Navegación – Mapa del sitio
Analyse d'ouvrage

Soigner les fous

Brigitte Godelier
p. p.110
Referencia(s):

Soigner les Fous, Histoire des traitements médicaux en psychiatrie. Editions Nouveau monde, 2019.

Texto completo

1Dès 1948 dans les Annales médico-psychologiques on liait le traitement des fous à l’état de la société « on peut juger l’état de civilisation d’un pays, par la manière dont les aliénés et les idiots y sont traités ». C’est par cette citation que Michel Caire éminent psychiatre, docteur en histoire ouvre son ouvrage d’une grande érudition, fruit d’un travail immense de compilation des mille et un traitements de l’aliénation depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.

2Le choix du terme de fou remet le monde de la pathologie mentale dans sa dimension de sociologie historique et ses traitements dans le chemin tortueux et imprévisible de la recherche médicale. Fous, aliénés, malades mentaux, les mots changent et ne recouvrent pas les mêmes pathologies selon les époques et les cultures. La folie a toujours fait peur de tout temps et en tout lieu et la description méticuleuse des traitements que les hommes ont inventé pour la soigner est tout simplement extraordinaire. Á se demander si le curateur ne se confronte pas à ce mystère de l’être en souffrance par l’expression de sa propre « folie » tant les traitements décrits sont « extravagants » selon les termes propres de l’auteur. Cherche-t-il seulement à soulager les patients ou à se protéger lui-même de la folie voire même à protéger la société qui selon qu’elle est tolérante ou fermée, antique ou moderne, scientifique ou irrationnelle, va demander et attendre des thérapeutes des traitements plus ou moins violents, fondés sur les simples, les machines, ou la chirurgie.

3Citons quelques exemples de traitements réalisés à l’hôpital Saint Anne, premier lieu en France de recherche scientifique et expérimentale pour les maladies mentales.

4Des plus douces :

5Chronomothérapie, qui consiste à faire vivre dans un univers apaisant intégralement de couleur bleue y compris les vêtements des soignants. Clinothérapie qui laisse au lit, couchés pendant des mois jusqu’à plusieurs années, des malades. Les aliénés alités se calment et le repos forcé les rend amorphes. Luminothérapie qui les illumine et les réchauffe. L’Hydrothérapie par toute sorte de bains, « prolongés », aux minéraux, chauds, froids. La Physiothérapie, de la connaissance et de l’usage des plantes, des plus toxiques ou plus inoffensives selon le principe de soigner le mal par le mal. L’hypnose où le sommeil provoqué et paradoxal

6Aux plus brutales :

7Chirurgiens neurologues vont à l’origine « biologique du mal » : trépanations, lobotomies, castration pour les hommes, clithoridectomie pour les femmes.

8Cet ouvrage est une référence indispensable pour tous les étudiants qui se destinent à la médecine généraliste comme à la psychiatrie et la psychanalyse, afin de connaitre à la fois toutes les pratiques médicales avec précision, mais aussi les conceptions de l’homme, de la société qui les justifient. Ils pourront s’en inspirer ou s’en éloigner lorsqu’ils auront pris connaissance de toutes ces incroyables expériences pour maitriser la folie, soulager les personnes en danger d’elles-mêmes. Ce livre est à mettre entre toutes les mains des professionnels de santé qui veulent connaitre l’historique des thérapies pour mieux soigner au XXI ème siècle.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Brigitte Godelier, « Soigner les fous », Histoire de la recherche contemporaine, Tome VIII-n°1 | 2019, p.110.

Referencia electrónica

Brigitte Godelier, « Soigner les fous », Histoire de la recherche contemporaine [En línea], Tome VIII-n°1 | 2019, Publicado el 04 octubre 2019, consultado el 22 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hrc/3294

Inicio de página

Derechos de autor

© Comité pour l’histoire du CNRS

Inicio de página
  • Logo CNRS
  • Logo Page B
  • Logo CNRS Editions
  • OpenEdition Journals