Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ordem e progresso (ordre et progrès). Cette devise qui figure sur le drapeau du Brésil a été inspirée par le philosophe et polytechnicien Auguste Comte (1798-1857), le père du positivisme et le fondateur de la sociologie. Nul n’ignore son célèbre Cours de philosophie positive en 60 Leçons. Nous n’irons pas plus loin dans ces remarques concernant l’influence d’Auguste Comte sur la vie et le développement économique et intellectuel du Brésil. Cela indique cependant que les liens entre la France et le Brésil sont inscrits dans une longue histoire et qu’entreprendre d’en faire le point aujourd’hui, de dessiner un état des lieux dans le domaine des échanges scientifiques entre nos deux nations, participe de plein droit à la vie de notre revue.

2Il nous est, en outre, apparu indispensable de dépasser les cadres de la vie scientifique française et européenne et de porter notre regard vers le monde dans son ensemble, comme d’ailleurs le CNRS lui-même nous y invite à travers les associations, les bureaux à l’étranger, les instituts à travers le monde et maintenant les UMI (Unités mixtes internationales).

3Nous entamons donc notre périple international par le Brésil. J’ai indiqué dès les lignes d’introduction de cet édito les liens anciens. Venons en à la modernité et à ce numéro.

4Les premiers articles posent le décor ; d’une part en présentant cursivement la structure économique et politique du Brésil sans négliger les récentes et diverses vicissitudes qui traversent aujourd’hui sa vie politique et, d’autre part l’état des coopérations scientifiques internationales tout en privilégiant celles développées avec la France. Chacun, par exemple, d’une façon ou d’une autre a sans doute été impliqué dans le vaste accord cadre d’échange, ouvert à toutes les disciplines, et dénommé CAPES-COFECUB. Mais, évidemment, comme on le découvre à la lecture des articles, ce n’est pas que cela !

5Dans les articles suivants sont présentés, sans aucune visée d’exhaustivité, des aspects significatifs du travail scientifique. Ainsi dans celui intitulé « Les débuts de l’IMPA et l’internationalisation des mathématiques » on voit se développer un vaste programme qui conduit à des échanges importants mais aussi à des jeux de concurrence entre les Etats Unis et la France (représentée en particulier par des membres du groupe Bourbaki). De cela va naître un pôle représentatif de recherches en mathématiques dont témoigne, par exemple, la médaille Fields attribuée en 2014 au franco-brésilien Artur Avila Cordeiro de Melo.

6Des mathématiques, certes, mais aussi des sciences humaines et sociales s’incarnant dans une longue tradition d’échanges entre la France et le Brésil : « Les sciences humaines et sociales dans les relations scientifiques France-Brésil ». Des noms marquent la qualité et le niveau des échanges comme ceux de Claude Lévi-Strauss, de Fernand Braudel ou de Pierre Monbeig.

7Dans « Une brève histoire du Département d’informatique de la PUC-Rio » on assiste au développement, dans le cadre de la Pontificia Universidate catolica de Rio de Janeiro, université privée jésuite crée en 1941, à la mise en place des premiers centres ce calcul d’importance.

8Deux articles viennent ensuite compléter cet ensemble, l’un sous la forme d’un entretien donné par Luiz Davidovich centré sur l’optique quantique où l’on voit s’organiser un cadre de recherche et d’échanges avec Serge Harroche, et, l’autre centré sur « Le laboratoire international associé Bact-Inflam sur les bactéries et maladies inflammatoire en santé humaine et animale, l’aboutissement de 17 années de collaborations France-Brésil »

9A travers ces articles on mesure à la fois la nécessité de l’internationalisation de la recherche dans les politiques de développement, mais aussi la persistance de liens importants et féconds avec la France et entre autres avec le CNRS.

10Le numéro de la revue consacre ses varia à deux articles l’un dédié à l’action institutionnelle de Elie Wollman « Elie Wolman, un homme de conviction » et l’autre à ses travaux scientifiques associés au développement de la biologie moléculaire.

11Quelques pages sont consacrées à diverses analyses d’ouvrages.

12Bonne lecture à tous !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Blay, « Editorial », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VII N°2 | 2018, 118-119.

Référence électronique

Michel Blay, « Editorial », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VII N°2 | 2018, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/2301

Haut de page

Auteur

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals