

87 Voir notamment le Décret n°80-711 du 5 septembre 1980 (Journal officiel du 13 septembre 1980, p.2151) et le P.-V. du CA. du 11 juillet 1979, p.13.

88 P.-V. du CA. du 8 avril 1992, p.7 et J. Adda, Rapport sur les priorités du secteur des industries agro-alimentaires, Paris, Inra, 1992.

89 P.-V. du CA. du 12 novembre 1986, p.8-9.

90 P.-V. du CA. du 18 mars 1987, p.19.

91 Archorales Inra, Les métiers de la recherche, Témoignages - Tome 15, p.14-15.

92 P.-V. du CA. du 22 septembre 1987, p.14-15 et « Annexe 9, partenaires socio-économiques » du même procès-verbal.

93 P.-V. du CA. du 24 juin 1993, p.15-20 et « Annexe II, les relations avec les entreprises » du même procès-verbal, p.4-5 ; M. Guillou, « Rapport sur la politique des relations industrielles de l'Inra », Paris, Inra, 1993.

94 P.-V. du CA. du 15 décembre 1982, p.6-20.

95 P.-V. du CA. du 27 octobre 1992, p.35-37.

96 P.-V. du CA. du 22 septembre 1987, p.10.

97 P.-V. du CA .du 28 juin 1983, p.21-23.

98 P.-V. du CA. du 7 mars 1991, p.11-15 et « Annexe, adhésion de l'Inra au GIE recherche aquacole » du même procès-verbal.

99 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.35-36. Voir aussi, sur les Groupements d'intérêt public en général, le P.-V. du CA. du 27 octobre 1992, p.29-35.

100 P.-V. du CA. du 3 décembre 1992, p.36.

101 P.-V. du CA. du 28 octobre 1993, p.8.

102 P.-V. du CA. du 28 octobre 1993, p.7.

103 Voir la signature de la convention entre l'Inra et l'université de Clermont-Ferrand in P.-V. du CA. du 29 juin 1978, p.12 ; voir aussi P.-V. du CA. du 4 juillet 1984, p.11-12.

104 P.-V. du CA. du 28 juin 1983, p.17.

105 P.-V. du CA. du 15 novembre 1984, p.43.

106 P.-V. du CA. du 17 juin 1994, p.9. Voir aussi « Annexe 3, bilan d'activité de la direction générale », p.7-8 in P.-V. du CA. du 29 juin 1995 et « Annexe 1, présentation du projet de budget 1994 », p.19 in P.-V. du CA. du 7 décembre 1993.

107 « Annexe 1, l'activité de la direction générale », p.6-7 in P.-V. du CA. du 17 juin 1994.

108 « Annexe 3, bilan d'activité de la direction générale » in P.-V. du CA. du 29 juin 1995.

109 P.-V. du CA. du 5 avril 1965, p.7.

110 Ibid, p.6.

111 P.-V. du CA. du 11 juillet 1979, p.9-10.

112 P.-V. du CA. du 7 mars 1991, p.22.

113 P.-V. du CA. du 13 juin 1991, p.24

114 P.-V. du CA. du 26 septembre 1991, p.5, p.8-10.

115 P.-V. du CA. du 7 oct. 1995, p.22.

116 Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique », op.cit.

117 P.-V. du CA. du 7 mars 1991, p.15-29 et « Annexe 2, politique des relations industrielles de l'Inra » de ce même procès-verbal.

118 « Annexe 2, politique des relations industrielles de l'Inra », p.3 in procès-verbal, Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Mise en place du second Inra (1980-1996) », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VI-N°2 | 2017, 109-127.

Référence électronique

Gilles Denis, « Une histoire institutionnelle de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) – Mise en place du second Inra (1980-1996) », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI-N°2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1481 ; DOI : 10.4000/hrc.1481

Haut de page

Auteur

Gilles Denis

Gilles Denis est maître de conférences de l’université de Lille, habilité à diriger des recherches en histoire et épistémologie des sciences du vivant, (Université Lille, CNRS, UMR 8163 - STL - Savoirs Textes Langage, F-59000 Lille, France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals