Navigation – Plan du site
Varia

Elie Wollman, un homme de conviction

Une défense de la recherche incarnée par des femmes, des hommes et leurs institutions
Francis-André Wollman
p. 202-211

Résumé

L’un des pionniers de la génétique moléculaire contemporaine, appartient à une génération de scientifiques profondément affectée par la Deuxième Guerre mondiale et l’Occupation. Sa vie professionnelle fut marquée par l’engagement dans la défense des institutions de recherche et la protection des intellectuels persécutés à l’ouest comme à l’est durant la guerre froide1

Haut de page

Texte intégral

Je souhaite exprimer ici toute ma gratitude à Daniel Demellier pour sa remarquable gestion des Fonds « Eugène et Elisabeth Wollman » et « Elie Wollman » aux archives de l’Institut Pasteur. Il m’a servi de guide pour leur consultation. Sans son aide précieuse, je n’aurais pas pu rédiger cette évocation des engagements de mon père. Mes remerciements chaleureux à Henri Buc, enzymologiste de talent et ancien élève de Jacques Monod, qui a depuis longtemps porté sur les travaux d’Elie Wollman une attention scientifique pleine de discernement. Après avoir organisé un colloque à sa mémoire à l’Institut Pasteur en 2009, il a encore manifesté pendant nos rédactions croisées, son intérêt le plus vif pour le cheminement remarquable de ceux qui, marqués par les épreuves de la guerre et de l’occupation, avaient repris immédiatement les chemins de la connaissance, pour redessiner ensemble le nouvel horizon de notre compréhension du monde vivant.

1Elie Wollman est entré à l’Institut Pasteur fin 1945 et ne l’a quitté qu’au moment de sa retraite en 1985. Il y fut successivement boursier en 1945, assistant chez André Lwoff en 1946, chef de laboratoire en 1954 puis professeur en 1964. Comme certains pasteuriens, il fut également directeur de recherche au CNRS à partir de 1960 et il siégea au sein du conseil d’administration de l’organisme de 1967 à 1971. Il fut l’un des membres éminents de ce mythique « Grenier de l’Institut Pasteur », qu’évoque Henri Buc dans son article de cette revue, où il fut accueilli par André Lwoff dès la fin de la guerre, en même temps que Jacques Monod, avant que François Jacob ne les rejoigne cinq ans plus tard.

2Docteur en médecine en 1943, pour une thèse sur la nature chimique des anticorps, puis docteur es-sciences en 1958, à l’issue de ses recherches en bactériologie, il est l’un des pères fondateurs de la génétique microbienne dont les concepts ont essaimé dans toute la biologie contemporaine, qu’il s’agisse de la biologie dite « moléculaire » ou de la virologie. Comme on peut le lire encore dans l’article d’Henri Buc, ses principales contributions ont porté sur le déterminisme génétique de la lysogénie, la localisation du prophage, le mécanisme de conjugaison bactérienne et la nature circulaire du chromosome bactérien.

Les chercheurs dans l’Histoire

3La génération des chercheurs à laquelle appartient Elie Wollman a été façonnée par l’Histoire, celle qu’on ne peut oublier, une situation que les deux générations suivantes qui ont travaillé en Europe de l’Ouest n’ont pas – ou peu – éprouvée. S’exprimant sur le fameux “grenier”, autrement dit le laboratoire de physiologie bactérienne dirigé par André Lwoff, où travaillaient Jacques Monod, Elie Wollman et François Jacob, Melvin Cohn du Salk Institute (USA) a écrit :

  • 2 Extracts from Research in Microbiology (2014), 165, 318-324.

It is important to realize that this was a lab peopled by a generation of scientists whose backgrounds in war and its accompanying tragedies had not only delayed their education but had given them both a dedication to learning and a need to socratically question all moral values particularly those unique to their times…/…I am particularly well placed to understand the factors that molded them, as we were of the same generation and shared similar goals and values. Like many members of that era, they were shaped by the great depression, the struggle against the unparalleled savagery of Nazi Germany, Fascist Italy/Spain/Portugal and Imperial Japan, followed by the bruising anti-intellectualism of the Cold War. Against this setting, they attracted and seeded a coalescence of fellow intellects from far and from wide to form a school that will be remembered as symbolizing the rebirth of biological sciences against a backdrop of humanistic values; they are examples of a vanishing species, the renaissance scholar.”2

4Pour Elie Wollman cela commence avec l’histoire de ses parents. Eugène et Elisabeth Wollman, tous deux pasteuriens, généticiens et microbiologistes, étaient nés à Minsk en Russie dans la décennie 1880-1890. En raison de l’antisémitisme qui leur interdisait un accès convenable à une formation universitaire dans leur pays, ils avaient dû émigrer à Liège en Belgique pour poursuivre des études supérieures, au tournant du XXe siècle. Docteur en médecine pour l’un, en physico-chimie pour l’autre, ils avaient rejoint l’Institut Pasteur en 1908, sur la recommandation du physiologiste Edouard van Beneden3, pour travailler dans le laboratoire d’Elie Metchnikoff4 qui, lui aussi, avait émigré en France en raison de l’antisémitisme prévalant en Russie et en Ukraine.

5Elie Wollman, deuxième de trois enfants, naquit pendant la Première Guerre mondiale en 1917 alors qu’Eugène, son père, engagé volontaire comme médecin dans l’armée d’Afrique et d’Orient, était éloigné de l’Institut Pasteur. Ses parents ont poursuivi des travaux pionniers sur la nature du bactériophage et de la lysogénie, jusqu’à ce que, étant restés dans leur laboratoire pendant l’Occupation, ils soient arrêtés en décembre 1943 par la police française, l’un dans les locaux de l’Institut Pasteur, l’autre à son domicile, puis déportés à Auschwitz et gazés à leur arrivée au camp.

6Le jeune Elie, étudiant en médecine, ne pouvant plus poursuivre sa formation médicale en zone « occupée », parce que juif, avait dû passer en zone sud, entre Lyon et Toulouse, prenant deux fausses identités successives avant de rejoindre l’armée secrète du Tarn, comme médecin chef d’un groupe de résistants des Forces Françaises de l’Intérieur. De cette époque, pendant ces années sombres, il apprit à distinguer les hommes de conviction, capables de courage individuel, des hommes de convention, prêts aux compromissions nécessaires à leur confort ou à leur réussite personnelle. Il conservera ce regard sur ses contemporains toute sa vie.

Guerre froide à l’Est

  • 5 Terme officieux désignant les personnes à qui le visa d’émigration était refusé par les autorités d (...)
  • 6 Manifeste publié le 1er janvier 1977 par des citoyens tchécoslovaques se référant à la Déclaration (...)

7Après la guerre, alors qu’Elie Wollman entamait une vie d’adulte en temps de paix et prenait toute sa part dans la révolution conceptuelle qui allait révéler les bases moléculaires du vivant, la guerre froide s’installait sur le monde. Elle confrontait l’Europe aux persécutions du bloc soviétique contre les refuzniks5, contre les militants des droits de l’homme comme ceux de la charte 776 en Tchécoslovaquie, des sigles et des noms qui disent sans doute peu de choses aux jeunes adultes aujourd’hui. Elie Wollman faisait partie de ceux qui les soutenaient à l’Ouest, soulignant l’exigence de défendre la liberté de conscience et d’expression, comme autant de facettes de la liberté de comprendre, de connaitre et de chercher. Et ce n’est donc pas un hasard si nombre d’hommes et de femmes persécutés à l’Est provenaient du monde de la science et de la culture. Ainsi trouve-t-on dans la correspondance d’Elie Wollman conservée aux archives de l’Institut Pasteur, une lettre adressée au ministre de la Justice tchèque datée d’octobre 1977 dans laquelle il proteste contre la répression exercée à l’encontre des signataires de la Charte 77 et écrit :

« rechercher, recevoir, faire connaitre des informations et des idées, par quelque moyen que ce soit, sans considération de frontière, c’est le sens de l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme qui est repris dans la déclaration finale de l’acte d’Helsinki ».

  • 7 Elie Wollman ne fut jamais élu membre plénier de l’Académie des sciences en France alors qu’il fut (...)

8Homme de forts principes, qui n’avaient de sens pour lui qu’à la condition de les associer à des initiatives concrètes, il fut bien souvent déçu de la frilosité de ses contemporains quand il fallait prendre des positions claires. A titre d’exemple, voici un extrait de sa réponse au président du « comité de défense des hommes de sciences », de l’Académie des Sciences7, qui lui demandait de signer une lettre collective de protestation, adressée au président de l’Académie des sciences de l’URSS, à la suite de persécutions contre des chercheurs russes. Après avoir répondu qu’il s’y associait, bien sûr, tout en trouvant ce type d’initiative d’une faible efficacité, il ajoute :

  • 8 Les citations utilisées dans ce texte sont, sauf indication contraire, issues des documents du Fond (...)

« Ne serait-il pas possible que le comité définisse quelques lignes de conduite simples … /….pour les scientifiques français quant à leurs rapports avec l’URSS et leur participation à des réunions et colloques dans ce pays ?.../…Récemment un Vice-Président de l’Académie des Sciences d’URSS, personnalité influente, avait fait des gestes pour faciliter son élection à la Présidence de la Fédération Européenne des Sociétés de Biochimie. Avant le congrès j’avais pris contact avec plusieurs membres de l’Académie (NB : ici l’Académie des sciences en France), faisant partie de la délégation à ce congrès pour leur demander de manifester avec dignité la réprobation des biologistes français quant au traitement infligé à l’un de nos collègues soviétiques. Il me semblait…../…que tant que les règles élémentaires des droits de l’homme ne seraient pas observées, il n’était pas opportun de nommer comme Président de la Fédération Européenne des Sociétés de Biochimie, un homme jouant un rôle majeur dans l’appareil scientifique soviétique qui ne peut pas être considéré comme non impliqué dans les pratiques de cet appareil. Les collègues de la délégation n’eurent aucun geste d’aucune sorte, ce qui eut pour conséquence la nomination dudit personnage à la Présidence de la Fédération, et ils ne m’ont même pas fait l’honneur de répondre à ma lettre…/… Il me semblerait souhaitable que nos propres collègues se conforment à certaines règles éthiques élémentaires pour tout scientifique digne de ce nom8 ».

Guerre froide à l’Ouest

9Elie Wollman mena de même un combat parfaitement isolé pour convaincre nombre de gloires montantes de la toute nouvelle « biologie moléculaire » de cesser de profiter de la douceur de l’île grecque de Spetsai pour tenir des colloques scientifiques parrainés par l’OTAN, tant que durerait la dictature militaire des colonels grecs (1967-1974) qui avaient renversé le gouvernement légitime.

10Car la guerre froide divisait deux camps qui, mécaniquement, s’affrontaient par régimes autoritaires interposés. C’est ainsi qu’en écho aux persécutions à l’Est, on vit proliférer dans les décennies 1960 à 1980 coups d’états militaires et répression en Amérique latine. Les intellectuels et universitaires étaient particulièrement visés, là encore parce que, pour eux, la liberté de comprendre, de connaître et de chercher imposait la défense de la liberté de conscience et d’expression. Elie Wollman avait vécu au début de son adolescence au Chili, où ses parents avaient été envoyés par l’Institut Pasteur de 1929 à 1931 pour renforcer et développer l’Institut Sanitas, traditionnellement dans la sphère francophone, face à un nouvel Institut de microbiologie et maladie infectieuse dont les Allemands soutenaient le développement. Parlant couramment espagnol, il avait conservé des relations avec des universitaires chiliens et argentins proches de ses parents et avait naturellement établi de nombreux contacts avec une nouvelle génération de biologistes latino-américains qui l’avaient sensibilisé à la détérioration de leur situation.

  • 9 Fondé à Buenos Aires en 1916 par le bactériologiste Carlos G. Malbran, l’Institut national de micro (...)

11On en trouve la meilleure illustration dans les relations durables qu’Elie Wollman entretint avec ses collègues argentins travaillant à l’Institut Malbran9 de Buenos Aires, également appelé Institut national de microbiologie. Il fut sollicité en 1958 pour les aider à développer un nouveau département de génétique bactérienne ce qu’il fit en 1960. Voilà le témoignage d’une des protagonistes, Rosa Naguel :

  • 10 Edité par Masson et Cie en 1959, ce livre de référence sera publié ultérieurement en anglais sous l (...)

« Élie Wollman est venu en Argentine pendant les mois de juillet-août 1960, invité par l’Instituto Nacional de Microbiología (INM) et le Consejo Nacional de Investigaciones Científicas (CONICET). Cette visite a été le résultat d’un accord qu’Ignacio Pirosky, directeur de l´INM, avait réalisé avec le service de génétique bactérienne de l’Institut Pasteur de Paris. La section de génétique microbienne, créée en 1958, était alors formée de Juan Puig, Juan P. Bozzini et moi-même, biologistes récemment diplômés de l’Universidad de Buenos Aires (UBA), auxquels s’est ajoutée peu après Dora N. Antón, de la Facultad de Ciencias. La génétique bactérienne était à cette époque une discipline naissante, inexistante en Argentine, et les recherches de l’Institut Pasteur constituaient des références d’excellence. Une correspondance initiée avec Élie avant sa venue avait permis de se mettre d’accord sur la future ligne de recherche : l’étude du comportement des facteurs colicinogènes dans la conjugaison bactérienne. Élie est arrivé à Buenos Aires apportant en cadeau la version récemment éditée de son livre, écrit en collaboration avec F. Jacob, « La Sexualité des Bactéries  »10. Sa présence fut extrêmement stimulante. Il parlait parfaitement l’espagnol car, très jeune il avait vécu deux ans au Chili où ses parents, en tant que chercheurs de l’Institut Pasteur de Paris, avaient travaillé. Au cours de son séjour en Argentine, en plus de l’assistance fournie à l’institut, il a donné des conférences en espagnol dans l’UBA ainsi que dans d’autres universités du pays. Il était non seulement très intelligent, mais il était aussi un observateur aigu. Il a compris rapidement notre façon d’être et il a perçu la situation de notre science et la réalité de notre pays. Pendant son bref séjour, il a partagé nos avatars quotidiens au travail ; il nous a encouragés et appuyés inconditionnellement. Il n’a pas caché son agréable surprise pour l’enthousiasme et le travail qu’il a rencontrés dans le pavillon Pasteur (qui était le nom d’un petit bâtiment de l’INM ou se trouvait la section génétique). Dans ce même pavillon s’est incorporé l’année suivante, en tant que directeur de la toute nouvelle division de biologie moléculaire, César Milstein, qui revenait de Cambridge où il avait travaillé avec F. Sanger... »

  • 11 Ignacio Pirosky, né en Ukraine en 1901, obtient son doctorat à la faculté de médecine de l’universi (...)

12Mais cette initiative devait bientôt être confrontée à une tension politique croissante entre 1960-1966. Dès 1961, un secrétaire d’Etat antisémite licencie le directeur historique de l’institut Malbran, Ignacio Pirosky11 , un immunologiste dont la famille, juive, avait émigré de Russie en 1905. Rosa Naguel témoigne :

« En 1962, lorsque I. Pirosky a été destitué de sa fonction de directeur de l’INM, Élie a envoyé une lettre au président du CONICET. Il y écrit : « L’activité scientifique plus que toute autre activité humaine requiert sécurité et stabilité. L’interférence des problèmes politiques ou des problèmes personnels dans la structure et le fonctionnement de la science sont mortels pour elle, comme on l’a vu récemment dans des pays totalitaires. Reconstruire la tâche scientifique coûte plus d’une génération. Si on ne prend pas grand soin de préserver les institutions scientifiques des contingences politiques, cela signifie la mort de la science et de tout ce que cela implique dans le développement humain, éducatif, et technique d’un pays ». Est-ce que Élie, avant son voyage en Argentine, aurait par hasard pu imaginer que ce qui devait être une courte visite à un pays si éloigné deviendrait un engagement scientifique et politique sérieux, qu’il a toujours assumé avec responsabilité ? En 1966, un événement connu comme la nuit des “bastones largos”, a provoqué l’éloignement d’un grand nombre d’enseignants de la Facultad de Ciencias. A cause de cet événement, rien n’avait alors survécu, des groupes qui réalisaient des études en génétique humaine, microbienne et moléculaire, ni dans la Faculté, ni dans l’INM. »

131966 fut en effet l’année d’un coup d’état militaire conduit par le Général Juan Carlos Ongania qui renversa le président élu Arturo Illia. Il s’ensuivit une répression particulièrement violente sur les campus des facultés de sciences exactes et naturelles et de philosophie et littérature de l’université de Buenos Aires. A la suite de plus de 400 arrestations, 1 315 scientifiques dont 301 professeurs d’université durent émigrer dont 41 en Europe. Elie Wollman lança alors un appel au boycott du 7ème Congrès panaméricain de pharmacie et biochimie qui devait se tenir à Buenos Aires en 1966 :

  • 12 Cet appel fut finalement suivi par un grand nombre de ses collègues. Mais la consultation des archi (...)

« Vous n’êtes pas sans savoir qu’une grave atteinte aux libertés universitaires, accompagnée de brutalités envers les professeurs d’universités a conduit les recteurs et doyens des universités d’Argentine à remettre leur démission. Ce geste a été suivi par un grand nombre d’enseignants, et en particulier par la quasi-totalité des enseignants de la Faculté des Sciences de Buenos-Aires. …/…Il ne me semble personnellement pas possible, dans ces conditions de me rendre à Buenos-Aires en novembre prochain. Un geste de solidarité de leurs collègues étrangers serait peut-être utile à nos collègues argentins. »12 

14Revenant sur cette période en 2001 lorsqu’il fut sollicité par un historien des sciences argentin sur la genèse et le développement de la biologie moléculaire il écrit :

« En ce qui concerne l’Argentine, cela veut surtout dire les barrières, les empêchements et en fin de compte l’élimination de la biologie moléculaire et des scientifiques qui s’y étaient consacrés. L’institut Malbran avait été créé à Buenos Aires sur le modèle de l’Institut Pasteur….J’ai suivi de près l’ignoble attaque menée par un ministre stupide et malveillant contre son Directeur Ignacio Pirosky et contre son œuvre et j’ai vivement réagi contre cette mauvaise action…..En raison de l’obscurantisme qui caractérise toute dictature, et en particulier les dictatures militaires, l’Argentine a été dans la seconde moitié du XXème siècle l’un des principaux exportateurs de matière grise ».

  • 13 César Milstein (1927-2002), prix Nobel de physiologie et de médecine en 1984 pour ses travaux sur l (...)

15Et de citer le retour de César Milstein13 à Cambridge où ses travaux lui valurent le prix Nobel en 1984, et d’autres collègues disséminés en Italie, en Suède ou en France, comme Juan Puig, autre membre fondateur du groupe de génétique bactérienne de l’Institut Malbran, qui témoigne de cette époque.

« Le laboratoire de génétique bactérienne a disparu lorsque ses membres ont été arbitrairement licenciés. C’est en effet dans l’institut Malbran, qui dépendait du ministère de la santé publique, que commença la répression qui toucha, quelques années plus tard, le système universitaire, puis l’ensemble de l’Argentine. Nous étions donc les premiers à nous exiler, parmi l’énorme quantité de scientifiques et simples citoyens victimes de la dictature alors obligés de quitter le pays. En ce qui me concerne, Élie a oeuvré intensément pour me trouver un poste de Directeur de Recherche au C.N.R.S. sans perdre l’espoir de reconstituer avec moi, un jour, un groupe à Buenos Aires. Dans le laboratoire de Chimie Bactérienne (LCB) à Marseille, dirigé à l’époque par J.Senez, j’ai pu développer mon propre sujet, et former un groupe de génétique. »

16Nombre de chercheurs latino-américains ont défilé au domicile d’Elie Wollman pendant cette longue période d’instabilité politique. Il était en quelque sorte devenu la « contact person », comme on dit aujourd’hui, pour les scientifiques de ce continent violé par des coups d’états militaires à répétition pendant la deuxième moitié du XXe siècle. L’un des épisodes les plus connus est, au Chili, la chute en 1973 de l’Unité Populaire conduite par Salvador Allende, en raison du coup d’état du général Pinochet. Cette situation revêtait un caractère très particulier pour Elie Wollman. Il avait suivi de près l’évolution politique du Chili où il conservait de nombreux amis depuis son adolescence. Mais ces contacts étaient, pour la plupart, d’éminents représentants de la grande bourgeoisie chilienne qui n’avaient pas de sympathie particulière pour l’Unité Populaire. Cela n’entrava en rien la résolution d’Elie Wollman d’intervenir pour défendre ceux qui étaient pourchassés par les militaires. Parmi les victimes universitaires, on retiendra le cas de Sandor Arancibia, neurobiologiste, qui fut préfet de la province de Valvidia et emprisonné dès 1973 puis condamné à la prison « à vie » après son passage devant un conseil de guerre organisé par les putschistes. En association avec Amnesty International, Elie Wollman se démena pour lui offrir un poste d’accueil à l’Institut Pasteur en cas de libération immédiate, puis tenta d’organiser une mobilisation conjointe des prix Nobel de physiologie et médecine pour faire des démarches simultanées vers les ambassades du Chili à Washington, Londres, Paris et Stockholm, campagne qui aboutit à son installation en France, comme chercheur INSERM établi à Montpellier.

L’affaire du Sang Contaminé

17Son dernier combat public contre l’injustice mérite d’être signalé car, à la différence des précédents, historiquement déterminés par la guerre froide, celui-là annonçait les enjeux du nouveau siècle. Il relève en effet des rapports entre science et société dans nos démocraties, puisqu’il concerne le rôle des médias et de la justice dans des affaires de santé publique. Il s’agit d’un moment particulièrement douloureux de notre histoire récente, le moment de l’apparition du SIDA au début des années 80. Le virus fut identifié à l’Institut Pasteur en 1983, par une équipe animée par Luc Montagnier et Françoise Barré-Sinoussi. Le temps que soient mis en place des tests fiables de dépistage et que débutent des traitements appropriés à la fin de l’année 1985, le virus avait déjà frappé massivement les personnes transfusées et les hémophiles. Dans les pays occidentaux, le taux de contamination fut similaire et massif (de 60 à 90 % des hémophiles devinrent séropositifs) qu’il s’agisse du Japon, des USA, du Canada, de l’Espagne de l’Allemagne ou de la France. Dans le monde entier il y eut un assez long moment d’indétermination – environ deux ans – quant au sens de la séropositivité. On parlait alors volontiers de « porteurs sains », c’est-à-dire ayant développé une immunité contre le virus. Un autre débat concernait les effets éventuellement inactivant pour les facteurs de coagulation du chauffage des produits sanguins dérivés utilisés. Notre pays fut cependant le seul à rechercher des responsabilités individuelles pour ces contaminations et quatre médecins, ayant des responsabilités dans la gestion publique de la transfusion sanguine, furent condamnés dans un procès pénal en 1995, dont deux firent de la prison ferme.

  • 14 Citons cependant le très remarquable article d’Aquilino Morel « L’institution médicale en question. (...)

18Elie Wollman en fut profondément choqué et écrivit dans la presse nationale plusieurs tribunes pour s’insurger contre la recherche de boucs-émissaires livrés en pâture à l’opinion publique, alors qu’il lui apparaissait que c’était l’Etat français, à la différence des autres Etats dans les pays développés, qui n’avait pas su soutenir et accompagner en temps utile les familles touchées par l’irruption du SIDA. Il serait trop long de détailler ici ce dossier dans toute sa complexité et les historiens apporteront certainement des analyses dépassionnées et très éclairantes sur cette époque14. Dans la conclusion d’un article qu’il signa pour l’hebdomadaire Le Point en janvier 1995, Elie Wollman déclare :

« Quatre médecins ont été inculpés et livrés, certains plus que d’autres, à la vindicte des médias…..La présentation erronée des faits, l’acharnement, la calomnie ont été tels que des inculpés ont été décidés coupables avant même d’être jugés. Il ne restait plus qu’à les condamner, ce qui fut fait... Moins crédibles sont les accusations, plus on noircit les accusés. Il n’y a pas de raisons pour que le processus s’arrête : quiconque a eu à connaitre de l’hémophilie ou de la transfusion est susceptible d’être mis en cause. Ainsi s’explique peut-être le mutisme des élites, notamment médicales, du pays des droits de l’homme. L’heure est venue de mettre un terme à la déraison. Que la patrie de Descartes ait glissé un temps dans le monde de Kafka, soit, mais pas dans celui du père Ubu, de grâce ! Est-il sain de demander à la justice de dire le jour où le sens de la séropositivité devait s’imposer à chacun ou quand le problème des anticoagulants circulants fut éclairci ? Pas plus qu’il n’était pertinent de confier à des cardinaux le soin de décider des rapports réciproques de la Terre et du Soleil ! Il en sera des procès du sang contaminé comme de celui de Galilée : les générations futures en feront des cas d’école. »

19On notera son annonce d’un possible « totalitarisme » de la bonne conscience, bien avant que ne surgisse le déferlement des opinions sur les réseaux sociaux que nous connaissons aujourd’hui, son inquiétude devant la frilosité des élites en face de ces mouvements d’opinion avides de responsables à châtier, comme une réminiscence des temps anciens où, devant les épidémies de peste on se vengeait sur des victimes expiatoires en allumant des bûchers. L’idée que ceux qui font œuvre de connaissance soient coupables si cette connaissance est insuffisante à protéger les populations, lui apparaissait comme une nouvelle menace contre l’activité de recherche elle-même.

Les Institutions de la Recherche : le combat pour sauver puis rénover l’Institut Pasteur

20Issu d’une tradition héritière des Lumières, Elie Wollman savait que la recherche scientifique est une activité humaine indissociable de l’expression d’une liberté intellectuelle totale. C’est ce qui explique son intervention constante en faveur des scientifiques et universitaires persécutés à l’Est comme à l’Ouest au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Mais on comprendra aussi que la nature des institutions scientifiques, pour lui, n’était pas une contingence. Elle était la condition de l’obtention de nouvelles connaissances pour l’humanité. Il le savait depuis toujours, instruit de l’histoire de ses parents trouvant dans l’Institut Pasteur, après une émigration nécessaire loin de la Russie, les moyens d’être pleinement eux-mêmes, chercheurs assoiffés de connaissances nouvelles, libérés de toutes les contraintes idéologiques, religieuses et de toutes les oppressions politiques. Comme il le disait joliment, dans sa famille on était d’abord devenu pasteurien, bien avant de devenir Français.

  • 15 Sur la naissance et la fonction de la DGRST voir « La naissance de la délégation générale à la rech (...)

21Pour Elie Wollman, seules des institutions de recherche préservées des aléas politiques, de l’intervention intempestive des pouvoirs publics, étaient à même d’accueillir une recherche créative et performante. Cette conviction éclaire son engagement pour la préservation et la réforme des institutions de recherche. Il prit une part active, comme secrétaire scientifique au Colloque de Caen de 1956, colloque qui, soutenu par Pierre Mendès-France, jeta les bases de la modernisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il contribua à la mise en place de la DGRST15 qui lança à partir de 1958 de nouveaux modes de financement pour soutenir les nouvelles frontières de la recherche en biologie.

22C’est dans le même esprit qu’il se mobilisa, on l’a vu, aux côtés des chercheurs latino-américains pour préserver leurs universités et centres de recherche. Ayant assisté à la destruction en l’espace de trois ans de l’Institut Malbran de bactériologie à Buenos Aires, pourtant créé à l’image de l’Institut Pasteur en 1916, Elie Wollman eut une conscience plus aigüe que d’autres de la fragilité d’une institution de recherche comme l’Institut Pasteur. C’est ce qui explique sans doute son investissement total dans la réforme des statuts de cet institut à partir 1963. Il devait en devenir le constant sous-directeur en charge de la recherche et de l’enseignement de 1966 à sa retraite en 1985. Pour comprendre sa motivation pour cet engagement sur deux décennies dans la gestion de l’Institut Pasteur, voici l’extrait d’une lettre, probablement envoyée au tournant des années 1970-1980 à un dirigeant d’un autre institut de recherche parisien qui avait rencontré de sérieuses difficultés et qui ne prenait pas les bonnes dispositions pour se réformer :

« Un passé prestigieux n’a de sens que s’il se prolonge dans le présent. On ne peut exalter les gloires du passé et choisir la médiocrité. C’est pour avoir un temps ignoré cette loi que l’Institut Pasteur a failli sombrer et, c’est d’avoir tenté d’y remédier qu’il a pu survivre ».

  • 16 André Lwoff, Une autobiographie, introduit et édité par Laurent Loison, Cahiers d’histoire et de ph (...)

23De fait, en 1963, la crise morale, scientifique, managériale et surtout financière avait atteint son paroxysme à l’Institut Pasteur, au point que les pasteuriens les plus actifs songeaient à quitter cette maison qui ne les avait longtemps soutenus qu’avec réticence, comme en témoigne cette anecdote rapportée par André Lwoff dans son autobiographie scientifique16 récemment parue : 

« J’avais reçu un jour la visite d’un sous-directeur de l’Institut Pasteur qui avait été chargé de me dire que ce que je faisais n’intéressait pas l’Institut et que j’étais invité à diminuer le nombre de chercheurs de mon service…/…Il convient de noter que le niveau scientifique de la direction n’était pas brillant – c’est un euphémisme – et que l’un des sous-directeurs n’avait à son actif – je devrais dire à son passif – que des erreurs monumentales. »

24Elie Wollman organise alors en 1963, avec Bernard Virat et René Pantier, au nom du syndicat des personnels scientifiques de l’Institut Pasteur, une réflexion sur la réforme de l’institution, soutenue par l’ensemble des personnels. Ce projet adopté massivement le 2 juin 1964, après un vote à bulletins secrets par 156 voix sur 164 votants, est porté par un comité scientifique tripartite comportant quatre membres extérieurs à l’Institut Pasteur, quatre pasteuriens élus et quatre pasteuriens nommés par la direction. Il aboutira à la démission d’un inamovible conseil d’administration et, après deux ans de péripéties, à une nouvelle direction en juin 1966 qui produira une refonte totale des statuts de l’Institut Pasteur en 1967.

  • 17 Pour illustrer son propos, Elie Wollman avait coutume d’évoquer les conditions de la nomination de (...)

25Elie Wollman fut le principal concepteur et rédacteur de ces nouveaux statuts. La liste qui suit permet de mieux comprendre ce que l’Institut Pasteur du XXIe siècle doit à cette réforme des années 1960. Il obtint la création d’un conseil scientifique comportant des membres élus des chercheurs, d’une « Assemblée des Cent » comportant également des élus du personnel et des membres extérieurs cooptés, assemblée toujours active aujourd’hui, pouvant censurer dans des conditions très strictes, le conseil d’administration de l’Institut Pasteur. A cela s’ajouta une révision intégrale du statut des personnels, de leur recrutement comme de leur promotion, qui étaient antérieurement totalement discrétionnaires17. Il mit en place la structuration scientifique de l’Institut Pasteur en départements, adossés à des services communs, qu’on appellerait aujourd’hui des plateformes. Il réorganisa entièrement les enseignements et l’hôpital, aujourd’hui disparu, consacré aux maladies infectieuses. Enfin, il lança la rénovation immobilière du campus avec la mise en construction du premier bâtiment « moderne » de biologie moléculaire (aujourd’hui bâtiment Jacques Monod) et le démarrage du bâtiment d’immunologie (aujourd’hui bâtiment André Lwoff).

  • 18 Jean Castex fut directeur administratif et financier de l’Institut Pasteur de 1981 à 2005.

26A partir de 1967, une fois éliminés la direction et le conseil d’administration antérieurs, de nouveaux directeurs de l’Institut Pasteur allaient se succéder sous l’œil attentif et critique d’Elie Wollman, sous-directeur permanent, qui exerça en quelque sorte le rôle du Commandeur dans l’histoire de l’Institut Pasteur de la fin du XXe siècle. Comme l’exprime Jean Castex18 avec finesse et malice :

« Après ce qu’il appelait la Révolution, Elie Wollman s’estimait tout désigné pour devenir directeur de l’Institut Pasteur. Il n’y parvint jamais. Je soupçonne cependant que cette situation lui convenait bien : elle lui permettait d’exercer son esprit critique envers tous ceux – directeurs compris – qui dérogeaient aux grands principes qui lui paraissaient garantir la pérennité de l’Institut Pasteur ».

27S’il n’y a pas d’écrits d’Elie Wollman qui explicitent ces grands principes évoqués par Jean Castex, nombreux sont ses actes, prises de position et engagements qui contribuent à les définir. On retiendra sans doute le souci de placer la vitalité des institutions de recherche au-dessus des intérêts personnels, et la nécessité de pourvoir au bon financement des laboratoires plus que d’offrir des salaires hors normes aux chercheurs de talent. Ces principes peuvent éclairer certains débats qui traversent nos institutions de recherche au premier rang desquelles le CNRS. Comment bien appréhender l’aventure scientifique dans sa dimension collective quand les outils de reconnaissance, amplifiés par la mémoire des découvertes inscrites dans l’histoire des sciences, nous la présente, avant tout, comme une affaire individuelle.

28En d’autres termes, Lwoff, Monod, Wollman et Jacob, auraient-ils été ces pionniers de la biologie moderne s’ils n’avaient pas été réunis rue du Docteur Roux, dans ce grenier de l’Institut Pasteur ?

Haut de page

Notes

1 Ce texte est adapté d’une conférence donnée en juin 2017 par Francis-André Wollman pour l’Ecole Doctorale Internationale de l’Institut Pasteur à l’occasion du centenaire de la naissance de son père.

2 Extracts from Research in Microbiology (2014), 165, 318-324.

3 Édouard Joseph Louis Marie Van Beneden, (1846- 1910), zoologiste et embryologiste, professeur à l’université de Liège, découvreur de la méiose.

4 Élie Metchnikoff, (1845-1916), zoologiste et bactériologiste, découvreur de la phagocytose, un mécanisme de défense immunitaire contre les bactéries, dû aux globules blancs. Prix Nobel de physiologie et de médecine en 1908.

5 Terme officieux désignant les personnes à qui le visa d’émigration était refusé par les autorités de l’Union soviétique, principalement (mais pas uniquement) des juifs soviétiques.

6 Manifeste publié le 1er janvier 1977 par des citoyens tchécoslovaques se référant à la Déclaration universelle des droits de l’Homme de l’ONU ainsi qu’à la constitution tchécoslovaque pour rappeler aux autorités leurs engagements pris lors de la signature des accords d’Helsinki en 1975 en matière de respect des droits de l’Homme.

7 Elie Wollman ne fut jamais élu membre plénier de l’Académie des sciences en France alors qu’il fut l’un des rares Français à être élu membre étranger associé de l’Académie des sciences américaine.

8 Les citations utilisées dans ce texte sont, sauf indication contraire, issues des documents du Fonds Elie Wollman conservé aux Archives de l’Institut Pasteur.

9 Fondé à Buenos Aires en 1916 par le bactériologiste Carlos G. Malbran, l’Institut national de microbiologie, centre de recherche inspiré de l’Institut Pasteur à Paris, a joué un rôle considérable dans la lutte contre les maladies infectieuses (diphtérie et variole) en Argentine dans la première moitié du XXe siècle.

10 Edité par Masson et Cie en 1959, ce livre de référence sera publié ultérieurement en anglais sous le titre Sexuality and the Genetics of Bacteria, Academic Press, New York, 1961.

11 Ignacio Pirosky, né en Ukraine en 1901, obtient son doctorat à la faculté de médecine de l’université de Buenos Aires. Après un séjour à l’Institut Pasteur de Paris dans les années 1930, où il se lie d’amitié avec Eugène et Elisabeth Wollman, il retourne en Argentine pour travailler comme immunologiste à l’Institut Malbran dont il sera le directeur pendant plus de vingt ans.

12 Cet appel fut finalement suivi par un grand nombre de ses collègues. Mais la consultation des archives du fonds Elie Wollman à l’Institut Pasteur permet de mesurer les réticences rencontrées. Elles relèvent de l’argumentaire classique de ceux qui ne veulent pas d’engagement public : « certains collègues argentins espèrent nous revoir, participer préserve des contacts personnels et peut éviter un raidissement plus fort des autorités… »

13 César Milstein (1927-2002), prix Nobel de physiologie et de médecine en 1984 pour ses travaux sur les anticorps monoclonaux.

14 Citons cependant le très remarquable article d’Aquilino Morel « L’institution médicale en question. Retour sur l’affaire du sang contaminé », publié pendant l’affaire dans la revue Esprit, en octobre 1993.

15 Sur la naissance et la fonction de la DGRST voir « La naissance de la délégation générale à la recherche scientifique et technique » par Vincent Duclert, Revue française d’administration publique 2004/4, no112, p. 647-658.

16 André Lwoff, Une autobiographie, introduit et édité par Laurent Loison, Cahiers d’histoire et de philosophie des sciences, Hermann, 2017.

17 Pour illustrer son propos, Elie Wollman avait coutume d’évoquer les conditions de la nomination de son père comme chef de laboratoire à l’Institut Pasteur. Rencontrant dans un couloir le directeur de l’époque, Émile Roux, qui prend de ses nouvelles, Eugène Wollman lui dit qu’il va bien mais que les temps sont difficiles et qu’il vient d’avoir un enfant. Emile Roux lui répond « Bon, alors je vous nomme chef de laboratoire, mais gardez-le pour vous ! ».

18 Jean Castex fut directeur administratif et financier de l’Institut Pasteur de 1981 à 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis-André Wollman, « Elie Wollman, un homme de conviction », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VII N°2 | 2018, 202-211.

Référence électronique

Francis-André Wollman, « Elie Wollman, un homme de conviction », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VII N°2 | 2018, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/2501 ; DOI : 10.4000/hrc.2501

Haut de page

Auteur

Francis-André Wollman

Directeur de recherche au CNRS, directeur de l’Institut de biologie physico-chimique à Paris et, en son sein, l’UMR 7141 – laboratoire de physiologie membranaire et moléculaire du chloroplaste. Il est membre de l’Académie des sciences, section de biologie intégrative

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals