Navigation – Plan du site
Dossier: Champs et contrechamps de la musicologie d'aujourd'hui
Analyses d'ouvrages

Critique de l’histoire des sciences

Ania Le Fur
p. 107
Référence(s) :

Michel Blay, Critique de l’histoire des sciences, Paris, CNRS Editions, 2017, 301 p.

ISBN 978-2-271-09184-0

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Michel Blay se fait le contemporain des périodes clés de l’histoire des sciences en Occident, à travers une perspective historique mais aussi, et c’est le cœur de sa thèse, philosophique. L’histoire des sciences n’est en effet pas un simple enchaînement de créations de machines et de techniques, d’accumulation de savoirs et de connaissances, qui auraient suivi une logique et une évolution linéaire, mais elle repose sur une élaboration conceptuelle des différents sens que nous pouvons donner au monde et à notre finitude.

2Bien que la conception et l’idée de nature se transforment à travers les siècles, le point commun lorsqu’on parle de sciences à travers les époques, repose sur l’utilisation de l’ordre déductif. C’est une marche de la rigueur et de la raison vers la recherche de la vérité, dans une volonté continue de percer et de mettre à jour les mystères entourant la compréhension du monde. Fort de ce postulat, Michel Blay divise son texte en quatre grandes parties historiques.

3Dans l’Antiquité grecque, au IIIe siècle avant notre ère, Les Éléments d’Euclide sont à l’origine de l’ordre démonstratif. Michel Blay expose l’ordre du monde cohérent, séparant le cosmos de la Terre, qui prévaut alors et qui sera prolongé par les philosophes et les savants aristotéliciens, puis en terre d’Islam. La connaissance n’est alors pas nécessairement une fin en soi : « La démonstration règne », précise Michel Blay, « et par elle s’accomplit la visée de vérité, l’exigence intellectuelle, la satisfaction de la raison et, finalement, l’obligation pour chacun de prouver et de démontrer ce qu’il avance. Les mathématiques, par cette exigence, deviennent une école de la pensée par laquelle la pensée apprend à conquérir son autonomie et sa liberté : un fondement pour une éthique. Il convient de ne jamais perdre de vue que, pour les anciens, le travail déductif est toujours associé à un idéal de sagesse ».

4Chez les médiévaux, une transformation de l’idée de nature s’opère, en unifiant le ciel et la Terre, le monde terrestre et le monde céleste, dans et par la figure christique. Le Christ y incarne et rassemble ainsi toutes les contradictions qu’on pouvait trouver chez les Grecs, en devenant une nouvelle explication du monde et de la nature. L’explication de la lumière par l’Abbé Suger, par exemple, est à la fois une lumière spirituelle et sensible. Et, pour Copernic encore, la beauté des cieux ne peut que prouver l’existence de Dieu. La recherche du bien et de la vie bonne des Grecs est ainsi remplacée par le Dieu des chrétiens.

5Chez les classiques, la nature se fait d’ordre mathématique avec les thèses, expérimentations et observations de Bruno, Galilée, ou Newton. Ainsi, elle se rallie à une science mathématique du monde, et la spiritualité, la transcendance christique deviennent extérieures à celui-ci. Leibniz fonde le nouveau calcul en 1684 alors que Newton pose un regard nouveau et une explication mathématique des phénomènes de la lumière et des couleurs, toujours en vigueur aujourd’hui.

6Viennent ensuite, au siècle suivant, les premières écoles d’ingénieurs comme l’École des ponts et chaussés en 1748, l’École polytechnique et le Conservatoire national des arts et métiers en 1794, structurant une certaine idée de la science, celle de l’ingénieur, en préfigurant et préparant le dernier et actuel grand moment de l’histoire des sciences. Ainsi, à partir du XIXe siècle, la nature se fait technique, et les notions d’énergie et d’économie apparaissent et dominent les préoccupations jusqu’à celles de nos contemporains. Une vision économiste du monde trouve son parangon dans les thèses d’Adam Smith, écrites un siècle auparavant et mises en pratique. L’économie s’introduit dans les disciplines scientifiques, et les préoccupations sont alors animées par une recherche de confort et de profit.

7La science n’est donc pas une, et les représentations de la nature ont évolué au fil des siècles, même si le point commun dans la démarche scientifique reste l’ordre démonstratif. Pour Michel Blay, les transformations, changements de conceptualisation et différentes innovations techniques ne sont pas nécessairement égales au progrès, et correspondent simplement à d’autres ordres du monde, qui placent leurs priorités et leurs questionnements sur des problématiques différentes. On peut sans doute regretter aujourd’hui, et c’est ce que cherche à nous faire entendre Michel Blay dans ce texte, que le monde soit pensé avant tout comme une source d’énergie, et que les matières comme la physique et les mathématiques soient assujetties à cette finalité.

8En citant des philosophes comme Simone Weil ou Maurice Merleau-Ponty, en ne distinguant pas l’histoire des sciences des pensées et concepts qui traversent les époques, Michel Blay replace à la fois la science dans le mystère de sa poésie, mais aussi dans celle du sens que nous cherchons à donner à notre vie, comme une main tendue vers de nouvelles perspectives de réflexion... Si d’autres ont pensé avant nous l’idée de nature de manière autre, n’y aurait-il pas aussi la possibilité de repenser la nature - et par là même la science et ses fonctions - autrement que dans une vision utilitaire, énergétique et industrieuse ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ania Le Fur, « Critique de l’histoire des sciences », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VII-N°1 | 2018, 107.

Référence électronique

Ania Le Fur, « Critique de l’histoire des sciences », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VII-N°1 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/hrc/2267

Haut de page

Auteur

Ania Le Fur

Paris-Jourdan Sciences Economiques UMR 8545

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals