Navegación – Mapa del sitio
DOSSIER: L'OPECST, trente ans d'évaluations des choix scientifiques et technologiques au Parlement

Entretien avec Jean-Yves Le Déaut

Interview with Jean-Yves Le Déaut
Entretien recueilli par Emilien Schultz
p. p.19-26

Resúmenes

Elu en 1986 dans la sixième circonscription de Meurthe-et-Moselle, Jean-Yves Le Déaut rejoint l’OPECST trois ans après sa création. Son engagement à l’Assemblée Nationale sur les enjeux scientifiques et technologiques le conduit à participer à l’évolution de cet Office.

Inicio de página

Texto completo

Jean-Yves Le Déaut le 7 novembre 2006, à l’occasion des auditions publiques sur les nanotechnologies organisées par l’OPECST.

Assemblée nationale

D’où vient votre intérêt pour les sciences et techniques ? Quelle est votre formation scientifique d’origine ?

Mon père était un agriculteur breton et il pressentait déjà à l’époque les difficultés à venir du monde agricole. Il avait été formé au petit séminaire, avait le baccalauréat, ce qui était rare à l’époque, et m’a incité à faire des études. Si j’ai commencé par les mathématiques, j’ai ensuite changé de domaine en faisant Agro à Janson de Sailly. J’aimais bien la biologie et la biochimie et je sentais non seulement que la biologie devenait quelque chose d’important, mais plus encore qu’il était encore possible de contribuer au domaine de façon marquante. Je suis donc allé à l’université pour continuer la biologie, à Rennes d’abord, et j’ai eu mon diplôme à Strasbourg en 1968.

  • 1 En 1971 l’INSERM débute une politique d’orientation scientifique fondée sur une nouvelle forme de f (...)

J’ai rejoint alors Paul Mandel dans le plus gros laboratoire du CNRS de l’époque, le centre de neurochimie pour faire mon doctorat de troisième cycle sur les ATP1-ases mitochondriales. Mon parcours scientifique débute alors avec certains de scientifiques qui sont aujourd’hui à l’Académie des sciences et que je continue à croiser. Certains sont même dans notre conseil scientifique à l’OPECST. Après deux années passées à Tunis pour le service militaire, j’ai candidaté à l’Institut Pasteur à Madagascar. A l’époque J’ai travaillé sur les propriétés immunostimulantes d’une plante qui s’appelle l’Aloe Vaombe utilisée dans les médications traditionnelles et sur le venin d’un coquillage du sud de Madagascar. Je suis revenu en France sur un poste de Professeur d’Université à Nancy comme codirecteur du laboratoire de bioscience de l’aliment avec Guy Lindel, un laboratoire composé d’une trentaine de personnes et associé à l’INRA. C’était l’époque de Chambon, de Lazinski, d’un certain nombre de grands scientifiques, de François Gros, de Jacob, de Monod, de Lwolff, de Mandel.

Comment s’est faite la transition de la recherche vers l’Assemblée Nationale ?

Mon premier véritable engagement politique remonte à l’année 1974, avec la campagne de François Mitterrand pour l’élection présidentielle. Peu de temps après, en 1976, j’ai participé à la fondation de la section du Parti Socialiste à Madagascar et à celle de l’Association de gauche des Français de l’étranger. Mais ce n’est qu’après mon retour en France, lors des cantonales de 1985, que je me suis présenté pour la première fois à une élection. Mon opposant de l’époque était Claude Huriez, ancien membre de l’office, sénateur, Professeur d’Université et professeur d’urologie. Je me souviens avoir beaucoup hésité. J’étais sur le point de me consacrer uniquement à l’activité scientifique, et je me suis pourtant laissé convaincre, avec un certain succès puisque j’ai réussi à mettre mon opposant en ballotage. Fort de ce premier succès pour un novice en politique, j’ai été sollicité l’année suivante, en 1986, pour les élections législatives. Placé initialement en rang complémentaire sur une liste où seuls les trois premiers avaient une chance d’être élu, je dois ma première rentrée parlementaire en 1986 à un concours de circonstances, en l’occurrence à la sortie de liste d’un candidat mieux placé.

Comment avez vous alors pris connaissance de l’existence de l’OPECST ? Et à quel moment décidez-vous d’intégrer l’ Office ?

En arrivant à l’Assemblée, j’ai opté pour la commission des affaires étrangères, parce que la question des rapports Nord-Sud m’intéressait, et j’ai rapidement découvert l’existence d’un office des questions scientifiques et techniques. L’OPECST avait été créé en 1983 et venait à peine de rendre public son premier rapport sur les pluies acides. L’office des années 1980, c’était un peu un club dont les membres ne se réunissaient pas très souvent, malgré un contexte parfois très sensible, notamment suite à l’accident de Tchernobyl et aux incertitudes sur ses conséquences sanitaires. Entre 1986 et 1988, je me suis formé « sur le tas » en suivant les dossiers. J’ai consacré un de mes premiers rapports à la télévision haute définition, et la norme 2MACPK. On était alors parmi les premiers à affirmer que le numérique allait s’imposer. J’ai également beaucoup travaillé sur le dossier les déchets faiblement radioactifs. En 1988, suite à la dissolution de l’Assemblée, j’obtiens non seulement ma réélection mais, alors que la présidence de l’Office passe du Sénat à l’Assemblée, je décide de me présenter pour la présidence de l’Office. Je dois une bonne partie de cette élection à quelques députés bretons et lorrains qui ont fait ma campagne. Il est important de garder à l’esprit le fait que le statut de l’Office restait encore à l’époque incertain. Je me souviens en particulier de cette phrase de Laurent Fabius : « soit tu en fais quelque chose, soit je ferme ». Avec le recul, je ne sais pas si j’en ai fait quelque chose, mais force est de constater que l’office n’a jamais fermé. Et j’ai donc travaillé avec le vice-président, Robert Gallais, ancien ministre de la recherche de De Gaulle, et avec Claude Birraux que je remplaçais.

Vous avez rapidement évoqué la question des rapports Nord-Sud, de quelle manière faut-il concevoir ces rapports ?

J’ai depuis longtemps la conviction que si les pays du Nord conservent leur monopole sur la conception et l’exploitation du développement technologique, nous allons tout droit vers des incompréhensions majeures dans les grandes enceintes internationales. Que ce soit sur la biodiversité, le maintien des forêts, l’auto suffisance alimentaire, l’énergie, les rejets de gaz à effet de serre, les rejets de chlorofluorocarbure qui détruisent la couche d’ozone, etc. Sur tous ces sujets, si on veut des technologies alternatives, la question de leur diffusion dans les pays du Sud ne doit pas se faire avec les mêmes règles de propriété intellectuelle que celles qui sont à l’œuvre dans les des pays du Nord.

Une équipe de microbiologistes prélève des échantillons de sol sur une parcelle de la Grande Muraille verte en préparation, un projet ayant pour vocation la lutte contre la désertification et impliquant les onze pays frontaliers de la zone saharo-sahélienne

Axel Ducourneau – CNRS Photothèque

Je garde à l’esprit le Sommet de la terre à Rio en 1992 : alors que l’on parlait de substitut de chlorofluorocarbure, il était frappant de voir que si les industriels du Nord détenteurs des substituts poussaient pour un changement, les brésiliens qui dominaient la chaîne du froid considéraient qu’ils n’avaient aucune raison de changer. Je suis resté par ailleurs marqué par mon expérience à Madagascar, où j’ai vu une baisse du niveau intellectuel global à l’université, par faute d’organisation et de moyens. Si l’on souhaite que l’Afrique se développe, cela passe aussi par l’enseignement supérieur et la recherche. Ce sujet est très peu présent dans le débat politique français, et dans le débat scientifique encore moins. Science au Nord, Science au Sud, ce n’est pas la même chose.

Quelles sont les missions principales de l’OPECST ?

L’Office a d’abord et avant tout une mission d’information : le parlementaire qui décide seul, sans information, devient rapidement un figurant facilement manipulable par les lobbies les plus variés. La situation est totalement différente si le même parlementaire est capable d’asseoir ses convictions sur une démonstration, avec un socle solide d’informations, constitué à partir de la mise en débat d’avis de personnalités et d’experts qui ne pensent pas de la même manière… L’OPECST a donc pour mission d’apporter cette information. Nous avons trois formes principales d’intervention et trois types de rapports, qui ont pour point commun de s’appuyer sur des auditions publiques collectives et contradictoires : le rapport long d’information, l’évaluation de la loi, et le rapport qui répond à une actualité. Les rapports longs représentent une charge de travail importante pour les parlementaires, avec un investissement sur une durée de près d’une année. Ces rapports préparent la fabrique de la loi. Par exemple notre rapport sur le stockage des déchets radioactifs a très largement alimenté la loi dite Bataille de 1991. L’Office intervient certes en amont de la législation, mais il est présent également en aval avec une fonction d’évaluation de certaines lois, comme la stratégie nationale de recherche ou encore le contrôle de certaines autorités administratives indépendantes et des agences. Bien qu’indépendantes, elles ne doivent pas être des électrons libres, et il est important de vérifier les conditions d’application de la délégation de responsabilité régalienne. L’Office a enfin la possibilité de rendre compte, avec des modalités plus légères, de l’actualité des sciences et techniques dès lors que cette actualité a des conséquences sociales potentiellement importantes. Cela peut concerner des controverses ou des sujets que des organismes de recherche comme le CNRS souhaitent voir étudié, comme le rapport entre les Sciences humaines et sociales et les technologies. Pour cela, nous organisons des tables rondes. Ces dernières contribuent à faire de l’Office un espace intermédiaire de dialogue dans lequel il devient possible de se faire « entendre » du Parlement. Ces auditions sont l’origine de nos rapports : sur les cuves de l’EPR, le survol des centrales nucléaires par les drones, les téléphones portables dans les prisons, etc. 

L’Office a t-il pour fonction d’organiser le débat public ?

Après la conférence de citoyen en 1998, j’avais clairement répondu à cette question : ce n’est pas notre rôle d’organiser le débat citoyen, c’est à la Commission du débat public, même s’il nous arrive d’y participer aux côtés d’autres organismes. Nous notre but, c’est d’abord d’organiser la confrontation des avis autour d’un certain nombre de sujets et ce faisant d’informer le parlement.

Quelle est la place de l’Office et de la culture scientifique au sein du Parlement ?

L’office bénéficie aujourd’hui d’une excellente reconnaissance de la part des parlementaires. Ce qui, il faut l’admettre, n’a pas toujours été le cas. Les parlementaires ont longtemps eu une vision lointaine des sciences et techniques. Sans doute en raison d’un déficit initial de culture scientifique, ils les percevaient comme une seule et même discipline dont les effets sociaux restaient au final peu perceptibles. Et c’est sans doute ce qui les a conduits à considérer trop longtemps la question des choix scientifiques et techniques comme un sujet secondaire. Mais les choses évoluent. J’ai quand même réussi, je pense, à en faire un sujet important. Grâce à l’Office, et aux parlementaires qui y participent, il est désormais possible d’approfondir un nombre toujours croissant des sujets et nos collègues ne peuvent aujourd’hui ignorer le fait qu’il y a un lieu au Parlement où on travaille sur ces sujets. Nous commençons même à avoir des questions techniques venues de nos collègues. Récemment encore André Chassel, président du groupe communiste, nous demandait de réfléchir à la question des vignes résistantes au mildiou et à l’oïdium en faisant observer que certaines solutions techniques disponibles n’étaient pas mises en œuvre.

Quelles ont été les principales évolutions de l’Office depuis votre arrivée ?

Lorsque j’en prends la présidence, en 1989, l’office n’est pas au niveau d’expertise qu’on lui reconnaît généralement aujourd’hui. A l’époque le nombre de rapports produits par an était de deux ou trois. Aujourd’hui, c’est plusieurs dizaines. Au début, l’office a consacré beaucoup de temps à la question énergétique, mais progressivement il s’est diversifié tout en innovant sur ses modalités d’interventions. Par exemple, on a mis en en place le système des auditions publiques. La première a été celle avec Jacques-Yves Cousteau : l’idée était non seulement de faire venir une personnalité connue pour parler de l’exploitation des ressources minérales de l’antarctique, mais également et surtout d’organiser avec lui une discussion collective et contradictoire. Après Fukushima, Claude Birraux et Henri Revol ont organisé des auditions de ce type pour libérer la parole, ce qui n’avait pas été fait à l’époque sur Tchernobyl. A cette époque l’information, on n’allait pas la chercher, on la recevait. Bien entendu, une audition publique, collective et contradictoire ne produit pas toujours les effets attendus : elle peut contribuer à « plomber » un sujet. Cela a été le cas par exemple lors des auditions sur la modification ciblée du génome. Le meneur de débat joue de ce point de vue un rôle essentiel : c’est à lui que revient la responsabilité que chacun puisse s’exprimer, y compris des personnes qui viennent avec la volonté d’imposer leur vérité, pour au final créer une situation dans laquelle les lobbies sont confrontés les uns aux autres. Récemment, nous avons fait voté une proposition de résolution commune aux groupe LR, Radical et au PS, pour rappeler l’importance de fonder le débat politique dans la connaissance des sujets et renforcer le rôle de l’office. Car, comme l’écrivait Bertrand Russell, « La science n’a jamais tout à fait raison, mais elle a rarement tout à fait tort, et, en général, elle a plus de chance d’avoir raison que les théories non scientifiques. Il est donc rationnel de l’accepter à titre d’hypothèse ». Avec cette résolution, nous avons pour la première fois fait reconnaître dans un document parlementaire l’importance d’accepter à titre d’hypothèse que la science soit le socle d’une discussion.

Comment se construit l’expertise d’un parlementaire sur un domaine scientifique ?

Prenons l’exemple des biotechnologies. J’ai eu l’occasion de participer à de nombreux rapports sur le sujet. En 1998, j’étais par exemple l’un des quatre sages chargés de produire le rapport sur l’expérimentation en plein champ. Un peu plus tard j’ai été président de la mission d’information sur les OGM avant la loi en 2005. Puis en 2005, j’étais à l’origine d’un rapport sur les biotechnologies en France et en Europe. Tout récemment, en 2016, j’ai porté à l’office, avec Catherine Procaccia, le rapport sur le Genome editing. Ce faisant, je suis arrivé petit à petit à deux convictions. La première est que les opposants aux OGM ont eu tort de fonder leur démonstration sur des problèmes de santé et le risque pour l’environnement.

La première table ronde publique et contradictoire dans l’histoire de l’Assemblée nationale : le président de l’OPECST, Jean-Yves Le Déaut, auditionne le commandant Cousteau sur l’exploitation des ressources minérales de l’Antarctique

Assemblée nationale

Sur la santé, aujourd’hui, je n’ai pas d’exemple qui montre qu’il y ait de risque réel. La vraie question est plutôt qu’est ce qui dans un changement génomique peut conduire à la fabrication d’une toxine, d’un produit qui a un effet sur l’ADN et qui aurait une incidence par la suite ? Ma seconde conviction, c’est qu’en se focalisant sur la santé, on n’a pas suffisamment pris en compte la question de la propriété intellectuelle du vivant. Quelle que soit l’importance des clivages autour des OGM, ce sont bien les grandes firmes internationales nord américaines qui sont dominantes sur cette question stratégique de la propriété du vivant.

Comment se fait le choix des objets d’intervention ? En particulier, le nucléaire semble avoir une place importante.

L’énergie occupe effectivement une place importante à l’office (environ un quart de notre activité) pour autant d’autre sujets sont tout aussi importants : la bioéthique et la médecine, les problèmes de choix industriels, d’environnement, les politiques de recherche et d’enseignement supérieur. A chaque fois la place de la technologie apparaît comme centrale dans les sujets retenus. Lorsque nous avons réalisé une audition sur les relations entre SHS et les technologies, c’était aussi une occasion de nous interroger sur les rapports entre technologie et radicalisation. C’est intéressant de poser la question de l’impact des nouvelles technologies, comme internet, sur les processus de radicalisation… Mais l’accent sera toujours mis sur la dimension technologique. Par ailleurs, il faut être attentif à ne pas travailler sur des sujets qui relèvent de la compétence d’une commission. Au moment de Fukushima par exemple, on a contacté la commission de l’environnement et la commission des affaires économiques : on propose les thématiques et ensuite les commissions prennent le relais.

L’energie est un sujet régulier pour l’OPECST – ici une vue d’ensemble du four solaire CNRS d’Odeillo.

Assemblée nationale

De quelle manière interagissent les dimensions scientifique et politique, et quelle place pour l’expression de points de vue partisans ?

Le sujet énergétique est un bon exemple de sujet partisan. La possibilité de se passer totalement d’énergie nucléaire en 2050, ce qu’affirme un scénario de l’ADEME, est un scénario partisan. L’office aborde ces questions avec le socle des connaissances dont il dispose à un moment donné. Face à des rapports d’information fréquemment fondés sur du volontarisme ou des ancrages politiques, nous tentons de rester sur l’assise de l’expertise pour déterminer ce qui est souhaitable et ce qui est possible. Cela n’empêche pas bien entendu un certain nombre de divergences internes sur ce sujet, notamment avec les verts. L’office ne peut être que le reflet des parlementaires qui sont élus. Donc sauf quand les députés verts, Denis Baupin ou Marie Christine Blandin étaient là, il y a une grande unanimité sur le nucléaire, et je dirai presque au parlement. Ceci dit, lorsque je regarde de façon globale ce sujet de l’énergie, je n’ai pas l’impression qu’il y a un consensus global dans la société. Mais je n’ai pas non plus l’impression que la totalité des hypothèses ont été dans un premier temps confrontées au socle de l’expertise scientifique. Notre volonté commune est de dire : dans les éléments de choix, il faut donner la priorité au socle de la science par rapport aux croyances. Ensuite, les clivages partisans traditionnels fonctionnent chez nous moins qu’ailleurs, c’est indéniable. Notre proposition de résolution va dans ce sens : faire avancer la prise en considération de la science, qu’elle soit aussi importante que l’économie, dans les arbitrages, et dans les choix. Ce n’est malheureusement pas encore le cas aujourd’hui. Sur le rapport consacré à la modification ciblée du génome, on arrivera certainement à un consensus à l’office, mais je serai beaucoup moins optimiste concernant le résultat d’une discussion parlementaire. On répond à une question de la commission de l’environnement, on donne notre avis, et ensuite, la loi, c’est la totalité des députés qui en discuteront, mais ils auront au moins un avis solide sur lequel s’appuyer.

Certains soulignent les positions pro-nucléaires et pro-technologies de l’OPECST : quel poids ont les groupes d’intérêts ?

Cela dépend beaucoup des domaines. On rencontre souvent EDF, Areva ou le CEA, ou les énergies renouvelables maintenant, avec d’autres acteurs comme Suez ou Véolia. Mais même sur le nucléaire, on a eu plusieurs auditions publiques, sur les concentrations de carbone ou sur les cuves de générateur de vapeur, et on a posé toutes les questions qui s’imposaient. Quel que soit l’état de l’opinion publique, l’office a défendu le nucléaire en France, parce qu’objectivement c’est une illusion de croire que l’on peut passer de 80 % de fourniture de nucléaire à 0 % tout de suite. Maintenant, je ne suis pas opposé au fait qu’on baisse progressivement la part du nucléaire, je l’ai dit plusieurs fois. Les groupes d’intérêts dans les biotechnologies sont généralement peu présents, sauf quelques semenciers français. Les pressions de grands groupes comme Montsanto ou de Dupont de Nemours sont inexistantes. Sur ce dossier, je reste persuadé que la France n’a pas suffisamment défendu les intérêts de ses semenciers. Aujourd’hui avec le savoir-faire de Villmorin, Desprez ou Limagrain, on devrait faire partie des leaders dans le domaine, et au contraire on a eu tendance à les bloquer sur les biotechnologies. Heureusement qu’ils avaient des collections de variétés, qui étaient leurs richesses, et que la génétique et le travail de sélection les ont maintenus sur le marché. Si j’ai rencontré les industries semencières, c’est parce que je considère qu’il faut les défendre. La philosophie globale de l’office est plutôt claire, et moi je dis après trente ans : « je n’ai pas été influencé par des lobbies ». J’ai des convictions, mais je n’ai pas été influencé par des lobbies sur ce sujet-là. A l’inverse, je pense que j’ai fait plus de chemin vers le développement des énergies renouvelables que des opposants nucléaires en ont fait pour gérer une situation qui dans tous les cas existait lorsque nous sommes arrivés au pouvoir.

Comment l’OPECST se situe par rapport à ses homologues européens rassemblés dans le réseau de l’EPTA ?

  • 2 STOA Panel pour le futur de la Science et de la technologie
  • 3 EPTA : Réseau des Comités d’évaluation parlementaires européens (TA) spécialisés dans le conseil de (...)

L’objectif de l’EPTA est de montrer que le technology assesment est important au niveau européen, donc il s’agit de constituer une sorte de groupe d’influence vis-à-vis des institutions européennes, notamment vis-à-vis de l’union européenne. Le réseau européen est un réseau très divers, qui va de systèmes très intégrés au parlement, comme le nôtre, jusque des systèmes très éloignés du parlement, comme le Ratenau Institut des Pays Bas, ou le Danish Board of Technology. Il y a vingt ans, tout le monde considérait que sous-traiter le technology assesment à un organisme extérieur était plus efficace car justement il disposait d’une vision extérieure. Mais cette solution a fréquemment comme inconvénient de nourrir une approche trop « académique » pour laquelle il est difficile d’obtenir des soutiens politiques. Le réseau nous permet de voir comment on fonctionne dans des systèmes très intégrés, comme la Finlande, la Suède ou la France, ou des systèmes intermédiaires comme l’Allemagne. Même avec des systèmes différents, il est très important de se rencontrer, pour aborder des questions et les travailler ensemble chaque année. L’année dernière on a travaillé récemment sur la COP21, sur l’influence de la numérisation sur le travail, et cette année, on va travailler sur les véhicules propres et les nouvelles formes de mobilité. L’idée générale est de réaliser un travail de fond et de produire une compilation de nos avis afin d’influer sur le parlement européen. C’est d’ailleurs l’office européen, le STOA2, qui prendra la présidence de l’EPTA3 en 2018.

Quels sont à vos yeux les points d’évolution pour l’OPECST dans les prochains temps ?

Il y a bien entendu plusieurs points d’évolution possible. L’objectif devrait être d’abord de maintenir notre activité dans un contexte où les moyens diminuent. Ensuite, ceux qui vont avoir à s’occuper de l’office à l’avenir devraient avoir a minima deux priorités : d’une part veiller à ce que les rapporteurs choisis de manière pluraliste (avec la triple parité) puissent gérer les rapports tels qu’on le fait aujourd’hui, et d’autre part, s’assurer que les futurs membres de l’office continuent à consacrer une partie de leur temps significative à une discussion collective sur la totalité des rapports. C’est le collectif qui est important, et pas seulement l’avis d’un rapporteur. Enfin, dernière recommandation générale, sans doute faudrait-il renforcer la communication de l’office vers l’extérieur du Parlement mais également à l’intérieur du Parlement vers nos collègues fraîchement élus.

L’OPECST et l’Académie des sciences ont mis en place un partenariat entre parlementaires et scientifiques, dix jumelages ont été constitués pour la première session 2005-2006 : chacun d’entre eux réunit un parlementaire, un scientifique et un jeune chercheur. Ici, Jean-Yves Le Déaut avec Jule Hoffmann, vice-président de l’Académie des sciences, et Jean-Luc Imler, de l’Institut de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg.

Assemblée nationale

Inicio de página

Notas

1 En 1971 l’INSERM débute une politique d’orientation scientifique fondée sur une nouvelle forme de financement de la recherche, avec le lancement des actions thématiques programmées (ATP), à caractère pluridisciplinaire et d’une durée de trois ans, dans des champs de recherche prioritaires et des domaines de recherche en expansion rapide.

2 STOA Panel pour le futur de la Science et de la technologie

3 EPTA : Réseau des Comités d’évaluation parlementaires européens (TA) spécialisés dans le conseil des parlements européens sur les conséquences sociales, économiques et environnementales possibles des nouveaux développements des techniques scientifiques dans tous les domaines.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda Jean-Yves Le Déaut le 7 novembre 2006, à l’occasion des auditions publiques sur les nanotechnologies organisées par l’OPECST.
Créditos Assemblée nationale
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3153/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 3,9M
Leyenda Une équipe de microbiologistes prélève des échantillons de sol sur une parcelle de la Grande Muraille verte en préparation, un projet ayant pour vocation la lutte contre la désertification et impliquant les onze pays frontaliers de la zone saharo-sahélienne
Créditos Axel Ducourneau – CNRS Photothèque
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3153/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 596k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3153/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 280k
Leyenda L’energie est un sujet régulier pour l’OPECST – ici une vue d’ensemble du four solaire CNRS d’Odeillo.
Créditos Assemblée nationale
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3153/img-4.jpg
Ficheros image/jpeg, 2,5M
Leyenda L’OPECST et l’Académie des sciences ont mis en place un partenariat entre parlementaires et scientifiques, dix jumelages ont été constitués pour la première session 2005-2006 : chacun d’entre eux réunit un parlementaire, un scientifique et un jeune chercheur. Ici, Jean-Yves Le Déaut avec Jule Hoffmann, vice-président de l’Académie des sciences, et Jean-Luc Imler, de l’Institut de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg.
Créditos Assemblée nationale
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3153/img-5.jpg
Ficheros image/jpeg, 672k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Entretien recueilli par Emilien Schultz, « Entretien avec Jean-Yves Le Déaut », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VIII-n°1 | 2019, p.19-26.

Referencia electrónica

Entretien recueilli par Emilien Schultz, « Entretien avec Jean-Yves Le Déaut », Histoire de la recherche contemporaine [En línea], Tome VIII-n°1 | 2019, Publicado el 04 octubre 2019, consultado el 22 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3153 ; DOI : 10.4000/hrc.3153

Inicio de página

Derechos de autor

© Comité pour l’histoire du CNRS

Inicio de página
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals