Navigation – Plan du site

AccueilNumérosTome VI N°1Florence Greffe, Pascal Griset, U...

Florence Greffe, Pascal Griset, Une compagnie en son siècle. 350 ans de l’Académie des sciences,

Denis Guthleben
p. p.96
Référence(s) :

Florence Greffe, Pascal Griset, Une compagnie en son siècle. 350 ans de l’Académie des sciences, Paris, Cherche-Midi, 2016.

Texte intégral

1Il est d’usage de débuter la recension d’un ouvrage par un bref examen de son contenu, que l’on couvre ensuite – selon ses propres connaissances, son analyse personnelle du sujet et, parfois, son humeur du jour… – d’éloges ou de critiques. À titre tout à fait exceptionnel, enfreignons cette règle pour dire tout d’abord quelques mots de l’objet lui-même, tel que nous avons eu le bonheur de le découvrir à la rédaction d’Histoire de la recherche contemporaine : Une compagnie en son siècle est un très beau livre, où chaque page, par la richesse et l’agencement avisé de son iconographie, est un plaisir pour les yeux. Certes, s’agissant d’un ouvrage d’anniversaire – le 350e de l’Académie des sciences, que la vénérable institution a célébré dignement en 2016 –, on s’attend toujours à quelques efforts ornementaux. Mais ces derniers ont, ici, très bien porté leurs fruits.

2Au-delà de l’appréciation esthétique, on est vite emporté par la découverte de cette histoire séculaire. Ses deux auteurs se sont réparti les périodes. Florence Greffe, archiviste-paléographe, conservatrice en chef du patrimoine et ancienne directrice des archives de l’Académie des sciences, a couvert la période qui va de la fondation de l’Académie en 1666 au soir du Second Empire en 1869. Pascal Griset, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne et directeur du dynamique Institut des sciences de la communication, relate pour sa part le parcours plus récent de l’Académie, de la guerre franco-prussienne de 1870 à nos jours. La collaboration de l’archiviste et de l’historien a fonctionné pleinement, et Une compagnie en son siècle témoigne de tous les bénéfices que l’on peut toujours en attendre. Ainsi, en puisant largement dans les fonds d’archives de l’Académie des sciences, les deux auteurs ont-ils non seulement posé un regard nouveau sur des périodes que l’on croyait bien connues, mais aussi exhibé une foule d’épisodes insoupçonnés, de personnalités oubliées, de projets et de réflexions ignorés.

3Il ne faut pas croire pour autant que Florence Greffe et Pascal Griset ont cédé aux sirènes de l’hagiographie : s’ils montrent comment, à toutes les époques, cette compagnie a bel et bien vécu au rythme de ses siècles, ils n’hésitent pas à relater aussi les rendez-vous manqués, les périodes de repli, les hésitations qui ont parfois marqué la trajectoire de l’Académie des sciences. Cette dernière apparaît ainsi telle qu’elle a été et telle qu’elle demeure : un lieu de réflexions et de débats, tourné vers la société, tout l’inverse en somme de la tour d’ivoire que certains se plaisent parfois à dépeindre. Au fil de son histoire, et en particulier dans « les grandes heures » – tragiques ou heureuses – vécues par la France, elle a ainsi été au rendez-vous de la Nation aussi bien que de la communauté savante internationale. Certes, ce rôle a fluctué dans le temps. Si l’Académie s’est souvent saisie de réflexions sociales, politiques, militaires à côté des grandes questions scientifiques, dans son souci de conseiller l’État et le pays depuis son établissement par Colbert en 1666, elle est restée pendant plusieurs décennies au XXe siècle « dans l’ombre de la recherche publique », dont le dispositif s’étoffait en parallèle – en particulier depuis la création du CNRS en 1939. À compter des années soixante-dix, à la faveur de réformes dans son fonctionnement et dans son ouverture, elle est revenue sur le devant de la scène, non comme la détentrice d’un savoir exclusif comme à ses lointains débuts, mais comme un protagoniste de premier plan, interagissant avec les autres acteurs du paysage de la recherche française et internationale.

4Dans leur préface, les secrétaires perpétuels Catherine Bréchignac et Jean-François Bach rappellent le constat célèbre de Montaigne : « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine ». Ce bel ouvrage, accessible à toutes les têtes, marie les deux qualités : il est tout à la fois bien fait, et bien plein…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Guthleben, « Florence Greffe, Pascal Griset, Une compagnie en son siècle. 350 ans de l’Académie des sciences, »Histoire de la recherche contemporaine, Tome VI N°1 | 2017, p.96.

Référence électronique

Denis Guthleben, « Florence Greffe, Pascal Griset, Une compagnie en son siècle. 350 ans de l’Académie des sciences, »Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VI N°1 | 2017, mis en ligne le 19 août 2019, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hrc.3064

Haut de page

Auteur

Denis Guthleben

Comité pour l’Histoire du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search