Navigation – Plan du site
Dossier : regards historiques sur la recherche agronomique française de la seconde moitié du XXe siècle

L'Inra et l'international. Opportunités, apprentissages et tâtonnements stratégiques (de la fondation de l'Institut aux années soixante-dix)

Fondé sur les ruines de la puissance française en 1946, l’Inra incarne les difficultés et les ambivalences du processus de construction de l’identité scientifique de la recherche agronomique française caractéristiques de l'émergence d'un espace scientifique mondial dans la seconde moitié du XXe siècle.
The INRA Overseas. Openings, Learnings, and Strategic Trial and Errors (from 1946 to the 70s)
Lisalou Martone
p. 145-162

Résumé

The National Institute for Agricultural Research (INRA) was founded in the aftermath of World War 2 in order to regenerate France’s power. The institute has since developed a complex and original relationship to the international scientific landscape, both trying to meet the challenge of Anglo-Saxon countries mainly, and aiming at rebuilding an area of influence in the developing world by the means of scientific cooperation. Built on a cross-over study of oral and administrative archives, this paper sets light on the international acculturation of French agronomic research up to the beginning of the 1980’s.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Bustarret, « La coopération technique. Éditorial », Bulletin de l’Inra, n°2, décembre 1962, p (...)

1« […] Il est normal que la recherche agronomique participe à l’effort de rayonnement de la pensée française, et surtout à celui que notre pays a entrepris pour aider, dans tous les domaines, les jeunes États à penser et à appliquer une politique de développement économique et social »1. C’est ainsi que Jean Bustarret dessine en 1962, dans un éditorial du Bulletin de l’Inra, les contours de l’action engagée par l’Institut sur la scène scientifique internationale. Inspecteur général de l’Inra depuis 1949, il occupe, de 1964 à 1972, le poste de directeur général. À ce titre et avec un ascendant considérable sur les orientations politiques de l’Institut, sa conception de la recherche agronomique marque durablement son identité et, notamment, son rapport au monde. À l’orée des années soixante, l’ambition affichée est claire, et d’envergure : il s’agit de rien moins que d’assurer le rôle de Pygmalion du développement agroalimentaire des pays tiers, et d’affirmer ainsi l’expertise scientifique de la recherche agronomique française à l’échelle du globe. Pourtant, au lendemain de la seconde guerre mondiale, celle-ci se trouve à la fois considérablement affaiblie et placée face à une tâche immense. L’Inra, tel que créé par le gouvernement provisoire en 1946, reçoit en effet la mission urgente de redresser l’agriculture métropolitaine dans un pays affecté par le rationnement jusqu’en 1949. Hormis quelques rares individualités, les chercheurs présents à la fondation de l’Institut ont très peu voyagé au cours de leur formation scientifique et n’ont qu’une connaissance limitée de la littérature étrangère. Mais l’heure est à l’ouverture et à la reconquête d’une puissance écornée, au sein d’un paysage scientifique où la mise en relation des structures de recherches à l’échelle internationale s’établit avant tout sur le mode de la compétition.

  • 2 Notamment avec la création du centre de recherche agronomique de Rothamsted en Grande-Bretagne, où (...)

2Si les pays, anglo-saxons notamment, ont pu capitaliser sur l’acquis de leurs structures scientifiques fondées au XIXe siècle2, l’Ira, créé en France en 1921, a été démantelé en 1934 pour des motifs budgétaires, contraignant la recherche française à des années de repli. Le plan Marshall, signé en 1947, dote toutefois la recherche appliquée de moyens considérables et lui offre un modèle à suivre : celui d’un fordisme instituant un schéma descendant, des sciences et technologies d’innovation à la productivité et dont l’application doit s’étendre au domaine agronomique. Après quelques voyages initiatiques formateurs dans les Land Grant Universities du Midwest, la recherche française est incitée à entrer dans une logique d’émulation amicale avec ses partenaires anglo-saxons et d’Europe du Nord, vis-à-vis desquels elle nourrit un fort complexe d’infériorité. L’agronomie française jouit en revanche d’un certain prestige dans les territoires d’outre-mer, et l’Inra entend tirer profit de ses acquis au Maghreb et dans les Antilles pour concurrencer les organismes de recherche « tropicalistes », dans une compétition intra-nationale.

  • 3 Rappelons ici la tutelle exercée par le ministère de l’Agriculture et l’administration coloniale ju (...)

3Il nous apparaît que c’est cette tension dialectique entre deux polarité fortes – une position devenue marginale face la recherche anglo-saxonne d’une part, et le maintien d’une position impérialiste dominante dans l’outre-mer en phase d’émancipation d’autre part –, qui structure l’invention progressive de l’identité et de la stratégie d’affirmation de l’Inra sur la scène scientifique internationale. Cette stratégie s’inscrit dans un contexte changeant et complexe et avec des contraintes administratives et diplomatiques françaises qui, elles, résistent au changement3. L’agronomie française a donc un besoin urgent de définir sa propre assise.

4L’invention de la place et de l’identité de l’Inra à l’international se joue tant au niveau des politiques scientifiques de l’établissement qu’à celui des actions menées par les agronomes, les zootechniciens et les forestiers. Ce sont les trois métiers autour desquels l’international prend forme, par le biais d’individus situés à la charnière des pouvoirs scientifique et institutionnel et qui développent des stratégies internationales propres, dont les apports questionnent l’Institution et ses pratiques. Le récit de l’aventure internationale de l’Inra que nous entreprenons ici, de sa création à la fin des années soixante-dix, est en réalité celui d’une préhistoire, au cours de laquelle il travaille à acquérir la culture et les connaissances nécessaires à sa sortie du champ métropolitain de la recherche agronomique et à déterminer les ajustements nécessaires à l’affirmation de sa doctrine internationale.

  • 4 Voir Bonneuil Christophe, Des savants pour l’empire : la structuration des recherches scientifiques (...)
  • 5 Bonneuil Christophe, Denis Gilles et Mayaud Jean-Luc (dir.), Sciences, chercheurs et agriculture. P (...)
  • 6 Cranney Jean, Inra-50 ans d’un organisme de recherche, Inra Éditions, Versailles, 1996, 528 p. ; Ti (...)
  • 7 Tourte René, Histoire de la recherche agricole en Afrique tropicale francophone, Rome, FAO, 2005, (...)

5L’historiographie a porté une grande attention aux pérégrinations des savants à l’époque moderne, période qui a vu émerger des figures marquantes de scientifiques explorateurs. Des historiens se sont ainsi très tôt intéressés aux circulations scientifiques entre les continents, notamment dans le domaine de la botanique. La période d’expansion coloniale, à partir du milieu du XIXe siècle a, elle aussi, suscité l’intérêt des historiens pour les sciences « expatriées »4, notamment dans le contexte d’émergence du champ de l’histoire environnementale dans les pays anglo-saxons. Toutefois, la période post-seconde guerre mondiale demeure, quant à elle, relativement inexplorée, sans doute encore trop proche pour être considérée comme un objet d’« histoire » au sens académique du terme. En effet, l’historiographie française en matière de science agronomique en général5 et telle que pratiquée par l’Inra en particulier6, demeure restreinte et, à de rares exceptions près7, sa dimension internationale est occultée. Pourtant, l’étude de l’histoire de l’ouverture à l’international de la recherche agronomique française, dans sa phase de maturation et de construction d’une identité scientifique, offre l’intérêt de pouvoir observer les stratégies interne et externe de coopération et de compétition, caractéristiques de l’émergence d’un espace scientifique mondial dans la seconde moitié du XXe siècle.

  • 8 Les entretiens réalisés dans le cadre de la mission Archorales nous ont fourni des informations es (...)
  • 9 Les Bulletin de l’Inra, intégralement dépouillés pour la période 1962-1978, nous ont permis de repé (...)
  • 10 Cet article a également bénéficié des conseils de Michel Arbez et des relectures de Pierre Cornu, q (...)

6C’est cette histoire que nous nous proposons de retracer, en mobilisant d’une part les témoignages d’acteurs conservés dans la base des archives orales de l’Inra8, et, d’autre part, les archives de l’Institut, et notamment les rapports, bulletins et documents de gouvernance qui permettent de documenter les missions effectuées par les agents et d’en dresser la cartographie évolutive9. Bien qu’exposés à une grande abondance d’informations et à la multiplicité des voix et donc des interprétations, nous chercherons à dresser un premier tableau d’ensemble de l’ouverture internationale de la recherche agronomique française, tout en mettant l’accent sur quelques trajectoires emblématiques et sur quelques pôles extérieurs sur lesquels se sont cristallisés les débats sur les risques et opportunités de l’extraversion de l’Institut10.

La recherche agronomique française en quête d’extraversion

  • 11 Jean Cranney, op.cit., p.168.

7Si les premières années d’existence de l’Inra sont celles d’un « développement en vase clos »11 par rapport aux autres structures de recherche et d’enseignement supérieur françaises, la précocité de son ouverture internationale, en revanche, ne fait aucun doute. Celle-ci est motivée par un double objectif : celui d’une mise à niveau scientifique d’une part, ce qui implique d’entrer en relation avec les pays d’Europe et d’Amérique du Nord qui ont développé une recherche agronomique de pointe dans les domaines qui intéressent l’agriculture métropolitaine – sélection végétale et animale pour l’essentiel – et celui de la constitution d’une zone d’influence d’autre part, ce qui implique pour l’Inra d’affirmer ses prérogatives par rapport aux instituts tropicalistes, français et nord-américains principalement.

Des premiers voyages formateurs

  • 12 Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 juin 2015.
  • 13 Raymond Février, Archorales, n° 6, p.13.

8Créé au lendemain de la seconde guerre mondiale pour redresser la production agroalimentaire métropolitaine, l’Inra se trouve d’emblée confronté à la recherche des pays anglo-saxons et germaniques. Les premiers voyages des chercheurs du nouvel Institut ont donc une visée de formation et d’information. Les destinations privilégiées sont alors les pays d’Europe du Nord : le Danemark, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, un peu plus tard la jeune République fédérale d’Allemagne. Comme le rapportent les témoins de cette époque pionnière, « Après la guerre, sortir de France, c’était presque une aventure ! »12. Quant à traverser l’Atlantique, c’est une affaire plus complexe, qui mobilise d’emblée la diplomatie économique et scientifique des États-Unis, intéressés à faire venir sur leur sol les nouvelles élites ouest-européennes. Dans un cas comme dans l’autre, les chercheurs de l’Inra font l’expérience d’une position subalterne difficile à endurer, mais qui va pour certains motiver le désir de faire progresser la recherche agronomique nationale. Ainsi, Raymond Février, tout juste recruté pour développer la recherche zootechnique sur le porc, témoigne d’une vive curiosité teintée d’admiration à l’égard de la recherche étrangère : « Une fois passé le temps de l’exaltation du néophyte, les limites de notre démarche m’apparurent : en dépouillant la maigre bibliographie disponible, nous découvrions d’autres objectifs, d’autres méthodes de travail, avec des lots d’animaux importants, des protocoles expérimentaux raffinés, du matériel de laboratoire perfectionné, du personnel... Nous rêvions à ces stations expérimentales étrangères dont nous lisions les "exploits". »13.

  • 14 Le Danemark mettait en œuvre des techniques de sélection concrètes depuis le tournant du XXe siècle (...)
  • 15 Raymond Février, op.cit., p.16.

9L’Inra entreprend ainsi un travail de coopération avec la recherche anglo-saxonne, notamment les laboratoires de Reading et de Cambridge, et, à l’instigation d’André-Max Leroy (professeur de zootechnie à l’Ina), Raymond Février prend la direction du Danemark, pays précurseur dans la recherche sur l’élevage porcin14. En plus d’y tisser des liens scientifiques et amicaux, il y découvre « l’intégration réussie entre l’enseignement, la recherche, l’élevage, la sélection et les abattoirs coopératifs »15, c’est-à-dire un modèle complet de recherche appliquée qui est l’objectif majeur de l’Inra de cette première période.

  • 16 Raymond Février est parti en mission aux USA d’août à octobre 1950 grâce à une bourse du Plan Marsh (...)

10L’expérience américaine, quant à elle, suscite un mélange de fascination et de rejet face à des conceptions et des pratiques scientifiques radicalement différentes. Le voyage de René Dumont, qui lui permet de publier, en 1949, Les leçons de l’agriculture américaine, livre dans lequel il plaide, certes, pour une adaptation du modèle américain mais dans une logique de transformation profonde des agricultures européennes, fixe les enjeux du débat. À sa suite, toute une série de chercheurs sont invités à venir découvrir, spécialité par spécialité, les bienfaits de l’industrialisme appliqué aux productions agroalimentaires. Organisées dans le cadre du Plan Marshall, ces missions laissent un souvenir en demi-teinte à Raymond Février : « Les voyages étaient rares alors, surtout outre-Atlantique, et nous étions éblouis par cette désignation. Pendant deux mois, nous avons découvert ce pays, ses industries de la viande (Chicago !) et du lait, son élevage, l’état d’esprit des hommes. Nous étions impressionnés par le rôle des universités dans le développement agricole et l’excellente intégration des démarches scientifiques, parfois à un niveau élevé (la génétique, l’énergétique) aux préoccupations plus terre-à-terre de l’économie agricole et de la vulgarisation. Mais il était évident que les leçons à tirer ne pouvaient s’exprimer par l’imitation conformiste à laquelle nous incitaient lourdement nos partenaires américains, souvent condescendants. »16.

  • 17 Pierre Bouvarel, Archorales, n° 3, p.178-188.

11Les spécialistes de la recherche forestière de Nancy, qui ne sont pas encore rattachés à l’Inra, figurent parmi les chercheurs les plus précocement mobiles. Pierre Bouvarel effectue ainsi une première mission au Danemark à sa sortie de l’Institut national agronomique, puis est envoyé en 1953 dans la Sierra Nevada avec des crédits du Plan Marshall. Il visite Placerville, le premier institut de génétique forestière, et y rencontre des chercheurs pratiquant l’hybridation sur différentes espèces de pins. « Les discussions que j’ai eues là-bas ont nourri beaucoup mes réflexions. J’y ai rencontré, en effet, des gens qui entrevoyaient les voies dans lesquelles allait s’engager plus tard la génétique moderne. »17.

12À la suite de ces premiers voyages formateurs, c’est toute une génération de jeunes chercheurs en agronomie, zootechnie et foresterie qui sont à même de développer de nouveaux outils de recherche sur le territoire national.

  • 18 Le domaine de Vilvert ouvre ses portes en 1950 et joue d'emblée un rôle de vitrine de la recherche (...)

13Jacques Poly et Raymond Février s’investissent dans la création du Centre zootechnique de Jouy-en-Josas, qui va rapidement permettre à l’Inra d’acquérir une position d’autorité dans le domaine de la génétique animale18. Les relations que Pierre Bouvarel développe avec les États-Unis et les pays du Nord ont également un impact durable sur les recherches forestières avec les premiers programmes modernes de sélection des arbres forestiers, repris par l’Inra à partir de 1964. Les premiers acteurs de l’internationalisation de la recherche agronomique française sont certes peu nombreux, mais ils occupent des positions clés sur des fronts de science prometteurs.

Une période faste pour la recherche : la mise en scène de l’expertise à l’international

  • 19 Lucien Degras se souvient ainsi qu’avant son départ pour les Antilles, Jean Bustarret lui déclare : (...)
  • 20 Raymond Février, op.cit., p.46-47.
  • 21 Jean Bustarret, 1962, art. cité, p.1-2.

14À partir du milieu des années cinquante, avec l’action tout d’abord de Pierre Mendès France, puis la politique scientifique ambitieuse du régime gaullien, l’Inra dispose enfin de moyens financiers lui permettant de se développer. Les crédits alloués à la recherche permettent de soutenir les initiatives les plus ambitieuses19. L’orientation des crédits dévolus à l’internationalisation est loin d’être anodine : elle suit, avec les agronomes, les sentiers traditionnels de la diplomatie française dans ses terres de mission privilégiées. L’Inra s’engage ainsi dans des actions multiformes de « coopération technique » : des agents sont détachés au Maghreb (Maroc, Tunisie), au Moyen-Orient (Liban, Iran), et dans certains organismes des pays tropicaux (notamment en Afrique orientale française). L’essentiel des collaborations prend la forme d’accords de coopération et de détachements d’experts permanents20. La France joue le rôle de matrice de formation des cadres nationaux, avec l’accueil de boursiers et de stagiaires en provenance de pays tiers dans les laboratoires métropolitains afin qu’ils puissent « trouver chez nous des possibilités de formation, des méthodes de recherche ou d’expérimentation, peut-être surtout une expérience, des idées, une certaine façon d’attaquer les problèmes qui déterminent le développement agricole », comme l’explique Jean Bustarret en 196221.

  • 22 Idem.

15Malgré les difficultés à honorer toutes les demandes de partenariat qui sont faites à l’Institut, ce dernier se révèle très soucieux de sa propre visibilité internationale. Ces opportunités de collaborations sont en effet autant d’expériences valorisantes, d’autant que les problématiques agricoles rencontrées sont assez similaires à celles de la France des lendemains de la guerre. « L’agriculture est l’un des éléments essentiels de l’économie de ces pays », écrit ainsi Jean Bustarret ; « ils ont tous à augmenter le volume et la diversité de leurs productions agricoles, pour satisfaire à leurs besoins intérieurs et développer de nécessaires exportations ; ils ont aussi à améliorer leur productivité, pour élever le niveau de vie des travailleurs agricoles et aussi en réduire le nombre, au profit d’autres activités nouvelles ». Ce sont donc des terrains d’action sur lesquels l’Inra se sent en situation de maîtrise et se considère comme un « pays disposant, dans ces domaines, d’une certaine avance »22.

  • 23 Michel Thériez, Archorales, n°10, p.81-82.

16La Tunisie est le premier pays avec lequel l’Inra signe une convention de coopération technique, dès 1958, soit deux ans après son accession à l’indépendance. Rapidement, la proximité du pays, l’existence d’une recherche organisée facilitent les échanges et aboutissent à la création de l’Inrat (Institut national de la recherche agronomique tunisien). Michel Thériez, alors tout jeune technicien, est ainsi envoyé à Ariana en 1964 afin d’assister Léon Tchamitchian, généticien animal, dans la construction d’un laboratoire. Michel Thériez, chargé d’étudier l’utilisation des parcours et de travailler à l’élaboration de tables de valeur alimentaire des fourrages méditerranéens, se trouve devoir adapter des normes construites à partir des climats tempérés23.

  • 24 Jean-François Lacaze, Archorales, n°16, numéro spécial « Chercheurs en forêt », p.46-47.
  • 25 André Cornu, Archorales, p.3-4 (témoignage non publié).
  • 26 Lucien Degras, op.cit., p.18.

17De la même manière, les parcours de Jean-François Lacaze et d’André Cornu sont représentatifs de la circulation des chercheurs, des pratiques et du matériel agronomique entre « nords » et « suds » au tournant des années cinquante. Grâce à une bourse du Rotary Club, Jean-François Lacaze arrive en juillet 1951 sur le campus de Berkeley (Californie), missionné par le service forestier marocain qu’il devait rejoindre à la suite d’un stage de six mois. Il s’intéresse alors particulièrement aux aménagements sylvo-pastoraux en zone sèche et à l’étude des espèces forestières du sud de la chaîne de montagne côtière californienne, et obtient des graines pour le compte des arboretums marocains24. Toujours au Maroc, André Cornu est, quant à lui, chargé de la sélection et de l’amélioration du maïs, de l’inventaire des variétés indigènes et de la création de lignées ainsi que de la fabrication d’hybrides, notamment à partir de souches sud- et nord-américaines25. Motivé par les mêmes objectifs et « légitimé » par le même type de rapports préexistants, l’Inra s’investit également sur le terrain de l’AOF, avec pour enjeu majeur la transition vers les cultures vivrières. Lucien Degras est ainsi envoyé en Guinée, chargé du réseau de recherche en amélioration du riz en milieu inondé pour l’ensemble de l’Afrique occidentale française. Il travaille aux côtés d’Armand Arnoux, qu’il décrit comme « le symbole d’une amélioration dans la technique de production du riz en culture inondée. Quand je suis arrivé en 1950 en Afrique, partout où j’allais, pour les riziculteurs, il y avait “l’avant Arnoux” et “l’après Arnoux”. »26 . Il s’agit bien de vérifier et d’affirmer l’excellence de la science métropolitaine dans des territoires périphériques.

Soutenir la dynamique d’ouverture à l’international

  • 27 Voir Bulletin de l’Inra, n°18, octobre 1965.
  • 28 Dans le domaine forestier notamment : Pierre Bouvarel est envoyé en tant que consultant en matière (...)
  • 29 « Coopération franco-tunisienne », Bulletin de l’Inra, n°3, janvier 1963, p.14-15.
  • 30 Raymond Février, op. cit, p.45.

18Les missions extérieures de l’Inra prennent un rythme soutenu au milieu des années soixante, comme en témoignent les véritables tournées opérées par certains chercheurs27, occasions de mettre en scène les compétences de l’Institut à l’échelle du globe28. Le recrutement est toutefois malaisé. En témoignent des entrefilets publiés dans le Bulletin, que l’on pourrait presque qualifier de publicitaires à l’attention des jeunes chercheurs, les assurant de la permanence du ciel bleu, de l’accueil sympathique de la population et surtout de conditions matérielles leur permettant de vivre bien plus largement qu’en France29. Raymond Février analyse avec perspicacité le problème : « L’isolement intellectuel de la région leur paraissait peu propice à leurs recherches et ils voyaient mal l’intérêt - personnel - d’un champ relativement neuf où il fallait de solides qualités pour débroussailler et pour définir une problématique intelligente, avant d’aborder de sérieuses recherches. […] Il fallait prendre des risques. Or, à certains égards, les chercheurs savent être frileux, conservateurs et grégaires ! »30.

  • 31 Jean Salette, Archorales, n°9, p.134.

19L’Inra parvient à recruter Lucien Degras pour un poste en Côte d’Ivoire puis aux Antilles, tandis que Jean Bustarret, profitant du manque d’intérêt pour la vie versaillaise et de l’envie de voir du pays de Jean Salette, le décide à accepter un poste aux Antilles31. Des missions ponctuelles sont également régulièrement confiées à des « commis de la recherche » dans le but d’occuper le terrain de la diplomatie scientifique internationale.

  • 32 Jacques Damagnez, « Voyage aux USA », Bulletin de l’Inra, n°8, 1963, p.21-24.

20Cette démarche volontariste se traduit également par l’incitation à une mise à niveau linguistique des chercheurs, dans le but de promouvoir les travaux de la recherche agronomique française sur la scène internationale. Au début des années soixante, fleurissent ainsi, dans les colonnes du Bulletin, des publicités pour les stages de langues étrangères. Jean-François Lacaze se rappelle que son niveau d’anglais - « exécrable » - a compliqué ses débuts de stage en Californie dans les années soixante. Jacques Damagnez, quant à lui, se fend de quelques conseils pratiques à destination des chercheurs français : « Congrès aux USA : rester digne quand subitement, au premier mot de français prononcé, l’assistance se volatilise ». Davantage que l’embarras, c’est le manque de visibilité des recherches françaises qui inquiète ce dernier : « Partout, un accueil sympathique m’a été réservé, et avec l’esprit chauvin bien connu, j’ai été flatté de la curiosité des Américains pour tout ce qui touche à la France, alors que, en raison des barrières de langue, ils méconnaissent à peu près tout de notre travail et de nos habitudes »32. Des équipes de traducteurs sont embauchées, notamment au centre de Jouy-en-Josas, et la création du Service des relations internationales (SRI) permet de mieux organiser et de fluidifier les voyages et les échanges.

  • 33 L’Inra, témoignages, références, Inra Mensuel, n°97, janvier-février 1997.

21Pour les porteurs des nouvelles approches, le bilan est très positif. « La recherche avait déjà, entre 1950 et 1966, fait quand même des progrès très importants », se souvient Jacques Poly dans un entretien de 1997. « Je ne veux pas dire que nous étions arrivés au niveau scientifique des meilleures équipes étrangères : je cite Johansson en Suède, Roberston en Écosse, de nombreux chercheurs américains et notamment Lush, mais en définitive nous avions fait un effort interne de formation, recruté de jeunes scientifiques dont certains sont allés en stage à l’étranger. Tout cela s’est révélé très efficace »33.

22Cette phase d’apprentissage est cependant coupée dans son élan par les soubresauts géopolitiques de la période, avec les mouvements de décolonisation successifs et l’envenimement des relations avec l’Algérie et la Tunisie, ainsi que les revers subis dans les tentatives d’établissement de partenariats au Moyen-Orient. Il faut dorénavant lutter pied à pied pour défendre la légitimité de l’expertise scientifique de l’Institut.

Capitalisation ou repli ? Des années soixante en demi-teinte

23L’ouverture d’une période agitée sur le plan géopolitique et la réorientation des efforts de l’Inra vers les Antilles font émerger de nombreux questionnements sur les apports et les possibilités de capitaliser sur le plan scientifique à partir des actions menées à l’international. Ces remises en cause sont particulièrement cruciales à un moment où les premiers ralentissements budgétaires se font sentir et où les freins aux actions européennes alourdissent les processus scientifiques au sein de la CEE. La tentation d’un repli sur le territoire national se manifeste alors par un discours très critique vis-à-vis des investissements à l’étranger et de leurs porteurs, ainsi qu’à l’encontre des influences étrangères. Ce qui se joue alors, c’est bien la capacité de l’Inra à tirer profit, sur le plan scientifique comme politique, des actions qu’il déploie à l’étranger.

Une perte de crédit dans les zones d’influence traditionnelles

  • 34 Raymond Février, op.cit, p.47-48.
  • 35 Voir Jean-Paul Gachet, Archorales, n°12, p.43.

24L’accélération des mouvements de décolonisation précipite le retrait de l’Inra de ses aires d’influence traditionnelles au Maghreb et en Afrique subsaharienne dès la fin des années cinquante. Si ces premiers mouvements de décolonisation se sont opérés sur un mode relativement pacifique, le conflit algérien compromet les initiatives de coopération développées dès 1960, dans la foulée de l’extension des compétences de l’Inra sur la rive sud de la Méditerranée34. L’aventure tourne court et, dès le 1er janvier 1963, la direction du Centre est placée entre les mains de l’État algérien. Parallèlement, les relations avec la Tunisie se tendent à partir de 1961 suite aux événements de Bizerte, entraînant le gel de l’ensemble de la coopération française35. Quant au Maroc, il maintient certes des relations privilégiées avec la France, mais il n’hésite pas à faire appel aux experts américains et à créer son propre organisme de recherche, l’Institut Hassan II. L’avenir des structures scientifiques au Maghreb est donc fortement compromis.

  • 36 La tradition de formation des cadres iraniens en France, le succès de l’Institut Pasteur et du Cent (...)
  • 37 Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 juin 2015.
  • 38 D’autres projets connaissent plus de succès, comme l’illustre le cas de l’Afghanistan où Tassel, re (...)

25Sur la base de partenariats dans le domaine de la formation et de la recherche agronomique, des ponts sont jetés en direction du Moyen-Orient au début des années soixante, notamment vers le Liban et l’Iran. Dans le Bulletin de l’Inra de mars 1963, on peut lire que si « L’Iran ‘‘moderne’’, comme il est convenu de le qualifier, est surtout connu des Occidentaux pour son pétrole, son caviar et son impératrice… », il reste un pays essentiellement agricole qui connaît de graves difficultés à nourrir sa population croissante. Il est un temps question d’un mandat français, pour le service agronomique libanais, sous la direction de René Lignon. Raymond Février est également appelé comme expert par la FAO afin d’élaborer un plan de reconstruction de l’agriculture dans le cadre d’une coopération technique bilatérale ou internationale. En effet, dans cette compétition à la coopération technique, il ne s’agit pas de défendre un pré carré vis-à-vis des organismes tropicalistes français, mais de faire face aux autres puissances mondiales. La France occupe une place privilégiée par rapport à ses concurrents36 (l’US Aid et Israël notamment), et des fonds considérables sont alloués à cette entreprise. Pourtant, les premiers désaccords ne tardent pas à éclater. Tendues, les relations scientifiques franco-iraniennes se soldent par un échec : l’arbitraire dans la direction du centre finit par entraîner le départ définitif des experts français37. Cet échec ne doit pas avoir valeur d’exemple pour l’ensemble du Moyen-Orient38, mais les relations scientifiques se distendent sensiblement avec l’ensemble de la région au cours des années soixante.

  • 39 Raymond Février, op.cit., p.47.

26Malgré le rétablissement rapide des relations avec l’Algérie et le Maghreb en général dans la deuxième moitié des années soixante, les modalités des échanges ont radicalement changé et la perte de contrôle de la recherche agronomique française sur le continent africain est manifeste. Une nouvelle génération de chercheurs « locaux » arrivent aux responsabilités, et l’essentiel de la coopération se fait désormais par le biais de missions temporaires d’experts et par l’accueil de chercheurs des pays partenaires dans les laboratoires métropolitains39. Cette nouvelle économie des relations engage l’Inra à trouver un nouveau terrain où valoriser ses compétences en termes d’aide au développement et où mettre en scène son action scientifique sur le plan international. Les Antilles, départements français à part entière depuis la loi de 1946 et dont on s’était relativement peu soucié jusqu’alors, deviennent alors le projet de « vitrine tropicale » de l’Institut.

Le redéploiement dans les Dom-Tom

  • 40 Idem, p.43.
  • 41 Selon Lucien Degras, c’est surtout la volonté exprimée par le général de Gaulle d’aider le développ (...)
  • 42 Bulletin de l’Inra, n°11, janvier-février 1964.
  • 43 Cité par Jean Cranney, op.cit., p.166.

27Lorsque la décision est prise de réactiver la recherche agronomique française aux Antilles au début des années soixante, le laboratoire est « oublié, isolé au point de vue scientifique »40. Dès 1949, l’Inra avait acheté le domaine Duclos en Guadeloupe, mais le projet d’y installer un centre de recherche et de faire fructifier le « bourgeon de recherche » placé sous la houlette de Henri Stehlé depuis les années trente était resté lettre morte. Ce n’est qu’en 1961, à l’occasion d’une réunion de la FAO en Jamaïque et alors que la décolonisation du continent africain se poursuit à un rythme accéléré, que Raymond Février et Jean Rebischung, responsable de la vulgarisation à l’Inra, réfléchissent à l’avenir d’un laboratoire de la Guadeloupe rattaché à l’Inra41, qui lui permettrait de « jouer, dans le progrès agricole, là-bas comme en métropole, le rôle qui est le sien »42. Pour un établissement dédié à la recherche agronomique et ayant, de surcroît, des prétentions à l’aide au développement, il est impératif de trouver de nouveaux terrains d’expérience. Comme l’expliquait Jean Bustarret dans son Rapport annuel de 1952, la recherche agronomique, qui se distingue de la recherche pure par son souci de ses applications économiques, doit « […] recourir à l’expérimentation au champ ou à l’étable, aussi bien au cours de ses recherches que pour réaliser l’adaptation des résultats obtenus aux conditions locales »43.

  • 44 Raymond Février, « La recherche agronomique aux Antilles », Bulletin de l’Inra, n°12, mars-avril 19 (...)
  • 45 « L’INRA aux Antilles », Bulletin de l’Inra, n° 13, février 1965, p.8.
  • 46 Bulletin de l’Inra, mai-juin 1967, p.28-29.

28Raymond Février dresse, en 1964, le portrait d’un territoire antillais déshérité qu’il incombe à l’Inra de prendre en charge. « Le seul nom d’Antilles évoque pour beaucoup d’entre nous, un certain nombre d’images colorées et une musique pleine d’allégresse… Mais, les Antilles, c’est aussi une région où se posent de redoutables problèmes sociaux, humains, économiques »44. Le train de mesures à l’étude au début des années soixante a pour but affiché de donner au centre des Antilles-Guyane la physionomie des autres centres régionaux de l’Inra. Il vise également à fournir aux Antilles la même assistance technique qu’à la métropole45 et, rapidement, on se félicite de pouvoir y mener une « activité scientifique normale et de poursuivre des recherches du même niveau que celles effectuées dans beaucoup de laboratoires provinciaux de l’Inra »46, le but étant de faire du futur centre une plate-forme destinée à des actions de coopération scientifique avec les pays tropicaux de la zone. Cependant, à la fin des années soixante, les difficultés budgétaires encouragent les critiques sur la « dispersion » des efforts de la recherche agronomique hors du territoire métropolitain.

Remise en cause de l’action de l’Inra outre-mer et méfiance vis-à-vis des influences étrangères

  • 47 Voir Bulletin de l’Inra, n°21, janvier 1966, p.25.
  • 48 Note de Jacques Poly, 20 septembre 1969, p.27. 
  • 49 « Évolution récente (1972-1975) des activités de coopération techniques animées et réalisées par l’ (...)

29Essentiellement dus à des restrictions budgétaires drastiques mais aussi à une remise en cause générale des objectifs assignés à la recherche agronomique française, les questionnements sur l’ouverture internationale de l’Inra agitent les sphères décisionnelles de l’organisme de recherche. C’est ce dont témoigne le souci constant de la rédaction du Bulletin, placée sous la houlette de Raymond Février, de défendre le rôle de l’Inra sur la scène scientifique internationale47. De fait, on constate une réticence accrue des chercheurs à accepter des postes à l’étranger, tandis que les directeurs de laboratoires hésitent à partager leurs recherches et leurs crédits entre la métropole et les terrains d’action extérieurs. Jacques Poly, chef du département de génétique animale et acteur majeur de la loi sur l’élevage de 1966, pose en ces termes le débat : « Si nous n’arrivons pas, à terme, à déboucher sur des résultats économiques spectaculaires, en raison de l’impéritie ou de l’inefficacité des pouvoirs publics, dans les pays concernés, ne devrions-nous pas alors nous borner à être des « bailleurs » d’idées, à des sociétés de développement sérieuses, soucieuses de réalisations concrètes à partir de matériel ou de méthodes françaises, comme le font certains de nos collègues d’Amérique du Nord pour le compte des USA ? »48. Au début des années soixante-dix, l’éclatement de l’Institut national de la recherche agronomique d’Algérie (Inraa) et de l’Institut national de recherche agronomique de Tunis (Inrat), et la création de nouveaux organismes de recherche nourrissent ainsi un constat empreint de désillusion à l’égard de la recherche agronomique pratiquée au Maghreb. « Force est de constater que, sauf à de rares exceptions, la recherche agronomique est loin d’être perçue comme un instrument important du développement agricole : dans de nombreux pays sous-développés, elle est inexistante, et là où elle existe – souvent par héritage de la colonisation – elle est soit délaissée, soit remise en cause, amoindrie. […] Le devenir de la recherche en Afrique francophone au sud du Sahara est incertain… »49.

30Or dans l’esprit de la direction de l’Inra d’alors, la recherche agronomique fonctionne sur le couple recherche-expérience, deux activités qui, assurément, comportent de nombreuses différences tant sur le plan méthodologique qu’organisationnel, mais qui nécessitent du temps long pour produire des résultats satisfaisants. Cette frustration génère une tentation du repli, manifestée par un discours très critique à l’encontre des influences étrangères et de leurs porteurs.

  • 50 Valceschini Egizio et Hubert Bernard, « Un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L’ (...)
  • 51 Claude Béranger, Archorales, n° 8, p.14.

31Les Antilles, qui font certes figure de cas limite et ne peuvent être prises comme modèle des relations de l’Inra avec les suds, agissent néanmoins comme un catalyseur des critiques. Alors que l’Institut se désengage rapidement du Maghreb dans les années soixante et que ses chercheurs, remplacés par des scientifiques locaux compétents, reprennent le chemin de la métropole, les Antilles demeurent la seule base avancée de l’Inra en dehors du territoire national, tandis qu’émergent de fortes pressions sur le budget et que le rythme des recrutements ralentit. Le maintien de l’investissement de l’Inra sous les tropiques dans cette période de crise suscite de vifs débats, révélateurs des tensions entre centre et périphéries scientifiques, à un moment ou d’autres anciennes puissances coloniales font le choix de se désengager radicalement de leurs dominions50. Cet écart croissant entre métropole et terrains extérieurs, tient également à la « laboratorisation » grandissante de la recherche agronomique, qui ne va pas sans causer débat, y compris sur le territoire national. Claude Béranger se souvient ainsi que : « […] les pionniers (et moi, tout particulièrement) avions du mal à concilier alors notre désir de participer à l’amélioration des outils et des méthodes scientifiques et celui d’être en même temps utile au monde agricole qui nous entourait et dans lequel nous avions beaucoup de relations. Il a fallu, en réalité, attendre l’arrivée d’une nouvelle génération de chercheurs pour que, les mentalités [changent] »51.

  • 52 Lucien Degras, op.cit., p.25.

32Si le cas antillais cristallise les tensions, c’est qu’il a d’emblée posé de manière prégnante la question du manque de pertinence des transpositions scientifiques et techniques entre métropole et outre-mer. Selon Lucien Degras, ces circonstances expliquent pourquoi « il y a eu des voix dans l’Inra, dès le début, et très souvent après, pour dire qu’il fallait larguer le centre des Antilles, que ses compétences, ses connaissances, ses domaines n’avaient pas d’interaction avec l’ensemble de l’Inra, mais avec les instituts tropicaux »52.

  • 53 La volonté d’homogénéité assumée de l’Institut se traduit par la grande stabilité de ses cadres à (...)
  • 54 Jean Salette, op.cit., p.134.
  • 55 Cette peur du décalage motivera d’ailleurs sa volonté de voir le Cirad absorbé par l’Inra. Raymond (...)
  • 56 Voir par exemple Raymond Février dans l’éditorial du Bulletin de l’Inra n°12, mars-avril 1964, p.1 (...)

33Par ailleurs, de nombreux témoignages attestent la difficulté de valoriser une longue expérience en terrain étranger. Le choix d’effectuer une grande partie de sa carrière à l’international est alors perçu comme un individualisme mal venu et comme un désintérêt pour les enjeux métropolitains, de la part d’une institution à l’esprit de corps prononcé53 et dont le but premier demeure la puissance agroalimentaire française. Une sortie prolongée du cadre national peut donc équivaloir à un véritable suicide professionnel, comme le décrit très bien Jean Salette : « Jean Chaussidon […] était fort inquiet à mon sujet. Un départ aux Antilles, loin de la communauté scientifique, ne pouvait, dans son esprit, que signifier un enterrement de première classe ! »54. De la même façon, Raymond Février, se souvient de sa crainte de produire des « rapatriés intellectuels », considérant qu’à leur retour, certains chercheurs étaient « perdus pour la recherche moderne », l’absence de rattachement à des laboratoires disciplinaires en France entraînant selon lui un schisme intellectuel vis-à-vis de la mère-patrie scientifique55. Ce sont donc prioritairement les chercheurs issus des anciennes colonies et des Dom-Tom que l’on envoie outre-mer56, et, de manière générale, on préfère assurer un turn-over régulier des effectifs détachés à l’étranger. Ce qui fonctionnait jusqu’alors comme une émulation entre Inra et organismes tropicalistes devient dès lors un jeu de rôles asymétrique, le premier se repliant certes sur le pré carré national, mais également sur le cœur de scientificité de l’agronomie.

Préservation de l’identité de l’Institut et « capitalisation scientifique »

  • 57 L’Inra, témoignages, références, op.cit.

34Pour un certain nombre d’acteurs, le temps des voyages est terminé : il s’agit désormais de capitaliser les expériences, et de se recentrer sur les enjeux hexagonaux. Ainsi, Jacques Poly voit-il dans la genèse de la loi sur l’élevage de 1966 le résultat de vingt ans d’effort de rattrapage des modèles nordiques. « Je suis entré au cabinet d’Edgard Faure avec la mission de préparer une loi sur l’élevage, parce que l’élevage français était très en retard à l’époque par rapport à celui des Pays-Bas, de la Grande-Bretagne, des pays scandinaves et des États-Unis », se souvient-il en 199657. Désormais, la recherche française n’a plus à rougir de ses productions, elle doit même en renforcer les points d’excellence.

  • 58 Bulletin de l’Inra, n°90, septembre- octobre 1975, p.5-8.
  • 59 Lucien Degras, op.cit., p.27.
  • 60 Michel Thériez, op.cit., p.83.
  • 61 La teneur de ses travaux sur les hybrides était de la même portée que ce qui se pratiquait alors pa (...)

35Si, depuis le début des années soixante-dix, dans le cas du Maghreb comme dans celui de l’Afrique subsaharienne, on associe davantage d’organismes et de personnel non-Inra aux activités de coopération, ce que l’Institut justifie par la possibilité de démultiplier les terrains d’intervention, par la hausse de la qualité des activités scientifiques et par le développement des relations entre instituts métropolitains, il ne paraît pas déraisonnable d’y voir également un moyen de rapatrier et de désengager progressivement ses propres effectifs des terrains étrangers58. Pourtant, malgré le discours dépréciatif tenu sur les influences étrangères et leurs porteurs, il est sans doute exagéré et expéditif d’associer la « crainte de “contaminations étrangères” » en provenance des terrains d’action tropicaux à la « vision jacobine et impérialiste » des structures métropolitaines, comme ont pu l’affirmer certains chercheurs59. D’autre part, le discours institutionnel prudent doit être nuancé par l’examen des parcours réussis de certains chercheurs « expatriés », dont les travaux ont constitué un réel apport tant au niveau individuel qu’institutionnel. Michel Thériez considère que ce sont les travaux dont il jeta les bases en Tunisie avant de les poursuivre en France qui lui permirent de réussir ses premiers concours60. De la même façon, les nombreux voyages de Pierre Bouvarel en Europe du Nord et ses missions de coopération dans le Bassin méditerranéen lui ont donné la surface nécessaire pour être nommé expert auprès de la FAO lors de la consultation mondiale de génétique forestière de Stockholm dans les années soixante. Enfin, l’expérience d’André Cornu est sans doute la plus parlante. Arrivé au Maroc en 1951, il tire profit de l’intégration précoce du pays à un réseau de coopération dans le Bassin méditerranéen pour tisser des liens avec des scientifiques portugais, espagnols et italiens. Cet ancrage sur le terrain, sa position « stratégique » au carrefour de la Méditerranée, où se rencontraient les hommes et le matériel génétique, lui donnent la possibilité d’approfondir ses recherches d’une manière inédite61. De tels parcours vont à l’encontre des discours sur l’isolement des chercheurs expatriés et battent en brèche la vision dépréciative de l’international véhiculée par certains cadres de l’Inra.

  • 62 Jacques Poly, op.cit., p.28.
  • 63 Le rapatriement des collections végétales de Louis Blondel en Corse lorsqu’il quitte la station de (...)
  • 64 Les dirigeants de l’Inra, malgré leurs réserves, reconnaissent en effet l’utilité « […] d’avoir de (...)

36De manière générale, il apparaît qu’à la fin des années soixante, l’espace méditerranéen représente une opportunité pour palier l’inaptitude de l’« ingénieur ou scientifique français appartenant à la recherche publique [qui] sait, en général, très mal mettre en relief les succès économiques de son pays, lorsqu’il se trouve à l’étranger » et de « faire œuvre utile de propagande », selon l’expression de Jacques Poly62. En effet, les relations tissées avec des agronomes méditerranéens, l’ancrage de longue date de l’agronomie française au Maghreb et l’expertise que cela lui a permis d’acquérir, ont doté l’Inra de connaissances et de canaux de diffusion dans le Bassin méditerranéen sur lesquels capitaliser lorsqu’il choisit de recentrer ses opérations de coopération technique sur l’Europe, et notamment sur la rive nord du Bassin méditerranéen, à la fin des années soixante63. C’est sans doute ce qui explique que, malgré son amertume évidente vis-à-vis du bilan de ses missions à l’étranger, l’Inra, forcé à l’économie, opte, à la fin des années soixante, pour une stratégie de rentabilisation de ses activités à l’international qui se situe dans la droite ligne de ses pratiques traditionnelles et pour le maintien, sur un mode nouveau, des relations scientifiques avec les pays du Maghreb. Ce tournant est également révélateur de la réticence de l’Institut à faire le deuil de ce qui est encore perçu comme une rassurante position de prestige64, au seuil d’une ère de profonds bouleversements internes qui vont mettre en débat son rôle et celui de la recherche agronomique française.

Les bouleversements des années soixante-dix et les nouvelles orientations des projets internationaux

  • 65 « Un nouveau virus menace les chercheurs », Bulletin de l’Inra n°64, avril-mai 1971, p.10.

37Un article de 1971, reproduit dans les colonnes du Bulletin, témoigne de l’inquiétude de voir les chercheurs massivement atteints d’une « fièvre voyageuse » et de moins en moins préoccupés par l’esprit de découverte et surtout d’application. « Il ne s’agit plus d’analyser un phénomène, de trouver une solution originale à un problème, mais de savoir ‘‘où en sont les Américains (les Russes, les Anglais, ou les Japonais) dans des études similaires’’ », selon l’auteur, qui dénonce la tendance des chercheurs à « vouloir constamment appliquer chez eux ce qui se fait ailleurs »65.

  • 66 Jean Cranney, op.cit, p.328.
  • 67 Maeght-Bournay Odile, Les archives orales de l’Inra et la biographie historique : le cas de Jacque (...)

38En 1972, la nécessité de trouver un successeur à Jean Bustarret, dont la vision irriguait la politique de l’Inra depuis plus de vingt ans, ouvre une douloureuse crise de succession. La nomination de Jean-Michel Soupault est vécue comme une vexation par de nombreux membres de l’Institut et, si la nomination de Raymond Février à la direction générale en 1975 permet de pacifier la situation interne, la période 1975-1978 est essentiellement consacrée à la cicatrisation des « plaies ouvertes par une direction générale contestée par la communauté scientifique »66. De vives critiques sont formulées à l’encontre de la gestion et de la politique de recherche de l’Inra, notamment en provenance du « monde technocratique » : les reproches fusent quant à « son inefficacité, sa distance vis-à-vis des problèmes économiques, son indifférence à l’égard des consignes gouvernementales et son impérialisme […] »67, tandis qu’un autre conflit s’engage sur le front des méthodes et des pratiques agronomiques, stimulé par l’essor des biotechnologies. Alors que la compétition internationale s’accentue, « on attend des découvertes, des solutions, des applications… », et l’Inra est sollicité pour produire, par une recherche directement tournée vers l’action, des solutions technoscientifiques à la crise du modèle agroalimentaire issu du fordisme.

  • 68 Voir à ce sujet Cornu Pierre, « La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité (...)

39Au cours de la décennie 1970, il s’agit donc, pour un Inra déstabilisé, de composer avec les moyens financiers et humains dont il dispose pour, à la fois, répondre aux attentes du gouvernement et préserver sa cohérence générale à un moment où son identité est fortement mise en cause par des débats internes sur ce que doit devenir la recherche agronomique dans un contexte de remise en cause des canons de la scientificité68. Au milieu de ce maelström, le rôle attribué aux projets internationaux, déjà remis en cause à la fin des années soixante par un constat plus que mitigé sur les progrès de la recherche agronomique en outre-mer et une baisse sensible des crédits va, une nouvelle fois, devoir être repensé à la lumière d’un fait majeur : la politique agricole commune (PAC) est désormais une réalité, et la compétition intra-européenne exige de mettre l’accent sur les moyens d’augmenter la productivité de l’agriculture et des industries agroalimentaires.

De nouveaux partenariats à l’international

  • 69 Jacques Poly, op.cit., p.24.

40Dès la fin des années soixante, Jacques Poly avait exprimé ses inquiétudes quant au futur de l’établissement, et sa conviction de la nécessité de « remodeler [sa] doctrine » dans le domaine des actions extérieures69. Au milieu des années soixante-dix, c’est chose faite : le changement de politique imposé à l’Inra transforme le rôle des missions à l’international, qui ne doivent plus simplement servir à assurer le prestige de l’Institution, mais prouver leur utilité économique. Le but affiché des interventions est de développer des pratiques permettant la modernisation de l’industrie. Par ailleurs, le choix des nouveaux partenaires est orienté par les nouvelles politiques agricoles décidées au niveau européen, et par les mutations géopolitiques plus larges, telle que le dégel des relations américano-soviétiques, qui ouvrent de nouvelles opportunités dans les pays d’Europe centrale. En mettant en œuvre une démarche opportuniste de glanage de pratiques et de matériels à l’étranger, l’Inra cherche à davantage articuler ses niveaux d’intervention (international, européen et national).

  • 70 Bulletin de l’Inra, n°79, juillet-septembre 1973, p.4.
  • 71 Yves Birot, Archorales, n°16, numéro spécial « Chercheurs en forêts », p.59-60.
  • 72 André Cornu, op.cit., p.12.
  • 73 Claude Béranger, op.cit., p.25.

41Si l’Institut continue d’apporter ponctuellement son aide et accueille dans ses laboratoires des chercheurs en provenance de pays tropicaux (Afrique du Nord, Cuba), il entretient désormais des relations scientifiques privilégiées avec des pays « situés dans les zones tempérées du globe, où les problèmes posés à la recherche agronomique relèvent d’un contexte écologique comparable au nôtre »70, et se déleste d’une partie de ses anciennes missions au profit de dispositifs de recherche spécialement dédiés aux problèmes de l’agronomie tropicale. Les relations entretenues avec le monde anglo-saxon tendent en effet à se normaliser au cours des années 1960-1970, et entrent dans une phase d’émulation amicale au cours de laquelle les échanges entre les deux rives de l’Atlantique se densifient. Dans le domaine forestier notamment, où les décennies 1960-1980 furent marquées par le déficit commercial de la France en bois résineux, la priorité donnée aux reboisements résineux, financés par le Fonds forestier national, a une influence majeure sur l’orientation et la tonalité des programmes de recherche. Yves Birot se rappelle ainsi avoir été amené à faire de nombreuses missions, au milieu des années soixante-dix, dans des « régions forestières hébergeant des ressources génétiques ou écotypes d’intérêt majeur » aux yeux des forestiers français (comme par exemple le pin Douglas sur la côte pacifique des États-Unis)71. De la même façon, dans le domaine de la génétique végétale, le « grand tournant » est situé au milieu des années soixante-dix par André Cornu. Dans la foulée de ses collaborations avec les Néerlandais sur la cytogénétique du pétunia, il effectue une mission aux États-Unis en 1978, où les chercheurs étaient particulièrement intéressés par les travaux du centre Inra de Dijon72. Le domaine des productions animales s’ouvre également sur les États-Unis, Yves Geay se faisant par exemple connaître à l’American Society of Animal Production73. Dans ce domaine toutefois, l’Europe du Nord demeure le pôle de formation et d’échanges privilégié, ainsi que dans celui de l’amélioration des plantes (Royaume-Uni, République fédérale d’Allemagne, Belgique) et en matière de performance de la production laitière (Pays-Bas essentiellement).

42Surtout, la diversification des terrains d’intervention de l’Inra obéit à des impératifs économiques imposés par les restrictions budgétaires et scientifiques, dictés quant à eux par la nécessité de trouver des terrains d’expériences où il soit possible de renouveler les approches de la recherche. On privilégie donc des pays qui, s’ils n’ont pas d’expertise sur le plan scientifique, possèdent en revanche les structures et le matériel, notamment animal, permettant la mise en œuvre et l’observation de pratiques innovantes visant l’accroissement des capacités de production. Des partenariats sont ainsi nouvellement développés avec les pays asiatiques et avec l’Europe centrale.

  • 74 Voir notamment : « Mission en Chine », Bulletin de l’Inra, n°96, janvier-juin 1978, p.11-13.
  • 75 En 1977, c’est une délégation de neuf fonctionnaires (issus notamment des ministères de l’Économie (...)
  • 76 Bulletin de l’Inra, n°78, mai-juin 1973, p.18.
  • 77 Cf Raymond Février, op.cit, p.26 et p.42 ; Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 j (...)

43Bien que complexes, les relations avec la Chine occupent les efforts de l’Inra tout au long des années soixante-dix74. De nombreuses missions laissent voir l’intérêt de l’Organisme pour un pays dont l’agriculture reste la principale ressource. Les thèmes qu’il retient lors d’une exposition organisée à Pékin (les recherches sur la sélection du blé, la sélection et l’alimentation des porcs et des volailles, et l’aménagement de l’espace rural), reflètent les préoccupations de l’Institut et de l’État75 pour les problématiques de développement agricole76. Ils soulignent aussi leur intention de développer des relations leur permettant « de bénéficier d’une expérience agricole vieille de plusieurs millénaires et [d’] aider les Chinois à résoudre certains de leurs problèmes actuels ». Les premiers échanges d’échantillons de semences de céréales chinoises et de variétés sélectionnées par l’Inra ont lieu en 1975. Ils sont suivis, en 1978, de la signature d’accords de coopération officiels, notamment dans le domaine de la zootechnie. Il s’agit de tirer profit des facilités matérielles de ce partenaire, notamment en termes de superficie et de cheptel disponibles, sur le modèle de ce qui avait été imaginé à la fin des années soixante avec l’Inta (Institut national de technologie agricole d’Argentine)77.

  • 78 Cranney, Jean. op.cit., p.329-330.
  • 79 Bulletin de l’Inra, n°93, novembre-décembre 1976, p.12-14.

44De la même manière, le renouveau des relations diplomatiques avec le Vietnam permet l’envoi d’une première mission agronomique française au printemps 1976. Les grandes lignes de la coopération franco-vietnamienne ainsi esquissées portent notamment sur la mise au point de méthodes de production fourragère intensives, mais également sur la production d’oléagineux, dont l’Inra avait pris la charge à la fin des années soixante, dans le but affiché de s’affranchir de la dépendance américaine en matière de protéines destinées à l’alimentation des animaux78. Les méthodes d’insémination de truies de race locale avec du sperme de races anglaises ayant permis d’augmenter de moitié le poids vif du porc à l’engrais retiennent également l’attention des agronomes79.

  • 80 Les missions scientifiques s’enchaînent à un rythme soutenu dans la foulée des voyages d’Edgar Pisa (...)
  • 81 Bulletin de l’Inra n°33, novembre 1967, p.5 et p.9. Des ponts sont ensuite jetés en direction de l’ (...)

45Des partenariats similaires s’organisent en Europe centrale dès la fin des années soixante80. De retour d’un voyage en Tchécoslovaquie, Pierre Mornet explique que si la socialisation de l’ensemble des activités modifie les mécanismes à l’œuvre dans le cadre d’une économie libérale, « les problèmes vétérinaires sont sensiblement les mêmes qu’en France et la façon de les résoudre assez superposable ». Ici encore, c’est donc le nombre d’animaux sur lesquels il est possible d’expérimenter, ainsi que le solide réseau de laboratoires, qui suscite l’intérêt des chercheurs de l’Inra81. De manière générale, les domaines de coopération à l’honneur reflètent les préoccupations de l’État français pour la modernisation de l’industrie agroalimentaire, notamment dans le secteur de la viande, mais aussi l’influence croissante des zootechniciens au sein de la maison Inra. Les nouveaux partenariats établis à l’échelle européenne n’échappent pas à la règle.

Le renouveau des projets méditerranéens

  • 82 Jacques Poly, op.cit., p.24.
  • 83 En 1972, un groupe informel créé par la direction générale de l’Agriculture et regroupant les respo (...)
  • 84 Organisation de coopération et de développement économiques, créée au lendemain de la guerre (1946) (...)
  • 85 Entre 1963 et 1967, une soixantaine de missions sont envoyées en Italie et en Espagne, essentiellem (...)
  • 86 CIHEAM (Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes) fondé en 1962 ; CPRA ( (...)
  • 87 Jacques Souty prend la tête d’un Comité d’actions concertées pour l’expérimentation horticole et fr (...)
  • 88 Raymond Février, op.cit., p.87-88 ; p.95 et suivantes.
  • 89 Expressions employées par le directeur de la recherche agronomique syrienne lors d’une visite des s (...)

46Au tournant des années soixante-dix, les relations de l’Inra avec ses partenaires européens sont jugées par Jacques Poly « notoirement insuffisantes ; elles restent épisodiques ; elles sont plus le fait de contacts personnels, occasionnels, que le résultat d’une véritable politique. »82. Cependant, le renouveau des initiatives européennes engage l’Institut à mettre en place un programme de collaboration précis et, en 1973, le groupe des directeurs généraux de la CEE établit une liste d’actions prioritaires qui pourront, à l’avenir, faire l’objet d’une collaboration multilatérale entre chercheurs de la communauté. L’objectif affiché de l’entreprise est de « permettre de mieux utiliser le potentiel scientifique européen, souvent dispersé sur des problèmes voisins dans les 9 pays et qui, de fait, n’a pas le poids suffisant pour effectuer certaines percées pourtant nécessaires pour résoudre les problèmes alimentaires des 9 pays »83. Soutenues par l’OCDE84, ces premières interventions portent essentiellement sur des problèmes liés au développement agricole, notamment dans les domaines de l’horticulture et de la zootechnie, comme en témoignent les entreprises de coopération avec l’Espagne, particulièrement dynamiques depuis les années soixante85. Diverses instances et programmes internationaux voient le jour dans la foulée86 et les chercheurs de l’Inra prennent une part active au développement des projets agronomiques, européens en général et méditerranéens en particulier87. Dans le même temps, certains cadres sont appelés à assumer des positions de direction au sein des différentes structures : René Péro et Jean Bustarret siègent au CPRA et Raymond Février est nommé président du comité scientifique du CIHEAM en 1978, puis conseiller scientifique du groupe Agrimed en 197988. Le développement de ces multiples structures et programmes de recherche, et l’investissement massif de ses membres en leur sein, constituent un signal fort de la réactivation d’ambitions vieilles de dix ans de la part de l’Inra : donner une « impression de puissance et d’universalité » et assurer le rôle de « chef d’orchestre tout désigné pour l’ensemble des centres méditerranéens »89.

  • 90 Journal officiel de l’Assemblée nationale, 2e séance du 7 novembre 1974, p.6010-6016, cité par Jean (...)
  • 91 Bulletin de l’Inra, n°91, février-mars 1976.
  • 92 Raymond Février, op.cit., p.46-47.

47Avec les difficultés intérieures liées à la crise économique, les attentes penchent toutefois nettement en faveur d’un recentrement de l’Institut sur les problématiques agricoles, alimentaires et territoriales nationales. Le groupe de réflexion sur l’aménagement du territoire présidé par Stéphane Hénin et mis en place au milieu des années soixante-dix reflète particulièrement bien l’état d’esprit résumé par la formule de Christian Bonnet, alors ministre de l’Agriculture : « En un mot, l’une de nos chances, c’est la terre et les hommes qui en vivent, à condition d’en valoriser tous les éléments. »90. L’objectif du groupe est de dresser l’inventaire des moyens existants et de les mobiliser à l’échelle des départements, notamment dans le domaine de l’aménagement des régions fragiles ou défavorisées : bocage, forêt landaise, partie intérieure de la Corse91. Cependant, malgré les bonnes volontés et le développement de diverses initiatives, le transfert des pratiques de l’international au national connaît de sérieuses difficultés. En 1965, l’Inra, en collaboration avec le Cirad, reprend la station de San Giuliano afin d’y développer la culture des agrumes jusqu’alors pratiquée dans le domaine colonial. Louis Blondel, récemment rapatrié de Boufarik (Algérie), en prend la direction et y développe une culture florissante des clémentiniers, mais le « grand projet » est d’implanter en Corse, à Corte, un campus d’enseignement et de recherche orienté vers la Méditerranée. Cependant les universitaires s’implantent moins bien que les clémentiniers, les contacts avec les homologues corses étant compliqués par des facteurs tant financiers que politiques. Le bilan de cette aventure, s’il n’est pas celui d’un échec est, de l’aveu de Raymond Février, médiocre : « On pouvait, à partir d’une nécessité politique, concevoir une institution originale, attirant des enseignants brillants et des étudiants motivés sur des thèmes porteurs, insérée à Corte dans un tissu d’institutions techniques et scientifiques. C’est bien loin de l’université-alibi qui a été mise en place. »92. Bertrand Vissac, chargé de mettre sur pied une station zootechnique à Corte, est toutefois un partisan convaincu du transfert des leçons des pays en développement aux territoires en difficulté, et c’est dans cet esprit qu’il nomme François Vallerand, de retour d’Afrique subsaharienne, à la tête du nouveau laboratoire de recherche sur le développement de l’élevage de Corte en 1979.

La permanence des vitrines agronomiques et le retour réflexif sur la production d’une science de qualité

  • 93 Cf Bulletin de l’Inra, n°63, Février-mars 1971, p.8.
  • 94 Une première mission de prospection est menée par Raymond Février et Lucien Degras en juin 1971 et, (...)
  • 95 Bulletin de l’Inra n°90, septembre- octobre 1975, p.5-8.
  • 96 Jean-Paul Gachet, op.cit., p.44.
  • 97 Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 juin 2015.

48Au début des années soixante-dix, des investissements sont concédés afin de consolider les structures du centre des Antilles93 et des collaborations sont initiées dans plusieurs pays d’Amérique latine. Les partenariats développés, avec Cuba notamment, témoignent de la volonté de l’Inra de valoriser ses relations avec les suds94. L’Institut entend également profiter de la nouvelle répartition des tâches décidée avec les instituts tropicalistes sur le continent africain pour satisfaire les orientations de la politique gouvernementale et, notamment, les demandes de coopérations multilatérales émanant du ministère des Affaires étrangères, soucieux du renom qu’il peut tirer de telles opérations. L’Inra se donne ainsi pour but de participer au décollage économique de certains pays du golfe de Guinée, comme l’illustre par exemple son action dans le développement de la culture rizicole en Côte d’Ivoire, sur un modèle s’inspirant des succès de la PAC. De telles entreprises « publicitaires » revêtent une importance majeure pour l’image de l’Institut, puisqu’ « en donnant le témoignage de son intérêt pour la coopération, de son dynamisme en ce domaine, il est certain que l’Inra lèverait ou atténuerait bien des réticences à son égard. »95. Cependant ces suds lointains auxquels on attribue la fonction de vitrine agronomique sont également les lieux où se manifestent les questionnements les plus vifs quant à la réussite des missions d’aide au développement auxquelles prétend l’Inra et, de manière générale, sur la production d’une « bonne » science. On peut citer l’exemple de la réflexion autour de la valorisation et de la mise à disposition des éleveurs des résultats obtenus dans les domaines de l’Inrat en matière de zootechnie et de production fourragère, initiée par Jean-Paul Gachet en Tunisie au milieu des années soixante-dix. La mise en lumière des potentialités négligées en termes de transmission des connaissances et de leur mise en pratique dans les exploitations est à l’origine de la création d’un projet pilote de formation en élevage et production fourragère à l’École supérieure d’élevage de Mateur96, non loin de Tunis. Si ce type d’initiative bat en brèche les critiques vis-à-vis de de la déconnexion de l’Inra des problèmes économiques, il stimule également une critique plus vive des pratiques « coloniales » de l’Inra, dans un institut travaillé par l’essor des questionnements politiques et éthiques chez les chercheurs dans l’après-1968. Raymond Février, pourtant critique à l’encontre des influences étrangères sur les pratiques et les chercheurs de l’Inra, qualifie l’ascendant des sciences agronomiques françaises sur les pays tiers de « colonisation scientifique »97.

  • 98 Jean Cranney, ouv. cit., p.168.

49La fin des années soixante-dix semble donc sonner l’heure du bilan pour les réalisations de l’Inra sous les tropiques et, plus largement pour la recherche appliquée, dont les seuls juges avaient jusque-là été l’utilité pratique et les résultats économiques. L’arrivée des biotechnologies, encouragée par les spécialistes de l’amélioration des plantes, les généticiens animaux et les forestiers, impatients d’entamer le virage de la recherche fondamentale, font émerger des questionnements radicaux au moment même où les cadres dirigeants semblent prêts à s’affranchir de l’héritage de Jean Bustarret, pour qui l’identité de l’Inra reposait sur la combinaison d’une recherche appliquée et d’une recherche fondamentale assurant une nécessaire « hygiène intellectuelle »98.

Conclusion 

50Malgré la discontinuité des sources (ruptures dans la parution du Bulletin, interruption des rubriques dédiées à l’international) et les biais inhérents à leur nature (des témoignages individuels qui sont forcément sujets à la partialité), il nous a été possible de faire émerger une relative cohérence dans la chronologie de l’investissement de l’Inra sur la scène internationale sur ces premières décennies d’histoire de l’Institut.

51Si les défis sont d’emblée posés au sortir du deuxième conflit mondial, l’Inra met une trentaine d’années à relever le gant de la compétition scientifique internationale et c’est Jacques Poly qui, à la veille des années quatre-vingt, recueille l’héritage de l’action de Jean Bustarret et de Raymond Février. Il aura permis de transformer l’Inra en une structure scientifique à même d’affronter la concurrence européenne et nord-américaine. Jusqu’à la fin des années soixante-dix, la stratégie internationale de l’Institut se développe essentiellement par l’entremise des zootechniciens, forestiers et agronomes, chercheurs parmi les plus mobiles au cours de la période et qui jouent le rôle de passeurs de pratiques entre centres et périphéries scientifiques. C’est une phase de tâtonnements sur le mode du « trial and error », au cours de laquelle les projets extranationaux sont largement tributaires des contingences économiques et géopolitiques, et où l’Inra peine à déterminer quelle doit être sa place à l’international et quel rôle doit jouer cette dimension dans son identité scientifique.

  • 99 Voir par exemple Richard H. Grove, Green Imperialism: Colonial Expansion, Tropical Island Edens an (...)
  • 100 Beinart William et Hughes Lotte, Environment and Empire, Oxford University Press, 2007, 416 p. ; su (...)
  • 101 Headrick Daniel, The Tentacles of Progress: Technology Transfer in the Age of Imperialism, 1850-19 (...)

52La recherche agronomique française et ses applications à l’international font émerger de nombreuses questions, auxquelles il est bien entendu impossible de répondre dans le cadre d’un seul article. Si nous avons pu esquisser les contours des enjeux recouverts par l’action scientifique de l’Inra à l’étranger, la thématique mérite d’être approfondie par un croisement plus serré des archives produites par l’Inra (Archorales, publications scientifiques et rapports de mission, par exemple) et avec des sources émanant des administrations d’État. L’ouverture progressive de fonds d’archives relatifs à l’histoire coloniale française notamment (Archives nationales d’outre-mer, archives des ministères de la Défense et des Affaires étrangères), permet de développer de nouvelles problématiques de recherche portant sur le volet agronomique de l’histoire coloniale et postcoloniale, dans la lignée des travaux initiés par les historiens anglo-saxons utilisant la notion d’« impérialisme vert » (green imperialism)99. Il serait notamment intéressant de poursuivre les recherches sur l’action des métropoles européennes dans leurs colonies, puis dans leurs zones d’influences respectives, ses conséquences sur le développement des territoires et la valorisation des ressources100, ou encore sur la circulation des sciences et des techniques, du Nord vers le Sud, mais également dans l’autre sens, comme nous l’avons entrevu dans cette étude101.

Haut de page

Notes

1 Jean Bustarret, « La coopération technique. Éditorial », Bulletin de l’Inra, n°2, décembre 1962, p.1-2.

2 Notamment avec la création du centre de recherche agronomique de Rothamsted en Grande-Bretagne, où se développe une solide expertise dans le domaine de la science des sols, puis dans celui de la génétique quantitative, et avec le développement de la recherche appliquée dans les Land Grant Universities dès la fin du XIXe siècle aux États-Unis.

3 Rappelons ici la tutelle exercée par le ministère de l’Agriculture et l’administration coloniale jusqu’en 1962, puis par le ministère des Affaires étrangères.

4 Voir Bonneuil Christophe, Des savants pour l’empire : la structuration des recherches scientifiques coloniales au temps de « la mise en valeur des colonies françaises », 1917-1945, Paris, Éditions de l’Orstom, 1991, 125 p. ; Grove Richard H., Green Imperialism: Colonial Expansion, Tropical Island Edens and the Origins of Environmentalism, 1600-1860, Cambridge University Press, 1996, 560 p . D’autres travaux se sont plus spécialement intéressés aux forêts : Barton Gregory A., Empire Forestry and the Origins of Environmentalism, Cambridge University Press, 2002, 210 p. ; Thomas Frédéric, « Protection des forêts et environnementalisme colonial : Indochine, 1860-1945 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, Vol.56, n°4, 2009, p.104-136.

5 Bonneuil Christophe, Denis Gilles et Mayaud Jean-Luc (dir.), Sciences, chercheurs et agriculture. Pour une histoire de la recherche agronomique, L’Harmattan, Paris, 2008, 304 p. ; Hervieu Bertrand, Hubert Bernard, Sciences en campagne, Éditions de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2009.

6 Cranney Jean, Inra-50 ans d’un organisme de recherche, Inra Éditions, Versailles, 1996, 528 p. ; Tirel Jean-Claude, Il était une fois l’Inra, Inra Éditions, Versailles, 1996.

7 Tourte René, Histoire de la recherche agricole en Afrique tropicale francophone, Rome, FAO, 2005, 152 p.

8 Les entretiens réalisés dans le cadre de la mission Archorales nous ont fourni des informations essentielles sur les politiques mises en œuvre par la direction concernant l’engagement de l’Institut à l’international et permis de remettre en perspective l’expérience des chercheurs, notamment leur ressenti vis-à-vis des objectifs assignés à leurs missions. Les témoignages recueillis et publiés par la revue Archorales sont consultables en ligne sur le site : http://www7.inra.fr/archorales/.

9 Les Bulletin de l’Inra, intégralement dépouillés pour la période 1962-1978, nous ont permis de repérer les destinations privilégiées par les chercheurs, la nature et la durée de leurs déplacements. Certains articles de fond nous ont ponctuellement renseignés sur les objectifs et le fonctionnement de missions particulières. Enfin, nous avons également eu la possibilité de réinterroger Raymond Février au sujet de certains aspects de notre étude.

10 Cet article a également bénéficié des conseils de Michel Arbez et des relectures de Pierre Cornu, qu’ils en soient ici remerciés. Nous tenons par ailleurs à remercier Raymond Février, qui a accepté de répondre à nos questions lors d’un entretien oral réalisé en juin 2015.

11 Jean Cranney, op.cit., p.168.

12 Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 juin 2015.

13 Raymond Février, Archorales, n° 6, p.13.

14 Le Danemark mettait en œuvre des techniques de sélection concrètes depuis le tournant du XXe siècle, techniques qui privilégiaient la collaboration avec les éleveurs.

15 Raymond Février, op.cit., p.16.

16 Raymond Février est parti en mission aux USA d’août à octobre 1950 grâce à une bourse du Plan Marshall. Conviés à des conférences de « mise à niveau » à leur arrivée, les membres de la mission française, dont l’humeur « oscillait entre l’exaspération et le complexe d’infériorité », ont mal vécu l’attitude des Américains et leur « vision apitoyée de l’agriculture française », Raymond Février, op.cit., p.17.

17 Pierre Bouvarel, Archorales, n° 3, p.178-188.

18 Le domaine de Vilvert ouvre ses portes en 1950 et joue d'emblée un rôle de vitrine de la recherche aussi bien pour les professionnels que pour les élèves de l'enseignement supérieur.

19 Lucien Degras se souvient ainsi qu’avant son départ pour les Antilles, Jean Bustarret lui déclare : « Allez-y, messieurs, l’intendance suivra ! Et l’intendance a effectivement suivi... […] », Lucien Degras, Archorales, n° 14, p.24-25.

20 Raymond Février, op.cit., p.46-47.

21 Jean Bustarret, 1962, art. cité, p.1-2.

22 Idem.

23 Michel Thériez, Archorales, n°10, p.81-82.

24 Jean-François Lacaze, Archorales, n°16, numéro spécial « Chercheurs en forêt », p.46-47.

25 André Cornu, Archorales, p.3-4 (témoignage non publié).

26 Lucien Degras, op.cit., p.18.

27 Voir Bulletin de l’Inra, n°18, octobre 1965.

28 Dans le domaine forestier notamment : Pierre Bouvarel est envoyé en tant que consultant en matière de génétique forestière auprès de l’Institut de reboisement de Tunis, et Bernard Lemoine est missionné dans le cadre du projet du Fonds spécial pour l’Institut du peuplier à Izmir, en Turquie, cf Bulletin de l’Inra, n°21, janvier 1966.

29 « Coopération franco-tunisienne », Bulletin de l’Inra, n°3, janvier 1963, p.14-15.

30 Raymond Février, op. cit, p.45.

31 Jean Salette, Archorales, n°9, p.134.

32 Jacques Damagnez, « Voyage aux USA », Bulletin de l’Inra, n°8, 1963, p.21-24.

33 L’Inra, témoignages, références, Inra Mensuel, n°97, janvier-février 1997.

34 Raymond Février, op.cit, p.47-48.

35 Voir Jean-Paul Gachet, Archorales, n°12, p.43.

36 La tradition de formation des cadres iraniens en France, le succès de l’Institut Pasteur et du Centre de recherches vétérinaires sont bien présents dans les esprits et des agronomes de l’Inra sont présents sur le terrain depuis 1962, cf « Le développement de l’agriculture iranienne et la coopération technique », Bulletin de l’Inra, n°5, mars 1963, p.14-16.

37 Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 juin 2015.

38 D’autres projets connaissent plus de succès, comme l’illustre le cas de l’Afghanistan où Tassel, responsable des relations extérieures au centre de Jouy, occupe le poste de conseiller zootechnique du ministre de l’Agriculture afghan de 1961 à 1965 (Bulletin de l’Inra, n°30 juillet 1967, p.34). Voir également Bulletin de l’Inra, n°18, octobre 1965, p.7.

39 Raymond Février, op.cit., p.47.

40 Idem, p.43.

41 Selon Lucien Degras, c’est surtout la volonté exprimée par le général de Gaulle d’aider le développement du territoire lors de sa visite aux Antilles en 1964, qui aurait été le facteur déclenchant de cette relance du centre. Lucien Degras, op.cit., p.21.

42 Bulletin de l’Inra, n°11, janvier-février 1964.

43 Cité par Jean Cranney, op.cit., p.166.

44 Raymond Février, « La recherche agronomique aux Antilles », Bulletin de l’Inra, n°12, mars-avril 1964, p.1-2.

45 « L’INRA aux Antilles », Bulletin de l’Inra, n° 13, février 1965, p.8.

46 Bulletin de l’Inra, mai-juin 1967, p.28-29.

47 Voir Bulletin de l’Inra, n°21, janvier 1966, p.25.

48 Note de Jacques Poly, 20 septembre 1969, p.27. 

49 « Évolution récente (1972-1975) des activités de coopération techniques animées et réalisées par l’Inra », Bulletin de l’Inra n°90, septembre-octobre 1975, p.5-8.

50 Valceschini Egizio et Hubert Bernard, « Un parcours dans les mondes de la recherche agronomique. L’Inra et le Cirad », Histoire de la recherche contemporaine, tome 3, n°2, décembre 2014, p.108.

51 Claude Béranger, Archorales, n° 8, p.14.

52 Lucien Degras, op.cit., p.25.

53 La volonté d’homogénéité assumée de l’Institut se traduit par la grande stabilité de ses cadres à partir des années cinquante, et la figure influente de Jean Bustarret, présidant aux recrutements effectués par des anciens de l’Institut national agronomique piochant dans leur vivier traditionnel.

54 Jean Salette, op.cit., p.134.

55 Cette peur du décalage motivera d’ailleurs sa volonté de voir le Cirad absorbé par l’Inra. Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 juin 2015.

56 Voir par exemple Raymond Février dans l’éditorial du Bulletin de l’Inra n°12, mars-avril 1964, p.1-2.

57 L’Inra, témoignages, références, op.cit.

58 Bulletin de l’Inra, n°90, septembre- octobre 1975, p.5-8.

59 Lucien Degras, op.cit., p.27.

60 Michel Thériez, op.cit., p.83.

61 La teneur de ses travaux sur les hybrides était de la même portée que ce qui se pratiquait alors parallèlement en France sous la direction d’André Cauderon, et certaines de ses recherches menées au Maroc ont pu faire l’objet d’applications en France, autre exemple de la circulation du savoir et de l’hybridation des pratiques. Ses collaborations avec des agronomes étrangers ont été fructueuses et suivies : il collabore par exemple à plusieurs reprises avec l’agronome haïtien C. Michel : Cornu A. et Michel C., « Essais d'irrigation d'appoint sur maïs. Premiers résultats obtenus sur sables côtiers avec des hybrides demi-précoces », Al Awamia, Rabat, 7, 1963, p.35-56 ; « Résultats complémentaires obtenus sur les sables côtiers », Al Awamia, 15, 1965, p.1-21. Il publie également dans des revues américaines telle que la Maize Newsletter jusqu’au milieu des années quatre-vingt, André Cornu, op.cit., p.5 et p.7.

62 Jacques Poly, op.cit., p.28.

63 Le rapatriement des collections végétales de Louis Blondel en Corse lorsqu’il quitte la station de Boufarik en 1963 en est un bon exemple, puisqu’il développera d’importantes recherches sur les agrumes, en Corse, sur la base de ces collections.

64 Les dirigeants de l’Inra, malgré leurs réserves, reconnaissent en effet l’utilité « […] d’avoir des antennes organiques dans les principaux pays qui relevaient, dans le passé, d’une obédience assez étroite à la métropole », Jacques Poly, op.cit., p.25-26.

65 « Un nouveau virus menace les chercheurs », Bulletin de l’Inra n°64, avril-mai 1971, p.10.

66 Jean Cranney, op.cit, p.328.

67 Maeght-Bournay Odile, Les archives orales de l’Inra et la biographie historique : le cas de Jacques Poly, mémoire de Master 2 en histoire, philosophie et didactique des sciences, université Claude Bernard Lyon 1, 2014, 88 p., p.61.

68 Voir à ce sujet Cornu Pierre, « La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité des années 1970 : terrains et objets d’émergence de la systémique agraire », Histoire de la recherche contemporaine, tome 3, n°2, décembre 2014, p.154-166.

69 Jacques Poly, op.cit., p.24.

70 Bulletin de l’Inra, n°79, juillet-septembre 1973, p.4.

71 Yves Birot, Archorales, n°16, numéro spécial « Chercheurs en forêts », p.59-60.

72 André Cornu, op.cit., p.12.

73 Claude Béranger, op.cit., p.25.

74 Voir notamment : « Mission en Chine », Bulletin de l’Inra, n°96, janvier-juin 1978, p.11-13.

75 En 1977, c’est une délégation de neuf fonctionnaires (issus notamment des ministères de l’Économie et des finances, de l’Industrie, et du Centre français du commerce extérieur et de l’agriculture) qui se rend à Pékin afin de négocier des accords de coopération.

76 Bulletin de l’Inra, n°78, mai-juin 1973, p.18.

77 Cf Raymond Février, op.cit, p.26 et p.42 ; Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 juin 2015.

78 Cranney, Jean. op.cit., p.329-330.

79 Bulletin de l’Inra, n°93, novembre-décembre 1976, p.12-14.

80 Les missions scientifiques s’enchaînent à un rythme soutenu dans la foulée des voyages d’Edgar Pisani et Jean Bustarret en 1965. Une vingtaine de voyages sont ainsi entrepris dans les pays de l’Est à partir du milieu des années soixante, dont une quinzaine pour la seule Yougoslavie entre 1965 et 1967.

81 Bulletin de l’Inra n°33, novembre 1967, p.5 et p.9. Des ponts sont ensuite jetés en direction de l’URSS au début des années soixante-dix après la signature d’une convention avec l’Académie des sciences agricoles d’URSS, mais ces tentatives de coopération semblent être restées lettre morte.

82 Jacques Poly, op.cit., p.24.

83 En 1972, un groupe informel créé par la direction générale de l’Agriculture et regroupant les responsables de la recherche agronomique des neuf pays, définit six problèmes agricoles « justifiant à ses yeux une action communautaire », confiés à différents groupes de recherches. Voir « La recherche agronomique dans la communauté européenne », Bulletin de l’Inra, n°84, juillet-août 1974, p.5-6, retranscription d’un article de Raymond Février paru dans La recherche technique n°8, juin 1974.

84 Organisation de coopération et de développement économiques, créée au lendemain de la guerre (1946) afin d’administrer le plan Marshall financé par les États-Unis et destiné à la reconstruction des infrastructures européennes.

85 Entre 1963 et 1967, une soixantaine de missions sont envoyées en Italie et en Espagne, essentiellement dans les domaines de l’horticulture et de l’arboriculture fruitière, cf « Coopération technique avec l’Espagne », Bulletin de l’Inra, n°36, p.8-9.

86 CIHEAM (Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes) fondé en 1962 ; CPRA (Comité permanent de la recherche agronomique fondé en 1972, Division de la direction générale de l’agriculture fondée en 1975, et enfin le programme « Agriculture méditerranéenne » (Agrimed).

87 Jacques Souty prend la tête d’un Comité d’actions concertées pour l’expérimentation horticole et fruitière. Raymond Février prend en charge dès 1964, à la demande du CIHEAM et en collaboration avec Pierre Charlet, l’organisation et l’animation d’un cours de zootechnie « méditerranéenne » au nouvel Institut méditerranéen de Saragosse.

88 Raymond Février, op.cit., p.87-88 ; p.95 et suivantes.

89 Expressions employées par le directeur de la recherche agronomique syrienne lors d’une visite des structures de l’Inra, Bulletin de l’Inra, n°19, octobre 1965, p.6-7.

90 Journal officiel de l’Assemblée nationale, 2e séance du 7 novembre 1974, p.6010-6016, cité par Jean Cranney, op.cit., p.342.

91 Bulletin de l’Inra, n°91, février-mars 1976.

92 Raymond Février, op.cit., p.46-47.

93 Cf Bulletin de l’Inra, n°63, Février-mars 1971, p.8.

94 Une première mission de prospection est menée par Raymond Février et Lucien Degras en juin 1971 et, dès l’automne, une convention scientifique et technique est signée avec l’Institut national de la réforme agraire, cf Bulletin de l’Inra, n° 65, juin 1971, p.12-15 et n°68, novembre-décembre 1971, p.9.

95 Bulletin de l’Inra n°90, septembre- octobre 1975, p.5-8.

96 Jean-Paul Gachet, op.cit., p.44.

97 Raymond Février, entretien oral réalisé à Meudon le 30 juin 2015.

98 Jean Cranney, ouv. cit., p.168.

99 Voir par exemple Richard H. Grove, Green Imperialism: Colonial Expansion, Tropical Island Edens and the Origins of Environmentalism, 1600-1860, Cambridge University Press, 1996, 560 p. ; Bonneuil Christophe, « Crafting and Disciplining the Tropics : Plant Science in the French Colonies », in John Krige et Dominique Pestre (dir.) Science in the Twentieth Century, 1997, p.77-96 ; Thomas Frédéric, « Protection des forêts et environnementalisme colonial : Indochine, 1860-1945 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56, 4, 2009, p.104-136 ; Petitjean Patrick et al., Science and Empires : Historical Studies about Scientific Development and European Expansion, Springer Science & Business Media, 2012, 418 p .

100 Beinart William et Hughes Lotte, Environment and Empire, Oxford University Press, 2007, 416 p. ; sur la question des pratiques coloniales françaises d’éco-gouvernance au Maghreb, voir Ford Caroline, « Nature, Culture and Conservation in France and Her Colonies 1840-1940 », Past & Present, n°183, 2004, p.173-198 ; Davis, Diana K., « Indigenous Knowledge and the Desertification Debate: Problematizing Expert Knowledge in North Africa », Geoforum, Vol.36, n°4, 2005, p.509-524.

101 Headrick Daniel, The Tentacles of Progress: Technology Transfer in the Age of Imperialism, 1850-1940, Oxford University Press, 1988, 416 p. ; Adas Michael, Machines as the Measure of Men : Science, Technology, and Ideologies of Western Dominance, Cornell University Press, 2014, 448 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisalou Martone, « L'Inra et l'international. Opportunités, apprentissages et tâtonnements stratégiques (de la fondation de l'Institut aux années soixante-dix) », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VI-N°2 | 2017, 145-162.

Référence électronique

Lisalou Martone, « L'Inra et l'international. Opportunités, apprentissages et tâtonnements stratégiques (de la fondation de l'Institut aux années soixante-dix) », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI-N°2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1552 ; DOI : 10.4000/hrc.1552

Haut de page

Auteur

Lisalou Martone

Lisalou Martone est doctorante en histoire, en cotutelle à l’université Lyon 2 et à l’université d’Ottawa (Canada). Sa thèse porte sur la circulation des savoirs et des pratiques dans le domaine des sciences forestières entre l’Europe et l’Amérique du Nord dans la première moitié du XXe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals