Navigation – Plan du site
Varia

De la recherche agricole à la recherche en agronomie

dans les pays francophones d’Afrique sub-saharienne et de Madagascar entre 1945 et 1985.
From Agricultural Research to Agronomy Research in Francophone Countries of Sub-Saharan Africa and Madagascar between 1945 and 1985
Didier Picard
p. p.72-85

Résumés

Dans la 2ème moitié du 20ème siècle, bien des efforts ont été déployés pour développer l’agriculture des pays francophones d’Afrique subsaharienne et de Madagascar (AFM). Ces efforts ont donné lieu à de nombreuses études critiques fondées notamment sur les résultats obtenus par les agricultures pratiquées, souvent jugés décevants.

Dans ces régions, l’histoire des institutions et des structures de recherche, de la fin de la guerre de 1939-45 à nos jours, a également été très étudiée.

Haut de page

Texte intégral

  • 3 Voir Bonneuil C., 1990. « Des Savants pour l’Empire : les origines de l’ORSTOM », Cahiers pour l’hi (...)

Dans ces régions, l’histoire des institutions et des structures de recherche, de la fin de la guerre de 1939-45 à nos jours, a également été très étudiée3.

  • 4 Le Cirad, Centre de Coopération internationale en Recherche agronomique pour le Développement a été (...)
  • 5 ESAT : Ecole nationale supérieure d’Agronomie tropicale.

1Durant la fin de la période coloniale (1946-60), les chercheurs en agronomie appartenaient soit aux structures de recherche du Ministère des Colonies soit aux instituts spécialisés par espèces ou types d’espèces (productrices d’huile par exemple) créés durant la deuxième guerre mondiale ou peu après, qui constitueront le Cirad4 en 1984. La plupart d’entre eux sont passés par les écoles supérieures agronomiques en France pour leur formation générale, puis par l’ESAT5 à Nogent sur Marne pour leur formation à l’agronomie tropicale, laquelle faisait appel à de nombreux vacataires des organismes de recherche en AFM.

  • 6 IRAT : Institut de Recherches agronomiques tropicales et des Cultures vivrières, fondé en 1960, qui (...)

2A l’époque, la thèse de doctorat ès-sciences était considérée comme un luxe inutile et ceux qui souhaitaient en rédiger une étaient invités à le faire pendant leurs loisirs. Une partie d’entre eux venant du Ministère des Colonies ont été intégrés en 1960 pour quelques mois à l’Orstom, puis sont passés à l’IRAT6 dès sa création. Ils ont continué à se spécialiser en agronomie tropicale à Nogent, puis Montpellier où l’ESAT a été transférée. A partir de 1963, l’Orstom a recruté une petite équipe de jeunes agronomes pour compléter le peu d’entre eux restés attachés à cet office, confiée au Professeur d’agronomie de l’INA (Institut national agronomique, à Paris), Stéphane Hénin. A partir d’octobre 1965, les jeunes recrutés ont fait toute leur formation à l’INA et ne sont plus passés par l’ESAT.

3Au début de la même période, l’agronomie en tant que discipline scientifique était encore embryonnaire. L’évolution des idées dans les 40 années qui ont suivi, a peu fait l’objet d’études dans cette zone géographique. L’objectif de cet article est de suivre cette évolution à partir des publications des chercheurs qui travaillaient dans cette région du monde, non pas qu’il y ait une ‘agronomie tropicale’ différente d’une ‘agronomie tempérée’. Mais, d’une part, les conditions de milieu sont différentes et, si les facteurs qui expliquent le fonctionnement des agricultures sont les mêmes, leurs intensités sont différentes et font que l’importance à leur attribuer peut varier considérablement entre les deux zones ; d’autre part, les problèmes de sécurité alimentaire y sont particulièrement aigus : retracer ce cheminement peut contribuer à faire progresser la recherche actuelle.

  • 7 Tourte René, Le Département des systèmes agraires. Des origines à 1986, Ed. Cirad, coll. Autrefois (...)
  • 8 Cornu Pierre, « La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité des années 1970  (...)

4Cette évolution s’est faite selon deux grandes voies : d’une part en approfondissant ce que devrait être l’agronomie recentrée sur ses objets de recherche, l’agronomie sensu stricto, d’autre part, les nouveaux développements de cette discipline lorsqu’elle associe ses démarches à celles d’autres disciplines au sein de programmes multidisciplinaires. Nous n’étudierons ici que la première de ces deux voies. La deuxième a été évoquée par R Tourte7 et P. Cornu8.

Méthode

  • 9 Cette définition tardive illustre bien le peu de théorisation de cette discipline dans les années 1 (...)
  • 10 Boiffin Jean. et co-auteurs désignent sous ce terme de disciplines biotechniques : « l’ensemble des (...)

5Le terme ‘agronomie’ sensu stricto (agronomie dans la suite du texte) se définit comme « L’étude, menée simultanément dans le temps et dans l’espace, des relations au sein de l’ensemble constitué par le peuplement végétal et le milieu physique, chimique et biologique et sur lequel l’homme agit pour en obtenir une production9 ». Ce terme est également beaucoup utilisé dans un sens nettement plus large, qui englobe l’agronomie et d’autres disciplines, dites biotechniques10, du domaine de la biologie, animale et végétale, et de la science du sol, que nous distinguerons de l’agronomie.

  • 11 Sebillotte Michel, « Agronomie et agriculture. Essai d’analyse des tâches d’un agronome. Cahiers OR (...)

6Science de l’ingénieur, science finalisée, l’agronomie s’intéresse, pour les modifier, à des objets de recherche qui ne leur appartiennent pas (le champ cultivé par exemple) et dont l’évolution est en interaction très étroite avec leur environnement, lequel est par nature mouvant, comme l’agriculture, mais dont il convient de l’en distinguer clairement11 (Sebillotte, 1974).

7Traiter de l’agronomie nous limite aux productions végétales, annuelles comme pérennes. Nous avons choisi d’explorer les années 1946-1985, de la fin de la Deuxième Guerre mondiale à la création du Cirad avec un découpage en trois périodes : (1) 1946-1960, (2) 1961-1972, (3) 1973-1985, correspondant à des changements importants du contexte dans lequel se fait la recherche en agronomie dans les pays AFM.

  • 12 Hypothèse étayée par le rapport publié par le Comité de Coordination des Instituts de Recherche Spé (...)
  • 13 IRHO : Institut de recherches pour les huiles et oléagineux, 1942-1984.

8Nous sommes partis des publications des chercheurs dans deux revues, Agronomie tropicale et Oléagineux (At et Ol dans la suite du texte). Nous avons fait l’hypothèse12 qu’elles étaient représentatives de la littérature produite par les agronomes pendant la période de notre étude. At était en effet la revue des agronomes des structures de recherche de l’administration coloniale, puis, à partir de 1960, de l’IRAT, qui revendiquait l’agronomie ‘générale’ comme faisant partie de son domaine propre. Ol a été dès son origine la revue de l’IRHO13, institut se consacrant depuis 1942 prioritairement au palmier à huile mais aussi à toutes les espèces oléagineuses, annuelles (l’arachide) ou pérennes. La similitude des thèmes abordés (tabl.1) conforte cette représentativité. Nous pouvions, sauf exceptions, faire l’impasse sur une analyse systématique des autres journaux scientifiques publiés par les autres instituts et sur la multitude des rapports, peu accessibles, sur le même sujet. Deux typologies successives des articles (toutes tailles confondues, de la note de recherche courte à l’article bibliographique de plus de 100 pages) ont été réalisées pour identifier les thèmes principaux sur lesquels les chercheurs ont publié. Ol faisant état de nombreux travaux venant d’institutions hors AFM, ces articles n’ont pas été retenus, sauf ceux qui concernaient les monographies régionales, de façon à avoir un échantillon homogène par rapport à celui de At.

Le dispositif de stations et centres de recherche : planisphère stylisée publiée en 1971 par le Gerdat qui relate un quart de siècle (1945-1970) de recherche tropicale française

INRA/Archorales

9La première typologie (tabl. 1A) a permis de distinguer trois catégories d’articles : ceux portant sur des domaines relatifs aux politiques de recherche et à la connaissance des milieux (Informations générales, Ig), ceux concernant l’agronomie (Ag), enfin ceux ayant trait aux autres disciplines biotechniques et aux sciences humaines. La deuxième a permis d’identifier les grands sujets abordés dans les rubriques Ig (tabl. 1B) et agronomie (tabl. 1C) en distinguant onze thèmes dans ce champ. Au total, 1984 articles pour At et 1637 pour Ol ont été classés.

10Comme il n’était pas possible de discuter de façon très approfondie l’ensemble de ces thèmes, nous avons choisi, pour illustrer notre propos, d’approfondir le thème Ag 7 de la fertilité organique des sols tropicaux et la jachère.

Au sortir de la guerre, quelles priorités pour sortir de la pénurie généralisée ?

  • 14 Kopp André, « Réflexions sur la mise en valeur des territoires d’Outre-Mer ». Agronomie tropicale, (...)
  • 15 Jachère étant pris au sens de parcelle non cultivée, envahie progressivement par la végétation spon (...)
  • 16 Tourte René, 2005, op. cit. Pour une analyse détaillée des mécanismes de leur fonctionnement, cf. N (...)

11Les analyses économiques (tabl. 1.A : 4,1 % pour At et 8,2 % pour Ol) et les informations générales (tabl 1.A : 9,8 % et 18 % respectivement, et 1.B) décrivent les priorités identifiées par les dirigeants des organismes de recherche et par leurs tutelles14. La pénurie mondiale généralisée incite l’occident à intensifier la production de produits agricoles. En AFM, qui plus est, l’augmentation des populations remet en question les systèmes de production traditionnels, inadaptés face à ce phénomène. En effet, dans ces pays, jusqu’à présent, l’essentiel des surfaces est cultivé par les populations locales qui vivent en grande partie en autarcie et pratiquent l’alternance entre culture et jachère15 de longue durée, la limite à cette durée étant très liée à la densité de la population. Ces systèmes de culture, décrits par ailleurs16, sont généralement nommés ‘agriculture itinérante’ ou ‘agriculture sur brûlis’. Au-delà d’environ 30 habitants par km², la durée de jachère devient insuffisante et les sols s’épuisent. L’activité d’élevage est dissociée de l’agriculture. L’autarcie est très liée au faible nombre des citadins, les villes étant alimentées le plus souvent par l’importation, ainsi qu’à l’état très déficient des infrastructures, voies de communication en particulier.

  • 17 A l’époque, en France, la situation n’est pas fondamentalement différente, si l’on en croit Chia et (...)
  • 18 Pélissier Paul, Campagnes africaines en devenir. Ed Arguments, Paris, 1995, 318 p.

12Beaucoup pensent qu’il n’y a rien à attendre des savoirs africains17 (encadré 1). Quelques auteurs s’élèvent contre cette vision. Écrivant en 199518, le géographe Paul Pélissier rappelle, en les résumant, les débats de l’époque : « Après tout, peut-être n’est-il pas vain de rappeler qu’à l’aube et au lendemain des indépendances, le regard porté sur l’Afrique n’a pas été exclusivement inspiré par les modes alors dominantes, la souveraine infaillibilité des experts et l’humiliante superbe des doctrinaires du sous-développement. Non moins redoutable eût été l’exaltation conservatrice de « vieilles vertus terriennes » ou la défense d’une Afrique dite « traditionnelle » idéalisée par les nostalgies du passé et reconstruite pour les besoins de leur cause. »

  • 19 Sagot, « Conférence Internationale africaine sur l’Economie rurale », Agronomie tropicale, 5, 1950, (...)

Encadré 1

Conférence internationale africaine sur l’économie indigène rurale.17-24 novembre 1949 à Jos (Nigéria) (Sagot, 195019). Extrait p. 626, alinéa 27 :

« Le système de production paysanne existant actuellement, qui est en général basé sur des exploitations individuelles formées de parcelles culturales dispersées et sur la pratique du nomadisme agricole, est, dans la plupart des cas :

  • une source de gaspillage en terre et en potentiel humain ;

  • incapable d’assurer un approvisionnement alimentaire suffisant, tant au point de vue quantitatif que qualitatif pour les besoins des populations africaines croissantes ;

  • incapable, par l’inefficacité des outils utilisés, d’assurer le développement de régions à haut potentiel productif, telles que les terres à alluvions lourdes. »

  • 20 Robert Michaux qui a commencé sa carrière sur le caoutchouc en Malaisie, sera le premier président (...)
  • 21 Positions exposées par René Tourte (op. cité., VI, p. 90)

13Les positions respectives de R. Michaux20, président de l’IRHO et de Roland Portères du Muséum d’Histoire naturelle rapportées par Tourte21, sont une autre illustration des débats (encadré 2).

  • 22 Sebillote Michel, 1974, op. cité.
  • 23 Michaux Robert., cité par Surre C., op. cité, p. 7

14R. Portères le constate : théoriser l’agronomie22 n’est pas la préoccupation principale23 de ceux qui veulent aller vite, malgré le nombre limité de chercheurs et la faiblesse des moyens.

Encadré 2

Selon Tourte (op. cité, p. 90), R. Michaux ne conçoit que la «recherche spécialisée» (on dirait aujourd’hui « très finalisée ») : « La recherche spécialisée est à notre époque la seule forme valable de l‘application à un domaine déterminé des diverses disciplines scientifiques concourant au développement agricole ; cette spécialisation permet à toute la chaîne des questions relatives à un groupe donné de cultures d’être suivie, depuis l’agriculteur jusqu’au consommateur, par des ingénieurs et des techniciens de formation différente appliquant en commun leurs connaissances particulières : ceux-ci maintiennent leurs liens permanents avec tous les spécialistes de mêmes productions dans le monde et finissent par connaître chacun d’eux personnellement ».

Roland Portères, inaugurant son cours d’agronomie au Muséum d’Histoire naturelle écrit :

Des agronomies spécialisées, très spécialisées, se sont constituées, sans pour autant que se dessine, se préfigure même, une agronomie générale en pays chauds », au contraire de l’agriculture de l’Europe occidentale, « satisfaisant à la fois aux conditions de productivité suffisante, de maintien et d’amélioration continue de la fertilité des sols, de constitution et de développement d’un paysannat éduqué et organisé. […]. En l’absence d’une agronomie générale en pays chauds, les agronomies spécialisées participent plus d’une industrie que d’une science. » «  [Leçon inaugurale de son cours d’agronomie tropicale, 25 avril 1950].

Les journées du machinisme agricole de l’Afrique Occidentale Française, Bambey 1958. Au centre Joseph Mbaye, ministre de l’Economie rurale du Sénégal.

INRA/Archorales René Tourte

Pour accroitre la production, la ‘recherche agricole’ vise à transférer les savoir-faire acquis dans les pays tempérés

  • 24 Doré Thierry et al., 2006, op. cité.
  • 25 Dumont René, « Esquisse d’une politique française des oléagineux ». Oléagineux, 1, 1946, p 18-23.

15L’agronomie et les sciences biotechniques sont implicitement pensées comme des sciences pour l’action mais pas dans le sens où l’entendront les agronomes ultérieurement24. Dans la période 1946-1960, l’objectif est d’intensifier la production à court terme. Pour agir rapidement, il faut transposer au continent africain les méthodes culturales des pays tempérés. Ce type de recherche est souvent qualifiée de ‘recherche agricole’. Ainsi, pour la production d’arachide, en 1946, R. Dumont considère qu’en 5 ans des progrès significatifs peuvent être obtenus25.

  • 26 Analyse de la composition minérale de fragments de feuille soigneusement choisis, qui renseigne sur (...)
  • 27 Prévot P, Ollagnier M, Application du diagnostic foliaire à l’arachide. Oléagineux, 6, 1951, p 329- (...)

16Pour les cultures annuelles, l’intensification est recherchée par l’introduction de techniques nouvelles pour ces pays : le labour, notamment en culture attelée, voire par l’introduction du tracteur , le semis en ligne , l’emploi d’engrais et d’herbicides, par exemple) (tabl. 1.C). Des normes par espèce et variété et pour les grandes zones pédoclimatiques sont établies. Pour cela, de nombreux dispositifs expérimentaux sont mis en place pour tester l’effet d’une technique culturale sur le rendement d’une culture, selon un plan expérimental utilisant les travaux récents des statisticiens. Très peu de paramètres sont mesurés en cours de culture, voire aucun : une confiance - excessive - est mise dans la mesure du rendement final par traitement pour évaluer l’intérêt de la technique culturale testée. L’utilisation du diagnostic foliaire26 pour l’arachide est une exception27. La complexité et la diversité des systèmes climat-sol-plante à l’échelle de la parcelle à étudier, les risques élevés de confusion d’effets ne sont pas encore suffisamment perçus.

  • 28 Premier article publié dans la nouvelle revue Oléagineux (A. Chevalier, 1946) : « L’arbre à beurre (...)

17Les inventaires concernant les caractéristiques botaniques d’espèces et variétés locales ou que l’on pourrait introduire et potentiellement cultiver28 (tabl. 1.A), occupent une place importante.

  • 29 Dumont René, « Etude de quelques économies agraires au Sénégal et en Casamance », Agronomie tropica (...)
  • 30 Pélissier Paul, Les paysans Sérères. Essai sur la formation d’un terroir du Sénégal. In : Pélissier (...)
  • 31 Gaide, M. « Au Tchad les transformations subies par l’agriculture traditionnelle sous l’influence d (...)
  • 32 Guinard A, « Le développement de la production agricole dans le delta de l’Ouémé ». Agronomie tropi (...)

18Le très faible nombre d’études sur les systèmes de production et les systèmes de culture confirme le peu d’intérêt pour les savoirs paysans. Les monographies sur ces sujets (tabl. 1.B) privilégient une description globale sommaire de l’agriculture locale, non suivie d’analyses plus précises des facteurs limitants de toute nature auxquels les paysans sont confrontés, ce qui rendra difficile l’adoption des résultats acquis dans les stations de recherche. Les études de Dumont (1951)29, de Pélissier (1953)30, de Gaide (1956)31, de Guinard (1957)32, constituent des exceptions.

  • 33 Terme utilisé pour désigner l’utilisation de tracteurs puissants pour le défrichement et les techni (...)
  • 34 CGOT (Compagnie générale des Oléagineux tropicaux), « Le rôle de la Compagnie générale des Oléagine (...)
  • 35 Fauck Roger, Moureaux Claude, Thomann Christiane, « Bilans de l’évolution des sols de Séfa (Casaman (...)

19La culture intensive très ‘motorisée33’, sur de grandes surfaces, de coton (Office du Niger) ou d’arachide (CGOT, 1949),34 supposée permettre d’atteindre rapidement des niveaux de production élevés, sera essayée. Ces expériences connaitront de grandes difficultés, économiques et agronomiques35, voire l’échec : preuve supplémentaire que la ‘science agronomique’ élaborée en zone tempérée, elle-même encore très normative, ne se transpose pas facilement dans les pays AFM.

20Pour les cultures pérennes d’exportation, les besoins exprimés à la recherche concernent le développement des plantations industrielles et l’ensemble des techniques culturales. L’acquisition de savoir-faire nouveaux est d’autant plus pressante que les planteurs, souvent forts d’expériences en Asie du sud-est, sont prêts à mettre en œuvre les innovations qui leurs seront proposées. Pour avoir des indicateurs précis pour les apports d’engrais, la méthode du diagnostic foliaire nécessitant de mieux connaître l’agrophysiologie de ces espèces, sera développée très activement. Ainsi, les chercheurs de l’IRHO développent des travaux originaux et relativement en pointe sur les deux espèces qui les concernent principalement, le palmier à huile et le cocotier, l’arachide profitant de l’expérience acquise.

21Pour les espèces fruitières, les efforts porteront également sur les cultures d’exportation en grandes plantations (banane, ananas), avec, là encore, un problème moindre de transfert des résultats de la recherche.

  • 36 Plantes stimulantes : café, cacao, thé, principalement.
  • 37 Portères Roland, « Le niveau de base de la culture du caféier d’Arabie et des arbres à Quinquina da (...)
  • 38 Lemée Georges, « Influence de l’alimentation en eau et de l’ombrage sur l’économie hydrique et la p (...)

22Concernant les plantes stimulantes36, les travaux du type de ceux de Portères37, (1946) ou de Lemée38 (1955), classés aujourd’hui en agrophysiologie, débutent, souvent en collaboration avec des chercheurs de formation universitaire. Portères lui-même publie des travaux caractérisant les relations entre plante d’intérêt agronomique et climat, en particulier pour les espèces récemment introduites.

Puis s’impose la nécessité d’approfondir le fonctionnement des systèmes climat-sol-plante

  • 39 Tourte René, 2005, op.cité.

23A partir de 1961, les principaux changements amenés par l’indépendance des pays d’AFM concerneront les structures de recherche, décrits par ailleurs39 (Tourte, 2005), et les espèces étudiées : plus d’importance sera accordée aux cultures vivrières. Mais les grandes priorités persistent, car les chercheurs en place resteront, les pays nouvellement indépendants n’ayant pas les cadres pour les remplacer. Par contre, le développement de méthodes nouvelles permet d’entrer plus précisément dans le fonctionnement du système climat – sol – plante à l’échelle de la parcelle cultivée.

  • 40 Van Poorten Gérard, « La pensée scientifique de l’IRAT ». Agronomie tropicale, 20, 1965, p 952-958.

24L’objectif général reste l’accroissement de la production, les grands axes des disciplines biotechniques autres que l’agronomie ne sont pas remis en cause : amélioration variétale, fertilisation, défense des cultures restent les priorités40.

  • 41 Bureau pour le Développement de la Production Agricole, Mémento de l’Agronome – Techniques rurales (...)
  • 42 Milleville Pierre, « Approche agronomique de la notion de parcelle en milieu traditionnel africain  (...)
  • 43 Piéri Christian, Fertilité des terres de savanes, Ministère de la Coopération et du Développement e (...)

25Les travaux exposés dans les monographies (tabl. 1B, Ig2, 67 %), marquent une évolution : plusieurs synthèses rassemblent les normes déjà obtenues par culture et par région, à partir des résultats des stations d’essais. Mais ces normes, qui alimentent les éditions successives du « Mémento de l’agronome41 », s’avèreront trop générales face à la diversité des exploitations d’une petite région42, même réputée homogène du point de vue de leur environnement (sol, climat), diversité perçue mais peu analysée (tabl. 1C, Ag1, Ag2), faute de méthodes. Et elles ne prennent pas en compte les contraintes de tous ordres des paysans pour leur mise en œuvre, par exemple pour l’emploi d’intrants43.

  • 44 Vidal Pierre, « Croissance et nutrition minérale des mils (Pennisetum) cultivés au Sénégal » Agrono (...)

26Cependant, les agronomes développent les travaux sur les cultures vivrières, en particulier les mils et sorghos (mais peu encore les tubercules), ce qui est relativement nouveau44.

  • 45 Chaminade Raymond, « Recherches sur la fertilité et la fertilisation des sols tropicaux. Principes (...)
  • 46 Velly Jacques, « Fertilisation d’entretien dans le cadre de systèmes de culture », Agronomie tropic (...)
  • 47 Claude Charreau et Robert Nicou publient dans l’Agronomie tropicale une série d’articles sur « L’am (...)

27Les travaux vont s’enrichir d’études en conditions contrôlées, pour détecter les principales carences et restaurer la fertilité minérale45. L’étude de la dynamique de l’azote dans les sols et la contribution à l’apport d’azote par minéralisation des matières organiques des sols s’engage. Les exportations d’éléments minéraux par les principales cultures sont évaluées. L’idée d’établir des bilans d’éléments minéraux pour mieux fixer les normes de fertilisation se développe46 : la théorisation de la conduite de la fertilisation est amorcée. L’état physique des sols est également étudié47.

  • 48 Jacquinot Louis, « La nutrition carbonée du mil (Pennisetum typhoides Stapf et Hubb.) I. Immigratio (...)

28Autre élément, les agronomes s’intéressent au fonctionnement du peuplement végétal sous un angle nouveau : les travaux sur l’agrophysiologie changent lentement de forme à partir de 1966. De nombreux sujets sont abordés (tabl. 8C, Ag8, 8 et 22 % des articles pour At et Ol), comme la nutrition carbonée chez le mil48 ou l’alimentation en eau de la plante, à l’aide des nouvelles méthodes développées (Ag9). Ces travaux, relativement dispersés à ce stade, vont s’avérer indispensables aux agronomes des systèmes de cultures annuelles pour sortir de la relation : effet d’une technique – rendement, par la construction d’une démarche de suivi pas à pas du développement des plantes et par l’évaluation des effets de chacune des pratiques culturales mises en œuvre à chaque stade.

  • 49 Office de la Recherche scientifique et technique Outre-Mer.
  • 50 Rabéchault Henri, « Recherches sur la culture in vitro des embryons de palmier à huile (Elaeis guin (...)

29La multiplication végétative d’arbres sélectionnés pour leurs performances commence également à être étudiée, avec le concours des chercheurs de l’Orstom49 et des universités (Rabéchault50 inaugure en 1962 une longue série d’articles concernant celle du palmier à huile).

  • 51 Sebillotte Michel, Système de culture, un concept opératoire pour les agronomes. In : Combe Laurett (...)
  • 52 Hénin Stéphane, Gras Raymond, Monnier Gérard, Le profil cultural, Société d’Edition des Ingénieurs (...)

30Les recherches sur le fonctionnement des systèmes de culture restent rares, ceux sur les systèmes de production et les exploitations plus rares encore. Les structures des instituts, essentiellement par filière plante, s’y prêtent peu. L’approche des systèmes de culture - terme qui n’a pas encore la définition que lui donneront les agronomes ultérieurement51 - se fait essentiellement par des travaux descriptifs, alors qu’il est difficile de comprendre leur fonctionnement sans outil de diagnostic précis à l’aide d’indicateurs soit qualitatifs, par exemple pour l’aspect physique du sol52, soit quantifiables.

L’accentuation de la sécheresse conduit au développement de l’écophysiologie après 1972 

  • 53 Pichot Jean, Burdin Serge, Charoy Jean, Nabos Jacques, « L’enfouissement des pailles de mil Pennise (...)

31Le profil des publications évolue peu entre 1973 et 1975 par rapport aux années 1961-72. Les monographies par type de plantes, encore importantes avec, notamment en 1974, des bilans de résultats moyens par pays et régions, diminuent fortement à partir de 1975. Une évolution très significative est perceptible à partir de 1975. L’agronome se spécialise. A l’échelle du champ cultivé, le tournant est pris d’étudier les mécanismes en jeu concernant aussi bien la physiologie de la plante entière (tabl. 1C, Ag8, 18 (At) et 22 (Ol) % des articles) que la dynamique des éléments minéraux dans les sols53 (tabl. 1C, Ag6, près de 30 % des articles) du fait des interactions entre alimentation hydrique et minérale. En écophysiologie, un grand nombre de thèmes est abordé, par exemple l’étude détaillée de la germination, la mise en place du système racinaire, l’interception du rayonnement lumineux par le couvert, la résistance à la sécheresse, la formation des organes récoltés chez plusieurs espèces, le riz pluvial occupant une place dominante. En matière de fertilisation, il s’agit de comprendre la dynamique des éléments minéraux dans le sol et leur absorption par la plante. Le suivi par diagnostic foliaire de la nutrition minérale des plantes cultivées – déjà largement adopté pour les cultures pérennes - et les mesures des quantités d’éléments minéraux exportés, se généralisent. A partir de 1980, la fixation biologique de l’azote chez les légumineuses est étudiée. Enfin, il y a un renforcement significatif des recherches sur l’eau et le sol.

  • 54 Commissariat à l’Energie atomique.
  • 55 Doré Th. et al., 2006, op. cité.

32Dans ce cadre, les relations avec les chercheurs des instituts techniques et ceux de plusieurs organismes de recherche français s’accroissent, en particulier avec l’Orstom et le CEA54 Les études analytiques sur le fonctionnement détaillé des systèmes de culture et des exploitations agricoles restent toujours peu nombreuses, mais constituent un premier pas vers l’établissement de règles de décision, indispensables à la conduite des cultures tropicales55.

Le problème critique de la matière organique des sols

  • 56 Sebillotte Michel, coord., Fertilité et systèmes de production. Inra, Paris, 1989.
  • 57 Voir note 15

33Les agronomes ont depuis toujours considéré que les matières organiques des sols, localisées dans les horizons de surface, étaient une composante majeure de leur fertilité56. Et, depuis fort longtemps, les paysans des pays AFM ont appris à le traiter, par l’alternance cultures (2 à 3 ans en moyenne) – jachère57 de longue durée, aussi longtemps que la densité de population le permet.

  • 58 Turenne Jean-François, Voyageurs naturalistes et agronomes tropicaux. In : Bonnichon Philippe, Gény (...)
  • 59 Janse A R P, Hulbos W C, « Influence de quelques plantes de couverture sur certaines propriétés phy (...)

34Au temps de leurs premiers voyages les explorateurs du monde tropical ont été impressionnés par ce qui leur paraissaient être une grande fertilité des milieux tropicaux : « Il n’est pas une relation de voyage qui ne fasse état de la fertilité de ces contrées58 ». Mais à partir du début du 20e siècle, dans les pays AFM, le thème de la dégradation des sols mis en culture, associée à un appauvrissement de la teneur en matière organique, est omniprésent. C’est un des arguments souvent mis en avant pour justifier la nécessité d’introduire des engrais verts ou des cultures fourragères dans les nouvelles successions culturales testées. Si beaucoup d’essais traduisant cette préoccupation sont mis en place à partir du milieu des années 1950, un seul article dans At59 a été publié entre 1946 et 1960, qui recense des valeurs de matière organique sous prairies en divers lieux de Côte d’Ivoire et fait état d’une restauration du taux de matière organique que l’on trouve sous forêt.

Un exemple de système de culture traditionnel : buttes dd’ignames en Pays Senoulo (Savane) au Sénégal

INRA/Archorales Didier Picard

Couverture d’un numéro de la revue Oléagineux publié en 1955

(D.R.)

  • 60 Talineau Jean-Claude, Hainnaux Guy, Bonzon Bernard, Fillonneau Claude, Picard Didier, Sicot Marcel, (...)

35Deux grandes orientations sont à l’étude et divisent les agronomes : incorporer ou non une sole fourragère dans les successions culturales. Comme le soulignent Talineau et al.60 (1976) : « Détracteurs et défenseurs de l’un ou l’autre modèle de rotation ne manquent pas d’arguments. Pour les premiers, il n’y a pas nécessité d’introduire une sole fourragère dans une succession de cultures de plantes annuelles si des règles simples telles que l’apport d’engrais minéraux et l’enfouissement de résidus de récolte sont appliquées. Bien plus, cette sole supplémentaire hypothèque le succès de la modernisation du schéma de production car elle accroît la complexité de la pratique agricole en y introduisant des exigences nouvelles peu compatibles avec le niveau de technicité actuel des agriculteurs. Enfin, la faiblesse du pouvoir de transformation de ces fourrages cultivés par les animaux locaux fait en sorte que la cause semble définitivement entendue. Pour les seconds, favorables à l’intégration de la culture fourragère dans la rotation, cette sole est le plus souvent et abusivement confondue avec une « jachère, et elle doit jouer le rôle supposé de cette dernière à savoir une amélioration de l’ensemble des qualités du sol. Cet objectif n’est pas vain et il semble légitime de considérer que, sous certaines conditions, les cultures fourragères sont aptes à mobiliser et restituer dans la couche arable d’importantes réserves organiques et minérales et ainsi d’en améliorer les qualités physiques et chimiques, toutes choses éminemment souhaitables en soi surtout au sein d’une succession de cultures ».

36Le problème est posé, mais reste entier et le restera jusqu’en 1984, malgré les travaux menés et les nombreux résultats obtenus.

  • 61 Clorasom (Comité de liaison des organismes de recherche agricoles spécialisés outre-mer), Les plant (...)

37A partir des années 1950, les chercheurs du Clorasom61 ont mis en place 129 essais visant à remplacer la jachère, au protocole simple, fondé sur la comparaison des rendements d’une culture test, soit une plante dite améliorante (engrais vert) (84 essais), soit une jachère ou une prairie artificielle de plus ou moins longue durée (45 essais), soit une succession de cultures de même durée. Parfois, un diagnostic foliaire, également sur ces cultures test, permet de juger de leur état de nutrition minérale. Il n’y a pas de suivi détaillé de la croissance et du développement des peuplements des plantes améliorantes ou des prairies, simplement des observations sur la facilité/difficulté avec laquelle la végétation s’installe. De ces essais très nombreux, aux résultats très variables, il est difficile de dégager des connaissances précises sur le fonctionnement d’une jachère, d’une plante améliorante ou d’une prairie, pour enrichir le sol en matières organiques, et par conséquent de leur intérêt, à cause des multiples facteurs susceptibles d’être intervenus, non détectables avec ce type de protocole.

Un exemple de système de culture traditionnelle : défrichement de la forêt Pays Bakwé (forêt humide) en Côte d’Ivoire.

INRA/Archorales Didier Picard

  • 62 Institut d’Elevage et de Médecine Vétérinaire des pays Tropicaux.

38Un autre type d’approche a été développé par une équipe de six chercheurs de l’Orstom, avec le concours de l’IEMVT62.Un même protocole expérimental de 6 ans, faisant varier les espèces fourragères, les rythmes d’exploitation par fauche et les apports d’engrais, a été mis en place sur 3 sites en Côte d’Ivoire. Ce protocole prévoyait la mesure périodique de très nombreux paramètres, concernant le peuplement végétal, son alimentation hydrique et minérale, et le sol. Il montrera dès la première année que, s’il est possible d’obtenir des productions fourragères très élevées, cela épuise très rapidement le stock d’éléments minéraux du sol même avec des fertilisations à doses réduites, en raison des quantités exportées. Cela conduira à modifier le protocole expérimental pour les années suivantes en portant sur certains traitements les apports d’engrais à la hauteur des exportations, de façon à mieux faire ressortir les effets sur le sol (teneur en matières organiques (MOS) structure de l’horizon supérieur).

  • 63 Vidal Pierre, Bono Marius, Fauché J., « Influence des fumures organiques et minérales sur la produc (...)
  • 64 Pichot Jean, « Rôle de la matière organique dans la fertilité du sol », Agronomie tropicale, 30, 19 (...)
  • 65 Pichot Jean, Sedogo Michel P, Poulain Jean-François, Arrivets Jacques, « Evolution de la fertilité (...)

39Confrontés à la difficulté d’obtenir des résultats clairs de la multitude des essais et de faire adopter la culture d’engrais verts et/ou l’introduction de prairies temporaires dans les successions culturales, mais toujours très sensibles aux problèmes que pose le faible taux de matières organiques dans les sols et sa diminution rapide sous culture continue, les agronomes intensifient les recherches, initiées dès le début des années 196063, pour approfondir les connaissances sur l’influence de l’enfouissement de résidus de culture, en particulier les pailles de céréales en interaction avec la fertilisation minérale. Une synthèse en est faite en 197564, mais les essais vont se poursuivre65 (Pichot et al., 1981). L’azote 15 est utilisé pour mieux comprendre ces interactions.

  • 66 Talineau J-C, Hainnaux G, Bonzon B, Filloneau Claude, Picard Didier, Sicot Marcel, « Quelques consé (...)

40Dans le même temps, le travail entrepris par l’Orstom en Côte d’Ivoire porte ses fruits66. Il confirmera l’épuisement rapide du stock d’éléments minéraux du sol sans apport d’engrais. Mais, avec une fertilisation ajustée aux exportations, le taux de matière organique des sols peut être augmenté relativement plus vite en zone tropicale humide qu’en zone tempérée, sous certaines conditions.

  • 67 Cela sera confirmé à partir des années 1990, lorsque les agronomes auront mis au point des systèmes (...)
  • 68 Picard Didier, « Evaluation of the organic matter supplied to the soil by the decay of the roots of (...)
  • 69 A titre d’exemple, avec les moyens mis en œuvre à l’époque, il fallait – c’est une estimation de l’ (...)

41Il apparait ainsi que la ‘fragilité’ des sols en zone tropicale humide est partiellement un mythe67, lié notamment à ce que, du fait du climat, les phénomènes, dégradation comme amélioration, peuvent s’y produire à des vitesses très supérieures à celles des régions sous climat tempéré. A titre d’exemple, concernant l’accumulation de matière organique dans les sols, si les plantes de prairie sous climat tempéré renouvellent leurs racines au plus une fois par an, le Panicum maximum les renouvelle entre 2,5 et 4,6 fois par an68, contribuant ainsi à un enrichissement plus rapide. Mais ces résultats demandent des moyens importants69 et ne s’appliquent qu’en climat tropical humide de Côte d’Ivoire. Pour autant, cette expérimentation ne permet pas non plus de fournir des techniques immédiatement applicables en milieu paysan. Ce travail aura cependant contribué à mieux faire connaitre l’intérêt du Stylosanthes guyanensis dans une succession culturale, espèce qui sera retenue pour être implantée dans des systèmes de culture motorisée du centre de la Côte d’Ivoire.

Conclusion

42Au sortir de la guerre en 1945 dans les pays AFM, la science agronomique est confrontée à une interrogation forte, émise par la puissance coloniale et beaucoup de dirigeants des organismes de recherche : comment faire face à la pénurie généralisée et à l’augmentation des populations dans ces pays, qui remettent en cause les pratiques anciennes ? Cette science est encore, à ce stade, embryonnaire – elle est souvent qualifiée de science agricole - et faite surtout de savoir- faire acquis par la méthode essai-erreur.

43Les premiers efforts (1946-60) ont porté sur la possibilité de transférer, à l’échelle du champ cultivé, les techniques culturales qui ont fait leurs preuves en zone tempérée. Très peu d’attention est donnée aux savoirs des paysans locaux, ainsi qu’à l’analyse de leurs besoins réels et de leurs environnements économiques et sociaux qui conditionnent leurs capacités à mettre en œuvre les solutions proposées.

44Les difficultés rencontrées ont été de deux ordres : des résultats obtenus essentiellement sous forme de normes à adopter, difficilement généralisables face à la diversité des exploitations familiales agricoles et nombreuses difficultés à les faire accepter à grande échelle, faute d’une prise en compte suffisante du contexte socio-économique. L’importance de ces difficultés varie selon les types de cultures : elles seront réelles pour les cultures annuelles et les plantations pérennes paysannes déjà anciennes dans les pays AFM (café, cacao notamment). Par contre les plantations de type industriel (ananas et bananes d’exportation et surtout palmier à huile et hévéa) se sont beaucoup développées dans les pays aux environnements favorables, en Côte d’Ivoire par exemple.

45Progressivement, les leçons ont été tirées des expériences précédentes. Les méthodes expérimentales ont évolué. Parallèlement aux progrès accomplis par les sciences biotechniques, elles ont permis d’obtenir des résultats de plus en plus précis sur le fonctionnement du système climat-sol-plante à l’échelle de la parcelle de culture et sur les effets à court terme des interventions culturales sur ce système. Néanmoins ces études approfondies nécessaires requièrent des moyens importants qu’il a été difficile de mobiliser dans ces pays, en particulier dans la période où les agronomes ont pensé que l’acquisition de savoir- faire suffirait.

  • 70 Ce que facilitera la création du Cirad.

46La généralisation de l’identification et de la hiérarchisation des facteurs limitants des rendements à des échelles plus larges (exploitation, par exemple) nécessite que les agronomes accordent plus d’importance aux systèmes de culture et aux systèmes de production70.Ces recherches ont été amorcées au début des années 1970, mais sans que la théorisation soit suffisante pour progresser rapidement. Et ces nouveaux travaux nécessitent que les agronomes s’associent à des chercheurs d’autres disciplines biotechniques ainsi qu’à des spécialistes de sciences humaines, pour mieux appréhender les points de blocages à la diffusion des systèmes qu’ils préconisent, au sein de programmes multidisciplinaires.

Prélèvement de « Planche de fakir », une des méthodes d’études de l’enracinement des graminées fourragères tropicales, août 1965.

INRA/Archorales Didier Picard

Tableau 1 : Typologie des articles dans les revues Agronomie tropicale (At) et Oléagineux (Ol) selon les périodes et les revues (pourcentages).

Tableau 1 : Typologie des articles dans les revues Agronomie tropicale (At) et Oléagineux (Ol) selon les périodes et les revues (pourcentages).

*AGD : Agronomie + Génétique et amélioration des plantes + Défense des Cultures

Institut Français du Café, station de Bingerville (Côte d’Ivoire), étude du bilan hydrique du caféier Canéphora, années 1960.

Photo-Ciné Abidjan

IRAT, Cameroun, 1966, Opération d’autofécondation du maïs. Photo publiée dans un dossier intitulé « Les organismes français de recherches agricoles spécialisés outre-mer » du « Progrès scientifique » (n° 124, Nov. 1968, pp 3-51), revue de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique.

(D.R.)

Institut français du Caoutchouc, Station de Bimbresso (Côte d’Ivoire), saignée d’hévéa, 1965.

Photo IFC/Prat

Haut de page

Notes

3 Voir Bonneuil C., 1990. « Des Savants pour l’Empire : les origines de l’ORSTOM », Cahiers pour l’histoire du CNRS 1939-1989, n° 10, 1990, p 83-102.

Tourte René, 2005, op. cité. Volper Serge, Bichat Hervé, « Des jardins d’essais au CIRAD : une épopée scientifique française ! », Revue d’histoire du CNRS, n° 3, 2014, p 113-124.

4 Le Cirad, Centre de Coopération internationale en Recherche agronomique pour le Développement a été fondé en 1984 (Volper et Bichat, op. cit.).

5 ESAT : Ecole nationale supérieure d’Agronomie tropicale.

6 IRAT : Institut de Recherches agronomiques tropicales et des Cultures vivrières, fondé en 1960, qui, à son origine accueillera beaucoup des chercheurs jusque-là rattachés au Ministère des Colonies.

7 Tourte René, Le Département des systèmes agraires. Des origines à 1986, Ed. Cirad, coll. Autrefois l’Agronomie, Montpellier, 1997.

8 Cornu Pierre, « La recherche agronomique française dans la crise de la rationalité des années 1970 : terrains et objets d’émergence de la « systémique agraire ». Histoire de la recherche contemporaine, 3, 2014, pp 154-&66.

9 Cette définition tardive illustre bien le peu de théorisation de cette discipline dans les années 1950 : Sebillotte Michel, 1977. In : Doré Thierry, L’agronomie aujourd’hui. Ed. Quae, Versailles, 2006, p. 23.

10 Boiffin Jean. et co-auteurs désignent sous ce terme de disciplines biotechniques : « l’ensemble des disciplines scientifiques et/ou technologiques dont les applications directes prennent la forme d’interventions humaines sur les êtres vivants et les écosystèmes (par ex. l’agronomie, la zootechnie, la sylviculture, l’aquaculture, la sélection végétale ou animale, la protection des plantes...) ». In : Boiffin Jean, Hubert Bernard, Durand Nicolas, Problématique générale. Agriculture et développement durable. Enjeux et questions de recherche. Paris, Inra, 2004.

11 Sebillotte Michel, « Agronomie et agriculture. Essai d’analyse des tâches d’un agronome. Cahiers ORTSTOM, série Biologie, 24, 1974, pp 3-25.

12 Hypothèse étayée par le rapport publié par le Comité de Coordination des Instituts de Recherche Spécialisés Outre-Mer (Les Instituts de recherches d’outre-mer, Centre de documentation de l’IFAC, 1961, 88 p), qui insiste sur la similitude entre les objectifs et les démarches des six Instituts de recherche qui le constituent.

13 IRHO : Institut de recherches pour les huiles et oléagineux, 1942-1984.

14 Kopp André, « Réflexions sur la mise en valeur des territoires d’Outre-Mer ». Agronomie tropicale, 2, 1947, p 454-68. - Surre Christian, L’Institut de recherches pour les huiles et oléagineux 1942-1984. Ed. CIRAD, Coll. « Autrefois l’Agronomie », Montpellier, 1993.

15 Jachère étant pris au sens de parcelle non cultivée, envahie progressivement par la végétation spontanée et éventuellement parcourue par des troupeaux.

16 Tourte René, 2005, op. cit. Pour une analyse détaillée des mécanismes de leur fonctionnement, cf. Nye P.H., Greenland D.J., The soil under shifting cultivation. Technical Commonwealth Bureau of Soil Science Bulletin 51, 1960, 156 p.

17 A l’époque, en France, la situation n’est pas fondamentalement différente, si l’on en croit Chia et al., qui écrivent (p. 89) : « Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il était généralement admis que les agriculteurs devaient naturellement adopter le progrès technique sans état d’âme, tellement ce progrès était considéré comme efficace et supérieur à la situation antérieure » (Chia Eduardo, Petit Michel, Brossier Jacques, Théorie du comportement adaptatif et agriculture familiale, p 81-100. In : Gasselin Pierre, Choisis Jean-Philippe, Petit Sandrine, Purseigle François, L’agriculture en famille : travailler, réinventer, transmettre, EDP Sciences, Les Ulis, 2014.

18 Pélissier Paul, Campagnes africaines en devenir. Ed Arguments, Paris, 1995, 318 p.

19 Sagot, « Conférence Internationale africaine sur l’Economie rurale », Agronomie tropicale, 5, 1950, p 622–633. (A noter que le prénom de l’auteur ne figure pas dans l’article).

20 Robert Michaux qui a commencé sa carrière sur le caoutchouc en Malaisie, sera le premier président de l’IRHO. R. Portères succédera à Auguste Chevalier pour enseigner l’agronomie au Muséum d’Histoire naturelle en 1950.

21 Positions exposées par René Tourte (op. cité., VI, p. 90)

22 Sebillote Michel, 1974, op. cité.

23 Michaux Robert., cité par Surre C., op. cité, p. 7

24 Doré Thierry et al., 2006, op. cité.

25 Dumont René, « Esquisse d’une politique française des oléagineux ». Oléagineux, 1, 1946, p 18-23.

26 Analyse de la composition minérale de fragments de feuille soigneusement choisis, qui renseigne sur l’état de nutrition minérale de l’individu auquel appartiennent ces fragments de feuille.

27 Prévot P, Ollagnier M, Application du diagnostic foliaire à l’arachide. Oléagineux, 6, 1951, p 329-337.

28 Premier article publié dans la nouvelle revue Oléagineux (A. Chevalier, 1946) : « L’arbre à beurre d’Afrique et l’avenir de sa culture ». Travaux de Roland Portères.

29 Dumont René, « Etude de quelques économies agraires au Sénégal et en Casamance », Agronomie tropicale, 6, 1951, p 229-238.

30 Pélissier Paul, Les paysans Sérères. Essai sur la formation d’un terroir du Sénégal. In : Pélissier, 1995, op. cité.

31 Gaide, M. « Au Tchad les transformations subies par l’agriculture traditionnelle sous l’influence de la culture cotonnière ». L’Agronomie tropicale, 11, 1956, p 597- 623 et 11,1956, p 707-731.

32 Guinard A, « Le développement de la production agricole dans le delta de l’Ouémé ». Agronomie tropicale 12, 1957, p 451-67.

33 Terme utilisé pour désigner l’utilisation de tracteurs puissants pour le défrichement et les techniques culturales, sur de grandes surfaces.

34 CGOT (Compagnie générale des Oléagineux tropicaux), « Le rôle de la Compagnie générale des Oléagineux tropicaux », Agronomie tropicale, 4, 1949, p 101-105.

35 Fauck Roger, Moureaux Claude, Thomann Christiane, « Bilans de l’évolution des sols de Séfa (Casamance, Sénégal) après quinze ans de culture continue ». Agronomie Tropicale, 24, 1969, pp 263-301. – Tourte René, 2005, op. cité.

36 Plantes stimulantes : café, cacao, thé, principalement.

37 Portères Roland, « Le niveau de base de la culture du caféier d’Arabie et des arbres à Quinquina dans les régions montagneuses forestières de Guinée française et de Côte d’Ivoire », Agronomie tropicale, 1,1946, p 28-33

38 Lemée Georges, « Influence de l’alimentation en eau et de l’ombrage sur l’économie hydrique et la photosynthèse du cacaoyer ». Agronomie tropicale 10, 1955, p 592-603.

39 Tourte René, 2005, op.cité.

40 Van Poorten Gérard, « La pensée scientifique de l’IRAT ». Agronomie tropicale, 20, 1965, p 952-958.

41 Bureau pour le Développement de la Production Agricole, Mémento de l’Agronome – Techniques rurales en Afrique. BDPA ed., Paris, 1968. Nouvelles éditions en 1974, 1980, 1984,1991, 1993, etc.

42 Milleville Pierre, « Approche agronomique de la notion de parcelle en milieu traditionnel africain : la parcelle d’arachide en Moyenne Casamance ». Cahiers ORSTOM, sér. Biol., 17, 1972, p 23-37.

43 Piéri Christian, Fertilité des terres de savanes, Ministère de la Coopération et du Développement et Cirad ed., Paris, 1989.

44 Vidal Pierre, « Croissance et nutrition minérale des mils (Pennisetum) cultivés au Sénégal » Agronomie tropicale, 18, 1963, p 591-733.

45 Chaminade Raymond, « Recherches sur la fertilité et la fertilisation des sols tropicaux. Principes de base et techniques », Agronomie tropicale, 20, 1965a, 10, p 1014-1017. - Chaminade Raymond, « Bilan de trois années d’expérimentation en petits vases de végétation. Mise au point technique – Résultats », Agronomie tropicale, 20, 1965b, p 1101-1162.

46 Velly Jacques, « Fertilisation d’entretien dans le cadre de systèmes de culture », Agronomie tropicale, 30, 1975, p 154-162.

47 Claude Charreau et Robert Nicou publient dans l’Agronomie tropicale une série d’articles sur « L’amélioration du profil cultural dans les sols sableux et sablo-argileux de la zone tropicale sèche ouest-africaine et ses incidences agronomiques » à partir de 1971 : vol. 26, 209-255.

48 Jacquinot Louis, « La nutrition carbonée du mil (Pennisetum typhoides Stapf et Hubb.) I. Immigrations des assimilats carbonés durant la formation des grains », Agronomie tropicale, 25, 1970, p 1088-1095.

49 Office de la Recherche scientifique et technique Outre-Mer.

50 Rabéchault Henri, « Recherches sur la culture in vitro des embryons de palmier à huile (Elaeis guineensis Jacq. I. Effets de l’acide β indol-acétique ». Oléagineux, 17, 1962, p 757-64.

51 Sebillotte Michel, Système de culture, un concept opératoire pour les agronomes. In : Combe Laurette, Picard Didier, 1990. Un point sur … Les systèmes de culture. Inra, Paris, 1990.

52 Hénin Stéphane, Gras Raymond, Monnier Gérard, Le profil cultural, Société d’Edition des Ingénieurs agricoles, 1ère éd., Paris, 1960.

53 Pichot Jean, Burdin Serge, Charoy Jean, Nabos Jacques, « L’enfouissement des pailles de mil Pennisetum dans les sols sableux dunaires. Son influence sur les rendements et la nutrition minérale du mil. Son action sur les caractéristiques chimiques du sol et la dynamique de l’azote minéral ». Agronomie tropicale, 29, 1974, p. 995-1005 - Oliver Robert, Egoumenides C, Pichot Jean, « Etude en vases de végétation de la réorganisation de l’azote engrais dans un sol ferrallitique de Madagascar à l’aide de l’azote 15 », Agronomie tropicale, 33, 1978, p 213-220.

54 Commissariat à l’Energie atomique.

55 Doré Th. et al., 2006, op. cité.

56 Sebillotte Michel, coord., Fertilité et systèmes de production. Inra, Paris, 1989.

57 Voir note 15

58 Turenne Jean-François, Voyageurs naturalistes et agronomes tropicaux. In : Bonnichon Philippe, Gény Pierre, Nemo Jean, Coord., 2012. Présences françaises outre-mer (XVIe –XXIe siècles). Tome II : Science, religion et culture, chap. III, p. 52.

59 Janse A R P, Hulbos W C, « Influence de quelques plantes de couverture sur certaines propriétés physiques du sol ». Agronomie tropicale 11, 1956, p 759-77.

60 Talineau Jean-Claude, Hainnaux Guy, Bonzon Bernard, Fillonneau Claude, Picard Didier, Sicot Marcel, « Quelques conséquences agronomiques de l’introduction d’une sole fourragère dans une succession culturale du milieu tropical humide de Côte d’Ivoire ». Cahiers ORSTOM, série Biologie, 11, 1976, pp 277-290.

61 Clorasom (Comité de liaison des organismes de recherche agricoles spécialisés outre-mer), Les plantes améliorantes et les prairies temporaires. Multigraphié, 1964, 517 p.

62 Institut d’Elevage et de Médecine Vétérinaire des pays Tropicaux.

63 Vidal Pierre, Bono Marius, Fauché J., « Influence des fumures organiques et minérales sur la production des sorghos et la qualité des récoltes », Agronomie tropicale 17, 1962, pp 383-388.

64 Pichot Jean, « Rôle de la matière organique dans la fertilité du sol », Agronomie tropicale, 30, 1975, pp 170-175

65 Pichot Jean, Sedogo Michel P, Poulain Jean-François, Arrivets Jacques, « Evolution de la fertilité d’un sol ferrugineux tropical sous l’influence de fumures minérales et organiques », Agronomie tropicale, 36, 1981, pp 122-133.

66 Talineau J-C, Hainnaux G, Bonzon B, Filloneau Claude, Picard Didier, Sicot Marcel, « Quelques conséquences agronomiques de l’introduction d’une sole fourragère dans une succession culturale du milieu tropical humide de Côte d’Ivoire », Cahiers ORSTOM, série Biologie : Agronomie, 11, 1976, p 277-290.

67 Cela sera confirmé à partir des années 1990, lorsque les agronomes auront mis au point des systèmes de culture avec couverture permanente du sol, technique déjà utilisée par les paysans du Honduras en culture manuelle : Triomphe Bernard L., Seasonal nitrogen dynamics and long-term changes in soil properties under the Mucuna/maize cropping system on the hillsides of Northern Honduras. PhD thesis, Cornell University, 1996.

68 Picard Didier, « Evaluation of the organic matter supplied to the soil by the decay of the roots of an intensively managed Panicum maximum sward », Plant and Soil 51, 1979, p 491-501.

69 A titre d’exemple, avec les moyens mis en œuvre à l’époque, il fallait – c’est une estimation de l’auteur (Picard, 2007) – 80 fois plus de temps pour mesurer à l’instant t la biomasse racinaire que pour mesurer celle des parties aériennes d’un couvert prairial, et avec une précision bien inférieure.

70 Ce que facilitera la création du Cirad.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le dispositif de stations et centres de recherche : planisphère stylisée publiée en 1971 par le Gerdat qui relate un quart de siècle (1945-1970) de recherche tropicale française
Crédits INRA/Archorales
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Les journées du machinisme agricole de l’Afrique Occidentale Française, Bambey 1958. Au centre Joseph Mbaye, ministre de l’Economie rurale du Sénégal.
Crédits INRA/Archorales René Tourte
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Légende Un exemple de système de culture traditionnel : buttes dd’ignames en Pays Senoulo (Savane) au Sénégal
Crédits INRA/Archorales Didier Picard
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Couverture d’un numéro de la revue Oléagineux publié en 1955
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Un exemple de système de culture traditionnelle : défrichement de la forêt Pays Bakwé (forêt humide) en Côte d’Ivoire.
Crédits INRA/Archorales Didier Picard
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Légende Prélèvement de « Planche de fakir », une des méthodes d’études de l’enracinement des graminées fourragères tropicales, août 1965.
Crédits INRA/Archorales Didier Picard
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Tableau 1 : Typologie des articles dans les revues Agronomie tropicale (At) et Oléagineux (Ol) selon les périodes et les revues (pourcentages).
Légende *AGD : Agronomie + Génétique et amélioration des plantes + Défense des Cultures
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Institut Français du Café, station de Bingerville (Côte d’Ivoire), étude du bilan hydrique du caféier Canéphora, années 1960.
Crédits Photo-Ciné Abidjan
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Légende IRAT, Cameroun, 1966, Opération d’autofécondation du maïs. Photo publiée dans un dossier intitulé « Les organismes français de recherches agricoles spécialisés outre-mer » du « Progrès scientifique » (n° 124, Nov. 1968, pp 3-51), revue de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique.
Crédits (D.R.)
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Légende Institut français du Caoutchouc, Station de Bimbresso (Côte d’Ivoire), saignée d’hévéa, 1965.
Crédits Photo IFC/Prat
URL http://journals.openedition.org/hrc/docannexe/image/3210/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Picard, « De la recherche agricole à la recherche en agronomie  », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VIII-n°1 | 2019, p.72-85.

Référence électronique

Didier Picard, « De la recherche agricole à la recherche en agronomie  », Histoire de la recherche contemporaine [En ligne], Tome VIII-n°1 | 2019, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3210 ; DOI : 10.4000/hrc.3210

Haut de page

Auteur

Didier Picard

Ancien directeur scientifique du Cirad, chargé de mission UMR Agronomie, INRA, AgroParisTech, Université Paris-Saclay, 78850 Thiverval-Grignon, France. Didier.Picard@grignon.inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals