Navigation – Plan du site
Dossier : regards historiques sur la recherche agronomique française de la seconde moitié du XXe siècle

Hommage à Philippe Lacombe (1939-2017)

Egizio Valceschini et Bernard Hubert
p. 180-181

Philippe Lacombe attendait avec impatience la publication de ce volume d’Histoire de la recherche contemporaine. Il éprouvait une grande satisfaction à voir reconnus par une revue scientifique les travaux du comité d’Histoire de l’Inra et du Cirad qu’il a contribué à créer en 2005. Il se réjouissait également que soit publié l’article rédigé avec son collègue Pierre-Benoît Joly traitant des rapports entre les sciences économiques et la politique agricole, thématique emblématique de ses préoccupations intellectuelles et de ses activités professionnelles. Ingénieur agronome, chercheur et professeur, tôt venu à l’économie appliquée aux secteurs agricole, agro-alimentaire et rural, intellectuel au plus près des acteurs professionnels et politiques de l’agriculture, Philippe Lacombe était un homme de synthèse apprécié mais qui dû sans cesse convaincre de la pertinence scientifique et politique de sa posture. Décédé le 13 novembre 2017, nous lui rendons ici hommage.

  • 1 Témoignage à paraître dans Archorales Inra, 2018.

Dès ses années de formation à l’Ecole nationale supérieure d’agronomie de Montpellier (ENSAM) qu’il intègre en 1959, il se positionne dans une tradition où la référence à l’histoire est centrale. Il s’en explique dans le témoignage qu’il donne à Archorales1, mission d’archives orales de l’Inra qu’il a par ailleurs soutenue : « Je suis de la première génération d’agronomes à avoir voulu faire une thèse en économie », se souvient-il. « J’étais très heureux à l’université parce que j’ai découvert des choses que je ne soupçonnais pas, comme l’histoire de la pensée économique. (…) Et pour moi, agronome des années 1960, s’intéresser à la période avant la guerre de 1914 ou avant la Révolution était inutile et j’ai découvert à l’université, l’intérêt de l’histoire pour comprendre la situation actuelle. J’ai compris que l’histoire ne commençait pas en 1945. J’ai lu Marc Bloch. Quand je suis rentré à l’Inra j’ai rapidement compris que “les caractères originaux de l’histoire rurale de la France” de Marc Bloch faisaient partie des choses à connaître. J’avais saisi que l’histoire était une composante essentielle de notre capacité à comprendre les choses et si j’avais une critique à formuler sur l’enseignement économique aujourd’hui c’est sa vision immédiate des choses au détriment d’une vision distancée ».

  • 2 Milhau J., Montagne R., Économie rurale, PUF, Thémis, 1964.

Agronome, Philippe Lacombe se tourne rapidement vers l’économie sous l’influence du professeur Jules Milhau2 qui lui permet d’entrer à l’Inra en 1961 dans le tout nouveau Département d’économie. Tout au long de sa carrière il se réclamera de sa double formation d’économiste et d’agronome, revendiquant de contribuer par ses travaux d’économiste rural à la « pensée agronomique ». Et si l’économie se consacre au fonctionnement des marchés, Philippe Lacombe s’intéresse aux conséquences sociales de l’extension des mécanismes marchands dans l’agriculture : « J. Milhau aurait été content que je travaille sur le marché : l’offre, la demande, la formation des prix, l’organisation. Mais moi j’ai souhaité étudier le marché dans ses conséquences pour les agriculteurs. » C’est du point de vue des marges qu’il aborde la place de l’agriculture et des agriculteurs dans les sociétés développées, quand toute une frange de la population agricole qui ne vit pas uniquement de l’agriculture est considérée, dans ces années 1960 et 1970, comme un « rebus » : « alors que je pensais m’intéresser à un cas marginal, déviant, conservateur, passéiste, je découvrais progressivement une forme de production parmi d’autres, ignorée des modernistes. ». Précurseurs, ses travaux sur la pluriactivité lui valent une reconnaissance scientifique nationale puis internationale, et lui ouvrent la voie de l’analyse des politiques agricoles.

Philippe se range du côté de ceux qui soutiennent que les marchés ne sont pas « libres » mais qu’ils sont « encastrés » dans la société et que ce sont les institutions, et en particulier les institutions politiques, qui les formatent. Professeur d’économie rurale à l’ENSAM entre 1975 et 1999, il transmet aux futurs ingénieurs un outillage intellectuel qui » ne peut se limiter à l’analyse des modèles réducteurs qui envisagent l’Économie comme une mécanique de l’offre et de la demande, ajustée par les prix et régie par les comportements d’un grand nombre d’agents égaux entre eux et doués d’une rationalité universelle. C’est-à-dire que la science économique à laquelle on se réfère n’est pas celle de la seule "répartition des ressources rares" mais celle des "rapports humains nés de la fonction fabricatrice de l’homme dans leur développement" historique ». Cette posture marquera plusieurs générations d’étudiants, et parmi eux le roumain Dacian Cioloș qui sera commissaire européen à l’Agriculture et au développement rural (2010-2014), et avec qui Philippe Lacombe restera lié d’amitié.

  • 3 Allaire G., Boyer R., La grande transformation de l’agriculture, Inra Editions/Economica, 1995.
  • 4 Orléan A., Aglietta M., La Monnaie souveraine, Odile Jacob, 1998.
  • 5 North D.C., Structure and Change in Economic History, Norton, 1981.
  • 6 Williamson O. E., The Economic Institutions of Capitalism, Free Press, 1985.
  • 7 Ménard C., L'économie des organisations, La Découverte, 1990 (1ère édition).

Quand les années 1980 et 1990 voient l’économie rurale perdre son particularisme et s’aligner sur la science économique internationale, Philippe Lacombe s’intéresse aux courants économiques pour qui l’histoire est une dimension essentielle : les « régulationnistes » comme Robert Boyer3 et André Orléan4, et les « néo institutionnalistes » comme Douglas C. North5 et Oliver E. Williamson6 aux États-Unis et Claude Ménard7 en France. Il défend également l’idée que la connaissance doit aussi se confronter aux réalités complexes des situations « de terrain », position qu’il porte au sein de la Société française d’économie rurale (SFER), dont il sera le président (1998-2001) après avoir dirigée sa revue, Économie rurale de 1993 à 1998.

Si l’Inra le sollicite en 2000 pour devenir le directeur scientifique chargé des sciences humaines et sociales, « c’est plutôt au titre de l’ouverture, de la polyvalence, de la fréquentation de l’histoire des idées », explique-t-il. Il présidera à la relance de la recherche en sociologie à l’Inra, en bonne entente avec le sociologue Bertrand Hervieu, président de l’Institut entre 1999 et 2003, dont il partage les analyses sur l’évolution de l’agriculture. Dans les années 1990 et en matière de politique agricole, ils avaient tous deux en particulier porté les idées du « Groupe de Seillac » réuni autour d’Edgard Pisani, ancien ministre de l’Agriculture du Général De Gaulle. 

  • 8 Lacombe P. (dir.), L’agriculture à la recherche de ses futurs, ed. l’Aube/Datar, 2002.

Fin analyste de la politique agricole, il participe aux travaux préparatoires à la loi d’orientation agricole de 1999 sur la prise en compte de la multifonctionnalité de l’agriculture, puis à ceux sur la réforme de la Politique agricole commune en 2003 et de la Loi d’orientation agricole de 2006. Entre-temps (2000-2004), il présidera le Comité national d’évaluation du Programme national de développement rural (PNDR) où il fait valoir sa bonne connaissance des questions territoriales, acquise notamment lors de la décennie précédente quand il participe à une vaste opération de prospective sur la société française dans ses relations avec ses territoires8, lancée par la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR). Il a également été le premier président, en 2007, du Comité d’orientation, de recherche et de prospective (CORP) de la Fédération nationale des parcs régionaux, concluant ses congrès annuels de synthèses remarquables et remarquées ...

Dans tous ces exercices où science et politique dialoguent et se nourrissent mutuellement, Philippe Lacombe excellait. Ardent défenseur de la diversité de la pensée, débatteur cultivé et ouvert, il possédait un art de la synthèse toujours au service du juste consensus. C’est cette qualité qui certainement restera le plus en mémoire de ceux qui l’ont côtoyé et apprécié.

Notes

1 Témoignage à paraître dans Archorales Inra, 2018.

2 Milhau J., Montagne R., Économie rurale, PUF, Thémis, 1964.

3 Allaire G., Boyer R., La grande transformation de l’agriculture, Inra Editions/Economica, 1995.

4 Orléan A., Aglietta M., La Monnaie souveraine, Odile Jacob, 1998.

5 North D.C., Structure and Change in Economic History, Norton, 1981.

6 Williamson O. E., The Economic Institutions of Capitalism, Free Press, 1985.

7 Ménard C., L'économie des organisations, La Découverte, 1990 (1ère édition).

8 Lacombe P. (dir.), L’agriculture à la recherche de ses futurs, ed. l’Aube/Datar, 2002.

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals