Navigation – Plan du site
Dossier : regards historiques sur la recherche agronomique française de la seconde moitié du XXe siècle
Varia

Le Pirocéan (1980-1986), un véritable incubateur de projets in-terdisciplinaires

La période 1970-1990 est marquée par une grande effervescence en océanographie : une nouvelle vision apparaît. Il faut réduire les tensions entre les avancées des chercheurs et les structures du CNRS et de l’université. C’est la mission – interdisciplinaire – du Pirocéan. L’activité sera ponctuée de quelques succès malgré une vie courte.
The PIROCEAN, an impetus for interdisciplinary projects
Jean-Pierre Alix
p. 182-195

Résumés

La cinétique de la croûte terrestre ou celle de la circulation océanique ont bouleversé les connaissances en océanographie dans les années soixante. Elles promettaient implicitement de nouvelles découvertes par confrontation entre savoirs des disciplines. C’est la mission du Pirocéan, pendant six ans à partir de 1980, de les faciliter. Pendant cette période, les collaborations scientifiques se développent à l’échelle planétaire (éclosion de l’océanographie par satellite, programmes côtiers des stations marines et extension géographique pour ne citer que quelques exemples). Puis le Pirocéan rejoint une structure supposée intégrer les échelles de temps et d’espace de la planétologie aux écosystèmes locaux. Mais celle-ci laissera en plan la très difficile question de l’intégration de la vie et de son environnement physico-chimique.

Haut de page

Texte intégral

« Cette mer, en effet, ne fait pas de médiocres passions.

Je ne sais quelle ivresse électrique est en elle,

qu’on voudrait tout absorber »

Jules Michelet, La Mer.

Un héritage effervescent

  • 1 Source wikipedia/2013. On affirme parfois qu’il fut utilisé dans un congrès en 1854.

1Les termes d’océanographie et d’océanographe sont apparus en France dans les années 18801. Les stations marines à terre de Roscoff et Banyuls puis celle de Villefranche-sur-Mer ont été créées dans le dernier quart du XIXe siècle pour observer la grande richesse biologique de leur environnement marin. Albert 1er de Monaco sillonna la Méditerranée et l’Atlantique Nord jusqu’au Spitzberg et inventa de nouvelles méthodes de mesure. En cette époque bénie fut organisée la campagne de HMS Challenger, affrêtée par la Royal Society , qui marqua aussi la naissance de l’océanographie moderne. Challenger navigua 727 jours, parcourant 120 000 km sur tous les océans. L’expédition ne réussit pas à découvrir les mécanismes de la circulation océanique mais elle permit d’établir la composition de l’eau de mer, de dresser une carte des sédiments océaniques et donna une idée plus précise des fonds sous-marins.

2Puis, pendant de nombreuses décades, les connaissances procédèrent par accumulation lente.

21596Lamont3Vema4

3On découvre également du manganèse pur qui témoigne d’une activité hydrothermale passée, qui sera confirmée lors des campagnes sur la dorsale du Pacifique Est au large des Galapagos. Ce fut aussi l’occasion de découvrir de visu les fumeurs, émissions hydothermales de grande profondeur, qui suggéraient une nouvelle forme de vie.

,,,,océanstempératuresalinitédensité climat5Nous avons une preuve claire que les différentes composantes du système climatique terrestre sont reliées de façon subtile et cependant spectaculaire. Le système climatique a sauté dans le passé d’un mode opératoire à un autre. Nous essayons de comprendre comment est “ingénieré” le climat de la terre, de façon à comprendre ce qui est nécessaire pour déclencher des commutations entre modes. Jusqu’à ce que nous le sachions, nous ne pourrons faire de bonnes prédictions sur le changement futur du climat.6 

4L’océanographie devient une science des océans plutôt qu’une description, elle s’unifie ainsi lentement par l’évidence de l‘interdépendance des composants de la planète Terre (océan, atmosphère, continents, plaques tectoniques). Elle permet d’améliorer la compréhension de la dynamique d’ensemble et son histoire tandis que l’océan redevient mondial. De plus, les institutions de recherche ont développé des technologies lourdes d’investigation : après la récente conquête de l’espace, celle de l’océan redevient possible. C’est alors que naissent les grands programmes intégrateurs, à l’image de ce que furent les grandes explorations océaniques, tandis que s’éveille aussi, peu à peu, la conscience d’un lieu à protéger.

  • 7 C’est à l’occasion d’un programme commun entre atmosphériciens et océanographes, le Global Atmosph (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Grâce à une dizaine de modèles à l’échelle de quelques mois.

5La physique n’est pas absente de cette évolution. Après les hautes latitudes dont le rôle dans la circulation océanique globale a été mis en évidence, les basses latitudes deviennent à leur tour un objet d’étude. Quelques rapprochements ont lieu dans les années soixante-dix7 entre atmosphériciens et océanographes pour mieux comprendre les transports de chaleur entre zone tropicale et zone polaire et pour améliorer la prévision météorologique. De là naîtront deux programmes majeurs WOCE (World Ocean Circulation Experiment) et TOGA (Tropical Ocean and Global Atmosphere). Simultanément intrigués par la singularité équatoriale, chercheurs et décideurs se réunissent à Paris en 1984, sous l’égide de TOGA qui étudiera les océans. Le programme a trois objectifs8 : analyser la variabilité du couplage océan-atmosphère, la modéliser, préparer un système opérationnel. Jusqu’alors, on représentait l’océan tropical comme un modèle à deux couches superposées, l’une chaude, l’autre froide (plus profonde), qui rendait assez correctement compte de la propagation des ondes le long de l’équateur. Dix années durant, TOGA fait avancer l’observation in situ et la modélisation. On connaît alors mieux les mécanismes de l’oscillation El Niño-Southern Oscillation (ENSO)9, dans le Pacifique intertropical, dont on a observé les effets sur la fluctuation du climat, par exemple par les variations des précipitations au Pérou. Même s’il subsiste, à l’issue de TOGA (1995), des incertitudes dues à des effets pas encore intégrés à la modélisation, un pas essentiel a été fait pour montrer le couplage entre océan et atmosphère. On ne saurait à cette occasion ignorer l’action éclairée du physicien Pierre Morel qui, depuis l’ENS, a contribué à la création du Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC) sous l’égide des Nations-unies.

6WOCE (World Ocean Circulation Experiment) naîtra un peu plus tard, dans les années quatre-vingt, sur une proposition de Carl Wunsch du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il a pour but de modéliser le stockage et les transports de chaleur dans l’ensemble des océans. Encore inconnue dans les années soixante-dix bien que soupçonnée, la part de l’océan s’avérera de trois ordres de grandeur supérieure à celle de l’atmosphère dans la régulation du climat.

7Mais les structures institutionnelles encore morcelées de l’océanographie ne permettent pas le développement issu des découvertes récentes ni surtout leur inclusion dans une approche plus large. Sous l’influence de chercheurs dans cette époque d’effervescence que sont les années soixante-dix, un regroupement partiel des forces est opéré par les institutions de recherche en France avec la création du Pirocéan.

Création du PIRO en 1980

8Un recensement systématique des ressources a été mené au préalable par le Comité de recherches marines (CRM, création commune au CNRS et à la Direction des universités à partir de 1977. Leur analyse a permis de dresser un paysage d’ensemble de la politique océanographique française, et créé la possibilité de « penser comme un système » les questions scientifiques et les institutions en charge de ce carrefour de disciplines qu’est l’océanographie. C’est afin de répondre à l’intuition partagée par de nombreux chercheurs qu’un nouveau paradigme apparaît : celui d’une vision intégrée et systémique. La portée de cette approche est de rendre plus efficace l’action scientifique nationale et de mieux l’insérer à l’échelle internationale. Une organisation en programmes est suggérée car elle respecte l’imagination des chercheurs, tout en permettant de rendre rapidement les efforts cohérents et de mettre en valeur une nouvelle génération.

  • 10 Hors postes et salaires, ce qui représente un budget d’environ 20 millions de francs

9Cette volonté conduit alors à la création du Programme interdisciplinaire de recherche océanographique (PIRO). Celui-ci définit des orientations programmatiques et regroupe des ressources jusque-là séparées10. La décision de création du PIRO est présentée conjointement au Conseil d’administration du CNRS les 29 octobre et 17 décembre 1980 et à la direction recherche du ministère de l’Éducation nationale qui valident ce programme.

10Au plan français, ce regroupement sera suivi en 1984-85 par la création de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer), par fusion du Cnexo (Centre national pour l’exploitation des océans) et de l’ISTPM (Institut scientifique et technique des pêches maritimes). Le paysage institutionnel se simplifie. Le PIRO s’y engoufrera rapidement après avoir transformé son sigle, peu élégant, en Pirocéan.

Un directeur est pressenti : Roger Chesselet

  • 11 Soutenu par Henry Stommel, un scientifique particulièrement imaginatif de WHOI (Woods Hole Oceanog (...)
  • 12 Scientific Committee for Ocean research, membre de l’ICSU, aujourd’hui, Conseil international de l (...)

11Géochimiste de réputation internationale, il a étudié la dissémination de la radioactivité artificielle dans le milieu marin, en mesurant les résidus des explosions nucléaires dans l’atmosphère entre 1958 et 1965. La méthode de mesure employée, celle de la circulation des poussières radioactives à la fois dans l’atmosphère et l’océan, a permis de montrer des retombées océaniques deux fois plus nombreuses que sur Terre. Cela a soulevé l’intérêt pour la matière particulaire en transit, et la chimie des aérosols marins. Ainsi a été mise en évidence une nouvelle approche du système-océan, celle des cycles biogéochimiques globaux. Parallèlement cette méthode a montré son importance pour l’étude pratique de la pollution. Puis Roger Chesselet a construit patiemment une équipe au Centre des faibles radioactivités, un laboratoire du CNRS et du CEA, piloté avec imagination et avec une grande ouverture d’esprit par Jacques Labeyrie, ex-assistant de Frédéric Joliot. Chesselet a été, pour la France, le correspondant du programme international de géochimie d’origine américaine GEOSECS11. Il est actif au SCOR12, comité du Conseil international de la science. Pour mener les opérations, Chesselet, physicien des hautes énergies, directeur de recherche au CNRS, médaille d’argent, est pressenti. Il hésite à quitter une activité de recherche passionnante pour le management. Puis il accepte l’offre, estimant que les progrès que permettront le PIRO sont potentiellement substantiels.

Il apporte une vision à moyen terme

12« L’océan recouvre la majeure partie du globe. Ce caractère unique de la Terre par rapport aux planètes les plus proches, Mars et Vénus, fait du milieu océanique un maillon essentiel pour la compréhension de l’environnement planétaire, de la dynamique du climat et des mouvements de la croûte terrestre. Dans ce sens, le concept de PLANETE-OCEAN permet de situer d’une façon extrêmement fructueuse l’océanographie dans les sciences modernes. Mais l’Océan est aussi un formidable conservatoire de la vie, dans lequel elle a pris naissance. L’ensemble du vivant en porte encore la trace… Les questions suscités par l’océan sont diverses et imbriquées ; les vocations des chercheurs en océanographie sont à cette image. La plupart des thèmes d’un chercheur sont renouvelés en moins de dix ans… Cela requiert une organisation fédérative, fondée sur une gestion mobile où la règle est avant tout celle de la concertation… La dimension planétaire de l’Océan favorise la coopération et la compétition internationale. », in R.Chesselet, Document stratégique du CNRS.

Un budget

  • 13 Coût-cible : estimation des moyens nécessaires à un chercheur pour ses activités annuelles, obtenue (...)

13Les études du CRM ont conduit à une estimation du budget nécessaire, pour la recherche (sur la base d’une méthode originale : les coûts-cibles13), et pour la rénovation de la flotte hauturière et côtière. La perspective générale est favorable, après la sortie des crises pétrolières des années soixante-dix et elle autorise un financement public plus élevé, au profit d’un océan considéré comme une priorité de recherche nationale. Les besoins globaux de l’océanographie sont de plusieurs ordres : il faut fédérer les compétences en vue des campagnes, former les étudiant(e)s, rénover les navires océanographiques hauturiers et côtiers, permettre l’accès aux instruments lourds de mesure et d’analyse en mer et à terre, élaborer et publier les résultats, les discuter dans de vastes réseaux internationaux, etc.

14Ainsi, c’est une vingtaine de millions de francs qui est mise à disposition du PIRO, somme régulièrement augmentée par les contributions des régions mises en place depuis 1975, puis consolidées par la loi en 1983. Chaque année ces moyens budgétaires seront investis dans le développement de l’interdisciplinarité en océanographie. Les ressources confiées au Pirocéan englobent :

  • tous les crédits d’incitation pour les programmes de recherche (dits ATP : actions thématiques programmées) et le financement des équipements mi-lourds (des laboratoires et des navires). Ces deux dernières catégories ont une influence directe sur l’activité des laboratoires, car elles orientent la thématique et/ou fournissent des instruments de mesure nouveaux ;

  • la flotille côtière (une dizaine de navires de moins de 20 m attachés aux stations marines), les marins, le financement des frais de campagne à la mer des chercheurs (mission et frais de séjour) tant sur les navires côtiers que hauturiers ;

  • enfin les crédits immobiliers pour l’entretien des stations marines et la construction de nouveaux espaces de laboratoire.

  • 14 Les autres ressources (salaires, commissions d’évaluation des chercheurs) ont été maintenues sous l (...)

15Le budget jouera un rôle important, étant concentré sur la mission d’interdisciplinarité. Mais il doit aussi être coordonné avec l’emploi des autres ressources publiques14, de façon à ne pas recréer la dispersion des années soixante-dix entre disciplines et entre institutions. Trois niveaux d’organisation sont donc mis en place : la gestion propre du Pirocéan, la coordination scientifique et opérationnelle avec les autres institutions, le compte rendu annuel d’activités auprès des tutelles publiques.

La structuration du management : un état d’esprit d’abord

16Le Pirocéan est conçu d’emblée comme une nurserie de grands projets complexes, caractérisé par une dynamique de regroupement aux multiples dimensions (scientifique, technique, institutionnelle et sociétale) qui favorise l’attitude passionnée par rapport à la recherche et suscite la transformation progressive de la vision qui en découle en programmes d’action. Elle est ressentie par les chercheurs et dans les laboratoires comme pertinente et structurante, parce qu’elle laisse chacun dans une position libre et responsable, tout en favorisant la combinaison des approches. Le processus suit une logique annuelle d’appels d’offres :

D’une façon générale, les projets reçus au Pirocéan sur appel d’offres sont évalués a priori soit par des experts, soit par le conseil scientifique (dix-huit membres) avec les sections du Comité national du CNRS, ce qui garantit des choix équitables et éclairés. Rares sont donc les actions isolées : il faut rendre cohérents les programmes scientifiques et évaluer l’intérêt et l’originalité des propositions qu’ils présentent tout comme la cohérence avec les moyens opérationnels. Le Pirocéan dans ce vaste ensemble, tiendra tantôt le rôle d’un incubateur de projets, tantôt celui d’un aiguillon dans le concert des institutions scientifiques ;

Les campagnes hauturières sont ainsi placées sous la responsabilité conjointe des établissements de recherche et du Cnexo, qui deviendra l’Ifremer en 1985. Le Comité national du CNRS (sections 16 - Océan et atmosphère, et 15 - Géodynamique), qui exerçait la responsabilité au CNRS de ce processus lourd en plusieurs étapes, le partagera désormais avec le Pirocéan, devenu par construction le seul interlocuteur de l’Ifremer à ce sujet. Ce dernier sera de son côté doté d’un Conseil scientifique qui classera par priorité en les reprenant largement les propositions scientifiques de campagne. Ainsi s’effaceront peu à peu les critiques antérieures issues de l’usage de critères de choix des campagnes trop techniques ou institutionnels. Cela permettra que se maintienne une comparaison avec le degré d’avancement des autres océanographies et de détecter les coopérations possibles ;

Au troisième et dernier niveau se tient un Comité de coordination (biannuel) entre le CNRS et la Mission de la recherche des universités. Il joue le rôle d’un « Conseil d’administration » : il assure l’information des tutelles, la préparation et le suivi des budgets, un examen des résultats obtenus. Au-delà des comparaisons des grilles budgétaires et des règles administratives, l’ambiance n’y fut jamais formelle, car il s’intéressa en priorité à la qualité de la recherche et aux objectifs à réaliser.

Une équipe ad hoc

  • 15 IR : ingénieur de recherche

17Pour mener au quotidien le Pirocéan, Roger Chesselet a rassemblé une équipe : Guy Jacques, biologiste, maître de recherche au CNRS puis Alain Guille, biologiste naturaliste, professeur au Muséum national d’histoire naturelle ; Jean-Pierre Alix, IR15 au CNRS, pour le secrétariat général, ainsi que trois assistantes chevronnées : Danièle Sauget, Marie-Aimée Martin-Bellet et Françoise Parain. Ultérieurement l’équipe sera complétée par Jacques Merle, physicien océanographe de l’Orstom (Office de la recherche scientifique et technique outre-mer, ancêtre de l’IRD – Institut de recherche pour le développement) et Yves Lancelot, océanographe géologue, de retour des États-Unis où il a été le directeur scientifique du programme de forage Deep Sea Drilling Program. André Cornet, ex-officier de marine, pilote le Service des moyens à la mer (flottille côtière et gestion des marins) créé quelques années auparavant.

  • 16 Après un coup d’éclat contre l’occupant allemand à Bruxelles, le lycéen Chesselet a fui par les Pyr (...)
  • 17 Interview de Jean-Marie Martin, DR CNRS.

18L’équipe est peu nombreuse, ouverte aux messages des laboratoires et à l’écoute à l’international. Chacun y montre un sens aigu du service public. Souplesse et rapidité d’action sont les mots d’ordre permanents. La coopération au sein de l’équipe s’appuie sur la complémentarité des profils, réunis par l’esprit d’entreprendre. Ce style de pilotage, dont le critère principal reste scientifique à tout moment, sied bien à Chesselet16. L’état d’esprit est d’inspirer, de fédérer plutôt que de commander ou d’imposer. Il s’agit d’instituer une osmose organisée et efficace entre les besoins des chercheurs et les ressources disponibles au moyen d’un réseau. C’est un modèle aimé, et simultanément « Une chose étrange », affirme cependant l’un des protagonistes17, signifiant son caractère peu ordinaire : il contribue à raffiner, progressivement et par la discussion avec les chercheurs, les questions scientifiques à résoudre, y compris dans leur dimension internationale, grâce à la circulation intense de l’information en provenance de tous les horizons (publications, institutions, colloques, finances, technique, etc.). Cette méthode ne souffre pas de la méfiance habituelle vis-à-vis des institutions centrales, soupçonnées parfois de bâtir leur propre puissance plutôt que celle de leurs administrés. Un second avantage est lié au faible nombre de rouages et à leur concentration en un lieu facilement accessible, le siège du Pirocéan pensé comme une passerelle de navire, destiné à faciliter le suivi d’un cap. Pas de bureau directorial, mais des cellules fonctionnelles et des moyens d’échange rapides avec l’extérieur (le premier accès à un réseau internet au siège du CNRS par exemple) y sont disponibles. La proximité permet d’y transformer progressivement les idées en programmes d’action à moyen et long terme, qui conduiront à arbitrer les attributions de moyens, tant au CNRS que dans les universités. Elles y seront mieux acceptées parce que fondées sur des priorités scientifiques. Les programmes permettront également une coopération plus fluide avec les autres organismes français et au sein les programmes internationaux, tout en étant presque toujours décentralisés dans des laboratoires. Ce fut, entre 1980 et 1986, l’état d’esprit au Pirocéan, adopté et suivi par de nombreux océanographes. Une tâche passionnante assez différente de celle de l’action administrative ordinaire !

Quelques résultats marquants de la période 1980-1986

La coopération des institutions françaises

19Un « accord de paix » entre le Cnexo et le CNRS intervient en 1983, et met fin à de longues années de guerre picrocholine entre ces institutions, parties prenantes de l’océanographie. Enfin ! La perspective d’une coopération franche, notée comme l’une des conditions de la puissance et de l’efficacité, se développe. L’exemple des campagnes à la mer (voir plus haut) a ouvert la voie. Une préparation a été soigneusement organisée par Lucien Laubier et Roger Chesselet. L’accord réunit MM. Sillard, Decomps, et Papon, respectivement PDG du Cnexo, directeur de la mission de la recherche des universités et directeur général du CNRS. Il ouvrira la voie à de nombreuses coopérations. La première, symbolique, sera le périple mondial du Navire océanique (NO) Jean Charcot, au sein duquel la mission franco-japonaise Kaïko (qui signifie fosse en japonais) pour explorer au Japon les zones profondes de pénétration de la plaque Pacifique sous le continent asiatique qui sont à l’origine de la séismicité importante de ce pays.

L’océanologie18 côtière 

  • 18 Le néologisme est récent (fin des années soixante-dix) et vise à montrer que l’océanographie attei (...)

20Un Livre bleu est proposé dès 1982 par Pierre Lasserre et Jean-Marie Martin. L’un, biologiste, l’autre géochimiste ont étudié les liens étroits et réciproques qui existent entre les êtres vivants et le milieu environnant, dans les estuaires et sur la zone côtière, ou encore dans les zones humides comme les marais. Pierre Lasserre confie : « C’est ici qu’on observe la productivité biologique la plus élevée, tandis que ces espaces sont fragiles. C’est peut-être ici que gît le principe de la vie et de sa prolifération, comme l’avaient pressenti les créateurs des stations marines en choisissant de riches écosystèmes pour les implanter… ». La notion de cycle y est fondamentale et les marqueurs plus instables que sont les organismes vivants et leur interdépendance et donc le lien entre les mécanismes internes de la cellule et le comportement des organismes vivants. De vastes perspectives de recherche sont ainsi affichées et conforteront celles du Pirocéan : dès 1981-82, par exemple les campagnes Mediprod et Phycemed en Méditerranée avaient montré les interactions entre la biomasse et la circulation océanique.

21La création des trois « Comités scientifiques de façade » date de 1982 : plutôt qu’isoler la recherche dans chaque station marine, une coopération est instaurée entre laboratoires à l’échelle française tout d’abord puis avec nos voisins européens. Trois Comités, un par grande façade maritime, se réunissent semestriellement pour étudier le plan de travail des navires côtiers et détecter ce qui peut faire programme commun. Ce dispositif est peu coûteux. Il conduira nécessairement à la naissance ultérieure d’un programme national côtier qui sera rejoint par les équipes de l’Ifremer. Il permettra, en Méditerranée, des coopérations nouvelles avec les stations de Gênes, Naples et Barcelone et sa notoriété attirera les océanographes américains vers le Mare nostrum. Ainsi progresseront, par exemple, la connaissance de la circulation ouest-méditerranéenne ; celle de l’influence qu’y exercent les fleuves côtiers de la région, sujets à des crues soudaines ; l’analyse de la couverture biologique des sols sous-marins, enfin. La Méditerranée favorise la construction de modèles, les conditions limites y étant mieux connues qu’en océan ouvert. En Manche, la coopération s’établira avec les voisins de Belgique et de Grande-Bretagne, après avoir rassemblé cinq stations et avoir suggéré une métaphore de la Manche, celle d’un fleuve s’écoulant lentement vers le Nord, perturbé par la pollution transportée par la Seine puis par le Rhin.

Le renouvellement des navires côtiers guidé par le développement technologique au service d’une vision fédérée des recherches

  • 19 Comité des recherches marines, structure informelle ayant précédé le PIRO (déjà cité)
  • 20 Les navires sont considérés comme des laboratoires en mer et les laboratoires comme des navires à (...)

22Le C.R.M19 avait constaté la vétusté de nombre des navires côtiers et prôné leur renouvellement. Un plan est dessiné pour plusieurs années. Aux vieux navires va se substituer progressivement une flottille conçue pour le recueil intégré des données. Le Service des moyens à la mer met en œuvre toutes les nouvelles fonctions de recueil du matériel et des données à la mer : positionnement par satellite ; prise des données physiques de la masse d’eau ; écho-sondage de précision pour cartographier le fond ; capacité de draguage et de carottage pour échantillonner le sédiment et, plus généralement, crée de véritables petits laboratoires chimiques et biologiques à bord20. Les navires sont de fait de véritables laboratoires en mer équipés pour mesurer et qualifier le milieu fluide aux bonnes échelles de temps et d’espace.

Côte d’AquitaineGeorges Petit21

À terre, un laboratoire commun pour l’aquaculture

23Un laboratoire commun est créé à l’Houmeau, dans un ancien couvent restauré en Charente-maritime par le CNRS et l’Ifremer, qui donnent cette fois-ci naissance à un projet durable. Il s’agit de développer l’étude fondamentale et finalisée du fonctionnement de l’écosystème marais d’eau saumâtre-marais maritimes-zone littorale avec pour objectif leur exploitation diversifiée et leur protection. Serge Maestrini, originaire d’Endoume (Marseille), en sera le premier directeur. En 2014, la station abritait une soixantaine de personnes permanentes de l’Ifremer (2/3) et du CNRS (1/3).

  • 22 United Nations Ocean Conference, 2017

24Enfin, la communication vers la société – devenue aujourd’hui une des priorités affichées par le SCOR22 – apparaît explicitement. Durant l’été 1985, une opération « Portes ouvertes » vers le grandpublic est mise en place. En France, le sud, lieu de soleil et de tourisme est mis à l’honneur par l’ouverture de trois sites : le four solaire d’Odeillo, l’observatoire de Haute-Provence et la station marine de Villefranche-sur-Mer. L’ouverture au public de cette dernière pendant l’été donne lieu à de nombreuses conférences publiques organisées par les chercheurs. Le public est au rendez-vous dans le magnifique bâtiment qui abrita autrefois les galères du Roi.

Les campagnes à la mer

25Dans le domaine des campagnes à la mer , la coopération entre disciplines s’avère riche : de nombreuses campagnes sont realisées comme Balgim, Écomarge, Biocal, Fluxatlante, Sinode, dans le domaine côtier comme dans le hauturier. Chacune va mettre un peu plus en évidence les liens entre composants du milieu marin (socle et circulation du fluide, composition chimique et milieu vivant, interaction avec l’atmosphère, en Méditerranée comme dans les autres régions).

26À l’international, des actions toujours partagées : lorsque l’intérêt de coopérer est fort, on débouche sur des programmes internationaux comme celui des forages profonds qui en est un très bon exemple. Depuis 1974, le programme International Programme for Ocean Drilling (IPOD) a réalisé un millier de forages de la croûte terrestre sous-marine, permettant de lire l’histoire de l’océan et de reconstruire celle de la terre depuis plus de 200 millions d’années. Comme le souligne Yves Lancelot, c’est une organisation intégrée depuis les campagnes en mer jusqu’à la publication. Et elle est moins coûteuse parce qu’elle permet de bénéficier d’un effet d’échelle évident, en finançant des instruments qui autrement ne pourraient pas exister. L’empreinte d’IPOD sur la connaissance est inégalable.

Et des coopérations au fil de l’eau

27Cependant la dimension mondiale de la recherche océanographique conduit à multiplier la participation des chercheurs français comme chercheurs invités sur des navires étrangers, ou à des campagnes communes entre pays. Trois exemples illustrent bien cette tendance :

Point triple des Galapagos

28Le point triple des Galapagos, voisin de l’Ile de Pâques, est un point remarquable de la croûte terrestre parce qu’il est le lieu où trois plaques s’affrontent (Nazca, Cocos, Pacifique). C’est à proximité que l’on a découvert l’activité hydrothermale. Il est donc resté une zone de curiosité forte, propice à la biogéochimie. Or la NSF. (National Science Foundation) a affrété une campagne pilotée par Harmon Craig, géochimiste de l’Académie des sciences américaine, réputée pour son dynamisme, sur un navire hauturier dont l’accès reste ouvert à d’autres équipes. Mais cet accès est payant. Une somme importante (300 000 francs en 1984) est nécessaire à Jean Francheteau, chercheur au Centre océanologique de Bretagne (Ifremer) qui souhaite un embarquement, mais ses crédits de laboratoire sont insuffisants. Double problème car, dans les règles de notre pays, l’équité doit être partout respectée en matière d’embarquement sur les navires français : or cette opération est exceptionnelle. Par ailleurs, le budget n’a pas été prévu au Pirocéan. Des garanties sur la valeur scientifique du projet sont donc prises auprès du Conseil scientifique – une évaluation négative vaudrait refus – et le budget légèrement remanié ; l’opération devient alors possible. Le fait d’avoir adapté des règles cartésiennes constitue un motif de fierté qui a profité à la science, et non l’inverse.

Les zones polaires

29Jean-Claude Gascard, physicien au laboratoire d’océanographie physique du MNHN s’intéresse aux zones polaires, parce qu’elles sont des lieux de plongée rapide des eaux froides vers les zones profondes de l’océan. Il veut contribuer à modéliser la circulation dans ces zones, en étudiant les turbulences et la dissipation de l’énergie, partout présentes dans le fluide. Il faut aussi étudier la glace de mer qui joue un rôle éminent dans les échanges thermiques à la surface du globe (albedo). Cette recherche de terrain est rendue difficile par les conditions météo locales et par l’inexistence de satellites. La France ne dispose pas de navire polaire comme l’Allemagne ou le Canada. J-C. Gascard reçoit une offre d’embarquer dans l’Arctique sur le navire brise-glace allemand Polarstern. À nouveau, il faut trouver les ressources. Elles seront de même fournies par le Pirocéan. De ce fait, une collaboration durable – et européenne – s’établira autour d’une pièce du puzzle climatique, et permettra à un jeune chercheur d’y trouver durablement sa place.

Les grands fleuves chinois : le Yang Tse Kiang

30Jean-Marie Martin a acquis une forte expérience des estuaires, de la Loire à l’Orénoque, comme zones de mélange par excellence, elles se prêtent parfaitement à la biogéochimie et à la physique combinées, faisant appel à la chimie fine des particules (dissoutes, adsorbées…) comme à une connaissance physique de la circulation des eaux et à la connaissance de leur biomasse. L’impact sur la nature et le degré des pollutions qui l’affectent est évident. Or la Chine envisage, dans les années quatre-vingt, d’installer un grand barrage sur le Yang Tse Kiang pour réguler les débordements du fleuve, le « recirculer » partiellement pour irriguer la Chine centrale, pauvre en sols agricoles et à produire de l’électricité. Le « fleuve jaune » charrie des quantités très importantes de sédiments depuis l’Himalaya, ce qui provoque sa coloration. Mais un tel ouvrage peut perturber fortement cet écoulement naturel, jusque et y compris en Mer de Chine. J-M. Martin, informé, débute la discussion avec les autorités chinoises (à Shanghaï et à Pékin). Ainsi se développera, en Chine, une coopération franco-chinoise qui caractérisera les flux particulaires dans l’estuaire (1986-1988). Officiellement il s’agit aussi d’évaluer le développement de l’aquaculture en Mer de Chine en mesurant le potentiel nutritif fourni par le fleuve, après son estuaire près de Shanghaï. Ce large estuaire d’une dizaine de kilomètres nécessite de mobiliser nombre de bateaux en simultané. Ayant le plaisir de participer à la première étape au nom du CNRS je découvrirai ainsi la Chine. C’est une époque où le développement du pays, initié par Deng Xiao Ping en 1978, est encore très récent. Dès sa descente de l’avion, le visiteur découvre donc une nation communiste classique, ressent sa fierté réincarnée dans une idéologie syncrétique du taoisme et un immense goût pour le développement. La prédiction d’Alain Peyrefitte, « Quand la Chine s’éveillera », galope déjà.

La dimension européenne émergente

31On sait combien la recherche des États-Unis était attractive pour toute une génération de chercheurs européens. Il y a aussi place, en France, pour de nombreuses collaborations bilatérales élargissant l’observation et la connaissance des océans avec les moyens d’une Europe reconstruite. Le périple autour du monde du N.O Charcot en est l’un des grands projets fédérateurs. De 1983 à 1987, plutôt que revenir au port de Brest régulièrement, il est décidé d’enchaîner les campagnes, ce qui demande un effort logistique sans précédent à l’Ifremer. Une moisson de publications et de découvertes en résultera. Parallèlement, l’idée fait son chemin que le « programme-cadre pour des activités communautaires de recherche, de développement et de démonstration », mis en place en 1984 après une résolution du Conseil européen de 1983, sert de cadre pour une recherche encore plus intégrée. Il sera procédé par appels d’offres. Le mécanisme est très nouveau pour la communauté CNRS-universités, plus habituée aux réunions nationales. Si les outils COST ont permis l’émergence de réseaux dans le domaine côtier, il faut par exemple inter-calibrer les mesures pour rendre l’analyse comparable. Ainsi se conforteront les nouvelles approches considérant la Manche comme un « grand fleuve côtier », dont la circulation de la Bretagne aux pays nordiques et à l’Écosse voit se dissiper les méandres du Gulf Stream. Une réunion d’information des directeurs des unités de recherche se tient à l’Inag, de façon à informer les chercheurs et accélérer la préparation des propositions. Les réseaux déjà construits joueront un rôle clé dans l’élaboration des premières propositions. Quelques années plus tard naîtra l’espoir d’une agence océanographique européenne pour gérer des navires européens ; mais elle ne se concrétisera pas : les pays et leurs institutions sont moins internationalistes que les scientifiques et, faisant preuve d’un certain aveuglement, ne tirent pas les leçons des domaines spatial et aéronautique. Aujourd’hui, l’Europe océanographique reste encore à construire.

L’océanographie spatiale23

  • 23 Cette coopération est menée en commun par le CNRS, le Cnes et l’Ifremer.
  • 24 Professeur au Collège de France, chaire (temporaire) développement durable-environnement.
  • 25 Avec une précision de mesure de la hauteur de l’océan inférieure à 10 cm, ce qui permet, outre la (...)

32« C’est une aventure qui a commencé il y a plus de trente ans entre les géodésiens du GRGS – organisme de recherche créé par le C.N.E.S. au début des années soixante-dix – et une poignée d’océanographes visionnaires entrevoyant ce que l’espace pouvait apporter à la connaissance de l’océan, ce milieu alors très mal connu et couvrant pourtant 70 % de la surface de notre planète. » note Anny Cazenave24. En 1981 un projet Poseidon d’altimètre embarqué sur un satellite Spot était proposé par le groupe de scientifiques mené par Michel Lefebvre … Ce fut le début de l’aventure française à laquelle se sont très vite joints les Américains car ils avaient lancé le satellite altimétrique Seasat en 1978, mais malheureusement celui-ci avait eu une durée de vie écourtée de seulement trois mois. C’est comme cela qu’est née la première mission altimétrique25 franco-américaine Topex/Poseidon, lancée finalement en 1992 après bien des péripéties. À l’époque (1980-86), les gains potentiels du projet sont déjà bien compris pour la circulation océanique mondiale et quelques autres sujets liés à la prévision du climat. Mais le projet présente une telle nouveauté qu’il devra franchir de nombreux obstacles pour s’imposer face au septicisme ambiant.

33Le Pirocéan apportera un appui sans faille, souvent indirect et modeste financièrement, à cette opération finalement portée par le Cnes. Il interviendra notamment en favorisant les contacts entre chercheurs français et américains impliqués, en faisant du développement de l’océanographie spatiale une priorité stratégique du CNRS, assurant ainsi le Cnes de toute sa coopération.

34Jean-François Minster, alors jeune chercheur à l’Institut de géophysique du globe de Paris et son équipe – notamment Catherine Jeandel – sont physiciens et géochimistes. Ils parient sur les satellites. Leur enthousiasme conduira, sur la proposition de Michel Lefebvre, à l’installation d’un nouveau laboratoire, le LEGOS (Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiale), à Toulouse dans le voisinage de l’équipe de géodésie. Ainsi se prépare-t-on à nourrir les calculateurs et les modèles des grands programmes du climat et de l’environnement comme WOCE.

Les sciences sociales et humaines

  • 26 Entretien avec Zaher Massoud.

35Le besoin de comprendre l’impact des transformations subies par le milieu océanique sous l’action humaine et réciproquement leur influence sur l’Homme est fort, particulièrement sur le milieu côtier où les ineractions sont plus denses apparaît. Mais les spécialistes marins (de la géographie, de l’ethnologie, de l’anthropologie, du droit, etc.) sont peu nombreux et ne constituent pas une communauté. L’étude des milieux littoraux26 quant à eux mobilise quelques spécialistes du « maritime » au CNRS, à l’EHESS, au MNHN et à l’université.

  • 27 Parmi de nombreuses publications, auteur de « Les marins-pêcheurs en quête de dignité », revue Espr (...)
  • 28 La 3e conférence des Nations unies sur le droit de la mer s'est réunie pour la première fois à New (...)

36Plusieurs projets sont alors lancés par appel d’offres, comme celui de la Baie de Bourgneuf par Jean Chaussade27, ou encore celui de Cahiers d’anthropologie maritime, par Aliette Geistdorfer. Le droit n’est pas absent, avec la convention du droit de la mer au début des années quatre-vingt (voir l’annuaire Espaces et ressources maritimes, dirigé par Alain Piquemal, professeur à l’université de Nice, et soutenu par R-J. Dupuy, professeur au Collège de France). Le régime juridique des coopérations maritimes subit en effet une mutation importante : l’invention de la limite des 200 miles par la conférence spéciale de l’ONU28 (ZEE : zone économique exclusive), en 1982. Le Pirocéan œuvre avec Mme Marie Annick Martin-Sané, ministre plénipotentiaire. La ZEE recouvre pour la France 11 millions de km2, dont la moitié outre-mer, ce qui en fait la seconde zone maritime mondiale derrière les États-Unis. De nombreuses campagnes océanographiques s’y déroulent.

37En sciences humaines et sociales, l’action du Pirocéan a été de repérer les chercheurs et de leur demander de formuler les projets, dans un champ de recherche où le financement est rare.

L’intégration dans l’Insu (1986)

38La visibilité des actions du Pirocéan n’est pas sans susciter l’étonnement de communautés plus anciennes et plus organisées comme celle de la géophysique. De plus, les visées interdisciplinaires soutenues par le Pirocéan se doublent d’une volonté de coopération des institutions. C’est sans doute « un peu trop » dans un CNRS et dans un Inag un peu conservateurs.

  • 29 Rapport dit Perrier.

39Le ministre commande un rapport d’expertise29 ; il recommande que, pour signifier ce changement de géométrie et plutôt que de prolonger l’organisation adoptée en 1980, les activités relevant de grands programmes, notamment pour le climat et l’océan soient versées à l’Insu qui depuis sa création par décret le 13 février 1985, a succédé à l’Inag.

  • 30 Conçue comme une coopération active mettant en œuvre une vision simultanée des façettes du miieu o (...)
  • 31 Extrait du rapport au CA du CNRS.

40Cette transformation suscite de nombreuses discussions sur la façon d’intégrer la dimension biologique, qui relève d’une problématique aux bases disciplinaires distinctes de celles de la (géo)physique et d’un autre département du CNRS, celui des sciences de la vie. Les discussions dureront plus d’un an, tant la question posée – de nature institutionnelle – mais aussi et d’abord de nature scientifique et épistémologique n’a pas de solution évidente. Réduire la vision prônée par le Pirocéan à un ensemble de programmes de géophysique serait envisageable, mais tout simplement faux : comment expliquer l’histoire de la terre sans l’apparition de la vie et son développement ? Comment gagner sur un front – celui des géophysiciens – et ne pas perdre sur un autre – celui d’une connaissance plus large incluant la biologie ? Comment, symétriquement, laisser les stations marines dans le seul contexte de la biologie, alors que le vivant est aussi caractérisé par son adaptation continue à l’environnement physique ? L’interdisciplinarité30 était apparue comme une réponse pertinente à ce questionnement scientifique large. Elle l’est encore. « Le Pirocéan a été l’un des acteurs infatigables de cette vision de la recherche, il a par la promotion de l’interdisciplinarité catalysé de nouvelles recherches. Son mandat initial était de restructurer les stations marines, de développer des programmes fédérateurs, d’être l’interlocuteur du Cnexo, de développer une prospective ».31 Ce point de vue, l’intégration des disciplines dans les programmes, sera défendu personnellement par R. Chesselet, un géochimiste qui considère le vivant comme un élément, certes distinct, mais entièrement constitutif de l’histoire de notre planète.

41Après un long débat sur la coopération entre biologie et autres sciences, l’insertion du Pirocéan dans l’Insu parvient à un compromis : l’océanographie demande à la fois des programmes « lourds », qui se trouveront intégrés à cet institut et une prise en compte de l’interdisciplinarité, et donc l’apport des sciences biologiques. Le ministre lui-même, M. Hubert Curien, a dû intervenir pour l’obtenir et s’opposer à quelque manœuvre passagère de Claude Allègre, dont la vision scientifique excluait la biosphère.

42Mais la suppression du Pirocéan se fait alors que les problèmes scientifiques ne sont pas encore résolus, en raison de l’échelle de temps longue nécessaire à leur solution. Les regrets des nombreux chercheurs impliqués ne suffiront cependant pas à infléchir les modifications engagées.

  • 32 Entretien avec Pierre Papon.
  • 33 Selon Françoise Gaill, première directrice de l’INEE (Institut écologie et environnement du CNRS).

43Le projet est présenté par deux fois au Conseil d’administration du CNRS. In fine il sera validé par celui du 10 avril 198632 qui affirme, malgré les obstacles rencontrés, l’interdisciplinarité comme un point fort de la politique scientifique de l’Organisme. Turbulences autour de l’océanographie, et de son influence ? Impossibilité d’imaginer une structure complexe pour répondre à la nature philosophique et scientifique de cette recherche ? Les questions sont encore ouvertes à la date de publication de cet article33.

Enseignements du Pirocéan

44Ils sont au nombre de trois : la nature interdisciplinaire de la recherche du milieu observé, la nécessité de vastes ensembles, l’importance de l’implication dans de nouvelles activités applicatives.

Interdisciplinarité

45Les développements de l’océanographie en cette fin de XXe siècle ont pu survenir avec l’émergence puis l’adoption par les scientifiques d’une approche simultanément disciplinaire et interdisciplinaire, toujours fragile parce que risquée. Elle fait encore débat.

  • 34 Conjectures et réfutations, Sir Karl Popper, 1963.

46Embrasser n’est-ce pas comprendre ? C’est-à-dire aussi dépasser les disciplines. Il est vrai que les structures, à l’université et au CNRS, suivent une logique quasi disciplinaire qui joue un rôle majeur car elle définit à la fois la formation intellectuelle initiale, le recrutement, les carrières et l’évaluation de chercheurs. Or les stratégies sont toujours portées et réalisées par des structures. C’est donc un combat permanent que de soutenir les disciplines et la coopération interdisciplinaire. Tantôt, les unes permettent la découverte, et tantôt, selon les époques, la coopération fertilisante entre disciplines favorise l’émergence de nouveaux paradigmes. En prônant l’interdisciplinarité, le CNRS en avait fait aussi un principe d’organisation de recherche fondamentale, un principe de brassage organisé audacieux. L’océanographie s’y prêtait bien, comme une enquête policière à long terme bien organisée qui laisse décanter progressivement les bons indices, et fait sienne une vue d’ensemble encore émergente qui, à son tour, devient alors ce qu’il faut critiquer, réfuter et reconstruire34 : « …la science implique deux bases de départ : des mythes nouveaux et une tradition nouvelle qui consiste à transformer les mythes en les critiquant… ».

47Dans un orgue, chaque tuyau produit une note ou son harmonique. Mais en l’absence des mélodies, des rythmes et sans les nuances de l’interprétation, fait-on vraiment face à une composition intelligible ?

Grands programmes

  • 35 « The evolution of physical oceanography in the last hundred years », Walter Munk, Scripps Institu (...)

48Les résultats sont heureusement là : Walter Munk35 par exemple a souligné en 2002 combien les cent dernières années ont vu une révolution dans notre compréhension des processus océaniques : « Les développements technologiques ont généralement conduit… à des idées nouvelles. L’avènement de la télédétection par satellite a permis un échantillonnage global avec une densité spatiale adéquate (deux réalisations très différentes, qui ont entraîné d’énormes conséquences). Les ordinateurs ont permis à temps une réduction de très larges bases de données d’observations disparates à des affichages digestes, incluant aussi des estimations sensées des incertitudes des champs mesurés. Tous ces développements s’appuient sur un siècle de transition entre un échantillonnage grossièrement inadéquat lors d’expéditions à la reconnaissance d’une stratégie rationnelle d’échantillonnage. Ces efforts ont conduit à de nombreuses découvertes scientifiques : on a découvert que, tout comme l’atmosphère, l’océan est turbulent et que les grands courants océaniques sont faits de tourbillons qui transportent 90 % de l’énergie cinétique de la circulation. On a découvert que l’océan joue un rôle majeur dans le système climatique en stockant plus de 90 % de la chaleur liée aux émissions de gaz à effet de serre ; en recherchant la précision ultime du système altimétrique, on a pu mesurer pour la première fois de façon vraiment globale la hausse du niveau de la mer due au réchauffement climatique et découvert que cette hausse est loin d’être uniforme : dans certaines régions la mer monte 3 à 4 fois plus vite que la moyenne ».

Une vue esthétique et cependant réelle du mouvement océanique

L’océanographie opérationnelle

49C’est à l’initiative de Michel Lefebvre et de Jean-François Minster que commence l’opération, en 1995 : une trentaine d’océanographes rassemblent les pièces du puzzle : un océan sous observation continue des satellites altimétriques Topex/Poseidon et ERS (européen) ; des équipes de recherche à la pointe en matière de modélisation et d’assimilation, des premières maquettes de systèmes de prévision, une mosaïque de compétences au sein des organismes publics français… et une ambition commune jusque là inaccessible se déploie : décrire et prévoir l’océan de façon opérationnelle, comme la météorologie décrit l’atmosphère et en prévoit le comportement.

50Il s’agit, sous un nom rendant hommage au géographe flamand Mercator, de faire commerce des données issues de l’observation et de la mesure des océans. Le 17 janvier 2001, le premier bulletin Mercator sort de la chaîne de production. L’idée d’une océanographie opérationnelle servant les utilisateurs en temps réel s’affiche au grand jour : 800 cartes par semaine sur Internet décrivant, de la surface au fond et avec quinze jours d’avance, les courants, la température et la salinité de l’Atlantique Nord et équatorial. En 2013, le modèle global au 1/12e a été mis en ligne et a fourni des prévisions quotidiennes sur l’ensemble des océans du globe, tandis que 43 services sur mesure étaient disponibles. Les clients se répartissent en 2012 entre l’université, les entreprises privées et le service public, pour un total de près de 2 000 utilisateurs. Mercator, après s’être construit comme une « preuve de concept », est alors probablement devenu une société au long cours.

Questions auxquelles les océanographes restent attachés

  • 36 Quand l’océan se fâche, J-C. Duplessy, Odile Jacob, Paris, 1996, 288 p.
  • 37 suggéré par Pierre Papon, dans l’ouvrage éponyme.

51Elles sont restées semblables à celles des années soixante-dix. Ainsi peut-on découvrir, dans les Cahiers prospective du dernier né des instituts du CNRS, l’INEE, les « piliers » suivants : « Les biodiversités et leurs dynamiques ; diversité et dynamique des écosystèmes marins ; socio-écosystèmes en domaine marin ; contextes remarquables. Autant de préoccupations toujours présentes depuis des décennies. Elles visent toutes à comprendre l’équilibre menacé de l’océan grâce à de très nombreuses observations. Plusieurs problèmes restent encore mal compris : déchets, acidification, effets du réchauffement, mais aussi turbulences, cyclones, comportement des éléments chimiques et des particules en suspension, énorme quantité d’espèces et leur fonctionnement, etc. La dimension des questions posées appelle aujourd’hui à la spécialisation et à la coopération, mais plus encore à un intérêt renouvelé pour la compréhension profonde de l’océan ». Le physicien et géochimiste Jean-Claude Duplessy36, le formule ainsi lorsqu’il rappelle, dans la trace de Broecker, que « Les retournements du climat dans l’histoire ont été extrêment rapides, et que nous vivons actuellement un changement climatique qui nous réserve peut-être quelques surprises » . Pourquoi ne pas considérer, au terme d’une brève évocation de quelques années d’histoire – depuis les années soixante-dix – que ce sixième continent37 appelle encore toute notre attention. C’est une nouvelle frontière que nous sommes toujours appelés à mieux connaître. Rien de vraiment nouveau dans la recherche océanographique ? Sinon que les efforts de ses pionniers au XIXe et au XXe ont renouvelé l’horizon de la recherche contemporaine. Revenons à l’imagination évocatrice de Jules Michelet, source d’interdisciplinarité :

  • 38 In La Mer, Jules Michelet, Gallimard, collection Folio, Paris, réédition 1983, 416 p.

52« … L’Océan est une voix. Il parle aux astres lointains, répond à leur mouvement dans sa langue grave et solennelle. Il parle à la terre, au rivage, d’un accent pathétique, dialogue avec leurs échos ; plaintif, menaçant tour à tour, il gronde ou soupire. Il s’adresse à l’homme surtout. Comme il est le creuset fécond où la création commença et continue dans sa puissance, il en a la vivante éloquence ; c’est la vie qui parle à la vie. Les êtres qui, par millions, milliards, naissent de lui, ce sont ses paroles. La mer de lait dont ils sortent, la féconde gelée marine, avant même de s’organiser, blanche, écumante, elle parle. Tout cela ensemble, mêlé, c’est la grande voix de l’Océan. Que dit-il ? Il dit la vie, la métamorphose éternelle. Il dit l’existence fluide38. ».

53Peut-être serions moins lyriques de nos jours, mais dirions seulement que l’océan est un composant majeur de l’équilibre de notre planète !

Haut de page

Notes

1 Source wikipedia/2013. On affirme parfois qu’il fut utilisé dans un congrès en 1854.

2 Dans son ouvrage Thesaurus geographicus.

3 Lamont Doherty Geological Service, près de New York.

4 Xavier Le Pichon, Kaiko, voyage aux extrémités de la mer, Odile Jacob, Paris, 1986, 246 p.

5 Thermohaline : relative à la température et à la salinité.

6 Broecker, W.S. « Climatic change; are we on the brink of a pronounced global warming? », Science, vol. 189, n° 4201, p 460-463, 8 Aug. 1975.

7 C’est à l’occasion d’un programme commun entre atmosphériciens et océanographes, le Global Atmospheric Research Programme organisé par l’OMM (Organisation météorologique mondiale) et le CIUS (Conseil international des unions scientifiques) que se tint une expérience, dès 1974, dans l’Atlantique tropical, le GARP Atlantic Tropical Experiment. Trente navires furent rassemblés sur zone, là où s’opéraient des transferts énergétiques intenses. Les expériences ultérieures seront définies dans le cadre du PMRC, Programme mondial de recherche sur le climat, qui intégrera les composantes de l’océan et celles de l’atmosphère dans la modélisation globale. Voir Jacques Merle, Océan et climat, IRD Éditions, Bondy, 2006, p.35.

8 Ibid.

9 Grâce à une dizaine de modèles à l’échelle de quelques mois.

10 Hors postes et salaires, ce qui représente un budget d’environ 20 millions de francs

11 Soutenu par Henry Stommel, un scientifique particulièrement imaginatif de WHOI (Woods Hole Oceanographic Institution) qui suggéra le programme GEOSECS (Geochemical Ocean Section Study), destiné à collecter des données physico-chimiques coordonnées à même de délimiter les mélanges dus à la circulation de l’ocean mondial.

12 Scientific Committee for Ocean research, membre de l’ICSU, aujourd’hui, Conseil international de la recherche, créé en 1931.

13 Coût-cible : estimation des moyens nécessaires à un chercheur pour ses activités annuelles, obtenue par échantillonnage des données des laboratoires ayant une réputation scientifique internationale et une dotation financière suffisante, ni haute ni basse. Le coût-cible est considéré comme un optimum dans une discipline donnée. La notion de coût-cible est dérivée de celle des coûts standards en comptabilité.

14 Les autres ressources (salaires, commissions d’évaluation des chercheurs) ont été maintenues sous la responsabilité du CNRS, du Cnexo et des TAAF (Terres australes et antarctiques françaises). Elles sont au Cnes pour la partie spatiale, d’un autre ordre de grandeur. Au CNRS, il s’agit du département-frère, Terre-ocean-atmosphere-espace (TOAE), du département des sciences de la vie essentiellement, et du département sciences humaines et sociales. Ces derniers continuent notamment à gérer les carrières des chercheurs. À travers l’Inag (Institut national d’astronomie et de géophysique) continuent également d’être gérés les grands programmes internationaux, la plupart comportant de très grands instruments, en géophysique et en astronomie. Parallèlement, la gestion des navires hauturiers reste attachée au Cnexo-Ifremer, ainsi que les centres de Brest-Plouzané pour la recherche et la technologie et de Toulon, qui aura plus tard la responsabilité de la soucoupe 6 000m. Enfin, les TAAF arment le Marion-Dufresne qui relie Marseille aux Iles Crozet sur son parcours saisonnier vers la Terre-Adélie. Le Pirocéan se consacre, parmi ces grandes institutions, à l’interdisciplinarité.

15 IR : ingénieur de recherche

16 Après un coup d’éclat contre l’occupant allemand à Bruxelles, le lycéen Chesselet a fui par les Pyrénées, vers la Grande-Bretagne, où il a été incorporé très jeune aux troupes d’élite, avant de débarquer en Normandie en 1944, le 2 juin, puis d’avancer jusqu’aux Ardennes avec les troupes de libération, où il a été blessé. Il a ensuite poursuivi des études scientifiques, et fréquenté le milieu artistique de l’après-guerre, comme collaborateur du mime Marceau.

17 Interview de Jean-Marie Martin, DR CNRS.

18 Le néologisme est récent (fin des années soixante-dix) et vise à montrer que l’océanographie atteint le statut d’une science. Il ne sera adopté que très partiellement par la communauté.

19 Comité des recherches marines, structure informelle ayant précédé le PIRO (déjà cité)

20 Les navires sont considérés comme des laboratoires en mer et les laboratoires comme des navires à terre.

21 40% de l’investissement a été apporté par la région Languedoc-Roussillon et les départements côtiers (Aude, Hérault, Pyrénées-Orientales) sur un total de 5,5 MF. La Méditerranée occidentale présente de nombreuses caractéristiques qui conduisent à des recherches intenses : sédimentation et circulation des eaux, conditions de vie des animaux benthiques et pélagiques, relation mer-lagune.

22 United Nations Ocean Conference, 2017

23 Cette coopération est menée en commun par le CNRS, le Cnes et l’Ifremer.

24 Professeur au Collège de France, chaire (temporaire) développement durable-environnement.

25 Avec une précision de mesure de la hauteur de l’océan inférieure à 10 cm, ce qui permet, outre la correction géodésique, de connaître la forme de la croûte, la hauteur d’eau, la houle,…

26 Entretien avec Zaher Massoud.

27 Parmi de nombreuses publications, auteur de « Les marins-pêcheurs en quête de dignité », revue Esprit, Paris, n°54, juin 1981, p.173-174.

28 La 3e conférence des Nations unies sur le droit de la mer s'est réunie pour la première fois à New York en décembre 1973. Ses travaux se sont achevés à Montego Bay (Jamaïque) par la signature le 10 décembre 1982 de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM). Cette convention est entrée en vigueur le 16 novembre 1994, après ratification du 60e État. La Communauté européenne ratifie la Convention en 1998. Les États-Unis ne l’ont pas ratifiée.

29 Rapport dit Perrier.

30 Conçue comme une coopération active mettant en œuvre une vision simultanée des façettes du miieu ocanique et de leur approche scientifique, et non simplement comme un ensemble d’approches parallèles et détachées l’une de l’autre.

31 Extrait du rapport au CA du CNRS.

32 Entretien avec Pierre Papon.

33 Selon Françoise Gaill, première directrice de l’INEE (Institut écologie et environnement du CNRS).

34 Conjectures et réfutations, Sir Karl Popper, 1963.

35 « The evolution of physical oceanography in the last hundred years », Walter Munk, Scripps Institution of Oceanography, La Jolla, California, USA, in Oceanography, Vol 15, N° 1/2002, p. 135, 141.

36 Quand l’océan se fâche, J-C. Duplessy, Odile Jacob, Paris, 1996, 288 p.

37 suggéré par Pierre Papon, dans l’ouvrage éponyme.

38 In La Mer, Jules Michelet, Gallimard, collection Folio, Paris, réédition 1983, 416 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Alix, « Le Pirocéan (1980-1986), un véritable incubateur de projets in-terdisciplinaires », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VI-N°2 | 2017, 182-195.

Référence électronique

Jean-Pierre Alix, « Le Pirocéan (1980-1986), un véritable incubateur de projets in-terdisciplinaires », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI-N°2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1685 ; DOI : 10.4000/hrc.1685

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Alix

Diplômé d’HEC, J-P. Alix rejoint le Pirocéan en 1980. Puis, après deux ans auprès du ministre de l’Éducation, il gagne la Cité des sciences et de l’industrie et revient au CNRS, pour explorer les questions science-société. Aujourd’hui, ses sujets de prédilection sont la responsabilité et l’intégrité scientifiques.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals