Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce nouveau numéro de la revue Histoire de la recherche contemporaine associe, comme à son habitude, un dossier thématique et des varia. Cependant nous avons tenu à augmenter un peu le nombre de ces derniers car notre publication, ne nous en plaignons pas, suscite un réel intérêt et conduit de nombreux collègues à nous proposer des articles sur des sujets variés. Notre pagination étant limitée il convient que les auteurs sachent patienter un peu. Je tenais à rappeler ces éléments matériels afin que chacun ne croie pas que nous le maltraitons en tardant à le publier. Bien au contraire nous nous attachons, autant que faire se peut, à accélérer l’édition des articles.

2La parution d’un dossier consacré à la musique et à la musicologie pourrait, au premier abord, sembler surprenante dans une revue dont l’ambition est de se placer au cœur de l’histoire des sciences et de la recherche contemporaines. Il n’y a cependant pas lieu de s’en étonner : ce qu’on appelle « musique » est loin de se limiter à ce que la doxa dénomme habituellement « musique ». Tel est précisément le rôle de ce dossier que d’entrer de plain-pied dans les divers et multiples domaines de la musique et de la musicologie contemporaines.

  • 1 Division des arts libéraux comprenant les quatre arts à caractère mathématique : arithmétique, géo (...)

3La musique est d’abord une science au sens où l’on parle de théorie musicale. Nul n’ignore le nom de Pythagore que l’on associe, depuis l’Antiquité, aux premiers gestes spéculatifs de la théorie musicale, gestes qui n’ont été depuis que repris et surtout amplifiés : nous nous permettons ici de rappeler que la musique, au Moyen Âge, appartient au quadrivium1 avec l’arithmétique, la géométrie et l’astronomie ; mais aussi que René Descartes rédigea un traité de musique, le Compendium Musicae, enfin que le père Mersenne, le secrétaire de l’Europe savante au XVIIe siècle, reprit les travaux sur la vibration des cordes, travaux qui s’épanouirent au XVIIIe siècle avec la théorie des cordes vibrantes de Jean et Daniel Bernoulli. Ces recherches sont associées à la rédaction de nouveaux traités de musique – dont un de d’Alembert, Les Éléments de musique théorique et pratique – et, corrélativement, au développement des mathématiques avec l’introduction des équations aux dérivées partielles. Un lien, une collaboration entre mathématiques et musique s’est nouée, illustrée, par exemple, par les écrits de Jean-Philippe Rameau. Elle se poursuit de nos jours sous des formes diverses associant recherche musicale et acoustique, comme à l’Ircam.

4La musique, nous venons de le préciser, est science et théorie, mais elle est aussi création de formes symboliques et de sens. Si ce dernier trouvait son plein accomplissement en participant, au Moyen Âge et à la Renaissance - via, par exemple, la musique des sphères et le chant des anges - à l’unité de l’ordre divin et à la réalisation de la présence divine, il n’en est plus ainsi de nos jours. La compréhension du sens musical relève en effet, plutôt des théories de la linguistique et de la sémiotique, tout autant que de la mise en œuvre de l’ensemble des connaissances portant sur les théories de la perception et de la cognition. La musique et la musicologie sont à la fois sciences et carrefour de sciences ; elles sont de ce fait à l’origine de recherches qui se sont multipliées depuis plusieurs décennies. Il était temps d’en rendre compte dans notre revue.

5Il nous a semblé important, afin de souligner la dimension historique de la réflexion sur la musique et les pratiques musicales, de profiter de l’occasion que nous offre ce numéro de la revue pour signaler et présenter, en varia, l’exposition consacrée à la musique antique qui s’est récemment tenue au Louvre-Lens. C’est le premier des varia, riches et diversifiés, qui viennent compléter ce numéro. Le deuxième et le troisième s’inscrivent dans le cadre de nos travaux sur la politique et l’organisation de la recherche en France et en Europe. L’un est consacré aux destins croisés du FNRS belge et du CNRS, l’autre à certains aspects du développement des travaux menés en France sur la génétique. Les deux derniers varia sont, pourrait-on dire, de coloration plus nettement historique ou, plus exactement, s’inscrivent à la charnière du passé et du présent : d’un côté la renaissance de l’examen clinique - l’échostéthoscopie - de l’autre, le statut des mathématiques védiques dans la modernité indienne.

6Affirmer que ce nouveau numéro de la revue est riche et divers est peu dire, d’autant que l’on doit également prendre en compte les recensions d’ouvrages. Chacun pourra ainsi trouver, dans ce volume, de quoi satisfaire sa curiosité et découvrir de nouveaux espaces de savoir.

7Bonne lecture à tous !

Haut de page

Notes

1 Division des arts libéraux comprenant les quatre arts à caractère mathématique : arithmétique, géométrie, astronomie et musique. On doit aussi considérer le trivium : rhétorique, grammaire et dialectique ou arts de l’expression orale et écrite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Blay, « Editorial », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VII-N°1 | 2018, 4-5.

Référence électronique

Michel Blay, « Editorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VII-N°1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/1807

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals