Navigation – Plan du site
Dossier : regards historiques sur la recherche agronomique française de la seconde moitié du XXe siècle

Localisation du dispositif de recherche de l'Inra , argumentaire et enjeux de 1946 à 2006

Comment concilier la production de connaissances de portée générale et la réponse aux demandes localisées ? Cette question, caractéristique de la recherche agronomique finalisée, a constamment guidé l'évolution du dispositif de l'Inra, bon élève de la décentralisation de la recherche dans les années 1960-70, puis interlocuteur à part entière des régions à partir de 1980. La conception du « développement », passant de la simple vulgarisation aux études systémiques co-construites avec les partenaires, a également joué un rôle dans l'évolution territoriale.
The Reasons for Territorial Development of INRA between 1946 and 2006
Bernard Sauveur
p. 128-144

Résumés

Le développement de l’Inra entre 1946 et la fin des années soixante-dix, s’est traduit par la création de seize centres de recherche sous l’effet conjugué d’argumentaires scientifiques et des politiques d’aménagement du territoire. « Bon élève » de la décentralisation, l’Inra a bénéficié des lois de régionalisation à partir de 1982. Le soutien à des productions agricoles spécialisées a aussi conduit à la prolifération de stations et domaines expérimentaux isolés, précédant d’inévitables regroupements. De nouvelles formes de coopération ont permis, après 1990, de répondre aux demandes régionales sans création de structures permanentes.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son sens le plus large (celui utilisé dans l’appellation même de l’Inra), la recherche agronomique fait appel à de nombreuses disciplines scientifiques telles que la physique, la biologie, les sciences humaines… au sein et à la confluence desquelles on recherche des lois de portée générale. Simultanément, elle trouve ses applications dans de nombreuses productions agricoles qui varient grandement à l’intérieur d’un même pays, en lien avec le milieu naturel (relief, climat, sols, etc.), les espèces et variétés (ou races) utilisées, les pratiques des acteurs. Cette double volonté de produire des résultats de portée générale et de les appliquer au plus grand nombre possible de situations particulières explique en large part le développement territorial de l’Inra, après sa création en 1946.

2À ces arguments de localisation liés à la nature même des recherches, se sont ajoutés la proximité de structures d’enseignement supérieur ou d’autres organismes de recherche (avec leurs équipements), ainsi que le souci de maintenir des équipes de taille critique. On retiendra aussi diverses incitations nationales ou locales parmi lesquelles les plans de modernisation et d’équipement des années soixante, les lois de régionalisation de 1982 et, à un moindre degré, les politiques d’aménagement du territoire des années quatre-vingt-dix … sans oublier quelques influences personnelles directes.

3Les grandes lignes de l’évolution territoriale de l’Inra qui en ont résulté ont été déjà décrites – au moins jusqu’en 1996, cinquantième anniversaire de la naissance de l’Institut – par plusieurs auteurs : Cranney, 1996 ; Tirel, 1996 ; Sauveur, 1997 ; Denis, 2014. Gilles Denis (1996) a par ailleurs effectué une compilation des décisions prises en conseil d’administration qui constitue une source précieuse pour le suivi des décisions d’implantations. Il y sera souvent fait référence dans la suite du texte. Le présent article s’attache à décrire dans quelle mesure l’Inra a fait évoluer, entre 1946 et 2006, son dispositif de recherche afin de prendre en compte un nombre croissant de problématiques et en tentant d’intégrer les recherches correspondantes dans un dispositif national cohérent. L’évolution globale, reflétée par la création des centres de recherche, est examinée en première partie puis, de façon plus détaillée et en deuxième partie, la prise en compte des atouts et besoins des différents territoires et productions.

Politique de création des centres de recherche de l’Inra

Rappel sur l’organisation « matricielle » de l’Inra

Organisation scientifique 

  • 2 Les stations « centrales » ont une vocation nationale de production de connaissances génériques, d (...)
  • 3 Cranney, 1996, p.105 et 113.

4À la création de l’Inra en 1946, les chercheurs sont répartis entre « disciplines », chacune sous la direction scientifique d’un directeur central de recherches, siégeant dans l’une des sept « stations centrales »2, ébauches des futurs « départements » de recherche3. À partir de 1964, date de leur officialisation, ces départements scientifiques ont chacun à leur tête un « chef » temporaire, hébergé par une unité majeure de la discipline, en Île-de-France ou en province. Ils sont rattachés à un « directeur scientifique », héritier des « inspecteurs généraux », localisé quant-à-lui au siège de l’Inra.

Organisation territoriale 

  • 4 Cranney, 1996, p. 104 et 114.

5Les « stations » de recherche, laboratoires, domaines, sont regroupés dans des centres, dotés d’une administration et de services communs. Entité purement administrative en 1946, le centre n’est alors qu’une juxtaposition d’unités indépendantes, chacune sous la tutelle scientifique de leur seul « directeur central »4, puis de leur chef de département. La nécessaire collaboration entre ces unités et avec les structures extérieures à l’Inra, le développement de matériel scientifique coûteux, l’apparition des régions conduiront progressivement à une réévaluation du rôle des centres (cf. ci-dessous).

Les lignes directrices de création des centres de 1950 à 1982.

  • 5 Ira : Institut des recherches agronomiques, de 1921 à 1934.
  • 6 Cranney, 1996, p. 34.
  • 7 Guillard, 2010, p.110.
  • 8 Inra, 1986.

6Lors de sa création, l’Inra ne comprend que cinq centres de recherche : le centre dit « national » de Versailles qui regroupe cinq des sept stations « centrales » et quatre centres provinciaux principalement dédiés à l’agronomie et aux productions végétales, et baptisés d’appellations régionales : Sud-Ouest à Pont-de-La-Maye/Bordeaux ; Massif-Central à Clermont-Ferrand ; Provence à Antibes et Alsace à Colmar. D’autres centres avaient été envisagés dans les années vingt, dans le cadre du premier Ira5 (Angers, Avignon, Grenoble, Lyon, Quimper, Toulouse) mais n’avaient pu être réalisés, faute de crédits6. La couverture géographique du territoire est donc loin d’être complète en 1946 mais aucune extension n’est pourtant réalisée à l’occasion de cette création7. L’implantation territoriale va s’accroître au cours des trois décennies suivantes, notamment par la création de nouveaux centres de recherche, souvent plus spécialisés que ceux d’origine8 (Tableau 1) et dont la localisation répond à quelques arguments principaux résumés ci-dessous.

  • 9 Des laboratoires de recherche sont, dans de nombreux cas, déjà présents, annexés aux chaires des é (...)
  • 10 Denis, 1996, p. 29.
  • 11 Denis, 1996, p.79.
  • 12 Guillard, 2010, p.122 et 129.
  • 13 Enia : École nationale des industries agricoles de Douai.
  • 14 Enitiaa : École nationale d'ingénieurs des techniques des industries agricoles et alimentaires.
  • 15 Charmasson et al., 1999.

7La proximité des établissements d’enseignement supérieur, en particulier celle des Écoles supérieures d’agriculture qui relèvent alors du même ministère que l’Inra, apparaît comme un argument important des choix effectués. Les raisons en sont multiples : cette proximité permet tout à la fois de se rapprocher des compétences et de la formation scientifiques9 ; d’optimiser l’utilisation des installations expérimentales ; de bénéficier enfin localement de sources de recrutement et de voies de transfert des résultats de la recherche. Le centre du Midi est ainsi créé à Montpellier en 1950, celui de l’Ouest à Rennes en 1953. La facilité d’accès aux grands sites parisiens de formation est aussi mise en avant, en 1949, pour choisir Jouy-en-Josas comme lieu d’implantation du centre « national » dédié aux recherches zootechniques. Cette motivation vient s’ajouter à la volonté de faire s’interpénétrer les recherches relatives aux productions animales et celles conduites à Versailles sur les végétaux10. On retrouve, dans les années soixante, d’autres exemples de cette volonté de proximité avec l’enseignement supérieur et les autres établissements de recherche : ainsi pour la création, en 1964, du centre national de recherches forestières à Nancy à côté de l’École nationale des eaux et forêts (dont il occupe même des locaux pendant cinq ans), puis du centre de Toulouse, en 1965, du fait de « l’activité du CNRS et de l’université dans le domaine de la biologie »11. La proximité de l’université de Clermont-Ferrand est également évoquée pour l’implantation de centre de Theix (1963)12. En 1975-76, l’émergence des deux centres dédiés aux industries agro-alimentaires de Lille et de Nantes, tient compte, pour le premier, de la proximité de l’Enia13 de Douai, de l’Institut Pasteur et de l’université de Lille ; pour le second de la création de l’Enitiaa14 (puis de la quatrième école vétérinaire française en 1979) à Nantes15.

  • 16 Inra-Antilles, 1999.
  • 17 Pécault, 1996.

8La volonté de conduire des recherches utiles à des activités agricoles ou industrielles locales, en même temps que productrices de données génériques, est repérable dans la création des centres des Antilles (1949, agriculture tropicale16), du Sud-Est (Avignon, 1953, arboriculture fruitière et cultures maraîchères17),de Theix (1963, élevage de moyenne montagne), d’Angers (1969, arboriculture fruitière et semences), de Nantes (1976, industries agro-alimentaires) et de Corse (1984, agrumiculture et élevage local). Le court épisode du centre d’Algérie (1960-62) relève du même esprit en prenant notamment en compte la culture des agrumes et du tabac, le palmier-dattier et la production ovine.

  • 18 Denis, 1996, p. 33.
  • 19 Denis, 1996, p. 82,94.

9De façon plus large, la nécessité de disposer d’un centre représentatif d’une grande zone de production, est aussi mise en avant, par exemple pour l’achat du domaine d’Époisses en 1952, base du futur centre de Dijon, au titre que « les régions de l’Est et du Centre-Est posent des problèmes agricoles particuliers qui ne sont presque pas étudiés »18. De même, le choix d’Orléans, en 1972, pour implanter un nouveau centre de recherches forestières repose sur sa situation par rapport aux régions atlantiques. Il prend aussi en compte le souci de reboiser le Centre et l’Ouest de la France et la proximité de la région parisienne et de la Sologne pour les aspects de chasse, forêt-loisir et espaces périurbains19.

  • 20 Guillard, 2010, p. 129.
  • 21 Denis, 1996, p. 211.
  • 22 L'argument conduisant au choix de Tours n'est pas de nature agricole, si ce n'est une certaine tra (...)
  • 23 Ortavant, 1996.

10Simultanément, les plans nationaux successifs de modernisation et d’équipement, combinés à l’influence de certains dirigeants, jouent un rôle non négligeable. Ainsi, les grandes opérations nouvelles lancées à la fin du IIIe plan (1958-61) et au cours du IVe (1962-1965) visent tout d’abord à « déconcentrer » les deux centres nationaux de Versailles et Jouy-en-Josas dans lesquels les chercheurs ne disposent plus d’une place suffisante, tant dans les laboratoires que dans les installations expérimentales20. La « décentralisation » va devenir l’une des lignes directrices de l’Inra au cours des deux décennies 1960 et 70, sous la surveillance du comité de décentralisation des établissements techniques. Ainsi, Edgard Pisani, ministre de l’Agriculture de 1961 à 1966, joue un rôle déterminant et impose notamment la création du centre de Dijon qu’il aurait bien vu accueillir certaines recherches zootechniques, notamment les recherches vétérinaires récemment intégrées à l’Inra, pour tenir compte de la proximité de l’élevage charolais21. La préférence va pourtant à l’Auvergne et à la Touraine22, alors terre d’élection de Michel Debré, après qu’Edgard Pisani ait rejeté la région d’Orléans jugée trop proche de Paris23

  • 24 Denis, 1996, p. 133, 145.

11Ces opérations de décentralisation et celles qui vont suivre dans les années soixante-dix bouleversent la répartition territoriale des chercheurs : alors qu’ils étaient 65 % en région parisienne en 1958, ils n’y sont plus que 32 % en 1981 et 28 % à partir de 1984 (chiffre le plus bas de tous les EPST à cette date)24.

Évolution des centres dans le contexte des nouvelles lois de régionalisation, 1982-2006

  • 25 Loi n°72-619 du 5 juillet 1972 portant création des régions.
  • 26 Loi n°82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des (...)
  • 27 Tout apport financier régional doit trouver son équivalent dans le budget propre de l'Institut.
  • 28 Sauveur, 1997.

12Si certains établissements publics régionaux issus de la loi de 197225 avaient déjà soutenu des opérations immobilières de l’Inra (Bretagne et Midi-Pyrénées en 1978 et 1979), les lois de décentralisation de 198226 et l’instauration des Contrats de plan État-région (CPER), donnent à ces dernières la possibilité indirecte, à travers l’objectif du développement économique, de participer au financement de la recherche. Les régions trouvent alors en l’Inra un partenaire souvent ouvert à leurs préoccupations. Certaines, notamment à proximité du Bassin parisien (Bourgogne, Centre) voient dans la décentralisation le moyen d’accroître leur potentiel scientifique et n’hésitent pas à soutenir des investissements sans rapport direct avec leurs spécificités agricoles. Même si ces incitations, pour ne pas dire ces pressions, des régions pour attirer l’Inra sur leur territoire apparaîtront parfois contraignantes aux directions scientifiques et financière27 de l’Institut, les crédits ainsi disponibles se révèlent alors précieux pour l’entretien et l’adaptation du parc immobilier de l’Inra dont nombre de bâtiments, construits avec les techniques et les normes des années soixante, ne sont plus adaptés aux évolutions des techniques scientifiques et expérimentales. Les engagements des VIIIe et IXe plans (1980-1988) marquent ainsi un tournant important : ils n’aboutissent plus à l’émergence de nouveaux centres mais concernent surtout la construction de nouveaux bâtiments ou la rénovation d’anciens, sur les centres existants. Les contributions à l’achat d’équipements lourds et le cofinancement de bourses de thèse se développent également28.

Impact de l’ouverture de l’Inra à l’enseignement supérieur universitaire, 1994-2000

  • 29 Déclaration du ministre de l'Agriculture le 10 avril 1990 devant les conseils généraux des écoles  (...)
  • 30 Inra, 1994.
  • 31 Sauveur, 2001.

13En 1990, le projet de l’ISTV (Institut des sciences et techniques du vivant) sensé regrouper les grandes écoles parisiennes du ministère de l’Agriculture dans une région proche de l’Île-de-France29, suscite une telle concurrence entre certaines villes (Reims, Tours, Strasbourg, Orléans, …) qu’il est enterré par le Ministère. Il ne sera pourtant pas sans conséquence pour l’Inra, puisque la région Champagne-Ardenne relance, après ce rejet, ses demandes antérieures d’implantation d’unités Inra. Cet épisode, joint aux livres blancs de la recherche et de la technologie et aux directives issues des Ciat successifs (Comités interministériels d’aménagement du territoire) conduit l’Inra, dans les CPER 1994-1999, à valider à nouveau quelques implantations originales : Reims, Marseille-Luminy, Caen, Le Mans...30. À l’exception de Reims qui regroupe deux unités (agronomie d’une part, fractionnement des agro-ressources et emballages, de l’autre), ces créations sont toutefois limitées en taille et, phénomène assez nouveau, implantées dans un cadre universitaire31. Elles ont encore un certain lien avec l’agriculture locale. Ainsi, l’unité de physiologie végétale de Caen est adossée au « pôle prairie » de Basse-Normandie ; l’unité d’économie de la qualité du Mans est proche de la production de poulets « Label rouge » ; la valorisation de la biomasse agricole est logiquement implantée en Champagne.

  • 32 DGER : Direction générale de l'enseignement et de la recherche, ministère de l'Agriculture.
  • 33 Au 1er janvier 1998, on recense dans ces écoles vingt-six unités pouvant être qualifiées de mixtes (...)
  • 34 Sauveur, 1998a et 2000.
  • 35 Sauveur, 1998b.

14Cette ouverture vers l’enseignement supérieur, souhaitée par la tutelle « Recherche et enseignement supérieur » de l’Institut est amplement développée à partir de 1998, à travers l’implication forte de l’Inra dans le montage d’UMR (Unités mixtes de recherche) qui marque une véritable rupture dans sa politique d’association. Jusqu’à cette date en effet, les laboratoires annexés aux chaires des écoles agronomiques et vétérinaires relevant du ministère de l’Agriculture (DGER)32 constituaient la quasi-totalité des unités « mixtes » de l’Inra, sans en avoir d’ailleurs l’appellation33. Ainsi, le nombre d’UMR associant l’Inra à une université et/ou un organisme de recherche passe de six en janvier 1998 à cinquante-sept en septembre 2000 (dont quatre et treize respectivement avec le CNRS)34 ! Dix nouvelles unités s’y ajoutent l’année suivante lorsqu’ont été examinées les trois « vagues » universitaires. Cette ouverture à la mixité des unités apporte à l’Inra des alliances scientifiques nouvelles sans lui retirer le pilotage de fait des unités, dans la mesure où elle intervient principalement (à l’exception de Limoges) sur des centres Inra déjà existants : Montpellier, Toulouse, Dijon, Clermont-Ferrand, etc. Elle a en conséquence peu d’impact sur la localisation territoriale de l’Institut qui reste sans changement lors des CPER 2000-200635 .

  • 36 EPST : Établissement public à caractère scientifique et technologique.
  • 37 Des délégués régionaux existaient en principe depuis 1979 mais avaient surtout été nommés dans les (...)
  • 38 Denis, 1996, p.150.

15Le nouvel environnement régional des années quatre-vingt coïncide pour l’Inra avec des changements statutaires et d’organisation : après que la double tutelle des ministères en charge de l’Agriculture et de la Recherche lui ait été attribuée en 1981, le statut d’EPST36 de décembre 1984 instaure la fonction de président de centre, élargissant celle de délégué régional37. Représentants locaux de la direction générale, les présidents de centre sont rapidement reconnus comme les interlocuteurs des régions avec lesquelles ils négocient le contenu des CPER en tentant, bien entendu, d’obtenir la mise en place de crédits destinés à « leur » centre. Pourtant, un de leurs rôles les plus délicats est justement de rappeler en permanence que, comme le déclare Jacques Poly, PDG, en 1983 devant le conseil d’administration : « l’Inra peut apporter son aide à une région sans y être obligatoirement implanté … Il faut [effectuer] un transfert des connaissances pour les rendre applicables de telle région à telle autre »38. Une Direction des politiques régionales (DPR), confiée à Jean-Claude Tirel, est créée simultanément « chargée de coordonner les relations régionales de l’Institut ».

Prise en compte, au plus près, des atouts et des besoins des territoires

16Tableau 2 - Stations (S) et laboratoires (L) spécialisés sur la production ou la transformation d’un produit agricole lors de la création de l’Inra en 1946 (d’après Cranney, 1996).

Mise en place de structures de recherche spécialisées

17L’émergence et l’évolution des centres de province rappelée ci-dessus montre à quel point la décentralisation a profondément marqué l’Inra au cours des « Trente glorieuses » mais ne rend pas compte des efforts réalisés par l’Institut, pendant la même période, pour adapter précisément son dispositif de recherche aux besoins des différents territoires.

  • 39 Les cinq autres stations centrales, dédiées aux productions végétales, sont localisées à Versaille (...)
  • 40 Les stations de viticulture avaient été multipliées en réponse à la crise du phylloxéra de la fin (...)
  • 41 Cranney, 1996.

18Parmi les sept stations « centrales » dont dispose l’Inra à sa création, seule celle de Rennes, dédiée à la zootechnie, reflète quelque peu une dominante de son environnement agricole39. La prise en compte de préoccupations locales est le fait d’autres stations, laboratoires, services et domaines qui sont soit localisés dans les quatre centres de recherche provinciaux et les établissements d’enseignement agronomique, soit directement administrés. Parmi les soixante et onze structures répertoriées en 1946, celles réellement dédiées à une production spécifique ou à une variante locale d’une production nationale (cas typique de la viticulture40) ne sont en fait qu’une vingtaine (tableau 2). Les autres abordent des problèmes plus génériques relevant de l’agronomie (au sens strict), l’amélioration des plantes, la protection des cultures, etc., disciplines plus ou moins déclinées en fonction des productions végétales locales. Les sites dédiés aux productions animales sont alors inexistants en dehors des laboratoires annexés aux chaires des écoles41.

  • 42 Blanchon, 1996.
  • 43 Les premiers seront Mirecourt (Vosges) et Marcenat (Cantal).

19Dès les années cinquante et jusqu’au début des années quatre-vingt, l’Inra va donc développer fortement son potentiel expérimental afin de conduire les recherches finalisées que le ministère de l’Agriculture et les responsables locaux attendent de lui. En dix ans (de 1946 à 1956), la surface des domaines expérimentaux de l’Inra passe de 128 à 1200 ha42. En 1959, à l’initiative de ce ministère, la création au sein de l’Inra de la SARV (Section d’application de la recherche à la vulgarisation) conduit à lui affecter de nouveaux domaines spécialisés43 qui seront en partie repris en 1963-64 par le SEI (Service d’expérimentation et d’information), en charge de recherches pluridisciplinaires. Sans prétendre à l’exhaustivité, les lignes qui suivent tentent de construire une typologie des nouvelles structures de recherche et d’expérimentation ainsi développées.

Sites dédiés à une espèce (ou famille d’espèces) très caractéristique de quelques régions. 

  • 44 Sauf indications particulières, les années indiquées renvoient aux décisions du conseil d'administ (...)
  • 45 Cerafel : Comité économique des fruits et légumes de Bretagne.

20Dans le domaine végétal, cette situation est illustrée en premier par l’ouverture de la station sur le châtaigner et le noyer à Brives-Malemort (Corrèze) en 195844, suivie de celle du domaine de Manduel (Gard) dédié à l’abricotier en 1961. L’agrumiculture est progressivement développée (entre 1964 et 1967) à la Station de San Giuliano (Haute-Corse) et une station sur les plantes florales est créée, en 1966, à Fréjus (Var). Dans la décennie 1970, un domaine situé à Coulaures (Dordogne) est affecté à l’étude des champignons comestibles et particulièrement à la trufficulture. En Bretagne, le Cerafel45 obtient en 1975 l’extension des terrains de St Pol-de-Léon pour l’amélioration génétique du chou-fleur d’hiver.

  • 46 CTCPA : Centre technique de la conserve des produits animaux.

21Les exemples dédiés à des espèces animales réellement localisées sont moins nombreux. On note la création, sur un terrain du CTCPA46 en 1961, de la station expérimentale de l’oie d’Artiguères (Benquet, Landes) et, à partir de 1964, le lancement des recherches en hydrobiologie recouvrant les problématiques de l’aquaculture lacustre (Thonon-les-Bains, Haute-Savoie) et continentale (Biarritz, puis St Pée-sur-Nivelle, Pyrénées-Atlantiques). Ce n’est qu’en 1993 que sera mise en place à La Mulatière (Rhône) une unité nationale séricicole succédant à celle d’Alès.

  • 47 Les grandes races bovines évoquées ici (Normande, Limousine, Charolaise) ont en fait déjà dépassé (...)
  • 48 Inra, 1996.
  • 49 Inra, 2004.
  • 50 Ensam : École nationale supérieure agronomique de Montpellier (appellation de 1949).
  • 51 Orgeur, 2006.

22La prise en compte de races animales spécifiques de certains territoires est en revanche une réalité. La race bovine Normande47 est étudiée à partir de 1954 sur le domaine INA de la Haizerie (Calvados) puis et surtout, après 1967, sur le domaine animal du Pin-aux-Haras48. Entre 1965 et 1973, un domaine situé à Verneuil-sur-Vienne (Haute-Vienne) est affecté à la sélection des bovins de race Limousine. Les races ovines bénéficient également de domaines spécifiques : celui de Bourges, à partir de 1963, pour la race Berrichonne du Cher49, puis celui de La Fage, acquis en 1964 sur le causse du Larzac, qui permettra de développer de fructueuses études (reproduction, méthodes d’élevage et amélioration génétique) sur les brebis Lacaune, productrices du lait transformé à Roquefort. Les capacités de reproduction de la race ovine Mérinos enfin, sont étudiées sur le domaine Inra-Ensam50 du Merle (Bouches-du-Rhône)51.

23Les spécificités tropicales et insulaires sont aussi prises en compte : en Guadeloupe, en 1971, pour le développement des races bovines et ovines locales sur le domaine de Gardel ; à la Réunion, en 1970 ; en Corse enfin, où, en 1979, est créé à Corte un laboratoire où sont conduits des travaux sur l’élevage et la caractérisation des produits du porc corse.

Déclinaisons locales de productions largement représentées au niveau national. 

24Cette situation, plus fréquente que la précédente, est typiquement celle de l’ensemble viticulture-œnologie et de l’arboriculture fruitière. Concernant la vigne et le vin, le souci initial de l’Inra est de développer son potentiel expérimental dans toutes les grandes zones viticoles. Le centre de Bordeaux achète, dès 1949, le domaine de Grand-Parc à Latresne (appellation premières côtes de Bordeaux) puis le domaine de Couhins (appellation Pessac-Léognan) en 196852. Sa station de viticulture, après des opérations de sélection clonale et la création d’hybrides, s’oriente vers la pathologie et la protection intégrée du vignoble53 mais il faudra ensuite attendre le début des années 2000 pour voir évoluer le dispositif à travers la fondation de l’ISVV (Institut scientifique de la vigne et du vin) avec les deux universités de Bordeaux et l’Enitab54,55.

  • 56 Inra de Colmar, 1986-1996, cinquante ans de recherche, Inra éd., Colmar, 1996, 34 p.

25En Bourgogne, l’Inra acquiert, en 1971, l’immeuble qui héberge la station œnologique de Beaune (Côte-d’Or) et développe une station expérimentale à Cours-les-Cosne (Nièvre), rattachée d’abord au centre de Colmar, puis à celui de Dijon. À Angers, la station de recherches viticoles, œnologiques et d’arboriculture fruitière se spécialise peu à peu dans l’identification de « l’effet terroir » ; ses expérimentations viticoles sont conduites, à partir de 1974, sur le domaine du lycée agricole de Montreuil-Belley. La station de Colmar acquiert, dans les années cinquante, des vignobles dans trois villages du Haut-Rhin. Reconnue pour ses compétences en œnologie (levures), elle entreprend aussi, à la même période, des sélections clonales destinées aux vignobles alsaciens, puis s’oriente vers l’étude des viroses de type court-noué56.

26Les développements de recherche les plus importants débutent, dès 1949, dans le Languedoc avec le transfert des collections ampélographiques57 de l’Ensam sur le domaine de Vassal à Marseillan-Plage (Hérault) afin d’y constituer une collection de cépages et de porte-greffes58. La station de Narbonne est promue, en 1950, au rang de station centrale de recherche sur l’œnologie, puis complétée en 1956 par l’achat du domaine de Pech-Rouge (Gruissan, Aude) sur lequel va se développer une unité expérimentale d’œnologie. Celle-ci devient progressivement, surtout après 1976 (date de construction des halles technologiques)59, le principal site de recherche œnologique de l’Inra. Cet important dispositif languedocien inclut également, à partir de 1971, l’exploitation commune entre l’Inra et l’Ensam du domaine expérimental du Chapitre (Villeneuve-lès-Maguelone, Hérault), sur lequel s’installe la station de recherches viticoles du centre de Montpellier. Les domaines de Vassal et de Balandran, à Beaucaire, lui sont alors rattachés.

  • 60 Respectivement les domaines des Jarres à Langon et de l'Isle-d'Arcins à Latresne, en Gironde ; de (...)
  • 61 Crossa-Raynaud, 1996.

27Les recherches sur l’arboriculture fruitière, présentes à Bordeaux et Angers en 1946, continuent à y être développées avec l’extension en 1954, pour l’étude des fruits à pépins, du domaine de Bois-L’Abbé à Angers et, surtout, l’achat de quatre domaines dans le Sud-Ouest60 qui font de Bordeaux le centre majeur de cette thématique à partir des années soixante. Le centre du Massif central bénéficie pourtant également, en 1951, de l’achat d’un domaine spécialisé, tandis que le domaine de Manduel (Gard), qui relevait d’abord de Bordeaux, sert de support à la création en Avignon, à partir de 1979, d’une station de recherches fruitières méditerranéennes61. Elle est complétée par la mise en place, sur le domaine Saint-Paul entre 1954 et 1957, d’une station d’apiculture, extension de celle de Bures-sur-Yvette, qui permet la transhumance des ruches dans toute la Provence.

  • 62 Domaine de Keraïber, complétant une station ramenée simultanément de Châteaulin à Landerneau.

28C’est également en Avignon que sont ciblées, en 1957, les recherches liées aux productions maraîchères, complétées, en 1958, par la station de technologie des produits végétaux, chargée des problèmes de conserverie. Le domaine du Mas Blanc à Alénya (Pyrénées-Orientales), loué pour le SEI à partir de 1962, puis acquis par l’Inra en 1969, est dédié aux cultures maraîchères sous serres. Parallèlement, la forte demande des producteurs de légumes du Pays de Léon (Finistère) – qui avaient obtenu, dès 1950, l’affectation à Ploudaniel62 d’un domaine pour les travaux sur la pomme de terre – conduit à ouvrir, en 1982 à Plougoulm, un laboratoire d’amélioration des plantes maraîchères, notamment du chou-fleur, évoqué plus haut. Les plantes de grande culture caractéristiques des zones les plus chaudes et sèches sont quant à elles logiquement étudiées dans les centres du sud : à Montpellier au laboratoire des blés durs fondé en 1957 et au domaine de Melgueil à Mauguio, établi en 1981 pour l’amélioration génétique du blé, du sorgho et du riz ; à Toulouse également, au domaine de Roqueville créé en 1968 pour le blé dur, le sorgho et le tournesol.

29La production laitière et fromagère est, encore plus que celle du vin, largement dispersée sur le territoire national. En 1946, la station de Poligny (Jura) et le laboratoire de l’École d’agriculture de Rennes sont les deux seules structures de recherche dédiées à cette filière. Par la suite, à côté des deux stations à vocation nationale créées sur les centres de Jouy-en-Josas (active de 1954 à 1977) et de Rennes, trois stations expérimentales, liées aux écoles de laiterie voisines, vont se consacrer à des zones de production spécialisées. La première à Poligny, spécialiste des fromages à pâte cuite, connaît un fort développement et constitue aujourd’hui, avec Rennes, la colonne vertébrale des recherches fromagères à l’Inra. Les deux autres sont situées respectivement à Surgères et Aurillac ; cette dernière, créée en 1973 en partenariat avec les professionnels laitiers d’Auvergne, deviendra plus tard le GIS « Pôle fromager AOC Massif central ».

30Dans le domaine zootechnique encore, la spécificité de l’élevage de montagne, largement mise en avant pour la création du centre de Theix (1964), est étudiée sur plusieurs sites : dès 1962-63, l’important domaine situé autour de Marcenat (Cantal) est dédié à la valorisation des pâturages d’altitude et à l’identification des races de vaches laitières les mieux adaptées, avant d’accueillir les études consacrées aux vaches allaitantes. À la même période, trois domaines du Puy-de-Dôme (à Laqueuille, Orcival et Saint-Sulpice) sont choisis en fonction de leur altitude représentative de différentes conditions d’exploitation prairiale.

Diversification des sites pour la sélection végétale. 

  • 63 Cauderon, 1986.
  • 64 St Julien-le-Petit, 1966 et Peyrat-le-Château 1966 et 1971, Haute-Vienne ; Sousceyrac, Lot, 1964 ; (...)

31La volonté de voir s’exprimer les potentialités génétiques des plantes et de pouvoir les sélectionner dans des environnements différents est également un argument fréquent des choix territoriaux effectués. L’exemple du maïs est particulièrement parlant : à côté de la station de Saint Martin-de-Hinx dans les Landes, zone traditionnelle de production, un outil performant de testage et de recherche multi-sites est progressivement développé. Il est implanté sur divers emplacements : Rennes, Versailles, Mirecourt, Colmar, Le Pin-aux-Haras, Dijon… jusqu’à Mons-en-Chaussée dans la Somme afin de mettre au point, à partir des années soixante, les lignées et hybrides précoces adaptés aux conditions les plus septentrionales63. De façon similaire, la station d’amélioration des arbres forestiers de Nancy diversifie ses provenances d’épicéa en installant, à partir de 1964, des dispositifs expérimentaux en différents points d’altitude variée répartis sur tout le territoire : Haute-Vienne, Dordogne, Lot, Isère64.

  • 65 Blanchon, 1996.
  • 66 Tirel, 1996, p.15.

32La conséquence de toutes ces opérations et de faire de l’Inra un grand propriétaire foncier et immobilier : le rapport d’activité de 1985 fait état d’une cinquantaine de domaines principaux (en ne citant pas les parcelles expérimentales isolées), contre moins de dix en 1946, et de quelque trois cents laboratoires (Figure 1). Même si nombre de bâtiments et de parcelles sont mis à sa disposition (environ 5000 ha sur les 10000 exploités65), la charge de leur entretien et de leur fonctionnement lui incombe, compensée seulement en partie par les recettes tirées de la vente de certaines productions. En 1979, le conseil d’administration, suite à un audit, reproche explicitement à l’Institut d’avoir des installations trop disséminées et lui demande de procéder à des concentrations autour de pôles d’intérêt importants66. Une première rationalisation des installations s’opère dès les années soixante-dix en supprimant quelques sites spécialisés considérés comme non prioritaires : la station d’arboriculture fruitière de Saint-Genis-Laval (Rhône) ; la station d’amélioration du noyer et du châtaignier de Corrèze dont les activités sont ramenées à Bordeaux ; le laboratoire des plantes fourragères de Rouen fermé en 1971 ou, enfin, la station de sélection bovine de Verneuil-sur-Vienne qui disparaît en 1973. D’autres fermetures suivront dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, par exemple les stations d’œnologie de Beaune (1984) et de Cours-lès-Cosnes (1994), le site de Saint-Pol-de-Léon (1985).

L’Inra et le développement régional : de la localisation des structures à celle des programmes

33L’opportunité de coupler ou non la recherche et la « vulgarisation » des techniques et savoir-faire agricoles a suscité de nombreux débats, avant comme après la création de l’Inra (Cranney, 1996 ; Cornu, 2014). Une typologie et une synthèse des relations établies au fil du temps entre recherche et développement ont été produites par Béranger et al. (2002). S’agissant des aspects de localisation examinés ici, deux types de situations sont à distinguer.

  • 67 CIA : Centres d'insémination artificielle.
  • 68 GIP : Groupement d'intérêt public.
  • 69 Denis, 1996, p.175.

34Dès l’origine, de nombreux chercheurs et ingénieurs de l’Inra et les unités auxquelles ils appartiennent, collaborent avec les structures professionnelles (syndicats, centres techniques, CIA67, instituts techniques, etc.) et participent au transfert des connaissances, à la création et la diffusion de variétés végétales – y compris forestières –et de lignées animales, à la mise au point de méthodes de production, etc. Comme indiqué plus haut, des stations spécialisées sont créées à l’attention de certaines filières professionnelles. Concernant les fruits et légumes par exemple, l’influence du Cerafel en Pays-de-Léon conduit à y mettre en place, en 1988, un GIP68 « Centre régional de recherches en biotechnologie appliquée aux cultures maraîchères et légumières »69. De même, la station de recherches avicoles de Tours-Nouzilly accompagne fortement le développement des filières avicoles à partir de 1960 et un GIP « Centre de recherches appliquée à la sélection de la dinde » est fondé en 1987 dans le Morbihan avec la société Betina (groupe Guyomarc’h). À la fin des années quatre-vingt, les CRITT (Centre régional d’innovation et de transfert de technologie) proposés par le ministère de la Recherche rencontrent un succès certain auprès des régions. Le premier impliquant l’Inra concerne le secteur agro-alimentaire en Midi-Pyrénées (Auch, ultérieurement GIP Agora).

  • 70 Après Mirecourt et Marcenat, le SEI s'est enrichi des domaines d'Alénya (Pyrénées-Orientales), de (...)
  • 71 Cornu, 2014.

35Des approches de conception toute différente, prenant en compte la diversité des exploitations et remettant l’agriculteur au centre de la décision, sont aussi développées à l’Inra à partir de 1966. À cette date, le ministère de l’Agriculture décide définitivement de confier la recherche technique et la vulgarisation à la profession agricole. Les quelques chercheurs Inra affectés au SEI, ainsi libérés des tâches de vulgarisation « descendante » traditionnelle, commencent à développer des études multidisciplinaires de type systémique, à la fois sur les domaines expérimentaux du service70 mais surtout sur des territoires extérieurs « aux marges des espaces de grande culture »71.

  • 72 Vissac et Deffontaines, 1999.
  • 73 DGRST : Délégation générale à la recherche scientifique et technique.
  • 74 Béranger et Lacombe, 2014.
  • 75 GIS : groupement d'intérêt scientifique, structure contractuelle souple, sans véritable base jurid (...)

36L’aboutissementde cette évolution est la mise en place, en 1979, du département SAD (Systèmes agraires et développement) dont la fonction assumée est désormais de conduire des « recherches sur le développement, vu en tant que processus… »72. L’Inra n’est pas isolé dans cette démarche : la décennie 1970 est marquée par les RCP (Recherches coopératives sur programme) du CNRS et les programmes pluridisciplinaires de la DGRST73 dédiés aux espaces naturels, activités agricoles et territoires. Ces programmes structurent différents « chantiers régionaux » (Aubrac, Beaufortin, Lorraine, Causses, Pyrénées, etc.)74 et ouvrent donc la porte à des études « délocalisées » par rapport aux stations et domaines de l’Inra. Des GIS75 permettent de poursuivre ces actions dans certaines situations, notamment le GIS Alpes du Nord (constitué dès 1985, renouvelé trois fois ensuite), le GIS Montmorillonnais (élevage ovin), le pôle AOC Massif central, etc. Le département SAD, acteur principal de cette nouvelle recherche « en situation », conduit certaines études en collaboration avec d’autres unités. Ainsi, celle de l’érosion des sols en Pays de Caux implique le SAD de Grignon, la science du sol d’Orléans et l’agronomie de Laon. De même, l’étude agronomique des marais du Cotentin mobilise le SAD de Versailles et l’unité de physiologie des espèces prairiales de Caen.

  • 76 Ina-PG : Institut national agronomique Paris-Grignon.
  • 77 Cranney, 1996, p.427.

37En 1993, Michel Sébillotte, passé de l’Ina-PG76 à l’Inra, obtient la création d’une Délégation pour l’agriculture, le développement et la prospective (DADP) qui n’encadre plus aucun chercheur de façon hiérarchique mais puise dans les départements scientifiques (et notamment au SAD) les acteurs prêts à agir ensemble sur un projet transdisciplinaire régional donné. Ainsi naissent les « Recherches pour et sur le développement régional » qui reprennent d’ailleurs pour partie des approches de recherche-expérimentation déjà prônées bien avant par Charles Crépin, premier directeur de l’Inra77. Trois régions – d’abord Languedoc-Roussillon et Pays de Loire, puis Rhône Alpes – montrent un intérêt immédiat et passent contrat avec l’Inra. Bourgogne et Midi-Pyrénées s’y ajoutent en 2000. Dans un espace rural où l’emploi agricole est devenu minoritaire, la réflexion n’est plus limitée à la seule production agricole. Les programmes de recherche, co-construits avec les partenaires régionaux, visent désormais à insérer la production agricole dans un projet de développement optimal du territoire, maître-mot de la démarche.

38La dernière initiative reliant recherche, développement et formation de façon « multi-locale » est celle des RMT (réseaux mixtes technologiques). Ils sont créés en application de la loi d’orientation agricole de 200678 et associent obligatoirement de nombreux partenaires : au minimum trois instituts techniques ou chambres d’agriculture ; un établissement d’enseignement technique et un d’enseignement supérieur agronomique ; un organisme de recherche enfin. Vingt RMT associant l’Inra seront agréés entre 2007 et 2010.

Conclusion

39La recherche agronomique doit, dès qu’elle quitte le laboratoire pour le « champ », multiplier les sites expérimentaux pour obtenir des résultats de portée générale. À cette obligation de rigueur scientifique, s’est ajouté pour l’Inra le souci des filières professionnelles locales ou régionales, utilisatrices des résultats de sa recherche, en particulier de variétés végétales ou de races animales adaptées à leurs conditions spécifiques. De nombreuses initiatives de localisation des structures de recherche (centres, stations et domaines) en ont résulté au fil du temps, également influencées par la proximité de l’enseignement supérieur, les politiques nationales d’aménagement du territoire … et les offres financières des régions.

40Le « premier Inra » (1946-1980), pour reprendre l’expression de Gilles Denis(2014), a ainsi connu une décentralisation et une expansion territoriale rapides. Encore généralistes dans les années cinquante, les centres créés entre 1960 et 1975 ont eu ensuite un caractère plus spécialisé. Les possibilités de financements régionaux issues des lois de décentralisation de 1982 n’ont pas fait émerger de nouveaux centres mais ont grandement servi à conforter et rénover les centres existants.

41Arrivé en 1980 à sa taille « adulte », parfois même un peu encombré de sites trop dispersés, l’Inra a dû conduire ensuite une politique territoriale plus équilibrée entre le besoin d’entretenir et de développer certains sites et l’appel permanent de « sirènes » locales. L’Institut a développé alors son interface avec les collectivités régionales (mise en place des présidents de centre) et recherché la mise en réseau de ses unités de façon à pouvoir délocaliser les études par rapport aux demandes.

42La relation de l’Inra au développement agricole s’est également diversifiée à partir des années soixante-dix. Outre le fait que le développement devenait un objet de recherche en tant que tel, des études plus systémiques, construites à partir des savoirs, des pratiques et des besoins des individus ou des collectivités sont venues s’ajouter aux démarches classiques de transfert vers les structures professionnelles spécialisées. Ces approches ont contribué à délocaliser progressivement certains programmes par rapport aux structures expérimentales propres à l’Inra.

Haut de page

Bibliographie

Béranger Claude, Compagnone Claude, Evrard Philippe, Bonnemaire Joseph, Recherche-agriculture-territoires … Quels partenariats ?, Inra éd., collection Bilan et prospectives, 2002, 88 p.

Béranger Claude, Lacombe Philippe, « La recherche agronomique et la révolution agricole de la seconde moitié du XXe siècle. L’exemple de la prairie », Histoire de la recherche contemporaine, tome III, n° 2, décembre 2014, p. 172-173.

Blanchon Jean-Pierre, « Les unités expérimentales », in Cranney Jean, INRA, 50 ans d’un organisme de recherche, Inra éd., Paris, 1996, p. 465-470.

Cauderon André, « Amélioration des plantes et productions végétales », in Inra, 40 ans de recherche agronomique, Inra éd., Paris, p. 59-77.

Charmasson Thérèse, Duvigneau Michel, Lelorrain Anne-Marie, Le Naou Henri, L’enseignement agricole 150 ans d’histoire, évolution historique et atlas contemporain, Educagri éditions, Dijon, 1999, 252 p.

Cornu Pierre, « La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité des années soixante-dix : terrains et objets d’émergence de la "systémique agraire" », Histoire de la recherche contemporaine, tome III, n° 2, décembre 2014, p. 154-166.

Cranney Jean, Inra, 50 ans d’un organisme de recherche, Inra éd., Paris, 1996, 526 p.

Crossa-Raynaud Patrice, « Les débuts de la station de recherches fruitières méditerranéennes », in Le centre Inra d’Avignon, histoire ancienne, Inra Avignon éd., 1996, p. 78-79.

Denis Gilles, « Une histoire institutionnelle de la recherche agronomique (Inra). Le premier Inra (1946-1980) », Histoire de la recherche contemporaine, tome III, n° 2, décembre 2014, p. 125-136.

Denis Gilles, Recueil de données pour l’histoire de l’Inra (Relevé des procès-verbaux des conseils d’administration de l’Inra de 1946 à 1996), Document interne Inra, 1996, 213 p.

Stéphane Guillard, Pour une approche historique de l’immobilier de l’Inra, étude des centres de Clermont-Ferrand, Dijon et Nancy, 1946-1980. Mémoire de Master 2 d’histoire, laboratoire d’études rurales, université Lumière Lyon 2, 2010, 182 p.

Inra, 40 ans de recherche agronomique (1946-1986), Inra éd., 1986, p. 30.

Inra, L’Inra en région Aquitaine, Inra éd., Paris, 1988, 6 p.

Inra, Regard sur l’Inra de 1992 à 1994, Inra éd., 76 p.

Inra, « Les domaines Inra du Pin-aux-Haras. 40 ans de recherche », Inra mensuel, n° 57, juin 1996, 34 p.

Inra, « Politique territoriale », in Document d’orientation 2001-2004, Inra éd., 2001, p. 47.

Inra, « Le domaine expérimental de Bourges. 40 ans de recherches », Inra mensuel, n° 119, janvier 2004, 36 p.

Inra Antilles, Le centre Antilles-Guyane 1949-1999, 1999, 28 p.

Inra Colmar, 1986-1996, cinquante ans de recherche, 1996, 34 p.

Inra Dijon, Quelques éléments sur … l’histoire du centre de recherche de Dijon, 2013, 20 p.

Orgeur Pierre, in « UMR de physiologie de la reproduction et des comportements 1966-2006, ils racontent », livret dactylographié, Inra-PRC Tours, 2006, p. 22.

Ortavant Robert, Origine du centre Inra de Nouzilly (Tours), document manuscrit, 1996, 24 p.

Pécault Pierre, Le centre Inra d’Avignon : histoire ancienne, Inra éd., Avignon, 1996, 112 p.

Sauveur Bernard, « Politique régionale de la recherche agronomique en France. Historique et situation présente à l’Inra », in Regionalisation of agricultural research in the Mediterranean and Near-East countries, Cahiers d’options méditerranéennes, CIHEAM éd., 1997, vol. 32, p. 97-107.

Sauveur Bernard, Politique d’association de l’Inra avec l’enseignement supérieur, rapport au conseil d’administration de l’Inra, 29 octobre 1998, 9 p. + annexes.

Sauveur Bernard, Préparation des contrats de plan État-régions 2000-2006, document interne Darese-Inra, 1998 b, 8 p.

Sauveur Bernard, Politique d’association et de partenariat scientifique de l’Inra, évolution au cours des années 1999 et 2000, rapport au conseil d’administration de l’Inra, 28 septembre 2000, 10 p. + annexes.

Sauveur Bernard, Bilan des opérations régionales de l’Inra de 1994 à 1999, rapport au conseil d’administration de l’Inra, 13 décembre 2001, 21 p. + annexes.

Sauveur Bernard, Archorales, n° 14, 2010, p. 152.

Sébillotte Michel, Apprendre, chercher, innover, les parcours d’un agronome, Inra éd, collection Bilan et prospectives, 2001, 61 p.

Tirel Jean-Claude, Il était une fois l’Inra, Inra éd., 1996, 24 p.

Vissac Bertrand, Deffontaines Jean-Pierre, « L’histoire du SAD. Pour une grille de lecture », Le Sadoscope, supplément au n° 100, octobre 1999, 4 p.

Remerciements à MM. Claude Béranger, Philippe Evrard, Luc Heintze, Didier Picard et Egizio Valceschini dont les relectures ont notablement contribué à l’amélioration du manuscrit.

Haut de page

Notes

2 Les stations « centrales » ont une vocation nationale de production de connaissances génériques, de « pilotage » de la recherche et de formation.

3 Cranney, 1996, p.105 et 113.

4 Cranney, 1996, p. 104 et 114.

5 Ira : Institut des recherches agronomiques, de 1921 à 1934.

6 Cranney, 1996, p. 34.

7 Guillard, 2010, p.110.

8 Inra, 1986.

9 Des laboratoires de recherche sont, dans de nombreux cas, déjà présents, annexés aux chaires des écoles.

10 Denis, 1996, p. 29.

11 Denis, 1996, p.79.

12 Guillard, 2010, p.122 et 129.

13 Enia : École nationale des industries agricoles de Douai.

14 Enitiaa : École nationale d'ingénieurs des techniques des industries agricoles et alimentaires.

15 Charmasson et al., 1999.

16 Inra-Antilles, 1999.

17 Pécault, 1996.

18 Denis, 1996, p. 33.

19 Denis, 1996, p. 82,94.

20 Guillard, 2010, p. 129.

21 Denis, 1996, p. 211.

22 L'argument conduisant au choix de Tours n'est pas de nature agricole, si ce n'est une certaine tradition de production locale de volailles. Outre le fait qu'Edgard Pisani ne s'y oppose pas, l'argument qui semble avoir pesé est que Tours est géographiquement bien situé, à mi-distance de Jouy-en-Josas et du Magneraud (site de sélection des volailles). Les domaines relevant de la génétique animale (Bourges, Le Pin-aux-Haras, Rouillé), utilisateurs des résultats de la physiologie de la reproduction des mammifères, sont aussi répartis autour de ce point.

23 Ortavant, 1996.

24 Denis, 1996, p. 133, 145.

25 Loi n°72-619 du 5 juillet 1972 portant création des régions.

26 Loi n°82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions.

27 Tout apport financier régional doit trouver son équivalent dans le budget propre de l'Institut.

28 Sauveur, 1997.

29 Déclaration du ministre de l'Agriculture le 10 avril 1990 devant les conseils généraux des écoles ; voir par exemple JO du 7 mai 1990, p. 2190-2191, et JO du 18 juin 1990, p. 2793.

30 Inra, 1994.

31 Sauveur, 2001.

32 DGER : Direction générale de l'enseignement et de la recherche, ministère de l'Agriculture.

33 Au 1er janvier 1998, on recense dans ces écoles vingt-six unités pouvant être qualifiées de mixtes et quarante qui ont plutôt un statut de type associé, la distinction, parfois ténue, s'appuyant sur les moyens affectés par l'Inra (Sauveur, 1998a).

34 Sauveur, 1998a et 2000.

35 Sauveur, 1998b.

36 EPST : Établissement public à caractère scientifique et technologique.

37 Des délégués régionaux existaient en principe depuis 1979 mais avaient surtout été nommés dans les régions où l'Inra était peu présent.

38 Denis, 1996, p.150.

39 Les cinq autres stations centrales, dédiées aux productions végétales, sont localisées à Versailles et la septième (Technologie des industries agricoles) à Paris.

40 Les stations de viticulture avaient été multipliées en réponse à la crise du phylloxéra de la fin du XIXe siècle pour assister les viticulteurs dans leurs tâches techniques, vulgariser l’œnologie scientifique … et dépister par l'analyse les vins falsifiés (Inra, 2013).

41 Cranney, 1996.

42 Blanchon, 1996.

43 Les premiers seront Mirecourt (Vosges) et Marcenat (Cantal).

44 Sauf indications particulières, les années indiquées renvoient aux décisions du conseil d'administration listées dans le document de Gilles Denis, 1996.

45 Cerafel : Comité économique des fruits et légumes de Bretagne.

46 CTCPA : Centre technique de la conserve des produits animaux.

47 Les grandes races bovines évoquées ici (Normande, Limousine, Charolaise) ont en fait déjà dépassé leurs régions d'origine dans les années cinquante.

48 Inra, 1996.

49 Inra, 2004.

50 Ensam : École nationale supérieure agronomique de Montpellier (appellation de 1949).

51 Orgeur, 2006.

52 http://chateau-couhins.fr/le-domaine/

53 Inra, 1988.

54 Enitab : École nationale des ingénieurs des travaux agricoles de Bordeaux.

55 Inra, 2001.

56 Inra de Colmar, 1986-1996, cinquante ans de recherche, Inra éd., Colmar, 1996, 34 p.

57 D’ampélographie : description, étude de la vigne.

58 Les sols sableux du domaine de Vassal sont indemnes des agents responsables de deux graves maladies de la vigne : la forme radicicole du phylloxéra et le nématode vecteur des virus du court-noué. Il est donc possible d'y cultiver la vigne franche-de-pied, sans porte-greffe.http://www1.montpellier.inra.fr/vassal/unite/presentation/historique.html

59 http://www1.montpellier.inra.fr/pechrouge/index.php/fr/accueil/10-informations-pratiques/35-histoire-de-pech-rouge

60 Respectivement les domaines des Jarres à Langon et de l'Isle-d'Arcins à Latresne, en Gironde ; de Regis et de Baigts-de-Béarn, dans les Pyrénées-Atlantiques ; de La Tour-de-Rance à Bourran dans le Lot-et-Garonne.

61 Crossa-Raynaud, 1996.

62 Domaine de Keraïber, complétant une station ramenée simultanément de Châteaulin à Landerneau.

63 Cauderon, 1986.

64 St Julien-le-Petit, 1966 et Peyrat-le-Château 1966 et 1971, Haute-Vienne ; Sousceyrac, Lot, 1964 ; Huez-en-Oisans (Isère), 1967 ; parcelles en Dordogne, 1970.

65 Blanchon, 1996.

66 Tirel, 1996, p.15.

67 CIA : Centres d'insémination artificielle.

68 GIP : Groupement d'intérêt public.

69 Denis, 1996, p.175.

70 Après Mirecourt et Marcenat, le SEI s'est enrichi des domaines d'Alénya (Pyrénées-Orientales), de Saint Pol-de-Léon (Finistère) et de Saint Laurent-de-La-Prée (Charente-Maritime) dédié à la mise en valeur des marais de l'Ouest par le drainage.

71 Cornu, 2014.

72 Vissac et Deffontaines, 1999.

73 DGRST : Délégation générale à la recherche scientifique et technique.

74 Béranger et Lacombe, 2014.

75 GIS : groupement d'intérêt scientifique, structure contractuelle souple, sans véritable base juridique.

76 Ina-PG : Institut national agronomique Paris-Grignon.

77 Cranney, 1996, p.427.

78 Loi 2006-11 du 5 janvier 2006; http://agriculture.gouv.fr/reseaux-et-unites-mixtes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Sauveur, « Localisation du dispositif de recherche de l'Inra , argumentaire et enjeux de 1946 à 2006 », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VI-N°2 | 2017, 128-144.

Référence électronique

Bernard Sauveur, « Localisation du dispositif de recherche de l'Inra , argumentaire et enjeux de 1946 à 2006 », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI-N°2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1519 ; DOI : 10.4000/hrc.1519

Haut de page

Auteur

Bernard Sauveur

Bernard Sauveur est ingénieur agronome (sciences de l’animal), docteur ès sciences en physiologie animale, ancien directeur de l’Action régionale et des relations avec l’enseignement supérieur et l’Europe (Darese), puis conseiller de la direction générale de l’Inra.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals