Navigation – Plan du site
Dossier : regards historiques sur la recherche agronomique française de la seconde moitié du XXe siècle
Varia

Radioscoper une discipline grâce à son répertoire professionnel

Aux chercheurs désireux de comprendre et d’analyser l’histoire d’une discipline, cet article montre l’intérêt d’étudier une source originale : le répertoire professionnel. De sa prise en main jusqu’à son exploitation, toutes les étapes sont développées à l’aide d’un cas concret.
How to Analyse a Discipline Using its Professional Directory. The Importance of Professional Directories when Analysing a Discipline
Sylvain Cuyala et Hadrien Commenges
p. 196-208

Résumés

Les études qui s’intéressent à la structuration des disciplines mobilisent une grande diversité de sources et de méthodes. Malgré cette diversité, il existe une source largement inexploitée alors qu’elle est disponible dans de nombreuses disciplines : le répertoire professionnel. Cet article propose une méthode d’exploitation des répertoires professionnels pour étudier les disciplines de manière systématique, à la fois dans le temps et dans l’espace. Pas à pas sont expliquées les étapes mises en place pour extraire l’information du bottin, pour produire une information de cadrage, pour explorer certains aspects de la structure des disciplines et de leur organisation spatiale. Enfin, ce parcours méthodologique est illustré par un exemple d’application et des pistes sont proposées pour l’articulation de cette méthode avec l’analyse d’un corpus d’entretiens.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis la fin des années trente, et les premiers travaux de Robert K. Merton, plusieurs disciplines, courants disciplinaires et mouvements interdisciplinaires ont cherché à saisir les dynamiques à l’œuvre dans le champ scientifique : sociologie des sciences, sociologie de la connaissance, études sur la science (Science Studies), STS (sciences, technologie et société) ou encore géographie de la science. Les années 1960-1970 ont d’ailleurs vu la publication d’un ensemble de travaux étudiant la naissance de disciplines scientifiques ou plutôt de spécialités ou de sous-disciplines, surtout dans le cadre des sciences dites « dures ». L’un des ouvrages emblématiques de cette direction de recherche est Perspectives on the Emergence of Scientific Disciplines, paru en 1976 sous la direction de G. Lemaine, R. McLeod, M. Mulkay et P. Weingart, qui s’interroge sur les conditions cognitives et sociales de l’émergence (Dubois, 1999, p. 50).

2Dans cette riche littérature, certains travaux s’intéressent à la structuration des disciplines à travers l’avènement de courants, de mouvements ou de sous-champs disciplinaires (Becher, 1981 ; Harvey, 1987 ; Ritzer, 1988 ; Zhao, 1993 ; Becher et Trowler, 2001 ; Frickel et Gross, 2005 ; Berthelot, Martin et Collinet, 2005 ; Roth, 2008 ; Auteurs, 2014). Les sources et méthodes utilisées pour de telles investigations sont diverses. Elles vont de la constitution de corpus d’entretiens à l’exploitation de données bibliométriques. Malgré cette grande diversité, il existe une source largement inexploitée alors qu’elle est disponible dans de nombreuses disciplines : le répertoire professionnel mis à jour régulièrement.

3Cet article propose une méthode d’exploitation des répertoires professionnels pour étudier les disciplines de manière systématique, à la fois dans le temps et dans l’espace. Cette méthode peut être mobilisée dans plusieurs types d’approches : par exemple pour caractériser un mouvement, un courant ou une spécialité disciplinaire particulière ou encore pour étudier la spatialisation de la discipline dans son ensemble. Ce travail n’aborde pas les théories et les concepts des études sur la science. Il se focalise sur l’exploitation des répertoires qui consignent une information sommaire mais systématique sur les personnes répertoriées et sur leurs thèmes de recherche. Pas à pas sont expliquées les étapes mises en place pour extraire les données du répertoire, pour produire une information de cadrage, pour explorer certains aspects de la structure des disciplines et de leur organisation spatiale. Enfin, ce parcours méthodologique est illustré par un exemple d’application, celui d’un mouvement scientifique intitulé « géographie théorique et quantitative » ou GTQ (Auteurs, 2014), saisi à travers le Répertoire des géographes français. L’exemple présenté s’intéresse à ce mouvement de la GTQ au sein de la géographie française, mouvement qui modifie le champ disciplinaire, prenant position non seulement sur le contenu scientifique de la discipline, mais aussi dans son espace politique et institutionnel (Bourdieu, 1997 ; Frickel et Gross, 2005).

Faiblesse et richesse du répertoire

4Plusieurs disciplines de sciences humaines et sociales (SHS) disposent de sources archivistiques de ce type : le Répertoire français des sociologues, le Répertoire des géographes français ou encore le Répertoire des historiens français pour la période moderne et contemporaine. Dans le cadre académique, ce type de source consiste en une collection de notices correspondant à des individus. Ces notices contiennent une information sur les nom et prénom de la personne ; sur son université et/ou laboratoire de rattachement ; sur ses thèmes de recherche déclarés ou encore sur ses publications. Ces notices sont parfois assorties d’index de thèmes de recherche, d’index d’universités ou laboratoires ou encore d’index de lieux. Le parcours méthodologique présenté ici s’applique au Répertoire des géographes français, mais il est suffisamment générique pour pouvoir s’appliquer à d’autres sources archivistiques du même type.

Le répertoire comme moyen de liaison

  • 1 Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique.

5Le Répertoire des géographes français est édité, depuis 1969, par le laboratoire Intergéo du CNRS, devenu, depuis 1996, le centre de documentation de l’Unité mixte de recherche (UMR) Prodig1. Ce laboratoire de service prenait en charge ou coordonnait les efforts de documentation et d’information scientifique en géographie et en cartographie, à travers plusieurs dispositifs de documentation, en particulier Intergéo bulletin. Avec ses enquêtes annuelles auprès de tous les départements de géographie, Intergéo bulletin est l’organe de liaison des géographes de 1960 à 1990. Il contient des rubriques régulières qui recensent les enseignements de géographie dans les différentes facultés françaises, avec leur intitulé, leur volume horaire et les enseignants responsables. Intergéo bulletin recense aussi les titres et les résumés des maîtrises et des thèses.

6Ce travail de documentation est dirigé par Jean Dresch, le créateur et premier directeur de ce laboratoire de service du CNRS. Celui-ci était « dans les années 1960 l’un des principaux patrons de la géographie française, directeur de l’Institut de géographie de Paris et du Centre de documentation cartographique et géographique (CRDCG), président du Comité national français de géographie, président de la section de géographie du CNRS entre 1965 et 1969 [ou encore] co-directeur des Annales de géographie ». (Orain, 2015 : 211). Jean Dresch présente ainsi cette ressource documentaire, ses intérêts et ses limites dans un contexte d’élargissement du monde académique :

7« Les géographes français augmentent en nombre. Malgré des colloques ou congrès plus fréquents, les progrès d’une documentation et de moyens de liaison divers, ils se connaissent mal, même d’une université à l’autre. Ils ne savent pas avec précision quels sont leurs travaux, leurs orientations. Des recherches se chevauchent. Du moins conviendrait-il de les coordonner ou de confronter les méthodes. On pourrait plus aisément éviter une dispersion regrettable de travaux qui, entrepris dans un esprit et avec des conceptions souvent différentes, ne permettent pas toujours les comparaisons nécessaires, la convergence et l’harmonisation de moyens toujours déficients. C’est pourquoi Intergéo, dont la raison d’être est précisément d’assurer toute liaison utile, a entrepris de dresser une liste des géographes français et, si possible, de ceux qui, de près ou de loin, s’intéressent à la géographie. La tâche peut paraître élémentaire et simple. Elle s’est avérée si compliquée que le résultat est à la fois incomplet et imparfait ». (Dresch, 1969 : 3)

8Le nom de cette ressource et son contenu évoluent à partir de 1979, n’incluant plus que les géographes français (et non plus francophones) à partir de 1984. Une réédition a lieu tous les quatre ans jusqu’en 2007 avec une méthode de constitution relativement stable. Cet Annuaire des géographes de la France et de l’Afrique francophone, puis Répertoire des géographes français et francophones, puis Répertoire des géographes français, est désigné ci-après par le simple terme de Répertoire. Le répertoire est constitué à partir des listes d’enseignants et chercheurs fournies par les universités, le CNRS, l’Orstom (IRD) et l’Inra. Les personnes qui ne faisaient pas partie du monde académique – chargés d’études du privé ou des collectivités locales – pouvaient se déclarer de leur propre initiative. Elles sont rares sur toute la période étudiée.

9À l’époque pré-Internet, l’intérêt de disposer d’un répertoire pour un chercheur était de « repérer » ses homologues travaillant sur des thèmes communs. C’est la seule intention explicite : « repérer », terme employé par Jean Dresch et par Roger Brunet, les deux directeurs successifs du laboratoire Intergéo. Ce laboratoire parisien se dote, par la même occasion, du pouvoir de dresser le tableau de la géographie française, d’en définir les acteurs et, partiellement, les thèmes. Cet intérêt stratégique n’est jamais explicité dans la source ni dans les entretiens menés par les auteurs (2014). Cependant, certains échanges font état de luttes de pouvoir autour du Répertoire, ce qui tend à montrer qu’il n’est pas un simple moyen de liaison « neutre et objectif ». Voici par exemple un extrait d’entretien avec Roger Brunet qui mentionne l’appropriation du Répertoire par le Comité national français de géographie (CNFG) au début des années quatre-vingt-dix :

10« Je n’ai pas regardé le Répertoire depuis qu’il est passé sous la coupe du CNFG, devenu non plus un document neutre et objectif mais celui d’une association à laquelle je n’appartenais pas et dont je désapprouvais la politique. », (Brunet, entretien, 05/04/2012).

La fiabilité du répertoire en question

11Comparant la constitution d’un répertoire avec l’organisation d’une enquête quantitative, la principale faiblesse de cette source archivistique est qu’elle est nécessairement entachée d’un biais de sélection (Heckman, 1979) : l’échantillon du répertoire est le résultat d’une sélection non aléatoire et il n’est pas nécessairement représentatif de la population à l’étude. Comme pour l’exploitation d’une enquête quantitative, l’utilisateur prudent du répertoire dispose principalement de deux leviers : être conscient de l’existence de biais de sélection et avoir des intuitions sur la nature de ces biais (Stolzenberg et Relles, 1997).

12La constitution d’un répertoire amène deux types de biais de sélection : un premier lié aux procédures utilisées pour établir la liste des notices et un second de non réponse. Dans le cas du Répertoire des géographes, ces procédures ne sont pas tout à fait stables : dans certaines éditions, le Répertoire comporte seulement des notices complétées par les géographes eux-mêmes (1979 et 1984) mais, la plupart du temps, il contient également des notices courtes établies par l’équipe d’Intergéo à partir de recherches bibliographiques. Par exemple, en 1969, 180 notices ont été réalisées au moyen de l’ouvrage Orbis Geographicus, qui recense les géographes à un niveau international, et des listes des sujets de thèses déposés depuis 1960 en France métropolitaine.

13L’ampleur de la non réponse, quant à elle, est variable : en 1969, environ 700 géographes ont répondu pour un millier de questionnaires envoyés. En 1973, 850 géographes ont répondu pour 1 200 questionnaires envoyés :

14« La plupart des lacunes tient à la négligence de géographes, dont certains ont reçu jusqu’à trois rappels par nos soins ou par ceux de nos correspondants. Or, la bienséance, et la nouvelle législation sur les fichiers automatisés, nous interdisaient d’introduire dans le Répertoire des fiches incomplètes et sans l’accord des intéressés. », (Brunet, 1980 : 4)

15Deux difficultés méthodologiques sont attachées à cette non réponse ce qui la rend impossible à traiter statistiquement. D’abord, son ampleur peut être variable au cours du temps, variable également selon l’insistance de l’équipe en charge de la constitution du répertoire, variable enfin selon la législation en vigueur. Ensuite, son importance n’est connue que ponctuellement, lorsqu’un chercheur s’y est intéressé et a publié ses résultats.

Tirer parti du répertoire en exploitant la richesse de ses entrées

16Différentes disciplines ont mis en place des répertoires, avec des objectifs et des moyens divers : tous les répertoires ne sont pas identiques. En revanche, pour pouvoir jouer leur rôle de moyen de liaison, ils contiennent tous une information minimale : le nom et prénom des personnes répertoriées, leur affiliation à une entité localisée et une information sur leurs thèmes de recherche. D’autres informations peuvent apparaître, comme l’année de naissance ou le statut professionnel.

17Il est possible de construire une base de connaissances riches en extrayant, en déduisant et en croisant ces informations élémentaires. D’abord, le prénom donne une information rarement équivoque sur le sexe des individus. Ensuite, le couple nom-prénom des personnes autorise une identification sur des séries historiques. L’affiliation des individus (université, laboratoire) renvoie une localisation dans l’espace de référence. Le répertoire contient enfin une information sur les thèmes de recherche, soit sous forme de mots-clés, soit sous forme d’une liste de publications. En exploitant cette base, plusieurs pistes se dégagent pour l’exploration des aspects sociaux et sémantiques de la discipline : quantifier le rapport des sexes global (le sex-ratio des démographes) au sein de la discipline ; étudier

18la répartition spatiale globale des effectifs ; dégager la structure de la discipline en différents courants, mouvements, spécialités ou sous-champs disciplinaires.

19En croisant ces différentes variables, on peut s’intéresser à la répartition spatiale du rapport des sexes, au rapport des sexes au sein des différents courants ou à l’inscription spatiale différenciée des courants, des mouvements et spécialités disciplinaires. L’exemple présenté dans la dernière section de cet article propose un cas de spécialisation très marquée qui montre tout l’intérêt d’une approche par la géographie des sciences.

20Enfin, avec un répertoire réactualisé au cours du temps, toutes les pistes annoncées s’enrichissent d’une dimension temporelle ce qui permet de répondre à une vaste gamme de questions : quels sont les courants, mouvements, ou spécialités qui déclinent, quels sont ceux qui prennent de l’importance ? La discipline suit-elle une dynamique de fragmentation avec l’apparition de courants, de mouvements, ou de spécialités nombreuses et peu interdépendantes (Zhao, 1993) ? Les spécialisations locales dans certains courants disciplinaires ont-elles tendance à se lisser ou à s’accentuer au cours du temps ? Comment le rapport des sexes évolue-t-il globalement et localement au cours du temps ? Ce rapport connaît-il une évolution différenciée au sein des courants disciplinaires ?

Différencier la recherche affichée et la recherche effective

21L’information consignée dans les répertoires professionnels concernant les thèmes de recherche prend principalement deux formes : des mots-clés choisis par la personne ou bien des listes de publications. Il est crucial de bien distinguer ces deux modes de consignation. Dans le premier cas, il s’agit d’un choix qui traduit une appartenance à un courant, à un mouvement, ou à une spécialité disciplinaire, choix qui ne dit rien sur la recherche effectivement produite par le chercheur. Dans le second cas, il s’agit d’une trace de la recherche effective, trace qui contribue aussi à l’affichage d’un positionnement au sein de la discipline mais de façon moins immédiate.

22Le Répertoire des géographes contient uniquement des mots-clés et non des listes de publications, le type de travail à mener est donc limité par la source. Pour travailler sur la recherche affichée à travers des mots-clés, il faut être prudent sur le mode de constitution de la liste de mots ou thésaurus. Dans le cas du Répertoire, les géographes choisissent des thèmes dans une liste proposée a priori par le laboratoire Intergéo. Cependant, ils ont la possibilité de rajouter d’autres thèmes plus précis n’entrant pas dans la liste proposée. Ainsi, la liste des thèmes de recherche peut contenir des mots très minoritaires, avec seulement trois ou quatre personnes les ayant choisis. C’est le cas, par exemple, des mots « prison », « parcs nationaux » ou « informel ». Le mode de constitution d’un thésaurus se situe sur un gradient qui va de la liste fermée au choix libre sans proposition préalable. Ce dernier cas est rare, il peut d’ailleurs être considéré comme une erreur de conception du répertoire. Finalement, la différence entre la liste strictement fermée et la liste semi-ouverte comme celle du Répertoire des géographes se situe dans le traitement des évolutions disciplinaires. En effet, un thème naissant est repéré plus rapidement si les chercheurs ont un pouvoir de proposition.

23Parmi les thèmes de recherche proposés, une grande attention doit être portée au domaine sémantique des mots. Certains mots recouvrent des branches de la discipline – « géographie culturelle » ou « géographie rurale » – alors que d’autres désignent des objets de recherche spécifiques – « risque technologique » ou « structure agraire » par exemple. Les logiques de choix par les individus concernés sont susceptibles de varier : certains iront vers les mots-clés les plus précis, d’autres resteront à un niveau plus général, sans que cela corresponde nécessairement à des pratiques de recherche différentes. De même, certains peuvent faire des choix hiérarchiques tandis que d’autres juxtaposeront des termes de niveau équivalent. Enfin, alors que certains mots sont neutres du point de vue des controverses qui traversent la discipline, d’autres en revanche dénotent immédiatement un positionnement particulier par rapport à une école ou à un courant.

  • 2 La scientométrie est la science de la mesure et l'analyse de la science. Elle est souvent en parti (...)

24Les recherches en bibliométrie s’appuient principalement sur des bases de données de publications et travaillent les métadonnées des articles, en particulier les informations sur les auteurs (affiliation), les mots-clés et les résumés des articles (voir par exemple Cronin & Atkins, 2000). Les sources déclaratives, comme le répertoire professionnel dont il est ici question, sont systématiquement délaissées parce que la bibliométrie et la scientométrie2 cherchent à produire des mesures de la recherche effective (Godin, 2006). Pourtant les répertoires fournissent une information précieuse, complémentaire de celle apportée par les bases bibliométriques. D’abord, dans une base bibliométrique, un chercheur n’apparaît que s’il publie, ce qui revient à masquer l’existence des chercheurs qui ne publient pas ou qui publient peu. Un répertoire professionnel, même s’il n’est jamais exhaustif, permet d’approcher les effectifs réels de chercheurs de la discipline, ce qui est particulièrement important lorsqu’on cherche à spatialiser les réseaux sociaux et sémantiques. Ensuite, les mots-clés des articles ont une visée essentiellement pratique, ils servent à faciliter le référencement, à tel point certaines revues forcent le classement dans un thésaurus préexistant voire substituent les mots-clés des auteurs par des mots-clés spécifiques de la revue. Les mots-clés des répertoires professionnels relèvent plutôt de l’affichage du chercheur dans son champ disciplinaire, ce qui est très différent. Enfin, les réseaux sociaux, sémantiques ou socio-sémantiques (Figure 2) construits à partir des bases bibliométriques quantifient nécessairement les liens à l’aune de la publication. Ce constat doit être pris en compte en particulier si on s’intéresse à la formation de spécialités disciplinaires. Une spécialité existe en tant que réseau social qui laisse des traces dans les publications (entre autres choses). Les bases bibliométriques rendront compte de ces traces mais seront insuffisantes pour étudier le réseau social en tant que tel, surtout dans des contextes historiques et disciplinaires dans lesquels la co-publication est rare comme c’est le cas par exemple de l’ethnométhodologie étudiée par Mullins (1973).

Du répertoire au réseau sémantique

  • 3 Le terme « océriser » et son substantif « océrisation » sont des néologismes issus du sigle OCR : (...)

25Le parcours méthodologique proposé s’insère dans un ensemble plus vaste qui commence par la définition d’un objet de recherche et d’un cadre théorique : « océriser »3 le répertoire, transformer les listes de mots en objets relationnels, construire des aires sémantiques, construire des communautés de thèmes, construire des indices de localisation. Le travail sur le répertoire peut être suffisant dans un objectif descriptif ou exploratoire, mais il serait particulièrement intéressant de l’articuler à d’autres méthodes d’analyse, par exemple l’analyse de corpus d’archives ou de corpus d’entretiens. Il donne par exemple des éléments morphologiques de cadrage nécessaires pour mettre en place une étude plus globale de la discipline : proportion d’individus par sexe, par âge, par statut (agrégé, docteur, etc.) ou encore par université. Certains travaux ont mentionné le lien entre l’augmentation considérable des effectifs d’étudiants puis d’enseignants à partir de la fin des années 1960 et la modification des rapports de pouvoir au sein des disciplines universitaires (Bourdieu, 1984 ; Robic, 1989). Ce type de modification de la structure démographique peut être appréhendé grâce au répertoire : structure sur l’ensemble de l’espace d’étude mais aussi ventilée par universités par exemple.

Océriser le répertoire

26Tous les répertoires sont constitués de notices. Une notice est une entrée correspondant à un individu qui réunit au moins les trois éléments mentionnés plus haut : identification, affiliation institutionnelle, thèmes de recherche. Le Répertoire est ainsi composé de notices des géographes français, dont le nombre n’a cessé d’augmenter tout au long de la période, passant de 900 en 1969 à plus de 2000 dans l’édition de 2007. Le Répertoire comporte en outre deux index qui facilitent le travail : l’index des mots-clés et l’index des lieux. Ces index sont structurés de la même façon par une liste d’intitulés (mots, lieux) contenant une liste d’individus (Figure 1). Le travail présenté ici s’appuie sur ces index de thèmes et de lieux et non sur les notices, c’est pourquoi les exemples portent surtout sur l’analyse de réseaux sémantiques et sur la spatialité de la discipline.

27Les index de mots-clés et de lieux sont scannés puis font l’objet d’une reconnaissance de caractères. L’océrisation est aujourd’hui une technique accessible qui n’est plus l’apanage des grandes bibliothèques (Andro et al., 2012).

Transformer les listes en objets relationnels

28Au terme de la numérisation, la liste d’auteurs doit être transformée en un objet relationnel. Le formalisme le plus adapté pour exploiter la richesse de l’information du répertoire est le graphe. Le graphe est un objet mathématique constitué de nœuds et de liens : les nœuds représentent des entités et les liens des relations. Deux options principales sont envisageables pour formaliser le répertoire en tant que graphe (Figure 2) : considérer comme entités (nœuds) les individus répertoriés et considérer qu’il y a une relation entre deux individus (lien) lorsqu’ils ont un thème de recherche en commun. Le graphe produit de cette façon est un réseau social et l’aspect relationnel est interindividuel c’est-à-dire formé par des co-occurrences de mots entre les individus. L’autre option est de considérer comme entités (nœuds) les thèmes de recherche et de considérer qu’il y a une relation entre deux thèmes lorsque ceux-ci font partie des centres d’intérêt d’un même individu. Le graphe ainsi produit est un réseau sémantique et l’aspect relationnel est intra-individuel, c’est-à-dire formé par des co-occurrences de mots au sein des centres d’intérêt d’un même individu.

29Les interactions entre individus et concepts au sein de communautés scientifiques ont été analysées à travers la notion de réseau épistémique (Roth, 2008 ; Roth et Cointet, 2010), notion incluant à la fois les relations entre individus (réseau social), les relations entre concepts (réseau sémantique) et les relations entre individus et concepts (réseau socio-sémantique). Cette approche englobante est pourtant rare. En effet, la plupart des travaux faits à partir de répertoires et de données bibliométriques se limitent à la notion de réseau social, peut-être plus intuitive que celle de réseau sémantique (Fortunato, 2009 ; Porter et al., 2000). Si le répertoire offre ces deux options, la suite de ce travail se focalise sur le réseau sémantique, d’abord parce que cette approche est plus originale, mais surtout parce qu’elle porte un éclairage sur les contenus disciplinaires et leur évolution.

30Le processus qui permet de passer du répertoire au réseau sémantique consiste donc à lister les noms d’individus par thèmes, à créer pour chaque individu des liens entre les thèmes qu’il déclare puis à sommer ces liens pour l’ensemble des individus (Figure 3). Ainsi, s’il y a co-occurrence des thèmes « urbanisme » et « risque naturel » au sein des intérêts d’un seul individu, le lien obtient un poids de 1. En revanche, si la co-occurrence entre ces deux thèmes est répétée chez plusieurs individus (« transport » et « urbanisme » par exemple), le lien obtient un poids égal au nombre de ces co-occurrences.

Construire des aires sémantiques et des communautés de thèmes

31Deux types de traitements et de représentations graphiques sont détaillés dans cette section et illustrés dans la suivante à partir du Répertoire des géographes. Ces deux traitements complémentaires sont utiles pour l’exploration du réseau sémantique formé par les thèmes du répertoire (Figure 2). Le premier traitement consiste à dessiner les aires sémantiques des thèmes du répertoire, aires qui représentent la proximité d’un thème donné avec les autres thèmes auxquels il est relié. Le second traitement vise à construire des communautés de thèmes très liés entre eux et peu liés avec le reste des thèmes du répertoire.

32Le réseau sémantique est formé de nœuds (thèmes de recherche) et de liens pondérés. Le poids des liens reflète la relation plus ou moins forte entretenue par deux thèmes de recherche. Cependant, ce poids des liens dépend aussi du poids des mots lui-même : plus un mot est cité, plus il a de chances d’apparaître dans des co-occurrences. Le lien entre « urbanisme » (5 individus) et « transport » (3 individus) apparaît trois fois alors que le lien entre « volcanisme » (2 individus) et « risque naturel » (4 individus) n’apparaît que deux fois. En prenant en compte le différentiel de poids entre ces mots, quel lien relatif est le plus fort ? Pour répondre à cette question, il faut mettre en place une mesure relative de la force des liens.

  • 4 Le test du χ2, prononcé « khi-deux » ou « khi carré », est un test statistique permettant de teste (...)

33Le poids du lien entre deux mots, égal au nombre de co-occurrences, est appelé poids observé. L’importance relative des liens, ou poids relatif, est calculée en référence à un poids espéré ou théorique. Ce poids espéré est défini comme le poids qu’aurait le lien dans une situation d’équirépartition ne prenant en compte que les poids des mots, c’est-à-dire les marges de la matrice de liens. Cette méthode s’apparente à l’analyse d’un tableau de contingence classique dans le cadre d’une analyse du khi24, mais avec une probabilité qui tient compte du fait que la diagonale du tableau est nulle (pas de lien entre un mot et lui-même). Le poids relatif est donc un rapport entre poids observé et poids espéré, rapport qui permet de mesurer l’existence éventuelle d’un lien préférentiel entre deux mots : si le résultat du rapport est supérieur à 1, le nombre d’individus qui co-citent ces deux mots est supérieur dans la réalité à ce qu’il devrait être en théorie, et inversement si le résultat de ce rapport est inférieur à 1.

34Les aires sémantiques sont construites grâce à ce poids relatif et illustrent le rapport entre les liens observés entre deux thèmes et les liens que l’on observerait si les choix se distribuaient de manière équiprobable. Pour un thème donné, on retient tous les liens de degré 1, donc l’ensemble des thèmes avec lesquels il a été associé au moins une fois. Le thème choisi est placé au centre de l’aire sémantique. La distance entre ce thème de recherche et n’importe quel autre est inversement proportionnelle au poids relatif. Ainsi, si un thème de recherche est très proche du centre de l’aire sémantique, il fait partie des thèmes pour lesquels la valeur du rapport est maximale. Les thèmes pour lesquels la valeur du rapport est inférieure à 1, seuil figuré par un cercle, sont situés à l’extérieur du cercle mais sont présents dans l’aire sémantique puisqu’ils ont au moins une co-occurrence avec le thème dont on observe l’aire sémantique. Enfin, pour améliorer la lecture graphique, la variation de taille de la police de caractères indique le poids des thèmes, c’est-à-dire le nombre d’individus qui les citent.

35En théorie des graphes, une communauté est un groupe de nœuds ayant entre eux des liens plus forts que ceux qu’ils ont avec les autres nœuds du graphe. Il existe plusieurs algorithmes de détection de communautés. Comme toute méthode de classification automatique, ces algorithmes cherchent à produire des groupes homogènes en leur sein et différenciés les uns des autres. Pour un graphe, ceci revient à créer des groupes ou communautés qui satisfassent ces deux conditions : maximiser les liens intra-communautés et minimiser les liens inter-communautés.

36La plupart des algorithmes utilisés en théorie des graphes s’appuient sur une mesure de modularité (Newman, 2006). Pour un graphe dans lequel on distingue plusieurs communautés, la modularité est forte quand les liens intra-communautés sont forts et les liens inter-communautés sont faibles. Le principe de cette mesure est proche de celui présenté plus haut du calcul du poids relatif d’un lien : la modularité est définie comme la différence entre la proportion observée de liens intra-communautés et la proportion que l’on observerait dans un graphe aléatoire conservant la distribution de degrés du graphe originel. La modularité peut être utilisée comme mesure de la qualité d’une partition établie a priori mais aussi comme une fonction à maximiser par un algorithme pour produire une partition cohérente. C’est sur ce principe que fonctionne l’algorithme utilisé ici, développé par Blondel et al. (2008), dit « méthode de Louvain ». Il produit une partition du graphe qui correspond à un optimum de modularité. Cet algorithme est appliqué au réseau sémantique formé par les thèmes du Répertoire des géographes. La représentation graphique des communautés est enrichie de mesures portant sur le poids des nœuds (nombre d’individus citant un thème) et sur le poids des liens (nombre de co-occurrence entre deux thèmes).

37Construire des indices de localisation des thèmes et de spécialisation des lieux

38Lorsque l’information spatiale contenue dans le répertoire est exploitable, il devient possible de cartographier la distribution spatiale du thème. Deux informations peuvent notamment être représentées sur une carte : les effectifs du thème de recherche par lieu et la spécialisation des lieux dans ce thème de recherche. Cette spécialisation est mesurée par un quotient de localisation qui est le rapport entre le pourcentage local et le pourcentage global d’individus déclarant le thème (Pumain et Saint-Julien, 2004). Plus précisément, pour un lieu et un thème donné, le pourcentage local est le rapport entre le nombre de géographes du lieu ayant choisi le thème et le nombre total de géographes de ce lieu. Le pourcentage global est le rapport entre le nombre total de géographes ayant choisi le même thème en France et le nombre total de géographes en France. Lorsque ce rapport est supérieur à 1, le lieu montre une spécialisation comparativement à la distribution d’ensemble alors que lorsque ce rapport est inférieur à 1, le lieu montre une sous-spécialisation comparativement à la distribution d’ensemble.

39Les deux informations, effectifs et spécialisation, sont intéressantes. Elles apportent un éclairage complémentaire sur la spatialisation de la discipline.

Exemple d’application : la géographie théorique et quantitative

40Cette section montre les possibilités offertes par le répertoire ici le Répertoire des géographes pour explorer les thèmes de recherche constitutifs d’une discipline, ici la géographie. L’exemple d’application proposé procède en plusieurs temps : d’abord, un thème est fixé comme objet à explorer, ici la géographie théorique et quantitative ; ensuite on quantifie l’importance de ce thème, en termes de nombre d’individus qui le revendiquent, au sein de la discipline (Figure 4) ; puis on dessine l’aire sémantique de ce thème (Figure 5) ; ensuite on construit la communauté de laquelle ce thème fait partie (Figure 6) ; enfin on cartographie l’ancrage du thème sur l’aire d’étude en faisant le lien entre le réseau sémantique et la localisation des individus qui constituent le réseau social (Figure 7).

Exploration du thème « Théorie et géographie quantitative » à partir du répertoire

41Il est possible, grâce à un répertoire, de quantifier l’importance d’une spécialité – ici la géographie théorique et quantitative (GTQ) – en termes de nombre d’individus qui la revendiquent, et éventuellement de la comparer à d’autres courants, mouvements, ou spécialités disciplinaires. À la différence des expressions « géographie sociale » et « géographie culturelle », qui ont existé tout au long des éditions du Répertoire, le thème « géographie théorique et quantitative » est une reconstruction (Auteurs, 2014). Cette étiquette est un agrégat de plusieurs termes caractéristiques de ce courant, termes qui apparaissent et disparaissent au cours des éditions du Répertoire : « Mathématiques, informatique, géographie quantitative », « Géographie quantitative », « Géographie théorique », « Analyse spatiale », « Théorie et géographie quantitative », « Quantitatif ».

42La figure 4 montre ainsi des évolutions très différentes en termes d’effectifs de la GTQ et de deux autres courants de la géographie. La géographie sociale était presque inexistante au début des années soixante-dix, elle a connu ensuite une forte augmentation de ses effectifs jusqu’au milieu des années quatre-vingt, elle décline lentement depuis lors. La géographie culturelle a également démarré avec des effectifs très faibles au début des années soixante-dix mais elle a connu une croissance continue tout au long de la période étudiée et compte aujourd’hui des effectifs bien plus importants que la géographie sociale. La géographie théorique et quantitative (GTQ) a connu une croissance faible mais continue jusqu’au milieu des années quatre-vingt-dix, elle décline lentement depuis lors. Tous ces constats doivent être replacés dans une analyse plus précise des mots caractéristiques des courants disciplinaires ainsi que d’autres sources et méthodes : l’affirmation du déclin de la géographie sociale ou de la GTQ est circonscrite au domaine du répertoire, c’est-à-dire aux choix d’affiliation effectués par les individus recensés.

43Pour situer le thème à l’étude dans le réseau sémantique formé par l’ensemble des thèmes répertoriés par le Répertoire des géographes, l’aire sémantique de ce thème est représentée (Figure 5).

44Au centre de la figure se trouve le thème à l’étude, « Théorie et géographie quantitative », les thèmes les plus proches sont ceux qui lui sont attachés par des liens préférentiels : « Modèle, modélisation », « Épistémologie de la géographie », « Interaction spatiale », « Climatologie » ou encore « Système spatial ». Le cercle englobe tous les thèmes montrant des liens préférentiels (en rouge) avec le thème à l’étude, c’est-à-dire pour lesquels on observe un lien plus fort que le lien espéré dans une situation équiprobable (cf. section précédente). En dehors de ce cercle se trouvent les thèmes (en bleu) dont les liens sont plus faibles que ceux espérés dans une situation équiprobable : géographie sociale, géographie culturelle ou géopolitique. Cette représentation graphique aide ainsi à replacer le thème à l’étude dans l’ensemble du réseau.

45Cette cartographie des proximités peut être complétée par la méthode de détection de communautés présentée dans la section précédente (Figure 6).

46Le thème « Théorie et géographie quantitative » est inclus dans une communauté formée par treize thèmes et baptisée selon les deux thèmes les plus importants en termes d’effectifs : « SIG » et « Analyse spatiale ». La formation de communautés apporte des éléments d’analyse supplémentaires. En effet, certains thèmes très proches du thème à l’étude dans l’aire sémantique sont évacués de la communauté parce qu’ils montrent des liens préférentiels encore plus forts avec d’autres thèmes du répertoire. C’est par exemple le cas de la « Climatologie » qui est incluse dans une communauté reposant sur les thèmes « Environnement », « Géomorphologie », « Érosion ». C’est le cas également pour le thème « Épistémologie de la géographie » qui forme une communauté à part avec des thèmes tels que « Histoire de la géographie » ou « Didactique de la géographie ». Le fait de disposer de plusieurs éditions du répertoire donne une information supplémentaire sur l’évolution des communautés : alors que le thème « Épistémologie de la géographie » faisait partie de la même communauté que celui de la GTQ depuis le début des années soixante-dix, il s’en sépare pour la première fois en 1998 (cf. section suivante).

47Enfin, l’une des autres possibilités offertes par l’exploitation du Répertoire est la mise en lumière de la spatialité de la discipline, ici du mouvement scientifique étudié grâce à la localisation des effectifs ayant choisi un thème particulier mais aussi la spécialisation des lieux où ce thème apparaît. Le thème « Théorie et géographie quantitative » présente en 1998, année où le courant est à son plus haut niveau en termes d’effectifs (figure 6), une répartition spatiale très particulière. La région parisienne est numériquement loin devant les autres lieux, le Nord-Est à travers trois villes (surtout Strasbourg, Besançon et, dans une moindre mesure, Metz), le Sud-Est (surtout Grenoble et Montpellier) ainsi que le Nord-Ouest (principalement à Rennes, Caen et à Rouen). Un grand Sud-ouest est totalement absent, et notamment ses grandes facultés de géographie telles que Bordeaux et Toulouse. La cartographie du quotient de localisation de ce thème de recherche montre que si la région parisienne est celle dont l’effectif est le plus important, elle est beaucoup moins spécialisée (quotient inférieur à 1) que des villes comme Strasbourg. Les hauts lieux du courant de la GTQ en termes de spécialisation se trouvent dans l’Est de la France, avec Strasbourg, Besançon, Grenoble, Nice et Avignon.

Conclusion

48Le principal objectif de cet article est méthodologique : donner des moyens d’étudier une discipline à partir de différents savoir-faire provenant de la sociologie, de la géographie et de l’histoire, grâce à une source particulière et systématique (le répertoire). Si la source traitée ici est le Répertoire des géographes français et l’exemple d’étude « la géographie théorique et quantitative » (mouvement scientifique faisant partie de la géographie), nous avons cherché à donner des cadres méthodologiques suffisamment génériques pour pouvoir étudier d’autres disciplines possédant des répertoires.

49L’exploitation de l’index des thèmes de recherche est essentielle ici et permet d’étudier l’évolution sémantique de la discipline à l’aide de graphiques qui mettent en évidence l’évolution de l’utilisation des thèmes de recherche et de graphes qui soulignent les aires sémantiques et communautés de mots. Ils permettent aussi d’en illustrer la spatialité à travers les effectifs et les quotients de localisation des thèmes. Ils démontrent enfin l’émergence et le développement de mouvements scientifiques, de thématiques, ou encore de spécialités au sein du champ disciplinaire (Auteurs, 2014). Certains thèmes de recherche choisis sont des termes de combat, inscrits dans des oppositions, comme par exemple entre « quantitatif » et « qualitatif » dans les sciences humaines et sociales au cours du XXe siècle (Martin, 2002). Le répertoire permet d’observer un aspect des luttes et des reconfigurations au sein d’une discipline : différentes publications scientifiques comme des tribunes ou des manifestes, montrent que choisir un terme dans un répertoire peut relever de l’affichage, de la position de combat. Les mots-clés qui apparaissent dans le Répertoire des géographes sont le résultat de plusieurs années d’affirmation d’étiquettes telles que « géographie théorique et quantitative » ou « analyse spatiale » (Auteurs, 2014). Comme dans tout mouvement social, un important travail des acteurs impliqués ou de la spécialité est mené pour rendre visible certains de ces mots-clés.

50La méthode présentée permet de cadrer, de guider ou d’enrichir une étude approfondie des dynamiques disciplinaires et, plus particulièrement, de la spatialité et de la sociologie des disciplines. La richesse des informations contenues dans les fiches des répertoires professionnels, qui n’est ici que partiellement exploitée, se prête très bien à une articulation de méthodes visant à décrypter finement les caractéristiques et les dynamiques d’un champ disciplinaire.

Haut de page

Bibliographie

Andro Mathieu, Chaigne Marion, Smith Franck, « Valoriser une bibliothèque numérique par des choix de référencement et de diffusion », Les Cahiers du numérique, vol. 8, nº3, 2012, p. 75-90.

Becher Tony, « Towards a definition of disciplinary cultures », Studies in Higher Education, vol. 6, nº2, 1981, p. 109-122.

Becher Tony, Trowler Paul R., Academic Tribes and Territories. Intellectual Enquiry and the Culture of Disciplines, The SRHE, Open University Press, Buckingham, 2001, 256 p.

Berthelot Jean-Michel, Martin Olivier, Collinet Cécile, Savoirs et savants. Les études de la science en France, Presses universitaires de France, coll. science, histoire et société, Paris, 2005, 282 p.

Besse Jean-Marc, « Approches spatiales dans l’histoire des sciences et des arts », L’espace géographique, vol. 3, 2010, p. 211-224.

Blondel Vincent, Guillaume Jean-Loup, Lambiotte Renaud, Lefebvre Etienne, « Fast unfolding of communities in large networks », Journal of Statistical Mechanics : Theory and Experiment, nº10, 2008.

Bourdieu Pierre, Les usages sociaux de la science, Inra éditions, Paris, 1997, 80p.

Bourdieu Pierre, Homo academicus, Éditions de Minuit, Paris, 1984, 304p.

Bourdieu Pierre, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, 1976, p. 88-104.

Cronin Blaise, Atkins Helen (dir.) The Web of Knowledge, ASIS Monograph Series, Medford, 2000, 565p.

Dresch Jean, « Éditorial », In Collectif, Annuaire des géographes de la France et de l’Afrique francophone, Intergéo : 3, Paris, 1969.

Dubois M., Introduction à la sociologie des sciences et des connaissances scientifiques, Paris, Presses universitaires de France, 1999, 321 p.

Eckert Denis, Baron Myriam, « Construire une géographie de la science », M@ppemonde, n° 110, 2013.

Fortunato Santo, « Community detection in graphs », Physics Reports, vol. 486, nº3-5, 2009, p. 75-176.

Frickel Scott, Gross Neil, « A general theory of scientific/intellectual movements », American Sociological Review, vol. 70, nº2, 2005, p. 204-232.

Godin Benoît, « On the origins of bibliometrics », Scientometrics, vol. 68, nº1, 2006, p. 109-133.

Harvey Lee, « The nature of "schools" in the sociology of knowledge : the case of the "Chicago School" », Sociological Review, vol. 35, nº2, 1987, p. 245-278.

Heckman James J., « Sample selection bias as specification error », Econometrica, vol. 47, nº1, 1979, p. 153-161.

Livingstone David N., « The spaces of knowledge : contributions toward a historical geography of science », Environment and Planning D, vol. 13, nº1, 1995, p. 13-42.

Livingstone David N., Putting Science in its Place : Geographies of Scientific Knowledge, University of Chicago Press, Chicago, 2003, 244p.

Martin Olivier, « Mathématiques et sciences sociales au XXe siècle », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 6, 2002, p. 3-15.

Mullins Nicholas, « The development of specialties in social science : The case of ethnomethodology », Science Studies, vol. 3, nº3, 1973, p. 245-273.

Newman M. E. J., « Modularity and community structure in networks », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 103, nº23, 2006.

Orain Olivier, « Mai 68 et ses suites en géographie française », Revue d’histoire des sciences humaines, nº 26, 1995, p. 209-242.

Porter M.A., Onnela J.-P., Mucha P.J., « Communities in networks », Notices of the American Mathematical Society, vol. 56, nº9, 2009, p. 1982-1098.

Pumain Denise, Saint-Julien Thérèse, L’analyse spatiale. Les localisations dans l’espace, Armand Colin, Paris, 2004, 167p.

Ritzer G., « Sociological metatheory : a defense of a subfield by a delineation of its parameters », Sociological Theory, vol. 6, nº2, 1988, p. 187-200.

Robic Marie-Claire, « Un siècle de professionnalisation », in Comité national d’évaluation, La géographie dans les universités françaises. Une évaluation thématique, Service de publication du Comité, Paris, 1989, p. 197-210.

Roth Camille, Cointet Jean-Philippe, « Social and semantic coevolution in knowledge networks », Social Networks, vol. 32, nº1, 2010, p. 16-29.

Roth Camille, « Coévolution des auteurs et des concepts dans les réseaux épistémiques : le cas de la communauté zebrafish », Revue française de sociologie, vol. 48, nº2, 2008, p. 333-367.

Stolzenberg Ross M., Relles Danielle A., « Tools for intuition about sample selection bias and its correction », American sociological review, vol. 62, nº3, 1997, p. 494-507.

Withers Charles W.J., « Place and the spatial turn in geography and history », Journal of the History of Ideas, vol. 70, n° 4, 2009, p. 637-658.

Zhao Shanyang, « Realms, subfields, and perspectives : On the differentiation and fragmentation of sociology », The American Sociologist, vol. 24, nº3-4, 1993, p. 5-14.

Haut de page

Notes

1 Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique.

2 La scientométrie est la science de la mesure et l'analyse de la science. Elle est souvent en partie liée avec la bibliométrie et peut être considérée à la fois comme une réduction et une extension de celle-ci. Réduction puisqu’elle n’applique les techniques bibliométriques qu’au champ des études de la science et de la technologie, en comptabilisant les publications scientifiques. Extension puisqu’elle n’analyse pas seulement les publications mais également des financements, ressources humaines, brevets, etc.

3 Le terme « océriser » et son substantif « océrisation » sont des néologismes issus du sigle OCR : Optical Character Recognition.

4 Le test du χ2, prononcé « khi-deux » ou « khi carré », est un test statistique permettant de tester l'adéquation d'une série de données à une famille de lois de probabilités ou de tester l'indépendance entre deux variables aléatoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Cuyala et Hadrien Commenges, « Radioscoper une discipline grâce à son répertoire professionnel », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VI-N°2 | 2017, 196-208.

Référence électronique

Sylvain Cuyala et Hadrien Commenges, « Radioscoper une discipline grâce à son répertoire professionnel », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI-N°2 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1704 ; DOI : 10.4000/hrc.1704

Haut de page

Auteurs

Sylvain Cuyala

Sylvain Cuyala, post-doctorant au sein de l’UMR géographie-Cités (université Paris 1, université Paris 7, CNRS), a soutenu sa thèse à l’université Paris 1 Panthéon - Sorbonne en 2014. Il y propose l’analyse spatio-temporelle de la géographie théorique et quantitative européenne francophone, situant ses recherches en études des sciences (sociologie, histoire et géographie de la science).

Hadrien Commenges

Hadrien Commenges est maître de conférences en géographie à l’université Paris 1 Panthéon - Sorbonne, rattaché au laboratoire géographie-cités (université Paris 1, université Paris 7, CNRS) et associé au LEESU (UPEC, ENPC. AgroParisTech). Il travaille sur l’usage des méthodes quantitatives dans les sciences sociales, et plus particulièrement dans le domaine de la mobilité urbaine et de l’aménagement.

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals