Navigation – Plan du site
Dossier: Histoire et structure de la coopération entre le Brésil et la France

Les sciences humaines et sociales dans les relations scientifiques France-Brésil

Human and social sciences in French-Brazilian scientific relations
Hervé Théry
p. 156-167

Résumés

Remontant aux origines de la collaboration en sciences sociales, l’article montre son impact sur l’évolution des concepts, renforcé par le programme Capes-Cofecub. Il note toutefois une tendance à se concentrer sur les régions, les quartiers et les groupes sociaux les plus défavorisés, négligeant les régions, secteurs économiques et groupes sociaux les plus prospères (ponérotropisme)

Haut de page

Texte intégral

À quand remonte la collaboration en sciences sociales entre la France et le Brésil ? Quel en a été l’impact sur l’évolution de leurs concepts ? Quels mécanismes institutionnels l’ont facilitée ? Et qu’est-ce que le ponérotropisme ?

1La collaboration en sciences sociales entre la France et le Brésil a derrière elle une longue et belle tradition, et également un fort impact sur l’évolution de leurs concepts, grâce aux échanges financés le programme Capes-Cofecub. On peut toutefois regretter une tendance – que l’on peut nommer « ponérotropisme » – à se concentrer sur les régions, les quartiers et les groupes sociaux les plus défavorisés, négligeant les régions, secteurs économiques et sociaux les plus prospères.

Aux origines de la collaboration en sciences sociales

2On pourrait faire remonter les recherches en sciences sociales sur le Brésil à André Thevet, qui avait accompagné comme aumônier l’expédition du vice-amiral Villegagnon, destinée à établir une colonie française au Brésil. Il a séjourné à ce titre de la mi-novembre 1555 à la fin janvier 1556 sur un îlot situé à l’entrée de la baie de Rio de Janeiro, où se trouvait la forteresse des Français, le Fort Coligny.

3À son retour il publia Les Singularitez de la France antarctique, le compte rendu de ses observations décrivent pour la première fois en français du manioc, de l’ananas, de l’arachide, de la noix de cajou et du tabac, ainsi que du grand ara rouge, du toucan, du paresseux et du tapir. Mais surtout, il offre le premier tableau ethnographique des Indiens Tupinamba. Alfred Métraux a écrit que le « chapitre sur l’anthropophagie rituelle des Tupinamba ... est sans doute un des plus beaux documents ethnographiques que nous ait laissé le XVIe siècle » et pour Frank Lestringant ce livre est une œuvre phare de la littérature de voyage au XVIe siècle.

4Le voyage de La Condamine en Amazonie qui de retour d’Équateur rejoignit Cayenne en descendant l’Amazone jusqu’à Belém, puis au XIXe siècle la mission artistique française au Brésil, avec notamment le peintre Debret, ou les explorations d’Auguste de Saint Hilaire dans le centre du Brésil sont d’autres épisodes notables de la connaissance du Brésil.

5Le Brésil a donc été très tôt un objet de curiosité scientifique, pour sa flore, sa faune mais aussi sa société, mais comme le note François-Michel Le Tourneau dans l’encadré « brésilianisme » du Livre blanc du GIS Institut des Amériques : « C’est surtout à partir des années 1930 que se structurent à la fois un courant intellectuel fort et des échanges importants autour du Brésil. À cette époque et à la demande des Brésiliens et au moment où la “brésilianité” s’affirme dans le pays, des professeurs français furent sélectionnés pour composer la “mission universitaire française” et participer à la fondation de l’Université de São Paulo (USP). Les enseignants choisis deviendront pour beaucoup, suite à leur expérience au Brésil, des figures fondamentales des sciences humaines et sociales de l’après-guerre en France : citons Claude Lévi-Strauss, Roger Bastide, Fernand Braudel ou Pierre Monbeig (qui fut ensuite fondateur de l’IHEAL et directeur du département Sciences humaines du CNRS). Cette première génération fondatrice de la coopération en sciences humaines entre la France et le Brésil fut suivie par des chercheurs qui pérennisèrent dès la fin des années 1950 les échanges universitaires entre les deux pays et alimentèrent le brésilianisme, Jean Tricart (géomorphologie, écologie), Michel Rochefort (planification urbaine) suscitèrent une nouvelle vague de brésilianistes ». En sens inverse, des universitaires brésiliens sont venus exercer en France, notamment lors de la dictature militaire qui contraignit nombre d’entre eux à l’exil, par exemple Milton Santos ou Celso Furtado.

6La « galaxie » ainsi mise en place a été résumée par Martine Droulers sur un schéma de l’exposition « Les espaces-temps du Brésil » organisée en 2009 à l’occasion de l’année de la France au Brésil, il montre – autour de la figure centrale de Pierre Monbeig – les filiations intellectuelles des brésilianistes à la fin du XXe siècle (fig. 1).

Figure La galaxie intellectuelle de Pierre Monbeig

Figure  La galaxie intellectuelle de Pierre Monbeig

7Lors de séjours, souvent longs, firent apparaître dans les deux pays des chercheurs qui devinrent « passeurs » facilitant grandement les échanges ultérieurs. Le séjour de Monbeig au Brésil a fortement contribué à une évolution des concepts que les chercheurs utilisaient déjà mais qu’ils ont dû adapter à une réalité qui n’entraient pas dans les cadres intellectuels importés d’Europe.

L’impact sur l’évolution des concepts

8Laurent Vidal et Paulo César da Costa Gomes le montrent bien à propos de deux professeurs français qui ont participé de la fondation de l’USP (Universidade de São Paulo), Pierre Monbeig et Roger Bastide. Ils ont voulu « montrer comment la confrontation avec la réalité des années 1930 [a] obligé ces deux jeunes étudiants qui ont reçu une formation traditionnelle en géographie et sociologie à reconsidérer leurs bases épistémologiques et méthodologiques pour construire un ensemble de concepts et d’approches capables de faire face aux phénomènes observés. […] Comment deux jeunes enseignants français formés dans un climat universitaire extrêmement formaliste, teinté de positivisme, et engagés pour participer à la fondation d’une université sous les tropiques, vont expérimenter de nouveaux thèmes, inventer de nouvelles notions et approches méthodologiques et peu à peu contribuer à renouveler leur discipline ? »

9L’épisode de la fondation de l’USP est en effet essentiel pour mesurer « la fertilité du terreau brésilien pour le développement des sciences sociales, le renouvellement des méthodes, des disciplines aussi ». Pour de jeunes enseignants (ils avaient tous moins de trente ans) appelés à participer à cette aventure alors qu’ils exerçaient jusque-là dans des lycées français « rien ne pouvait alors laisser présager combien cette expérience allait modifier durablement, non seulement leur vie mais aussi leur approche disciplinaire ». Comme l’explique Lévi-Strauss dans un entretien à Libération, le 1er septembre 1988 :

« ça a peut-être été l’expérience décisive de nos existences. Non seulement parce que ça a été la première fois que, jeunes professeurs, nous nous expatrions dans un pays très lointain, mais parce qu’en même temps nous y trouvions, pour nos études respectives (que ce soit les anthropologues, les sociologues, les géographes ou les historiens) un terrain d’une richesse tout à fait prodigieuse et qui, à l’inverse des vieux terrains de l’Ancien Monde, était encore très incomplètement exploité… Alors, ça été pour nous une véritable révolution spirituelle ».

10Cette transformation induite par le séjour au Brésil et par la collaboration avec les collègues brésiliens, qui aura un impact sur l’évolution de la discipline, apparaît bien dans le cas de Pierre Monbeig. Laurent Vidal et Paulo César da Costa Gomes soulignent qu’il a dû remettre en cause le concept central de région, élaboré par l’école française de géographie, pour caractériser un espace en constante transformation comme celui de São Paulo.

11Comme le montre Aldo Dantas (2009) « La géographie régionale “à la française” dépeignait parfaitement son temps, une France essentiellement rurale et “stable” où les régions semblent immuables et figées dans le temps. Étant au Brésil, Monbeig prend conscience des défis auxquels est confrontée la géographie, plus tôt que s’il [était] resté en Europe. […] Il mesure le rôle des villes dans l’exploration du territoire brésilien et est frappé par la vitesse de leur développement. Il se rend compte que l’instrument de l’analyse des genres de vie ne rend pas compte de l’essentiel dans un pays de peuplement récent, où l’économie est en reconstruction permanente ».

12Ces remises en cause des concepts géographiques répondent ainsi à ce qui se produit alors dans la société pauliste, selon L. Vidal et P. C. da Costa Gomes :

« un questionnement multiforme où artistes, hommes de lettres, intellectuels et chercheurs réfléchissent sur le sens du Brésil moderne, de la brasilianité, les racines de la culture. Ainsi donc, l’expérience de Bastide et Monbeig démontre que l’échange peut conduire à un enrichissement mutuel par l’apport de nouvelles questions, de nouvelles méthodes, et que l’ouverture d’esprit, la capacité à prendre en compte l’inattendu, sont bien plus profitables qu’une attitude de supériorité ».

13Ces analyses rejoignent celles de César Simoni Santos (2016) pour qui « La condition qui fait de lui un “géographe pionnier” (Droulers et Théry 1991) se réfère simultanément à la position que ce géographe a tenu dans son propre champ disciplinaire et l’a exposé également aux demandes du terrain [qui réclamaient] un ajustement des contributions conceptuelles de la géographie ». Utilisant un terme curieux il avance que « la vacillation de la notion traditionnelle de la région et de la méthode vidalienne est évidente à partir de […] la perception de la frontière comme limite à l’utilisation des méthodes traditionnelles de la régionalisation et concept éprouvé de la région. […] Chez Monbeig, la tension entre le bagage épistémique et sa façon d’observer les phénomènes sociaux sont devenus la source du potentiel d’innovation de son travail. […] Par conséquent, l’importance de Monbeig, pour nous, n’a pas résidé dans sa capacité à appliquer la méthode apprise de ses maîtres français, mais dans sa sensibilité aux nouvelles exigences du réel ».

14L’épisode de la création de l’USP est d’autant plus fondateur qu’il montre que le Brésil n’est pas pour les sciences sociales un simple terrain d’aventure, mais qu’il influence leur façon de penser, et que les séjours au Brésil ont été l’occasion de repenser les bases mêmes de leurs disciplines. Ce contact fondamental avec le pays a été rendu possible par des mécanismes de coopération dont le principal est, de loin, le programme Capes-Cofecub.

Un des piliers de la collaboration scientifique France-Brésil, le programme Capes-Cofecub

15Si la collaboration en sciences sociale s’est prolongée durant des décennies et a pu se maintenir à un haut niveau, c’est que des mécanismes ont été mis en place pour favoriser les échanges. Parmi eux, un rôle essentiel a été tenu par les accords « Capes-Cofecub », du nom des deux organismes qui les gèrent. D’une part la Capes (Coordination pour le Perfectionnement du Personnel de l’Enseignement Supérieur, du Ministère de l’Éducation brésilienne, à peu de choses près sa Direction de l’Enseignement Supérieur). D’autre part le Cofecub, Comité Français d’Évaluation de la Coopération Universitaire et Scientifique avec le Brésil, structure ad hoc créée pour piloter les programmes de coopération avec le Brésil.

  • 1 Sciences du Vivant, Physique, Chimie, Sciences de l’Ingénieur, Sciences Humaines et Sociales, Médec (...)

16Cet accord-cadre de coopération interuniversitaire, signé en 1979, a donné lieu à près de 900 accords (870 jusqu’en 2015). Le programme est ouvert à tous les champs disciplinaires1, les propositions sont évaluées en parallèle par des experts anonymes désignés par le Cofecub et par la Capes, les résultats étant ensuite confrontés lors d’une réunion décisionnelle commune. En terme de répartition par champs scientifiques, la prépondérance des sciences exactes et de la terre, suivies par les sciences de l’ingénieur est manifeste puisqu’elles représentent à elles deux la moitié des projets appuyés au cours des trente premières années. Les sciences humaines et la biologie ne les suivent que d’assez loin, l’agronomie et la santé fermant le cortège avec des pourcentages inférieurs à 10 % du total.

Figure Part des champs scientifiques dans le programe Capes-Cofecub

Figure  Part des champs scientifiques dans le programe Capes-Cofecub

17La répartition des universités participantes de part et d’autre de l’Atlantique (figure n° 3) est évidemment en rapport avec la hiérarchie urbaine dans les deux pays, Paris, dans le cas français, et Rio et São Paulo au Brésil se détachant nettement. On constate toutefois la présence de villes de plus petite taille, par exemple Londrina, Maringá (Paraná) ou Feira de Santana (Bahia) au Brésil, ainsi que le Mans ou Concarneau, du côté français. On n’observe pas de spécialisation absolue (à part de rares exceptions près, comme Brest ou Concarneau, Uberaba ou Vitória), il est rare qu’une ville ne soit active que dans une seule aire scientifique. On observe un bon équilibre entre elles, même dans des villes de taille moyenne. Néanmoins on peut noter la part importante des sciences de l’ingénieur à Nancy, des sciences exactes à Grenoble, des sciences agraires à Viçosa et Piracicaba, deux centres universitaires à nette dominante agronomique.

Figure Universités françaises et brésiliennes ayant participé au programme Capes-Cofecub

Figure  Universités françaises et brésiliennes ayant participé au programme Capes-Cofecub

18Représenter les collaborations sous forme de cartes de flux fait apparaître un tissu dense, au point qu’il faut pour plus de clarté le réduire au cas des villes ayant porté plus de trois projets (figure n° 4). Il apparaît un certain nombre de spécialisations qui révèlent des affinités entre les établissements, ou du moins entre des équipes qui y travaillent.

Figure Les accords* du programme Capes-Cofecub

Figure  Les accords* du programme Capes-Cofecub

*Couples de villes ayant obtenu plus de trois accords

19Les projets issus de Rio concernent principalement Paris, comme le montre bien l’épaisseur de la flèche qui les relie. Ce n’est pas aussi nettement le cas pour São Paulo, qui développe aussi des échanges importants avec Grenoble, Montpellier et Toulouse, équilibrant un peu mieux ses échanges avec la France. Dans le cas de Porto Alegre, le poids de Grenoble et de Toulouse est suffisamment conséquent pour faire jeu presque égal avec Paris, alors que Belo Horizonte reproduit, sur un mode mineur, le style de Rio. Dans les autres villes le nombre de projets n’est pas suffisant pour que l’on puisse tirer des conclusions claires, mais dans tous les cas de figure c’est Paris, et secondairement Grenoble, qui se détachent.

20En ce qui concerne la géographie, pour la France les centres principaux sont également Paris et région parisienne et pour le Brésil la triade des capitales du Sudeste (Rio de Janeiro, São Paulo et Belo Horizonte). Trois villes situées dans les régions plus périphériques, Recife, Porto Alegre et Cuiabá, ont réussi à organiser leurs propres échanges. Dans le cas de Recife c’est encore avec Paris, mais pour Cuiabá c’est avec Rennes, et Porto Alegre s’est alliée à l’université du Mans, une nouvelle venue sur la carte des échanges franco-brésiliens. Du côté français la répartition est moins centrée sur la région de la capitale, Strasbourg, Pau et Montpellier y trouvent leur place, ainsi que Rennes et Le Mans, déjà cités. On notera ici l’absence de villes dotées de départements de géographie importants, comme Toulouse ou Grenoble, ce qui indique à l’évidence que les relations avec le Brésil ne sont pas automatiques, mais supposent des initiatives d’équipe et de personnes capables d’établir des ponts avec leurs homologues brésiliens.

Figure Les accords Capes-Cofecub en géographie

Figure  Les accords Capes-Cofecub en géographie

21L’examen de la liste des seize projets approuvés, en géographie, au fil des trente premières années confirme la présence des personnalités bien connues dans le petit monde des « brésilianistes » français, et leurs homologues brésiliens. Par exemple, le fait qu’un projet soit porté par José Pereira de Queiróz et Alain Ruellan, par exemple, a dû peser davantage dans l’évaluation que les mérites respectifs de l’USP et de l’Université de Rennes, si grands soient-ils. On peut en trouver la confirmation dans le fait que le même Alain Ruellan obtient ensuite un nouveau projet depuis Montpellier, José Pereira de Queiróz continuant l’ancien projet, cette fois avec l’Université Paris VII. On sait bien que le fondement d’un bon échange Capes-Cofecub, qui dure et se renouvelle, est bien l’accord entre des personnes qui se connaissent et se font confiance, savent pouvoir compter l’une sur l’autre au moment de monter équipes et programme de recherche.

22Thais Mere Marques Aveiro en 2015, faisant le bilan de la collaboration entre les chercheurs brésiliens et français dans le cadre du programme Capes/Cofecub (2009-2014), a pu ainsi établir qu’en général les collaborations avaient abouti à une publication conjointe. Ayant recueilli les informations disponibles dans les programmes de 219 universitaires, elle y a trouvé un total de 1 694 documents en collaboration, soit une moyenne de 7,75 papiers co-écrits par les coordonnateurs. Elle note toutefois que « le financement des projets est concentré dans trois régions, São Paulo, Rio de Janeiro et le Rio Grande do Sul. Ce résultat va à l’encontre de l’objectif initial du programme visant à stimuler le développement des universités dans le Nordeste du Brésil ».

23Analysant de façon plus générale la coopération scientifique avec le Brésil, Jean-Pierre Briot (2015) fait remarquer que « depuis une vingtaine d’années, et parallèlement à la montée en puissance de la science brésilienne, deux changements importants se sont opérés dans la nature des coopérations entre la France et le Brésil. Tout d’abord, les échanges étaient au départ très asymétriques, les étudiants brésiliens venant se former en France et les chercheurs français venant enseigner au Brésil ». Ce n’est plus le cas aujourd’hui, un nombre croissant d’étudiants français viennent étudier au Brésil et des enseignants brésiliens assurent des cours et séminaires en France.

24Quant aux boursiers brésiliens, « la nature des bourses a également évolué : au départ il ne s’agissait quasiment que de bourses complètes c’est-à-dire pour un séjour complet de thèse en France (la thèse durant a priori quatre ans au Brésil). Depuis plusieurs années, la majorité des bourses offertes sont des bourses dites « sandwich », c’est-à-dire pour un séjour en France au cours de la thèse. Le Brésil est donc passé d’une optique asymétrique axée sur la formation à l’étranger vers une volonté d’échanges plus équilibrés ».

25Autre évolution sensible, et tout particulièrement en sciences sociales, on assiste à une évolution des types d’objets de recherche : « au départ, le Brésil était surtout considéré par la France et les autres pays développés comme un objet d’étude en lui-même (anthropologie, géographie, biodiversité, agriculture, modèles de développement…). Même si cette approche continue, du fait de la richesse des objets d’étude propres au pays, elle est devenue maintenant une composante parmi d’autres, et fait l’objet d’échanges et de collaborations plus équilibrés. Les autorités du pays sont d’ailleurs devenues plus sensibles à l’équilibre des échanges et surveillent l’accès aux ressources du pays ».

26Ceci implique des missions nombreuses et fréquentes, á la fois pour mener des recherches de terrain et pour de réelles collaborations avec les partenaires brésiliens. C’est plus vrai encore pour les sciences humaines et sociales où le terrain est le vrai laboratoire. « L’importance du nombre de missions effectuées par les personnels des unités SHS (20 % de l’ensemble des missions CNRS au Brésil) révèle l’importance des sciences humaines et sociales dans les partenariats internationaux du CNRS avec le Brésil ».

Un net ponérotropisme

27Malgré la bonne santé de la collaboration franco-brésilienne en sciences humaines et sociales, on se permettra un regret. Alors que la collaboration est de plus en plus symétrique, le Brésil ayant connu un réel développement économique au cours des cinquante dernières années (Théry 2016), pourquoi les recherches menées par des chercheurs français en sciences humaines et sociales continuent-elles à se concentrer prioritairement sur les régions, les quartiers et les groupes sociaux les plus défavorisés, négligeant presque systématiquement les régions, secteurs économiques et sociaux les plus prospères ?

28Les sciences sociales portant sur le Brésil – tant françaises que menées par des Brésiliens, avec ou sans collaboration franco-brésilienne – sont marquées par un net ponérotropisme, une tendance à se tourner préférentiellement vers les pauvres, les exclus, les marginaux. Certes, ces recherches sont menées avec les meilleures des intentions. Elles visent à faire mieux connaître le sort des populations concernées, dans l’espoir de le voir s’améliorer, mais ne pas étudier les riches, leurs alliances et leurs manœuvres pour rester toujours au sommet – si pointu – de la pyramide sociale, permet de les laisser gouverner tranquillement le pays à leur convenance et à leur profit.

Ponérotropisme

Ce néologisme, est formé à partir de deux racines grecques :

Tropisme, du verbe grec τρόπος (tropos), tendance, propension à se tourner vers (comme dans phototropisme ou héliotropisme). Au sens figuré, force qui pousse un groupe, un phénomène, à prendre une certaine orientation. Source : http://www.larousse.fr/​dictionnaires/​francais/​tropisme/​79968#E01HIi8i1iTVjYBu.99

Poneros, la racine grecque pour « pauvre ». Comme la seconde partie du mot proposé est grecque on ne pouvait utiliser le mot latin pauper. Le grec présente deux racines différentes, (ponéros), malheureux, infortuné, miséreux, et  (ptôkos), qui se blottit, qui se cache, d’où humble, pauvre, mendiant. On a choisi la première racine pour des raisons d’euphonie. Source : « Les racines hébraïques, grecques et latines des vocables de la théologie », http://josephmarie.perso.neuf.fr/​Joseph_Grumel/​Racines.html

29On peut montrer cette propension, à partir de deux exemples. Le Diretório dos Grupos de Pesquisa no Brasil (Répertoire des groupes de recherche au Brésil), du CNPq (Centre National de la Recherche), accessible en ligne à l’adresse http://lattes.cnpq.br/​web/​dgp contient l’inventaire des groupes de recherche scientifiques et technologiques actifs dans le pays (http://lattes.cnpq.br/​web/​dgp). Il permet de rechercher des informations sur les groupes de recherche certifiés (http://dgp.cnpq.br/​dgp/​faces/​consulta/​consulta_parametrizada.jsf), et c’est à l’aide des données extraites de son site qu’a été élaboré le tableau 1.

Tableau Thèmes de groupe de recherche CNPq , SHS et hors SHS

Tableau  Thèmes de groupe de recherche CNPq , SHS et hors SHS

30La place des sciences humaines et sociales dans l’ensemble des groupes n’est nulle part aussi forte que pour ceux qui ont pour mots-clés « élites » (pour les critiquer), ou « pauvre(s) » et « pauvreté », « favelas », « quotas », « exclusion » et « inégalités ». Elles sont très majoritaires dans les groupes étudiant les Indiens ou les quilombolas (noirs marrons) mais très minoritaires parmi ceux qui étudient l’industrie (pourtant très nombreux) et plus encore parmi ceux qui s’intéressent aux riches et à la richesse.

31Pour compléter cette approche des recherches brésiliennes par un exemple français, nous pouvons analyser le sommaire du numéro spécial « Populations et territoires du Brésil » (numéro 2014/2-3) de la revue Populations, espaces et sociétés, sous la direction de Frédéric Dumont, Marie-Françoise Fleury, Wilson Fusco et Cássio Maldonado Turra (http://eps.revues.org/​5724).

32Il ne s’agit évidemment pas ici de critiquer cet excellent dossier – d’autant moins que je suis l’auteur d’un de ses articles – mais de vérifier si les chercheurs français en SHS, majoritaires dans ce numéro, ont le même ponérotropisme que leurs collègues brésiliens. Cela semble bien être le cas, et les quatre coordinateurs le confirment dès l’introduction, où ils annoncent que « la pauvreté, les inégalités [sont des] thèmes récurrents dans ce numéro ».

33Ce choix apparaît bien dans la distribution géographique des articles. Sur ceux sur ceux qui traitent d’une région particulière un seul concerne le Sud (14 % de la population brésilienne) trois concernent le Sudeste (42 %), trois le Nordeste – tous trois sur la ville de Recife – (28 %) et pas moins de six l’Amazonie (8 %), dont un sur chacun de ses deux États les moins peuplés, le Roraima et l’Amapá. Pour ce qui est des thèmes des articles (listés ci-dessous), cinq – selon les coordonnateurs – sont de cadrage global, tous les autres sont consacrés soit à des populations en situation critique et/ou victimes d’injustice, soit à des régions très marginales.

  1. Liens entre le passé esclavagiste du Brésil et les structures territoriales actuelle.

  2. Fragilité et précarisation de l’agriculture familiale.

  3. Les populations rurales face à la régularisation foncière en Amazonie.

  4. Évolution des structures économiques de l’État de Roraima, partie méconnue de l’Amazonie brésilienne.

  5. Migrations internationales et ségrégation en Amazonie.

  6. Rio de Janeiro dans le contexte de méga-évènements : le rôle des pouvoirs publics dans la ségrégation urbaine.

  7. Le vécu de l’accès à l’eau par les habitants de Recife.

  8. Quelles mobilités quotidiennes des populations pauvres et vieillissantes à Recife ?

  9. Les populations des cortiços (taudis) : le cas de Recife et São Paulo.

  10. Les inégalités régionales de la mortalité infantile dans le Minas Gerais.

  11. En marge ou à la marge ? Les populations amérindiennes au Brésil.

  12. Extractivisme de ressources naturelles et dépendance des politiques publiques en Amazonie brésilienne » (île de Marajó).

  13. La communauté de pêcheurs de Taperebá (État d’Amapá, Brésil).

34On notera que dans ce dernier cas les coordonnateurs précisent que les pêcheurs « se sont installés, sans toutefois bénéficier du statut de population traditionnelle, dans une zone insalubre à Oiapoque », et sont donc des marginaux dans la ville la plus marginale du moins peuplé des États brésiliens.

35N’aurait-il pas été possible de consacrer quelques articles à des populations ou à des territoires prospères (il y en a heureusement quelques-uns au Brésil), pourquoi pas des recherches sur les producteurs de soja du Mato Grosso, ou le secteur du commerce de luxe de la rue Oscar Freire à São Paulo ? Symétriquement, on pourrait imaginer un dossier du même genre sur la France dans une revue brésilienne. Il consacrerait l’essentiel de ses articles à la « jungle » de Calais, au trafic de drogue dans les cités du « Neuf-Trois », à la difficile situation des éleveurs de chèvres de Larzac ou des « zadistes » de Notre-Dame des Landes. Tous sujets intéressants mais qui composent –en ne tenant compte que de leur sujet – une image pour le moins partielle des réalités vécues par l’immense majorité de la population française. Serait-ce bien raisonnable ?

Haut de page

Bibliographie

Aveiro Thais Mere Marques, “A colaboração entre pesquisadores brasileiros e franceses no Programa CAPES/COFECUB (2009-2014) ”, DataGramaZero - Revista de Informação - v.16 n.2 2015.

Briot Jean-Pierre, La coopération scientifique avec le Brésil, Bilan et perspectives, Conseil de politique européenne et internationale du CNRS, Réunion du 13 janvier 2015.

Dantas Aldo, « Monbeig e a noção de Complexo Geográfico », Confins 7, 2009, URL http://confins.revues.org/6091 ; DOI 10.4000/confins.6091

Droulers Martine et Théry Hervé, Pierre Monbeig, un géographe pionnier, collection Travaux et Mémoires de l’IHEAL n° 55, 242 pages, IHEAL, 1991.

Grumel Joseph, « Les racines hébraïques, grecques et latines des vocables de la théologie », http://josephmarie.perso.neuf.fr/Joseph_Grumel/Racines.html

Institut des Amériques, « Brésilianisme » in Les études sur les Amériques en France, Livre blanc du GIS Institut des Amériques, 2016, p 108-109.

Lestringant Frank, L’atelier du cosmographe ou l’image du monde à la Renaissance, Albin Michel, 1991.

Métraux Alfred, « Un chapitre inédit du comosgraphe André Thevet sur la géographie et l’ethnographie du Brésil », Journal de la Société des Américanistes, 1933, Volume 25, Numéro 1, pp. 31-40.

Numéro spécial « Populations et territoires du Brésil », numéro 2014/2-3 de Populations, espaces et sociétés sous la dir. de Frédéric Dumont, Marie-Françoise Fleury, Wilson Fusco et Cássio Maldonado Turra, http://eps.revues.org/5724

Santos César Simoni, « Pierre Monbeig e o vacilo de uma tradição nos trópicos », Confins 26, 2016, URL http://confins.revues.org/10724, DOI : 10.4000/confins.10724

Théry Hervé, Le Brésil, pays émergé, coll.Perspectives géopolitiques, Armand Colin 2016,

Théry Hervé, « Une géographie de la coopération universitaire France-Brésil, analyse des accords Capes-Cofecub », Échogéo, n° 15, 2011. http://anpege.org.br/revista/ojs2.2.2/index.php/anpege08/article/view/34

Vidal Laurent et Gomes Paulo César da Costa, « Déplacement des savants, déplacements des savoirs, ou le glissement des concepts sur le sol meuble du Brésil : les exemples de Roger Bastide et Pierre Monbeig », Cadernos de História da Educação – v. 14, n. 2, 2015 433-438.

Haut de page

Notes

1 Sciences du Vivant, Physique, Chimie, Sciences de l’Ingénieur, Sciences Humaines et Sociales, Médecine-Santé, Terre et Univers, Mathématiques et Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure La galaxie intellectuelle de Pierre Monbeig
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/2362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure Part des champs scientifiques dans le programe Capes-Cofecub
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/2362/img-2.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure Universités françaises et brésiliennes ayant participé au programme Capes-Cofecub
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/2362/img-3.png
Fichier image/png, 71k
Titre Figure Les accords* du programme Capes-Cofecub
Légende *Couples de villes ayant obtenu plus de trois accords
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/2362/img-4.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure Les accords Capes-Cofecub en géographie
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/2362/img-5.png
Fichier image/png, 81k
Titre Tableau Thèmes de groupe de recherche CNPq , SHS et hors SHS
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/2362/img-6.png
Fichier image/png, 265k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Théry, « Les sciences humaines et sociales dans les relations scientifiques France-Brésil », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VII N°2 | 2018, 156-167.

Référence électronique

Hervé Théry, « Les sciences humaines et sociales dans les relations scientifiques France-Brésil », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VII N°2 | 2018, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/2362 ; DOI : 10.4000/hrc.2362

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

Géographe, directeur de recherche émérite au CNRS-Creda (UMR7227), Professeur invité à l’Universidade de São Paulo (USP) depuis 2005. Il est fondateur et co-directeur de la revue Confins (http://confins.revues.org/), et tient le carnet de recherche Braises (http://braises.hypotheses.org/)

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals