Navegação – Mapa do site

Texto integral

1Ce nouveau numéro de la revue Histoire de la recherche contemporaine est consacré à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Cet organisme a été créé en 1983 afin « d’informer le parlement » et d’ « éclairer ses décisions » en matière de choix scientifiques et technologiques. On ne peut que saluer et se féliciter de la mise en place d’un tel organisme car, le moins que l’on puisse dire, c’est que les parlementaires comme les membres des divers gouvernements manquent trop souvent de compétences voir d’intérêt pour les questions et les enjeux, pourtant aujourd’hui centraux, relatifs aux questions scientifiques et technologiques. Déjà Fontenelle écrivait en préface du premier volume de la série intitulée Histoire de l’Académie royale des sciences, publié en 1702 : « On (ceux qui gouvernent) traite volontiers d’inutile ce qu’on ne sait point : c’est une espèce de vengeance ; et comme les Mathématiques et la Physique sont généralement inconnues, elles passent assez généralement pour inutiles. La source de leur malheur est manifeste : elles sont épineuses, sauvages et d’un accès difficile ». Dans un esprit voisin, Frédéric Joliot-Curie note dans un texte du 21 octobre 1944 relatif à la réorganisation du CNRS : « la tâche de la recherche scientifique a toujours été sous-estimée en France et doit être largement développée ».

2Cependant la mise en œuvre d’un tel Office parlementaire, par delà son évidente utilité, impose à ses membres, pour que celui-ci devienne un organisme reconnu et écouté, qu’ils fassent preuve d’une sorte de neutralité partisane, qu’ils préservent leur indépendance vis à vis des lobbys, particulièrement voraces dans ces domaines, et qu’ils évitent de s’engager à la légère dans les dernières aventures ou innovations technologiques à la mode. La tâche est fort difficile et pour la mener à bien la vertu doit être au rendez-vous !

3Les lecteurs de ce dossier pourront prendre la mesure, à travers divers exemples (OGM et traitement des déchets nucléaires), de ce qui a été fait par l’Office, de ce qui aurait dû être fait et de la manière dont ce qui a été fait l’a été. Dans cette perspective, la lecture attentive des entretiens, ici retranscrits, du député Jean-Yves Le Déaut et de la sénatrice Marie-Christine Blandin est susceptible d’éclairer de façons bien différentes certaines questions concernant les enjeux et le fonctionnement réel d’un tel organisme.

4Les autres documents et articles composant ce dossier s’attachent principalement à revenir en détail sur le fonctionnement administratif et institutionnel de l’Office en tant qu’organisme officiel participant à la vie parlementaire.

5À y regarder de près, il reste beaucoup à faire pour qu’un tel Office puisse jouer pleinement un rôle dans la vie démocratique. Ne serait-il pas urgent que l’on s’y interroge d’abord sur le rôle et le poids des sciences et des technologies dans notre société où, bien souvent, les citoyens ne sont pas vraiment sollicités pour donner leurs avis sur des questions qui vont modifier à plus ou moins court terme leur vie quotidienne et leur environnement ? Voulons-nous vivre dans un monde où, au non d’un progressisme ni discuté ni réfléchi, la mise en place de technologies nouvelles se fait sans nous, les citoyens ?

6Le rôle d’un Office parlementaire ne devrait-il pas être, en raison même de sa position, de soulever, dans un cadre citoyen et démocratique, les questions qui touchent chacun d’entre nous du point de vue de la protection de la santé, de l’environnement et de la mise en œuvre de solutions technologiques raisonnées et absolument indispensables, tout en évitant de ne devenir, sous le poids des enjeux économiques, qu’une simple chambre d’enregistrement de choix scientifiques et technologiques décidés ailleurs ?

7Le numéro de la Revue est complété par trois articles. Deux sont relatifs à des questions de développement et d’analyse dans le domaine de la recherche agronomique, et un troisième porte sur l’histoire d’un célèbre et riche laboratoire, sur le plan scientifique : l’Institut de mécanique des fluides de Toulouse.

8Des analyses d’ouvrages occupent les dernières pages de ce numéro qui devrait susciter réflexions et questions, car le statut et le rôle de la science et des technologies, dans nos sociétés, ne va plus aujourd’hui de soi.

9 Bonne lecture à tous

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Michel Blay, « EDITORIAL », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VIII-n°1 | 2019, P4-5.

Referência eletrónica

Michel Blay, « EDITORIAL », Histoire de la recherche contemporaine [Online], Tome VIII-n°1 | 2019, posto online no dia 04 outubro 2019, consultado o 22 outubro 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3085

Topo da página

Autor

Michel Blay

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

© Comité pour l’histoire du CNRS

Topo da página
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals