Navigation – Plan du site
Dossier : regards historiques sur la recherche agronomique française de la seconde moitié du XXe siècle

Sciences sociales et politiques agricoles – Une analyse socio-historique des rapports savoir/pouvoir

À quoi servent les sciences économiques et sociales ? L’analyse socio-historique des rapports entre sciences sociales et politiques agricoles permet de dépasser l’opposition classique entre conception utilitariste et conception critique et d’identifier ainsi différents régimes de co-production des savoirs et des pouvoirs.
Social Sciences and Agricultural Policies. A Socio-Historical Analysis of the Relationship between Knowledge and Power
Pierre-Benoit Joly et Philippe Lacombe
p. 163-179

Résumés

L’analyse socio-historique des évolutions conjointes de la politique agricole et de la recherche en sciences sociales permet de repérer différents régimes de relations savoir-pouvoir. L’article décrit la transition entre deux régimes de production de connaissances. Un « régime de proximité », dominant des années soixante au début des années quatre-vingt, se caractérise par la production de connaissances des agroéconomistes pratiquant des analyses socio-économiques et institutionnelles mises au service d’un projet modernisateur. Il est remplacé par un « régime bureaucratique et professionnel » qui consacre le rôle central de la régulation marchande et l’hégémonie de la science économique néo-classique.

Haut de page

Texte intégral

1Petit glossaire

Principales structures Inra pour les recherches en sciences économiques et sociales

Département Économie et sociologie rurales (ESR). S’appelle aujourd’hui département Sciences sociales agriculture alimentation espace environnement (SAE2)

Département Systèmes agraires et développement (SAD). S’appelle aujourd’hui département Sciences pour l’action et le développement (SAD)

Principaux acteurs ou organismes agricoles cités

CNJA Centre national des jeunes agriculteurs

JAC Jeunesse agricole catholique

MFR Mouvement des familles rurales

Les paysans travailleurs

Principaux acteurs et modèles de la réforme de la PAC (1992)

Commission européenne

Pour préparer les négociations, la Commission européenne a notamment utilisé le modèle ECAM (European Community Agricultural Model) construit par le Center for World Food Studies à Amsterdam.

OCDE Organisation pour la coopération et le développement économique

L’OCDE a promu de nouvelles mesures (ESC - Équivalent du soutien public à la consommation - et ESP - Équivalent du soutien public à la production) et développé des modèles d’échange agricole, notamment WALRAS (World Agricultural LibeRAlisation Study) et le modèle du Ministerial Trade Mandate (MTM).

USDA United States Department of Agriculture

A produit de nombreux modèles, notamment GOL (Grain-Oilseed-Livestock) dans les années soixante-dix et SWOPSIM (Static World Policy Simulation Model) dans les années quatre-vingt.

OMC Organisation mondiale du commerce

Créée en 1994 par les Accords de Marrakech.

IATRC International Agricultural Trade Research Center

Think tank étatsunien qui a contribué à la construction de la communauté des modélisateurs et interagi fortement avec différentes organisations internationales, notamment l’OCDE et la FAO.

Inra Rennes

Modèle MISS (Modèle international simplifié de simulation)

Introduction

2Une longue tradition d’études de l’impact de la recherche sur les politiques publiques conduit à se départir d’une vision linéaire et instrumentale de l’utilisation des connaissances scientifiques. Dans un article qui fait référence, Carol Weiss identifie différentes formes de relations entre connaissances et politiques, et celles-ci remettent en cause l’image d’Épinal d’une connaissance scientifique pure, axiologiquement neutre, objective, qui informerait la politique non pas sur le bon mais sur le vrai (Weiss, 1979).

3Dans le prolongement de ces analyses, nous voudrions ici défendre une thèse co-productionniste, inspirée des approches foucaldiennes des dispositifs de savoir-pouvoir et particulièrement développée dans le cadre des études des sciences et des techniques, « STS » (Bonneuil et Joly 2013). Pour ce faire, nous prenons une focale assez large, qui permet d’identifier des liens entre les connaissances produites et l’ordre socio-économique et politique. Il s’agit donc d’identifier aussi systématiquement que possible les formes d’influences réciproques.

4Cet article porte sur les liens entre les recherches en sciences économiques et sociales de l’Inra et la politique agricole depuis la création de l’Institut (1946). Nous proposons de concentrer notre analyse sur deux grands moments : les années 1950-60, moment de la mise en œuvre d’une politique de développement de l’agriculture familiale et les années 1980-90, moment du tournant libéral de la Politique agricole commune (PAC).

5Reprenant les outils de l’analyse co-productionniste, nous cherchons à qualifier la matrice commune, l’espace sociocognitif, dans laquelle se fabriquent à la fois les savoirs et l’ordre social. La notion d’espace sociocognitif vise à rendre compte des éléments caractéristiques d’une période, des cadres à la fois sociaux (les acteurs, leurs intérêts, leurs relations de pouvoir, les institutions) et cognitifs (imaginaires, connaissances -algorithmes, équations, concepts, métaphores, formes de preuves, etc.-) dans lesquelles sont produites les connaissances scientifiques et les politiques publiques (qui contribuent en retour à la constitution de l’espace sociocognitif). La deuxième composante de notre cadre d’analyse s’inspire de la sociologie économique contemporaine (Granovetter, Swedberg, 2011), notamment la sociologie de la connaissance et la sociologie des professions. L’approche co-productionniste postule que les normes de scientificité s’inscrivent dans un rapport de double dépendance : à l’égard de l’espace sociocognitif et notamment des normes de l’espace professionnel. Au cours des quelques cinquante années prises en considération dans ce texte, la profession d’économiste a connu des transformations essentielles, notamment un phénomène de globalisation (Fourcade, 2006) qu’il est nécessaire de prendre explicitement en compte car ces transformations induisent un changement des rapports au pouvoir politique (Heredia, 2014). Les rapports entre l’économie comme discipline scientifique et l’économie comme domaine de la vie sociale, constituent un point focal de cet article. Enfin, la dimension socio-historique de notre analyse est essentielle (Payre, Pollet, 2013). Pour chaque période, nous identifions des régimes de production des connaissances (Pestre, 2003), i.e. des formes stabilisées de relations savoir/pouvoir, association de production de savoirs, normes d’action publique et façons de gouverner.

6L’article adopte un plan chronologique qui considère successivement les deux moments évoqués. L’analyse est principalement consacrée aux sciences économiques, qui occupent une position hégémonique dans le département de recherche qui s’intitule « Économie et sociologie rurale » (ESR). Il faut se souvenir que la sociologie rurale s’est principalement développée au CNRS et que, jusqu’à une période récente, la sociologie n’a occupé, à l’Inra, qu’une place très marginale (Jollivet, 2009).

Les « années soixante » : le progrès, grand espoir du XXe siècle

7Cette première période se caractérise par le pacte de modernisation de l’agriculture française où la promotion d’une « nouvelle révolution technologique » va de pair avec le soutien de l’exploitation agricole familiale. C’est aussi au cours des années 1950-60 que les recherches en sciences sociales ont été créées et développées à l’Inra, activant ainsi ce domaine de recherche et diversifiant le portefeuille d’activités de l’Institut jusque-là exclusivement biologique.

8Dans les années cinquante et soixante, l’espace socio-cognitif est marqué par une large adhésion aux objectifs de développement économique : la modernisation de la ferme France par la diffusion de nouvelles techniques doit contribuer à l’augmentation de la production, à la baisse du coût de l’alimentation et à une amélioration du revenu des agriculteurs pouvant se moderniser. Les chercheurs en sciences sociales nouvellement recrutés à l’Inra, principalement des agro-économistes, travaillent majoritairement sur les transformations des structures de l’agriculture française et sur les formes de son intégration dans l’économie capitaliste. Les relations entre science économique et politique s’inscrivent dans un régime de « proximité », caractérisé par des frontières perméables entre science et politique et par de nombreux contacts entre les responsables opérationnels et les chercheurs. La recherche est à la fois source d’expertises, de propositions d’action et de mise en débat des changements. Les frontières internes entre les disciplines sont également perméables dans la mesure où les approches des économistes sont généralement socio-économiques et socio-historiques.

L’espace socio-cognitif

Le référentiel modernisateur

9Le projet de modernisation de l’agriculture s’inscrit dans le cadre plus large du référentiel modernisateur (Muller, 2000). À la Libération, le constat des faibles performances de l’appareil productif français conduit un ensemble d’acteurs, réunis dans la Commission nationale de la Résistance, puis dans le premier gouvernement de la Libération, et au Commissariat général au plan, à concevoir un vaste projet de modernisation du pays. Le premier « Plan de modernisation et d’équipement 1947-1951 » donne la primauté à l’industrie mais l’agriculture n’est pas ignorée. L’aide américaine montre la voie à suivre, mais les planistes pensent un modèle de développement à la française, s’appuyant sur un État fort et sur des politiques publiques volontaristes.

  • 1 La loi d’orientation agricole de 1960 est préparée au cours de réunions confidentielles réunissant (...)
  • 2 Politique des prix dont ils dénoncent, contrairement à l'avis des milieux agricoles traditionnels, (...)

10Concernant l’agriculture, l’imaginaire de la modernisation par la technique s’inscrit en rupture par rapport à la vision dominante d’avant-guerre et pendant la guerre qui valorisait la civilisation paysanne et militait pour son maintien. C’est l’époque où René Dumont, professeur d’agronomie très actif au Commissariat général au plan, tenait le discours du « retard agricole français » et vantait la modernité de l’agriculture américaine (Dumont, 1946). La mécanisation, l’amélioration génétique, la conduite « rationnelle » des cultures et des élevages deviennent les axes de ce projet, ce qui justifie la création de l’Inra (voir Cranney, 1996 pour l’histoire de sa création). Ce projet modernisateur est partagé par une nouvelle génération d’agriculteurs, souvent formés dans les mouvements d’action catholique (Jeunesse agricole catholique –JAC-, Mouvement des familles rurales –MFR-). Constitués en force syndicale au sein du Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA), ils s’affirment progressivement comme les co-gestionnaires du projet de modernisation conduit par l’État.1 Ils soutiennent surtout une politique de modernisation des exploitations agricoles (dite « politique des structures ») plutôt que la seule politique de soutien des prix2. La création du Marché commun vient soutenir ces options de modernisation en offrant l’espoir du débouché européen. Les pays fondateurs du Marché commun étaient confrontés à la nécessité de produire plus et la France était bien placée pour y participer. La constitution d’une Politique agricole commune est engagée avec le soutien politique de notre pays et l’adhésion des milieux agricoles.

  • 3 La composition de la commission Vedel et les annexes du plan Mansholt en fournissent une preuve co (...)
  • 4 Les gains de productivité dans l’agriculture, l’inélasticité de la demande conduisent à un transfe (...)

11Modernisation des techniques, adaptation des exploitations en confortant leur caractère familial, amélioration des conditions de vie, accompagnement de la réduction de la population agricole, responsabilisation des agriculteurs et de leurs organisations sont les principaux axes de la politique des années soixante (Encadré l) ; ils sont souvent résumés autour de deux thèmes : productivité (du secteur agricole) et parité (entre les agriculteurs et les autres catégories sociales). À la fin des années soixante, deux importants rapports d’experts relancent le débat sur l’évolution de l’agriculture. Le premier, le rapport Perspectives à long terme de l’agriculture française, 1968-1985 élaboré par une commission mise en place par le ministre français de l’Agriculture, est plus connu sous l’appellation de « Rapport Vedel », du nom de son président, le professeur Georges Vedel. Le second, le rapport de Sicco Mansholt, hollandais qui a été commissaire européen à l’agriculture, Memorandum sur la réforme de l’agriculture dans la Communauté économique européenne est plus connu sous le nom de « Plan Mansholt ». Ces deux rapports associent étroitement expertise des sciences sociales et politique publique3. La convergence intellectuelle entre les deux documents se constate aussi bien dans leur analyse de la situation que dans les mesures politiques proposées. Le rappel de mécanismes économiques élémentaires4 justifie les mesures suggérées : réduction du nombre d’agriculteurs et des surfaces agricoles, baisse des prix garantis, transparence des marchés, agrandissement des exploitations agricoles, mobilité du travail entre les secteurs productifs, etc.

12On peut voir dans ces rapports un approfondissement de la politique gaulliste (lois de 1960-62) justifié par les experts. On peut y voir aussi une rupture au profit d’un productivisme débridé, considérant exclusivement les mécanismes économiques « standards » et ignorant les références sociétales que cette politique contenait ou était censée contenir (exploitation familiale, coopération, cogestion, organisations professionnelles, refus des relations patronat-prolétariat, primauté du travail, etc.). Selon la première lecture, la politique agricole des années soixante restait le cadre intégrateur permettant une insertion réussie de l’agriculture dans l’économie capitaliste ; selon la deuxième lecture, ce cadre conduisait à une trahison du monde paysan ! On voit ainsi se dessiner les contours des débats des années soixante-dix.

Encadré 1 : la politique agricole des » années soixante »

      • On distingue deux périodes dans la transformation des politiques agricoles au cours des années soixante :

        • la période Edgar Pisani : les bases d’une nouvelle politique agricole orientée vers le développement et vers une politique des structures ;

        • la période Edgar Faure : une phase de mise en œuvre et de gestion politique et opérationnelle.

      • Les grands instruments et dispositifs de la politique agricole dans les années soixante (Gervais, Jollivet et al. 1976) :

      • politique des structures : régulation du rapport homme/terre, exploitation familiale (loi d’orientation 1960-1962, loi-programme d’équipement, loi foncière, loi créant une assurance maladie-chirurgie des exploitants agricoles, loi de 1962 sur les rapports contractuels en agriculture, etc.) ;

      • politique de développement (loi de 1960 sur l’enseignement agricole, loi de 1962 sur la vulgarisation, etc.) ;

      • politique des marchés : principalement définie dans le cadre européen (Traité de Rome 1957, PAC 1962 ; l’Europe, une promesse de débouchés à prix garantis) et dans le cadre national par la loi complémentaire de 1962 (Groupement de producteurs, Comités économiques)

      • politique sociale : Assurance maladie des exploitants agricoles (AMEXA), Budget annexe des prestations sociales agricoles (BAPSA) ;

      • politique de l’élevage : loi de l’élevage de 1966.

L’institutionnalisation de la recherche en économie et sociologie rurale

13La conséquence économique et sociale la plus marquante du choix de la modernisation par la technique, de 1949 à 1974, a été une production agricole multipliée par trois alors que la population agricole active est pratiquement divisée par deux (Gervais, Jollivet et al., 1976). Cette évolution a débouché sur des questions majeures dont les manifestations paysannes soulignent la conflictualité et les désaccords parfois violents concernant cette modernisation à marche forcée.

14Dans cette situation sociale et intellectuelle, l’Inra, très engagé dans l’accompagnement et dans la gestion de cette modernisation, crée en 1955 le département d’Économie et sociologie rurales (ESR) dont les premiers responsables furent successivement les professeurs Louis Malassis et Denis Bergmann. Ce nouveau champ de compétence vient ainsi étayer le projet modernisateur : au côté des sciences physiques et biologiques, les sciences sociales sont nécessaires pour étudier et accompagner un processus d’évolution qui n’est pas seulement technique. Créé, à l’origine, pour étudier la rentabilité des techniques, ses missions s’élargissent rapidement pour concerner l’ensemble des problèmes économiques et sociaux de l’agriculture et du monde rural (décret de janvier 1964). Le nouveau département ESR doit accomplir un véritable travail de fondation qui se traduit notamment par la préparation d’une charte du département, qui précise son identité, son rôle, sa légitimité. Rédigée en 1965 par le chef de département, D.R. Bergmann, elle confirme que la mission du département ESR centrée sur l’accompagnement du projet de modernisation de l’agriculture et sur l’appui à la décision politique ; la rédaction finale évoque une « décision éclairée de façon scientifique » :

15« La seconde moitié du XXe siècle voit l’agriculture française passer avec rapidité, mais non sans graves souffrances, du stade artisanal à un état d’industrialisation poussé ou du moins à un état d’insertion étroite dans une économie industrielle. Le département ESR de l’Inra doit, par ses recherches (…) étudier les modalités et conséquences de cette transformation et préparer scientifiquement la prise de toutes les décisions visant à en améliorer les conditions et le déroulement » (Charte, p. 29)

16L’orientation des recherches qui en est déduite repose sur une triple considération : l’agriculture française est inefficace (d’énormes progrès sont possibles), sa nécessaire modernisation a un coût (économique et humain), des réaménagements structurels sont indispensables.

  • 5 27 chercheurs en 1960, 65 en 1964 (Conseil scientifique INRA du 22 Nov. 1967), 102 en 1974 (dont 8 (...)
  • 6 Quelques rares universités participent à ce mouvement, elles sont plus actives en géographie, soci (...)

17La croissance des effectifs du département ESR est rapide5. Le recrutement concerne principalement des ingénieurs agronomes, informés des techniques agricoles, connaissant le « terrain » et proches de leurs collègues chercheurs des disciplines biotechniques. Les chercheurs recrutés sont associés aux chaires d’économie des établissements d’enseignement supérieur agronomique qui constituaient, à l’époque, de très petits noyaux de recherche en économie rurale6. Quelques jeunes chercheurs complètent leur formation scientifique dans des universités étrangères, généralement américaines. L’économie, traditionnellement présente dans les écoles agronomiques - comme dans la plupart des écoles d’ingénieurs - qui associe souvent économie, gestion, sociologie, histoire et sciences politiques est attentive aux structures et aux institutions.

18Les thématiques de recherche (Cf. encadré 2) se diversifient rapidement mais procèdent toujours de l’état d’esprit modernisateur d’après-guerre. Elles concernent trois grands domaines : les agriculteurs dans la société ; les produits, les filières de production, les marchés, les organisations ; la politique agricole et ses conséquences, enfin. Le document « La recherche dans le domaine des sciences sociales à l’Inra » (1965, archives D.R. Bergmann) propose une liste de six thèmes prioritaires. Les quatre premiers ont été activement travaillés dès la création du département ESR. Les citations entre guillemets, jugées très significatives, figurent explicitement dans le document. La sociologie n’apparaît pas dans cet inventaire des thèmes à promouvoir ; pour elle, il est demandé des « patrons » (voir charte, p. 43) pour fournir un encadrement assurant le relais de Henri Mendras (CNRS) qui a contribué à l’entrée de la discipline à l’Inra.

Encadré 2 : les recherches en sciences sociales à l’Inra dans les années soixante 

191-Économie de la firme. Microéconomie

20« méthodes d’optimisation », « économie d’échelle », investissement, « structures », économie de la production.

212-Marchés d’amont et d’aval, modèles de marchés et formation des prix, distribution, « intégration verticale », localisation optimale des productions » prévision de l’offre.

223-Vue d’ensemble sur les transformations de l’agriculture et problèmes de planification du secteur : « effectuer des synthèses normatives ».

234- » Aménagement de l’espace et transformations du cadre de la vie rurale » : « Les recherches ci-dessus ont surtout envisagé les unités de production et leurs décisions optimales d’organisation (…). Les transformations prévisibles en ces matières auront manifestement des incidences (…) sur la vie des ruraux (…) comment vivront les ruraux de demain ? » 

245- » Comptabilité régionale et nationale de la branche et du secteur ».

256- » Relations économiques internationales en agriculture ».

Les formes de co-production sciences sociales/politique agricole : un régime de proximité

26Les sciences sociales de l’Inra sont l’un des éléments essentiels de construction du projet de modernisation et de son acceptabilité. Les recherches en sciences sociales et l’évolution de la politique agricole française entretiennent alors des relations de forte proximité : les thématiques de recherche rejoignent les débats politiques et ceux-ci interrogent la recherche.

  • 7 Cela tient probablement à la faiblesse générale des recherches en sociologie. L’absence de tels tr (...)

27La proximité vient d’abord des références partagées. L’exploitation agricole familiale est la forme de production centrale de l’agriculture. L’économie marchande n’est pas une référence centrale ; les organisations socio-économiques ont une signification sociale, culturelle, symbolique, citoyenne qui peut les rendre préférable à un marché prétendument efficace mais exposé à de nombreuses défaillances, à des dysfonctionnements, à des effets de domination. Les héritages républicain et catholique concourent ici à cette proximité. Les mécanismes économiques sont considérés dans leur cadre social, ils sont gérés comme devant être orientés, contrôlés : c’est une condition de leur acceptabilité et de leur légitimité. Cette proximité s’accompagne aussi d’ignorances partagées. La question environnementale reste « cachée » derrière un débat sur les implications sociales et sociétales du projet de modernisation. Les sources et les dynamiques de l’innovation technologique ne sont pas construites comme objet de recherche par les sciences sociales à l’Inra7. Comme les acteurs dominants, les chercheurs acceptent sans la discuter une relation non problématique à la notion de progrès, la technique constitue le second grand absent des recherches en sciences sociales à l’Inra.

28Au total, les thèmes et problématiques de recherche sont accordés aux préoccupations du moment et à la façon dont les aborde le courant de pensée modernisateur devenu dominant. Les sciences sociales à l’Inra ont été créées dans cette visée ; elles fournissent des propositions, des réponses aux opposants, des protections contre les protestations, des critiques permettant d’aiguiser les projets, bref des cautions au nom de la science. Les contacts entre chercheurs et responsables opérationnels (de l’administration ou des professions) sont fréquents et aisés. Ces contributions peuvent prendre des formes directes (note, consultation, expertise....) ou indirectes (contribution à l’évolution générale des idées, publications, formation ....). La Société française d’économie rurale (SFER), créée en 1949 et qui réunit des chercheurs, des enseignants, des administrateurs du Ministère, des bureaux d’études, des industries agroalimentaires, des organisations professionnelles agricoles contribue à ces relations par sa composition, ses travaux et ses publications (Garcia-Parpet, 2006). Dès sa création, le département ESR de l’Inra participe, à son animation.

29Au cours de cette période, recherche et politique publique font preuve d’une grande proximité : elles partagent la même vision, font confiance aux mêmes instruments, s’accordent sur les mêmes modèles techniques et organisationnels… Le développement agricole lui doit l’amélioration de ses performances, la politique agricole y a trouvé efficacité et reconnaissance. Les sciences y découvrent des thèmes de recherche, des hypothèses de travail, des terrains d’application ; leur légitimité devient évidente aussi bien pour le progrès des connaissances que pour leur « utilité sociale ». C’est particulièrement net pour les sciences sociales qui ont ainsi trouvé la justification de leur création à l’Inra.

30Les relations fondant la co-production ne procèdent ni d’une hiérarchie administrative entre recherche et politique, ni d’un accord marchand, ni d’un contrat formel. Ces relations assurent une perméabilité entre sciences et politique reposant essentiellement sur une identité de vision, de projet et d’action. Elles s’inscrivent dans ce que nous appelons un régime de proximité. Ces relations étaient d’ailleurs considérées par les acteurs comme « naturelles ». Cette co-production ne signifie pas (comme on le laisse parfois penser) une absence de conflit, la co-construction est un travail, passe par des luttes, impose des compromis.

L’épuisement du modèle et la montée de la critique

31Au cours des années soixante-dix, ce régime est progressivement remis en cause, sous le double effet d’un changement dans l’espace sociocognitif et de la contestation du modèle des années soixante. Dans cette période de croissance des échanges internationaux, un succès longtemps inespéré est acquis : l’excédent de la balance des échanges agricoles français devient structurel. Ce succès s’accompagne de profonds changements : l’agriculture s’insère dans un espace géographique et social qui s’élargit et se complexifie, la compétitivité devient une préoccupation majeure, les politiques échappent aux agriculteurs et aux gouvernements nationaux.

32Simultanément, la contestation du modèle des années soixante s’intensifie ; le soutien par les prix est coûteux, considéré comme distorsif et inégalitaire. Le processus de modernisation s’avère sélectif, menaçant et parfois décevant, inadapté aux nouveaux enjeux du développement agricole : environnement, qualité des produits, cohésion sociale. Il en résulte des critiques des partenaires internationaux, une rupture de l’unité de la représentation professionnelle agricole (suite au congrès CNJA de Blois, qui donna naissance au courant « Paysans travailleurs », Nouvelle gauche paysanne), une contestation issue de milieux non agricoles.

33Les changements dans les conditions techniques et économiques de production comme les visions socio-politiques en concurrence amènent l’Institut à avancer des propositions d’évolution de l’agriculture et à adapter son organisation. Le rapport de Jacques Poly : Pour une agriculture plus économe et plus autonome, témoigne de l’attention portée à ces critiques.

34L’organisation de l’Inra fait progressivement une place aux enjeux qui structurent l’espace sociocognitif émergent : l’environnement, l’alimentation, la santé, les espaces ruraux, l’international. On peut regrouper les thématiques de recherche dans quelques grandes rubriques :

les recherches sur le statut des paysans et les modes de production ;

les recherches sur les coordinations entre acteurs ;

les recherches sur les échanges internationaux et la PAC ;

les recherches sur les systèmes agraires (création du département SAD en 1979).

35Le régime précédent fondé sur la proximité des idées, visions, pratiques de la recherche et de la politique est mis en cause. C’est plutôt la discorde que l’on constate entre les approches néo-classiques et institutionnalistes, entre la politique gaulliste en place et son éventuelle remplaçante, entre la diversité des pouvoirs (en place ou candidat) et la diversité des savoirs. Le pouvoir croissant des organisations internationales qui s’appuient sur les outils de l’économie « standard » exerce une pression en faveur d’une régulation par le marché mais des propositions contraires sont aussi défendues au nom de l’emploi, de l’équité et de la cohésion sociale, des défaillances des marchés. La congruence constatée précédemment semble faire place à l’incompatibilité, à la controverse, au conflit. Les positions sont identifiées : poursuite et approfondissement de la politique 1960-62 ; libéralisation marchande et réduction (voire suppression) des interventions publiques ; proposition de la Nouvelle gauche paysanne ; prise en compte (plus ou moins active) de l’environnement… sans que, pour autant, on puisse se prononcer sur leur avenir. Les mesures de politique agricole des années quatre-vingt sont significatives de cette situation controversée (Muller, 2005). Elles se référent tantôt à l’esprit des lois de 1960-62 (les statuts de l’exploitation agricole à responsabilité limitée –EARL-, les règlements sur les indications géographiques, etc.), tantôt aux mécanismes de marché (les quantités maximales garanties), tantôt à des pratiques « hybrides ». Par exemple, la politique laitière de 1984 se réfère à la fois au marché – contrôle de l’offre par les quotas – et à la politique des structures de 1962 – références historiques, quotas non commercialisables.

La « réforme radicale » de la PAC

36Une véritable rupture intervient avec la réforme Mac Sharry de la PAC en 1992 dont la principale motivation réside dans la libéralisation des échanges. Le déplacement des négociations vers les arènes internationales (au premier rang desquelles l’OCDE et l’OMC), qui contribue à la constitution de l’économie comme une profession globale, marginalise les groupes d’intérêts nationaux et transforme les rapports de force en présence.

37S’agissant spécifiquement de l’Inra, la définition du standard de recherche en économie s’aligne sur une conception néo-classique : approche axiomatique, régulation par les marchés, modélisation mathématique et économétrie. Il s’impose au terme d’un virage amorcé dans les années quatre-vingt qui conduit à disqualifier les approches institutionnalistes et socio-historiques de la période précédente. Au sein des sciences sociales, le champ de l’économie s’affirme et tend à s’autonomiser, ses frontières se durcissent tandis que son domaine de juridiction (l’étendue de ses prescriptions considérées comme légitimes) s’élargit.

L’espace sociocognitif – Le référentiel du marché

La réforme de la PAC en 1992

38La réforme de la PAC de 1992, dite « Mac Sharry » (du nom du commissaire à l’agriculture d’origine irlandaise) constitue un tournant décisif : les prix garantis diminuent progressivement pour se rapprocher des prix mondiaux. Afin de maintenir les revenus des agriculteurs des pays de la communauté, la nouvelle PAC instaure des paiements compensatoires (aides directes versées chaque année à chaque producteur) dont le calcul est basé sur des références historiques. C’est une « réforme radicale » qui se caractérise par le rôle central des mécanismes de marché et de la libre concurrence dans la régulation du secteur et, en parallèle, par le caractère hégémonique de l’économie néo-classique (Fouilleux, 2000). Les années quatre-vingt-dix ont été décrites comme celles du passage du référentiel modernisateur au référentiel marchand (Muller, 2000).

  • 8 Déjà amorcée dans les périodes précédentes du fait de la baisse du nombre d’agriculteurs et de la (...)

39L’importance de cette réforme ne doit pas cacher d’autres changements essentiels : la perte d’influence politique des groupes de pression agricoles8 est considérablement renforcée par la montée des préoccupations pour l’environnement et pour la qualité sanitaire des aliments (Joly, Paradeise, 2003). Une inflexion notable réside dans la réforme de 1999. Tout en approfondissant le découplage, elle crée le second pilier consacré au développement rural et centré sur la protection de l’environnement. C’est l’amorce d’un tournant qui conduira par la suite à la mise en place de l’éco-conditionnalité des aides agricoles et à la participation des non agriculteurs au développement des territoires ruraux. Néanmoins, le second pilier ne représente encore que moins du quart du budget de la PAC (budget 2009). Dans le même sens, la crise de la vache folle de 1996 a un impact majeur. Elle conduit la Commission européenne à séparer la régulation de la sécurité des aliments de celle de la politique agricole et, par ailleurs, à affirmer l’importance des politiques de développement rural. La controverse sur les OGM, qui s’installe durablement dans l’espace public français à partir de 1996, cristallise les débats sur les relations sciences-sociétés. Elle provoque une mise en débat de la recherche génétique, et montre que l’agriculture, l’alimentation, les relations au vivant sont au cœur des débats contemporains sur la modernité avancée.

Ces différents éléments constituent les ingrédients d’un espace sociocognitif dont le néo-libéralisme constitue le ciment (Dardot, Laval, 2013). Les réformes assurent l’ouverture des marchés (démantèlements des « barrières non tarifaires » à l’intérieur de l’Union et au niveau international) et érigent la concurrence comme norme générale des pratiques économiques Cela vaut à la fois pour les producteurs, pour les consommateurs (avec la montée des « signes de qualité » et du droit à l’information et au libre choix) et pour l’environnement (avec la mise en place progressive du principe « pollueur payeur »). Cela ne signifie pas « moins d’État » mais un État au service de l’ordre marchand.

40Les caractéristiques principales de l’espace sociocognitif sont donc les suivantes :

du point de vue des acteurs, un double déplacement : d’une part une diversité croissante des acteurs de la politique agricole, avec notamment le rôle des associations de consommateurs et de protection de l’environnement, mais aussi la grande distribution, les régions, les médias, etc. ; d’autre part une internationalisation marquée par la prise en compte de l’agriculture dans les accords de Marrakech qui fondent l’OMC en 1994 ;

  • 9 D’un côté le séquençage des génomes et l’agriculture de précision, de l’autre le salon internation (...)

d’un point de vue cognitif, l’imaginaire de l’agriculture est tendu entre, d’un côté la poursuite du projet de rationalisation et de maîtrise de la nature et du vivant et, de l’autre, l’attachement à des valeurs de tradition que symbolisent l’agriculture dite « paysanne » et les produits de terroir9.

41Sur un plan théorique et méthodologique, les sciences sociales développent des recherches marquées par l’individualisme méthodologique ; la science économique est essentiellement néo-classique et la sociologie est très marquée par le paradigme de l’action. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas place pour des approches plus structuralistes et socio-historiques mais elles n’ont plus qu’une position marginale par rapport aux périodes précédentes.

42La réforme Mac Sharry résulte d’un compromis politique proprement européen. Le prix de la réforme est très élevé si l’on considère en outre que le mirage d’une régulation du marché par les prix a conduit à supprimer des mécanismes stabilisateurs, ce qui en renforce la volatilité. Alison Burrell, économiste agricole anglaise, résume parfaitement le sentiment des observateurs de l’époque : « Le grand perdant paraît avoir été la réforme elle-même » mais on peut « s’émerveiller d’un aboutissement qui aurait été impensable il y a 2 ans ». (Burrell, 1992).

Les organisations internationales comme lieux d’élaboration des politiques agricoles

43Avec l’intensification des échanges et la globalisation de l’économie, l’importance croissante des organisations internationales comme lieux d’élaboration des politiques agricoles contribue à la constitution de la science économique comme profession globale (Fourcade, 2006). Les domaines de juridiction des économistes ne correspondent plus aux États nations mais s’inscrivent dans un espace global d’où la place centrale qu’occupe la science économique dans les organisations internationales.

44Sous la pression des États-Unis, le dossier agricole fut pour la première fois intégré dans ces négociations commerciales lors de l’Uruguay Round (1986-1994), ce qui eut pour effet de mettre la préparation de la réforme de la PAC sous une très forte pression externe (Legras, 1993). Les négociations européenne et internationale, menées en parallèle, aboutirent en 1992 (soit six ans après leur ouverture), réforme Mac Sharry d’une part et accord de Blair House de l’autre.

45Dès la fin des années soixante-dix, le rôle de l’OCDE fut essentiel en tant que lieu de création d’un langage commun basé sur l’analyse et la modélisation économique. Dans un communiqué ministériel de 1987, l’OCDE engageait les pays membres dans un processus de réforme dont « l’objectif à long terme est de faire en sorte que, par la réduction progressive et concertée de l’aide à l’agriculture, ainsi que par tous les autres moyens appropriés, les signaux du marché influencent l’orientation de la production agricole. », (OCDE, 2001). Le mandat alors donné à l’organisation à propos de l’examen des effets des politiques nationales sur les échanges agricoles comporte deux volets : mise au point d’une méthode d’évaluation du soutien public à l’agriculture (équivalent des soutiens à la consommation – ESC –, et à la production – ESP –) et modélisation économique (modèle MTM – Ministerial Trade Mandate). Les connaissances produites sont essentielles car elles vont créer un espace de commensurabilité des politiques agricoles, quelles qu’en soient les modalités (aides directes aux producteurs ou soutien indirect par des prix garantis), ce qui est nouveau et permet de pointer du doigt les pays qui subventionnent fortement leur agriculture.

Les modèles économiques au cœur de la libéralisation des échanges et de la réforme Mac Sharry

  • 10 De longue date, des économistes agricoles français ont critiqué le manque de prise en compte des é (...)

46Publié en 1985, le livre vert de la Commission européenne sur les perspectives de la politique agricole commune mettait l’accent sur la nécessité d’un changement de politique à même de résorber les excédents, en indiquant les avantages de la solution du marché. La référence centrale qui sous-tend la réforme, la régulation par les marchés, n’est pas nouvelle10. Est par contre nouvelle la façon dont la régulation par le marché s’impose comme le cadre de référence. En France, il s’agit d’un basculement si l’on considère la suprématie des économistes ruraux peu enclins à attribuer un rôle central aux marchés dans les années soixante-dix.

47Le mémorandum de Sienne (qui conclut le colloque organisé dans l’université de cette même ville sur la réforme de la PAC en février 1984) est un bon marqueur de ce tournant.11 Ce texte est important car ses recommandations sont reprises dans le livre vert qui inspire la réforme Mac Sharry. Parmi les treize signataires, deux économistes français, Denis Bergmann et Louis Mahé. Bergmann n’a eu de cesse de critiquer l’hégémonie des approches marxistes dans l’économie rurale française, approches qui (selon lui) ont porté peu de fruits et dont la contribution aux décisions de politique économique ont été faibles (Bergmann, 1984). Mahé est alors chercheur dans le département ESR et collabore régulièrement avec la direction de la prévision et avec l’OCDE12. Spécialiste d’économie de la production et des politiques agricoles, il est de ceux qui prônent une réforme globale de la PAC fondée sur un système de soutien du revenu des agriculteurs par des aides directes « engendrant d’un coup un système plus cohérant », (Mahé et Roudet, 1980 : 20).

48Ce tournant correspond à la montée d’instruments de mesure et de la modélisation. L’International Agricultural Trade Research Center (IATRC) est probablement le Think tank le plus influent dans ce domaine. Créé en 1979, il se présente comme l’une des premières institutions internationales visant à influencer les politiques et le débat public sur le commerce international des produits agricoles. Le consortium, très majoritairement composé d’économistes agricoles américains, est soutenu par la fondation Ford et par l’USDA (US Department of Agriculture). Les échanges avec l’OCDE sont très fréquents. L’IATRC revendique une forte influence dans la fabrique des cadres de réflexion qui seront mobilisés dans les négociations du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade, en français : accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) :

  • 13 Notre traduction.

49« L’IATRC a joué un rôle essentiel dans les collaborations entre fonctionnaires et universitaires pour les négociations sur l’agriculture de l’Uruguay Round du GATT. Dans les années qui ont précédé le début des négociations en 1986, l’IATRC et ses membres ont été invités à apporter leur contribution aux efforts entrepris à l’OCDE (…). Le rôle clé joué par l’OCDE dans le cadre de son mandat sur le commerce agricole doit beaucoup à la crédibilité liée à l’appui de l’IATRC. » (IATRC 2010 : 19)13

50Tim Josling, l’un des cofondateurs de l’IATRC, met en place à la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’agriculture) des bases de données d’indicateurs d’amplitude des politiques agricoles (ESP et ESC). La méthode sera reprise par l’OCDE dans le cadre du mandat sur les échanges de 1982 et justifiera l’élaboration du modèle macroéconomique permettant de quantifier l’impact de ces soutiens en termes de distorsion des prix du marché.

  • 14 Non seulement de l’OCDE, mais aussi de la FAO, de la Banque mondiale, de la Commission européenne, (...)
  • 15 On peut citer, sans souci d’exhaustivité : le modèle du Food and Agricultural Policy Research Inst (...)

51Cette co-production de la demande institutionnelle14 et de l’offre académique explique un développement rapide d’un ensemble de modèles économiques des échanges agricoles (Leblond, 2012). Alors que dans les années soixante-dix, il n’existe que très peu de modèles globaux (Liu, Siley 1987) , à la fin des années quatre-vingt, la plupart des grandes institutions disposent de modèles d’équilibre partiel ou d’équilibre général calculables, qui représentent les interactions entre des scénarios politiques et la production et les échanges agricoles15.

52Ces modèles extrêmement simplifiés constituent la lingua franca des négociations internationales. Ils pointent tous vers les bénéfices d’une réduction des soutiens nationaux. Par exemple, l’éditorial de la Revue économique de l’OCDE qui présente les résultats de ses modèles (voir note 15) :

53« Il en ressort, en particulier, que les niveaux de protection de l’agriculture de ces dernières années se sont traduits pour les pays de l’OCDE par une perte annuelle de revenu de 72 milliards de dollars (aux prix de 1988), ce qui représente le PNB cumulé de l’Irlande et de la Nouvelle-Zélande ». (Revue économique de l’OCDE 1989, introduction).

  • 16 Par exemple, les modèles d’équilibre général font l’hypothèse de plein emploi généralisé ; comme l (...)

54Montrer que les soutiens publics à l’agriculture des pays de l’OCDE ont des effets pervers était conforme au sens commun. Néanmoins, la forme d’objectivation permise par la modélisation n’était pas sans problème. D’une part, elle conduisait à marginaliser les analystes qui ne disposaient pas de cette forme d’objectivation ce qui permettait aux modélisateurs d’avoir une autorité dépassant le domaine de pertinence de leur modèle. C’est ainsi que peut s’expliquer la position en faveur de la régulation par le marché plutôt que par des systèmes de quotas ou de quantums. Cette position ne s’appuie pas sur une preuve mais sur une préférence idéologique des modélisateurs. D’autre part, elle conduit à prendre le modèle pour la réalité et donc à occulter certains phénomènes essentiels, alors que le modèle repose sur un ensemble d’hypothèses très restrictives16.

Les formes de co-production sciences sociales /politique : un régime bureaucratique et professionnel

55Comment qualifier les interactions entre économistes et politiques économiques au cours de cette période ? Il faut revenir brièvement sur les années quatre-vingt pour comprendre les transformations des économistes comme profession qui accompagnent ces changements politiques.

La « professionnalisation » de la science économique – une redéfinition des normes de scientificité

56La situation peut sembler paradoxale si l’on se souvient que, jusqu’au début des années quatre-vingt, les économistes agricoles sont majoritairement structuralistes et peu enclins à déléguer la régulation de l’agriculture aux forces du marché. Avec l’accession de la gauche au pouvoir en 1981, plusieurs chercheurs du département ESR sont nommés à des fonctions clé dans les cabinets ministériels, ce qui peut laisser à penser qu’ils sont en position de mettre en œuvre leurs propositions de politiques économiques (Cavailhès, 1984). Or, cette conjonction favorable ne produit pas les effets escomptés car la véritable influence sur la politique ne vient pas principalement de ceux qui occupent ces postes de pouvoir mais de ceux qui s’appuient sur le langage des modèles (Bergmann, 1984). Après le tournant de mars 1983 et l’instauration d’une politique de rigueur, la conception des politiques économiques est sous le contrôle de la puissante direction de la prévision au ministère de l’Économie et des finances.

  • 17 École nationale de la statistique et de l’administration économique.

57La conjonction entre cette évolution des politiques économiques et l’hégémonie de l’économie néo-classique va conduire la direction de l’Inra à engager une réforme du département ESR dont les compétences se situent alors dans les approches socio-économiques et institutionnelles. La réforme est conduite avec l’appui de personnalités extérieures, dont Edmond Malinvaud (ancien directeur de la direction de la prévision, directeur de l’INSEE) qui fut alors conseiller scientifique de Jacques Poly. Elle repose sur deux leviers : (a) recruter préférentiellement des universitaires dans les formations néo-classiques d’excellence ou des agronomes passés par une formation économétrique (notamment par la filière ENSAE17 ; (b) proposer des formations en économétrie et en modélisation économique aux chercheurs en poste. Les équipes qui n’ont pas fait le choix de la nouvelle politique sont alors systématiquement dévalorisées.

58Le profil type du jeune chercheur du département ESR dressé par Jean Cavailhès, alors chef de département, au début des années quatre-vingt-dix montre le chemin parcouru depuis le temps où lui-même et la quasi-totalité des économistes de l’Inra étaient recrutés dans les écoles d’agronomie :

  • 18 Sciences économiques et sociales pour l'agriculture et l'agro-alimentaire et méthodes d'étude des (...)

« Le profil type d’un jeune CR2 suppose d’avoir des bases disciplinaires solides, une maîtrise de la méthode hypothético-déductive, du formalisme en théorie économique et des méthodes de modélisation (quel que soit le cadre conceptuel de mise en œuvre). La connaissance de la théorie micro-économique est aussi indispensable (même si c’est pour en faire la critique) pour être reconnu comme un économiste professionnel ». (Schéma directeur scientifique SESAMES18 1996-2000).

59Cette transformation est inséparable du mouvement de professionnalisation de l’économie au cours des années 1980/90 (Fourcade, 2009 ; Heredia, 2014). Elle consacre l’hégémonie de l’économie néo-classique, des méthodes économétriques et de modélisation mathématique. Les économistes qui ne sont pas mainstream sont qualifiés d’hétérodoxes et marginalisés.

60La publication dans les meilleures revues disciplinaires (référence aux revues de « rang A » oblige) est le nouvel étalon d’évaluation de la qualité. Ces normes de scientificité dévalorisent les travaux interdisciplinaires qui ne trouvent qu’exceptionnellement des débouchés dans les meilleures revues. Ces normes de scientificité valent aussi pour les non économistes, par exemple les sociologues qui défendent, dans une logique analogue, les canons de la pureté disciplinaire.

Encadré 3. Les recherches du département économie et sociologie rurales (DESR) dans les années quatre-vingt-dix

  • Les programmes cadres du DESR (SESAMES), Schéma stratégique 1996-2000) :

  • (en % : estimation de la répartition du nombre de chercheurs – Nombre total de chercheurs en 1994 : 132)

  • Chapitre 1 - Entreprises, production, compétitivité :

    • Gestion des exploitations agricoles et des entreprises agro-alimentaires (3,9 %)

    • Fonctionnement des exploitations agricoles et adaptation au contexte (15,0 %)

    • Changement technique, industries agroalimentaires et distribution (18,9 %)

  • Chapitre 2 - Marchés, régulation, politique économique :

    • Politique agricole, politique économique et pouvoir publics (11,1 %)

    • Régulations contractuelles et marchés (8,3 %)

    • Commerce et relations économiques internationales (6,7 %)

  • Chapitre 3 - Société, consommation, conditions de vie

  • Consommation alimentaire (6,7 %)

  • Ressources naturelles et renouvelables, environnement (15,5 %)

  • Espaces agricoles et ruraux (5,0 %)

  • Travail, emploi, revenu, profession (8,3 %)

Une redéfinition des frontières entre science et politique

61L’idée de performativité de l’économie comme discipline scientifique conduit à reconsidérer la question de la relation entre science et politique. Cette idée, énoncée à la fin des années quatre-vingt-dix par Michel Callon, permet de dépasser le débat classique sur le réalisme des hypothèses des économistes et de s’intéresser à un phénomène majeur : l’enjeu de l’économie comme discipline (economics) est moins de modéliser l’économie comme réalité (economy) que d’adapter celle-ci aux modèles (Callon, 2007). La performativité opère par un ensemble de médiations : adoption des instruments des économistes (concepts, bases de données, modèles) dans le monde politique, mais aussi accession des économistes professionnels aux plus hautes fonctions dans les départements ministériels (Heredia, 2014 : 81).

62Si l’économie excelle comme technologie de gouvernement, ce n’est pas seulement (ni principalement) une affaire de discours, mais par le pouvoir de ses instruments qui ont l’apparence de la neutralité. La force des économistes est de gagner en capacité de quantification et de modélisation. Cette capacité a changé du tout au tout depuis la seconde guerre mondiale : mise en place du système statistique, sophistication croissante de ce système et fabrication d’indicateurs qui permettent de créer un espace de comparabilité (de benchmarking) pour les politiques elles-mêmes comme on l’a vu avec les ESP et les ESC. Ces représentations de la réalité ont elles-mêmes un caractère performatif. Leur conception et mise en œuvre sont réalisées par des économistes statisticiens (Desrosières, 2010). La fabrication de modèles permet d’aller un cran plus loin et de construire et caractériser des réalités virtuelles en fonction de scénarios d’évolution, concernant notamment les politiques économiques. Ces réalités virtuelles sont le produit de systèmes d’équation ; l’utilisation d’un langage mathématique donne l’apparence d’une objectivité scientifique, mécanique (Porter, 1995). Cet ensemble de médiations permet un fort alignement des chercheurs et des politiques dans le cadrage des questions et dans la définition des problèmes. La conception du rôle des économistes de l’Inra est ici éclairante :

63« Les chercheurs économistes de l’Inra interviennent en appui aux politiques publiques dans un objectif premier d’éclairage des décisions, adoptées ou en discussion. Pour cela, ils en quantifient les impacts sur les productions, les prix, les revenus, etc., en utilisant des modèles de simulation (…). Centrés au départ sur les dimensions économiques agricoles, ces modèles intègrent aujourd’hui de mieux en mieux les dimensions économiques non agricoles, environnementales et territoriales ». Hervé Guyomard, directeur scientifique agriculture, Inra (Inra magazine, n° 14, oct. 2010)

64Cet alignement ne signifie pas une détermination du politique par la science économique ni l’inverse mais une convergence, une coproduction des deux. La politique est ainsi marquée par la référence à la mesure, à la concurrence, à la rationalisation. Il ne s’agit plus de construction de compromis entre des intérêts divergents mais de décisions prises au nom de l’efficacité économique et du « bien-être général ».

65Le nouveau régime de co-production est donc marqué par une professionnalisation des économistes (équipement de la discipline en modèles et bases de données, frontières qui la séparent des autres disciplines, etc.) et par la bureaucratisation de l’économique (au sens de economy). On entend ici bureaucratisation au sens de Max Weber, i.e. la colonisation du monde par une forme de rationalité instrumentale. L’efficacité comme maître-mot conduit à déclarer comme non scientifiques les recherches en sciences sociales qui n’entrent pas dans ce cadre.

Conclusion

66L’analyse de longue période permet d’observer la transition entre deux régimes de production de connaissances. On passe ainsi du régime de proximité (les connaissances des agroéconomistes pratiquant des analyses socio-économiques et institutionnelles sont mises au service du projet modernisateur) au régime bureaucratique et professionnel (qui consacre le rôle central de la régulation marchande et l’hégémonie de la science économique néo-classique).

67Néanmoins, ce renversement ne constitue pas la fin de l’histoire car des transformations profondes sont à l’œuvre et contribuent à la déstabilisation de ce régime. Il s’agit d’une part d’une profonde » désectorisation » de l’agriculture, une remise en cause du monopole de la profession agricole sur la politique agricole, concernant notamment ses effets sur l’environnement, sur l’espace rural et sur la qualité des produits alimentaires. Dans la réalité, le social déborde les modèles économiques. Les nombreuses crises (économiques, sociales, sanitaires, environnementales) viennent nous le rappeler. Il s’agit d’autre part des tensions épistémologiques profondes qui parcourent les sciences économiques et sociales et que l’on ne saurait réduire à une opposition entre disciplines : tensions entre l’étude de la reproduction et celle du changement ; tensions entre l’étude de l’équilibre et celle de l’innovation ; enfin, tensions entre différentes formes d’engagement des chercheurs.

68Dans ce contexte, on attend des sciences sociales qu’elles éclairent les transformations des relations à la nature et au vivant afin de mieux comprendre les enjeux de l’évolution des techniques agricoles. On attend aussi des sciences sociales une meilleure compréhension des transformations des rapports entre production de connaissances, modes de production et de consommation qui se jouent actuellement. On attend enfin des sciences sociales qu’elles contribuent à l’identification des grands défis contemporains, à la formation de nouveaux régimes de conception et qu’elles accompagnent les transitions vers un monde plus juste et plus durable. Ces attentes font écho à des recherches qui ont progressivement trouvé leur place à l’Inra. Il reviendra à des analyses ultérieures de caractériser le régime de production de connaissances qui semble ainsi émerger sous nos yeux.

Haut de page

Bibliographie

Bergmann D.R., « Les études d’économie rurale », Économie Rurale, n° 39-40, 1959.

Bergmann D.R., « La recherche dans le domaine des sciences sociales à l’Inra », Bilan et orientations générales, document interne, diffusion restreinte, mai 1965, archives Bergmann.

Bergmann D.R., « Les recherches économiques et sociologiques à l’Inra, regards sur la France », Inra (25e anniversaire) p. 19-38, mars 1972, (archives Bergmann).

Bergmann D.R., « Les recherches en économie rurale à l’Inra : essai de bilan et perspectives », Économie rurale n° 96, 1973, p. 117-136.

Bergmann, D.R., « La politique agricole commune, crise et remède », Économie Rurale, n° 143, 1981.

Bergmann D.R., Baudin P., Politique d’avenir pour l’Europe, Inra-Economica, Coll. Économie agricole et agro-alimentaire, 1989.

Bustarret J., Regards sur la France-20ème anniversaire, L’Institut national de la recherche agronomique, Paris, Inra, 1966.

Bustarret J., « Les tâches de la recherche agronomique en France », Projet, juillet-août 1967.

Cerf M., Joly P.B., Sciences sociales et action : quels scénarios pour l’Inra. Rapport final de la mission « Sciences sociales et action », document présenté au collège de direction de l’Inra, 4 février 2002.

Commissariat général au Plan, Rapport du groupe long terme-agriculture, préparation du IXe Plan, Présid. B. Vial, 1984-88, Paris, La documentation française.

Commission des communautés européennes, Memorandum sur la réforme de l’agriculture dans la Communauté économique européenne, supplément au n° 129 –avril 1969, réseau d’information des communautés européennes.

Commission des communautés européennes, Perspectives pour la PAC, Livre vert, Com (85), 333 final, Bruxelles, 1985.

Cranney J., Viau C., Inra, « Département d’économie et sociologie rurales, les axes de recherche », présentation au conseil scientifique de l’Inra du 5 Février 1986, Paris, Inra.

IATRC 2010

Inra, « Le département d’économie et sociologie rurales de l’Inra », rapport présenté le 22 novembre 1967 au comité scientifique de l’Inra par Denis Bergmann, chef de département, (Archives Bergmann).

Inra, 1946-1996, 40 ans de recherche agronomique, Inra.

Inra, Secteur sciences sociales, département d’économie et sociologie rurales, unités et thèmes de recherche, 1986.

Inra-Impar, JAC et modernisation de l’agriculture de l’Ouest, compte-rendu de la journée d’étude du 18 mars, Rennes, Inra, 1980.

Ministère de l’Agriculture, Perspectives à long terme de l’agriculture française, 1968-1985, Paris, La documentation française, supplément au Bulletin d’information du ministère de l’Agriculture n° 423, 1969.

OCDE, Politiques nationales et échanges agricoles, Paris, OCDE, 1987.

OECD, Problems of Agricultural Trade, Paris, OECD, 1983.

OECD, The Uruguay Round Agreement on Agriculture, Paris, OECD, 2001.

Poly J., Pour une agriculture plus économe et plus autonome, Paris, Inra, 1978.

« La Politique agricole commune », Problèmes politiques et sociaux, n° 343, août 1978, (dossier constitué par F. Brossaud).

« Vers une réforme de la PAC », Problèmes politiques et sociaux, n° 440, mai 1982, (dossier constitué par F. Brossaud).

Vissac B., Le Département de recherches sur les systèmes agraires et le développement, ronéo Inra-Sad juin 1979, (Archives Grignon). V. aussi : Propositions d’organisation du Département de recherches sur les systèmes agraires et le développement, ronéo, août 1979, archives Grignon.

Università di Siena, The Siena Memorandum on the reform of the Common Agricultural Policy, 17-18 Février 1984.

Références bibliographiques

Bonneuil C., Joly P.B., Sciences, techniques et société, La découverte, Repères, Paris, 2013.

Burrell A., « Le contexte historique et politique de la réforme de la PAC », Économie rurale, n° 211, 1992, p. 5-9.

Callon, M., « What does it mean to say that economics is performative? », in Do economics make market? , Edited by D. MacKenzie, F. Muniesa, L. Siu, Princeton, Princeton University Press, 2007, p. 310-357.

Cavailhes J., « Bilan de quinze ans de leadership marxiste », Économie rurale, n° 160, 1984.

Cranney J., Inra 50 ans d’un organisme de recherche, Inra, Paris, 1996.

Dardot P., Laval C., La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, La Découverte, Paris, 2009.

Desrosières A., La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, 3e édition, La Découverte, Paris, 2010.

Dumont, R. Le problème agricole français, Les éditions nouvelles, Paris, 1946.

Fouilleux, E., « Entre production et institutionnalisation des idées. La réforme de la Politique agricole commune », Revue française de science politique, vol. 50, n° 2, 2000, p. 277-305.

Fourcade M., « The Construction of a Global Profession: The Transnationalization of Economics », American Journal of Sociology, Volume 112, n° 1, 2006, p. 145–194.

Garcia-Parpet M.F., « La construction intellectuelle des marchés agricoles : la Société française des économistes ruraux et la revue Économie Rurale », in Les mondes ruraux à l’épreuve des sciences sociales, Dijon, 17-19 mai 2006.

Gervais M., Jollivet M., Tavernier Y., La fin de la France paysanne de 1914 à nos jours, Tome IV de l’Histoire de la France rurale, sous la direction de Duby G. et Wallon A, Seuil, Paris, 1976.

Granovetter M., Swedberg R. (Ed.), The Sociology of Economic Life, Bouder, Westview Press, 2011.

Heredia M., À quoi sert un économiste ? , La Découverte, Paris, 2014.

Jollivet M., « Paysans, capitalisme, environnement : le fil de l’histoire de 1950 à aujourd’hui », in Sciences en campagne – Regards croisés, passés et à venir, sous la direction de B. Hervieu et B. Hubert, Éditions de L’Aube, La Tour-d’Aigues, 2009, p. 376-384.

Joly P.B., Paradeise C. « Agriculture et alimentation : nouveaux problèmes, nouvelles questions. Introduction », Sociologie du Travail, 45 (1), 1-8, 2003.

Leblond, Nelly Analyse des modèles alimentaires globaux, Mémoire de Master, AgroParisTech et Inra/SenS, 2012.

Legras G, « L’Uruguay Round et la Réforme de la PAC », Politique Étrangère, vol. 58, n° 2, 1993, p. 325-331.

Liu K., Seeley R. Agricultural Trade Modeling - The State of Practice and Research Issues, United States Department of Agriculture, Staff Report # AGES861215, 1987

Mahé L.P., Roudet M., « La politique agricole française et l’Europe verte : impasse ou révision ? », Économie Rurale, n° 135, 1980.

Muller, P. (2000). « La politique agricole française : l’État et les organisations professionnelles », Économie rurale, n° 255-256, 2000.

Muller P., « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique, structures, acteurs et cadres cognitifs », Revue française de sciences politiques, vol. 55, n° 1, 2005.

Payre R., Pollet G., Socio-histoire de l’action publique, La Découverte, Paris, 2013.

Pestre D., Science, argent et politique, Quae, Paris, 2003.

Porter T., Trust in Numbers, Princeton University Press, 1995.

van Tongeren F., van Meijl H., Surry Y. « Global models applied to agricultural and trade policies: a review and assessment », Agricultural Economics, 26 (2001) 149-172

Weiss, C.H., « The many meanings of research utilization », Public Administration, Sept./Oct. 1979, p. 426-471.

Haut de page

Notes

1 La loi d’orientation agricole de 1960 est préparée au cours de réunions confidentielles réunissant les membres du gouvernement et l’état-major du CNJA. (Muller, 2000).

2 Politique des prix dont ils dénoncent, contrairement à l'avis des milieux agricoles traditionnels, les inconvénients.

3 La composition de la commission Vedel et les annexes du plan Mansholt en fournissent une preuve convaincante. La commission Vedel réunit universitaires, chercheurs, administrateurs gestionnaires de la politique, statisticiens (Vice-président : professeur J. Marczewski, rapporteur général : professeur A. Bienaymé).

4 Les gains de productivité dans l’agriculture, l’inélasticité de la demande conduisent à un transfert de ressources (travail et capital) vers des secteurs non agricoles, les prix largement et excessivement soutenus, n’incitent pas à ce transfert et ne jouent donc pas leur rôle de signal.

5 27 chercheurs en 1960, 65 en 1964 (Conseil scientifique INRA du 22 Nov. 1967), 102 en 1974 (dont 81 chercheurs et 21 ingénieurs soit 6,7 % de scientifiques INRA, Conseil Scientifique Fév. 1986), 109 chercheurs et 64 ingénieurs (répartis en 15 Unités de recherche) en 1986 (INRA, 1986), 139 chercheurs en 1994 (Cranney, 1996).

6 Quelques rares universités participent à ce mouvement, elles sont plus actives en géographie, sociologie, ethnologie qu'en économie. 

7 Cela tient probablement à la faiblesse générale des recherches en sociologie. L’absence de tels travaux à l’Inra détonne également par rapport aux travaux des économistes agricoles états-uniens qui ont généré, depuis les recherches séminales de Zvi Griliches sur le maïs hybride, de nombreuses études sur la contribution de la R&D aux gains de productivité.

8 Déjà amorcée dans les périodes précédentes du fait de la baisse du nombre d’agriculteurs et de la désectorisation de l’agriculture.

9 D’un côté le séquençage des génomes et l’agriculture de précision, de l’autre le salon international de l’agriculture !

10 De longue date, des économistes agricoles français ont critiqué le manque de prise en compte des équilibres de marché.

11 http://www3.unisi.it/cipas/output/19xx/840218-Siena-Memorandum/Siena-Memorandum.pdf

12 Dans les années quatre-vingt, il travaille sur le Modèle international simplifié de simulation (MISS) avec Catherine Moreddu (OCDE) et Christophe Tavéra de l’Inra, modèle qui sera présenté à l’IATRC.

13 Notre traduction.

14 Non seulement de l’OCDE, mais aussi de la FAO, de la Banque mondiale, de la Commission européenne, mais encore des ministères de l’agriculture des grands pays.

15 On peut citer, sans souci d’exhaustivité : le modèle du Food and Agricultural Policy Research Institute (FA PRI) aux États-Unis (1986) ; le modèle Static World Policy Simulation Model (SWOPSIM) à l’USDA (1986) ; les modèles de l’OCDE, modèle du Ministerial Trade Mandate (MTM) et World Agricultural LibeRAlisation Study (WALRAS) (1987) ; le Modèle international simplifié de simulation (MISS) de l’Inra Rennes (1987)… Pour préparer les négociations, la Commission européenne utilise le modèle ECAM (European Community Agricultural Model) qui a été construit par le Center for World Food Studies à Amsterdam. Voir notamment la recension de van Torgensen et al. 2001.

16 Par exemple, les modèles d’équilibre général font l’hypothèse de plein emploi généralisé ; comme la main d’œuvre libérée par une structure économique plus efficiente liée aux échanges trouve un emploi dans les autres secteurs, la libéralisation des échanges augmente mécaniquement la productivité et donc la richesse. Or, rien n’est moins sûr, comme le montre l’évolution de bon nombre de pays émergents. Autre exemple, les modèles supposent des situations d’équilibre entre offre et demande. Or, compte tenu de la très forte rigidité de la demande et de la variabilité de l’offre, l’équilibre est très instable ; supprimer des mécanismes stabilisateurs administrés par l’État conduit à coup sûr à augmenter la volatilité des prix. On pourrait encore donner d’autres exemples. Mais le point principal consiste dans cette propriété politique : la magie de la quantification permet de cacher des choix essentiels, ce qui dépasse bien évidemment les intentions des modélisateurs.

17 École nationale de la statistique et de l’administration économique.

18 Sciences économiques et sociales pour l'agriculture et l'agro-alimentaire et méthodes d'étude des système.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Benoit Joly et Philippe Lacombe, « Sciences sociales et politiques agricoles – Une analyse socio-historique des rapports savoir/pouvoir », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VI-N°2 | 2017, 163-179.

Référence électronique

Pierre-Benoit Joly et Philippe Lacombe, « Sciences sociales et politiques agricoles – Une analyse socio-historique des rapports savoir/pouvoir », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI-N°2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1575 ; DOI : 10.4000/hrc.1575

Haut de page

Auteurs

Pierre-Benoit Joly

Pierre-Benoit Joly est économiste et sociologue, directeur de recherche à l’Inra. Spécialiste d’études des sciences et des techniques, il travaille sur les transformations conjointes de la production des connaissances et de l’ordre social. Il dirige le Lisis, UMR CNRS, Inra, université Paris Est depuis 2015. Il enseigne à l’EHESS.

Philippe Lacombe

Philippe Lacombe est économiste. Spécialiste de l’analyse des politiques agricoles, Il a été professeur d’économie à AgroSup Montpellier et directeur scientifique agriculture de l’Inra. Il est actuellement chargé de mission auprès de la direction générale de l’Institut.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals